mercredi 15 janvier 2014

"Requiem Chevalier Vampire - Tome 1 : Résurrection" de Mills et Ledroit

Requiem-chevalier-vampire-tome-1 couvL'histoire: Lorsqu'Heinrich est mort sur le front russe durant la deuxième guerre mondiale, il pensait trouver la paix. Au lieu de cela, il a découvert Résurrection, une planète cauchemardesque sur laquelle le temps recule. Là, il est devenu Requiem Chevalier Vampire.
Alors qu'il recherche Rebecca, son amour perdu, il se trouve entrainé dans un conflit cosmique entre des dieux étranges, parce qu'il détient l'épée qui en est la clef, et qui le mènera à la victoire ou à la damnation éternelle.

La critique de Mr K: Pour ceux qui nous suivent depuis un certain temps, vous n'êtes pas sans savoir que j'ai adoré le cycle des Chroniques de la Lune Noire que j'ai chroniqué en intégralité il y a déjà quelques temps. J'avais adoré à l'époque ce mélange unique d'héroïque fantasy et d'humour. Olivier Ledroit y officiait déjà en tant que dessinateur. On retrouve dans cette série que je débute (je pense déjà aux autres tomes que je vais devoir acquérir, vive les broquantes!) tous ces éléments transposés dans un Enfer des plus particulier!

requiem01p image 2

Tout commence par la mort du héros ce qui n'est pas banal en soi! Heinrich, soldat de la Wehrmach est tombé au champ d'honneur mais c'est à ce moment bien précis que commence son destin. Il se réveille sur une planète désolée, peuplée par les morts de notre Terre. Très vite, il va se rendre compte qu'une hiérarchie existe, que les rapports dominés / dominants sont ici poussés à leur paroxysme (on est en Enfer après tout!) et qu'il va devoir tracer sa voie pour se faire une place au chaud (sans mauvais jeux de mots). Le récit alterne alors entre découvertes pittoresques sur les us et coutumes en vigueur et scènes d'apprentissage en vue de devenir chevalier vampire.

requiem_t1 image 3

Tour à tour, vous seront présentés des dieux, des sous-classes au rôle hautement nutritif, les gardiens de l'ordre dans un monde chaotique (non, non, ici ce n'est pas antinomique!) et les chevaliers vampires aux mœurs dirons-nous particulières... Bien que classique le scénario est prenant et les personnages quoique stéréotypés sortent quelques peu des sentiers battus dans quelques fulgurances bien venues. Les notions de bien et de mal sont ici redéfinies et l'inversion temporelle que subit la planète Résurrection fait écho à l'inversion des valeurs. C'est à la fois saisissant et dérangeant, ce dernier point étant plutôt rare dans ce genre de production. Riche idée d'ailleurs dans ce domaine qu'on eut les auteurs de glisser le personnage de Rebecca, l'amante disparue de Requiem qui a un rôle central dans le développement du personnage principal.

requiem_t1 image 1

Nous avons affaire ici à une très belle BD en terme purement esthétique. Les dessins sont d'une beauté à couper le souffle entre paysages cauchemardesques et scènes plus intimistes et triviales. Le trait est précis et rend honneur à la vision infernale que le scénariste voulait donner. Les scènes chocs sont légions et la psychologie est développée sans trop en révéler sur les futurs développements. Bien évidemment, on reste sur notre faim mais on est dans une époque où le côté bancable est assez envahissant, y compris dans la production artistique. Je cherche en priorité à lire des œuvre en un ou deux volumes mais je ne pouvais décemment résister à cette tentation de lire une histoire se déroulant dans l'au-delà, ce thème étant des plus fascinant à mes yeux.

Un beau prélude riche en futurs possibles et en promesses aussi. J'ai bien hâte de retourner traîner mes guêtres en Enfer!

Posté par Mr K à 18:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 27 février 2010

"Chroniques de la Lune Noire" vol 4, 5, 6 de Froideval, Ledroit et Pontet

J'avais laissé les Chroniques de la Lune Noire au volume 3 qui voyait l'émergence d'un nouveau Wismerhill au sein d'un monde plus troublé que jamais où intérêts politiques et personnels se confondaient. Avec les 3 volumes suivants, les complots s'affinent et les lames vont parler!

vol4Vol4: "Quand sifflent les serpents".

