lundi 28 juillet 2014

"Le Bar sous la mer" de Stefano Benni

le bar sous la merL'histoire: Pour sauver un vieil homme qui s'est jeté à l'eau, un promeneur plonge et découvre que le vieillard nage tout simplement vers un bar au fond de la mer! Il l'accompagne et va vivre là une bien étrange nuit, car les clients de ce bar branché sur les hautes ondes de l'imaginaire se révèlent des conteurs comme on rêve d'en rencontrer. Qui parodie quoi (ou qui) ? Au lecteur de jouer le jeu et d'entrer dans ce labyrinthe de pastiches où se mêlent savoureusement humour et littérature.

La critique de Mr K: Encore une pierre à l'édifice du fameux adage: le hasard fait bien les choses. Ce livre m'avait séduit par sa quatrième de couverture intrigante et surtout par sa très belle couverture qui va s'avérer jouer un rôle très important pour la lecture à suivre. Attention Le Bar sous la mer est une petite bombe à la fois drôle, littéraire et marquante.

En deux pages, l'auteur nous emmène donc dans un étrange bar se situant au fond de l'eau, suivant le narrateur, nous nous installons dans la salle et chacun des personnages représentés sur la couverture va raconter une histoire, se révélant à chaque fois un conteur des plus savoureux et souvent surprenant. On se rend compte très vite que nous avons affaire ici à un recueil de nouvelles déguisé en roman, chaque historiette de 5 lignes à 40 pages maximum nous embarquent dans un univers et un genre différent ce qui donne à l'ensemble une allure générale farfelue qui ne doit en rien cacher l'aspect littéraire de cette entreprise où l'auteur clame son amour des livres par des pastiches plus réussis les uns que les autres. Contes, histoires d'épouvante, romantisme, roman épistolaire, rabelaiseries... tout y passe pour le bonheur du lecteur!

En vrac vous assisterez à un duel culinaire digne de L'Iliade d'Homère, à un dérèglement climatique sans précédent, à la découverte de la planète Terre par un extra-terrestre, à la traversée par deux petits vieux d'une rue bondée, à une enquête dans une école menée par une gamine émule de Miss Marple, à la lente destruction de la liberté de pensée dans un pays en crise, à la déclaration d'amour d'une baleine sacrée auprès d'un capitaine au long cours maniéré, à l'agonie de la morale autour d'une piscine de villa hollywoodienne et encore tout plein d'autres histoires plus abracadabrantesques les unes que les autres. Chacune vous l'avez compris correspond à un genre ou une œuvre particulière. Je n'ai pas réussi à identifier chacun des pastiches mais le plaisir de lire s'est renouvelé à chacune de ces nouvelles.

Il règne vraiment une ambiance étrange dans ce recueil. On passe par tout plein d'émotions différentes correspondant aux différents tons et genres abordés. L'auteur fait mouche à tous les coups et pour une fois je trouve qu'il y a un équilibre certain entre tous les récits qui nous sont proposés dans un recueil de nouvelles. On passe de la légèreté la plus aérienne aux tréfonds de l'âme humaine en quelques pages et toujours avec la même réussite. L'écriture est à l'image des nouvelles proposées, polymorphe et insaisissable. Stefano Benni semble prendre un malin plaisir à nous égarer en changeant de style comme on change de plume. Loin de se prendre trop au sérieux, l'auteur nous livre ici et là de purs moments bien délirants à l'humour lui aussi multiforme: de la causticité, une pointe d'humour noir, de l'ironie... toutes les armes littéraires sont ici présentes, maîtrisées et utilisées dans le simple but de provoquer le plaisir de lire. Rajoutez à cela l'astuce de faire parler tous les personnages de la couverture qui force le lecteur à se réinterroger sur des récits précédents et vous obtenez un petit chef d'œuvre d'inventivité.

Le Bar sous la mer est à lire tout simplement parce qu'il ne se ressemble à rien d'autre de ce que j'ai pu lire auparavant et qu'il dégage une fraîcheur, un amour de la littérature et de l'humanité rare. Un must!

Posté par Mr K à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

lundi 28 avril 2014

Vacances d'avril = nouveaux livres!

C'est désormais un rituel, à chaque début de vacances scolaires, nous nous rendons chez notre dealer de bouquins préféré (à savoir Emmaüs) pour faire le plein de lecture. Ce n'est pas qu'on en est véritablement besoin (au sens où on en aurait pas assez), on a tous les 2 une PAL à faire peur, mais c'est un petit rituel auquel on tient. Et en toute franchise, on n'arrive pas à faire autrement!

La pêche du jour fut bonne. Voyez plutôt:

IMG_1208

C'est ce qu'on appelle un nouveau craquage. Oui je sais... Même pas honte d'abord!

