mercredi 23 décembre 2015

"La Geste du sixième royaume" d'Adrien Tomas

C1-la-Gest-helios-site

L'histoire : Cinq royaumes se font la guerre depuis des générations, ils s’unissent enfin pour détruire le sixième situé en leur cœur, une immense forêt sauvage dont on dit qu’elle abrite toutes les créatures des contes et des légendes. Mais voici six personnages aussi différents que l’eau et le feu qui se découvrent les protecteurs du sixième royaume.

La critique de Mr K : Belle claque placée sous le sceau de fantasy aujourd'hui avec La Geste du sixième royaume d'Adrien Tomas. Il s'agit d'un jeune auteur français que je ne connaissais pas du tout avant que mon regard ne se pose sur le présent volume lors de mon dernier craquage en date. La quatrième de couverture laissait présager un ouvrage lorgnant vers la saga de George R. R. Martin (luttes intestines de pouvoir) avec un soupçon de Tolkien (aspect merveilleux et écolo). Mes attentes n'ont pas été déçues! Bien au contraire, j'ai découvert un auteur talentueux, inspiré par ses prédécesseurs mais aussi original par moment dans le développement de certaines figures incontournables du genre et des rebondissements parfois vraiment bluffants qui m'ont tenu en haleine sur les quelques 700 pages qui composent ce livre. En route pour l'aventure avec un grand A!

Sur un continent perdu au milieu d'un océan, 5 royaumes se disputent territoires et richesses depuis des siècles. Antagonistes mais néanmoins complémentaires dans leurs arts et compétences, les lignées de rois se déchirent en des guerres aussi vaines que destructrices. Au cœur de ses terres perdues se trouve la Grande Forêt, territoire sauvage que nul être humain n'a pu explorer et en revenir vivant. Terre mythique peuplée selon les légendes et racontars de créatures ondines et sylvestres, elfes et dragons, où la magie règne en maître loin du fracas des armes et du feu destructeur de la vie. Mais voila qu'un jour, le dirigeant du royaume de Sei décide d'enterrer la hache de guerre avec ses quatre voisins, de créer une alliance à nulle autre pareille pour attaquer la Grande Forêt, la conquérir et l'exploiter après l'avoir séparée en 5 parties égales.

Pendant ce temps, aux quatre coin du monde connu, des personnes et êtres très divers se sentent irrémédiablement attirés vers cette mystérieuse forêt: un barde aventureux et jovial amateur de jupons, une sorcière grise se réveillant d'un sommeil procurant l'oubli, un aventurier marchand métisse issu de la liaison contre-nature d'un nain et d'une humaine, un jeune voleur facétieux en pleine crise d'adolescence et un homme-bête prisonnier des hommes qui cherche à rejoindre son clan. Tous ne peuvent résister à cette mystérieuse attraction qui naît dans leur cœur et le corps. Après bien des démêlés, ils vont se retrouver sous les frondaisons millénaires de la forêt, découvrir l'insoupçonnable et la réelle nature de leur mission.

Je suis un grand amateur de fantasy et je dois avouer que ma plus grande peur avec ce genre, c'est de tomber sur des ouvrages plats, englués dans les règles du genre, sans originalité ni saveur. On en est bien loin ici avec toute une série de personnages vraiment soignés, profonds et attachants. L'action se déroulant sur un temps assez long, ils évoluent aussi beaucoup, nous surprennent souvent et connaissent des destins variés. Ne vous attendez pas par exemple à ce que tout le monde survive! D'ailleurs à ce propos, ce livre n'est pas avare en crimes et scènes de guerre, ça charcute sévère et ça éparpille même façon puzzle. Je dois avouer que parmi les bad guy, j'ai une fascination pour le tueur au masque qui est sérieusement dérangé et totalement borderline. De manière générale, chaque personnage a sa part d'ombre qu'il choisit de suivre ou de combattre, on est donc loin du manichéisme et vraiment, on est surpris par certains développements. Un souffle novateur et rafraîchissant se fait ressentir pendant toute la lecture.