La Lune Noire semble à son zénith et précipite les forces qui s'arrachent les lambeaux de l'Empire de Lhynn vers l'affrontement. L'issue de la bataille ne pourra être que le chaos et la mort pour l'empereur, les grands vers, et les chevaliers de la Lumière. Wismerhill et sa bande de mercenaires ne seront pas que de simples spectateurs dans le jeu mortel qui débute. Et la brûlante succube, âme damnée de Wismerhill, devra choisir son vrai mâître... Peu à peu, telle l'araignée qui tisse sa toile, la guerre pénètre les esprits. Ce tome s'apparente plus à une transition. On passe en revue les forces en présence: puissance et desseins secrets. On apprend d'ailleurs que personne n'est dupe et que sous les alliances de façade, tout le monde se méfie de tout le monde d'où une ambiance délétère bien marquée (déjà présente mais plus discrète dans les tomes précédents). Apparaît pour la première fois un mystérieux personnage: Methraton qui semble surveiller sans intervenir ce qui se trame en bas (il loge dans une pyramide volante, bien pratique!), nul doute que son rôle va s'étoffer dans les tomes suivants! Wismerhill quant à lui se voit confier par le maître de la Lune Noire des troupes et bat la campagne pillant villes et châteaux les uns après les autres. Sur sa route, il pourrait croiser son père... à moins que ce ne soit qu'une chimère? L'apothéose est atteint à la fin du volume par deux mots qui veulent tout dire: LA GUERRE!

vol5Vol5: "La danse écarlate".

La guerre qui couvait depuis longtemps est désormais inévitable, de partout les armées avancent vers le champ de bataille où déjà le terrible Haazheel Thorn tient des troupes prêtes. Wismerhill (et ses compagnons) continue de ravager les terres des vassaux impériaux, c'est alors qu'il décide de se rallier au maître de la Lune Noire. Le choc des armées sera terrible, mais le maître de la Lune Noire est un redoutable adversaire. Les portes des Enfers sont ouvertes, la Mort danse une lente valse écarlate. Le destin sonne une fois de plus à la porte de Wismerhill. Ca défouraille sec dans ce volume! Rien ne nous est épargné de la danse macabre qui nous est ici comptée, contemplée de loin par Méthraton et le Seigneur des enfers. Choc des armées, combats singuliers entre chiens de guerre, traîtrises d'alliés, stratégies changeantes et un bouleversement final plutôt bien trouvé. Il s'agit d'un de mes tomes préférés (le dernier avec le dessinateur Ledroit), le dessin contribuant une fois de plus avec merveille à retranscrire le caractère épique de cette série qui dans le présent tome prend toute sa dimension. Sans révéler des éléments importants, sachez qu'un camp peut revendiquer la victoire mais qu'il s'agit une fois de plus qu'un écran de fumée cachant un plan machiavélique qui va se développer dans les tomes suivants...

vol6Vol6: "La couronne des ombres".

L'Empire semble victorieux... La discorde ronge pourtant déjà ses rangs, Wismerhill croyait avoir gagné Moork mais les ombres du passé se dressent devant lui, menaçantes, sournoises. Wismerhill est une fois de plus face à son destin. Ceindra-t-il la couronne des ombres? Pourra-t-il faire face aux terribles volontés de l'aigle bicéphale? Se dressera-t-il seul face à l'Empire tout puissant? Le volume 6 voit Pontet remplacer Ledroit au dessin. On y perd et on y gagne rien, tant leurs dessins sont proches. Belle transition dans l'équipe en tout cas! La guerre est terminée mais le vainqueur n'est pas forcément celui qu'on croit. L'Empire est plus divisé que jamais et les déceptions sont grandes. Wismerhill devient seigneur de Moork malgré une opposition farouche de l'empereur et va même étendre son territoire ce qui va le faire devenir un personnage incontournable de l'Empire de Lhynn. Vous l'avez compris, Wismerhill s'étoffe encore davantage et étend son pouvoir, bluffant par la même tous ses protecteurs qui ne croyaient jusque là qu'à moitié en lui. Le ton du récit devient aussi un peu plus léger et les compagnons de Wismerhill restent adeptes de la gaudriole. À la fin du volume, Wismerhill se rapproche de l'empereur en lui jurant fidèlité ce que le souverain accepte sans pour autant lever ses doutes sur ce jeune présomptueux qui ose déposséder certains de ses vassaux de leurs terres. La tension est donc loin d'être retombée...

