lundi 26 décembre 2016

"Nous allons mourir ce soir" de Gillian Flynn

Nous allons mourir ce soirL'histoire : Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

La critique Nelfesque : Plus une nouvelle qu'un roman, ce dernier Gillian Flynn sorti chez Sonatine en novembre dernier fait moins de 100 pages et se lit très vite. Est-ce suffisant ? La quantité fait-elle la qualité ?

A cette dernière question, je répondrai sans hésitation : "non" ! On a vu souvent de longs romans s'engluer dans des descriptions inutiles, nous perdre en chemin ou finir par nous ennuyer complètement. Avec "Nous allons mourir ce soir", point de tout cela, l'auteure nous propose une courte histoire efficace !

N'étant pas une grande adepte du format nouvelle, j'aurai aimé une production plus longue pour bien m'imprégner de l'histoire mais force est de constater qu'avec peu de pages, Gillian Flynn réussit à saisir le lecteur, à ne pas le lâcher et lui proposer une histoire qui se tient. Avec un nombre de pages restreint, où tout pourrait n'être qu'effleuré, Gillian Flynn caractérise à la perfection ses personnages et forme un tout très appréciable. On flirte ici entre le thriller et l'épouvante et pour qui aime ces deux genres littéraires, on passe un bon moment.

Le personnage principal n'a pas eu une vie facile. Gamine, elle a fait la manche avec sa mère pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. Elle laisse derrière elle cet univers misérable à l'âge de 16 ans pour devenir prostituée... Ce n'est pas une grande avancée dans un plan de carrière me direz-vous mais depuis, elle roule pour elle et travaille dans l'arrière boutique d'une chiromancienne en tant que "chargée de clientèle". Enchaînant branlette sur branlette, elle va développer assez vite une douleur au niveau du poignet l'empêchant de travailler (et oui, 23546 branlettes, ça use !). Sa boss va alors la faire passer à l'avant du magasin pour l'initier cette fois-ci à l'arnaque et à l'abus de personnes en situation de faiblesse. Elle sera maintenant voyante et medium et fait ainsi la connaissance de Susan qui en emménageant à Caterhook Manor a vu le comportement de son beau-fils changer. Une entité supérieure semble avoir pris possession de lui et Susan a besoin d'aide...

A ouvrage court, chronique courte. Je ne peux pas décemment vous donner plus de précisions sur le contenu de cette nouvelle. Sachez toutefois que Gillian Flynn étonne encore son lecteur avec un procédé d'écriture incisif, un univers noir et une plume cynique et parfois trash. La narratrice qui jusqu'ici n'a cessé d'utiliser les faiblesses des gens pour avancer va se retrouver empreinte au doute et va commencer à avoir peur elle aussi... Une petite centaine de pages savoureuses, un bon moment de lecture courte qui se lit d'une traite et une auteure encore une fois diablement talentueuse en matière d'angoisse !


samedi 9 juin 2012

"Les lieux sombres" de Gillian Flynn

les lieux sombresL'histoire: Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. La petite fille qui a échappé au massacre, désigne le meurtrier à la police: son frère, âgé de quinze ans.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que Ben est toujours derrière les barreaux, Libby souffre de dépression chronique. Encouragée par une association passionnée par l'affaire, elle accepte de retrouner pour la première fois sur les lieux du drame. Et c'est là, dans un Middle West dévasté par la crise économique, qu'une vérité inimaginable commence à émerger...

La critique Nelfesque: J'avais remarqué la sortie de ce roman chez Sonatine en février 2010. Vous connaissez maintenant l'amour que je porte à cette maison d'édition (en fouinant sur le blog, vous trouverez pas mal de critiques de romans sortis chez eux) et je me doutais bien que "Les lieux sombres" serait un thriller de qualité. Je me le suis procurée lors de sa sortie en poche et voici plus d'un an qu'il croupissait dans ma PAL. Honte à moi! Heureusement, une lecture commune impulsée par mimigogotte m'a permis de l'en sortir...

