dimanche 22 juin 2014

"Maléfique" de Robert Stromberg

malefique affiche

L'histoire: Maléfique est une belle jeune femme au coeur pur qui mène une  vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son coeur pur en un coeur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption…

La critique Nelfesque: Ah ! ENFIN ! "Maléfique" est en salle ! Bon ben on hésite pas une seconde, on prend nos places et on y va. J'étais littéralement tombée amoureuse de la bande annonce de ce film. L'ambiance, le visuel... tout semblait être fait pour me plaire. J'ai lu quelques ITW d'Angelina Jolie (notamment dans le Studio Ciné Live spécial Cannes) et j'avais fortement envie de voir ce film au cinéma.

Je ne vous apprendrai sans doute rien si je vous disais que "Maléfique" est une relecture du conte de "La Belle au bois dormant". Disons plutôt que c'est la même histoire mais vu du côté de "la méchante sorcière", alias Maléfique. Tout ce que l'on croyait connaître jusqu'alors sur ce conte va prendre une dimension différente.

Mieux vaut connaître le dessin animé originel pour apprécier à sa juste valeur "Maléfique". Si ce n'est pas le cas, il n'y a pas mort d'homme mais vous risquez de passer à côté de pas mal de clins d'oeil bien sympathiques. Pensez donc à mettre en place une petite séance DVD de rattrapage pour vos enfants avant de les emmener voir ce présent opus. D'ailleurs si vous êtes adultes, ne snobez pas ce bijou pour autant, vous le regretteriez !

Maléfique 6

Ca y est, j'ai lâché le mot : "Maléfique" est un bijou ! J'ai adoré ! Visuellement il est superbe. Nous l'avons vu en 3D (on n'a pas spécialement choisi, perso la 3D, je m'en fiche un peu) et pour une fois ce n'est pas du gadget. C'est sans doute bien plus beau en 3D (même si maintenant j'ai envie de le voir en version "classique" pour comparer...). Le monde féérique qui nous est proposé est foisonnant de créatures toutes plus belles et mignonnes les unes que les autres : papillons luminescents, fée minuscules et colorés, gnomes hérissons... Les paysages sont à couper le souffle et vraiment on en prend plein les yeux.

Maléfique 10

Côté "fond", "Maléfique" n'a pas à rougir et ne fait pas de faux pas. Fidèle au conte originel, il ne le trahit jamais tout en apportant des détails supplémentaires et surtout la vision de Maléfique qui vient apporter une lecture différente à l'histoire. Celle que l'on prenait jusqu'ici pour la méchante sorcière cruelle et sans cœur s'avère être une fée déçue et blessée par la race humaine. Le spectateur comprend alors beaucoup mieux ses agissements et découvre par là même son côté tendre.

Maléfique 1

Film féministe (et oui !), il véhicule des notions de respect, de tolérance et d'amour. D'une façon dark certes mais tellement mieux que certaines soupes mielleuses peuvent prétendre le faire... Angelina Jolie est bluffante en Maléfique et la réalisation de Stromberg la sublime. Que dire sur le passage où Maléfique passe d'une fée gaie et ouverte à une créature noire et vengeresse ? Un superbe moment de cinéma. On est dans une production Disney et on l'occulte totalement. Preuve que si ils le veulent ces studios peuvent faire des films de qualité sans racolage intempestif et loin du manichéisme. Sur ce dernier point, j'ai été surprise. Un bon point de plus !

Maléfique 4

Les personnages sont touchants. Maléfique en tête bien sûr, sublime dans son rôle, à laquelle on s'attache et pour laquelle on souhaite une fin heureuse mais aussi Diaval, serviteur polymorphe de Maléfique, avec qui il forme un duo diabolique (mais pas que). Les marraines d'Aurore, les 3 bonnes fées, sont de vraies têtes à claque et amènent une dose d'humour salvatrice sans laquelle le spectateur serait sous pression constante du début à la fin du long métrage.

