lundi 13 mai 2013

"La Preuve du Paradis" d'Eben Alexander

preuveduparadisL'histoire: Le Dr Eben Alexander, comme la plupart des scientifiques, avait toujours nié la réalité des expériences de mort imminente (EMI).
Neurochirurgien formé dans les meilleures écoles américaines, il pensait que si les EMI semblent bien réelles, elles ne sont en fait que de simples fantasmes produits par un cerveau en situation de stress extrême.

Pourtant, à la suite d'une maladie rare, le Dr Alexander est plongé dans le coma, en état de mort cérébrale. Au bout de sept jours, alors que ses médecins envisageaient de le "débrancher", ses yeux se sont ouverts. Il était revenu à la vie.

La guérison du Dr Alexander est en soi un miracle médical. Mais le véritable miracle réside ailleurs. Alors que son corps était plongé dans un coma profond, Eben Alexander a voyagé au-delà de ce monde, au sein des niveaux les plus profonds de l'existence supra-physique, et ce qu'il en rapporte est tout simplement... inimaginable !

Pour autant, l'aventure du Dr Alexander n'est pas une fiction. Il démontre, par des faits précis, que la mort du corps et du cerveau n'entraîne pas la fin de la conscience, que l'expérience humaine continue au-delà. Vécue par n'importe qui d'autre, cette histoire serait déjà extraordinaire. Mais le fait quelle soit arrivée à un neurochirurgien la rend révolutionnaire. Aucun scientifique ni aucune personne de foi ne pourra l'ignorer.

La critique Nelfesque: Voici un témoignage que je n'aurai jamais lu sans Entrée Livre. Je vous ai récemment informé de ma participation à la découverte d'ouvrages du printemps 2013 en relation avec ce site communautaire. Ma premère lecture concernait "La première chose qu'on regarde" de Grégoire Delacourt, me voici maintenant plongé dans un témoignage pour le moins énigmatique...

Le docteur Eben Alexander nous entraine, avec "La Preuve du Paradis", dans sa propre expérience de mort imminente. Plus qu'un point de vue lambda, c'est ici l'expérience d'un neurochirurgien qui nous est relaté. Lui donne t'il plus de poids que l'expérience d'un monsieur tout le monde? Rien n'est moins sûr mais Alexander nous montre comment un sceptique pourtant confronté à l'expérience de ses patients va radicalement changer d'avis après son passage dans "l'au-delà".

Je vais essayer de mettre de côté mon propre avis sur la question et me concentrer sur l'ouvrage en lui-même. Cela va être difficile car j'ai été souvent heurtée par les visions de ce médecin et par les conclusions qu'il en tire. Etant moi-même croyante, j'ai tout de même du mal avec les ouvrages empreints de bondieuseries et fleurant bon l'endoctrinement. Ici, selon moi, nous sommes en plein dedans...

La première moitié de ce témoignage retrace d'un côté l'accident d'Alexander et son voyage mental et de l'autre la dure réalité de la vie de ses proches, unis face au malheur qui les frappe, entre espoir et résignation. Jusqu'ici ce témoignage peut se lire comme un roman et j'ai apprécié ce partage. L'identification à l'un des membres de la famille d'Alexander est aisé car nous avons tous vécu ce genre d'épreuves. Nous sommes ici dans un drame familial pur. Alexander quant à lui n'est plus connecté à cette réalité et parcourt des chemins éthérés que l'ont pourrait presque assimiler à de la science-fiction. Des chants oniriques, des visions nimbées de lumière, des conversations sensorielles, un puit de connaissances spirituelles...

La suite du témoignage relate l'après "réveil" d'Alexander. Peu à peu il va reprendre "vie", réapprendre les gestes du quotidien. Son cerveau en surchauffe va faire le tri dans la masse de données accumulées, analyser son expérience et l'auteur va faire part aux lecteurs de ses conclusions sur le sujet.

Je ne doute pas qu'une telle expérience puisse être déstabilisante, donner lieu à une nouvelle vision de la vie mais fait-elle pour autant d'un athée un apôtre? Alexander évangélise les foules, part dans des considérations religieuses des plus soporifiques et loin de me convaincre m'a fait passer de l'état de curiosité à celui de méfiance. Son dernier chapitre est ni plus ni moins que de la propagande à mes yeux où l'on apprend qu'Eben Alexander a créé une fondation "pour servir le bien supérieur en aidant à créer le meilleur avenir possible pour la terre et ses habitants"... Avec le lien qui va bien vers son site internet qu'il est beau, Alexander m'a fait dresser les cheveux sur la tête et cruellement pensé à un gourou de secte. Peut-être suis-je trop terre à terre pour ce genre de lecture...

Les critiques de mes compagnons de Comité de Lecture ainsi que d'autres avis sur la fiche consacrée sur Entrée Livre.