vendredi 26 juillet 2013

"Batman: Amère victoire" de Jeph Loeb et Tim Sale

9782365770156

L'histoire: Un an après «l'affaire Holiday», Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les «patients» de l'asile d'Arkham. Si Alberto Falcone était considéré jusqu'alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation. Pour restaurer l'ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l'aide possible, voire de prendre sous son aile un nouveau partenaire...

La critique de Mr K: Retour à Gotham City après le très réussi recueil «Batman, Un long Halloween» qui m'avait été offert à mon anniversaire. Ne pouvant résister plus longtemps à l'envie de poursuivre l'expérience avec le deuxième tome de ce diptyque consacré au justicier de la nuit, je me portai acquéreur du présent volume. Rappelons ici que je ne suis pas un gros fan de super-héros, que la mode cinématographique dont ils font l'objet m'indiffère voir m'exaspère au plus haut point. Cependant, il y en a un qui échappe à la règle et qui m'a toujours fasciné: Batman. Comme en plus cette BD se rapproche énormément de la vision proposé par Christopher Nolan dans sa trilogie qu'on ne présente plus, difficile d'imaginer une déception à la lecture de cette Amère victoire.

Dans le précédent volume, après moultes péripéties, le tueur en série agissant les jours de fête avait fini par être arrêté, du moins le pensait-on... Les super-criminels comme Double-Face, l'Épouvantail, Poison-Ivy, le Joker, Mister Freeze, Le Chapelier Toqué et consorts ont été mis hors d'état de nuire et la mafia locale semblait bien calmée avec la mort du parrain Falcone. C'est sans compter sur la soif de revanche de tout ce petit monde, le commissaire Gordon et The Bat auront fort à faire entre la résurgence d'un criminel en série, une évasion collective spectaculaire de l'asile d'Arkham, les manœuvres de la nouvelle procureur et la venue d'un nouveau personnage dans la vie rangée et austère de Bruce Wayne. C'est seulement après plus de 400 pages de planches que l'on saura le fin mot de l'histoire.

gordon2

On retrouve dans ce volume toutes les qualités évoquées pour le précédent. L'ambiance est noire et glauque à souhait. Loin du manichéisme habituel au genre comics, ici les personnages sont nuancés et chacun vit avec ses frustrations et ses douleurs secrètes. On s'attache donc très vite et fortement aux personnages principaux, même les moins recommandables. La caractérisation du chevalier noir s'épaissit, on en apprend un peu plus sur ses origines et ses motivations. Le commissaire Gordon quant à lui, tout en essayant de résoudre une des enquêtes les plus difficiles de sa carrière, essaie de renouer avec sa famille qu'il avait jusqu'alors délaissé. Selina Kyles est toujours aussi séduisante au naturel et en Catwoman, elle cache un douloureux secret qui sera révélé à la toute fin. Les bad guy ne sont pas en reste avec la fille Falcone qui a repris le pouvoir laissé vacant par l'assassinat de son parrain de père et doit gérer l'après, malgré son infirmité. Je vous laisse découvrir les autres méandres de cette intrigue riche et poussée au maximum, mention spéciale pour l'introduction du jeune Robin qui à la base me faisait peur (je n'ai jamais aimé ce jeune fréluquet présomptueux). Dans ce volume, il est traité totalement différemment de l'accoutumée et se révèle être un personnage très touchant malgré un costume toujours aussi ringard (même le Bat le lui dit à un moment!).

pages-17

Les auteurs n'ayant pas changé, on retrouve le talent du scénariste Jeph Loeb dont s'est inspiré Nolan (voir critiques ici et ). De la finesse, du rebondissement et au final, une histoire réaliste et noire malgré des aspects comics indéniables. Les planches de Tim Sale rendent à merveille l'ambiance polar de l'ensemble et illustrent à merveille les destinées torturées qui nous sont livrées. On est clairement dans du comics haute-gamme, certains passages pouvant être considérés comme du roman graphique tant le travail de recherche et d'exécution a été développé et livre un rendu époustouflant. Franchement, ce diptyque fait partie des plus belles BD du genre à rapprocher des talentueuses œuvres de Todd Mc farlane (voir clip du monsieur pour Pearl Jam).

batman-amere-victoire-merci

Au final, cet ouvrage est un must à acquérir pour tous les amateurs et amatrices du Batman. Intelligent, finaud, d'une beauté confondante, le voyage dans Gotham est immersif au possible et trépidant à souhait. A lire et à relire!

Posté par Mr K à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 1 avril 2013

"Batman: un long Halloween" de Jeph Loeb et Tim Sale

HALLO

L'histoire: Quelques mois après sa première victoire contre l'empire du crime qui phagocyte Gotham, le vigilant Batman enquête sur une série de meurtres perpétrés uniquement lors des fêtes. Travaillant en parallèle avec le jeune procureur Harvey Dent et le capitaine de police James Gordon, le Chevalier Noir engage une course contre un calendrier morbide qui égrène chaque mois une victime supplémentaire.
Une enquête dont la conclusion pourrait bien sonner la chute du plus grand espoir de Gotham, et la naissance de l'une de ses pires créatures...

