jeudi 15 juin 2017

A la découverte de "Terres de Tisanes" - Cléguer (56)

Celles et ceux qui me suivent sur Instagram connaissent mon amour pour les produits naturels, le goût des choses simples et la qualité des bons produits. Le BIO est de plus en plus plébiscité et il en va autant de notre santé que de celle de notre planète. Préserver la Terre et ses ressources mais aussi éviter d'ingérer des tas de cochonneries : voici une des préoccupations grandissantes de notre époque.

Cela fait plusieurs années que je mets l'accent sur les produits bio dans ma cuisine (fruits, légumes, produits laitiers et thés surtout), dans ma salle de bain et ma trousse à pharmacie. Je m'intéresse de plus en plus aux huiles essentielles et à la phytothérapie. Je n'ai pas fini d'apprendre tant c'est un puits sans fond ! C'est dans cette démarche que j'ai découvert "Terres de Tisanes" et Alexandre Bompard, producteur de tisanes bio, à deux pas de chez moi. J'en ai parlé plusieurs fois sur les réseaux sociaux et ai attisé la curiosité de certains qui depuis ont testé leurs produits via leur boutique en ligne. J'ai aujourd'hui une excellente raison d'en parler plus longuement au Capharnaüm éclairé !

PO Terres de Tisanes 1

Samedi dernier avaient lieu les Portes Ouvertes de "Terres de Tisanes" et c'était l'occasion parfaite de découvrir les champs de plantes, mais aussi l'atelier et glaner quelques bons conseils au passage. Y étant toujours allée seule, c'était aussi l'opportunité de faire découvrir à Mr K ce petit havre de paix.

C'est au lieu-dit St-Guénaël sur la commune de Cléguer, à quelques kilomètres de Lorient (56), que "Terres de Tisanes" est implanté. Rendez-vous est pris devant la petite chapelle voisine de cette longère bretonne où l'atelier de séchage et de conditionnement ainsi que la boutique sont installés. Comme cadre, on ne fait pas mieux !

PO Terres de Tisanes 2

Avec un petit groupe de 8/10 personnes et Alexandre, nous nous dirigeons immédiatement vers les champs. Ici il nous explique ses principes de production, très proches de la permaculture. Les champs ne sont pas nickel, il y a pas mal d'herbes folles mais tout est fait dans le respect de la nature. En ce moment nous sommes en quasi sécheresse et il n'y a pas d'arrosage des champs. Une invasion d'insectes ? D'autres espèces se propageront pour contrer le problème. La nature a toujours su conserver un équilibre, il faut lui faire confiance. Pas de pesticides donc, pas de désherbant non plus. Un champs n'est pas un musée, il y a de la vie et si l'on veut se nourrir du fruit de la terre, il faut la préserver.

PO Terres de Tisanes 3

40% du travail s'effectue dans les champs (désherbage, plantation, récolte), 40 autres sont pour le traitement des plantes récoltées (manutention, séchage et conditionnement), les 20 derniers sont pour la vente et l'administratif. Chez "Terres de Tisanes", on trouve plantés, à même le sol, de la mélisse, de la lavande, du fenouil, de la camomille, du cassis, de l'hysope, de la mauve, de la reine des près... On fait de la récolte sauvage d'aubépine, de sureau, de frêne... Et ce sont milles senteurs qui viennent taquiner les narines des curieux que nous sommes.

PO Terres de Tisanes 4

Chacun y va de sa petite question : Quels sont les bienfaits de la mélisse ? Comment et quand récolter les roses ? Comment se débarrasser de façon naturelle des limaces qui envahissent nos cultures ? Aujourd'hui, les gens se sont déplacés pour découvrir cette petite entreprise mais aussi pour repartir avec plein de bons conseils. Le maître des lieux n'en est pas avare, l'ambiance est conviviale et la visite très agréable.

PO Terres de Tisanes 5

Puis, nous sommes laissés entre les mains de sa collègue pour une découverte de l'atelier de séchage. Accueillis avec une tasse de tisane, nous passons de l'autre côté du miroir, l'endroit sur lequel s'interroge bon nombre de visiteurs.

PO Terres de Tisanes 6

Installé à l'étage de la longère, sous les combles, l'atelier de séchage est un endroit important du processus de fabrication de tisanes. La pièce est gardée à température constante et à un taux d'humidité bien spécifique. Des ventilateurs et déshumidificateurs d'air sont installés ça et là pour aider à la bonne conservation et au séchage optimal des plantes.

PO Terres de Tisanes 7

Tilleul, thym citron, roses, mauve... On en prend plein les yeux et encore une fois plein le nez ! Là encore les questions sont nombreuses : Combien de temps faut-il pour que telle plante sèche ? Comment sait-on que c'est le bon moment pour les ensacher ? Faut-il les brasser pour homogénéiser le séchage ? On sent bien que nous allons tous mettre en pratique les informations récoltées dès que nous serons rentrés à la maison ! Qui n'a pas dans son jardin un peu de thym, de la lavande ou de la menthe ? 

PO Terres de Tisanes 8

C'est beau, ça sent bon mais on crève de chaud dans ce séchoir (enfin surtout moi qui suis très sensible aux variations de température) ! Petit passage maintenant du côté des stocks, "Terres de Tisanes" fournissant quelques enseignes alentours.

PO Terres de Tisanes 10

Retour au rez-de-chaussée où se trouve la machine permettant de conditionner les tisanes pour la vente. Si vous vous rendez sur place, vous la découvrirez dans la salle principale servant aussi de boutique.

