dimanche 9 août 2015

"Un boulevard pour Sarko" de Plantu

001

Le contenu: Les municipales, les sans-papiers, le pouvoir d'achat, la nouvelle dame de France, le président de la République dans tous ses états, mais aussi les JO de Pékin et le régime politique en Chine, les primaires américaines, toute l'actualité géopolitique dessinée par Plantu en 2008.

La critique de Mr K: Retour en Tsarkosie aujourd'hui avec cet ouvrage de Plantu reprenant l'essentiel de sa production graphique pour l'année 2008. Brutalité et arrogance sont les deux maîtres mots qui dirigent alors l'action présidentielle, Sarkozy notre ex omniprésident est omniprésent et selon lui-même omniscient. Ce livre parle donc beaucoup de lui mais pas que… c'est l'occasion pour le lecteur de revenir sur les faits marquants d'une année une fois de plus fort chargée.

Après son traditionnel éditorial où l'auteur recontextualise l'année qu'il va nous faire partager, on rentre dans le vif du sujet avec une partie consacrée à la politique française et notamment une gauche qui se déchire (une fois de plus le PS et ses querelles d'éléphants): multiplication des candidatures pour prendre la tête du PS, lignes politiques qui s'opposent (se convertir au social-libéralisme? Remettre le curseur bien à gauche?). Au final, cela donne une opposition crispée sur ses problèmes internes qui en oublie son rôle clef de chef de file de l'opposition et laisse les mains libre à la majorité au pouvoir.

Il est aussi beaucoup question du nouveau couple présidentiel avec une Carla Bruni très présente dans les médias et les informations après l'officialisation de sa relation avec le Tsar Cozy lors d'un séjour à Eurodisney (non, non c'est vraiment vrai! Rooooo c'tte honte!). Le président est heureux et il le montre, les français lui font de moins en moins confiance avec des sondages en berne (on est tout de même loin de l'impopularité actuelle de Hollande). Des frictions apparaissent au sein du gouvernement entre Xavier Bertrand et Christine Lagarde, Laporte et Bachelot (elle faisait encore de la politique à l'époque) ou encore Borloo et Kosciuko-Morizet: les rappels à l'ordre par le patron sont cinglantes. Sarkozy avoue aussi son impuissance face à une inflation galopante qui sort les gens dans la rue, la période est déjà à la grogne et les conflits sociaux se multiplient (gros mouvement de grève, plus quelques actes de sabotage à la SNCF).

002

Les élections municipales au printemps sont le premier test électoral pour le président élu l'année précédente: victoire de la gauche et premier désaveu pour le locataire de l'Élysée. C'est aussi au fil des mois qui s'écoulent la mise en évidence de l'effacement du rôle de Premier ministre face à un président qui veut tout faire à tout moment. Grosses tensions aussi dans le domaine de la justice avec la volonté de réforme affichée par Rachida Dati mais téléguidée par un Sarkozy déjà porté sur le mélange des genres et la collusion des différents pouvoirs. 2/3 des tribunaux d'instance sont fermés au nom de l'économie budgétaire alors que la ministre elle-même s'avère être très dépensière (en témoigne un budget de fonctionnement littéralement explosé). 2008 c'est aussi le scandale de la Société Générale avec l'affaire Kerviel qui met en lumière les pratiques frauduleuses des grands groupes financiers et la déconnexion de la réalité des traders par rapport au commun des mortels… effrayant! Autant d'ailleurs que le règlement du litige sur la vente d'Adidas entre le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie qui se voit attribuer un beau chèque de 285 millions d'euros! Justice toujours avec le projet de réforme des fichiers de police qui fait craindre la négation des libertés publiques essentielles en démocratie.

003

L'actualité internationale n'est pas en reste dans ce volume avec la libération d'Ingrid Bettancourt après 6 ans de détention par les FARC dans la jungle colombienne. Cet événement et son retour en France ont eu un très fort retentissement médiatique, diplomatique et politique avec un Président qui tire une fois de plus les bénéfices à son compte. À Cuba, Fidel Castro remet ses pouvoirs à son frère, Hugo Chavez est réélu au Vénézuela et un cyclone fait plus de 100 000 morts en Birmanie (l'événement révèle le côté ubuesque du pouvoir birman qui semble indifférent au sort de ses compatriotes et ralentit l'aide internationale). Benazir Bhutto est quant à elle assassinée par des extrémistes refractaires à toute réforme démocratique et voyant d'un mauvais œil une femme aux portes du pouvoir. On assiste en économie à la percée spectaculaire de l'Inde et des pays du sud notamment au niveau de l'exportation des produits de haute technologie. Cela se confirmera dans les années qui suivent.