Le genre fantasy se prête beaucoup au voyage et au dépaysement. On n'est une fois de plus pas déçu par cet ouvrage qui fait la part belle aux descriptions saisissantes et évocatrices: le désert du sud-ouest cède la place aux forêts impénétrables et énigmatiques, les bourgs de campagnes aux métropoles au gigantisme impressionnant. Chacun de ses nouveaux décors est traité avec soin et délicatesse ainsi que les populations et êtres croisés en chemin par les différents personnages du livre. On y croit tellement que lorsque l'on doit reposer le livre, on se prend à y penser et à avoir hâte d'y retourner. Je vous avouerais que j'en ai même rêvé. La Grande forêt est tellement attirante pour le lecteur aussi! Vous croiserez aussi des déesses maléfiques, un arbre-chaman, des sorcières obsédées par le pouvoir, des créatures ignobles errants dans les égouts, des dragons paisibles en voix d'extinction (j'ai adoré), des elfes en plein déclin et toute une pléthore de créatures plus merveilleuses les unes que les autres. On sourit, on rêve, on s'apitoie et on se prend même à trembler durant cette lecture. Quelle expérience!

Quatre grosses parties structurent l'ensemble à la manière d'un texte sacré relatant une prophétie, ce qui donne une saveur toute particulière à l'ouvrage. Les chapitres s'égrènent très rapidement (jamais plus de 20 pages et souvent proche des 4/5 à la mode page turner) ce qui donne un rythme haletant et non figé à l'ensemble. Franchement, il est très difficile de relâcher le livre, et mes nuits furent raccourcies et mes réveils plus difficiles durant cette lecture. Mais quel bonheur, quel plaisir d'évasion et quel final dantesque! Ce livre est une très belle réussite et une sacrée découverte. Une fois les premiers chapitres débutés, c'est la garantie d'une addiction terrible qui va vous obséder jusqu'à la dernière page! Vous voila prévenus! Tous les amateurs de fantasy se doivent de lire La Geste du sixième royaume.

Posté par Mr K à 17:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 24 novembre 2015

Mr K récidive !

Back dans les bacs contact! Non, NTM ne m'a pas poussé à craquer, c'est venu naturellement au détour d'un après-midi shopping avec ma chère et tendre. Innocemment (et je vous prie de me croire!), nous avons pénétré dans une enseigne de seconde main connue dans notre secteur et... catastrophe! 

IMG_0050

Voila le résultat! OK, je suis un indécrottable addict aux livres. Je ne peux résister à des titres qui me tendent leurs petites pages implorantes... Je les entends encore pénétrer dans mon esprit me glissant des suppliques du genre: Adopte-nous, adopte-nous, Mr K! Comme tout toxico en effet, j'entends des voix qui m'intiment de réaliser des achats compulsifs mus par un besoin irrépressible de possession et de défonce. Ben oui, chacun sa came! Moi je me nourris de mots et d'histoires. Pas mal comme paradis artificiels, non? C'est en plus, peu coûteux et enrichissant. Je suis pardonné? 

IMG_0037

On commence doucement avec deux ouvrages appartenant à la sphère policier / polar / roman noir de ma PAL:

- Les Sept églises de Milos Urban. Un roman tout droit venu de Tchéquie où il est question d'un passé longtemps enfoui qui ressurgit. Le jeune héros est amateur d'Histoire médiévale, ça m'a de suite parlé. Wait and see!

- Retour de bâton de A. B. Guthrie Jr. Avec l'âge, mon goût pour la Série noire Gallimard ne fait que grandir, et cette histoire de victime expiatoire (à la Gabriel Garcia Marquez) que tout le monde veut supprimer m'a l'air bien sombre et bien glauque. Et hop! Il va rejoindre ses petits frères dans ma PAL!

IMG_0033

Poursuivons avec la partie SF / fantasy / fantastique qui cette fois-ci s'enrichit d'une tétralogie (pour les vacances d'hiver?) et deux titres one-shot!

- Cycle de Pendragon de Stephen Lawhead (4 volumes donc!). Impossible de dire non aux légendes arthuriennes, j'en suis un fan inconditionnel depuis que je sais lire. À priori ici, on s'éloigne des versions traditionnelles avec une vision fantasy pas piquée des vers avec notamment un lien avec le mythe de l'Atlantide! WTF?! Je fonce, je plonge! On verra bien en remontant! 

- La Geste du sixième royaume d'Adrien Tomas. Un livre marquant en terme de fantasy selon des critiques littéraires établis et des amis de la blogosphère. Je tente le coup surtout que l'histoire lorgne vers du Fetjaine et du G. R. R. Martin. À moi les luttes pour le pouvoir, la baston et la protection de la Nature! Tout pour plaire quoi! 

