jeudi 10 novembre 2016

"Eldorado" de Laurent Gaudé

eldorado-380502

L’histoire : "Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes."

Pour fuir leur misère et rejoindre l'"Eldorado", les émigrants risquent leur vie sur des bateaux de fortune... avant d'être impitoyablement repoussés par les gardes-côtes, quand ils ne sont pas victimes de passeurs sans scrupules. Le commandant Piracci fait partie de ceux qui sillonnent les mers à la recherche de clandestins, les sauvant parfois de la noyade. Mais la mort est-elle pire que le rêve brisé ? En recueillant une jeune survivante, Salvatore laisse la compassion et l'humanité l'emporter sur ses certitudes...

La critique de Mr K : Cet ouvrage me faisait de l’œil dans ma PAL depuis déjà un certain temps. Oui je sais c’est la honte, il a très bonne presse et j’adore cet auteur. Mais voila, j’aime distiller le plaisir d’une lecture et je préfère laisser passer du temps entre deux lectures du même auteur pour que le plaisir des retrouvailles soit plus intense. On peut dire qu’ici ce fut le cas et même encore plus tant Eldorado touche au sublime dans sa forme et son fond, provoquant un choc émotionnel de tous les instants chez le lecteur irrémédiablement pris dans les filets d’un Laurent Gaudé au sommet de sa forme.

Nous suivons en parallèle deux personnages totalement opposés. D’un côté, nous avons un commandant des gardes côte italien qui suite à une rencontre impromptue va remettre en cause toutes ses certitudes et sa vie. De l’autre, Soleiman, un jeune africain en partance pour un monde meilleur, l’eldorado européen qui promet travail et richesse pour tous. Au fil du déroulé de l’intrigue, le destin va les porter vers la découverte de soi, la traversée de frontières qu’ils ne pensaient jamais pouvoir dépasser...

Ce livre n’est plus tout jeune, il date déjà de 2001 (que le temps passe vite !) mais il est malheureusement encore plus d’actualité avec le drame des migrants qui se perpétue d’une décennie à une autre. Eldorado a le grand mérite de nous décrire avec une acuité impressionnante le processus du départ, les causes et raisons mais aussi ce que l’on abandonne : une terre, une famille, une histoire et même une culture parfois. En suivant Souleiman le déraciné, c’est toute la détresse de ces populations en exil qui nous est donnée à voir sans fioritures ni pathos. C’est aussi l’occasion lors de son parcours pour rejoindre notre continent d’apercevoir l’ombre des passeurs et des réseaux qui les gèrent, les pratiques commerciales et mafieuses mises en œuvre qui s’engraissent sur la misère humaine et les espoirs suscités par l’attrait de l’Europe.

Le commandant Piracci fait lui le cheminement inverse. Suite à sa rencontre avec une réfugiée vengeresse, il décide de tout laisser tomber car il est las de sa fonction et de ce qu’elle implique. Il veut retrouver sa part de vérité, d’humanité et il part. Lui aussi va traverser une frontière et du coup se livrer brut au lecteur hypnotisé par son parcours atypique. Ce bloc brut s’effrite et se découvre au fil des chapitres qui s’égrainent avec une régularité d’horloger et le mènent vers un avenir incertain. Ce personnage est littéralement magnétique et possède une aura incroyable comme d’ailleurs la plupart des personnages de ce roman qui en compte peu finalement mais l’auteur a le don de les magnifier pour densifier la portée de son oeuvre.

Ce roman se trouve au carrefour du conte métaphysique, du récit initiatique et du mysticisme parfois. On retrouve le souffle lyrique qui m’avait embarqué dans La Mort du roi Tsongor, la langue à la fois épurée et porteuse de sens de Laurent Gaudé qui manie à merveille les mécanismes de la narration et propose à travers ces histoires singulières (et en même temps universelles) de revisiter les thématiques classiques de la vengeance, du sacrifice et de la rédemption. C’est vraiment puissant et cette lecture se révèle bouleversante. Impossible de relâcher le volume tant on est emporté très loin et assujetti à des émotions contradictoires. J’ai pour ma part terminé ma lecture complètement assommé et admiratif de la maestria en œuvre dans ce livre.

