dimanche 20 septembre 2009

Journées du patrimoine sous antibios!

Ce week-end ont lieu comme chaque année les journées du patrimoine. L'occasion de pouvoir gratuitement visiter de hauts lieux de notre Histoire. Vous avez sans doute vu les images des longues files devant les grands lieux parisiens comme l'Élysée, Matignon, le Louvres et tutti quanti... De notre côté, nous nous sommes attachés cette année à découvrir quelques châteaux de la belle région où nous résidons, à savoir le Morbihan sud. Nelfe étant malade (nous sommes un couple qui partageons tout...), nous ne sommes partis qu'en début d'aprem, histoire d'être au top de notre forme pour les trois lieux que nous avions décidé de visiter. Élément désagréable de l'expédition, il fait moche, ciel couvert sans pluie d'où la médiocrité des clichés qui vont suivre, on vous aura prévénu!

111Première halte au manoir de Saint Quijeau sur la commune de Lanvénégen. Il s'agit d'une résidence noble dont les premières traces dans l'Histoire remontent à la 2e moitié XVème siècle et dont l'achèvement de l'édification date de la 1ère moitié XVIIIème siècle. Reste le corps de logis en totalité, dont les ruines de la chapelle en son extrémité est; élévations et toitures des communs est et ouest; les murs de clôture; le portail d' entrée et le puits. Quand nous arrivons, nous remarquons un attroupement de personnes que nous qualifierons "d'âgées". Nous nous mêlons au groupe qui s'avère en majeure partie plus intéressé par les techniques de restauration que par l'histoire même du site; d'où des questions extrêmement intéressantes (sic!) sur l'utilisation ou non de karcher pour nettoyer les façades (ils votent UMP ou quoi?), le taux d'humidité à l'intérieur... Rajoutez à cela un propriétaire certes affable mais dénoué de tout talent oratoire qui se perd en conjectures (entretien du talus jouxtant le verger...). Bref, nous sommes partis assez vite et comme la visite était forcément guidée, nous n'avons pu nous approcher de la cours et encore moins pénétrer à l'intérieur du bâtiment où nous attendait selon le site des journées du patrimoine un escalier de toute beauté... Un peu dégoutés mais pas désabusés, nous remontons dans la R25, remontons la route pour apercevoir l'ancienne métairie qui dépendait du manoir et partons en direction de notre prochaine destination...

222Destination que nous avons eu le plus grand mal à rejoindre. Je vous passe les détails, sachez simplement que nous avons demandé notre chemin à deux personnes âgées et que l'une d'entre elles s'est sauvée en courant (vous n'avez pas idée du caractère effrayant de Nelfe quand elle est malade et parle du nez...). Finalement, nous finissons par arriver au manoir de Kerduel à Lignol. Ce manoir, est habité et a failli être démoli. Il a été construit en trois campagnes et se compose de plusieurs bâtiments. D' une part, l'ancien manoir du 16e siècle, formé de deux ailes articulées autour de l'escalier à vis. D'autre part, accolé à l'ouest de ce manoir, un pavillon du 17e siècle à haute toiture à quatre pans et corniche sur gros modillons. Enfin, à l'arrière de ces constructions, dans l'angle formé par les deux ailes du 16e siècle et au revers du pavillon 17e siècle, un grand appentis construit ultérieurement. Nous sommes reçus ainsi qu'un couple de la quarantaine par le propriétaire bien sympathique auquel nous aurions posé davantage de questions si l'autre couple ne l'accaparait pas et ne nous coupait pas la parole à tout bout de champ (non, non on est pas des râleurs... on est maudit!). Reste un manoir magnifique, des poutres et de la vieille pierre, un escalier en vis d'époque et un travail de restauration parfait restant discret. La demeure de mes rêves depuis que je suis tout petit... Je vais pour sortir mon chèque mais Nelfe m'en empêche m'évitant par la même occasion de me ridiculiser... il paraît que ça coûterait cher... Seul bémol à cette visite, cela nous gène toujours un petit peu de visiter un lieu alors qu'il est habité, un peu comme quand on cherche un logement. Pour moi, c'est le moment fort de la journée...

