mardi 13 octobre 2015

"Du moment que ce n'est pas sexuel" de Gudule

001

L'histoire: Nora aime Charlie, Charlie aime Nora. Ce pourrait être la happy end d'un roman, ça n'en est que le début. Car il y a la vie, le regard des autres, le succès, la peur, la culpabilité… À force de vivre d'amour et d'eau fraîche, ils avaient oublié que le monde existe, et qu'il se compose de mille petites choses qui séparent les couples. Fin de la fusion. Charlie se laisse embarquer dans une belle aventure professionnelle, Nora suit vaille que vaille. Puis elle est distancée et se retire du jeu. Commence alors pour elle une douloureuse errance dans le Paris des parias. Elle réapprend la liberté – antithèse de la passion – et cette liberté, rencontre après rencontre, va la mener tout droit de l'autre côté du miroir.

La critique de Mr K: De Gudule (récemment disparue malheureusement), j'avais adoré Le Club des petites filles mortes qui m'avait enthousiasmé lors de ma lecture et qui reste encore frais dans ma mémoire, preuve s'il en est de ses grandes qualités de narration et d'imagination. C'est au hasard d'une déambulation chez l'abbé que je tombai sur ce roman présenté par sa maison d'édition comme son premier roman de littérature générale (rappelons que l'auteur était plus branchée sur la littérature jeunesse à la base). Il ne m'a fallu qu'un dimanche après-midi pour le dévorer, happé par une histoire poignante et un style toujours aussi virevoltant et viscéral.

Charlie et Nora sont deux tourtereaux qui s'aiment à la folie. Passion, fusion sont des termes qui définissent à merveille leur relation unique qu'ils vivent pleinement dans la campagne d'Auxerre entourés de leurs animaux. Lui travaille dans l'animation auprès des enfants du village (il est clown), elle cultive le jardin et bouquine. Une vie paisible fait de plaisirs simples à l'écart du monde, une existence en vase clos ou presque sans gloriole ni chichis. Mais voila qu'un jour, Charlie se voit proposer une place dans une troupe de quatre comédiens-comiques promis à un brillant avenir. Cela bouscule les bases du couple qui chancellent entre méfiance nouvelle, jalousie mal-placée et Nora qui sombre…

Une fois rentré dans le roman, impossible de se détacher des pages tant on est pris à la gorge par le personnage de Nora. Elle hante ces pages du début à la fin, figure tragique qui s'enfonce dans la dépression et perd tous ses repères. Boiteuse depuis un accident de la circulation, elle ne vit qu'à travers son homme et l'amour qu'elle lui porte. Très vite, on se rend compte que son accident a laissé des traces et que son équilibre psychique est fragile. L'opportunité professionnelle de Charlie va la faire basculer. Elle se fane, commence à se faire des films et va faire des rencontres aux marges de la société. J'ai rarement lu un livre si pointu sur le sujet de la bipolarité et pourtant rien de moralisateur ou de trop technique ici, seulement le portrait émouvant d'une jeune femme qui s'effiloche tant son côté absolu la bouffe de l'intérieur. Le lecteur est profondément dérangé dans ses certitudes et ne peut que s'émouvoir face à ce personnage jusqu'au-boutiste d'une candeur extrême.

Charlie lui est désarçonné et partagé. C'est la chance de sa vie mais il aime encore plus sa petite femme. Il connaît les fêlures de cette dernière et il ne veut surtout pas l'abandonner, mais malgré les perches qu'il lui tend, elle semble s'éloigner irrémédiablement de lui. La fusion ne semble plus opérer et Nora commence à errer dans les rues de la capitale rencontrant au passage toute une galerie de personnages plus déglingués les uns que les autres: un cracheur de feu mélancolique à l'haleine enfuelée, un groupe de femmes détruites par la vie réunies dans un club de révisionnisme de souvenirs (grand moment du livre!), un mac et sa poule… autant de personnages marginaux qui vont chacun lui apporter des réponses ou de nouvelles questions qu'elle ne peut ou ne souhaite pas aborder avec ses proches. Le passage avec sa sœur est assez criant et montre bien l'incapacité de communiquer autour de la maladie dans certaines familles.

L'écriture est ici franche et directe. C'est le langage de la rue, du quotidien qui nous est servi sans fioriture ni arrangement avec la réalité. Pour autant, la finesse est de mise avec au détour des dialogues et des courtes descriptions, une autopsie au scalpel des sentiments contradictoires de l'héroïne et de son évolution psychologique. On nage en eaux troubles avec des passages profondément dramatiques et d'autres plus légers mais l'ensemble reste à l'image de la maladie décrite: insaisissable et imprévisible. La fin vient cueillir le lecteur dans un état proche de l'aphasie tant elle se révèle implacable et lourde de sous-entendus. Une grande et belle œuvre à découvrir de toute urgence!

Posté par Mr K à 18:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 3 octobre 2009

"Le club des petites filles mortes" Gudule

gudule1L'histoire:

Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu: sang frais, froissons, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs!

Car ces gamines, elles en ont, de belles et terribles choses à vous raconter... Des contes modernes, effrayants et bouleversants, où elles se vengent des adultes avec une cruelle innocence. Avec un humour qui arrache le sourire et un style incisif unique en son genre, teinté de poésie et d'émotion.

Bienvenue dans l'horreur des contes de fées qui ont mal tourné, au pays des enfances brisées dont les rescapées sont d'autant plus attachantes qu'elles peuvent devenir très, très méchantes...

