samedi 16 mars 2019

"L'Œuf de dragon" de George R. R. Martin

70499457_14134732

L'histoire : Quatre-vingt-dix ans avant les péripéties du "Trône de Fer", Aegon, de la lignée royale, surnommé l'Œuf, court les routes incognito comme écuyer d'un chevalier errant, Dunk. Au hasard des chemins, le duo se voit convié par le fringant Jehan le Ménétrier à participer à un tournoi richement doté qui sera le clou des noces de lord Beurpuits. Au champion ira le grand prix, un inestimable œuf de dragon. Mais il apparaît bientôt que les noces et le tournoi sont un nid d'intrigues et d'ambitions, petites et grandes, et qu'une prophétie annonce de grands événements.

La critique de Mr K : Ferveur et ressentiment m'habitent quand il s'agit d'aborder le cas de George R. R. Martin. Admiration tout d'abord face au talent déployé dans sa saga du Trône de fer que je trouve brillante et menée de main de maître. Colère face au retard qu'il a accumulé pour conclure le cycle dans sa version littéraire, n'étant que moyennement conquis par la série qui s'en est inspiré et qui même s'il elle s'avère spectaculaire, gâte certains personnages et évolue vers une fin plus que prévisible. Pour me faire patienter et avec un grand coup de pot, je suis tombé à Emmaüs sur L'Œuf de dragon, une sorte de préquelle se déroulant toujours à Westeros mais sur une échelle bien plus petite (en terme de localisation géographique et de nombre de pages). Au final, ce fut une lecture très rapide, plaisante et qui m'a permis d'émousser quelque peu mon impatience...

Se déroulant quasiment un siècle avant les événements narrés dans la saga du Trône de fer, ce court récit de 181 pages nous propose de suivre le chevalier errant Duncan et son jeune écuyer à la très noble ascendance. Voyageant de régions en régions, ils vont croiser une troupe lors d'un passage en forêt et se retrouver malgré eux mêlés à un mariage qui sous ses dehors de félicité cache de lourds secrets. Ripailles, joutes et plaisanteries douteuses sont au rendez-vous ainsi que tractations secrètes et complots ourdis pour prendre le pouvoir. Rajoutez là dessus un œuf de dragon très convoité et pas de doute, vous y êtes ! C'est bien du George R. R. Martin !

L'addiction ne met vraiment pas longtemps à faire son apparition, en quelques pages seulement, on se prend immédiatement d'affection pour ce chevalier bourru et son jeune assistant de 11 ans. Leurs rapports prêtent à sourire et à l'admiration, entre un chevalier revenu de tout qui gagne maigrement sa subsistance et en impose avec son physique hors norme (c'est un géant) et le jeune Aegon qui découvre la vie d'aventurier en explorant peu à peu ses capacités et qualités. On passe un bon moment entre réparties bien senties, échanges initiatiques et moments de tensions mémorables. Ces deux là s'apprécient, se jaugent, se prennent la tête mais une douceur et une lueur de tendresse éclairent cette relation unique.

On retrouve tout autour de ce duo, la force des récits fantasy du maître. Un monde dangereux où la rapacité se dispute à la férocité des rapports humains. Il ne fait pas bon être noble et humble dans un univers gouverné par la peur, la force et des alliances toujours mouvantes. On croise en la matière de sacrés personnages qui même s'ils n'égalent pas les principaux protagonistes de la saga originelle, tiennent la dragée haute en terme de vilenie et de perfidie. Et puis, il y a cette alternance constante du regard posé par les personnages principaux sur leur environnement immédiat avec des descriptions prenantes et des scènes d'action rudement menées avec notamment une journée de joute aussi tendue que saisissante de réalisme. On se prend vraiment au jeu et l'on retrouve des sensations depuis longtemps éprouvées lorsque je découvrais le Trône de fer.

Bien que concis, le récit est bien mené, le suspens est relativement présent (même si j'ai deviné bien des choses en avance) et l'on ne s'ennuie pas une seconde. Resserrée, la trame au détour de certaines circonvolutions fait référence à la saga à venir et donne des informations pas dénuées d'intérêt sur les Targaryens, famille de Daenyris. Bon, en la matière, ça reste maigre, mais si on est fan du Trône de fer ce serait dommage de se priver de ce petit plaisir qui même s'il n'est pas définitif apporte de bons moments de lecture et permet de retrouver un univers aussi foisonnant que passionnant. Laissez vous tenter !

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
Chanson pour Lya
Le trône de fer, intégrale 1
Le trône de fer, intégrale 2
Le trône de fer, intégrale 3
Le trône de fer, intégrale 4
Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13
Le trône de fer, Les dragons de Meereen, volume 14
Le trône de fer, Une Danse avec les dragons, volume 15
- Dragon de glace

- L'Agonie de la lumière

Posté par Mr K à 14:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 20 janvier 2019

Premiers craquages de 2019 !

Et oui ! 2019 a débuté depuis peu et nous avons déjà craqué en matière d'ouvrages d'occasion. Bon en fait, surtout moi, mais cela ne vous surprendra pas, Nelfe a toujours su être plus raisonnable que moi en la matière. Mais bon, on ne se refait pas et comme je ne crois pas aux résolutions de début d'année, je n'avais rien promis... Vous retrouverez dans ce post des articles dégotés à prix vraiment très bas dans notre recyclerie locale et dans notre très achalandé Emmaüs, deux hauts lieux de chinage qui décidément nous déçoivent rarement ! Regardez-moi ça !

