mardi 7 juin 2016

"Confessions d'un gang de filles" de Joyce Carol Oates

confessions d'un gang de fillesL'histoire : Un quartier populaire d’une petite ville de l’État de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes, pour survivre et se venger des humiliations qu’elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. La haine, et surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage.

La critique Nelfesque : Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas plongée dans un roman de Joyce Carol Oates. J'aime le côté torturé qui émane de son écriture, ses histoires qui prennent aux tripes... On ne ressort par indemne d'un roman de cette auteure. Ses écrits vous collent à la peau et restent longtemps dans votre esprit. C'est avec cette attente que je suis entrée dans "Confessions d'un gang de filles" et je n'aurais peut-être pas dû...

Nous suivons ici l'histoire d'un groupe d'amies. Adolescentes vivant dans une petite ville où tout le monde se connaît, Maddy, Goldie, Lana, Rita et Legs décident d'unir leurs forces, leurs espoirs et leur rage. Ensemble elles forment le gang "Foxfire". Seules, elles sont peu de chose, à 5, elles croquent la vie à pleine dent, prêtes à tout affronter, à s'imposer et à lutter. Une lutte contre le système, une lutte contre les injustices et les incompréhensions, une lutte contre les hommes, une lutte pour la liberté.

"Confessions d'un gang de filles" est le journal de Maddy. Un journal qu'aujourd'hui elle relit au lecteur pour lui faire comprendre les liens qui l'unissaient à ses compagnes de route. Amies / ennemies, choisies parce qu'elles ont toutes une faiblesse qui une fois mises ensemble n'existent plus, ces 5 jeunes filles s'aiment comme on s'aime à l'adolescence avec toute la naïveté, la fidélité et l'excès que cela implique.

Dans ce roman féministe, Joyce Carol Oates nous dépeint des personnages qui tiennent tête aux hommes, qui les défient et décident de ne pas s'y soumettre. Excessives parfois, elles sont l'anti-thèse de la femme au foyer des années 50. Leur rêve n'est pas de se marier et de fonder une famille. Elles veulent rester ensemble, ne compter que sur elles-même et dicter leurs lois. Oui mais voilà, leurs lois va parfois à l'encontre de "la" loi et ces gamines, qui ne sont que des écorchées de la vie, vont se retrouver confrontées au bâton, à l'injustice, au totalitarisme patriarcal et à un système qui tolère des gangs de mecs mais certainement pas des bandes de nénettes. De ce point de vue là, "Confessions d'un gang de filles" est un ouvrage salutaire mais, à mon sens, il manque une étincelle pour que le feu de Foxfire prenne.

Là où je m'attendais à une histoire poignante, à un jusqu'au-boutisme cathartique comme seule Joyce Carol Oates sait le faire, je n'ai trouvé qu'effleurement et superficialité. Ce sentiment vient en très grosse partie du choix qu'a fait l'auteure de nous relater les faits sous forme de journal. La narratrice est l'une de ces jeunes filles, ce n'est pas une professionnelle de l'écriture et Oates a construit tout son roman avec ce postulat de départ. Certains y trouveront la fraîcheur de la jeunesse et un amateurisme touchant. De mon côté, cela a été un frein à l'empathie. On ne retrouve pas ici la boule d'angoisse, le malaise grandissant à chaque page que l'on a pu ressentir avec d'autres romans de cette auteure. On voit poindre la violence sous chaque acte, dans chaque dialogue. J'aurai voulu qu'elle explose et qu'elle se ressente véritablement. Ce n'est pas l'histoire qui est en cause mais réellement ce choix d'écriture. Dommage pour moi...

logo-epub"Confessions d'un gang de filles" est une belle histoire d'amitié, un instantané de l'Amérique des années 50, un drame ordinaire. Vous l'aurez compris, je ne me suis pas sentie assez impliquée dans l'histoire pour réellement l'aimer mais les problématiques que cet ouvrage soulève sont intéressantes : sexisme, violence, perte de repères, démission parentale... Ce roman a été adapté au cinéma par Laurent Cantet (Palme d'Or pour "Entre les murs"). Je suis curieuse de voir qu'elle a été son approche de l'histoire. Peut-être accrocherai-je plus à sa vision qu'à celle de Joyce Carol Oates par les yeux de Maddy.