004

Sarkozy reçoit Khadafi à l'Élysée (avant de partir en croisade contre lui quelques années plus tard), l'affaire de l'Arche de Zoé embarrasse la France, les fous de Dieu progressent un peu partout dans le Moyen-Orient. 2008 c'est aussi l'année des jeux olympiques à Pékin. Les autorités chinoises avaient promis des avancées en matière de libertés publiques mais elles n'ont pas tenu leurs promesses (étonnant non? Sic!). Les observateurs locaux constatent une répression accrue à l'encontre des défenseurs des droits de l'homme en Chine. Face à la pression du régime chinois, notre président évitera de rencontrer officiellement le Dalaï Lama en visite en France, preuve s'il en est de son grand courage politique. Nous suivons aussi sur quelques pages, la marche vers la victoire de Barack Obama, le candidat démocrate à la présidence des États-Unis et l'augmentation des tensions aux frontières de la Russie (avec la confiscation du pouvoir par Poutine et sa clique) qui préfigurent notamment le futur conflit ukrainien toujours d'actualité malgré un silence radio sur le sujet par la massmédia. La fin de l'ouvrage se consacre à l'environnement et l'accentuation du dérèglement climatique qui menace des zones entières de la planète mais aussi des faits de société (jeux vidéos, disparition du PAF de PPDA, la mort d'Henri Salvador).

005

Beau retour en arrière donc que ce livre qui une fois de plus se révèle très dense et présente un savant mélange d'information et d'humour. Les dessins sont très riches et traduisent bien le rythme trépidant des événements du monde contemporain. Des problématiques complexes sont abordées sans moralisation intempestive mais avec malice dans l'esprit si caractéristique de Plantu mêlant humanisme et générosité. Aux dessins sont accolées de multiples légendes permettant à chacun de s'y retrouver, de contextualiser l’œuvre et de se remémorer une année 2008 de manière complète et ludique. Un bien bel ouvrage que je vous conseille grandement!

Déjà lus, appréciés et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé:
Bas les masques
Cassettes, mensonges et vidéo
Les Conseils de tonton DSK
- Pas nette la planète


dimanche 23 février 2014

"Probablement" de Vincent Delerm

probablement couv

L'histoire: "Foire Saint-Romain. Quais de la Seine à Rouen. Une après-midi de novembre.
Certains stands déjà ouverts, d'autres pas encore. Allées désertes.
C'est le moment pour repenser à toutes les foires Saint-Romain traversées, au fil des ans.
Le moment pour imaginer ce qu'est la vie de ces hommes et femmes, perpétuellement, obligatoirement, entourés de ce décor de fête triste.
Un bon endroit pour se dire " probablement ".
Comme un prétexte pour quelqu'un qui aime autant imaginer la vie des autres, la deviner, que la "savoir".
Pour quelqu'un qui préfère le probable au certain."

V.D.

La critique Nelfesque: Vincent Delerm est quelqu'un que j'aime beaucoup, quelqu'un que je suis depuis ses débuts et avec lequel j'ai un rapport affectif très particulier. Pas mal de choses dans ma vie découle de ce lien, de cette découverte et de toute une époque que j'ai vécu grâce à lui. Musicalement, on aime ou pas. Vous l'aurez compris, je fais partie de la première catégorie. J'aime ses mots, ses mélodies, son univers, son talent musical... Je ne suis pas là aujourd'hui pour vous parler de ses albums ou ses concerts mais pour sa série photographique "Probablement" que Seuil a édité fin 2011 et que j'ai dans ma bibliothèque depuis pas mal de temps.

Vincent Delerm est un touche à tout. Musique, théâtre, arts visuels, photographie... Lors de sa dernière expo au 104 à Paris, il a été présenté comme un artiste plasticien et là j'ai commencé à tiquer. Je connais ses photos, j'en apprécie certaines mais je ne comprends pas vraiment comment il peut être exposé là où tant d'autres photographes de talent galèrent à trouver des galeries. Il a un certain oeil, un univers propre que l'on retrouve également dans ses photos mais pour beaucoup une grande facilité à surfer sur ce qui fait "la patte Delerm". Ca me fait mal de le dire mais il y a pas mal de foutage de gueule dans tout ça.

Le recueil de photographies qu'est "Probablement" est agrémenté de petites phrases très delermiennes venant apporter une autre dimension au visuel auquel il est associé, chaque affirmation commençant par ce même adverbe. Des photos très moyennes se retrouvent alors avoir un certain charme au regard de la pensée de Vincent.