PO Terres de Tisanes 11

C'est là également que se trouvent les stocks d'autres plantes servant à confectionner les mélanges. A savoir également que l'on peut vous faire sur place les mélanges de votre choix.

PO Terres de Tisanes 12

La visite est maintenant terminée. Chacun à la possibilité d'acheter quelques sachets de tisanes et encore une fois poser toutes les questions dont il a besoin afin de s'orienter vers les bons produits. La santé passe par ce que nous consommons, je n'ai aucun doute là dessus. Depuis quelques temps, je sais aussi qu'elle passe par les plantes et en mesure chaque jour les bienfaits !

PO Terres de Tisanes 13

PO Terres de Tisanes 14

Après le thym citron, le basilic, la coriandre, l'origan, la ciboulette et la menthe, c'est maintenant la verveine qui vient s'inviter dans notre jardin. Depuis samedi, je la regarde grandir doucement et s'épanouir chez nous. Pas de doute, elle sera chouchoutée ici ! Je suis également repartie avec un sachet de Camomille romaine que nous consommons en tisane mais que j'utilise également en compresse sur le visage, ayant de gros soucis de peau en ce moment (oui je sais, j'envoie du rêve ! mais je peux vous dire que ça me sauve et que je suis en passe de retrouver un visage normal ! hourra !).

J'espère que la visite vous a plu, n'hésitez pas à aller faire un tour chez Alexandre, virtuellement ou en vrai si vous êtes du coin. Vraiment, vous ne le regretterez pas ! Et si vous êtes adeptes de plantes, avez des petites astuces à partager ou vous posez des questions, laissez un petit mot ici et on échangera avec plaisir sur le sujet (on le fait déjà beaucoup ensemble sur IG mais tout le monde n'y est pas).

Merci "Terres de Tisanes" pour cette après-midi fort intéressante et enrichissante. Accueil au top, bonne humeur, convivialité mais aussi professionnalisme et produits de qualité ! J'en ai de la chance d'être votre voisine !


mercredi 7 décembre 2016

Fête de la Soupe 2016 à La Gacilly (56)

Le dernier dimanche du mois de novembre avait lieu la 10ème Fête de la Soupe à La Gacilly. Nous connaissons bien cette ville pour son Festival Photo mais nous n'avions encore jamais mis le nez dans ses soupières. C'est maintenant chose faite ! (je parle bien sûr ici des contenants hein, pas des dames qui préparent la soupe (qu'on soit bien d'accord (non mais quand même !)))

Fête de la Soupe

Vous l'avez compris, si vous êtes des dingos de la soupe, vous êtes ici au bon endroit ! Préparez vos papiers et vos stylos, il va y avoir du partage de recettes (et oui, on est comme ça chez nous !).

Nous avons retrouvé, sous un beau soleil automnal, des amis aussi friands de douceurs d'hiver que nous. Et nous n'étions pas les seuls puisque plus de 4.000 goûteurs déambulaient avec nous dans les rues à l'affût de la meilleure recette !

Fête de la Soupe 10

Professionnels, amateurs et collectivités étaient dispatchés dans les boutiques, halles et ateliers de La Gacilly pour nous faire goûter leurs spécialités. Il y en avait pour tous les palais, de la simple soupe de légumes à des productions plus élaborées telles que des émulsions de roquefort ou des recettes oubliées comme la soupe médiévale que l'on servait au XIVème siècle.

Fête de la Soupe 11

Nous avons adoré cet événement (bon ok, moi plus que Mr K, déjà toute excitée que j'étais de participer à cette grande fête plusieurs jours avant d'y être (j'ai une vie passionnante (et je suis une mamie, coucou !)) et bien que les quantités soient insuffisantes pour mon gros mangeur de mari, quand on a goûté de la soupe non stop de 12h à 16h, on peut dire qu'on n'a plus faim ! Rassurez-vous, il y a aussi le traditionnel stand de galettes saucisses et autres grillades frites que les hommes ont bizarrement su trouver très facilement...

Fête de la Soupe 8

On déambule, on goûte mais on a aussi une mission de la plus haute importance : déterminer qui a confectionné la meilleure soupe dans les catégories "professionnels", "amateurs" et "collectivités" et pour certains, croyez-moi, il y avait du niveau !

Fête de la Soupe 6

Nous avions peur de devoir attendre longtemps à chaque stand mais l'ambiance est bon enfant et les cuisiniers sont tellement nombreux que les temps d'attente sont pour la plupart relativement court. Je n'ai pas les données officielles (d'ailleurs un petit plan de la ville avec le rappel des numéros de stands aurait vraiment été chouette pour s'organiser et se repérer) mais à la louche (huhu), je dirai qu'il y avait une bonne cinquantaine de soupiers participants.

Fête de la Soupe 3

Fête de la Soupe 1

Et comme les cuisiniers sont sympa, certains mettaient leurs recettes à disposition des visiteurs pour que l'on puisse refaire les soupes chez nous ! C'est le moment de dégainer de quoi noter, j'en ai quelques-unes à partager avec vous. Non, ne me remerciez pas...

Fête de la Soupe 9
(on commence avec le gagnant dans la catégorie des professionnels)

Pour son audace et son originalité, j'ai beaucoup aimé la Soupe du Pirate. Hey, il y a du rhum dedans !