Posté par Nelfe à 17:16 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 4 septembre 2013

"Avoir un corps" de Brigitte Giraud

avoir un corpsL'histoire: "Des vêtements à peine écartés, des ventres et des reins maladroitement caressés. Des intentions plus que des actes. On donne, on offre, on laisse à l’autre le soin de prendre, de saisir, de posséder. Mais l’autre est dans le trouble de la conquête, avec le trop-plein de lumière qui éclaire la chambre. Il est difficile d’accéder au secret en plein jour. Alors les yeux se ferment, les doigts s’agrippent et les cuisses s’extraient des pantalons. Il cherche, soulève, accélère. Je veux bien, veux tout, ne résiste pas."
Avoir un corps est la trajectoire d’une enfant qui devient fille, puis femme, racontée du point de vue du corps, une traversée de l’existence, véritable aventure au quotidien où il est question d’éducation, de pudeur, de séduction, d’équilibre, d’amour, de sensualité, de travail, de maternité, d’ivresse, de deuil et de métamorphoses. L’écriture au réalisme vibrant, sensible et souvent drôle, interroge ce corps qui échappe parfois, qui ravit ou qui trahit. Un roman qui rappelle que la tête et le corps entretiennent un dialogue des plus serrés, des plus énigmatiques.

La critique Nelfesque: "Avoir un corps" est le dernier roman que j'avais à lire dans le cadre du Comité de lecture pour l'élection des Coups de cœur des Lecteurs d'Entrée Livre. Je l'avais conservé comme dernière oeuvre à découvrir car j'avais quelques appréhensions la concernant. Et bien j'avais raison...

On est typiquement devant le genre de roman auquel je n'adhère pas du tout. Tout est basé sur l'expérience personnelle, et est donc subjectif, l'histoire est banale mais l'auteure tient là un concept! Pour certains, c'est suffisant, le concept faisant du roman une performance artistique... Pour moi c'est surtout un prétexte à fournir une oeuvre proche de la branlette intellectuelle et assez vide de sens.

L'histoire est universelle (enfin il faut tout de même être une femme pour se sentir concernée) et ne mérite pas que l'on écrive 240 pages là dessus. La narratrice est une femme qui tout le long de sa vie nous explique les changements qui s'opèrent en elle du point de vue de son corps. Le lecteur assiste donc aux grandes étapes de sa vie: l'enfance, l'adolescence, la découverte de la sexualité, la maternité, le vieillissement...

Je me suis retrouvée dans certains passages, toutes les femmes se retrouveront dans certains passages... Ce que je reproche à cet ouvrage c'est d'être plus un "manuel d'utilisation" qu'un roman. Brigitte Giraud a choisi un ton détaché et le personnage principal est quasiment déshumanisé, ce qui empêche toute empathie aux lecteurs. "Le corps ceci... Le corps cela..." Les choses ne sont pas aussi simples dans la vie, certes il y a la biologie, les réactions physiques, mais il y a aussi la psychologie et ici l'accent est mis sur la première approche.

Le corps, l'homme, l'enfant... Il n'y a pas de prénoms, pas d'accroches, pas d'attaches. Les pages s'enchaînent, vous pouvez sauter des paragraphes entier, vous ne manquerez rien de crucial. La vie défile de manière clinique et plate... C'est dommage que Brigitte Giraud ait eu l'idée avant moi (et avant vous lectrices) parce que décrire froidement ses premières règles, ses premiers émois amoureux, ses jeux d'enfants, c'est à la portée de tout le monde. Par contre, j'aurai vraiment préféré qu'elle s'abstienne en ce qui concerne la grossesse... Oui, vraiment...

Certains aimeront ce roman. Ca fait bien d'aimer des objets artistiques abscons... Personnellement, en tant que femme, je n'ai pas été touchée et je ne vois pas non plus ce que "Avoir un corps" pourrait apporter comme vision plus fine de la féminité à un homme. Ce n'est pas parce qu'on sait ce qu'il se passe dans un corps de femme qu'on connait les femmes. Espérons que ce n'était pas cela que l'auteure souhaitait apporter à ses lecteurs.