Rhâââ! 3 volumes de plus et le soufflé ne retombe toujours pas! Drôles à souhait, épiques, parfois même déviantes, les Chroniques de la Lune Noire dans ces trois volumes s'enrichissent de nouveaux personnages mystérieux et c'est tout un monde de relations politiques, économiques et dogmatiques qui évoluent devant nous. Du grand spectacle! Je chroniquerai les trois prochains volumes d'ici la fin du mois de mars.

mercredi 17 février 2010

"Chroniques de la Lune Noire" volumes 1,2,3 de Ledroit-Froideval

c0A l'occasion d'une foire au disque récente, j'ai dégoté quelques petites merveilles dont les trois premiers volumes des "Chroniques de la Lune Noire". Le scénariste Froideval (ancien fondateur du magazine Casus Belli pour les amoureux de Jeux de rôle, oui je le confesse je l'ai été et le suis toujours) et le dessinateur Ledroit (du moins pour les quatre premiers tomes) nous livrent à mes yeux la meilleure BD héroïco-fantaisiste que j'ai eu l'occasion de lire.

Voici le résumé général de l'histoire prise au dos d'un des volumes, histoire de recadrer: Au centre de l'Empire se trouvait l'oracle... Et un jour, sa voix annonça la venue de celui qui allait bouleverser le monde. Voici son histoire et celle de ses compagnons, barbares et guerriers, canailles et mercenaires... Et celle du terrible chien de guerre à qui l'empereur confia la mission de les détruire. De peur que les ténèbres...

Tout un programme, non? Vous ferez connaissance avec Wismerhill demi-elfe vagabond à l'air ingénu qui cache un terrible secret. Personnage clef de la saga, il vous réservera bien des surprises et pas forcément des plus agréables. Gravitent tout autour de lui, toute une gallerie de compagnons d'armes allant du demi-ogre gigantesque, à une dame elfe sexy en passant par des guerriers diverses, un samouraï égaré et un prêtre défroqué... Il y en a bien d'autres, tous les énumérer prendrait trop de temps.

Mais le plus "trippant" c'est le background: un Empire, des complots visants à destabiliser-renverser l'empereur, la mystérieuse Lune-Noire, les chevaliers lumière, le monde des démons et la présence du Diable en personne! On ne se refuse rien quand on décide de pénétrer dans le monde complet que nous proposent les deux artistes. Et plus vous y rentrerez, plus l'intrigue devient complexe, échevelée. Le dessin n'est pas sans rappeler certains comics de qualités notamment pour les personnages. Les paysages et les différentes scènes de batailles sont quant à eux carrément grandioses. Bonne utilisation de la couleur et finesse du trait caractérisent aussi cette BD. Reprenant le principe des chroniques du Moyen-âge, vous côtoierez démons, magiciens, humains et semi hommes. Vous sentirez le baiser empoisonné de la trahison et le doux espoir que suscitent de futures alliances, la douceur de l'amour et le déchirement de la haine. Attachez vos ceintures, c'est parti!

cr1Vol1: "Le signe des ténèbres".

Une gigantesque bataille ouvre le bal. Dans la tourmente, chacun scelle son destin. Wismerhill, un jeune paladin demi-elfe se voit confronté à un destin sombre et sanglant. Point de départ d'une saga d'exception, ce volume est une vraie réussite et une des premières grosse claque que j'ai pris en lisant une BD. Aaaaah, souvenirs, souvenirs.... 20 ans après, ce premier volume fait toujours autant d'effet.

Tome de présentation, on y fait connaissance des principaux acteurs de la pièce. C'est un Wismerhill débutant que nous découvrons (avec notamment sa faculté de parler aux vents) et avec lui nous croisons très vite d'un de mes personnages préférés de la série: Pile ou face alias Pilou. Possédant deux épées magiques pensantes et une personnalité changeante, il rajoute un brin d'humour que l'on retrouve d'ailleurs beaucoup dans les trois premiers volumes.

Qui dit vol1 dit présentation mais l'action n'est pas en reste notamment l'assaut des chevaliers lumières contre la forteresse de Ghorghor Bey et le début du tissage du complot cherchant à renverser l'empereur, sans compter quelques courtes apparition de mon "badguy" favori: le maître de la Lune Noire. Une bien bonne rentrée en matière donc!

cr2bisVol2: "Le vent des dragons".

