dimanche 1 décembre 2013

"Imaginaerum" de Stobe Harju

Imaginaerum_afficheL'histoire: Tom, un compositeur âgé et sénile, imagine un monde dans lequel il est toujours un jeune garçon. Alors qu'il est endormi, il voyage dans son passé où ses anciens rêves se mélangent au monde imaginaire fantastique et musical du jeune garçon. Gem, la fille du compositeur, tente de recréer les liens qui l'unissaient auparavant à son père en bonne santé, mais ses tentatives sont compromises par la santé déclinante de son père.

La critique Nelfesque: Lors de notre passage aux Utopiales cette année, nous avions noté sur le programme la projection d'"Imaginaerum". C'était une première ciné au festival pour nous puisque lors de notre première édition en 2011, nous n'avions pas eu le temps de nous pencher sur cette facette ci du festival.

Malheureusement pour vous, autant vous le dire tout de suite, nous risquons de vous donner envie avec nos critiques pour ce film qui hélas ne sortira pas en salle en France... Et oui, c'est ainsi, il faudra vous pencher sur les DTV (direct to video) qui loin de proposer des bouses à tous les coups renferment parfois quelques pépites jamais achetées par les distributeurs pour être passées en salle. C'était donc l'occasion de voir l'unique projection française en salle d'"Imaginaerum". Nous n'allions pas bouder notre plaisir!

Visuellement, ce film est vraiment très beau. Nous sommes ici entre rêve et réalité, dans un monde fantasmé à la fois hypnotique et inquiétant. Loin des univers colorés, l'ensemble du long métrage se déroule dans une obscurité permanente qui entraine le spectateur dans une aventure entre trip sous substances et peurs enfantines. La scène où le jeune Tom voyage sur le dos du bonhomme de neige est tout bonnement superbe. Visuellement 20/20. Rien à redire.

imaginaerum5

J'ai retrouvé ici quelques aspects des grands films de contes initiatiques cultes, comme l'inégalable "L'Histoire sans fin" (THE film de mon enfance). Tout est ici réuni: un enfant, un monde inconnu, une bonne dose de fantastique, la peur de rester à jamais coincer dans ce monde... Rien de nouveau sous le soleil dans le fond sauf la dimension "perchée" de certaines scènes, telles que celle avec les soldats de plomb par exemple ou le concert de Nightwish dans un Magic Mirror d'un autre monde.

Le film est court (1h20) et j'avoue avoir eu du mal à rentrer totalement dans l'histoire. Il m'a manqué un je ne sais quoi qui fait que je ne sais pas vraiment si j'ai aimé ce film ou non. Je l'ai trouvé sympa mais il me manque quelque chose, un approfondissement des choses, des scènes plus marquantes supplémentaires... Une sensation d'avoir touché du doigt un moment éblouissant mais de n'en avoir effleuré que le contours...

imaginaerum1l

A la fin de la projection, nous avions la possibilité de noter ce film qui faisait partie de la sélection Utopiales pour la compétition internationale. A ce titre, d'ailleurs, nous étions comme deux gosses en constatant que MONSIEUR Jan Kounen ("Dobermann", "Blueberry", "99 francs" quand même !) avait pris place quelques rangées derrière nous, étant membre du jury du Prix. Au moment du vote, je ne savais pas vraiment quoi dire... Visuel top, musique métal (bon Nightwish, ce n'est pas forcément ce que je préfère dans ce genre mais tout de même, c'est notable), bon jeu d'acteurs mais histoire à laquelle il manque un petit quelques chose pour moi et finalement assez classique si ce n'est dans sa forme au moins dans son fond.

Quand les lumières de la salle se sont rallumées, j'ai retrouvé un Mr K complètement conquis pour sa part. Comme quoi, on n'a pas forcément toujours les mêmes avis. Je lui laisse maintenant la parole...

imaginaerum4

La critique de Mr K: 6/6. Nous avons passé une très belle journée au festival des Utopiales de Nantes et ce film a grandement contribué à la réussite de cette incursion en terre SF. Nelfe m'avait montré la bande annonce quelques jours auparavant et j'avais été frappé par les images fournies entre rêve et réalité d'un univers qui semblait complètement onirique et loin des sentiers battus. Puis mon coeur métalleux se réjouissait de voir porter à l'écran l'imagination débridée des membres du groupe Nighwish qui, même s'il n'est pas vraiment ma tasse de thé (trop mièvre en concert), est tout de même composé de musiciens de talents et puis la chanteuse est trop... mais je m'égare!

Un vieux musicien - Bill - est à l'article de la mort et il va traverser les différents âges de son existence passée, se remémorer des souvenirs que son esprit améliore ou détériore au hasard des rencontres qu'il y fait. Freudien à souhait, ce métrage met en image le conflit père-fils, le manque d'amour parents/enfants qui a des conséquences sur les générations qui suivent. Ainsi, Gem la fille de Bill, se désintéresse dans un premier temps de la mort imminente de son géniteur. Peu à peu, la carapace va se briser et elle va essayer de découvrir tout ce que son père a essayé de lui dire sans les mots, tant il était avare en terme de marques d'affection. Attention, sortez les mouchoirs, j'ai chialé comme une madeleine en fin de métrage... Pfff, rien qu'en y pensant une douce mélancolie m'envahit tant j'ai trouvé cette histoire à la fois universelle, merveilleusement traitée et d'une beauté mortifère.

imaginaerum3

Difficile de résumer l'intrigue tant elle est complexe et non linéaire, attendez-vous simplement à un film hors-norme, complètement barré et peuplé de visions dantesques: le bonhomme de neige qui vient chercher le jeune Bill pour le mener à son destin au comportement aussi étrange qu'inquiétant, des montagnes russes suspendues dans le ciel où se déroule une course poursuite faramineuse, des soldats napoléoniens parlant anglais avec un accent bien de chez nous, un cirque peuplé de clowns très inquiétants, une pièce où plafond et sol s'intervertissent, autant de délires visuels qui baladent le spectateur à travers des visions dignes parfois de The Wall d'Alan Parker. La technique est parfaite d'ailleurs et met en valeur les personnages et l'histoire. La musique de Nightwish se fait ici mélancolique, douce et très plaisante à l'oreille. N'ayez donc pas peur si vous n'êtes pas amateurs de métal!

imaginaerum2

J'ai clairement pris une claque en allant voir ce film. Le sujet me touche particulièrement et me renvoie sans doute à des questionnements intérieurs qui me turlupinent encore aujourd'hui. Le fond est donc d'une finesse et d'une richesse extrême, le tout servi dans un écrin de toute beauté. Véritable petit bijou, sachez que vous avez très peu de chance de le voir dans les salles françaises car il n'a trouvé aucun distributeur pour sa diffusion chez nous. Inclassable, pas vraiment pour les enfants, et alambiqué dans son déroulé, personne ne s'est risqué à tenter le coup. Dommage car leur manque de courage et sans doute de sensibilité vont priver le grand public d'un film hors norme et marquant. Gageons qu'il ait un succès certain quand il sortira en DTV (Direct to video).

Un petit chef d'œuvre du nord que je vous recommande chaudement.

Posté par Nelfe à 20:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,