Une lecture à mon sens dispensable mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. L'avis de mes compagnons de lecture est à retrouver sur la fiche consacrée sur le site d'Entrée Livre.

jeudi 29 août 2013

"La Vie à côté" de Mariapia Veladiano

la vie à côtéL'histoire: Rebecca est laide. Extrêmement laide. Elle vit, avec prudence et en silence, dans la maison au bord du fleuve, aux côtés d'un père, médecin et trop absent, et d'une mère qui "a pris le deuil à sa naissance". Rebecca se tient elle aussi hors du monde, enfermée pour ne pas être blessée, élevée par la sainte et tragique servante Maddalena. C'est sans compter sur l'impétueuse tante Erminia, qui décide de l'initier au piano. Rebecca va dès lors concentrer sa vie entière dans ses mains... Une autre vie est possible, un autre langage, une vie à côté.

La critique Nelfesque: Voilà un très joli roman de la Rentrée Littéraire. J'ai tout de suite été charmée par la quatrième de couverture étant moi même pianiste et ayant été séduite par cet instrument très jeune. Je ne connaissais pas Mariapia Veladiano et après avoir lu "La Vie à côté", je n'exclue pas de me pencher plus sérieusement sur sa bibliographie.

Dans ce roman, nous suivons Rebecca tout au long de sa vie et les choix qui ont été fait pour elle par ses parents depuis sa naissance. La réaction de ses parents face au bébé dans le couffin, sa sortie de la maternité, la décision de la mettre ou non à la maternelle, la rentrée à l'école primaire, le collège... Ces étapes, tout à fait ordinaires dans une vie lambda, sont, dans une vie "à côté", un véritable problème. Rebecca a en effet une particularité, cruelle et injuste, celle d'être laide. L'auteur n'y va pas par quatre chemins, Rebecca n'a pas juste un physique ingrat, ses traits ne s'adouciront pas avec l'âge, elle est irrémédiablement difforme.

Comment faire lorsque l'on est parents d'un "monstre"? Le physique est-il vraiment important dans une vie? Comment le vivre au quotidien et quelle image donne-t'on aux autres? Voici autant de questions posées dans ce roman. L'auteur place le lecteur du point de vue de Rebecca, jeune fille "normale" et sensible voyant sa vie conditionnée par son physique et le lecteur ne peut rester insensible.

Sans jamais rentrer dans le pathos, "La Vie à côté" est un roman absolument cruel qui donne à lire des situations à la limite du soutenable. Le rejet d'une mère, les moqueries à l'école, le harcèlement... tant d'obstacles et de désillusions qui ne devraient pas être soumis à une petite fille. C'est alors dans la pratique du piano que Rebecca va trouver sa place et se rapprocher de sa mère qui semble depuis sa naissance avoir fait le deuil de son enfant. Repliée dans son silence depuis de nombreuses années, rien ne semble plus la toucher et sa vie se résume aujourd'hui aux quatre murs de sa chambre. A son décès, Rebecca va avoir accès à son journal et va tenter de comprendre l'attitude de sa mère.

Avec une tante musicienne et un père jouant à l'occasion, Rebecca va tout mettre en oeuvre pour faire de la pratique du piano sa planche de salut. Grâce à lui elle veut reconquérir le coeur de sa mère, être la fierté de ses parents, voir le monde extérieur. Elle va faire des rencontres magiques et enrichissantes, un florilège de personnages atypiques et cabossés va graviter autour d'elle. Sa pratique du piano, c'est sa façon de vivre sa vie à côté, sa vie différente de celle des autres mais méritant d'être vécue.

J'ai vraiment été touchée par cette lecture. Je sais ce qu'est la vie au quotidien de l'apprentissage de l'instrument, les pressions et le stress qu'engendre le fait de vouloir faire de la musique autre chose qu'un simple passe temps, la notion de "nécessité" dans son jeu et la sensation de liberté qu'apporte la pratique de la musique dans une vie, un exutoire à tous nos soucis. Mariapia Veladiano a su retranscrire à merveille le lien si particulier qui lie un musicien à son instrument en y rajoutant une dose supplémentaire d'urgence. Une histoire qui émeut, une enfant que l'on voudrait aimer, une écriture simple et si belle, un roman à découvrir.