C’est donc encore une lecture essentielle et magnifique que celle de cet ouvrage de Gaudé qui livre ici une œuvre profondément humaniste, intimiste et à la fois universaliste. Un bonheur de chaque mot, de chaque ligne, un voyage au bout de nous-même à la découverte de soi et de l’autre. Un must !

Egalement lus et appréciés du même auteur au Capharnaüm éclairé :
"Je finirai à terre"
"La Porte des Enfers"
"Pour seul cortège"
- "La Mort du roi Tsongor"
"Le Soleil des Scorta" (il n'y a malheureusement pas de chronique car lu avant de tenir ce blog)

Posté par Mr K à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 30 juin 2016

Puces de Doëlan (29)

En pleine saison des vide-greniers et autres brocantes, dimanche dernier nous sommes allés à celui organisé dans notre commune. Cadre très sympa, en bord de Scorff, c'est toujours un plaisir d'aller fouiner par là-bas chaque année. Oui mais voilà, cette fois-ci, c'est le drame ! Mr K tombe sur une galette-saucisse immangeable ! Galette cartonneuse et cassante et saucisse à peine cuite. Pour Mr K, on touche là à quelque chose de sacré (alléluia) et ce problème de cuisson est vu comme un blasphème (amen) ! Vite, il faut trouver une solution, détourner son attention ! Viiiiite !

Le matin même, j'avais remarqué que se tenaient le même jour les Puces de Doëlan. Il est à peine midi passé, Doëlan est à quelques kilomètres et j'adore ce petit port été comme hiver. Hop, tout le monde dans la voiture, c'est parti pour la découverte de cet événement. Je m'attends à une sortie des plus agréables et c'est une excellente idée pour changer les idées de mon glouton de mari... Qui sait, en plus, il y aura peut-être un autre stand de crêpes là-bas (héhé)...

Puces Doëlan 4

Le soleil est là (je suis même revenue rouge écrevisse sur une épaule, je suis maintenant bi-goût, youpi !), le cadre est parfait. On fouille dans les bacs, on découvre avec plaisir les stands de particuliers et de professionnels. Un savant mélange bien dosé.

Puces Doëlan 6

Benoîte Groult étant décédée il y a quelques jours, cette promenade à Doëlan a une saveur particulière. Nous sommes triste à la vue de sa maison, on y pensera forcément à chaque passage sur ce port...

Puces Doëlan 5

Nous nous sommes concentrés sur les bouquins, Mr K étant à la recherche de certains classiques, il a fait de belles trouvailles. De mon côté, je ne me suis contentée du paysage. Je n'ai pas craqué et je vous laisserai découvrir les acquisitions de Mr K dans la seconde partie de cet article. Pour l'heure, je vous offre quelques vues supplémentaires du cadre dans lequel nous avons évolué dimanche dernier (avouez que nous sommes à plaindre !) et je laisse maintenant la parole à Mr K qui va vous présenter ses trouvailles.

Puces Doëlan 2

Puces Doëlan 3

Puces Doëlan 7

Puces Doëlan 1

------------------------------

A défaut de trouver une galette-saucisse digne de ce nom, le hasard a mis sur mon chemin un certain nombre d'ouvrages à des prix vraiment modiques (0.5€ la pièce en général). Comme dans le domaine des acquisitions livresques, je n'ai aucune volonté... Voici le résultat !

Acquisitions ensemble

Neuf ouvrages de plus dans la PAL ! Quelques classiques pas encore lus, des auteurs plus contemporains que j'affectionne et un saut dans l'inconnu ! En bonus, Nelfe et moi avons même mis la main sur un jeu de société pour deux autour du Seigneur des anneaux. Beau butin pour un début d'après-midi enchanteur entre site magnifique et brocante à ciel ouvert. Suivez le guide des acquisitions du week-end dernier !

Acquisitions

- L'Arbre de santal de Tarjei Vesaas. Un Actes sud de plus à mon actif avec cette histoire d'une famille partant sur les routes pour fuir une mystérieuse menace. S'apparentant à un récit initiatique (tout ce que j'aime !), je vais découvrir un nouvel auteur qui nous convie à priori à un voyage de l'autre côté des choses, de l'autre côté de la nuit... Tout un programme !