Fête de la Soupe 7
(Je ne suis pas la seule, elle est arrivée 3ème dans la catégorie "amateurs")

 Du classique, et néanmoins très bon, avec un velouté de légumes et légumineuses :

Fête de la Soupe 5

Et enfin pour les adeptes de fromage, le Comté bon, préparé par des élèves :

Fête de la Soupe 2

De la couleur, des saveurs retrouvées et une bonne ambiance, nous retournerons sans hésitation à cette Fête de la Soupe ! Parfait pour faire le plein de vitamines en ce début de saison froide, étoffer son carnet de recettes et partager avec les amis une belle journée dans un super cadre. A noter que La Gacilly est vraiment une très jolie ville !

Fête de la Soupe 4

Chacun est reparti avec son petit bol spécialement confectionné par les artisans de La Gacilly et qui fera une très jolie bolée pour nos soirées crêpes (et dieu sait qu'elles sont nombreuses en BZH !).

Dernier dimanche de novembre ! Notez bien cette date dans vos agendas si vous êtes dans le coin l'an prochain ou si vous souhaitez découvrir la Bretagne autrement ! De notre côté, c'est déjà réservé !

vendredi 9 septembre 2016

L'Art dans les chapelles - 25ème édition (56)

Tous les ans, de début juillet à mi-septembre se tient dans le Morbihan, et plus précisément dans le pays de Pontivy, l'Art dans les chapelles. Cet événement permet de faire découvrir l'Art contemporain au public dans des décors religieux. En effet des installations sont spécifiquement mises en place dans des chapelles morbihanaises consacrées et plusieurs parcours sont proposés afin de découvrir dans les meilleures conditions le patrimoine religieux et les oeuvres d'artistes sélectionnés pour l'occasion.

Art dans les chapelles 2016

Comme chaque année, le rendez-vous était pris et cette fois-ci nous avons pu faire l'ensemble des parcours proposés et ainsi apprécier toutes les expositions. Nous commençons à connaître les chapelles par coeur. D'année en année, on retrouve plus ou moins les mêmes édifices ouverts au public mais autant la première année était pour nous une découverte totale, autant aujourd'hui, nous aimons cet événement pour les rencontres artistiques que l'on y fait. A noter que nous avons trouvé cette année qu'il y avait beaucoup d'édifices ouverts sans installation à l'intérieur. De belles chapelles et belles églises certes mais une pointe de déception pour nous qui ne venons ici que pour apprécier les oeuvres. Dommage...

L'Art dans les chapelles existe depuis 25 ans maintenant et à cette occasion, une exposition spéciale retraçant l'ensemble des éditions est à découvrir aux Bains-douches de Pontivy. Depuis 1992, près de 350 artistes ont investi des chapelles bretonnes, ouvertes dans le cadre de cette manifestation estivale. Grâce à la générosité des artistes, plus de 130 oeuvres (dessin, peinture, éditions, sculpture, vidéo) sont mises en vente au profit de l’association de L’art dans les chapelles. Cette exposition rend compte à la fois de l’histoire de cette aventure unique tout en consolidant le futur de la manifestation par un soutien financier indispensable.

Petit florilège de ce que l'on peut voir cette année sur les 3 parcours et 135 km que comptent le circuit !

► Des oeuvres dynamiques :

Natalia Jaime-Cortez Chapelle Sainte-Thréphine, Pontivy
(Natalia Jaime-Cortez à la chapelle Sainte-Thréphine à Pontivy dont l'oeuvre résulte d'une performance dansée)

► Des oeuvres peintes directement sur les murs intérieurs des chapelles :

Flora Moscovici
(Flora Moscovici à la chapelle de La Trinité à Bieuzy-les-Eau qui joue avec la lumière et les couleurs)

Claire Colin Collin Chapelle Saint-Tugdual, Quistinic
(Claire Colin-Collin à la chapelle Saint-Tugdual à Quistinic et son empreinte végétale)

► Des chapelles de différents styles architecturaux et époques :

Notre-Dame du Gohazé (Saint-Thuriau, 56300)
(Notre-Dame du Gohazé)

Notre-Dame de la Houssaye (Pontivy, 56300)
(Notre-Dame de la Houssaye à Pontivy)

Chapelle Saint-Jean, Le Sourn
(Chapelle Saint-Jean au Sourn)

Saint-Meldéoc (Locmeltro, Guern, 56310)
(Saint-Meldéoc à Guern)

Sainte-Noyale (Noyal-Pontivy, 56920)
(Sainte-Noyale à Noyal-Pontivy)

► Des oeuvres à la vente aux Bains-douches de Pontivy pour soutenir la manifestation :

Oeuvre en vente aux bains douches
(ici une oeuvre d'Olivier Michel, ayant exposé en 2009)

► Des installations :

Burkard Blümlein Chapelle de la Trinité, Cléguérec
(Burkard Blümlein à la chapelle de la Trinité à Cléguérec qui ramène le potentiel de l'art parmi tous les objets qui nous entourent)

Gabriele Di Matteo Chapelle Saint-Adrien, Saint-Barthélémy
(Gabriele Di Matteo à la chapelle Saint-Adrien à Saint-Barthélémy et son peuple venu de l'espace)

Catherine Melin Chapelle Notre-Dame du Guelhouit, Melrand
(Catherine Melin à Notre-Dame du Guelhouit à Melrand place le spectateur au sein d’un système de représentation graphique mobile, perméable et dynamique)

Daniel Pontoreau Chapelle Saint-Drédeno, Saint-Gérand
(Daniel Pontoreau à la chapelle Saint-Drédeno à Saint-Gérand et son langage des formes)

 ► Des retables, peintures murales ou sur voûte d'une beauté à couper le souffle :