Ensemble janv 19

De belles prises, non ? Pour éviter de définitivement plomber ma PAL qui dépasse allégrement les 200 ouvrages dormants, j'essaie désormais d'aller vers des auteurs et des ouvrages que je souhaite absolument lire. Ça réduit un peu le degré de tentation même si ça ne permet pas d'éviter tous les écueils. Le butin est en tout cas bien alléchant et je m'en vais vous le présenter en détail !

Contemporain janv 19
(Ouvrages contemporains en pagaille)

- Les Vivants et les morts et La Brigade du rire de Gérard Mordillat. Un auteur que j'adore et sur lequel je fais coup double ! Je suis justement en train de lire son dernier (Ces femmes-là) qui dépote. J'aime la langue simple et truculente de l'auteur, son engagement à gauche et sa façon d'aborder les problèmes sans fioriture. Typiquement le genre de littérature qui me parle, fait réfléchir et donne du baume au coeur dans un monde devenu fou à mes yeux. Ils ne resteront pas longtemps dans ma PAL même si je vais essayer d'espacer mes lectures pour éviter l'overdose.

- Dans l'or du temps de Claudie Gallay. Une autre auteure que j'affectionne tout particulièrement. Depuis ma lecture enthousiaste des Déferlantes, dès que je vois un Claudie Gallay trainer dans un bac, je ne peux pas résister ! Elle nous raconte ici la rencontre improbable entre un homme père de famille et une vieille dame singulière qui va finir par se confier sur sa vie passée haute en couleur. On peut compter sur l'auteure pour nous dévoiler des personnages attachants et profonds, raconter les fêlures intimes voir l'indicible au détour d'un récit enlevé. Hâte d'y être !

- Hors d'atteinte d'Emmanuel Carrère. Encore un auteur que je pratique régulièrement et qui ne m'a jusque là jamais déçu. Il nous propose dans ce roman de suivre Frédérique, une prof de collège qui va tomber dans l'addiction au jeu et remettre sa vie au main du hasard par pur défi. On peut compter sur Emmanuel Carrère pour nous proposer un récit vertigineux à partir d'un point de départ basique. Je pense que ce sera encore une lecture plaisante.

- Comment j'ai raté mes vacances de Geoff Nicholson. Voici ma prochaine lecture, j'ai enfin réussi à trouver un ouvrage fun et décalé. J'enchaine les lectures sombres et pessimistes, il est bon aussi de bien rigoler parfois un livre à la main ! Croisement entre Tom Sharpe et les Marx Brother, l'auteur nous invite à passer des vacances en compagnie d'Éric et sa famille. À priori, rien ne se passe comme prévu et l'on croise un nombre impressionnant de personnages plus branques les uns que les autres. M'est avis que ça devrait me plaire ! Je vous en reparle très bientôt sur IG!

Imaginaire janv 19
(Pour quelques livres de genre en plus...)

- L'Oeuf du dragon de George R. R. Martin. En attendant que le maître incontesté de la lenteur d'écriture nous offre ENFIN la conclusion de sa saga, je suis tombé sur ce petit volume se déroulant avant Le Trône de fer. Ça me fera patienter et je suis impatient de passer quelques temps en compagnie du chevalier sans terre et surtout de son écuyer, un certain Aegon Targaryen ! Conspiration, baston et voyages en terres lointaines sont au programme. Ce volume ne restera certainement pas bien longtemps dans ma PAL, Westeros me manque trop !

- Druide d'Oliver Peru. Voici un volume qui m'avait fait de l'oeil plusieurs fois lors de nos séjours successifs aux Utopiales. Le hasard fait donc bien les choses, j'ai hâte là aussi de me plonger dans la lecture de cet ouvrage de fantasy mettant en lumières le culte druidique, protecteur du monde. Un crime va remettre tout en cause provoquant le chaos et le désordre. Précédé d'une excellente réputation, cet ouvrage promet beaucoup. Qui lira, verra!

- L'Univers en folie de Fredric Brown. Petit détour par la science fiction avec un auteur qui n'est plus à présenter et qu'il fait bon fréquenter régulièrement quand on est fan du genre. Suite à un accident lors d'un lancement de fusée, un journaliste renait dans un monde parallèle où il va devoir se confronter puis conjuguer avec son double. L'expérience promet d'être fascinante et complètement décalée.

- Le Djinn de Graham Masterton. Un petit ouvrage de terreur enfin avec un Graham Masterton auquel je ne peux pas résister non plus ! Un objet ancien venu de l'autre bout du monde, un esprit malveillant qui ne demande qu'à être libéré, une obsession dangereuse, un auteur aimant la démesure et à l'écriture addictive... Ce sont les ingrédients idéaux pour fournir un bon récit fantastique et gore. Le genre de lecture-récréation qui ne se refuse pas !

Thriller janv 19
(LA trouvaille de Nelfe !)

- Les Morsures de l'ombre de Karine Giébel. Une auteure que ma douce a découvert sur le tard mais qu'elle a beaucoup apprécié sur sa première lecturede Toutes blessent la dernière tue (chronique à venir quand elle le voudra bien...). Nelfe est une grande amatrice de thriller devant l'éternel, nul doute que cette histoire d'homme mis en cage suite à un RDV amoureux va lui plaire. On nous parle en quatrième de couverture de frontières floues entre bourreaux et victimes, de hasard inexistant et de psychologie torturée... Purée ça promet !

