dimanche 3 novembre 2013

"La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2" d'Abdellatif Kechiche

affiche adèle

L'histoire: À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve...

La critique Nelfesque: Comme vous le savez peut être, tous les ans, je suis Cannes assidûment et suite aux louanges sur le Festival et sa Palme d'Or, j'attendais la sortie de "La Vie d'Adèle" au cinéma avec impatience. J'aime chaque année aller voir les films qui m'ont fait envie durant le Festival et découvrir les Palmes d'Or en salle. Mr K n'étant pas tenté par ce film, j'y suis allée avec une amie. Il n'y aura donc que mon avis ici aujourd'hui.

Comme tout le monde, j'ai entendu et lu les polémiques entourant ce film depuis plusieurs semaines. Polémiques lancées par Léa Seydoux sur lesquelles je ne reviendrai pas ici. Tout ça aura au moins eu le mérite de faire encore plus de pub pour "La Vie d'Adèle". A la vue du film, j'ai effectivement pu comprendre la difficulté des actrices à jouer plusieurs dizaines de fois certaines scènes. En tant que spectatrices, je n'ai pas été gênée par les scènes de sexe (de vraies scènes de sexe, pas des petits bisous sans la langue) par contre j'ai trouvé assez déplorable que deux gamins aient pu rentrer dans la salle (film interdit au moins de 12 ans avec avertissement théoriquement) avec leurs grands-parents. Ayant été moi-même assez marquée par "L'Amant" quand j'étais gamine, j'ai eu mal pour eux qui se dodelinaient sur leurs sièges à chaque scène de cul...

la vie d'adele 2

Mais "La Vie d'Adèle" n'est pas qu'un film où on voit deux filles coucher ensemble, cela serait beaucoup trop réducteur et enleverait toute sa beauté au film. D'ailleurs pour moi, le fait que ce soit un couple homosexuel dont il est question n'est qu'anecdotique. "La Vie d'Adèle" est avant tout un film sur l'amour, un film sur la construction sexuelle et affective d'Adèle, pleine de doutes et de questionnements.

Abdellatif Kechiche nous montre là la vie d'Adèle dans tout ce qu'elle a de plus normale. Loin de vouloir chercher la beauté des choses, il nous montre la réalité des faits sans recherche de sublime, de rêverie, de poésie. Cela donne des scènes brutes tels que des gros plans sur les bouches dégoulinantes de nourriture quand les acteurs mangent avec appétit, des actes sexuelles crûs avec moults détails qui homosexuels ou non sont courants dans la vie de tout à chacun, des nez qui coulent quand les actrices pleurent à chaudes larmes. Les mêmes bouches, les mêmes actes, les mêmes nez que ceux de n'importe qui mais que d'ordinaire au cinéma on enjolive, on maquille, sur lesquels on fait l'impasse. La vie, la vraie, sans fioritures. J'ai aimé ce parti-pris par le réalisateur qui consiste à être au plus près de ses acteurs.

la vie d'adele 1

Cette proximité, on la ressent dans chaque plan, resserré sur les visages et qui ne laisse pas d'échappatoire aux spectateurs. Au plus près de l'histoire, rien ne nous est épargné. Cela ne plait pas à tout le monde mais personnellement je ne me suis pas sentie oppressée par ce procédé, bien au contraire, il m'a permis de me sentir plus impliquée dans l'histoire.

La culture est très présente dans "La Vie d'Adèle". Au travers de scènes, ce sont les oeuvres littéraires de Marivaux ou de "La Princesse de Clèves" qui sont mises en avant. Vient ensuite l'Art et notamment la peinture avec les études et la vie professionnelle d'Emma où se côtoient critiques d'Art, galieristes, artistes et même acteurs. Tout le film est baigné dans une ambiance que certains qualifieront d'élitiste. Ici encore, étant plutôt une intello amatrice d'Art et de littérature, je me suis sentie bien dans le milieu proposé qui pour certains peut paraître "trop". Il donne une dimension intellectuelle supplémentaire au film où le vécu d'Adèle entre en résonnance avec la Beauté (attention philo!).

Les actrices jouent chacune leurs rôles avec beaucoup de justesse. Léa Seydoux, que l'on voit au final beaucoup moins à l'écran qu'Adèle Exarchopoulos, douce, sensible et déterminée, tient sans doute là le rôle de sa carrière, et Adèle est l'exact reflet d'une jeune femme lambda se laissant porter par la vie. Elle couche pour la première fois avec un garçon, n'en éprouve pas le bonheur escompté, se laisse séduire par une fille et va vivre là l'apprentissage de l'amour, de la passion, de la vie de couple puis la descente de la rupture, du désespoir et de la trahison. Hétérosexuelle? Homosexuelle? Bisexuelle? Peu importe la sexualité choisie, seul compte l'amour éprouvé. Et n'est-ce pas là la seule chose importante?

la vie d'adele 3

Vous l'aurez compris, j'ai apprécié "La Vie d'Adèle" et je suis contente d'avoir été le voir au cinéma. Je n'ai presque pas vu passer les 3 heures du film (mon amie enceinte jusqu'au cou m'a fait remarquée à 2h30 du film que finalement non il n'y aurait pas d'entracte et c'est à ce moment là que je me suis rendue compte du temps passé). 3 heures au plus près des actrices, 3 heures au plus près de la vie, 3 heures qui je l'espère permettront aux "anti-homo" de s'apercevoir que l'amour est partout et que le jugement n'a sa place nul part... A voir, assurément!

Posté par Nelfe à 17:57 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,