333...qui s'enchaîne sur le pire, la route pour aller au château suivant. Nous avons cherché, erré pendant au moins une demi heure; la tension montait et j'étais à deux doigts d'abandonner ma chère et tendre au beau milieu de la forêt quand justement entre deux arbres au détour d'un virage nous apparaît le château de la Villeneuve-Jacquelot situé sur la commune de Quistinic. Grande seigneurie datant du XIIIème / XIV ème siècle s'étendant à l'époque sur 27 métairie , édification terminée au XVIIème siècle. Nelfe me fait remarquer qu'on a vraiment pas de bol, le toit est en effet en réfection, toute une partie du château est donc interdite d'accès au public. Reste un édifice très impressionnant, perdu au milieu de nulle part. Le parc est immense, la chapelle d'ailleurs est restée debout et se trouve un peu à l'écart. Quant à l'intérieur bien que dénudé, on ressent l'atmosphère propre à la vie de château d'antan: les pièces immenses, les restes de cheminées, l'escalier monumental, quelques meubles en bois massif typiquement bretons et une vue imprenable sur les environs. À noter que nous n'avons rencontré aucun emmerdeur cette fois ci!

Bilan contrasté donc entre quelques déceptions et la rencontre avec des sites impressionnants. Pour les lecteurs inquiets, je vous rassure de suite: Nelfe est toujours en vie et sa rhino est en voie de rémission... Sa mauvaise humeur par contre...


dimanche 21 septembre 2008

Journées du patrimoine made in BZH

Oh mais c'est qu'il fait super beau aujourd'hui! Pas un nuage, un ciel bleu magnifique, ça c'est un temps à pique nique et à promenades! Combinez à ça le fait qu'on soit le week-end des Journées du Patrimoine et, ni une ni deux, voici Nelfe et Mr K on the road again again.

En ce qui nous concerne, nous n'attendons pas les Journées du Patrimoine pour être curieux de ce qui nous entoure mais il faut bien avouer que pour les ouvertures exceptionnelles, nous ne raterions ce week-end pour rien au monde.

C'est donc avec un sac rempli de cake aux lardons et tomates cerises que nous avons sauter dans la R25, carte routière et appareil photo en bandouillère.

C'est tout d'abord sur Priziac que notre choix s'est porté. En effet, 2 chapelles ouvraient exceptionnellement leurs portes et il faut dire que la description était plutôt alléchante.

La Chapelle St Nicolas date du XVIème siècle et possède un jubé magnifique de 7m sur 5 dont la décoration est très riche et colorée. Orné de cariatides et atlantes, il narre les miracles de St Nicolas et présente les 12 apôtres du Christ. Je vous invite à cliquer sur le lien si vous voulez entrer dans les détails, cette page web étant un vrai puits de science!

St_Nicolas

La Chapelle St Yves, toujours à Priziac, date quant à elle du XIXème siècle. La particularité de cette chapelle est sa tribune en bois sculptée où les 7 péchés capitaux sont représentés, ainsi que le renégat, les vains serments, le jeu, la boisson et l'hypocrisie. Des animaux "pas très catholiques" sont également présents: serpents, lézards, crapauds, scorpions... Chaque représentation est affublée d'un costume régional et le tout donne une ambiance très "particulière" au lieu.

St_Yves

Après une pause déjeuner bien méritée au bord d'un étang (c'est que la culture religieuse, ça creuse!), nous décidons d'abandonner les églises au profit de châteaux.

Le Château de Trégarantec et son jardin à la française réparti sur 3 niveaux sera donc notre première visite de l'après-midi. Datant du XVIIème siècle, il est toujours habité. Ci dessous une photo de sa chapelle (et oui, encore!).

Tr_garantec

Petite pause dans cet indigeste récit (j'en conviens). J'ai pensé à vous bande de pro-félins... Oh qu'il est trop trounious ce chaminoumignon! Ouh le petit chachat, comme il est bôôôô! Et il est où le chat? Et il est où? Et gnagnagni et gnagnagna... Ben il est là!

Chat

Revenons aux choses sérieuses. Il en faut pas beaucoup pour vous distraire...

Enfin, le Château de Coat-Couraval qui, je vous l'annonce d'office, est notre nouvelle acquisition. Nous vous invitons tous à la crémaillère!
Il s'agit d'une maison forte du XVème siècle, typique de la Bretagne intérieure. Erigée par des seigneurs et riches bourgeois pour y habiter, sans prétention militaire, son jardin à la française est orné de bassins servant autrefois à rouir le lin.

CoatCouraval Alors? Quand est-ce que vous venez manger à la maison!?

CoatCouraval1