- La Cinquième sorcière de Graham Masterton. Les éditions Bragelonne ont toujours aussi mauvais goût en terme d'esthétique de leurs couvertures mais je vais passer outre avec cet ouvrage de Masterton, un de mes auteurs préférés dans le domaine de l'épouvante-horreur (simple, efficace et détente neurone assuré!). Sous fond d'apocalypse, un homme mène une enquête ardue qui le confrontera à une sorcière retorse... Ouh la la, ça promet!

IMG_0044

Voila, le gros morceau qui va rejoindre la partie littérature généraliste entre contemporain et classique (en gros c'est un bazar sans nom!).

- Scènes de la vie carcérale de Aïssa Lacheb. Sans doute pas un ouvrage qui respire la joie de vivre mais à priori un livre bouleversant et tragique sur l'univers de la prison. Sans doute bien loin des lieux communs qu'on nous ressert régulièrement dans la boîte à connerie (comprendre la télé) et les fictions US. Il fera partie de mes prochaines lectures!

- Quiz Show de Kim Young-Ha. Tout droit venu de Corée, ce livre explore le monde implacable et fascinant des mondes virtuels dans lesquels s'enferment certaines âmes esseulées. Je m'attends à un bouleversement des frontières entre le réel et le virtuel chez le héros et une belle évocation de la solitude moderne qui nous habite de plus en plus en parallèle au développement des réseaux sociaux en tout genre. Bien hâte de tâter de ce roman!

- jPod de Douglas Coupland. Présenté comme une plongée impitoyable dans le monde des geeks loin des clichés sympathiques qui circulent sur cette tribu en plein essor (ce qui rapporte gros d'ailleurs...), le livre se distingue par une forme étonnante par moment. J'en reparlerai plus en détail en 2016!

- Blog de Jean-Philippe Blondel. Ouvrage jeunesse traitant des rapports parents / enfants, de la filiation et de l'écriture intime, rien que le titre m'a attiré. Ben oui, je suis blogueur après tout! Ce titre a bonne presse, je me devais de vérifier cela... On se trouve les excuses que l'on peut!

- Grâce et dénuement d'Alice Ferney. Plongée dans le monde des gitans avec cette histoire d'une passionnée de lecture qui va tenter de partager sa passion avec les enfants de ce peuple voyageur. Première approche, méfiance, découverte et une réelle humanité semblent se dégager d'une histoire classique qui je l'espère m'ouvrira les portes d'une communauté méconnue en dehors des faits divers nourrissant la haine et les propos réactionnaires. Ras le bol des clichés!

- Nouvelles histoires extraordinaires d'Alain Decaux. C'est l'historien vulgarisateur qui m'a fait aimer l'Histoire et m'a guidé dans ma prime jeunesse à travers des ouvrages pédagogiques et distrayants. J'avais bien envie de replonger dans le passé, une sorte de bain de jouvence, une Madeleine de Proust... Hâte d'y être!

- La Malédiction d'Edgar de Marc Dugain. J'avais adoré La Chambre des officiers notamment pour le style épuré et suintant d'émotion de l'auteur. Désormais, quand l'occasion se présente, je ne passe plus à côté d'un ouvrage de Dugain et puis le mystère Hoover est diablement fascinant! Qui lira, verra!

- Un Hiver chez les Tchouktches d'Adolf Erik Nordenskjöld, Japon interdit de Théodore Duret, Dans les sables de Taklamakan de Sven Hedin et Les Naufragés de l'aventure de Guillaume Lesquin. Il s'agit de quatre courts récits d'exploration dans des contrées lointaines auprès de peuplades oubliées et reculées. Grand amateur de ce type d'ouvrage, l'occasion fait le larron. Nous verrons bien ce que cela donne!

IMG_0038

Et ultime touche de ce craquage éhonté, une BD!

- Violent Cases de Neil Gaiman et Dave McKean. Je ne connais rien à l'histoire ni aux thématiques abordées mais quel bel ouvrage! Les dessins sont magnifiques et avec Gaiman au scénario, je ne pense pas que je serai déçu. À vérifier au plus vite!

