lundi 14 septembre 2015

"Chiens sales" de François Barcelo

14366-gf

L'histoire: En France, on les appelle des poulets. Aux États-Unis, des cochons. Au Québec ? Des chiens, même si on a souvent envie de les traiter de "Chiens sales". Quand ils font une connerie, pour la cacher ils en font une plus grosse qui devra être dissimulée par une énorme, et celle-là, par une monumentale… Mais si vous trouvez que c'est exagéré, attendez de lire ce qui est arrivé à Carmen Paradis…

La critique de Mr K: La quatrième de couverture de Chiens sales m'avait interpellé dans un bac d'occasion et j'avais décidé de tenter ma chance malgré ma méconnaissance totale concernant cet auteur québécois et ce titre. Bien m'en a pris pour ce roman sombre et tortueux, à l'énergie communicative et au scénario bien ficelé.

Carmen vit seule dans la maison que son oncle lui a laissé sur l'îlot Fou. Elle vivote et gratouille sa guitare en attendant de trouver un vrai sens à sa vie. Un matin, elle reçoit la visite de Roméo (une connaissance du coin) qui lui annonce que ses amis partis à la chasse sans lui ont causé la mort d'un homme politique important lors d'un accident indépendant de leur volonté. Elle va se retrouver mêlée à l'affaire lorsque ces derniers vont surgir chez elle à l'improviste avec un cadavre encore frais qu'il va falloir planquer au plus vite avant l'arrivée des forces de l'ordre. La mécanique infernale se met alors en place: la police va intervenir, l'ensemble va déraper pour virer au road-movie infernal qui fait la part belle à la duplicité et au suspens.

J'ai adoré cette lecture qui s'est faite en un temps record. Très vite on cerne les règles tacites qui sont appliquées dans ce petit microcosme isolé que se révèle être le fameux îlot. Les gens du crû sont rudes, frustres et froids pour la plupart. Carmen est elle une jeune femme un peu paumée qui a tendance à faire les mauvais choix. D'abord dans sa vie privée qui s'avère très vite être un champ de ruine mais aussi dans ses décisions de manière générale! Il faut bien dire qu'elle les accumule en début de roman ce qui a eu le don de m'énerver quelque peu. Malgré un certain désamour de ma part pour le personnage principal (par sa façon de réagir uniquement car l'auteur l'a creusé et explique tout de ses réactions), on veut de suite savoir ce qui se passe tant des forces occultes semblent en jeu dans cette simple histoire de trafiquants pris sur le fait. L'héroïne est vraiment à côté de ses pompes pour parler crûment et semble irrésistiblement attirée par le vide et par là même par le danger.

L'ambiance est donc bien noire dans ce roman de François Barcelo et on se demande bien comment Carmen va pouvoir s'en sortir. L'étau se resserre dans ce Québec pourtant si étendu. Les éléments s'accumulent semblant barrer la route de l'héroïne vers un possible Salut. Tout ce que je peux vous dire c'est que les forces de sécurité québécoises font bien peur dans cet ouvrage entre bavures à dissimuler et raison d'État. Les rebondissements sont nombreux et on tombe de Charybde et Sylla comme Carmen qui est ballottée entre son désir de se poser et un danger persistant de plus en plus menaçant. Les questions s'accumulent et peu à peu l'héroïne va mûrir malgré elle, changer et évoluer vers ce qu'elle pourrait devenir. La fin répond aux attentes du lecteur qui sort de cette lecture pantelant et surpris de s'être laissé embarqué par un récit alambiqué aux multiples ramifications.

Une fois la situation de départ bien posée, le rythme s'accélère et ne baisse jamais en intensité. Inutile d'espérer y échapper, on est happé par cette histore et la fin ouverte proposée contribue à un grand plaisir de lecture. Le style est abordable et efficace avec de ci de là quelques mots 100% québécois qui donnent une couleur particulière au récit et lui ajoute un petit plus non négligeable entre réalisme et dépaysement. Encore une bonne pioche pour ma pomme!

Posté par Mr K à 17:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 5 juillet 2015

Satané vide-grenier !