Probablement

Avouez quand même que photographier 4 chaises en plastique empilées est à la portée d'un enfant de 4 ans... En revanche, "Probablement à la fin de sa vie il aura consacré davantage de temps à empiler les chaises qu'à aborder des sujets de fond avec sa mère." amène une dimension nostalgique et cruelle à cette image. C'est cette dimension là que j'aime chez Vincent, dans ses chansons, dans ses spectacles. Sa capacité d'émouvoir en quelques mots...

Je me retrouve alors mitigée sur certains clichés et phrases associées. Je trouve cela beau et touchant mis en parallèle (et encore pas toujours) mais les photos prises séparément... M'enfin... A la base, ce sont 4 pauvres chaises en plastique sur fond de bitume!

Et cela continue tout le long du recueil.

Probablement3

Je ne suis pas Doisneau ou Cartier Bresson, je n'ai pas la prétention de faire des photos impressionnantes de justesse et d'émotion mais pour connaître un peu le domaine et en faire depuis quelques années maintenant, il y a quelques règles à respecter pour faire une belle photographie. Ou bien il faut être très doué pour s'en affranchir. Là, comment dire... Où est la composition? C'est quoi ce caddie bord cadre? Ce manège en fond coupé n'importe comment? Aucune recherche graphique, aucune recherche esthétique, juste la possibilité de faire éditer ses photos parce qu'on s'appelle Delerm. J'ai été en colère plus qu'autre chose bien trop souvent ici. Ici, "Probablement ils ne se sont aperçus de rien au Mutant." Mouais... Si tu le dis!

Reste une ambiance pesante, brumeuse, déprimante et un traitement dans les tons froids qui confèrent à l'ensemble de sa série une cohérence. Comme un moment saisi dans un autre temps, une autre époque. Un temps gris, des flaques d'eau, peu de personnages, un constat photographique froid et implacable. Une fête foraine qui ne donne pas franchement envie de s'amuser.

Probablement1

J'ai longtemps hésité à faire ce billet tant, comme je l'ai dit en début d'article, j'aime l'artiste musicien et showman. J'ai tellement été déçue par ces quelques clichés et par son exposition médiatique pour la sortie de son dernier album faisant de lui un semi dieu capable de tout faire avec talent que j'ai eu tout de même envie d'écrire ici ces quelques lignes. Oui, il sait tout faire. Oui, c'est un semi dieu (héhé). Mais tout faire avec talent je ne suis pas tout à fait d'accord... Mais voilà, il s'appelle Delerm...

J'arrête de râler et poste une des rares photos qui m'a plu dans ce ramassis d'objets photographiques non identifiés:

Probablement2

J'en resterai dorénavant aux albums de Vincent qui là par contre n'ont pas fini de me charmer. Je vous parlerai peut être un de ces jours de son dernier, "Les Amants parallèles". Etrangement, dans ses clips où il associent ses photos à sa musique, ça passe mieux. On ne pourra pas me taxer de fan inconditionnelle. Je ne vous conseille pas ce livre-ci, vous l'aurez compris.

Probablement4

Posté par Nelfe à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 6 février 2014

"Cassettes, mensonges et vidéo" de Plantu

Plantu couvL'histoire: Le célèbre dessinateur du Monde et de l'Express déroule pour nous l'année 2000.

La critique de Mr K: C'est toujours un plaisir renouvelé que de parcourir un ouvrage de Plantu. Référence française incontournable du dessin de presse, genre que j'apprécie au plus haut point, sa vision acerbe, intelligente et constructive me ravit à chaque replongée. Accompagné de sa fidèle petite souris, ce recueil se propose de nous plonger dans l'année 2000, dernière année du vingtième siècle. De la politique en passant par certains bouleversements sociaux, rien n'est oublié dans le style toujours impeccable de l'auteur.

2000 en France, c'est tout d'abord la cohabitation entre Chirac président de droite et Jospin premier ministre de gauche suite au désastre de la dissolution de 1997. C'est l'année du PACS (fin 1999 en fait), la deuxième loi sur les 35h avec Martine Aubry au ministère du travail, le chômage atteint un record de baisse et la croissance est de 3%. La gauche s'apprête à baisser les impôts (Fabius est alors aux commandes de Bercy), rate sa réforme des retraites qui met des milliers de personnes dans la rue et Jospin se déclare clairement social-démocrate au grand dam de nombre de ses soutiens de gauche (Mélenchon se tait lui!). Des terroristes bretons font une victime dans un McMerde dynamité, on compte les dégâts de la tempête de fin 1999, un médecin chef fait un état des lieux effroyable des prisons françaises et l'État français reconnaît la dette qu'il a envers les juifs déportés sous le régime de Vichy. La mystérieuse cassette Méry fait trembler le microcosme politique français...