J'ai lu "La Vie à côté" dans le cadre du Comité de lecture pour l'élection des Coups de cœur des Lecteurs d'Entrée Livre. L'avis de mes compagnons de lecture est à retrouver sur la fiche consacrée sur le site.

samedi 19 mai 2012

"Peau d'âne" de Christine Angot

paL'histoire: Peau d'âne ne connaissait rien, elle habitait une petite ville du centre de la France et n'avait rien vu de très extraordinaire. Sa mère, qui était très belle, l'aimait.

Il y avait un mimétisme entre Peau d'âne et sa mère. Un jour, le directeur financier de l'hôpital psychiatrique rattaché à la Sécurité sociale où travaillait sa mère, avait dit, à la suite du Noël de Gireugne, puisque c'était le nom de cet hôpital: c'est incroyable le mimétisme.

L'école de Peau d'âne était une école de filles, une école privée. Pourquoi? Parce que sa mère, qui était si belle, n'était pas mariée avec le père de Peau d'âne, et à l'époque c'était extrêmement rare. En 58-59 une femme dans une petite ville qui se baladait avec un ventre de femme enceinte, on appelait ça une fille mère, sa mère disait mère célibataire, c'était son combat de dire ça.

La critique de Mr K: Une bonne lecture de plus à mon actif avec mon deuxième Angot! Ce n'est pas vers ce genre de littérature que mon cœur balance d'habitude mais j'avais dévoré Les désaxés de la même écrivaine. Déambulant chez l'abbé en compagnie de ma chère Nelfe, mon regard s'est porté vers ce Peau d'âne, réécriture contemporaine du conte de Perrault. Quoi de plus normal finalement que Christine Angot s'intéresse à cette histoire quand on sait qu'au centre du conte originel il est question d'inceste, thème abordé quasiment dans toutes les œuvres de cette auteur à fleur de peau, à l'écriture si particulière.

Pour permettre au lecteur de mieux pouvoir juger cette adaptation, on trouve accolé au récit d'Angot, le texte original de Perrault (une pure merveille soit dit au passage). L'idée est vraiment intéressante car on se figure mieux les transformations, les changements et autres déviations opérés par l'auteur. Adepte de l'écriture de soi, à travers ces différentes œuvres, Angot parle d'elle en romançant sa vie sous un mode impersonnel. C'est le cas ici avec Peau d'âne qui est un autre avatar de l'auteur. Même histoire, même enfance sans père et même acte incestueux qui va traumatiser la chair et l'esprit d'une jeune fille. Mais là où le roi (père de Peau d'âne dans le conte de perrault) va finalement assister au mariage de sa fille, dans la version moderne, il meurt de honte et de dégoût face à la transgression morale qu'il a effectué sur sa fille.

C'est sombre, très sombre même. Quoique courte, cette lecture s'est révélée très éprouvante tant on côtoie l'aspect obscur de l'âme humaine. On suit avec un malaise grandissant le regard clinique et neutre du narrateur omniscient sur ce destin brisé et les conséquences désastreuses d'un baiser qui n'était pas le bon comme il est écrit dans ce livre. Le style contemplatif faisant écho aux douleurs abordées, rehausse les émotions suscitées et l'on ressort secoué de cette expérience. Ce livre n'est vraiment pas à mettre entre toutes les mains tant il est rude dans le fond (le côté Rock and Roll de Despentes mais ici propret dans l'écriture) mais pour les amateurs, il a la saveur de l'authenticité et d'une analyse psychiatrique rondement menée. Étrange lecture vraiment qui ne peut laisser indifférent mais qui peut soit susciter l'admiration soit l'indignation (les avis sont vraiment très partagés). À lire pour se forger sa propre opinion!

