jeudi 28 avril 2011

"Tout à la main" de Jean Pierre Andrevon

001L'histoire: Le fleuve de boue coule à une cinquantaine de mètres de chez moi. Il remplit la vallée jusqu'à la chaîne de montagnes en face. La boue est brûlante, elle a surgi en une nuit, du néant, ou du cœur en fusion de la Terre.

Elle aurait pu m'engloutir pendant mon sommeil. Mais non. Elle s'est arrêtée de monter juste à temps, juste avant de submerger ma maison isolée au sommet de la colline. Il n'y a plus d'électricité, la radio est morte, j'ignore ce qui a pu se passer. Guerre atomique, Tchernobyl à l'échelle de la France, catastrophe naturelle? Je ne sais pas...

Dans ma petite maison sur la colline, entre ciel et boue, je suis seul avec Lascard, mon vieux matou castré. Seul aussi avec Françoise, Cathy, Marie-Thé, Josy, Mariangela... toutes ces femmes que j'ai connues, que j'ai aimées, et dont le souvenir aigre ou brûlant m'aide à tenir le coup. Je n'ai rien d'autre à faire qu'à penser à elles, pour le temps qui me reste à vivre. Pas longtemps, de toute façon. Parce que, pour autant que je puisse le supposer...

Je suis le dernier homme sur la Terre.

La critique de Mr K: C'est mon premier Andrevon et c'est le hasard d'une visite chez l'abbé qui a déterminé le premier titre que je parcours de cet auteur. A postériori, je pense que ce n'était pas le meilleur pour aborder cet écrivain. Non par défaut de qualité (ce livre en a) mais plutôt par rapport au thème et à la forme prise. En effet, Andrevon sous couvert de SF nous livre une sorte d'analyse de l'existence d'un individu lambda face à une fin proche, cet homme est le double de l'écrivain et son curseur d'analyse est sa sexualité.

Et là, on peut le dire, on est en plein dedans! Le titre de l'ouvrage aurait dû me mettre sur la voie mais n'ayant rien lu à propos de "Tout à la main" avant de tomber dessus, j'ai pris une petite claque au bout d'une dizaine de pages quand le narrateur-héros s'empoigne vigoureusement pour s'offrir une petite tranche de plaisir solitaire... et ce n'était que le début! Repensant à sa vie passée, il passe en revue son carnet d'adresses comportant les noms des femmes qui ont partagé un temps ou plus longtemps sa vie: sources de flashbacks aussi crûs que fantasmés, on se rend vite compte que l'on dépasse la pornographie pure et dure pour une sorte de bilan sans tabou d'une vie. Attendez-vous tout de même à des scènes qui peuvent choquer tant Andrevon ne prend pas de gants (sans mauvais jeu de mot) et enchaîne les «moments de bravoures» dans la recherche de l'extase!

Il faut rajouter à ces épisodes bien salés, un cadre assez inquiétant qui entoure le héros et son chat castré (sic!). Il n'a plus de contact avec personne et l'apocalypse a eu lieu. Sans jamais donner plus de précision, la tension monte, la solitude se fait sentir et on est face à quelqu'un de profondément humain. C'est sans doute cela qui sauve ce roman: la possibilité de s'identifier par moments (pas tout le temps je vous rassure, le personnage est bien barré tout de même!) à un être esseulé et néanmoins lucide.

La langue utilisée est elle aussi particulière. Proche du langage oral, très crû, Andrevon se joue de la syntaxe et de l'écriture classique. Il coupe et charcute ses phrases, se répète à l'envie, donnant un surplus de fièvre et d'obsession à cette quête très intime. Franchement, je n'ai jamais lu quelque chose de cet acabit et ça se révèle rafraichissant et surprenant (et Dieu sait que j'aime être surpris dans mes lectures).

Certes ce n'est pas le livre de l'année pour moi mais cela reste une découverte intéressante pour qui remise sa pudeur et sa morale le temps d'une lecture aux accents parfois épiques. Pour lecteurs avertis uniquement!

Posté par Mr K à 21:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,