mardi 4 décembre 2012

"Contes fantastiques" de Walter Scott

844578558L'histoire: 4 contes fantastiques écrits par l'un des fondateurs du genre outre-Manche.

La critique de Mr K: À l'occasion du déballage de carton qui a suivi notre déménagement, je suis tombé sur cette ouvrage sans couverture issu des "livres du grand père". Sachez qu'ici, ces derniers sont une véritable institution vu le nombre de caisses que les copains et nous devons transporter d'un lieu à un autre à chaque déménagement (à priori, on est pas prêt de recommencer... ouf de soulagement pour les intéressés!). Ils pèsent lourds mais sont d'une valeur sentimentale inestimable. Du sieur Scott, je n'avais lu jusque là que le célébrissime Ivanhoé que j'avais adoré du temps de mon adolescence. Je décide donc de replonger dans son univers...

Le présent volume est constitué de quatre nouvelles: La veuve des Highlands, Les deux bouviers, Histoire racontée par Willie Le Vagabond et Les aventures de Martin Waldeck. Le lecteur se retrouve en présence de textes plus ou moins courts (de 13 pages pour le plus court à 95 pour le plus long). Scott mélange avec finesse des récits purement picaresques avec des éléments fantastiques qui ici sont très succincts mais distillent une ambiance bien particulière entre mystère et superstition. Ces quatre histoires ont pour cadre l'Écosse et ses coutumes, mettent en scène des personnages du crû (des bouviers -conducteurs de troupeaux-, des appelés au service militaire face aux ennemis anglais...) qui vont être confrontés au fantastique au détour d'un chemin ou de leur destin. Mais pas seulement, car derrière ses histoires en apparence anodines, on peut y voir une analyse assez fine de la nature humaine et des travers de notre espèce: l'amour possession d'une mère pour son fils, la jalousie et l'envie mères de tous les vices, l'avarice... autant de paraboles qui donnent une dimension universelle à ces historiettes.

Il faut tout de même s'accrocher car le livre est ancien et le style aussi (comprendre que le temps ne l'a pas forcément bonifié). Les descriptions sont lourdes et pas forcément toujours très utiles à part si vous devez rédiger un mémoire sur les us et coutumes des Highlands. Par contre, pour les amoureux de l'Écosse, vous aurez vraiment l'impression d'y être. Autre défaut tout relatif, la linéarité des récits qui ne réservent aucune réelle surprise et respectent à la lettre les canons du schéma narratif traditionnel, peut-être même trop... Ce classicisme absolu est donc très présent et pourra rebuter certains. Pour autant, le contenu et le message eux n'ont pas vieilli, pour moi l'effort mérite d'être tenté...

Une bonne lecture, certes pas inoubliable, mais intéressante et vraiment dépaysante de part la culture et les moeurs qu'il aborde. À chacun de se laisser tenter ou pas...