mercredi 2 octobre 2013

"Graine d'immortels" de Pierre Bordage

bord age

L'histoire: Cent cadavres dans un ashram: comme premier contact avec l'Inde, on a fait plus zen... mais ce n'est qu'un début: pour récupérer le dossier Kali, les fanatiques intouchables sont prêts à tout. Et les magnats de la bio-ingéniérie américaine aussi. Quel trésor génétique le biologiste Jean Hébert a-t-il donc découvert pour mettre l'Inde à feu et à sang?

La solution se trouve quelque part entre les superstitions ancestrales et la biologie moléculaire de pointe. À moins que Mark Sidzik ne sache faire parler les morts...

la critique de Mr K: Cela faisait déjà un petit bout de temps que je ne m'étais pas plongé dans un Bordage. L'occasion m'est faite avec cet ouvrage dégoté par un heureux hasard chez l'abbé. J'avais entendu parler de cette incursion d'un de mes auteurs préférés dans le genre thriller. N'ayant jamais été déçu par lui, je me faisais une joie de le découvrir sous un jour nouveau. Mon avis est pour une fois mitigé concernant un ouvrage du maître.

Le roman commence fort en nous mettant en présence de deux mercenaires à la recherche d'un mystérieux dossier devant les mettre sur la piste de données génétiques qui pourraient renverser l'ordre mondial. Très vite, on se rend compte qu'ils ne sont pas les seuls sur le coup, le sang coule à flot et le temps semble bien court face à l'imminence d'une apocalypse biologique. Au milieu de cette trame, nous suivons Mark, un mystérieux jeune homme appartenant à une organisation secrète gardienne des libertés fondamentales qui tente d'équilibrer les forces en présence et de préserver le monde tel que nous le connaissons. Lâché lui aussi sur la piste du dossier Kali, accompagné d'un ami aussi râleur que fidèle, il va rencontrer une étrange et séduisante hindoue qui va le guider vers l'objet de sa quête.

Le faux semblant règne en maître dans ce livre et très vite le lecteur se rend compte qu'il ne peut faire confiance à personne comme le personnage principal. Individus aux velléités troubles, pratiques sadiques dénuées de tout remord, on plonge dans l'univers des puissances de l'argent et des mouvements intégristes religieux. Le voyage n'est pas de tout repos et Bordage ne nous épargne pas. Nombre de scènes se révèlent d'une cruauté brute mais jamais gratuite et l'on retrouve tout son talent pour planter une situation. L'auteur connaît bien l'Inde pour y avoir séjourné et cela donne lieu à des tableaux aussi réalistes que prenant. On alterne les moments de grâce avec des descriptions de la pauvreté et des mentalités aussi fortes que repoussantes par moment.

Malgré ces indéniables qualités, j'ai trouvé l'histoire plutôt bateau, sans réelle innovation et sans surprise. La fin se révèle même décevante vu toutes les attentes suscitées au gré du récit. Le scénario se révèle bâclé et finalement ne tient pas debout. Les personnages principaux m'ont aussi paru fades de part leur côté caricatural et attendu: le héros est trop bien sous tout rapport, son faire valoir d'ami est plus énervant que vraiment drôle. Pas d'attachement donc et aucune empathie envers leurs difficultés et doutes. Dommage quand on connait les qualités de cet auteur et ses réussites précédentes.

Une petite déception donc même si ce livre nous livre de très belles pages sur un pays à la fois attirant et répulsif. J'attendais beaucoup plus de l'auteur immortel des Guerriers du silence. J'ai eu l'impression de me retrouver face à une oeuvre alimentaire et sans relief. Mais bon... cela devait forcément arriver vu l'ampleur et la densité de l'oeuvre de Bordage. Je ferai mieux la prochaine fois!

Autres Bordage chroniqués par mes soins au Capharnaüm éclairé:
- Wang
- Abzalon
- Orcheron
- Les derniers hommes
- Ceux qui sauront
- Porteurs d'âmes
- L'Evangile du Serpent
- Griots célestes
- Dernières nouvelles de la Terre
- Nouvelle vie et autres récits

Posté par Mr K à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 30 mai 2013

Y'a-t-il un pilote dans l'avion?

Air-India

Une pause-pipi ? Rien de plus banal - en général. A bord du vol AI 403 Delhi-Bangalore la visite du commandant au petit coin s'est transformée en atterrissage d'urgence. Impossible de regagner le poste de pilotage : la porte était désespérement bloquée. Le copilote a dû se poser à Bophal où les techniciens sont passés par un hublot pour pénétrer dans le cockpit, indique le Times of India. Les incidents se multiplient ces derniers temps sur Air India. En avril, selon le quotidien India Today, le pilote d'un Airbus A-320 est allé piqué un roupillon en classe affaire, où dormait déjà son copilote, laissant deux hôtesses aux commandes de l’appareil après un cours de pilotage express. A en croire le journal, les deux hommes ont repris le contrôle in extremis, le pilotage automatique ayant été désactivé acidentellement.
Un responsable d’Air India reconnaît que le cockpit a été sous contrôle des hôtesses pendant 20 minutes, d’autres sources parlent de 40, mais le directeur général de l’aviation civile Arun Mishra a déclaré que les hôtesses sont restées pendant ”la majeure partie du vol de trois heures” dans la cabine de pilotage” écrit India Today. Le quotidien publie un démenti d’Air India assurant qu’à ”aucun moment le cockpit n’a été déserté par ses responsables”. Le communiqué est assorti d’un commentaire perfide : ”Venant d’une compagnie dont une pilote a boudé et refusé de prendre les commandes d’un vol Bombay-Delhi il y a quatre mois parce qu’on lui avait refusé une escale à Jodhpur où elle voulait prendre livraison de kachoris (beignets), un des délices de la ville, ce n’est pas vraiment surprenant”.

Anecdote aussi amusante que flippante tirée du site du Courrier international.

Posté par Mr K à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,