- Le Procès de Kafka. En lisant l'excellent ouvrage que lui consacre Xavier Mauméjean, j'avais très envie de relire du Kafka. Le Procès est sans doute son oeuvre la plus connue, je l'ai lu à 16 ans et j'avais adoré. Le temps a passé, l'heure est venue pour moi de le relire et de confronter cette lecture avec mon vécu et mon expérience. En plus, le héros porte le même patronyme que moi ! L'occasion fait le larron.

Acquisitions 4

- L'Adieu aux armes d'Ernest Hemingway. Un des livres préférés des français selon divers classement, bizarrement j'étais passé au travers depuis tout ce temps ! Et pourtant, j'aime Hemingway et son écriture d'une densité incroyable, son universalisme et son humanisme sans fard. J'ai bien hâte de m'y remettre avec ce récit se déroulant durant la Première Guerre mondiale mêlant histoire d'amour et réflexion sur la barbarie.

- En un combat douteux... de John Steinbeck. Pour ceux qui nous suivent, vous connaissez mon profond attachement à ce géant de la littérature. Steinbeck a un don incroyable, celui de conjuguer universalité de ses récits et personnages au charisme fort. Il est ici question d'une grève pendant la grande dépression, Steinbeck s'attachant à suivre les pas de deux ouvriers syndiqués. Toujours d'actualité, ce titre a lui aussi bonne presse dans l'oeuvre du maître. Encore une lecture prometteuse en vue !

Acquisitions 2

- Les Quarante cinq d'Alexandre Dumas. Encore un auteur que j'aime et qui s'offre à moi au détour d'un stand. J'avais bien envie de me remettre au roman historique, c'est l'occasion rêvée avec ce double volume se situant après l'action se déroulant dans La Reine Margot sous le règne d'Henri III. Gageons qu'aventures, conspirations et grands moments historiques se succèdent pour mon plus grand plaisir !

Acquisitions 3

- Eldorado de Laurent Gaudé. Voila un livre de cet auteur qui m'avait jusque là échappé. Le tort est désormais réparé ! Le thème est d'actualité avec un roman traitant des émigrants risquant leur vie sur des bateaux de fortune en mer Méditerranée. On nous promet un voyage initiatique, du sacrifice, de la vengeance et de la rédemption. Tout pour plaire, non ?

- Magnus de Sylvie Germain. Dans ma chronique de À la table des hommes, je concluais en disant que cette auteure méritait une deuxième chance tant j'avais été partagé entre deux sentiments contradictoires vis-à-vis de son dernier roman en date. Le destin a tranché, ce sera Magnus qui me permettra de me faire un avis plus sûr sur Sylvie Germain. Prix Goncourt des lycéens en 2005, ce livre raconte la recherche de son passé par un homme amputé de ses souvenirs. Là encore, le résumé est alléchant, il ne reste plus qu'à tenter l'aventure !

- La Vie d'une autre de Frédérique Deghelt. J'avais adoré L'Oeil du prince lors de sa sortie et il me tardait de retomber sur une auteur qui m'avait séduit par sa science de la narration alambiquée et son écriture immersive au possible. Ici, on change de registre avec une femme qui se réveille un beau matin avec un mari et trois enfants ! 12 ans de sa vie se sont envolés depuis un soir de fête bien arrosé en compagnie d'un bel inconnu... Si ça, ce n'est pas un pitch séduisant, je ne m'y connais pas ! D'ailleurs ce sera ma prochaine lecture ! Verdict dans quelques semaines sur le blog... Pas mal de chroniques en attente au moment où j'écris.

Acquisitions 1

- Le Matin des magiciens de Louis Pauwels et Jacques Bergier. Voici le fameux saut dans l'inconnu dont je vous parlais plus haut. Essai venu d'ailleurs qui a fait grand bruit lors de sa sortie, il est question d'ésotérisme, d'alchimie, de sociétés secrètes, d'irrationnel. L'ombre de Fox Mulder plane au dessus de ce titre bien épais et à la réputation sulfureuse. Wait and see !