Intérieur chapelle 4

Intérieur chapelle 3

Intérieur chapelle 1

Intérieur chapelle 2

 ► Des installations sonores :

Anne Le Troter Chapelle Saint-Meldéoc, Locmetro, Guern
(Anne Le Troter à la chapelle Saint-Meldéoc à Guern nous questionne sur le chuchotement)

► Des travaux vidéos :

Marylène Negro Chapelle Sainte-Noyale, Noyal-Pontivy
(Marylène Negro à la chapelle Sainte-Noyale à Noyal-Pontivy nous plonge face à l’image comme on est face à soi-même)

 -----------------

Nous avons apprécié cette année encore découvrir le travail de différents artistes. Tous ne nous ont pas touché bien évidemment, l'Art étant quelque chose de très subjectif, nous ne sommes pas tous réceptifs aux mêmes oeuvres. Pour ma part, je n'ai pas eu cette année de grosse claque me laissant scotchée comme cela a pu être le cas les années précédentes. J'ai aimé discuter avec les jeunes étudiants en Art ou en Histoire qui servaient de guides dans les différentes chapelles afin d'éclairer le public sur les intentions des artistes mais je n'ai pas senti le besoin de rester longtemps en un même lieu pour m'imprégner pleinement d'une oeuvre qui m'aurait transportée (je pense notamment celles de Laurette Atrux-Tallau en 2013 ou de Rainer Gross et Philippe Mayaux en 2011). Pour autant, c'est un événement que nous continuerons à suivre avec plaisir, d'autant plus qu'il nous a semblé cette année qu'il y avait beaucoup plus d'artistes femmes présentes.

Si vous souhaitez vous y rendre, rendez-vous dans le Morbihan dans la région de Pontivy. Le point de départ des circuits se situe à Saint Nicodème. Mais hâtez-vous, il ne vous reste plus que 2 week-end pour cela, l'exposition fermant ses portes le 18 septembre prochain.

Afin de découvrir d'autres chapelles et certaines oeuvres présentes les années précédentes, n'hésitez pas à consulter le tag "L'Art dans les chapelles" qui vous mènera sur les anciens articles dédiés au Capharnaüm éclairé. Bonne visite !

Posté par Nelfe à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 28 août 2016

Motocultor festival, Saint-Nolff (56), 21-08-2016

Dimanche dernier se tenait le dernier acte de la grande messe annuelle du métal en Morbihan, le très chouette et authentique festival Motocultor se déroulant à Saint-Nolff au nord de Vannes dans la zone artisanale de Kerboulard (ça ne s'invente pas !). Un accident domestique malheureux m'avait empêché au dernier moment de m'y rendre l'année dernière. Difficile en effet de headbanger et de s'agiter en tout sens avec un gros orteil cassé ! Ce n'était que partie remise et cette année j'y étais et le moins que l'on puisse dire c'est que c'était réussi et que j'ai enchaîné les bonnes claques soniques ! Suivez le guide !

affiche motocultor
(Viens chercher bonheur, viens!)

J'arrivai sur les lieux pour une visite préliminaire au camping pour voir si mon vieux pote Slay était toujours vivant vu qu'il était sur place déjà depuis jeudi soir pour le traditionnel apéro pré-festival. Quoique fatigué, je l'ai trouvé guilleret et même entreprenant. Jugez plutôt : je lui ai lavé les cheveux dans une scène quasi biblique que Jésus lui-même n'aurait pas renié ! Après une petite binouse et un briefing sur les premiers jours, je le pressai pour aller sur le site lui-même. Les décibels des premiers groupes résonnent déjà et même si les trois premiers ne m'intéressaient guère, ils attisaient mon envie de pénétrer dans l'enceinte ! Rooooaaaar !

Moto2016-1
(Une certaine idée de la décoration extérieure et le bar du camping est juste derrière !)

Premier choc, il y a trois scènes depuis l'année dernière et donc davantage de groupes ; mais bon je le savais déjà ayant imprimé mon running order à la maison. Il fait beau et chaud, on ne se marche pas dessus et l'ambiance est comme d'habitude tranquille et rigolarde. Y a pas à dire la tribu métal est l'une des plus cool en festival et tout le monde est là pour s'amuser et profiter. On retrouve les traditionnels coins bouffe et boisson (ben ouais, faut savoir s'entretenir quand même !), les toilettes sèches, des stands de préventions éparpillés et le blackmarket, haut lieu de débauche où la tentation se présente à chaque stand. Je n'ai pas craqué cette année mais j'ai tout de même discuté avec un gars du label Les Acteurs de l'ombre qui produit du Black metal Lovecraftien notamment (Yes yes yes !!!). Depuis, j'ai commandé deux T-shirt pas piqué des vers. Une rencontre sympa et des découvertes en cascade dans leur démo gratos qu'il m'ont donné et qui contient une dizaine de morceaux plus aguichants les uns que les autres. Une belle rencontre. Mais l'essentiel est ailleurs, les concerts ! Je ne vous parlerai que de ceux que j'ai suivi en intégralité, un festoche c'est aussi une histoire de choix... Ne m'en voulez pas pour les plus connaisseurs d'entre vous !

Moto2016-6
(Un beau site avec tout plein de belles personnes!)

Moto2016-9
(Comme d'hab, un beau défilé de mode à la clef !)