Au final, on n'est pas peu fiers de nos achats. Malgré une grille de sélection plus resserrée, on a vraiment de très bons dealers de livres de seconde main dans notre secteur et cela promet encore de très bonnes heures de lecture. La PAL ne s'en porte pas mieux mais que voulez-vous, quand on aime, on ne compte plus! Suite au prochain numéro, lors des chroniques à venir dans les jours, semaines, mois et années à venir !

mercredi 19 septembre 2018

"L'Agonie de la lumière" de George R. R. Martin

lagoniedelalumieregeorgerrmartin[3915]

L'histoire : Lorsque Dirk T'Larien reçoit le joyau-qui-murmure, des souvenirs douloureux et profondément enfouis reviennent à la surface, réveillant d'anciennes cicatrices : pourquoi Gwen, son amour perdu, fait-elle appel à lui de cette manière ? Pourquoi si longtemps après leur rupture ?

A l'idée qu'il existe une possibilité de renouer les liens avec celle qu'il a tant aimée, Dirk n'hésite plus et embarque dans le premier vaisseau interstellaire : direction Worlorn ! Worlorn, planète-festival maintenant à l'abandon, cadre baroque et décadent condamné à l'extinction.

Sur cette planète qui se meurt, Dirk tentera de raviver la flamme de Gwen et devra, pour cela, l'arracher aux Kavalars, un peuple violent régi par un code d'honneur chevaleresque... et mortel.

La critique de Mr K : George R. R. Martin est un de mes auteurs préférés en fantasy, son cycle du Trône de fer est fameux quoique encore incomplet à mon plus grand désespoir. Histoire de me faire patienter (le bonhomme est connu pour sa lenteur à écrire), je me rabats à l'occasion sur des œuvres de jeunesse, époque où il œuvrait davantage dans le domaine de la SF. L'Agonie de la lumière faisait partie de ma PAL depuis trop longtemps, le tort est désormais réparé même si je dois avouer que cette lecture m'a laissé un sentiment mitigé...

Dirk T'Larien notre héros voit sa vie basculer lorsqu'il reçoit un objet-message de son ancienne amante, Gwen. Jamais vraiment guéri de cette séparation douloureuse, menant une vie solitaire, il n'hésite pas une seconde à la rejoindre sur la planète Worlorn où elle appartient désormais au clan des Kavalars, un peuple aux coutumes moyenâgeuses où l'honneur prime sur tous le reste et où les rapports entre individus sont réglés de manière stricte voire autoritaire (le personnage de Sheldon Cooper de Big bang theory adorerait !). Débarquant de nulle part, Dirk va se révéler très vite comme un grain de sable fort gênant et va réveiller des sentiments enfouis depuis longtemps chez Gwen. De fil en aiguille, la situation dérape entre désirs, trahisons, découverte d'un monde au bord du gouffre et chasse à l'homme impitoyable.

Il n'y a pas à dire, on reconnaît de suite la patte du maître dans sa manière d'appréhender ses univers, à la fois complexes, vastes, maîtrisés et très bien pensés. Peut-être même trop ici, ce qui pose un sérieux problème de rythme. L'action réelle avec des enjeux puissants ne démarre vraiment qu'à une centaine de pages et encore, par la suite, régulièrement l'auteur pose encore des jalons qui bien qu'éclairants ralentissent le récit et l'embourbent parfois dans des pistes certes intéressantes mais pesantes. Alors oui, le monde Worlorn, monde vagabond au bord de la destruction est saisissant voir vertigineux, on se plaît à en explorer les extérieurs grandioses, les calculs politiques en jeu, les cités abandonnées auto-suffisantes et les mœurs de ses habitants. Mais on a parfois plus l'impression de lire un atlas historique qu'autre chose. Je suis assez amateur de ce genre de lecture mais pas sûr que cela plaise à tout le monde !

Mis à part ce souci, le reste est de bonne teneur avec des personnages nuancés et notamment un héros pas si attachant que ça. Engoncé dans ses certitudes, il ne va pas être au bout de ses surprises avec une Gwen changée et emprisonnée par son nouveau statut, une planète aux mœurs étranges où il a bien du mal à se situer et surtout à se comporter. Finalement, c'est un amour insaisissable qui va lui jouer bien des tours, mettant sa vie clairement en danger. Comme souvent avec cet auteur, mieux vaut ne pas trop s'attacher aux êtres qui peuplent ses pages, on ne navigue pas vraiment dans l'optimisme et les traîtrises-révélations s’enchaînent. Bon, je dois avouer que certaines ficelles sont assez grosses et que j'ai vu venir de loin certaines péripéties mais le plaisir de lire s'est révélé quasiment constant (hormis les problème de rythme cités auparavant).

Au final, un ouvrage un peu en dessous de la production habituelle de George R. R. Martin mais un bon ouvrage tout de même. Bien mené, distrayant et d'une grande profondeur, L'Agonie de la lumière est cependant à réserver aux fans du maître ou de ce genre de SF car certaines lourdeurs pourraient émousser l'enthousiasme des lecteurs novices ou non amateurs du Trône de fer car il faut l'aimer le George pour apprécier cet ouvrage. À bon entendeur !