Acquisition jeu

Enfin, voici le fameux jeu de société se déroulant dans l'univers de Tolkien. Nous avons hâte de l'essayer avec Nelfe étant des inconditionnels des Colons de Catane et autres jeux du même type. Chacun ici jouera un des deux hobbits principaux (Frodon et Sam en l'occurence, désolé Pipin et Merry on vous aime aussi !) pour aller détruire l'anneau unique en triomphant de différents obstacles. Cela promet des heures de jeu endiablées ! Sauron n'a qu'à bien se tenir !

 ------------------------------

Et voilà pour cette fois ! Quitte à me transformer en mamie qui ne parle que de la météo, je dois dire que je ne suis pas mécontente d'avoir une PAL fournie et un nouveau jeu à tester dans les prochains jours... En attendant de pouvoir aller à la plage avec les bouquins et les jeux ! Héhé !

mercredi 17 décembre 2014

"La Mort du roi Tsongor" de Laurent Gaudé

la mort du roi tsongor

L'histoire: Dans une antiquité imaginaire, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d'un empire immense, s'apprête à marier sa fille. Mais, au deuxième jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate: c'est Troie assiégée, c'est Thèbes livrée à la haine. Le monarque s'éteint; son plus jeune fils s'en va parcourir le continent pour édifier sept tombeaux à l'image de ce que fut le vénéré – mais aussi le haïssable – roi Tsongor.

La critique de Mr K: Je commence à avoir ma petite expérience avec Gaudé que j'ai déjà lu à de multiples reprises et qui ne m'a jamais déçu. La Mort du roi Tsongor traîne déjà depuis quelques temps dans ma PAL et certaines lectrices m'avait encouragé fortement à le lire au plus vite tant il s'était avéré être un coup de cœur. J'ai depuis rempli mon office et je vous l'avoue, ce fut un coup de foudre!

Il y a du Homère dans ce roman, clairement je me suis retrouvé plongé dans l'ambiance et le ressenti que j'ai pu éprouver vers mes huit ans quand mes parents m'avait mis un volume de contes et légendes mythologiques entre les pattes. Une femme à conquérir, une cité assiégée et une guerre menée dont on ne voit pas le bout. Rajoutez là-dessus des intrigues de palais, un vieux roi réfléchissant à sa postérité et une quête initiatique et vous obtenez un roman d'une grande force au souffle épique où un destin sombre plane au dessus des protagonistes.

L'action se déroule dans un pays imaginaire à une époque qui rappelle l'antiquité. Beaucoup d'influences se font ressentir à travers les descriptions des lieux et de batailles, de l'Égypte ancienne, en passant par la Grèce antique et les vieux royaumes africains, c'est un meltingpot culturel qui nous est proposé ici. Cela donne une dimension encore plus universelle au message que veut faire passer l'auteur. Comme à son habitude, Gaudé dose à merveille entre phases descriptives et actions / dialogues, aucune lourdeur donc et un plaisir de lecture optimum.

On croise de sacrés figures héroïques dans ce roman même si un fatum fatal semble menacer chacun d'entre eux. Ainsi le roi Tsongor au summum de sa gloire est un roi apprécié et reconnu mais qui a construit son pouvoir sur la ruine et la désolation. Sa mort est proche et telle une malédiction antédiluvienne, il va plonger sa descendance dans le malheur avec sa mort et le non choix qu'il a effectué juste avant celle-ci. Le cœur des hommes est noir et cette épopée en est une belle illustration même si l'odyssée de Souba (son plus jeune fils chargé d'ériger sept tombeaux) s'apparente plus à une quête initiatique, un voyage rédempteur pour laver les pêchés passés de sa famille. L'intime côtoie ici le grandiose et le dépassement de soi, chacun pourra y piocher ce qu'il y trouvera. Enrichissant est l'adjectif qui convient le mieux à ce livre assez extraordinaire dans son genre.

