lundi 8 février 2016

"Journal d'un vampire en pyjama" de Mathias Malzieu

journal d'un vampire amoureuxL'histoire : Me faire sauver la vie est l'aventure la plus extraordinaire que j'aie jamais vécue.

La critique Nelfesque : "Journal d'un vampire en pyjama" est le dernier ouvrage de Mathias Malzieu paru en librairie le 27 janvier dernier. Cela faisait longtemps que j'attendais un nouveau roman de cet auteur que j'aime tant et j'ai sauté de joie à la vue de celui-ci. Je n'avais pas suivi le début de promo autour de l'oeuvre, la quatrième de couverture était énigmatique et j'ai plongé dans ce journal comme dans l'inconnu.

Il ne s'agit pas ici d'un roman mais bel et bien d'un journal. C'est marqué dessus, c'est comme le Port Salut ! Mathias Malzieu a été gravement malade fin 2013 et cet ouvrage est le journal de bord qu'il a tenu pendant une année entière. Une année pendant laquelle il a traversé l'enfer, vécu de nombreux doutes, eu peur pour sa vie, côtoyé la mort.

Atteint d'une maladie rare du sang, Mathias a connu les chambres stériles, les séances de chimiothérapie, les traitements post greffe... Nous le suivons ici dans son combat contre la maladie et son tête à tête avec Dame Oclès, mystérieuse femme dangereuse et sexy qui vient le voir chaque jour. Car oui, malgré une histoire très ancrée dans la réalité cette fois ci, forcément puisque c'est du vécu, Mathias Malzieu insuffle ça et là des éléments oniriques et poétiques, comme il sait si bien le faire. Sa plume est toujours belle et évocatrice même si ici je l'ai trouvé quelque peu répétitive et des formulations qui font mouche à la première lecture et vont droit au coeur s'émoussent légèrement quand elles sont utilisées plusieurs fois. Dommage...

Oui mais voilà, peut-on critiquer une oeuvre telle que celle-ci ? De part l'épreuve qu'a subi l'auteur, peut-on pinailler sur des petits détails ? Oui il le faut ! Tout en gardant en tête qu'il s'agit là d'une oeuvre unique dans la bibliographie de Mathias Malzieu, un témoignage d'un instant T et un ouvrage important pour ce qu'il représente (la lutte contre la maladie, le courage, l'amour des siens, la compétence du corps médical...), ce "Journal d'un vampire en pyjama" n'a pas la portée fantastique et lyrique des autres romans de l'auteur. Pour autant, je me réjouis de lire à nouveau des écrits de Mathias et suis ravie de savoir qu'il s'en est sorti (je ne spoile rien). Dire qu'on a été à deux doigts de perdre cet artiste majeur, ça me met un coup au moral ! Mais heureusement tout est rentré dans l'ordre et Mathias Malzieu pourra de nouveau nous écrire de belles histoires...

"Journal d'un vampire en pyjama" signe un moment important dans la vie de son auteur. Le moment où il est né pour la seconde fois. Un message d'amour et d'espoir pour tous ceux qui se battent actuellement contre une maladie grave. Merci pour eux Mathias !

Autres romans de Mathias Malzieu chroniqués sur le blog :
- La Mécanique du coeur
- Métamorphose en bord de ciel
- Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi
- Le Plus petit baiser jamais recensé


jeudi 5 septembre 2013

"Le plus petit baiser jamais recensé" de Mathias Malzieu

CVT_Le-plus-petit-baiser-jamais-recense_4254

L'histoire: Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l'embrasse. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d'un coup.
Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l'inventeur se lance alors à la recherche de celle qui «fait pousser des roses dans les trous d'obus qui lui sert de coeur.
Ces deux grands brûlés de l'amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire?

La critique de Mr K: Je dois avouer que je ne savais même pas que Mathias Malzieu avait sorti un nouveau roman avant que mes parents et ma frangine m'en parlent. Finalement, c'est elle qui me l'a prêté, mon budget livre étant restreint momentanément (c'est ça les néo-proprios!) et ma PAL démesurément élevée m'interdisant tout achat supplémentaire (ça c'est le séjours répétés chez l'abbé!).