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
Chanson pour Lya
Le trône de fer, intégrale 1
Le trône de fer, intégrale 2
Le trône de fer, intégrale 3
Le trône de fer, intégrale 4
Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13
Le trône de fer, Les dragons de Meereen, volume 14
Le trône de fer, Une Danse avec les dragons, volume 15
- Dragon de glace

Posté par Mr K à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 22 octobre 2015

"Dragon de glace" de George R. R. Martin

001

L'histoire: "D'un blanc cristallin, ce blanc dur et froid, presque bleu, le dragon de glace était couvert de givre ; quand il se déplaçait, sa peau se craquelait telle la croûte de neige sous les bottes d'un marcheur et des paillettes de glace en tombaient. Il avait des yeux clairs, profonds, glacés. Il avait des glaçons pour dents, trois rangées de lances inégales, blanches dans la caverne bleue de sa bouche. S'il battait des ailes, la bise se levait, la neige voltigeait, tourbillonnait, le monde se recroquevillait, frissonnait. S'il ouvrait sa vaste gueule pour souffler, il n'en jaillissait pas le feu à la puanteur sulfureuse des dragons inférieurs. Le dragon de glace soufflait du froid."

La critique de Mr K: J'avais un drôle d'état d'esprit avant de débuter cette lecture. Je suis un fan inconditionnel de George R. R. Martin depuis ma lecture de Game of thrones et comme beaucoup de monde, j'attends avec une impatience non feinte la suite de l’œuvre écrite (parce que la série est très bonne mais la saga littéraire bien plus profonde! Là, c'est dit!). Malheureusement sieur Martin se fait désirer et franchement commence à m'agacer. Là dessus, se présente l'occasion de lire cette petite nouvelle, Dragon de glace, écrite en 1980 dans le cadre d'une anthologie, texte court réimprimé et présenté dans un très beau broché, accompagné par des illustrations magnifiques de Luis Royo. Il ne m'a pas fallu bien longtemps pour rompre les digues de mon ressentiment et plonger le temps de 45 minutes (c'est vraiment très court!) dans ce petit conte pas comme les autres où le maître une fois de plus impose tout son talent.

Adara a sept ans, elle n'a connu que le grand hiver rigoureux qui s'est abattu depuis bien longtemps sur le monde. Elle vit dans une région reculée avec toute sa famille et depuis toute jeune, elle a fait la rencontre d'un dragon de glace qui tolère sa présence. Peu à peu se tisse un lien particulier entre la gamine et cette créature terrifiante qui sème le chaos là où elle passe, via son puissant souffle glacé. Le temps est à l'orage car une menace s'approche du nord, les dragonniers du roi sont à l'affût mais l'ennemi progresse inlassablement. Quel rôle va bien pouvoir jouer Adara et son dragon dans cet affrontement imminent?

Difficile d'en dire plus sans éventer quelques détails ou ressorts de l'intrigue, il faudra donc vous contenter de cela! Le texte ne fait que 116 pages, le lettrage est gros et les illustrations omniprésentes ce qui réduit considérablement le corpus de l'ouvrage, ce serait sacrilège d'en dire trop! Reste une histoire poignante et entraînante au possible que l'on pourrait situer dans le Nord de Westeros (partie Stark, du moins au début!).

En quelques lignes, Martin plante le décor avec son efficacité habituelle et un souci du détail économe qui l'honore dans l'objectif de livrer un récit court. Pas de grandes descriptions mais une caractérisation rapide et sans ambages pour aller à l'essentiel: la rencontre avec la créature et la construction d’une relation rare. On se plaît à suivre cette petite fille bien loin des préoccupations des adultes et qui vit des expériences inédites pour une enfant de cet âge (sauf chez les Targaryens je vous l'accorde). Simple, pleine d'énergie malgré une vie difficile, elle dégage un charme, un magnétisme assez incroyable pour un personnage de cet âge. Le récit vire ensuite au parcours initiatique quand les problèmes arrivent vraiment et qu'Adara va devoir les affronter, métaphore du passage à l'âge de pré-adulte et des responsabilités qui en découlent.

Martin soigne comme à son habitude la psychologie de ses personnages, le réalisme est de mise dans un univers de fantasy pure. On retrouve ce charme si particulier qui m'a tellement envoûté dans mes lectures précédentes de ce même auteur. Malgré le format court, la puissance d'évocation, le charisme des personnages sont intacts. Ce conte emballe le lecteur du début à la fin même si la surprise n'est pas vraiment au RDV. Les ressorts narratifs bien huilées restent classiques et là où un plus jeune sera subjugué, je n'ai été que satisfait. Une bonne satisfaction certes, mais attendue. Mention spéciale aux illustrations de Luis Royo, très belles et accompagnant à la perfection le récit contribuant à densifier les descriptions écourtées par un trait impeccable  et une bichromie de bon aloi.

Dragon de glace reste une très bonne lecture qui comblera les plus jeunes mais aussi les amateurs du maître. Il est des auteurs comme cela qui tissent de l'or avec leurs mots et leurs phrases. Il faudrait maintenant que George R. R. Martin s’attelle vraiment à l'édification finale de sa grand œuvre tant les attentes sont importantes!

