samedi 14 janvier 2017

"Le Dernier amour du lieutenant Petrescu" de Vladimir Lortchenkov

Le Dernier amour du lieutenant Petrescu - Vladimir LortchenkovL'histoire : Le bruit court qu'Oussama Ben Laden se cache des services secrets américains dans le pays le plus méconnu au monde : la Moldavie ! Tanase, le chef du KGB local, a bien l'intention de mettre la main dessus pour satisfaire ses ambitions. Alors quand le nom d'un certain Petrescu surgit au cours de l'enquête, il met en place la surveillance du seul Petrescu qu'il connaisse : un jeune lieutenant des services secrets.
Ignorant tout des soupçons qui pèsent sur lui, Petrescu fréquente tous les jours un restaurant tenu par des Arabes, dont un des employés se prénomme justement Oussama. Coïncidence étrange ou véritable complot visant à instaurer une république islamiste en Moldavie ? Comble de malheur, Petrescu a pour maîtresse la belle Natalia, dont Tanase est éperdument amoureux... Entre filatures alcoolisées, rapports bidons et assassinats foireux, le pauvre Petrescu se retrouve embarqué dans un inextricable imbroglio dont les services secrets tirent les ficelles, quand ils ne se tirent pas dans les pattes...

La critique Nelfesque : Connaissant déjà Vladimir Lortchenkov et ses précédents romans traduits en français et publiés chez Mirobole, c'est tout naturellement et pleine d'enthousiasme que j'ai entamé ma lecture du "Dernier amour du lieutenant Petrescu" du même auteur, aujourd'hui présent au catalogue d'Agullo. Il faut dire que côté loufoquerie, l'auteur se pose là ! Comment résister à la 4ème de couverture de ce présent roman ?

Une nouvelle fois, Lortchenkov emmène ses lecteurs très loin dans son univers déjanté où la logique et le bon sens n'ont plus aucune place. Les Moldaves, dans ses romans, sont des gens complètement à côté de la plaque qui ont des réactions totalement absurdes et se mettent tout seuls dans des situations abracadabrantesques. Lorsque l'on ouvre un roman de Vladimir Lortchenkov, on passe instantanément dans un monde parallèle. Oubliez tous vos repères, ici encore l'absurde atteint des sommets !

Mais trop de nawak ne finirait-il pas par tuer le nawak ? C'est la question que je me suis posée à plusieurs reprises en lisant ce présent ouvrage. Bien qu'ayant adoré "Des Mille et une façons de quitter la Moldavie" et encore plus "Camp de gitans", j'ai cette fois ci pas mal décroché de ma lecture en cours et parfois sauté quelques lignes, voire quelques paragraphes entiers. Mais pourquoi cette lassitude soudaine ? L'humour est toujours au rendez-vous et les situations sont truculentes mais parfois, c'est une sensation de "trop" qui envahit le lecteur. Là où les personnages étaient en mouvement dans les précédents opus (complètement indépendants de ce dernier), l'histoire ici se concentre dans une même ville, la parano locale tourne vite en rond et les délires moldaves de Lortchenkov prennent de plus en plus de place, jusqu'à atteindre plusieurs pages d'inepties sans queue ni tête. Attention, je ne dis pas que c'est mauvais, Lortchenkov est très doué dans le genre mais l'overdose peut pointer le bout de son nez. Aussi je vous conseille vivement de découvrir ses écrits, parce que vraiment ses romans ne ressemblent à rien d'autres mais si vous décidez de commencer par "Le Dernier amour du lieutenant Petrescu", n'hésitez pas à le lire avec parcimonie pour apprécier vraiment l'ensemble et éviter l'indigestion !

A réserver donc aux adeptes de lectures extrêmes qui souhaitent sortir des sentiers battus et qui n'ont pas peur de faire de nouvelles expériences. Sans conteste, Vladimir Lortchenvok vous emmènera loin... Très loin !


samedi 24 octobre 2015

"Camp de gitans" de Vladimir Lortchenkov

camp de gitansL'histoire : Loufoque, grinçant, acide, voici le tableau d'un pays en plein chaos dans un monde à la dérive.
A l'Assemblée générale des Nations Unies, un terroriste moldave prend en otages tous les grands de ce monde, d'Obama à Poutine, en passant par Merkel, Berlusconi et Sarkozy. Ses revendications stupéfient la planète.
Pendant ce temps en Moldavie, entre incurie, corruption et culte aveugle de l'Union européenne, le pays a sombré dans l'anarchie, la capitale Chisinau est envahie par des hordes d'enfants abandonnés et une étrange religion se répand : les Moldaves seraient le Peuple élu, le nouvel Israël, qui réclame une Terre promise au bord de la Méditerranée... L'ONU va devoir agir, sans quoi, adieu les otages !
Découvrez dans ce roman à l'écriture étourdissante comment les Moldaves marchandent avec Dieux, ou pourquoi le major Plechka, maton filou, oblige ses prisonniers à écouter en boucle les trésors de la poésie nationale...

