dimanche 14 juillet 2013

"Faërie" de Raymond E. Feist

faerie

L'histoire: La maison Kessler était perdue dans les bois... Une ferme splendide et pleine de recoins, où Phil et Gloria pensaient trouver le calme, loin de la ville et de l'agitation. Mais ce que trouvent leurs trois enfants est bien différent: d'étranges histoires de clairières hantées, de lueurs qui dansent dans la forêt et de trésors enfouis...

Tout un monde secret, enchanté par l'ancienne magie celtique et habité par de mystérieuses présences. S'agit-il des fées et du vieux peuples des légendes? Ou d'êtres plus dangereux, animés de désirs inquiétants?...

Bientôt, ce qui avait la couleur du rêve se change en un terrifiant cauchemar. Des puissances oubliées se sont réveillées et convoitent les enfants. Pire encore: leurs âmes.

La critique de Mr K: Une lecture bien agaçante aujourd'hui avec Faërie de Feist. Pour ceux qui nous lisent régulièrement, il n'a pas dû vous échapper que cet auteur nous avait bien charmé avec son premier cycle de Krondor. Nelfe me l'avait fait découvrir et j'avais apprécié la plume et la maîtrise scénaristique dont faisait montre sieur Feist. C'est donc plutôt optimiste et même disons-le avec impatience que je me plongeai dans la lecture du présent volume. Au final, une belle déception malgré de bons moments. Le pitch pourtant était accrocheur à souhait et dès que j'avais lu la quatrième de couverture, je pensais que ce livre était fait pour moi...

Une famille déménage dans une vieille maison cossue bordée par la forêt. Dès le début on le sait, il y a quelque chose de pas clair, quelque chose de malveillant qui rode. Mais voilà, Feist s'embourbe très vite dans la description des liens familiaux qui unissent les membres de cette famille recomposée. Sortez les violons et la guimauve, on se retrouve dans une ambiance mormone à souhait où les bons sentiments s'enfilent comme des perles entre niaiseries et fadeur. A part les deux jumeaux garnements, tous les autres personnages humains sont à vomir tant ils sont conventionnels et leurs réactions prévisibles. On s'ennuie, on rit involontairement puis franchement, en citant des passages bien ringards à ma blogueuse de coeur! Pffffou! Je vous assure que la finesse des personnages est digne d'un parpaing-plein de construction période seventies!

Heureusement, la menace se précise un peu plus tous les trois chapitres et insinue un peu de doute dans cette famille ricaine bien sous tout rapport. Mais les touches sont vraiment légères et peu développées dans les trois quart du roman. Il faut donc s'accrocher! Heureusement, la dernière partie est bien plus enlevée, bascule dans le fantastique et la fantasy avec une maestria d'écriture qui fait penser aux meilleurs passages de l'auteur de Krondor. Une instabilité émotionnelle s'installe enfin et le lecteur se sent impliqué. Le final n'est pas des plus original mais n'est pas décevant. Heureusement, vu le mal que je me suis donné pour survivre à la morale bien pensante qui pèse tellement sur ce livre.

Le style de l'auteur reste égal à lui de même entre accessibilité et exigence descriptive (ça se lit vite et bien) avec des passages tout bonnement stupéfiants comme le charme érotique dont est victime la fille ainée ou l'exploration finale que doivent entreprendre les deux jeunes fils de la famille. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser qu'on pouvait supprimer une bonne moitié du livre tant des passages entiers font remplissage et alourdissent inutilement l'ensemble. Au final mon admiration pour Feist en a pris un coup et je ne pense pas le relire de sitôt. Dommage...

Posté par Mr K à 21:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 28 janvier 2012

"Krondor: La Trilogie de l'Empire - Tome 1: Fille de l'Empire" de Raymond E. Feist et Janny Wurts

filledelempireL'histoire: C'est au moment où Mara, unique héritière du clan des Acoma, s'apprête à prononcer les paroles qui feront d'elle une prêtresse pour le restant de ses jours, que Papéwaio, le plus fidèle des soldats du clan, interrompt la cérémonie pour lui annoncer la mort de son père et de son frère. Propulsée à la tête du clan, Mara doit regagner ses terres de toute urgence pour sauver sa maison de la ruine et de la honte. Car au Jeu du conseil les ennemis des Acoma sont nombreux. Il faut reconstituer au plus vite l'armée décimée, pérenniser les liens commerciaux qui assurent au clan ses revenus et nouer des alliances politiques susceptibles de mettre en échec les plans des maisons rivales. A condition, bien sûr, de survivre aux assassins toujours plus nombreux qui viennent la traquer jusque dans son fief...

La critique Nelfesque: J'ai lu il y a quelques années "Les Chroniques de Krondor" de Feist. Toute nouvelle adepte de fantasy à l'époque, j'avais adoré cette série et m'étais passionnée pour l'univers qui y était décrit. J'avais lu par la suite "Les Nouvelles Chroniques de Krondor" et bien que les ayant apprécié, j'avais retrouvé les mêmes ficelles que la saga précédente et avais été un peu déçue par celles-ci.

Mr K m'avait offert ce premier tome de "La Trilogie de l'Empire" il y a quelques mois (années? j'ai honte...) et je n'avais jusqu'alors pas pris le temps de le lire. L'occasion d'une lecture commune mise en place par Mayella m'a permis de sortir enfin ce roman de ma PAL.

Et alors? Arrête de nous raconter ta vie Nelfe et dis nous ce que tu as pensé de "Fille de l'Empire". Et bien ça me fait mal de le dire tant j'avais aimé "Les Chroniques de Krondor", mais "Fille de l'Empire", présentant ce qui se passe de l'autre côté de la Faille et qui sont vraiment les adversaires de Midkémia (si vous n'avais pas lu les Chroniques, vous ne comprenez rien de ce que je viens de dire), m'a profondément ennuyée! Peut-être que je suis partie trop sûre d'aimer cette nouvelle saga ou que les héroïnes féminines me laissent de marbre (j'ai souvent constaté cela)... Toujours est-il que j'ai trouvé l'ensemble bourré de clichés et qu'à la longue la lecture s'est transformée en parcours du combattant.

Mara, sous la plume de Feist et Wurts (qui n'était pas présent à l'écriture des sagas précédemment citées), est une femme certes courageuse et fière mais la seule arme que lui ont trouvée les auteurs pour faire face au drame et riposter est... son charme. Mouais... Bien la vision machiste!... De quoi dispose donc une femme pour résister face aux hommes? Son cul bien sûr! Désolée d'être vulgaire mais vraiment ce parti pris me met hors de moi. Du coup, Mara est molle, patiente, énigmatique, elle prend les coups et ne les rend pas. En un mot, elle est soumise et sa vengeance finale (oui parce que ça finit par arriver quand même), loin d'être une apothéose, m'a semblée horriblement fade. Sans doute étais-je déjà blasée...

En conclusion, je suis loin d'être convaincue par ce premier tome de la saga "La Trilogie de l'Empire" et m'arrêterai là tant l'ennui m'a accompagnée dans ma lecture. J'ai terminé ce roman "en crabe", sautant des lignes sans grand intérêt... Un bon gros flop en somme!

Les avis de mes compagnons de LC: paikanne, Spocky,  (je mettrai à jour les liens au fur et à mesure de leurs mises en ligne)

Posté par Nelfe à 10:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,