mardi 26 avril 2016

"Compartiment tueurs" de Sébastien Japrisot

Japrisot compartiment tueurs

L'histoire : Quand vous prenez une couchette dans un train de nuit, méfiez-vous des rencontres. Quand on retrouve une femme étranglée dans votre compartiment, méfiez-vous de vos voisins. Quand on supprime un a un tous vos voisins, méfiez-vous tout court. Si vous n'êtes pas vous-même l'assassin, c'est embêtant!

La critique de Mr K : Petite déception que ce Compartiment tueurs pourtant prometteur de part son thème et son auteur, Sébastien Japrisot. Comme dit lors de son acquisition, j'aime les histoires se déroulant dans des trains, notamment quand on navigue dans le genre policier (l'incontournable Crime de l'Orient Express d'Agatha Christie), et Japrisot est suivi d'une sacrée réputation. Une intrigue bien ficelée mais un traitement ultra-classique qui ne réserve finalement aucune surprise et patine un peu en terme de rythme.

Une femme est retrouvée morte étranglée dans son compartiment couchette, cinq autres personnes ont passé la nuit au même endroit. La police part donc à la recherche de témoignages pour retrouver l'assassin qui sans doute faisait partie du voyage. La tâche se révèle ardue et surtout un compte à rebours funèbre est lancé, en effet les putatifs témoins meurent les uns après les autres assassinés d'une balle de revolver. L'enquête promet d'être longue et difficile.

Chaque chapitre correspond à un numéro de couchette et même si le procédé en soi n'est pas nouveau, je dois avouer qu'il fait son petit effet. Tour à tour, nous alternons le point de vue d'un des occupants du compartiment ou nous suivons les enquêteurs chargés de l'affaire. C'est le point fort du roman, la propension de l'auteur à caractériser en profondeur ses personnages et les situations qu'ils rencontrent. On rentre dans l'intimité de tous, même les petites gens à priori sans importance, les éléments se succèdent sans réels liens ce qui, vous vous en doutez, prendra toute son importance dans l'acte final.

Finesse des protagonistes ne rime pourtant pas avec une œuvre inoubliable. La faute à une trame principale trop classique, qui ne décolle jamais vraiment et qui abuse des clichés sans en retirer la substantifique moelle (ben oui, les clichés ont du bon et permettent bien souvent de structurer une œuvre pour après en dévier et mieux retourner le lecteur). Alors oui, les personnages sont denses mais les surprises rares et l'ennui fait même son apparition par moment. Dommage car du potentiel il y en avait mais si vous êtes un vieux renard de la lecture, vous devinerez la fin dès la moitié de l'ouvrage, ce qui est ballot vous en conviendrez.

Reste un style d'écriture plaisant car accessible, parfois amusant (un des policiers parle à la Audiard, je vote pour!) et l'ensemble se lit sans difficulté malgré une motivation en berne pour ma part à partir de la moitié de l'ouvrage. Un livre de genre totalement dispensable tant le genre policier pullule de classiques.

Posté par Mr K à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,