C'est à 13h20 que commençait le set de Leng Tch'e, groupe de Grind Core belge bien azimuté qui met tout le monde d'accord en terme de riff et un chanteur au top de sa forme. Ça bouge bien, c'est violent comme il faut, un parfait groupe d'apéro avant ce qui va suivre. Slay en profite pour s'éclipser et retrouver sa moitié. Pour ma part, j’enchaîne ensuite avec un groupe de Stoner, les baba cool du métal, avec les locaux Stonebirds (Loudéac plus précisément) qui ont présenté leurs compos inspirées entre Black Sabbath et autres influences seventies. Un bon moment, plus reposant et vraiment trippant par moment avec des musiciens heureux d'être là et dont l'état d'esprit peace est très communicatif. Le concert à peine terminé, je me précipite sur la grande scène pour passer aux choses sérieuses avec Lost Society un groupe de Thrash metal finlandais que je découvrais pour la toute première fois.

Moto2016-3
(Une société perdue... mais sacrément efficace dans son genre !)

Le lancement du concert se fait sous les harangues de Ice Tea de Bodycount (enregistrées les harangues hein ! Faut pas rêver non plus !) et c'est le début d'un déluge sonique de 45 minutes et pour moi un pied monstrueux. Ça envoie du lourd, on se dandine (oui, il faut savoir que le thrash fait se dandiner) et on voit pas le temps passer. C'est avec une p'tite larme à l’œil que je dois me diriger de suite vers la scène intermédiaire (La Suppositor Stage, quel nom !) pour assister à un deuxième concert thrash avec les américains de Vektor au look improbable (Les Ramones en 2016 pour faire simple). Set carré, de sacrés bons morceaux mais l'ensemble est moins percutant. J'ai passé tout de même un bon moment, récolté un bisou avec un gros chauve barbu (ah, je les aime ceux-là !) et discuté avec un fan de Soulfly (on était fait pour se rencontrer).

Moto2016-4
(Vektor te rend plus fort ! Oui je sais, elle est moyenne celle-là...)

Je devais enchaîner ensuite avec le groupe Fractal Universe annoncé comme un groupe de Death progressif qui a gagné le tremplin du festival. J'ai tenu à peine trois morceaux... Je ne suis pas adepte, le son était mal réglé et j'ai préféré m'éloigner pour me manger une barquette de frites et appeler à la maison pour vérifier que Nelfe réussissait à survivre sans moi (à priori c'était limite !). Après cette courte pause, il est temps de remettre le couvert à la Suppositor Stage avec une belle découverte pour moi : Secrets of the moon, un groupe de Occult metal allemand (on est fort en noms de mouvements musicaux dans le milieu metal !). Grosse grosse claque avec un groupe talentueux, technique, bien bourrin quand il faut et aux mélodies imparables. On nage en pleine quatrième dimension, on ne peut que s'incliner devant le climax qu'ils créent et l'univers sombre qu'ils proposent. Un de mes grands moments de cette édition. C'est d'ailleurs à la fin de ce set que je retrouve Slay en bonne compagnie, nous ne nous quitterons plus ! C'est pas mignon ça ?

Moto2016-7
(Secrets of the moon m'a embarqué sur la face sombre de la lune)

On embraye avec le groupe de Hard rock à l'ancienne Graveyard. Ces suédois proposent un concert à l'ancienne non exempt de défauts (trop de slows les gars, je suis pas là pour sortir le briquet) mais des musiciens vraiment bons et quelques morceaux sympathiques. Pas mémorable pour autant... Surtout, qu'après une pause bien mérité, c'est pour nous le temps d'aller communier au concert de Soulfly, la tête d'affiche du jour, thrash tribal brésilien, un de mes groupes préférés avec Max Cavalera ancien leader de Sepultura, mon premier choc metal.

Moto2016-10
(Maaaaaaaaxxxxxxxxxxxx !)

Difficile de décrire ce concert tant il fut orgasmique, transcendant et complètement fou. On a jumpé dans tous les sens, repris en cœur les classiques, libéré nos pulsions les plus bestiales, lâché les cheveux... Wahou, j'en reviens toujours pas. Je les attendais avec impatience et je n'ai pas été déçu. Une sacré claque et un bonheur de chaque instant avec en prime des reprises de morceaux cultes de Sépul' dont Roots bloody roots et Refuse / Resist ! Merci les gars ! Tout chamboulé, il faut de suite assister au concert des Nashville Pussy, groupe US que j'adore et que j'avais déjà vu lors de mes années en banlieue parisienne. Du rock and roll qui dessoude type Lyrnyrd Skynyrd sous amphets, un chanteur à la voix bien glaireuse, une ersatz de ZZ Top en batteur , une bassiste efficace et une guitariste à la fois sauvage (elle a du charme la bougresse) et géniale dans son jeu de gratte. Là encore un concert mémorable. Je vous raconte pas dans quel état j'étais en sortant, j'ai du perdre deux litres d'eau, une pose s'imposait...

Moto2016-11
(Come on pussy lovers !)

C'est ce que l'on a fait avant d'embrayer sur la dernière ligne droite : frites et sandwichs au menu tout en assistant au concert de loin de Testament, un groupe culte qui n'a rien perdu de sa superbe. Du thrash bien couillu et des fans en délire que nous avons pu admirer à l’œuvre. N'aimant pas le folk metal (aaarg !), je décidai d'aller voir seul le seul groupe de Black metal à l'ordre du jour du Motocultor : Batushka. Et là... THE claque, la révélation de ma journée.

Moto2016-12
(LE show de la journée, tremblez simples mortels !)