Le week-end dernier, Nelfe et moi nous sommes rendus au vide-grenier de notre quartier comme chaque année. Galettes-saucisses (miam miam!) et grillades côtoient des personnes venues céder à des prix imbattables tout ce qu'ils ne veulent plus chez eux. C'est l'occasion d'observer la grande capacité des êtres humains à conserver un nombre incroyable de bibelots ringards et autres objets farfelus! On est tous pareils et ça m'a rassuré quand je pense aux caisses qui encombrent encore le grenier depuis notre aménagement, il y a plus de deux ans!

Là où la problématique se corse c'est que ses personnes vendent aussi des livres... Vous connaissez ma faible propension à résister à la tentation en matière d'occaz livresque! En plus, cette année une dame vendait un grand nombre des livres de SF de son fils parti habiter en Amérique. Gasp! C'était un combat perdu d'avance... Jugez-plutôt!

IMG_2294

- Le Cycle d'Elric de Michael Moorcock. J'avais adoré l'intégrale Hawkmoon et je recherchais depuis un certain temps cette intégrale qui m'a tendu ses petits bras et surtout ses sept volumes impeccablement conservés. Wahou! Ca c'est de l'occaz! Je prends et je pense lire le tout pendant notre séjour à la montagne cet été.

- Les Solariens de Norman Spinrad. Un des papes de la SF avec en plus ce roman qui s'avère être son tout premier, le récit d'une guerre future de l'humanité disséminée dans l'espace devant faire face à une menace terrifiante venue d'ailleurs. Je suis bien curieux de lire cela! Là encore, un livre qui ne traînera pas dans ma PAL.

- Intrusion de Richard Matheson. Il s'agit du volume 2 de l'intégrale de ses nouvelles rééditées chez Flammarion en 1999. On ne peut pas dire non à cet auteur surtout en matière de nouvelles de SF. J'en connais déjà certaines mais d'autres vont me permettre de poursuivre mon exploration de l'univers de ce grand auteur, classique des classiques en matière d'anticipation.

- Le Chat passe-muraille de Robert A. Heinlein. Rencontre improbable entre la SF et un multivers farfelu constellé de personnages délirants, j'attends beaucoup de ce livre qui semble sortir des sentiers balisés de ce grand nom de la SF. Wait and see!

- L'Âge des étoiles de Robert A. Heinlein. Livre cadeau de la vendeuse (ben oui, on inspire la gentillesse, nous!), il est question de voyage interstellaire et d'une drôle de créature tour à tour séduisante et inquiétante. Une drôle d'histoire que j'attends de découvrir avec impatience.

- Contes de la rose pourpre de Michel Faber. Il s'agit de l'auteur de Under the skin, livre que je n'ai toujours pas lu et qui est dans ma PAL depuis trop longtemps. J'avais adoré le film qui en avait été tiré, un de mes gros coups de coeur cinéma de 2014. La réputation de cet auteur est flatteuse et ce portrait de l'Angleterre victorienne a tout pour me séduire vu les avis lus sur la blogosphère. Je le lirai après le sus-cité que je pratiquerai durant l'été.

- Chiens sales de François Barcelo. Coup de poker que cette acquisition où il est question de ripoux et de bavures au Québec. J'aime beaucoup la collection Série Noire de Gallimard. Nous verrons ce que cela donne.

- 35 kg d'espoir d'Anna Gavalda. Il s'agit de la seule acquisition de Nelfe cette fois ci et encore c'est parce qu'elle l'a vu avant moi! Je le lirai aussi, un extrait de ce roman parlant du passage à l'adolescence a été utilisé il y a quelques années pour l'épreuve de français du DNB professionnel et ce sujet m'avait beaucoup plu. Ce sera sans doute une lecture plaisante et rapide.

Le craquage fut tout de même limité comme vous pouvez le constater. Ma PAL a pris un petit coup cette fois ci, heureusement que mon rythme de lecture est assez soutenu.

Il ne reste plus qu'à lire tout cela, chroniques à suivre dans les mois à venir.