Plantu4

Dans le monde c'est l'émergence massive d'internet qui n'en finit pas de progresser en terme de connexions et d'extension en témoigne la poussée du fameux virus I Love You, par contre pas de bug au 1er janvier! 2000, c'est l'arrivée au pouvoir d'un parti d'extrême droite en Autriche avec le grand copain des Le Pen Jorg Haïder, les massacres par l'armée russe qui continuent en Tchétchénie avec l'instauration de camps de concentration d'où proviennent des témoignages épouvantables. Les réformateurs prennent le pouvoir en Iran ce qui insuffle un vent d'espoir dans un Moyen Orient toujours aussi déchiré par le conflit israelo-palestinien et ses ramifications. Bachar El Assad prend la succession de son père... Plus léger, les JO ont lieu à Sydney et Barbara Carltland s'envole pour le paradis des amoureux transis. La population mondiale dépasse les 6 milliards de personnes.

Plantu1

 

Autant de sujets (et beaucoup d'autres non évoqués ci-dessus) qui reprennent vie dans notre mémoire grâce au trait inimitable de Plantu dans un savant mélange d'humour, de dénonciation et de dérision. Cet homme là et son œuvre dresse un très bon portrait d'une époque certes révolue mais qui portait en germe les événements du présent. On passe de planche en planche dans des états variables entre consternation et sourire, tout ce qui fait la richesse et la décadence de notre chère planète bleue. En bonus, en fin de volume, Plantu nous livre quelques "impubliables" qui poursuivent la réflexion dans un style volontiers plus thrash, haut combien salutaire mais difficilement exposables au grand public ou sur la une d'un grand quotidien. C'est une facette de son talent que je ne connaissais pas encore!

 

Plantu2

Beau voyage dans le temps en tout cas, entre réflexion, constat et détente que je ne peux que vous recommander! N'oublions jamais que la mémoire moyenne d'un électeur est de huit mois et que ce genre d'ouvrage permet de relativiser et de se remémorer le passé pour mieux appréhender le futur. À bon entendeur!

Posté par Mr K à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 25 février 2011

"À genoux" de Michael Connelly

agenouL'histoire: Le corps du Dr Stanley Kent vient d'être retrouvé au belvédère naturel proche de Mulholland Drive: deux balles dans la nuque, style exécution. Nouvellement affecté à la section Homicide Special, l'inspecteur Harry Bosch découvre vite que le Dr Kent avait accès à des matières radioactives utilisées dans le traitement de certains cancers féminins... et que ces matières ont disparu. Aux yeux de l'agent spécial du FBI Rachel Walling, que Bosch aime encore malgré leur rupture après le fiasco d'Echo Park, ce meurtre et cette disparition risquent fort de marquer le début d'un attentat terroriste à la bombe sale. Donc conflit ouvert et cette fois, Bosch n'est pas sûr d'avoir le dessus: il y a certes de la parano dans les services de la sécurité du territoire, mais la menace islamiste est bien réelle...

La critique de Mr K: Une fois de plus, l'abbé m'a permis d'ajouter une pièce dans ma collection de Connelly et cette fois ci en grand format! À genoux se situe juste après Echo park que j'avais bien apprécié. À tout bien réfléchir, Connelly ne m'a jamais vraiment déçu.

On retrouve ici une Harry Bosch fraîchement muté dans la section spéciale spécialisée dans l'élucidation de meurtres particulièrement retors. Notre inspecteur préféré va être confronté dans cette enquête à un crime de sang froid sonnant comme une exécution. Livre construit comme un compte à rebours (Harry trop fort, résout l'affaire en 8 heures!), des pistes apparaissent rapidement. Véritable course aux indices, on se laisse embarquer immédiatement par les personnages déjà rencontrés dans de précédents ouvrages de Connelly, mention spéciale à l'agent Rachel Welling dont le charme tout naturel ne laisse par Bosch indifférent. Retrouvailles forcées, coups de gueule et petits jeux de séduction ponctuent une enquête trépidante enchaînant révélations et coups de théâtre... du Connelly pur jus et du meilleur crû.

Intrigue bien ficelée, parano ambiante bien rendue (Connelly égratigne au passage l'Amérique et sa psychose de l'arabe terroriste), rythme effréné, la ville de Los Angeles remarquablement rendue une fois de plus, des personnages creusés et complexes... Non ne cherchez plus, le maître a encore frappé!

Posté par Mr K à 16:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,