Imaginez neuf mecs en chasubles démoniaques qui vous servent une messe déviante à 0h00. Éclairages rouges et violets, un chanteur-leader possédé procédant à l'office avec encensoir, livre sacré et icône. Le set fut majestueux, ésotérique et complètement dingue. Un sacré moment pour un groupe qui n'est pas là pour rigoler et un Mr K subjugué. J'en reviens toujours pas. J'étais tellement sur mon nuage que j'ai écourté ma présence au concert de Ministry (metal indus venu des USA) que j'avais déjà vu au Hellfest et que j'écoute à l'occasion notamment pour aller au taf. Je n'étais pas dans le good mood et je voulais préserver mon ravissement après le concert de Batuschka. C'était donc le moment de dire au revoir à la compagnie et de rentrer à la maison.

Moto2016-8
(Ce n'est qu'un au revoir !)

Au final une super journée pour un festival génial qui joue sa vie chaque année pour cause de financement compliqué et souvent très juste. On est bien loin de la machinerie qu'est devenu le Hellfest auquel je ne participe plus, le trouvant trop mercantile et finalement loin de mes idéaux de pur métalleux intégriste (on ne se refait pas !). C'est pourquoi, il faut aller à Saint-Nolff et les soutenir car l'authenticité est au RDV ainsi que les belles expériences de pur son. Gloire au Motocultor !

Posté par Mr K à 17:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 11 août 2016

Petit tour à Trégunc - Finistère (29)

Au mois d'août, c'est le moment de découvrir les romans de la Rentrée Littéraire, de préparer les cours pour l'année prochaine, de danser dans les rues de Lorient pendant le Festival Interceltique et de profiter de la plage et des copains autour d'apéros et BBQ improvisés. Mélange d'obligations et de petits plaisirs, les jours qui raccourcissent déjà mais toujours la chaleur, la bonne humeur et l'océan qui nous appelle inlassablement. Difficile dans ces conditions de se caler devant l'ordi pour rédiger un article...

Tregunc 2

J'avais tout de même envie aujourd'hui de partager avec vous quelques spots bien sympathiques où nous aimons découvrir les romans de la Rentrée Littéraire. Et oui, quand on tient un blog littéraire et branché culture, difficile de passer à côté de l'événement (même si on s'intéresse à l'actualité littéraire tout le long de l'année) et le Capharnaüm éclairé vous a déjà dégoté quelques pépites à découvrir prochainement ici ainsi qu'en librairie. Vous allez voir, il y a du bon ! Mais revenons à nos moutons (d'écume) et suivez-moi tout près de chez nous, dans le Finistère Sud, à Trégunc, du côté de Pendruc et Trévignon. Petite balade en bord de mer, à deux pas de Concarneau.

Tregunc 3

Petit arrêt tout d'abord à Pendruc. Avec ses plages et ses paysages rocheux, la promenade jusqu'à la Pointe de la Jument (non rien à voir avec le célèbre phare) est très agréable. On peut facilement se trouver un petit recoin pour lire et si on a trop chaud, plouf, la mer est là pour nous raffraichir.

Tregunc 1

Le long du sentier côtier, on découvre des maisons secondaires où l'on élirait bien domicile à l'année et d'anciennes remises en pierre battues par les vents.

Tregunc 4

Tregunc 7

Tregunc 5

Au bout de ce petit chemin, on arrive à l'Anse de Pouldohan avec son petit port abrité, sa plage et ses barques nombreuses et colorées qui permettent aux voileux d'atteindre leurs embarcations. C'est ici que Mr K prenait ses cours de voiles lorsqu'il était petit (et oui, c'est un garçon du coin !).

Tregunc 6

A 10km de là, toujours sur la même commune, rendez-vous à Trévignon. Ses étangs, son fort, sa pointe, son port... De nombreuses balades sont possibles et ici, on peut aussi s'arrêter en terrasse ou manger une glace (oui pour certains, c'est un argument qui compte !).

Tregunc 12

Il y a plus de monde ici, plus d'activités, mais c'est aussi ça le charme des petites stations balnéaires. La fête du 14 juillet est ici importante avec le traditionnel feu d'artifice bien sûr mais aussi la Fête de la SNSM (sauveteurs en mer) avec la messe le matin en plein air, la bénédiction en mer et la sortie de la vedette de sauvetage en mer.

Tregunc 15

Tregunc 8

Tregunc 10

Le phare avec sa longue digue et son chaos rocheux est très photogénique. Ne vous attendez pas à quelque chose de gigantesque en vous rendant là-bas, Trévignon est assez petit mais c'est tout mignon et vraiment agréable.

Tregunc 11

Tregunc 9

Tregunc 13

Tregunc 14

Voilà, c'est fini pour aujourd'hui. Vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. En espérant vous avoir donné envie de découvrir ce petit bout de Finistère ou vous avoir permis de vous évader pendant quelques minutes (et oui, tout le monde n'est pas en vacances !), je m'en vais retourner à la lecture de mon Ellory qui sortira en Octobre chez Sonatine. Une petite bombe dont je vous parlerai prochainement, soyez-en sûr !

Kénavo !

Posté par Nelfe à 17:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 30 juin 2016

Puces de Doëlan (29)

En pleine saison des vide-greniers et autres brocantes, dimanche dernier nous sommes allés à celui organisé dans notre commune. Cadre très sympa, en bord de Scorff, c'est toujours un plaisir d'aller fouiner par là-bas chaque année. Oui mais voilà, cette fois-ci, c'est le drame ! Mr K tombe sur une galette-saucisse immangeable ! Galette cartonneuse et cassante et saucisse à peine cuite. Pour Mr K, on touche là à quelque chose de sacré (alléluia) et ce problème de cuisson est vu comme un blasphème (amen) ! Vite, il faut trouver une solution, détourner son attention ! Viiiiite !