Posté par Mr K à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 12 mai 2011

"Les Désaxés" de Christine Angot

angotL'histoire : Il l'avait serrée dans ses bras. Il l'avait embrassée. Elle lui avait demandé s'il l'aimait. Il avait répondu : bien sûr, je t'aime. Je suis là. Je suis pas loin. Elle s'était rendu compte à quel point elle était heureuse de le savoir dans sa vie, d'être avec lui, de vivre avec lui. Surtout quand il n'était pas là comme en ce moment. Elle détestait son désordre, elle détestait l'odeur du tabac froid, les cendriers pleins, les fenêtres ouvertes en plein hiver pour essayer de faire partir l'odeur, elle détestait quand il dormait des heures le matin, au lieu de venir lui faire l'amour. Elle était contente de penser à lui, de penser qu'il l'aimait, qu'il pensait qu'il était avec elle. Qu'il existait. Mais il y avait quelque chose qui n'allait pas depuis le début. Des signes bizarres auraient dû les alerter. Ils ne s'étaient pas méfiés, au contraire, ils avaient foncé, trop contents d'être amoureux.

La critique de Mr K : Les Désaxés est mon premier Angot. Je ne suis que de loin l'effervescence du monde littéraire mais il me semble que cette auteur attise les passions : soit on adore, soit on déteste. J'ai le souvenir de l'avoir aperçue dans une émission télé lambda et d'avoir trouvé Christine Angot plutôt antipathique. C'est encore une fois le hasard d'une trouvaille chez l'abbé qui m'a permis de découvrir un livre marquant que j'ai dévoré d'une traite.

On pourrait rebaptiser cet ouvrage "Chronique de la mort annoncée d'un couple". Je ne trahis pas un grand secret en disant que l'histoire qui nous est racontée est à sens unique et va s'attacher à décrire la lente destruction des liens d'amour qui unissent Sylvie et François. Le cadre : un appartement bourgeois et différents lieux de RDV très hypes (cafés, boîtes, réceptions et tutti quanti). Les deux protagonistes naviguent de près et de loin dans les milieux du cinéma et de la télévision. Ils ont deux enfants qui apparaissent finalement très peu dans le récit tant Angot se concentre sur les rapports complexes qu'entretiennent les deux parents. Sylvie est maniaco-dépressive et alterne phases d'excitation et phases dépressives, on la suit au gré de ses sautes d'humeur et comme pour son mari, il est difficile de la suivre. Pour avoir eu un ami très proche bipolaire, j'ai trouvé le personnage fort bien décrit et crédible de bout en bout. François lui, se pose beaucoup de questions. Aux petits soins avec sa moitié, peu à peu le doute s'installe en lui et il semble lâcher prise. La lassitude prend possession de lui et le torchon commence à brûler entre ces deux êtres qui s'aiment mais ne se comprennent plus et finissent par ne plus communiquer. Peu à peu, après moult révélations, on se rend compte que le ver était dans le fruit dès le début et l'évolution de leur histoire est d'une logique implacable.

Au final, il ne se passe pas grand chose dans Les Désaxés. Ecrit à la troisième personne, le lecteur suit en voyeur ce couple s'enfoncer dans un quotidien qui devient écrasant et aliénant. Si proches et si éloignés en même temps, c'est avec la boule au ventre que l'on tourne les pages tant ce qu'on lit peut rappeler des situations connues par tout un chacun mais ici exacerbées, concentrées. A mon avis, c'est un livre que l'on devrait prescrire à nombre de couples qui s'entre-déchirent et qui par le biais de cette lecture pourrait empêcher le naufrage de leur histoire, tant François et Sylvie cristallisent les défauts qui peuvent s'accumuler dans une histoire d'amour durable. C'est extrêmement dur par moment justement parce que ça sonne vrai ! L'écriture limpide et fluide de l'auteur y contribue grandement avec notamment par moment des références à Lacan pour éclairer les comportements parfois agressifs et paradoxaux des êtres humains face à leur conjoint. On ne peut s'empêcher de penser qu'il y a des références autobiographiques dans le récit tant les soucis et les fêlures abordés dans Les Désaxés transpirent le vécu. Je suis ressorti changé et ému de cette lecture comme rarement avant.

Vous l'avez compris, ce fut une excellente lecture : difficile dans les propos mais délectable au niveau de la qualité littéraire et des réflexions qu'elle peut susciter chez le lecteur. Un p'tit bijou en somme !

Posté par Mr K à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,