La critique Nelfesque : J'avais lu et beaucoup aimé le précédent ouvrage de Vladimir Lortchenkov, "Des Mille et une façons de quitter la Moldavie". J'ai pu découvrir la suite des aventures rocambolesques de ces Moldaves fuyant leur pays dans "Camp de gitans", sorti en librairie pour cette Rentrée Littéraire chez l'excellente maison d'édition qu'est Mirobole. Si j'ai un conseil à vous donner en préambule c'est de sauter immédiatement sur ce bijou de pur délire !

Avec "Des Milles et une façons...", j'avais découvert un roman farfelu à l'écriture peu commune. J'avais passé de très bons moments de franche rigolade à la découverte des plans échafaudés par ces Moldaves pour atteindre l'Italie. "Camp de gitans" ne suit plus exactement le chemin des personnages du précédent roman mais nous montre ce qu'est devenue la communauté Moldave au sens large suite à la désertion de leur pays pour des contrées plus riches et porteuses d'espoir. Il est donc tout à fait possible de lire celui ci sans avoir lu le précédent pour comprendre l'histoire mais il serait dommage de passer à côté de quelques clins d'oeil savoureux.

Cette précision étant faite, Lortchenkov reste dans la même veine d'écriture avec ce roman ci. Bien qu'ayant déjà un sacré niveau dans l'absurde, j'ai trouvé "Camp de gitans" encore plus loufoque et avec des passages absolument incroyables. Pour la première fois de ma vie, j'ai pleuré de rire en lisant un roman. C'est dire ! Quelle bouffée d'oxygène ! Quelle jusqu'au boutisme dans les choix stylistiques de l'auteur !

Il n'est pas des plus faciles de rentrer dans ce roman lorsqu'on n'est pas habitué à Lortchenkov. "Camp de gitans" est un roman qui demande du temps et surtout de longues plages de lecture pour vraiment absorber le lecteur et qu'il se laisse aller aux délires que l'auteur nous propose. Ne pouvoir lire que par petites touches, entre 2 transports en commun ou dans une salle d'attente, c'est prendre le risque de passer complètement à côté de ce roman et croyez moi ce serait bien dommage ! Tant d'absurdité (dans le bon sens du terme, une absurdité voulue et maîtrisée) demande un effort d'adaptation mais quel plaisir ensuite !

Voyez plutôt cet extrait de la page 176 : "C'est drôle. Vous avez dit que ça ne me dirait rien, et quand j'ai dit que c'était à moi de décider si ça me disait quelque chose ou pas, vous l'avez dit, et j'ai dit que non, en effet, ça ne me disait rien, et vous avez dit, eh bien, que vous l'aviez bien dit..." Capillotracté non ? Et si je vous dis que cette réplique est dite lors d'un échange entre le Président par intérim de la Moldavie et le représentant du FMI en Europe de l'Est, vous comprendrez aisément que l'on est loin du roman réaliste et sérieux. Et des sorties comme celle-ci il y en a à la pelle. L'auteur nous perd pour mieux nous retrouver, ouvre des tiroirs sans fin parfois, part dans tous les sens et personnellement, j'ai adoré !

C'est dans un contexte stupéfiant que l'histoire prend place. Parallèlement à la prise en otage de tous les chefs d'état de la planète lors d'une réunion à l'ONU, le lecteur suit par l'entremise de flashback, la montée en puissance d'une nouvelle religion au sein de la communauté Moldave. Réclamant un nouvel emplacement géographique, une Terre Promise comme au peuple juif, en remplacement de leur Moldavie détruite et invivable, un petit mouvement d'allumés va devenir au fil des semaines et des mois un évènement de grande ampleur et une vraie croyance suivie et respectée va émerger du néant. Il faut dire aussi que les Moldaves, sous la plume de Lortchenkov, sont des êtres crédules, naïfs et un peu (beaucoup) concons. Leur logique n'est pas la nôtre et ce qui peut nous paraître "trop gros" trouve de l'écho chez eux... Cela donne naissance à des situations et des répliques toutes plus hallucinantes les unes que les autres tant l'absurdité est poussée à son paroxysme.

Lortchenkov nous livre ici un roman totalement à part de ce que l'on peut trouver d'ordinaire sur les étals des librairies. Une bouffée d'oxygène où le rire est présent à chaque page. Véritable satire sociale, "Camp de gitans" est un roman complètement fou, audacieux et novateur que je vous conseille fortement de découvrir !