Lus et chroniqués du même auteur:
Chanson pour Lya
Le trône de fer, intégrale 1
Le trône de fer, intégrale 2
Le trône de fer, intégrale 3
Le trône de fer, intégrale 4
Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13
Le trône de fer, Les dragons de Meereen, volume 14
Le trône de fer, Une Danse avec les dragons, volume 15

vendredi 30 mai 2014

Opération Bookcrossing "Le Trône de Fer"

bookcrossing

Au Capharnaüm éclairé, on est très heureux de s'associer aux éditions J'ai Lu pour une grande opération Bookcrossing nationale au mois de juin !

Le bookcrossing est un phénomène fun qui m'intéresse depuis déjà pas mal de temps et ici, double combo de bonne humeur, il s'agit de libérer la bonne parole de George R. R. Martin. Rien que ça ! "Le Trône de Fer" est une saga que l'on ne présente plus et que l'on connait bien chez nous puisqu'on est accro à la série TV et que Mr K ne tarit pas d'éloge sur la saga littéraire.

Comment cela va-t-il se passer?

Sur tout le mois de juin, 1 fois par semaine, le jeudi ou le vendredi, je vais placer dans un lieu publique de la région lorientaise un exemplaire du 1er tome de la saga. A chaque fois, une photo du roman en liberté sera prise et publiée sur notre page Facebook pour que vous lecteurs de la région puissiez reconnaitre l'endroit et aller chercher le roman si vous le souhaitez ! La même photo sera également publiée sur la page Facebook officielle du roman (où vous pourrez retrouver peut être d'autres points de dépôt proches de chez vous) pour donner la chance à d'autres lecteurs de découvrir ces pochettes livresques. Le hasard pourra également faire des heureux et j'aime beaucoup cette idée.

Pour couronner le tout, dans ces pochettes hermétiquement fermées (oui parce que je sais pas si vous l'avez remarqué mais l'été n'est pas encore tout à fait là...), vous retrouverez un petit mot et une petite surprise. Mais chut, je ne dis plus rien et vous laisse découvrir tout ça!

Bonne chance à tous et surtout bonne lecture !

Posté par Nelfe à 17:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 15 septembre 2013

"Le trône de fer: Une danse avec les dragons" (vol. 15) de George R. R. Martin

Une-danse-avec-les-Dragons-Trone-de-Fer-Tome-15-George-RR-Martin

ATTENTION CRITIQUE À HAUTE CONTENANCE DE SPOILERS!!!

L'histoire: Daenerys a eu beau se plier à toutes les exigences du peuple de Meereen – épouser Hizdahr zo Loraq, rouvrir les arènes de combat, pactiser avec des mercenaires qui l'ont déjà trahie-, rien n'y fait: la paix précaire risque à tout moment de dégénérer en un siège sanglant.

D'autant plus que la jument pâle, cette peste incurable, continue de faire des ravages aux portes de la ville. Yezzan zo Qaggaz, le maître de Tyrion, figure parmi les dernières victimes en date. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le nain y voit une occasion unique de prendre la poudre d'escampette.

Pendant ce temps, au Nord, les portes de Winterfell demeurent obstinément closes, tandis que la forteresse disparaît peu à peu sous un épais manteau de neige. Ses remparts servent-ils à protéger ses occupants de l'assaut de moins en moins probable des troupes de Stannis Barathéon ou à sceller leur tombeau?

La critique de Mr K: Ils sont marrants chez Pygmalion... pour ne pas dire cynique! En quatrième de couverture, sous le résumé, ils osent écrire que ce volume 15 clôt un chapitre important du Trône de fer! Qu'est-ce qu'on ne raconterait pas comme mensonges pour vendre! Autant vous le dire de suite, comme depuis quelques volumes (le 13 et le 14 notamment), il ne se passe pas grand chose, l'auteur se complaisant dans la description du devenir de chaque personnage sans réellement avancer ses pions sur l'échiquier.

Ne vous méprenez pas, la série littéraire est toujours aussi prenante mais je dois avouer que je suis quelques peu gagné par la frustration! J'ai comme l'impression que cela pourrait durer éternellement, heureusement j'ai lu une interview de Martin où il disait qu'il avait déjà la fin en tête et qu'elle devrait survenir dans environ 6 à 8 volumes!

Bon, j'ai un peu exagéré, il se passe tout de même certaines choses mais rien de vraiment bluffant comme dans les deux premières intégrales, qui à mes yeux sont toujours inégalables. J'ai retrouvé avec plaisir Tyrion qui réussit à s'affranchir de son maître pour mieux tomber dans d'autres soucis. Daenyris reste toujours aussi juvénilement insignifiante mais par contre... enfin, les dragons prennent de la place dans le récit. Il était temps! Cela donne lieu à de magnifiques descriptions et une mort bien fumeuse pour un prince de sang! Délectable à souhait pour un dragonophile tel que moi! Les quelques chapitres se concentrant sur le Nord et Winterfell m'ont parus plutôt anecdotiques et il me tarde vraiment que l'hiver vienne parce que là... il se fait attendre nom de Dieu! Deux chapitres sur Cerseï m'ont aussi particulièrement plus, il faut dire qu'elle est en fâcheuse position ma garce préférée, on la plaindrait presque... Par contre quid de Bran? Plus de nouvelle depuis longtemps, il me tarde de revoir l'héritier Stark!