La critique de Mr K: Une fois n'est pas coutume, voici une critique d'un comics américain. Je ne suis pas forcément un grand fan du genre (surtout depuis que j'ai grandi) mais mes potes me connaissent bien et l'ami Yann m'a offert le présent recueil pour mon anniversaire car il se souvenait de mon amour immodéré pour le chevalier noir notamment l'adaptation en triptyque que Christopher Nolan a réalisé pour le cinéma avec Christian Bale dans le rôle-titre (le 2 ici et le 3 !). Ici, on se retrouve face à plus de 370 pages d'aventures baignées dans le plus pur style du polar. Accrochez-vous ça va décoiffer!

Chaque jour de fête de l'année amène son lot de cadavres, la police piétine pour retrouver ce serial killer d'un genre nouveau. Derrière cette enquête policière, les deux auteurs nous invitent à une plongée vertigineuse dans le Gotham que l'on connait moins, notamment la lutte fratricide de deux parrains du crime et les rouages de la justice. Rien de bien reluisant, très vite le lecteur se rend bien compte que Gotham est gangrénée par le crime, la corruption et l'individualisme. Heureusement, Bruce Wayne, alias the Bat, veille et les bad guys n'ont qu'à bien se tenir! Vous retrouverez entre autre le Joker, Double face, Poison Ivy (I love her!), Catwoman, l'Epouvantail... Il faut bien dire que ce sont les méchants qui font tout l'intérêt de Batman même si ici, le double personnage est remarquablement traité, très proche de la vision proposée par Nolan dans ses films. Vous l'avez compris, on est plus dans un univers sombre que dans le côté cartoon propre à la série avec Adam West ou les deux films de Burton (très bon par ailleurs!).

3p10

Ce volume est une très belle réussite en terme de graphisme. Bien que très comics, les dessins sont fouillés et détaillés. L'action est superbement rendue ainsi que les moments plus intimistes. Le rythme du récit est mené tambour battant et l'on parcourt les 372 pages de cet ouvrage sans s'en rendre compte. Le scénario présente des ramifications bien plus complexes que n'importe quel comics de base et la fin ouverte laisse envisager la suite des aventures du chevalier noir (Victoire Amère, volume déjà paru et que j'essaierai de me procurer dans les mois qui viennent). Avec cet ouvrage, on se rapproche très fortement du roman graphique tant la densité de l'histoire et des personnages vous prend à la gorge.

Batman_5

Vous l'avez compris, ce fut pour moi une très agréable lecture. Non pas régressive mais un beau flashback dans mes rêves éveillés d'adolescent avec la noirceur en plus que procure l'âge adulte. Un très bon compromis donc entre aventure et réflexion. A ne pas louper pour les amatrices et les amateurs!

Posté par Mr K à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 13 août 2012

"The Dark Knight Rises" de Christopher Nolan

DNR afficheL'histoire: Il y a huit ans, Batman a disparu dans la nuit : lui qui était un héros est alors devenu un fugitif. S'accusant de la mort du procureur-adjoint Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié au nom de ce que le commissaire Gordon et lui-même considéraient être une noble cause. Et leurs actions conjointes se sont avérées efficaces pour un temps puisque la criminalité a été éradiquée à Gotham City grâce à l'arsenal de lois répressif initié par Dent.
Mais c'est un chat – aux intentions obscures – aussi rusé que voleur qui va tout bouleverser. À moins que ce ne soit l'arrivée à Gotham de Bane, terroriste masqué, qui compte bien arracher Bruce à l'exil qu'il s'est imposé. Pourtant, même si ce dernier est prêt à endosser de nouveau la cape et le casque du Chevalier Noir, Batman n'est peut-être plus de taille à affronter Bane…

La critique Nelfesque: Je ne suis pas une adepte des films de super-héros, loin de là même. Ce n'est pas que je les fuis comme la peste mais je n'ai jamais été attirée par ce genre, le "tchac tchac boom boom" ne m'intéresse pas et le principe même de voir une image macho du super mec bodybuildé sauvant le monde et tout est bien qui finit bien m'agace.

Oui mais voilà, il y a quelques années, Mr K m'a fait découvrir le premier Batman de Nolan et j'y ai trouvé un intérêt que je n'avais jusque là pas décelé dans d'autres films. J'ai donc découvert les deux premiers Batman bien après leurs sorties en salle et il était presque logique que j'aille voir ce dernier volet, "The Dark Knight Rises" au cinéma.