On retrouve dans ce roman un héros une fois de plus torturé et étrange à la Tim Burton. Le malheureux cette fois-ci tombe amoureux instantanément d'une jeune fille qui a la fâcheuse tendance à disparaître quand on l'embrasse! Avouez que c'est ballot! Dès le deuxième chapitre, il part donc à sa recherche, aidé pour cela par quelques personnages hors du commun. Dur dur pourtant de chercher l'invisible mais grâce à de la patience et de l'ouverture d'esprit, il va trouver des traces et des indices qui le mèneront à lever le voile sur une vérité cachée (j'ai deviné à la moitié de l'ouvrage... qu'en sera-t-il pour vous?). Il sera aidé par un vieux détective qui lui "prêtera" un perroquet aux pouvoirs extraordinaires (plus utile et efficace qu'un magnétoscope et un limier réunis!) et par sa fidèle pharmacienne qui le conseillera tout au long de sa quête et le rassurera lors de ses crises existentielles, le héros étant un romantique-dépressif chronique.

Si vous avez déjà pratiqué Malzieu, vous ne serez pas surpris... peut-être pas assez d'ailleurs tant on retrouve les mêmes ficelles et les mêmes procédés littéraires. Ainsi, la langue française est réinventée par le biais de mots-valises évocateurs à souhait, des formulations syntaxiques aussi étranges que touchantes et une histoire farfelue mélangeant l'intimisme et le conte de fée. C'est frais dans le ton et le style mais si comme moi vous avez déjà lu et aimé cet auteur vous risquez de trouver l'ensemble redondant. Personnellement, je lui préfère Maintenant qu'il fait toujours nuit sur toi et La mécanique du coeur que je trouve plus aboutis et plus touchants même si celui-ci est aussi très bon dans ses domaines et dépasse allégrement bon nombre d'ouvrages traitant des mêmes thèmes.

J'ai tout de même dévoré ce volume malgré ce sentiment de "déjà-lu" et je ne peux que le conseiller aux grands enfants qui subsistent en vous. C'est poétique, envoûtant et féérique comme seul Mathias Malzieu sait le faire. Un petit bonheur de lecture.

Autres romans de Mathias Malzieu chroniqués sur le blog:
- La Mécanique du coeur
- Métamorphose en bord de ciel
- Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

Posté par Mr K à 17:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 janvier 2012

"Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" de Mathias Malzieu

malzieuxL'histoire: Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi? Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi? Qu'est-ce qui se passe pour toi là? Du rien? Du vide? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort?

Mathias, une trentaine d'années mais une âme d'enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu'il rencontre sur le parking de l'hôpital, que serait-il devenu? Giant Jack, 4,50m, "docteur en ombrologie", soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur... Il le fera grandir.

La critique de Mr K: C'est mon troisième ouvrage du chanteur de Dionysos et c'est un troisième délice qui s'est ouvert à moi. Un pur moment de bonheur de lecteur malgré un sujet grave et douloureux: le deuil d'un parent, ici la mère du héros. Le livre s'attache à suivre le parcours mental de ce fils endeuillé entre réalisme du ressenti et envolées lyriques et fantastiques à la Burton. Un sacré programme qui ne déçoit pas!

Tout un pan de cette œuvre suit une progression classique des étapes qui ponctuent la mort d'une personne dans une famille: le choc de l'annonce et l'incrédulité qui en résulte, les choix terribles que l'on doit faire en ce qui concerne la cérémonie et qui rappellent de façon cruelle la disparition de l'être aimé, la cérémonie en elle-même et les sentiments confus que l'on peut ressentir à cette occasion et enfin, la vie sans l'autre, difficile à appréhender et peuplée de souffrance au départ. Mathias Malzieu fait montre de beaucoup de pudeur et de sensibilité alors même qu'il est ici question de lui face à la disparition de sa mère. L'émotion est palpable à chaque mot, ligne ou phrase et c'est autant de fleurs littéraires que l'on cueille petit à petit.

Pour transcender son sujet et montrer l'évolution de ce jeune homme encore enfantin, l'auteur fait appel à un personnage fantastique: un bon gros géant (comme dirait Roald Dahl) qui va l'aider à traverser cette pénible épreuve de la vie à laquelle on sera tous un jour confronté. Malzieu décolle littéralement de la réalité pour nous emporter dans son univers si onirique et si attachant que l'on retrouve dans chacun de ses livres. Loin d'amoindrir l'intensité de la douleur, il la transforme, la "divinise", la rend universelle et poétique, un peu à la manière des thématiques sombres développées chez Burton. C'est ainsi qu'on accompagne le héros dans le pays des morts où les fantômes mange du brouillard, où l'on peut "capter" leurs cris dans une machine appelée le sanglophone et d'où peu de vivants ont pu repartir.

Difficile d'en dire plus sans trahir ou spoiler, sachez simplement que la langue de Mathias Malzieu est toujours aussi enchanteresse et nous emporte loin du quotidien. C'est un merveilleux voyage dans l'intime auquel nous sommes ici conviés, un périple certes douloureux mais ô combien instructif et décalé tant la forme ici proposée est étrange. Très court (150 pages) mais suffisant, voici une lecture qui ne se refuse pas! Avis aux amateurs!