Les scènes de guerre rappellent les meilleurs passages de L'Illiade d'Homère avec des références certaines aux combats de héros, aux mêlées de poussières et aux pensées des plus illustres personnages. Nous suivons le point de vue des deux camps et tour à tour l'auteur nous interroge sur le poids de l'histoire familial et ses méandres, le sens de l'honneur avec ses aspirations et ses limites, les conséquences de nos actes aussi avec ici une successions de causes et d'effets qui font penser à la machine infernale chère à Cocteau.

Au final, on se retrouve en fin de lecture pantelant et abasourdi devant une œuvre vraiment magistrale, totale, qui provoque un plaisir de lecture rarement égalé. Un classique de plus!

Egalement lus et appréciés au Capharnaüm éclairé:
- "Je finirai à terre"
- "La Porte des Enfers"
- "Pour seul cortège"
- "Le Soleil des Scorta" (il n'y a malheureusement pas de chronique car lu avant de tenir ce blog)

Posté par Mr K à 18:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 18 septembre 2014

"Je finirai à terre" de Laurent Gaudé

Je-finirai-a-terre-laurent-gaudeL'histoire: Gaston Brache, soldat de la Grande Guerre, marche dans la neige. Il doit trouver un homme, et lui délivrer le message d'un compagnon d'armes décédé qui tient en quelques mots obcurs: "Je n'ai pas pu le contenir". Le vieux paysan auprès duquel il s'acquitte de sa mission semble frappé d'épouvante. Tandis que tonne le canon, et qu'à l'étage résonnent des bruits étranges, il sert un verre au visiteur et lui raconte son histoire...

La critique de Mr K: Le récit de "Je finirai à terre" commence avec un homme seul marchant dans la campagne. Il est en route pour délivrer un message. L'hiver est là et au loin résonnent les détonations des pièces d'artillerie. La guerre est omniprésente dans cette nouvelle, jamais frontalement mais au centre de tout. L'ambiance est plantée dès le début et la tension va monter crescendo au fil du déroulé de l'étrange histoire que va lui raconter le vieillard à qui il vient de délivrer son message. Le récit jusque là réaliste va entrer de plein pied dans le domaine fantastique et la résolution de l'ensemble se révèle inédit (du moins dans mes lectures personnelles!).

Cette nouvelle de 58 pages prend son temps, ménageant à merveille les attentes légitimes et pressées d'un lecteur pris en otage et incapable de détourner son regard de cette histoire prenante et riche. Gaudé avec tout le talent qu'on lui connaît, cisèle ses personnages et les lieux qu'il traverse. L'immersion est totale et frappée du sceau de la menace. La menace de la guerre tout d'abord qui hante l'esprit de Gaston Brache qui l'a subi dans sa chair et son esprit. Pareille boucherie laisse des traces et la psychologie de ce poilu-messager est admirablement reconstruite pour mieux nourrir le récit et les analogies à venir par la suite. Il y a aussi ces mystérieux bruits provenant de la pièce fermée à clef au premier étage et qui n'ont rien d'engageant croyez moi! Une fois le voile levé, l'auteur écrit tout un chapitre du point de vue de ce qui provoque ces bruits et cela donne de merveilleuses pages de littérature haut de gamme entre naturalisme et fantastique.

Derrière ce petit récit fantastique, il n'y aucun doute possible: le message est pacifique et désabusé. L'homme prend un malin plaisir depuis ses origines à détruire son environnement et tous les objets de ses désirs. Les errances de l'espèce humaine vous l'avez deviné, sont au centre de la révélation purement surnaturelle qui cueille le lecteur à la fin de sa lecture passionnée. Une belle parabole amenant à réfléchir sur nos actes, nos besoins et notre nature profonde. L'importance dans ce texte est tout le cheminement menant à la vérité finale, à travers le vieil homme et son passé, la rencontre avec ce jeune poilu traumatisé. Il se dégage une image marquante de notre humanité.

