mardi 5 novembre 2013

"Les Seigneurs de l'Instrumentalité, tome 1: Les Sondeurs vivent en vain" de Cordwainer Smith

lesseigneurs

L'histoire: "...Et quand les premiers hommes à aller dans le Grand extérieur arrivèrent sur la Lune, que trouvèrent-ils?
- Rien! Répondit le choeur silencieux des lèvres.
- Aussi allèrent-ils plus loin, jusqu'à Mars et Vénus. Si les vaisseaux partaient tous les ans, jamais, jusqu'à l'An Premier de l'Espace, ils ne revinrent. Alors, un vaisseau revint avec le Premier Effet. Sondeurs, je vous le demande, qu'est-ce que le Premier Effet?
- Personne ne le sait. Personne ne le sait.
- Personne ne le saura jamais. Trop nombreuses sont les variables. Comment connaissons-nous le Premier Effet?
- Par la Grande Douleur de l'Espace, dit le choeur.
- Et par quel autre signe?
- Par la nostalgie, ô la nostalgie de la mort!"

La critique de Mr K: Il m'en aura fallu du temps pour me lancer dans cette lecture. C'est à l'occasion de notre passage aux Utopiales 2011 à Nantes que lors d'une conférence sur l'histoire du futur, un de mes regrettés auteurs, Roland C. Wagner, avait cité cet ouvrage en le comparant aux mythique Fondation d'Asimov et L'histoire du futur d'Henlein. Injustement méconnu selon lui, cette tétralogie de Cordwainer Smith, "Les Seigneurs de l'Instrumentalité", méritait d'être découverte. J'achetais le pack à la librairie du festival et rentrait à la maison, la rangeant par la même occasion dans ma PAL. Le temps a passé et seules restent les pensées comme le disait un Michel célèbre et inspiré, je retombai dessus il y a quelques semaines et les remords m'ont harcelés jusqu'à la prise de décision: il fallait que je m'y mette! Je décidai donc de passer à l'acte en intercalant d'autres lectures entre chaque tome. Cette critique est donc la première d'une série de quatre.

Comme vous avez pu le deviner en lisant l'extrait qui sert de résumé, cet ouvrage a l'air très spécial... Vous avez bien raison car ici on se trouve face à un livre que je trouve pour ma part unique en SF, du moins par rapport à mes lectures précédentes dans le genre. Autant les thématiques abordées et les récits proposés sont classiques, autant le traitement et la forme sont déroutants pour un genre aussi codifié que la SF. À travers de nombreux micro-récits (17 ici), l'auteur nous raconte l'avenir de l'espèce humaine. Rappelons qu'à l'époque de la rédaction de ces textes (les fifties), la SF s'écrivait essentiellement sous formes de nouvelles ou de feuilletons. Ici au fil des lectures successives, un ensemble cohérent se dégage. Avant de s'éparpiller à travers l'univers, l'humanité a connu bien des espoirs et des déceptions.

Tour à tour, nous accompagnons des scientifiques russes de la période de la Guerre Froide dans des tests de laboratoire aux conséquences imprévues, l'organisation d'une guerre virtuelle pour calmer les foules, des Sondeurs de l'espace envoyés explorer le grand vide intersidéral, l'émergence d'une petite fille de sa capsule de sommeil longue durée après plusieurs millénaires écoulés, le retour à l'état primitif de notre bonne vieille planète Terre, l'exploration de mondes nouveaux et notamment du Grand Néant... Autant de petites nouvelles qui mises bout à bout forment une somme historique conséquente et divertissante. Les destins qui nous sont ici livrés nous éclairent sur la nature humaine profonde, la notion de progrès et la réédition des erreurs du passé.

C'est par sa langue que ce livre se détache et montre sa singularité. On frôle régulièrement la poésie et loin d'être un space-opéra, derrière les grandes tractations et événements décrits se cachent un amour de l'humain et des sentiments qui l'animent. Profondément humaniste quoique pessimiste dans le fond, cette oeuvre est à la fois très belle et très dense ce qui rend parfois la lecture difficile en fin de soirée. Heureusement, j'ai eu la bonne idée de répartir la lecture des quatre tomes en plusieurs temps pour ne pas me laisser gagner par la lassitude. Je lirai avec plaisir le deuxième tome dans les semaines à venir. Une belle lecture que ce tome 1, "Les Sondeurs vivent en vain", en tout cas, qui ravira les amateurs de SF à la fois intelligente, exigeante et tripante dans le sens noble du terme.