Autres romans de Mathias Malzieu chroniqués sur le blog:
- La Mécanique du coeur
- Métamorphose en bord de ciel

Posté par Mr K à 13:51 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 avril 2011

"Métamorphose en bord de ciel" de Mathias Malzieu

metamorphoseL'histoire:Tom Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire. Jusqu'à ce qu'un médecin qui le soigne pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable.
Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu'il appelle "la Betterave". Lors d'une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l'hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de voler rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui, lui propose le pacte suivant: «Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l'amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter».

La critique de Mr K: J'avais adoré La Mécanique du cœur à sa sortie. Livre marquant, à la langue poétique à souhait, il s'est révélé être un coup de foudre pour un écrivain dont je connaissais uniquement la carrière musicale avec le groupe Dionysos. Il nous revient ici avec un autre conte pour grands enfants que nous sommes, une rencontre inattendue entre un cascadeur raté condamné par une maladie incurable et un être hybride qui pourrait lui apporter la guérison.

On retrouve dans cet ouvrage toute la mélancolie teintée d'espoir qui m'avait tant charmé dans La Mécanique du cœur. Ici, on est plongé dans le quotidien d'un malade qui attend une mort qui lui est promise. Des passages sont difficiles tant ils peuvent rappeler le quotidien de personnes qui nous sont chères: la douleur, la dépendance, l'esprit qui s'évapore, l'indifférence des personnels soignants et l'impression d'être seul au monde, sans confident ou ami à qui se confier. C'est avec la boule au ventre que j'ai progressé dans la première partie de cet ouvrage. Puis, vient se greffer sur le récit, un élément de conte pur et dur: un être mi-femme mi-oiseau qui entrouvre un espoir de futur possible pour notre héros. L'oiselle lui propose un pacte et la majeure partie de la seconde partie de l'ouvrage est consacrée à la réflexion de Tom vis-à-vis de ce possible accord et à ses délires de plus en plus prégnant sur la «normalité».

Sans égaler son précédent livre, Métamorphose en bord de ciel est une grande réussite. La langue de Malzieu touche juste et fort, le lecteur est constamment balloté grâce aux images et aux formulations originales sans jamais tomber dans le pathos ou la lourdeur stylistique. Écriture poétique en diable, l'histoire avance tranquillement à son rythme sans jamais faire de concession ou baisser en intensité. On se prend irrémédiablement d'affection pour ce bras cassé de la vie et de sa belle soupirante hybride. C'est une fois de plus heureux et comblé que j'ai refermé cet ouvrage. À signaler qu'il est possible de se procurer une version dite «limitée» illustrée de nombreux dessins d'artistes divers et variés, à commencer par la couverture signée Nicoletta Ceccoli (merci Lenelaï).

metamorphose2

Posté par Mr K à 17:26 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 20 janvier 2008

"La Mécanique du coeur" de Mathias Malzieu

la mecanique du coeur

L'histoire : Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son coeur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le coeur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle: pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le coeur de fortune de notre héros à rude épreuve: prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté.Tel est le synopsis inscrit en quatrième de couverture de ce merveilleux livre.

La critique de Mr K : Force est de constater que le chanteur de Dionysos se révèle être un grand écrivain. Son écriture ne ressemble à aucune autre. Adepte des métaphores filées et autres images littéraires, le lecteur se sent constamment balloté entre réalité et rêve. Le personnage évolue-t-il dans un monde réel / tangible ou bien alors dans un univers chimèrique? On se sent tantôt emporté dans une quête quasi mystique (l'Amour avec un grand A), tantôt enchaîné dans notre condition d'être humain. Ce catharsis bien étrange, nous avions déjà pu  l'expérimenter pendant la lecture de "La Triste Fin du petit Enfant Huître et autres histoires" (The Melancholy Death of Oyster Boy and Other Stories) de Tim Burton. Le parallèle se fait immédiatement dans la tête du lecteur tant au niveau des thèmes abordés (un héros "imparfait" qui doit affronter le monde pour vivre sa vie) que de l'univers qui mélange le classicisme propre au XIXème siècle cher à Burton et des éclairs de fantasy. Bien que court (178 pages), ce recueil est un condensé d'émotions et de réactions humaines. En cela, elles sont perfectibles voir parfois autodestructrices. D'où à la fin du livre, la joie d'avoir pu suivre les pérégrinations de notre Jack et une légère amertume en bouche.

La Mécanique du coeur, Mathias Malzieu, Flammarion, 2007

Posté par Mr K à 20:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,