Reste un talent intact de conteur et de beaux morceaux de bravoure au détour de certaines pages. J'espère tout simplement que le sieur Martin va enfin enclencher la marche rapide pour que l'on revienne au bon temps des trahisons de palais à Westeros. Des chevauchées fantastiques près de Hautjardin et autres Eyrié. Non vraiment, revenons au jeu des trônes à proprement parlé, il est grand temps! Ce serait dommage de tomber dans l'alimentaire quand on tient une trame aussi riche et puissante que ses luttes inter-familles. A trop vouloir soigner le background, j'ai l'impression parfois que Martin s'éloigne de l'essentiel: le trône de fer en lui même!

Je râle mais je l'ai quand même lu en un temps record alors que je l'avais acheté en début d'année. L'univers est intact, toujours aussi prenant et évocateur. Le style est toujours aussi alerte et exigeant ce qui permet d'excuser beaucoup de choses. Le plaisir de la lecture est bel et bien là, et comme je ne suis pas rancunier, j'attends tout de même le suivant avec impatience. J'espère que je ne serai pas déçu...

Lu, chroniqués et appréciés du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4
- Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13
- Le trône de fer, Les dragons de Meereen, volume 14

Posté par Mr K à 17:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 12 mai 2013

"Chanson pour Lya" de George R. R. Martin

chanson_pour_lya

L'histoire: Ce recueil de récits va révéler une nouvelle "voix" de la S-F., une voix prophétique qui parle du terrible futur de demain, d'une réalité que rien —presque rien— ne sépare du cauchemar.

Dans Chanson pour Lya, un couple de Terriens télépathes enquête sur le Culte de l'Union qui menace la planète des Ch'kéens : une religion suicidaire mais dangereusement séduisante...

Dans Au matin tombe la brume, c'est le combat entre les ténèbres du jour et le soleil nocturne, un délire climatique qui engendre des spectres...

Dans Le Héros, un mercenaire natif des mondes guerriers de Wellington, qui depuis vingt ans ne vit que pour tuer, voudrait dire adieu aux armes. Le peut-il encore?

La critique de Mr K: Pour celles et ceux qui nous suivent régulièrement vous savez que je voue littéralement un culte à la série du Trône de fer et George R. R. Martin se situe pour moi juste après Tolkien dans le panthéon des auteurs de fantasy. Je savais déjà depuis un petit moment que le Monsieur avait débuté par de la Science Fiction. C'est ainsi qu'à l'occasion d'une balade innocente chez l'abbé, je tombais sur le présent ouvrage qui a le mérite d'accrocher le regard au premier coup d'oeil. C'est sûr qu'une fille à moitié nue en couverture ça aide, rajoutez à cela le nom du prestigieux auteur et c'était gagné!

Neuf nouvelles composent cet ouvrage et explorent les grands thèmes que les auteurs de SF aiment à traiter. Tour à tour, l'auteur nous propose des récits très différents décrivant des situations intimistes bien flippantes mettant un homme face à la solitude de l'espace attendant une relève qui tarde à venir ou des conspirations mystico-religieuses voulant conquérir les âmes et donc l'univers. D'autres parlent de l'avidité et l'appât du gain qui pervertissent les plus belles amitiés, une autre nouvelle démonte les idées reçues sur les voyages dans l'hyper-espace. Deux nouvelles mélangent SF et fantastique en faisant intervenir des spectres de nature bien différentes, l'action se déroulant dans un monde lointain, l'effet est deux fois plus saisissant. Quoiqu'il en soit, malgré des thématiques parfois assez techniques, il est bel et bien question ici de parler de l'humain et de son rapport à l'autre... Vous l'avez déjà compris, le bilan n'est pas des plus optimiste. Ce qui est classique dans le genre abordé.

J'ai lu ce recueil assez rapidement comme à chaque fois quand je parcours cet auteur. La langue est fluide, les pages se tournent vite et l'on est pris très vite par ces micro-récits épurés. Mais voilà, je suis resté sur ma faim. Mes attentes étaient plus grandes pour ce magicien des mots, conteur hors pair qui m'a offert bien des émotions dans sa saga du Trône de fer. Certes ici, les récits sont bien menés mais l'originalité est absente et les questionnements m'ont paru plutôt superficiels. Je conseillerai ce livre plutôt à des personnes novices dans la lecture de SF. Vite lu, cet ouvrage sera pour ma part bien vite oublié tant il ne peut se comparer aux oeuvres de K. Dick, Sturgeon, Silverberg, Levin, Bradbury et autres cadors du genre que je ne peux malheureusement tous cités ici même.

Pour autant, c'est de la très bonne littérature et mon avis n'engage que moi. Martin reste une valeur sûre et j'ai tout de même passé un bon moment. A vous de vous laisser tenter ou non!

Lus, chroniqués et adorés du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4
- Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13
- Le trône de fer, Les dragons de Meereen, volume 14

Posté par Mr K à 18:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 18 janvier 2013

"Le trône de fer: Les dragons de Meereen" (vol. 14) de George R. R. Martin

9782756408552-600-600

ATTENTION CRITIQUE À HAUTE CONTENANCE DE SPOILERS!!!

L'histoire: À présent que Stannis Baratheon est parti reprendre Winterfell aux Bolton pour s'assurer la domination du Nord, Jon Snow est redevenu le seul maître du Mur. Cependant, le roi autoproclamé a laissé sur place Mélisandre, la prêtresse rouge, qui semble décidée à apporter son aide au bâtard. Les flammes lui révèlent l'avenir, mais quel avenir?