Vous l'aurez compris, je vous conseille vivement de découvrir ce film sans plus tarder. Que vous ayez 9 ou 90 ans, vous ne pourrez contester la beauté de cette production et au delà de cela vous vous laisserez entraîner dans un monde fascinant où il fait bon retrouver son âme d'enfant dans ce qu'elle a aussi de plus sombre parfois. Une vraie réussite !

Maléfique 2

La critique de Mr K: 4,5/6. Voilà un film que nous attendions depuis que Nelfe et moi avions vu la bande-annonce il y a quelques mois de cela. Je ne suis pas franchement Disney (du moins depuis les 90') mais j'avais été plutôt agréablement surpris par leur précédente relecture d'un classique avec Blanche Neige et le chasseur. Bien m'en a pris de ne pas céder à mes pulsions premières et de tenter l'aventure car Maléfique est une belle réussite.

Maléfique 5

Il est préférable d'avoir déjà vu La Belle au bois dormant (je pense aux plus jeunes surtout) pour goûter au maximum aux divergences scénaristiques de Maléfique. Le début du métrage s'attarde sur l'enfance et la jeunesse de la pseudo méchante sorcière qui s'avère être une fée plutôt sympathique (niaiseuse diront les esprits chagrins !) vivant en harmonie dans les Landes, territoire des fées et autres lutins. Elle va faire la rencontre d'un jeune garçon (le dénommé Stéphane) dont elle va s'éprendre. Les hommes étant tous des porcs (sic), ce dernier va la trahir des années plus tard en lui coupant les ailes, trahissant par la même occasion sa dulcinée. Maléfique s'enfonce dans son chagrin, se laisse gagner par la colère, isole la Lande du monde des humains et lance une malédiction sur la première née de Stéphane, devenu entre temps roi. La gamine est élevée par trois petites fées bien crétines mais Maléfique veille et pas forcément de la manière dont on croit !

Maléfique 3

Ce film est tout d'abord d'une grande beauté. Les 20 premières minutes nous laissent découvrir un royaume des fées enchanteur et divin. Peuplé de créatures plus grotesques et rigolotes les unes que les autres, on se plaît à rêver d'y aller pour s'éloigner du monde des hommes. Mais très vite, on sombre en même temps que l'héroïne dans de superbes tableaux de dark fantasy pure, un univers que j'apprécie tout particulièrement. Des murailles de ronces plus vraies que natures séparent désormais les hommes et le petit peuple. Paysages et personnages sont traités avec finesse et esthétiquement ce film est une grande réussite. Les passages plus branchés action sont aussi de beaux morceaux de bravoures notamment l'affrontement premier entre les hommes et les créatures sylvestres (il y a un côté Ent qui n'est pas pour me déplaire) mais aussi la bataille finale avec un dragon des plus réussi.

Maléfique 9

Les acteurs sont au diapason au premier rang desquels Angélina Jolie rayonne de mille feux. D'une beauté froide et touchante, elle donne une grâce, un charme et une mélancolie incroyable à son personnage pour lequel on ne peut qu'avoir sympathie et admiration. Derrière ce cœur de glace se cache un être profondément blessé par le désir et l'ambition d'un homme vide de sentiments et que l'on adore détester, le roi Stéphane est assez pitoyable dans son genre et irritant au possible. La jeune actrice jouant Aurore est aussi très convaincante même si le personnage n'est pas mon préféré tant elle déploie candeur et mièvrerie (en même temps, il s'agit de la Belle au bois dormant tout de même!). Mention spéciale au serviteur métamorphe de Maléfique que j'ai trouvé à la fois touchant et intéressant dans ses rapports ambigus avec sa maîtresse. A bien des égards ce film s'adresse aussi aux adultes par les sens cachés qui ont pu être glissés ici ou là notamment une dimension féministe indéniable et rafraîchissante pour un genre aussi codifié que le conte.

Maléfique 8

Au final, on passe une heure et demi de pur divertissement et d'émerveillement. Nous l'avons vu en 3D (pas le choix) mais pour une fois le procédé était bien utilisé et donnait une envergure épique à ce spectacle total. À voir pour tous les amateurs de contes de fée et autres rêveurs en tout genre.

Posté par Nelfe à 20:21 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,