Comme toujours, ce fut un grand moment que de lire ce Gaudé. Langue accessible, poésie latente et efficacité optimums sont au rendez-vous pour le plus grand plaisir de l'adepte du maître que je suis. Le suspens est ménagé à la phrase prêt et ne laisse pas de place au désintérêt. Cette nouvelle se lit d'une traite et nous plonge dans une ambiance vraiment particulière où l'espoir semble vain. La concision de l'œuvre n'entache en rien son pouvoir évocateur en matière historique et l'aspect romanesque sublime le background historique pour le rendre plus concret et plus marquant. Belle entreprise que je ne peux que louer et que j'encourage à faire découvrir notamment chez les plus jeunes (à partir de 14 ans tout de même!) pour conjuguer plaisir de lecture fantastique et petit appoint historique. Plusieurs grilles de lectures étant envisageables, tout à chacun y trouvera son compte. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette expérience inoubliable.

Une lecture de plus que je vous recommande chaudement!

Egalement lus et appréciés au Capharnaüm éclairé:
- "La Porte des Enfers"
- "Pour seul cortège"
- "Le Soleil des Scorta" (il n'y a malheureusement pas de chronique car lu avant de tenir ce blog)

Posté par Mr K à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 avril 2014

"La porte des Enfers" de Laurent Gaudé

Porte-des-enfersL'histoire: Au lendemain d'une fusillade à Naples, Matteo voit s'effondrer toute raison d'être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giulana, disparaît. Lui-même s'enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu'on peut y descendre...
Ceux qui meurent emmènent dans l'Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur.

La critique de Mr K: Retour aujourd'hui sur un livre qui m'a marqué et qui reste au moment où j'écris ma plus belle lecture de l'année à peine entamée! "La porte des Enfers" est une fois de plus un petit bijou littéraire façonné avec soin et cœur par un Laurent Gaudé au sommet de sa forme. Grand merci encore à l'abbé pour cette trouvaille merveilleuse!

Dans cet ouvrage Laurent Gaudé aborde frontalement le thème du deuil. Un père un peu pressé traverse la ville pour emmener son fils à l'école. Ils tombent inopinément en plein milieu d'un échange de coups de feu et le jeune garçon s'effondre, mort dans les bras de son père. Commence alors une longue traversée intérieure pour le père éploré, incapable de surmonter son deuil. Son couple se délite et il erre sans but dans la ville. En parallèle, dans certains chapitres se déroulant vingt ans plus tard, on retrouve un homme portant le même nom que son fils mort qui semble se livrer à une vendetta bien sanglante à l'italienne... Étrange, vous avez dit étrange? Vous êtes encore bien loin de la vérité tant ce livre réserve moultes surprises et rebondissements à vous laisser scotché! Les deux récits sont bien évidemment liés et ce n'est qu'aux ultimes pages de ce recueil que vous connaîtrez le fin de mot de l'histoire... mais entre temps, quel voyage!

Pour ceux qui nous suivent, vous connaissez ma profonde affection pour cet auteur qui conjugue langue agréable et histoires hors norme. Le double combo fonctionne à plein régime ici aussi. Les personnages sont attachants au possible. Au premier rang d'entre eux Matteo, père endeuillé et inconsolable. La descente aux enfers est contée avec tact et précision ce qui engendre une très profonde mélancolie chez le lecteur. Le lien ténu qu'il avait lié avec son fils prend d'autant plus d'importance qu'il était très jeune et que le manque emplit l'âme du père et transpire des pages. C'est dur, très dur même. Et pourtant très vite, la rencontre avec d'autres personnages tous plus décalés les uns que les autres (notamment une péripatéticienne travestie humaniste, un vieux professeur masochiste adepte de légendes occultes, un curé rebelle contre le clergé...) vont lui apporter un espoir, un espoir certes fou mais qui le fait tenir et entrevoir peut-être, une forme de rédemption et de courage, le sacrifice ultime. En parallèle, le jeune personnage haineux intrigue. Il semble se la jouer solitaire et on se demande vraiment pourquoi il agit comme cela. Le lecteur suit ses monologues intimes qui semblent bien mystérieux et qui résonnent faiblement mais surement avec l'histoire de Matteo. Quel lien y'a-t-il entre eux?