Le matin même, j'avais remarqué que se tenaient le même jour les Puces de Doëlan. Il est à peine midi passé, Doëlan est à quelques kilomètres et j'adore ce petit port été comme hiver. Hop, tout le monde dans la voiture, c'est parti pour la découverte de cet événement. Je m'attends à une sortie des plus agréables et c'est une excellente idée pour changer les idées de mon glouton de mari... Qui sait, en plus, il y aura peut-être un autre stand de crêpes là-bas (héhé)...

Puces Doëlan 4

Le soleil est là (je suis même revenue rouge écrevisse sur une épaule, je suis maintenant bi-goût, youpi !), le cadre est parfait. On fouille dans les bacs, on découvre avec plaisir les stands de particuliers et de professionnels. Un savant mélange bien dosé.

Puces Doëlan 6

Benoîte Groult étant décédée il y a quelques jours, cette promenade à Doëlan a une saveur particulière. Nous sommes triste à la vue de sa maison, on y pensera forcément à chaque passage sur ce port...

Puces Doëlan 5

Nous nous sommes concentrés sur les bouquins, Mr K étant à la recherche de certains classiques, il a fait de belles trouvailles. De mon côté, je ne me suis contentée du paysage. Je n'ai pas craqué et je vous laisserai découvrir les acquisitions de Mr K dans la seconde partie de cet article. Pour l'heure, je vous offre quelques vues supplémentaires du cadre dans lequel nous avons évolué dimanche dernier (avouez que nous sommes à plaindre !) et je laisse maintenant la parole à Mr K qui va vous présenter ses trouvailles.

Puces Doëlan 2

Puces Doëlan 3

Puces Doëlan 7

Puces Doëlan 1

------------------------------

A défaut de trouver une galette-saucisse digne de ce nom, le hasard a mis sur mon chemin un certain nombre d'ouvrages à des prix vraiment modiques (0.5€ la pièce en général). Comme dans le domaine des acquisitions livresques, je n'ai aucune volonté... Voici le résultat !

Acquisitions ensemble

Neuf ouvrages de plus dans la PAL ! Quelques classiques pas encore lus, des auteurs plus contemporains que j'affectionne et un saut dans l'inconnu ! En bonus, Nelfe et moi avons même mis la main sur un jeu de société pour deux autour du Seigneur des anneaux. Beau butin pour un début d'après-midi enchanteur entre site magnifique et brocante à ciel ouvert. Suivez le guide des acquisitions du week-end dernier !

Acquisitions

- L'Arbre de santal de Tarjei Vesaas. Un Actes sud de plus à mon actif avec cette histoire d'une famille partant sur les routes pour fuir une mystérieuse menace. S'apparentant à un récit initiatique (tout ce que j'aime !), je vais découvrir un nouvel auteur qui nous convie à priori à un voyage de l'autre côté des choses, de l'autre côté de la nuit... Tout un programme !

- Le Procès de Kafka. En lisant l'excellent ouvrage que lui consacre Xavier Mauméjean, j'avais très envie de relire du Kafka. Le Procès est sans doute son oeuvre la plus connue, je l'ai lu à 16 ans et j'avais adoré. Le temps a passé, l'heure est venue pour moi de le relire et de confronter cette lecture avec mon vécu et mon expérience. En plus, le héros porte le même patronyme que moi ! L'occasion fait le larron.

Acquisitions 4

- L'Adieu aux armes d'Ernest Hemingway. Un des livres préférés des français selon divers classement, bizarrement j'étais passé au travers depuis tout ce temps ! Et pourtant, j'aime Hemingway et son écriture d'une densité incroyable, son universalisme et son humanisme sans fard. J'ai bien hâte de m'y remettre avec ce récit se déroulant durant la Première Guerre mondiale mêlant histoire d'amour et réflexion sur la barbarie.

- En un combat douteux... de John Steinbeck. Pour ceux qui nous suivent, vous connaissez mon profond attachement à ce géant de la littérature. Steinbeck a un don incroyable, celui de conjuguer universalité de ses récits et personnages au charisme fort. Il est ici question d'une grève pendant la grande dépression, Steinbeck s'attachant à suivre les pas de deux ouvriers syndiqués. Toujours d'actualité, ce titre a lui aussi bonne presse dans l'oeuvre du maître. Encore une lecture prometteuse en vue !

Acquisitions 2

- Les Quarante cinq d'Alexandre Dumas. Encore un auteur que j'aime et qui s'offre à moi au détour d'un stand. J'avais bien envie de me remettre au roman historique, c'est l'occasion rêvée avec ce double volume se situant après l'action se déroulant dans La Reine Margot sous le règne d'Henri III. Gageons qu'aventures, conspirations et grands moments historiques se succèdent pour mon plus grand plaisir !

Acquisitions 3

- Eldorado de Laurent Gaudé. Voila un livre de cet auteur qui m'avait jusque là échappé. Le tort est désormais réparé ! Le thème est d'actualité avec un roman traitant des émigrants risquant leur vie sur des bateaux de fortune en mer Méditerranée. On nous promet un voyage initiatique, du sacrifice, de la vengeance et de la rédemption. Tout pour plaire, non ?