Avec "Les lieux sombres", le lecteur navigue entre l'époque actuelle et le triste jour du 2 janvier 1985 où une famille a été abattue en plein milieu de la nuit dans sa ferme du Missouri. Plus qu'un meurtre, c'est une véritable boucherie aux relents de satanisme qui a été commise. Seule Libby échappe à ce massacre en s'enfuyant par la fenêtre de sa chambre et en restant prostrée dans la neige pendant des heures en chemise de nuit. Cette fillette âgée de 7 ans va alors accuser son frère aîné qui sera condamné à perpétuité. Cela fait maintenant 25 ans que Ben est en prison et un évènement va venir tout bousculer.

Libby est un personnage étrange dont toute la vie a été conditionnée par le meurtre de sa mère et de ses deux soeurs. Elle a un caractère "plat", n'a pas beaucoup d'entrain, se laisse porter et vit grâce aux dons que des anonymes, pris de pitié, ont fait à cette rescapée à l'époque des meurtres. Au début du roman, j'avoue que je n'avais pas une grande estime pour elle et pour la vie qu'elle a mené. Lorsqu'elle est contactée par une association qui se passionne pour son histoire, se réunit pour démêler l'affaire et est prête à payer Libby pour son aide, cette jeune femme arrive sur ses réserves d'argent. Bien qu'il lui en coûte de se replonger dans l'horreur de son enfance, elle considère qu'elle n'a pas le choix et accepte la proposition. Libby n'a jamais rien fait de sa vie, il n'y a pas d'autres issues.

Agaçante au départ, on va au fur et à mesure du récit s'attacher à elle. Les retours sur son passé, ce 2 janvier, heure par heure, à travers les yeux de sa mère, Patty, et de son frère, Ben, vont nous faire apparaître l'histoire sous différents angles. Les pièces du puzzle vont s'assembler au fil de son enquête qui la mènera vers son frère après plus de 20 ans de silence, vers son père Runner, personnage pathétique et alcoolique qui n'a jamais assumé sa famille mais aussi vers les amis de l'époque de son frère. Gillian Flynn nous mène alors littéralement en bateau, nous convainquant de la culpabilité de Ben, puis nous faisant douter, puis nous reconvainquant... Le lecteur est baloté dans tous les sens et toutes ses certitudes sont mises à mal.

Cette double lecture, à l'époque actuelle et en 1985, est rondement menée. On avance ainsi sur les deux tableaux et la vérité arrivera pour nous comme pour Libby dans un final qui laisse le lecteur sur le cul! Qu'est ce qui pousse un homme à tuer, jusqu'où va l'amour des siens...? sont autant de questions abordées dans ce roman.

On s'attache à Libby mais on s'attache également à Patty, la mère de famille, un exemple de courage et d'abnégation. Dans sa ferme en faillite, seule face aux créanciers, elle élève ses 4 enfants en mère célibataire, leur apportant le meilleur avec ce qu'elle a. Michelle, la plus grande de ses filles, est une vraie petite fouine qui veut tout savoir sur tout et tyranise son frère pour connaître ses secrets et le faire chanter. Dur pour un gamin de 15 ans de voir sa famille dans le besoin quand il a des amis riches. Il aide financièrement sa mère en faisant des ménages, comprend et soutient sa famille mais en même temps il est déçu de ne pas pouvoir vivre comme tout le monde, de ne pas avoir de voiture pour emmener sa copine au cinéma ou s'acheter des vêtements qui ne ressembleraient pas à des loques. Et là dessus, ses amis ne sont pas d'une grande aide et le rabaissent sans cesse. Je me suis demandée durant toute ma lecture pouquoi Ben continuait de fréquenter des gens aussi abjectes et condescendants. N'y connaissant pas grand chose en psychologie d'ado, j'aurai volontier mis des tartes à ce garçon pour qu'il cesse de fréquenter ces résidus de fausses couches drogués jusqu'aux yeux! Mais Ben est un adolescent en souffrance et en quête de reconnaissance.

"Les lieux sombres" est l'histoire d'une tragédie, d'un énorme gâchis. C'est un roman qui prend aux tripes et dans lequel Gillian Flynn, qui signe là son second roman, fait montre d'un véritable talent d'écrivain pour dépeindre des ambiances et des scènes de la vie quotidienne emplis d'amour et de compréhension. J'ai vraiment beaucoup aimé ce thriller très axé "histoire de famille". Je vous le recommande chaudement!

A lire également, les avis de mes compagnons de LC: mimigogotte, Tousleslivres, reveline, Gentiane et licorne.

Posté par Nelfe à 15:34 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,