Autour d'eux s'agitent des forces néfastes et maléfiques en une terrible lutte pour le pouvoir absolu : Frater Sinister et ses impitoyables chevaliers de la lumière, l'Archimage Haazhel Thorn et le démon urmarcht, l'Empereur de Lhynn et ses sbires omniprésents...

Totalement dans la suite logique du premier volume, c'est avec grande joie qu'on retrouve Wismerhill et ses compagnons. En plus des factions déjà évoquées dans Le signe des ténèbres, les démons prennent ici un peu plus d'importance. Leurs motivations, leur patron, quid du grand prêtre de la Lune Noire? L'histoire s'étoffe encore un peu plus et Wismerhill commence à mûrir un peu. Il a d'ailleurs conscience d'avoir un destin exceptionnel et lors d'une rencontre, on lui conseillera d'aller voir l'Oracle. ce tome raconte les pérégrinations qu'ils vivent pour rejoindre ce haut lieu de la divination et de la Révélation. Sans réel temps mort, le vol2 se lit aussi rapidement le premier le complétant à merveille et entraînant de nouveau le lecteur dans un monde aussi beau que dur.

cr3Vol3: "La marque des démons".

Face à l'Oracle, Wismerhill se voit enfin révéler une part de son destin tumultueux. Alors que plane sur lui l'ombre des complots de Frater Sinister et Haazhel Thorn, il retrouve son compagnons d'armes favori, le brutal et bête Ghorghor Bey, qui a miraculeusement échappé à la mort. Wismerhill va devoir affronter un péril à sa mesure, car dans les montagnes de l'Empire de Lhynn rôde le Mal absolu, saura-t-il résister au charme diabolique de la Succube qui désire la perte, Où sera-t-il à tout jamais marqué du sceau de l'infamie, celui des démons?

Dans ce volume, nous en apprenons encore un peu plus sur les intentions des différents partis en présence. Wismerhill change énormément suite à son entrevue avec l'oracle, il gagne en assurance et s'affirme davantage. On peut déjà d'ailleurs entrevoir ce vers quoi il tend. Le petit demi-elfe vagabond timide du début a bien changé! Mon côté coeur d'artichaut lui, n'aime pas ce volume car un de mes personnages préférés disparaît. Heureusement, le volume fait la part belle à la divine succube (Nelfe ne tape pas!) dont la beauté diabolique n'a d'égal que la cruauté. À cet égard, la confrontation entre Wismerhill et cet être malfaisant est d'anthologie. À la fin de l'ouvrage, la guerre gronde et les volumes à suivre annoncent des bouleversements sans retour pour l'univers de Froideval-Ledroit.

Pour conclure, que dire? J'ai retrouvé avec les Chroniques de la Lune Noire un plaisir inégalé en BD de ce genre. Beaux ouvrages, complexité de l'intrigue et absence de toute morale cucul contrairement à beaucoup d'oeuvres similaires. Incontournable pour les amateurs d'héroïc fantasy intelligente et jusqu'au boutiste. Nelfe m'a dit hier que j'aurais droit à deux tomes par mois (l'addiction est en marche!), je chroniquerai donc la suite de ces aventures en mars.

Posté par Mr K à 12:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 15 février 2010

Achats salonesques

Ce week-end avait lieu près de chez nous un salon du disque et de la BD. Enfer et Danao! Haut lieu de tentation pour nous qui aimons beaucoup la bande dessinée et qui avons de nombreux vinyls à la maison. Ils ont été forts, ils nous ont piégé! Il y a un complot sur nos têtes pour qu'on dépense un maximum de fric!

On a été fort (ouais bon, ok pas trop...), on a résisté (ouais bon, ok pas trop...) et on est revenu le porte-monnaie tout vide mais en ayant fait bosser les petits commerçants. Mouhaha, c'est ça de moins pour les grandes enseignes! Non mais! D'autant plus qu'ils n'auraient pas eu certains articles...

disquesBD

Donc, voilà, on avoue... on a craqué sur:

Côté BD:
- "L'âge d'ombre" de Caza
- "Pervers pépère" de Gotlib
- "Chroniques de la Lune Noires" volumes 1, 2 et 3 de Ledroit et Froideval
- "Morbus gravis" volumes 1 et 2 de Serpieri
Côté vinyls:
- "Sacré géranium" de Dick Annegarn (the first! 1974)
- "Mireille" de Dick Annegarn

On se demande qui a pris les bandes dessinées avec les nanas aux gros seins... Et qui a pris ces vieilleries de chanson française... Un indice.