jeudi 8 décembre 2016

"Grâce et dénuement" d'Alice Ferney

9782290302750

L’histoire : Dans un décor de banlieue, une libraire est saisie d'un désir presque fou : celui d'initier à la lecture des enfants gitans privés de scolarité. Elle se heurte d'abord à la méfiance, à la raillerie et au mépris qu'inspirent les gadjé. Mais elle finit par amadouer les petits illettrés, en même temps qu'elle entrevoit le destin d'une famille sur laquelle règne une veuve mère de cinq fils.

La critique de Mr K : Très belle lecture que ce troisième roman d’Alice Ferney que Nelfe a choisi lors de ma sélection de trois livres me tentant fortement dans ma PAL dans la catégorie littérature contemporaine. Précédé d’une très bonne réputation, Grâce et dénuement me faisait de l’œil depuis un certain temps et m’avait été vivement conseillé par des collègues et de nombreux internautes. J’ai donc franchi le pas et lu en un temps record ce petit livre bourré de qualités.

On suit les pas d’Esther, une bibliothécaire idéaliste qui va croiser une famille de gitans campant illégalement sur un terrain abandonné. Elle a pour objectif de prendre contact avec eux et surtout de faire découvrir la lecture et les joies qu’elle procure à ceux qui s’y adonnent. Le départ est difficile entre méfiance, tâtonnement et la difficulté de se comprendre quand on vient de cieux si différents. Mais la persévérance, l’échange et l’écoute vont briser bien des barrières et créer des liens très forts entre la gadjé (non gitane) et la tribu d’Angeline, matriarche régnant sur son petit monde.

La qualité principale de ce livre réside dans ses personnages. Il souffle sur cette histoire un vent d’humanité et de simplicité comme il fait bon lire en ces temps troublés. La caractérisation est simple et efficace, les péripéties vont permettre de développer des rapports changeants tout au long des 188 pages qui s’avalent toutes seules. L’héroïne par son approche mesurée, son tempérament entre patience et volontarisme a un charisme fou qui redonne espoir au genre humain et à la nécessaire compréhension entre tous. Lectrice hors pair qui sait choisir ses textes (essentiellement des contes et des fables), elle hypnotise très vite les petits puis les grands. Ce personnage est d’une justesse de tous les mots, de toutes les phrases ; et ceci sans exagération ni pathos, la rendant tout simplement humaine. Une héroïne des temps moderne à l’instar de certains professeurs travaillant en zone difficile et qui font découvrir un monde nouveau à leur élèves.

Face à elle, il y a cette famille gitane enfermée dans sa condition (car elle le veut bien aussi). La figure tutélaire d’Angeline est marquante, elle est la gardienne des traditions et veille jalousement sur le bien-être et la cohésion de sa famille qui se compose de cinq fils, dont quatre mariés et papas. Il y a constamment en toile de fond, cette lutte de l’ancien monde et la nécessaire adaptation au nouveau qui prend ici la forme des enfants non scolarisés qui au contact d’Esther vont s’ouvrir à d’autres horizons. Les petits sauvages s’avèrent très vite être des enfants comme les autres, avides de sensations nouvelles, impatients de revoir chaque mercredi leur lectrice préférée les transporter vers des ailleurs rêvés et fantasmés. Les passages avec eux sont de toute beauté. Et puis, il y a les adultes plus réticents qui se débattent avec leurs conditions, avec notamment de très beaux portraits de femmes dévouées corps et âme au groupe malgré les rigueurs de la vie, et leurs hommes, tous frères qui vivotent mais dont les affres touchent en plein cœur.

J’émettrai cependant une légère objection sur l’aspect un peu trop lisse de cette famille de ces gens du voyage. Il y a certes un des frères qui s’avère aliéné et incontrôlable mais j’ai trouvé le portrait général un peu trop complaisant et à sens unique alors que l’on sait très bien que les êtres humains ont aussi leur part d’ombre. Un peu comme si, Alice Ferney ne voulant pas rentrer dans les clichés, évitait d’aborder des aspects de la vie de cette famille, notamment les quelques trafics auxquels ils se livrent. C’est abordé mais jamais vraiment frontalement pour se consacrer quasi exclusivement aux relations familiales. C'est un peu manichéen sur les bords aussi par moment quand on évoque les expulsions dont ils sont victimes. Mais quid des victimes de leur occupation illégale d'une propriété privée ? Dans le livre cela ne pose aucun problème à la propriétaire mais dans la vraie vie, c’est bien plus compliqué. Cela ne gâche pas le roman qui s’apparente bien des fois à un conte mais j’aurais aimé davantage de noirceur pour transcender encore plus le reste.

Rien d’irrémédiable pour autant pour mon avis général qui reste très positif. Alice Ferney manie une langue douce et brute à la fois, la narration est fluide et les personnages sont confondants de réalisme, pétris d’humanité et l’histoire en elle-même est universelle. Un très beau moment de lecture, une parenthèse enchantée qu'on referme bien trop vite...

Posté par Mr K à 17:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,