Vers la moitié du livre, l'histoire prend alors une toute autre dimension. Le fantastique fait son entrée mais ici aussi, une fois de plus avec finesse et même logiquement, ce qui est le comble quand on parle de surnaturel! Comme le titre l'indique, il est question des enfers et vous trouverez dans ce roman parmi les plus belles pages écrites sur le sujet. Dieu sait que je suis amateur de la thématique infernale après ma découverte de Dante et de Milton! Le voyage intérieur des héros se transforme irrémédiablement en quelque chose de supérieur, quelque chose qui nous dépasse mais auquel on sera tous confronté un jour: la mort et ses conséquences, le désir fou de retrouver ceux que l'on a aimé. Autant de questions brillamment traitées par un Gaudé inspiré.

Ce livre est une merveille d'écriture. On le lit avec plaisir, désir, facilité. Les pages se tournent toutes seules et même si le sujet est grave, l'intérêt n'en est que plus prenant et exaltant. Les indices s'accumulent au fil des métaphores filées et autres analogies que l'écrivain nous propose avec une maestria bluffante. L'exploration de l'âme humaine est ici poussée à son paroxysme et fait écho à nos interrogations profondes, d'ailleurs rien que d'en parler me hérisse les poils du cou.

Il est des livres qui comme celui-ci marquent irrémédiablement de leur empreinte indélébile le lecteur. Impossible donc de passer à côté! Vous savez ce qu'il vous reste à faire!

Egalement lus et appréciés au Capharnaüm éclairé:
- "Pour seul cortège"
- "Le Soleil des Scorta" (il n'y a malheureusement pas de chronique car lu avant de tenir ce blog)

Posté par Mr K à 20:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 2 juillet 2013

"Pour seul cortège" de Laurent Gaudé

Couverture-Pour-seul-cortege

L'histoire: En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s'écroule, terrassé par la fièvre.

Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l'héritage et le privilège d'emporter sa dépouille.

Des confins de l'Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d'un temple éloigné où elle s'est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal: le destin l'appelle à nouveau auprès de l'homme qui a vaincu son père...

le devoir et l'ambition, l'amour et la fidélité, le deuil et l'errance mènent les personnages vers l'ivresse d'une dernière chevauchée.

La critique de Mr K: Cet ouvrage est le deuxième que je lis de Laurent Gaudé après l'excellent "Le Soleil des Scorta" que l'on m'avait offert et que j'avais adoré. Avec cet ouvrage, l'auteur nous immerge dans une ambiance de fin de règne comme jamais vous ne la vivrez ailleurs. Alexandre va mourir et son empire est au bord de l'implosion. À travers le regard de trois personnages gravitant ou ayant gravité autour de lui, nous allons suivre l'agonie du chef et sa succession.

Autant vous le dire tout de suite, il m'a tout de même fallu une bonne quarantaine de pages pour réussir à m'immerger dans le roman. Je trouvais le rythme plus que lent et même si la langue est belle, il ne se passe pas grand chose et j'avoue que j'ai été au bord de le lâcher pour le reprendre plus tard. Faisant par là preuve d'une force morale qui m'étonne encore, je rentrai alors complètement dans cette histoire hors du commun au souffle épique certain.

Tour à tour, nous sommes dans la tête d'Alexandre qui ne comprend pas bien ce qui se passe. Puis, nous suivons un de ses meilleurs amis envoyé comme messager loin de son empereur alors que ce dernier est au plus mal. Et puis surtout, nous suivons le parcours de la fille de Darius et à elle seule, elle mériterait un livre tant ce personnage est à la fois attachant et puissant. Elle est sans conteste mon personnage favori de cette épopée, loin des clichés et des portes ouvertes, elle symbolise la droiture et la responsabilité malgré sa fragilité. Elle est une bouleversante figure dramatique.

Difficile de parler de ce livre tant une fois conquis, nous sommes plongés dans une histoire à la fois simple et épique. La langue de Gaudé fait ici aussi merveille et les derniers chapitres sont parmi les plus impressionnants que j'ai pu lire. Si si, on n'est pas loin de "La Légende des siècles" de Hugo en terme de ton épique. La dernière chevauchée des compagnons d'Alexandre n'a pas à rougir de la légende de Roland et de son épée Durandal et franchement, j'ai refermé le livre chargé d'émotion et l'esprit excité comme rarement.

Une très belle lecture bien que difficile au départ. Lancez-vous et préparez-vous à un voyage hors du commun.

Posté par Mr K à 16:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,