À Meeren, la situation s'enlise: le blocus du port par les esclavagistes ne semble pas vouloir prendre fin, et Daenerys refuse d'envoyer ses dragons y mettre un terme flamboyant. L'enquête visant à démasquer les fils de la Harpie, coupables des meurtres qui ensanglantent le pouvoir, piétine elle aussi. Seul un mariage pourrait dénouer la situation, mais les prétendants sont nombreux et les conséquences hasardeuses. Quant aux Lannister, ils vont devoir attendre encore un peu avant de pouvoir décoller la tête de leur lutin de frère: le ravisseur de Tyrion a de tout autres projets pour ce dernier...

La critique de Mr K: J'ai réussi à patienter quelque mois avant de lire le 14ème volume de la série. Ma belle mère adorée me l'a offert pour Noël (je soupçonne fortement Nelfe de le lui avoir soufflé!) et dès que j'eus fini L'Oeil de Caine, je me jetais avidement dessus et le buvait jusqu'à la lie en deux jours. Un pur bonheur une fois de plus, cet auteur est décidément diabolique et sacrément malin car j'ai l'étrange sentiment que cette histoire pourrait durer encore quelques dizaines de volumes. Et dire que je souhaite un jour me lancer dans le cycle de La Compagnie Noire de Glen Cook qui est aussi une très longue série... pauvre de moi!

Dans la suite logique du précédent volet, on retrouve tout d'abord Jon qui a fort affaire sur le Mur. L'hiver n'arrête pas d'arriver et la menace se fait de plus en plus insidieuse. Les hommes râlent, Mélisandre nourrit quelques intrigues et sa petite sœur Arya lui manque et va être donnée en mariage au fils batard Bolton d'une cruauté sans nom (style le personnage de William dans Les Piliers de la Terre en pire, c'est dire!). On retrouve aussi Theon (alias Schlingue) de retour à Winterfell pour le fameux mariage qui doit définitivement rallier le Nord au trône Lannister. la tension est palpable et les révélations nombreuses quoique pas définitives... Il est malin, je vous l'avais dit!

De l'autre côté de l'océan, j'ai retrouvé avec le plus grand plaisir Tyrion mon personnage préféré qui ici est en butte avec un ravisseur râleur aux objectifs pas clairs. On suit leurs pérégrinations vers Meeren jusqu'à ce qu'un incident majeur change une nouvelle fois la donne. M'est avis que Tyrion n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs. Un peu plus au Nord, on suit aussi Daenyris la blanche qui a fort à faire face à l'ennemi intérieur et ses rivaux des cités voisines. Ce n'est pas ce volume qui va la faire remonter dans mon estime tant je trouve qu'elle tergiverse trop et ne semble pas vraiment prendre les problèmes à bras le corps (quand on est souverain, il me semble impossible d'être juste et parfait pour asseoir son autorité). Grosse déception, les dragons qui donnent son titre à ce quatorzième volume ne sont à aucun moment vraiment décrits ou évoqués... Entre ces deux faisceaux, on retrouve quelques personnages secondaires dont on prend par la même occasion quelques nouvelles (Davos et Jaime notamment).

Bonne et rapide lecture, Martin avance ses pions petits à petits et nous réserve encore bien des surprises. Le style inimitable est toujours là, le souffle épique aussi et on est littéralement plongé dans cet univers de complots et d'aventures. Les personnages gagnent encore plus en profondeur et l'ensemble se complexifie à merveille. Idéal pour que le pauvre lecteur-addict geigne en pensant qu'il devra attendre un peu avant de lire la suite... Au moment où j'écris (10 janvier), le volume 15 est sorti depuis un jour. Je vais essayer de me donner minimum un mois avant de replonger dans le royaume des sept couronnes... Point trop n'en faut!

Lu, chroniqués et adorés du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4
- Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13

Posté par Mr K à 19:40 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 11 septembre 2012

"Le trône de fer: le bûcher d'un roi" (vol. 13) de George R. R. Martin

bdrATTENTION CRITIQUE À HAUTE CONTENANCE DE SPOILERS !!!

L’histoire: Le destin des Sept Royaumes est sur le point de basculer. A l’Est, Daenerys, dernière descendante de la Maison Targaryen, secondée par ses terrifiants dragons arrivés à maturité, règne sur une cité de mort et de poussière, entourée d’ennemis. Mais alors que certains voudraient la voir passer de vie à trépas, d’autres entendent rallier sa cause, tel Tyrion Lannister, le Lutin, dont la tête vaut de l’or depuis qu’il s’est rendu coupable du meurtre de son père, Tywin.

Au Nord, où se dresse l’immense Mur de glace et de pierre qui garde la frontière septentrionnale des Royaumes, Jon Snow, le bâtard de feu Eddard Stark, a été élu 998ème Commandant en chef de la Gard de Nuit, mais ses adversaires se dissimulent des deux côtés du Mur, y compris parmi les troupes de Stannis Baratheon qui ont élu domicile dans ces contrées glacées.