Et en détail voilà ce que ça donne pour moi:

IMG_1199

- "Nu dans le jardin d'Eden" d'Harry Crews parce que c'est un Sonatine que je n'ai pas, que j'adore cette maison d'édition et qu'avec eux je ne prends pas beaucoup de risque quant à la qualité de leurs publications.
- "L'égoïste romantique" de Frédéric Beigbeder parce que j'adore cet auteur et que je n'ai pas lu celui ci.
- "Retour à Rédemption" de Patrick Graham parce que j'en ai lu beaucoup de bien et que c'est le genre de romans qui a tout pour me plaire.
- "Les grand-mères" de Doris Lessing. Alors là pur hasard, j'ai aimé la couv' et la 4ème de couv', je le tente!

Et pour Mr K:

IMG_1204

Du contemporain avec:
- "Le Bar sous la mer" de Stefano Benni pour son pitch bien délirant d'un mystérieux bar au fond de la mer. Comme en plus, c'est chez Babel...
- "Mémoires d'un Yakuza" de Junichi Saga parce que ce livre a une excellente réputation et plonge son lecteur dans la vie d'un gangster japonais (tiré d'une histoire vraie). Belle immersion en perspective dans le milieu des Triades japonaises.
- "Combat de fauves au crépuscule" de Henry-Frédéric Blanc parce que c'est une maison d'édition que j'affectionne tout particulièrement, la couverture est imparable (ben ouais, y a un chat qui se la raconte!) et cette histoire de jeune arriviste livré en pâture au commun des mortels n'est pas pour me déplaire.
- "Kennedy et moi" de Jean-Paul Dubois parce qu'il est difficile de résister à un Jean-Paul Dubois, moi je n'hésite même plus! En plus, celui-ci a particulièrement plû à mes parents...
- "Sur la falaise" de Gregor Von Rezzori parce que cet ouvrage m'intrigue tout particulièrement, le court résumé laisse entrevoir un délire littéraire à nul autre pareil. Work in progress...
- "Love & Pop" de Ryû Murakami car on m'en a aussi dit le plus grand bien et que l'auteur est l'homonyme d'un de mes écrivains préféré. Ici, l'univers a l'air plus sombre et la plongée profonde dans une part de la société japonaise.
- "Insecte" de Claire Castillon parce que la quatrième de couverture est complètement barrée. Ca sent la lecture-chalumeau!

IMG_1200

Du policier / thriller avec:
- "Last call" d'Alex Barclay parce que j'ai adoré son premier roman et que dans celui-ci on retrouve un inspecteur qui m'avait ému, rajoutez à cela une écriture maline et machiavélique. Il ne m'en fallait pas plus pour me laisser tenter!
- "Pélerins des ténèbres" de Serge Brussolo pour explorer une autre part de l'oeuvre d'un auteur que j'affectionne. Ici il est question de pélérinage maudit en plein Moyen-Age! Tout un programme!
- "Le syndrome Copernic" d'Henry Loevenbruck parce que j'aime beaucoup cet auteur et que l'occasion fait le larron!
- "Bloody birthday" collectif de recueils de nouvelles parce qu'on y trouve nombre de signatures d'auteurs prestigieux du polar français et que le genre de la nouvelle policière est une invitation à la fulgurance et à la surprise.
- "Mémoire en cage" de Thierry Jonquet parce que je n'ai pas encore lu ce roman d'un des maîtres du genre. J'adore Jonquet, so no comment!
- "Fondu au noir" de Jean-Jacques Reboux parce que je voulais découvrir la plume de cet auteur ailleurs que dans la série du Poulpe. Ici c'est noir et tortueux à priori...

IMG_1203

Et un joyeux mix avec:
- "La Fée et le géomètre" de Jean-Pierre Andrevon, illustré par Enki Bilal parce que cette histoire de royaume des fées envahi et dénaturé par l'homme fait écho à mes convictions profondes sur la nature humaine. La lecture s'annonce tendue, intense et sans doute mélancolique.
- "Ils partiront dans l'ivresse" de Lucie Aubrac car je n'ai jamais eu l'occasion de le trouver auparavant et qu'un témoignage de cette importance me rappellera mes années Fac et me replongera dans une période bien ténébreuse de notre Histoire commune.
- "Nos rêves sont plus grands que le ciel" de Jean Cavé parce que ce roman inspiré d'un personnage réel m'a fasciné en quatrième de couverture. Il est question ici d'idéalisme, de persévérance et de croyance en une vie extra-terrestre; tout ceci au XIXème siècle! Ca promet!
- "Des souris et des hommes" de John Steinbeck car avec Nelfe nous nous refaisons l'intégrale d'une série qui y a fait référence justement hier soir. L'occasion était trop belle de découvrir un roman considéré comme une oeuvre majeure de la littérature américaine.

Un bon aperçu de ce qui sera chroniqué bientôt sur le blog! Maintenant y'a plus qu'à! ;)