samedi 2 juillet 2016

"La Promeneuse" de Didier Fourmy

001

L'histoire : Frédérique a, depuis toujours, un don exceptionnel pour approcher et comprendre les animaux. Quand Victor, son ami d'enfance, brillant comportementaliste animalier, lui propose de le remplacer auprès d'une clientèle privée et fantasque, elle accepte, un peu surprise. Promue promeneuse de chiens et experte en chats, elle va découvrir toute une galerie de personnages hors normes et souvent folkloriques. Il va lui falloir rétablir l'harmonie dans les liens si particuliers qui unissent ces hommes et ces femmes à leurs petits chéris à quatre pattes. Le comique et la tendresse seront au rendez-vous quand elle arrivera à décrypter silencieusement les confidences, souvent ahurissantes, de tous les chiens et chats sur leurs incroyables maîtres !

La critique de Mr K : Je sors du registre de mes lectures habituelles avec ce "feel good book" qui m'a été proposé il y a peu. Une fin d'année difficile m'a incité en effet à me diriger vers une lecture plus légère, nécessitant peu d'implication du lecteur et livrant à priori une galerie de personnages truculents et surtout donnant la parole à nos amis à quatre pattes ! Vu mon côté gaga avec la princesse Tesfa qui réside à la maison et de manière générale avec nos amis les bêtes, l'occasion était belle de passer du bon temps. Le bilan de lecture est pourtant contrasté…

La Promeneuse de Didier Fourmy démarre pourtant très bien. On fait la connaissance de Fred, une jeune femme en difficulté qui a tout perdu coup sur coup (mec, boulot et estime de soi). Un vieil ami d'enfance lui propose alors une offre imparable lui permettant de mettre en œuvre un don qu'elle possède depuis toute petite : elle parle le chien et le chat couramment ! En fait, elle les comprend d'instinct et est capable de s'en faire obéir instantanément. Elle va donc devoir remplacer Victor (le fameux copain) pendant son absence et s'occuper de promener des chiens et régler les soucis relationnels entre animaux de compagnie et leurs maîtres. Au fil des pérégrination de Fred, on croise nombre de personnages hauts en couleur et l'on en apprend plus sur le passé de la jeune femme. C'est le début de la remise en question pour Fred et peut-être au bout du chemin, un bonheur jusqu'alors insaisissable...

Bon, c'est du classique en terme de trame et franchement on devine la fin très vite. Ce n'est pas pour autant très grave vu l'attachement immédiat que l'on porte à cette écorchée de la vie dont le caractère bien trempé et safe made woman touche en plein cœur. Et puis, toute une série de personnages plus dingos les uns que les autres naviguent autour d'elle notamment les clients de Victor qu'elle va croiser lors de consultations bien délirantes. Untel a un chat jaloux et caractériel, un autre étouffe son animal avec un amour immodéré, une voyante a des soucis avec ses chats qui lui permettent de lire l'avenir, une écrivain est en panne d'inspiration car son chat souffre de son manque d'attention... Bref, Fred va jouer son Amélie Poulain et aider tout ce petit monde à vivre mieux et par ses BA successives, remonter elle-même la pente. J'imagine que tout rapprochement possible avec le film de Jeunet est purement fortuit...

Les passages mettant en scène les réactions et discussions des animaux sont assez bien tournées. On rigole pas mal entre affirmations métaphysiques félines (Je suis le boss, j'existe regardez moi etc.), les préoccupations plus terre à terre des chiens (matage de postérieurs en série, la bouffe, la reconnaissance du maître...) et les tranches de vie quotidienne qui nous sont livrées avec des moments ubuesques à la clef où l'être humain peut se révéler obsessionnel et totalement abruti avec son animal. Je me suis d'ailleurs reconnu à plusieurs occasions, preuve de la réussite de l'entreprise en terme de perception des défauts de nombreux maîtres. L'ensemble est fait avec tendresse et volonté de divertir, c'est réussi et on en redemande.

La lecture est assez addictive, les pages se tournant toutes seules et l'auteur emballant son histoire avec un sens du récit éprouvé et une écriture accessible à défaut d'être remarquable. On est clairement dans l'easy reading et il ne faut donc pas s’attendre à de belles formulations et à de belles proses immersives à souhait. De l'utilitaire en quelque sorte mais bien mené et efficace... Du moins jusqu'au 30 dernières pages qui pour moi sont de trop ! 30 pages qui virent à la guimauve la plus crasse, mode comédie romantique US décérébrée où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Mais c'est bien connu, les grands bourgeois ont le cœur sur la main et tout se goupille parfaitement pour que tout un chacun réalise ses rêves... J'ai trouvé cette dernière partie too much, trop premier degré et finalement assez catastrophique tant il sacrifie les personnages pourtant bien construits depuis le début.

À l'heure du bilan, je vous avouerai que c'est la déception qui l'emporte malgré un pitch séduisant et deux-tiers de roman vraiment réussi. Une lecture que je qualifierai de dispensable tant l'aspect happy-end extrémiste m'a déplu et m'a gâché ma lecture. Mais là encore, tout est une question de goûts...

Posté par Mr K à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,