vendredi 20 août 2010

Thaïlande - Lampang

LampangAprès notre début de séjour à Chiang Mai, nous arrivons après quelques heures de car local à la station de bus de Lampang, deuxième étape de notre périple thaïlandais. Petite ville provinciale du nord, située à une centaine de kilomètres de notre lieu de départ, en arrivant, nous nous sommes vite rendus compte que nous allions être davantage immergés dans la réalité du pays, loin des clichés et surtout, des touristes.

Sitôt le pied à terre, nous prenons un tuk-tuk direction l'hotel que Nelfe avait repéré pour nos deux nuits à passer sur place: le "Kim Hotel". Nous n'en garderons pas un bon souvenir et c'est un lieu d'hébergement que je déconseille fortement! Certes c'est pas cher du tout (environ 200 baths soit 5 euros la nuit) mais c'est délabré au possible (chiottes, éviers et douches qui fuient, finalement on l'a eu notre piscine à Lampang!), sale, et on a eu droit à un boucan d'enfer toute la nuit entre braillards éméchés et indélicats ayant la main leste sur le klaxon à 3 heures du mat'. Qu'en est-il de la ville en elle-même?

Lampang1Elle est divisée en deux, en fait de part et d'autre de la rivière Mae Wang. Le centre-ville se situe au sud. Nous y faisons une petite incursion mais la chaleur est telle que nous décidons de nous arrêter dans un p'tit restau sympa pour nous désaltérer (on était plus ou moins sponsorisés par Coca-cola sur ce coup là!) et manger un peu: et deux soupes, deux!

Une fois requinqués, nous repartons plus fort que jamais: direction la partie nord. Nous traversons un pont qui ferait pâlir d'angoisse un ingénieur des ponts et chaussées et arrivons dans la partie moins dense du maillage urbain. Les bâtiments sont cernés de verdure et l'on respire un peu mieux. Nous passons de quartiers déshérités (pour ne pas dire délabrés) à des zones comportant des résidences plus luxueuses.

Nous finissons par arriver au Wat Pongsanuk Taï qui est un des seuls exemple d'architecture lanna dans la région (en gros, le temple est en bois avec des ouvertures sur les côtés). Un bouddha couché, quelques "micro-temples" et des portes assez monumentales Lampang2nous accueillent ainsi que le temple principal. Ce lieu est assez magique et nous y sommes restés une heure à admirer une fois de plus les couleurs et les formes si typiques des temples bouddhistes. On en a aussi profité pour se reposer tant la fatigue s'accumule plus vite sous ces latitudes.

Nous repartons ensuite vers l'est pour finir d'explorer la rive nord. Pour notre plus grande joie, les grands amateurs de marchés que nous sommes tombons justement sur un spécimen assez intéressant: couvert, bruyant à souhait (il faut voir la longue file de scooters garés devant l'entrée), coloré et odorant (pour le pire et le meilleur mais sans Jack Nicholson!). Nous avons parcouru les allées et testé quelques desserts locaux (sortes de gelées avec de la noix de coco rapée dessus: j'ai été converti, Nelfe un peu moins).

Puis nous avons repris la route, en chemin nous avons d'ailleurs vu la voiture de Nelfe version thaïlandaise (Opel Astra Tiffany): grand moment d'émotion (sic)! Nous avons ensuite retraversé la rivière pour nous replonger dans le centre-ville de Lampang, un peu moins caniculaire qu'en début d'aprem. Rien d'extraordinaire à en dire, si ce n'est qu'à un moment nous sommes rentrés dans un centre commercial pour acheter un parapluie (c'est passionnant je sais...) et surtout envoyer nos mails groupés. Ce fut l'occasion de nous confronter à des ordinateurs vérolés jusqu'au trognon et de voir surtout, des cabines à karaoké. Les thaïlandais sont friands de cette activité et dans tous les centres commerciaux que nous avons pu voir, il y a avait toujours ces cabines posées près des bornes d'arcades où des jeunes (mais aussi des moins jeunes) s'adonnent au chant sans limite. Ca vaut vraiment le coup d'oeil!

Lampang3Le soir venu nous sommes allés dans un restau plein de promesses selon nos guides respectifs. Bien mal nous en a pris, certes le cadre de la maison en teck était charmant mais que dire du service... Une catastrophe, on a failli y passer la nuit. En anglais, avec des gestes, des dessins, rien n'y a fait, impossible de se faire comprendre! On est ressorti une heure et demi après en ayant mangé très moyennement (certains plats commandés ne sont jamais arrivés jusqu'à notre table) et avec le ventre qui grogne. En désespoir de cause, Nelfe a testé une soupe au poulet dans une échoppe dont le tenancier avait un je ne sais quoi d'Hannibal Lecter. Soupe dégueu, ambiance glauque et personnel pas cool du tout... Un grand moment de solitude quoi!

De manière générale, Lampang nous a déçu, notamment les gens qui nous ont semblé beaucoup moins ouverts et sympathiques qu'à Chiang Mai. Cruel démenti en tout cas à tous ceux qui disent que la Thaïlande est le pays du sourire à tout bout de champs. Et non, ils peuvent s'avérer désagréables par endroits (on en reparlera sans doute) et franchement, l'ambiance à Lampang était pas terrible.

Au départ, nous devions y rester deux jours et deux nuit avec notamment la visite du Wat Phra That Lampang Luang à la renommée internationale et situé à 18 km de là. Mais franchement, l'ambiance délétère, la chambre pourrie et la fatigue criante nous a fait changer d'avis. Nous avons donc décidé de partir vers Sukhothaï dès le lendemain.