dimanche 26 juillet 2009

"God save la France" de Stephen Clarke

godsavelafranceL'histoire:

Nom : Paul West. Age : 27 ans. Langue française : niveau très moyen. Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français. Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham.

Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

La critique Nelfesque: Si vous cherchez une lecture de vacances, STOP!!!! Vous avez trouvé. Dans le pur style anglais, ce livre de Stephen Clarke, de son vrai nom "a year in the merde", est très drôle et venge nos amis d'outre manche de toutes les idées reçues que nous véhiculons sur eux en France. Cette fois ci, c'est à notre tour d'en prendre pour notre grade! Mieux vaut savoir rire de soi-même et de nos compatriotes avant de se lancer dans cette lecture...

Paul, débarque fraîchement d'Angleterre et s'installe dans la ville lumière qui n'a de lumière que son nom... Il y a beaucoup trop de crottes de chiens sur les trottoirs, sans parler des prix exorbitants pratiqués dans les cafés de la capitale (serait-ce dû à sa tête de rosbif?). L'amour à la française il n'y comprend rien et aux femmes françaises encore moins. Les grèves à répétition, les effusions de "bonjour/bonsoir/bon appétit/bonne nuit/bonnes vacances...", les lourdeurs administratives, tout celà est nouveau pour lui. 

Le style d'écriture n'est pas des plus littéraires mais plutôt oralisant, dans la lignée d'un Bridget Jones. La différence se trouve dans le fait que cette fois ci nous sommes dans la tête d'un homme et les centres d'intérêt sont différents (exit les recherches d'homme idéal et de robes parfaites). On suit avec plaisir les pérégrinations d'un anglais à Paris et on rit avec lui de toutes ces énormités qui font notre quotidien et auxquelles on ne fait pas attention.

A lire en été, entre la plage et le transat, sous le parasol, les pieds en éventail. De mon côté, "Merde actually" (le tome 2) est prévu au programme des prochaines lectures tant le 1er m'a donné envie d'en prendre encore plus dans la tronche (serait-ce le propre des français d'être masos?!). 

Posté par Nelfe à 14:38 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 14 juillet 2009

"Les neuf milliards de noms de Dieu" Arthur C. Clarke

clarkeL'auteur:

Né en 1917 en Angleterre. A douze ans, il établit une carte précise de la lune. A vingt-huit ans, il invente le principe de l'orbite géostationnaire. Mais il doit sa célébrité à ses romans de science-fiction traduits dans le monde entier. Son oeuvre la plus connue reste 2001 l'odyssée de l'espace dont l'origine est une nouvelle La sentinelle contenue dans le présent volume.

 

L'histoire:

Dieu existe-t-il?

Pour ce lama, chargé de trouver le véritable nom de Dieu parmi 9 milliards de combinaisons possibles, la question ne se pose pas. Avec un supercalculateur, en cent jours, il aura le compte. Et, au terme de l'opération, devinez quoi... La fin du monde... Divine surprise!

Le sort de la nébuleuse du Phénix relance le débat. pourquoi détruire une civilisation dans la fleur de son essor? Mystère! Mais Dieu a-t-il besoin de se justifier?

Dans l'univers, on trouve tour à tour l'Eden ou l'Enfer. Et puis, cet ilôt de vie, la Terre, qui, vue de l'espace, dépasse nos rêves. Enfin, de temps à autre, sur la lune ou ailleurs, une sentinelle, témoin d'une existence lointaine... Humaine ou divine? Faut-il choisir?

La critique de Mr K:

Avis mitigé cette fois-ci! Ce volume fait partie des livres dégotés déjà il y a quelques temps à Emaüs Rédéné. J'ai eu le plus grand mal à terminer ce livre, ce sont surtout les premières nouvelles qui m'ont rebutées. Sous les apparences d'interrogations métaphysiques et religieuses, on se trouve face à des textes plutôt creux et finalement assez "légers" en terme de réflexions par rapport à ce à quoi Clarke m'avait habitué. Sur les huit nouvelles de ce recueil, les quatre premières manquent donc d'intérêt et le lecteur de SF assidu que je suis s'est ennuyé!

Puis on arrive dans la deuxième partie de l'opus. Pour le coup, je l'ai terminé d'un trait au cours de notre première journée sur Périgueux! Non que je m'ennuie chez ma belle mère adorée mais Clarke retrouve ici sa verve et son talent de narrateur hors pair! Ces quatre dernières nouvelles se nomment: Avant l'Eden, Un été sur Icare, Le réfugié et La sentinelle. Elles abordent des thèmes chers à l'auteur comme la peur de la solitude, le mystère de nos origines et l'exploration spatiale. Je conseille fortement aux amateurs de 2001 de lire La sentinelle car elle éclaire sur un angle différent la scène finale du  film de Kubrick et apporte quelques réponses aux questions que l'on peut se poser.

Livre à lire donc mais peut-être en "visant" quelques nouvelles en particulier afin d'éviter de tomber sur des textes "mineurs" dont la lecture est loin d'être obligatoire...

 

Posté par Mr K à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,