La critique de Mr K: Ca y est! J’ai franchi le rubicond! Incapable d’attendre la sortie du volume 5 d’intégrale, je me suis lancé avidement dans la lecture de ce fameux volume 13. C’est avec un plaisir sans borne que j’ai tout d’abord retrouvé Tyrion qui est mon personnage fétiche. Totalement absent du volume 4 de l’intégrale, on le retrouve ici pendant sa fuite de Port Réal suite au meurtre de son géniteur. Devenu parricide indésirable, il traverse le détroit pour se retrouver dans les terres des cités libres. Bien qu’affaibli, il n’a rien perdu de son hardiesse verbale et de ses qualités d’intrigueur. Faisant la connaissance de maître Illyrio (aperçu au début des pérégrinations de Daenyris), il est envoyé vers la princesse Dragon qui est confrontée à de multiples périls dans sa cité de Meeren. Perso, je n’adhère pas trop à ce personnage depuis le début mais dans ce tome je trouve que Daenyris gagne en épaisseur. Les mauvaise langue diront que ce n’est pas trop tôt.

Autre grand plaisir, celui de retrouver Jon Snow sur l’immense mur de glace qui protège Westeros de l’hiver qui est censé venir depuis déjà quelques volumes. Me voila rassuré, il arrive plus froid et mortel que jamais. Entre les manigances des ennemis du batard Stark, la quête de la corneille à trois yeux par Bran et ses compagnons, on entraperçoit un peu plus précisément la menace qui guette les Sept Royaumes. Cela donne lieu à de furieux combats contre ces êtres blancs non morts aux yeux bleus fluorescents et à des tableaux apocalyptiques de l’avancée de l’hiver. En plus, à travers Bran et Jon, on fait plus ample connaissance avec les capacités des zomans, ces mystérieux hommes capables de pénétrer les esprits et de les posséder. Du coup, on suit le point de vue de loups, d’aigles et autre bêtes.

J’ai adoré ce volume mais bon... ceux qui me lisent régulièrement ne seront pas surpris. Le talent de l'auteur est intact après 5 ans d'absence, l’histoire très maîtrisée et on en redemande encore et encore. Dur dur d’attendre la suite tant il reste d’éléments en suspens. Je pense notamment à la pauvre Brienne restée au bout d’une corde à la fin du volume 4... mon Dieu, pourvu qu’il ne la fasse pas périr! Un très bon livre en tout cas que ce volume 13, à l’image de cette saga qui décidément ne redescend jamais en intensité et en qualité littéraire. Chapeau bas l’artiste!

Lu et aussi adorés (sic!) du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4

Posté par Mr K à 16:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 15 août 2012

"Le trône de fer, intégrale 4" de George R. R. Martin

couverture-23317-martin-g-r-r-le-trone-de-fer-l-integrale-4L'histoire: Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrifiant hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s'en sortiront indemnes...

La critique de Mr K: Il s'agit du dernier volume d'intégrale du Trône de fer paru à ce jour. Il était dans ma PAL depuis un petit bout de temps et j'ai profité de nos vacances à la montagne pour le lire. Que dire si ce n'est qu'une fois de plus, j'ai passé des moments intenses et fabuleux au royaume des sept couronnes. Deux semaines de lecture trépidante mais jamais harassante donc avec toujours la même difficulté pour refermer ce gros volume tant je suis resté sous l'emprise addictive de ce récit hors norme. 

Il m'a tout de même fallu dans un premier temps dépasser ma déception de ne point suivre la suite des pérégrinations de Tyrion (mon personnage préféré), mais aussi de Daenyris, du chevalier Oignon, de Stanis Barathéon, de Jon Snow et d'autres personnages que j'oublie ici. On doit normalement les retrouver dans le tome 13 Le bûcher du roi que j'ai déjà acheté, à l'instar de Walpurgis, n'ayant pu résister à l'attente de la sortie de l'intégrale volume 5. Vous l'avez compris, le volume 4 est le dernier que je lirai sous cette forme, je m'attèlerai désormais à acheter chaque livre de cette superbe série un par un, l'auteur peut me remercier!

Dans cette intégrale volume 4, on suit les évènements se déroulant aux Eyrié avec dans les rôles titres Littlefinger et Sansa Stark mais aussi à Port Réal avec Jaime et Cerseï Lannister pour des complots de cours qui ne font que s'accentuer et se renforcer. L'auteur s'attarde aussi beaucoup plus sur Brienne alias la pucelle de Torth et ceci pour mon plus grand plaisir tant ce personnage m'avait plu précédemment. Une fois de plus, il n'y aura pas de spoiler dans cette chronique mais mon Dieu que c'est dur! Sachez simplement que l'auteur est décidément machiavélique et on se prend à croire qu'on n'en finira jamais! À aucun moment durant les 894 pages je ne me suis lassé ou ennuyé des situations proposées. Les intrigues, les mésaventures, les rencontres s'accumulent, les tensions s'exacerbent mais jamais le rythme ne s'essouffle et le scénario d'ensemble loin de tourner en rond s'affine et se développe encore plus (Eh oui! C'est possible!).

Le style fait toujours merveille, on navigue entre milieux nobles et roturiers avec l'émergence notable dans cette intégrale 4 du religieux qui prend de plus en plus de la place dans la trame principale, Cerseï en fait d'ailleurs l'amère expérience en fin de volume. Martin s'affirme de plus en plus comme mon deuxième auteur préféré de fantasy après J. R. R. Tolkien.

Lu et aussi adorés (sic!) du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3

Posté par Mr K à 17:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,