--------------------

Voila... Tout est dit. Ma PAL est en perdition, les espérances de la baisser évanouies pour longtemps mais en contre-partie un beau choix s'offre à moi pour mes futures lectures. Ne reste plus qu'à les prioriser, les effectuer et vous transmettre mes impressions sur ces futurs voyages en terres oniriques et littéraires. Décidément cette addiction a du bon! 

mardi 31 mars 2015

"Ganesha" de Xavier Mauméjean

311

L'histoire: Londres, fin du XIXème siècle. Qui est réellement Joseph Merrick, celui qu'on surnomme "l'Homme-Éléphant"? Homme ou bête? Monstre de foire ou curiosité scientifique? Une simple anomalie de la nature ou... un dieu? Lorsqu'il rédige ses Mémoires, il n'a pas trente ans et réside depuis peu à l'hôpital de Whitechapel sous la protection du médecin Fréderick Treves. Un refuge qui lui permet d'observer splendeurs et misères de la capitale, et d'enquêter: quatre affaires, autant de saisons dans une année. De leur résolution dépendra peut-être plus que son destin, car "le monde s'efface dans les rêves de l'éléphant..."

La critique de Mr K: Bien étrange expérience que cette nouvelle lecture de Xavier Mauméjean, un auteur qui m'avait bien transporté dans mes lectures précédentes que furent Lilliputia et American Gothic. Dédicacé par l'auteur lors de nos dernières Utopiales, je n'ai pu retarder plus avant la lecture de Ganesha, une de ses premières œuvres, récompensée en 2000 par le prix du roman fantastique à Gerardmer. Bien que plus ésotérique et exigeante envers le lecteur, cet ouvrage est une fois de plus une belle réussite entre plaisir de l'évasion et érudition perlée à chaque page.

Joseph Merrick réside désormais à l’hôpital au bon soin du docteur Crook qui lui voue une certaine curiosité. Son physique disgracieux ne l'empêche pas d'avoir un esprit vif et plein de répartie, il est très cultivé et est doté d'un esprit de déduction très fin faisant irrémédiablement penser à un certain détective anglais très connu de l'époque. À l'aide de ses amis (un jeune garçon travaillant à l'hôpital et un mystérieux aventurier) et de ses relations (du beau linge vient le voir à son chevet tout de même!), il va enquêter sur des affaires tantôt étranges, tantôt effroyables: meurtres, disparition, dédoublement de personnalité... Car Joseph Merrick n'est pas seulement ce qu'il paraît être au premier regard, n'est-il pas Ganesh le Dieu à tête d'éléphant?

Très énigmatique que cette lecture comme je le disais en début de chronique. On oscille entre plusieurs genres: des descriptions cliniques sur le héros, des digressions sur le panthéon hindouiste, des passages sur l'époque victorienne, l'organisation de l'hôpital, une plongée dans les quartiers populaires, dans les mondes interlopes, sur le monde des foires (thème récurrent de l'œuvre de Mauméjean)... le tout sous la forme de petits paragraphes resserrés à l'écriture souple mais gorgée de références. Plus d'une fois d'ailleurs, je me suis surpris à faire quelques recherches parallèles sur le net pour ne pas passer à côté de certains détails. Peu à peu, l'ensemble prend corps et l'on se concentre sur les fameuses enquêtes qui loin de nous épargner, nous plongent dans des abîmes bien sombres avec notamment un tueur d'enfants plutôt retors!

Au prime abord, il faut bien l'avouer, il faut s'accrocher. L'auteur prend un malin plaisir à brouiller les pistes, à multiplier les références, il perdra d'ailleurs sans doute quelques lecteurs au passage. Mais si l'on persévère et qu'on prend le temps parfois de relire certains passages, on découvre une mine d'informations, de détails et une finesse d'esprit assez extraordinaire. À travers le regard de Joseph Merrick, Xavier Mauméjean nous donne à voir une société anglaise décortiquée au scalpel à la fois attirante et repoussoir, entre modernité en marche et vieilles superstitions. Elephant man est beaucoup moins pathétique que dans le film éponyme de David Lynch, il a son destin en main et même si son quotidien est difficile (son infirmité est vraiment handicapante), il ne cède pas au désespoir et répond aux quolibets grâce à son sens de l'à propos très vif.

Une fois plongé dans la première affaire, difficile de relâcher ce volume qui s'apparente à une belle fantasy autour d'un personnage culte et d'une époque attirante. Une belle lecture pour un livre vraiment réussi si on se donne la peine de se laisser convaincre.

Posté par Mr K à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,