Allez pour la peine, je vous laisse avec un dernier passage page 205 retranscrivant un poème déclamé par le commandant Plechka à la femme qu'il convoite :
"J'ai peur que tu ne sois bientôt plus là./ Ce n'est pas que j'aie très peur,/ mais j'aime trop tes épais cheveux/ pour vivre en sachant qu'ils ne sont plus,/ qu'ils ne sont et ne seront plus./ Le problème de ton existence en tant que telle ne m'inquiète pas./ Je suis plutôt préoccupé par le problème de mon/ existence sans toi/ qui, en tant que telle sans toi en tant que telle/ ne me paraît pas possible, ni pour moi, ni pour toi, ni pour tes cheveux,/ ils sont drus comme je les aime, et épais..."

"What the fuck !?" Je vous avais prévenu !

vendredi 18 avril 2014

"Des Mille et une façons de quitter la Moldavie" de Vladimir Lortchenkov

des1001L'histoire: Drôle, grotesque, cruel. Partez à la rencontre du peuple le plus pauvre d’Europe.
Ceci est l’histoire d’un petit village moldave. À Larga, tous les habitants ne rêvent que d’une chose : rejoindre l’Italie et connaître enfin la prospérité. Quitte à vendre tous leurs biens pour payer des passeurs malhonnêtes, ou à s’improviser équipe moldave de curling afin de rejoindre les compétitions internationales.
Dans cette quête fantastique, vous croiserez un pope quitté par sa femme pour un marchand d’art athée, un mécanicien génial transformant son tracteur en avion ou en sous-marin, un président de la République rêvant d’ouvrir une pizzeria… Face à mille obstacles, ces personnages résolument optimistes et un peu fous ne renonceront pas. Parviendront-ils à atteindre leur Eldorado ?

La critique Nelfesque: "Des Mille et une façons de quitter la Moldavie" est sorti en librairie hier et si j'ai un conseil à vous donner, courrez vous procurer ce roman hors du commun. Vous passerez ainsi un bon moment de délire où rire et consternation face aux situations présentées (et non à l'écriture de Vladimir Lortchenkov) se mêlent.

La Moldavie, il faut bien le reconnaître, on connaît peu. On serait même incapable de situer ce pays sur une carte. Si, avouez! Vladimir Lortchenkov lui la connaît bien puisque c'est son pays et une chose est sûre, si le peuple moldave est vraiment comme il le présente dans son ouvrage, je ne sais pas si il faut en rire ou en pleurer.

Nous suivons dans ces 250 pages une communauté moldave qui n'a qu'un rêve en tête, que dis-je une obsession (!): quitter la Moldavie et rejoindre leur Eldorado, l'Italie. Pourquoi l'Italie? Et bien pourquoi pas!? Comme un mythe, l'Italie semble être le pays béni où tout moldave voulant bien vivre doit se rendre. Et pour l'atteindre, ils vont rivaliser d'astuces et fomenter des plans abracadabrantesques que, nous savons, nous lecteurs, perdus d'avance. Mais un peu sadiques et franchement curieux de savoir jusqu'où ils comptent bien aller sous la plume de Lortchenkov, nous suivons leur périple avec délectation.

Avec cet ouvrage et l'écriture de Lortchenkov, le lecteur part dans tous les sens. On ne sait plus vraiment où l'on est, on se perd, on se questionne, on est déboussolé mais c'est cela qui est bon! Perdre ses repères, oublier tout ce que l'on a pu lire jusque là et découvrir un univers complètement loufoque et déjanté. Il y a, dans ce roman, par le côté road-trip et la dinguerie de l'histoire, un petit côté "Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonnason. Un petit côté seulement car ici on ne rentre pas vraiment dans des dimensions historiques (de l'Histoire avec un grand H) mais on sent la similitude dans le besoin de partir des personnages, la "bizarrerie scénaristique" addictive et ce que j'ai évoqué précédemment.

Ce roman donne-t-il envie de se rendre en Moldavie? Non, pas vraiment (à moins d'affectionner les no man's lands avec des airs de décharges publiques). Nous fait-il aimer le peuple moldave? Assurément! Car par leurs faiblesses, leurs espoirs, leurs côtés jusqu'au-boutiste et leur imagination, on ne peut qu'être attendris.

A côté de cela, sous ces airs comiques, ce roman soulève de nombreuses questions. La pauvreté de ce peuple, leur situation géographique aux portes de l'Europe (pour info, si vous ne situez toujours pas, la Moldavie est prise en sandwich entre la Roumanie et l'Ukraine et est de taille quasi similaire à celle de la Belgique), le mépris avec lequel ils sont traités par certains... Tout cela laisse songeur. A leur place aussi, sans doute, nous voudrions quitter notre chez-nous et poursuivre un but. Espérons juste pour nous qu'on s'y prendrait autrement!

Mais "Des Mille et une façons de quitter la Moldavie" est surtout un roman comique où en tant que lecteur, laissant toutes considérations d'ordre politique de côté, nous prenons un malin plaisir à nous y plonger. Comme une petite sucrerie que l'on retrouve après une journée de boulot et qui se déguste avec un plaisir coupable mais tellement rafraîchissant! Je vous le conseille donc vivement!

Posté par Nelfe à 19:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,