Que dire de cet opus? Je ne ferai pas un billet détaillé, n'étant pas une experte ès homme chauve-souris, mais je peux dire que dans l'ensemble je l'ai aimé. Je dis dans l'ensemble car vers le milieu du film j'ai été prise de quelques baillements (c'est que ce film dure quand même presque 3 heures!) réfreinés non pas après un petit somme mais avec une suite et une fin bien punchy qui réveille. "Dans l'ensemble" également car il faudrait qu'on m'explique ce que les Etats Unis trouvent à cette moule de Marion Cotillard!? Certes, elle a un joli minois et j'avoue même apprécier son jeu dans "Jeux d'enfants" mais depuis quelques années je la trouve insipide... Et en doubleuse voix française pour son propre rôle dans ce film, n'en parlons pas... Et que dire de sa dernière scène ici... Mieux vaut se taire en fait!

DNR

Mis à part cela, j'ai aimé le scénario de ce Batman ci. L'Anarchie au pouvoir, un méchant baraque et flippant par sa présence et son charisme, la noirceur du film... Ces différents aspects m'ont séduite et notamment la crainte, toujours d'actualité, qu'ont les Etats-Unis, du terrorisme et de voir leur monde s'écrouler. Cette notion est bien présente dans ce long métrage de Nolan et traitée d'une bien belle façon. Rajouter à cela le capitalisme et le peuple opprimé et vous avez un beau cocktail molotov qui explose dans ce "Dark Knight Rises". Explosion au visuel léché qui plus est. Pourquoi bouder son plaisir?

DNR3

Je laisse la parole à Mr K qui développera sans doute un peu plus son avis. En attendant, de mon côté, en non adepte de super-héros (je le répète), je vous conseille ce film. Bon et puis Gary Oldman perso, je suis fan!

DNR1

La critique de Mr K: 6/6, la conclusion parfaite pour une trilogie qui n'a finalement fait que s'améliorer d'opus en opus. Je rappelle qu'à part la série des Spiderman de Sam Raimi et des Batman de Christopher Nolan, je n'aime pas les films de super-héros qui s'apparentent en général à de la propagande pro US déguisée et un spectacle trop souvent décérébré (pour cela rien ne vaut un bon film d'horreur des familles à mes yeux!). Batman, c'est justement quelqu'un qui n'a pas de super pouvoirs et Nolan a su capter mieux que quiconque (même Burton c'est dire!) l'essence de ce personnage hors norme.

DKR5

Deux choses m'ont profondément marqué dans ce métrage parmi tant de bons éléments qu'il serait ici impossible de tous les abordés sans écrire une bonne tartine! Tout d'abord, l'humanité que ce film dégage. Cela peut sembler étrange à propos d'un film de ce genre et pourtant... les états d'âme et les motivations de Bruce Wayne sont ici disséqués et livrés en pature au spectateur qui s'étonne de voir l'étalage de tant de noirceur dans un blockbuster estival. Le précédent opus avec le joker était déjà pas mal mais ici on atteint vraiment des sommets. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et notamment la figure de Bane qui est ici remarquablement traitée et on se prend à éprouver de la compassion pour ce terroriste mercenaire brut et sans coeur (en apparence seulement). Nolan prend un malin plaisir à explorer les fêlures de ces personnages qui se détachent des êtres policés qu'on nous sert régulièrement. Du coup, le film gagne en humanité et en crédibilité et ceci sans épargner le spectateur. C'est bon de ne pas être pris pour des imbéciles!

DNR4

L'autre aspect très intéressant de ce film est qu'il poursuit l'exploration des pistes entraperçues précédemment concernant la nature humaine et la violence qui nous habite dans les rapports qu'on peut entretenir avec autrui. Sont aussi abordés de façon frontale le rapport à l'autorité et à la politique, ainsi la ville de Gotham City (alias New York) livrée à un seigneur de guerre voit ses habitants collaborer, s'en arranger ou résister, un tribunal révolutionnaire est mis en place avec l'épouvantail à sa tête (j'adore cet acteur), les policiers enfermés dans les souterrains de la ville, l'anarchie s'installe... Nolan nous dresse à cette occasion de véritables tableaux apocalyptiques d'une crédibilité effrayante tant on se dit que cela pourrait se dérouler ainsi. J'ai clairement adoré cette deuxième partie du film où on retrouve la folie pure que l'on avait déjà perçue à travers le personnage du joker dans le film précédent.

Ce film est une bombe dont on ne voit pas la longue durée passer. Le spectacle est époustouflant, le souffle épique et la noirceur sont bel et bien au rendez vous. Le tout est servi par un réalisateur esthète à l'extrême et des acteurs formidables (à part la Cotillard dans son ultime scène qui vire au riducle, dommage...). Un must qui perdra beaucoup de sa superbe sur votre téléviseur... vous voila prévenus!

Posté par Nelfe à 18:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,