La critique de Mr K:

Génial, tout bonnement génial. J'ai littéralement dévoré ce recueil d'une  des plus grandes auteurs françaises dont le style unique m'a littéralement envouté et dont les histoires m'ont chamboulé quitte à provoquer le dégoût, l'appréhension voir une grande tristesse. C'est un voyage au bout de l'enfer humain qui nous est proposé à travers toute une série de nouvelles à la fois noires et poétiques, du réalisme pur et dur à l'anticipation la plus orwellienne. Ce qui est sûr c'est que ce n'est pas de tout repos et qu'on en ressort changé.

Étrange de la part d'un auteur spécialisée à la base dans les livres jeunesse! Mais finalement, elle les connaît gudule2bien nos marmots c'est ce qui rend si juste et précis ces différents portraits de jeunes filles cabossées par la vie et parfois la mort. D'origine belge, c’est en 1987 que Gudule publie ses premiers livres pour enfants aux éditions Syros. Depuis, elle n’a cessé d’écrire des romans pour la jeunesse. Gudule est également auteur de scénarios pour la bande dessinée. Gudule nous entraîne dans des mondes et des atmosphères étranges où l'imaginaire est roi. Une pointe d'humour vient compléter ces histoires où monstres et sorcières se disputent le premier rôle. Elle a reçu de très nombreux prix de littérature. En tout, Gudule a publié plus de 200 romans, pour la jeunesse mais aussi pour les adultes. Les 8 romans compilés dans ce volume ont été publiés en majorité au Fleuve noir (sauf Dancing Lolita qui est un inédit), dans la défunte collection "Frayeur" dirigée par Jean Rollin (le pape du cinéma bis français).

Le recueil commence avec l'inédit "Dancing Lolita" oeuvre d'anticipation qui nous présente une société futuriste où l'apparence fait loi et relègue la morale aux oubliettes. L'héroïne se retrouve plongé au milieu de tout cela et son innocence va en pâtir. Premier contact avec l'auteur, un vrai choc! S'ensuit, "Entre chien et louve" magnifique de cruauté et de perversité où un homme réincarné en chien reçoit les confessions de sa veuve qui lui raconte sa vie passée sauf que sa version est toute différente de ses souvenirs. À la limite du soutenable par moment tant le pauvre hère se prend des vérités en pleine face sans pouvoir réagir (c'est un chien!), la chute finale est maline. Puis vient le petit roman "Gargouille" qui s'avère un peu plus léger que les autres.Le récit est bien mené mais sans réelle surprise et la fin s'apparente plus à de la caricature qu'à autre chose, restes des personnages attachants et des détails gores plutôt bien sentis!  Ensuite vient un des deux chefs-d'oeuvre de cette compilation "La petite fille aux araignées" merveille d'écriture où le personnage de Miquette (petite fille internée dans un asile suite à un drame atroce) est  attachant à souhait. On touche au sublime, le coeur retourné par un tel destin. Attention auteur dangereux! Et nous ne sommes qu'à la moitié du livre à ce moment là!

L'histoire suivante s'intitule "Mon âme est une porcherie" l'héroïne narratrice est au début de l'histoire une petite fille laide (avilie voir martyrisée par sa famille et son amant) qui n'a qu'un seul amour et confident un cochon en peluche gagné à la loterie. La langue est très familière et nous plonge dans la misère sociale la plus totale. Je dois avouer que cette histoire m'a choqué en tant qu'homme, ce récit étant d'une rare perversité. Aaah ces "écrivaines", sur ce coup Gudule bat Despentes par KO! Reste une plongée dans l'enfer de la folie et la dépendance unique en son genre, âmes sensibles s'abstenir! "Petite chanson de la pénombre" est raconté par le fantôme d'une petite fille sauvagement assassinée une nuit lors d'une fête de village, elle ne communique qu'avec une petite fille venue s'installer 50 ans après près du lieu du drame. Là encore, une merveille d'écriture et une fin totalement thrash! Rien que d'y repenser, j'en ai encore les poils du cou qui se hérissent. Gudule s'avère autant poétique que machiavélique! Pour moi, cette histoire fait partie du trio de tête avec "La Baby-sitter" où quand l'auteur belge revisite les contes de fée à sa manière. Un cadre idyllique isolé dans la montagne, deux jumeaux dans les 8 ans gardés par une baby-sitter. Cette dernière est une spécialiste de la narration des contes et tout se passe pour le mieux jusqu'à qu'un grain de sable vienne tout chambouler... Là encore, Gudule nous entraîne sur des chemins qui ont l'air balisés juste pour le plaisir de mieux nous perdre en chemin (un peu à la manière du père du petit Poucet!). La fin est terrible, implacable et furieusement réaliste. Le must du must de ce volume! Le dernier roman présenté dans ce livre est "Repas éternel" qui est une oeuvre d'anticipation. Pas vraiment de petite fille dans celui-ci, plus une jeune femme plongée dans une France futuriste plongée dans le totalitarisme. cette histoire semble avoir été inspiré par un classique de SF qu'est "Soleil vert". En vrac; vous y retrouverez de l'anthropophagie, de la discrimination, des privilégiés arrogants et ventripotents. Seul texte atteint de manichéisme, il est le seul que j'ai vraiment eu du mal  à avaler. Trop gore, trop court, finalement peu crédible. Enfin... ça se lit tout de même!

Voilà, c'est le temps de laisser le mot de la fin. Une expérience unique éprouvante mais enrichissante. Des personnages hors normes dans des cadres tout aussi réalistes que marqués par des évenements tragiques. Un bijou d'humour noir mais aussi de tragédie, c'est tout cela en même temps que cette oeuvre qui aura pour toujours une place particulière dans mon coeur de lecteur. À lire absolument!

Posté par Mr K à 16:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,