- Magnus de Sylvie Germain. Dans ma chronique de À la table des hommes, je concluais en disant que cette auteure méritait une deuxième chance tant j'avais été partagé entre deux sentiments contradictoires vis-à-vis de son dernier roman en date. Le destin a tranché, ce sera Magnus qui me permettra de me faire un avis plus sûr sur Sylvie Germain. Prix Goncourt des lycéens en 2005, ce livre raconte la recherche de son passé par un homme amputé de ses souvenirs. Là encore, le résumé est alléchant, il ne reste plus qu'à tenter l'aventure !

- La Vie d'une autre de Frédérique Deghelt. J'avais adoré L'Oeil du prince lors de sa sortie et il me tardait de retomber sur une auteur qui m'avait séduit par sa science de la narration alambiquée et son écriture immersive au possible. Ici, on change de registre avec une femme qui se réveille un beau matin avec un mari et trois enfants ! 12 ans de sa vie se sont envolés depuis un soir de fête bien arrosé en compagnie d'un bel inconnu... Si ça, ce n'est pas un pitch séduisant, je ne m'y connais pas ! D'ailleurs ce sera ma prochaine lecture ! Verdict dans quelques semaines sur le blog... Pas mal de chroniques en attente au moment où j'écris.

Acquisitions 1

- Le Matin des magiciens de Louis Pauwels et Jacques Bergier. Voici le fameux saut dans l'inconnu dont je vous parlais plus haut. Essai venu d'ailleurs qui a fait grand bruit lors de sa sortie, il est question d'ésotérisme, d'alchimie, de sociétés secrètes, d'irrationnel. L'ombre de Fox Mulder plane au dessus de ce titre bien épais et à la réputation sulfureuse. Wait and see !

Acquisition jeu

Enfin, voici le fameux jeu de société se déroulant dans l'univers de Tolkien. Nous avons hâte de l'essayer avec Nelfe étant des inconditionnels des Colons de Catane et autres jeux du même type. Chacun ici jouera un des deux hobbits principaux (Frodon et Sam en l'occurence, désolé Pipin et Merry on vous aime aussi !) pour aller détruire l'anneau unique en triomphant de différents obstacles. Cela promet des heures de jeu endiablées ! Sauron n'a qu'à bien se tenir !

 ------------------------------

Et voilà pour cette fois ! Quitte à me transformer en mamie qui ne parle que de la météo, je dois dire que je ne suis pas mécontente d'avoir une PAL fournie et un nouveau jeu à tester dans les prochains jours... En attendant de pouvoir aller à la plage avec les bouquins et les jeux ! Héhé !

vendredi 6 mai 2016

Ascension bretonne sur les côtes du Morbihan

Le pont de l'Ascension est souvent l'occasion d'un long week-end synonyme d'escapades reposantes et dépaysantes. Cette année, nous ne pouvions pas partir, Mr K ayant des copies de DNB (ancien Brevet) blanc à corriger et des dossiers de nouveaux élèves pour la rentrée prochaine à examiner. Les finances ne sont plus non plus ce qu'elles étaient (c'est la crise, ma bonne dame).

Qu'à cela ne tienne, nous avons la chance de vivre là où certains partent en vacances et nous en profitons un maximum ! Je vous fais régulièrement découvrir ma Bretagne sur mon compte Instagram mais l'arrivée du soleil et de la chaleur est une bonne occasion de partager avec vous, ici au Capharnaüm éclairé, un petit bout de notre quotidien.

Voyez un peu comme la vie est dure...

Magouero 7
C'est au péril de nos vies que nous avons préparé ce post (comment ça, c'était férié jeudi !?)

Après avoir garé notre voiture à 1km de la plage (terrain militaire oblige), nous traversons les dunes (sur les sentiers toujours ! ne vous aventurez pas dans la lande, la flore est protégée malheureux !) pour retrouver une étendue désertique apaisante et ressourçante.

Magouero 6

Magouero 5

A voir les photos du sud ou du sud-ouest de la France ce week-end, la différence d'affluence est saisissante. Ici, nous sommes seuls en plein jeudi de l'Ascension ! Avec une météo idéale, 28° au thermomètre de notre voiture (encore 18° cette nuit à 2h du mat' lorsque je suis sortie admirer la pluie d'étoiles (que je n'ai pas vu d'ailleurs...)), une légère brise, le bruit des vagues, un bon bouquin. Le bonheur ! L'été aussi, nous sommes tranquilles sur ces 8km de plage.

Magouero 4

L'eau est fraîche et nous ne nous y aventurons pas encore mais d'ici quelques semaines, si il continue à faire beau, à nous la belle bleue ! En poussant un peu plus loin, il n'y a plus de galets et uniquement du sable fin, spot que nous préférons pour la baignade (j'ai les pieds fragile hey !).

En attendant, on se pose, on sort les bouquins et on profite. J'ai même attrapé un léger coup de soleil entre l'épaule gauche et la nuque (j'ai une vie de DINGUE !).

Magouero 1

Magouero 9

Magouero 3
Mulder est avec nous !

 Magouero 2

Magouero 8

Certes ce lieu nous est familier et nous n'avons rien découvert de nouveau mais avec de tels paysages (pas de filtre sur les photos mise à part la dernière) comment ne pas en profiter !?

Allez, comme je suis sympa et que je pense à ceux qui ne partent pas non plus, je vous laisse avec une courte vidéo du tableau naturel que nous avions sous les yeux avec en prime le bruit des vagues, le chant des oiseaux et aussi un peu de vent dans mon micro (c'est cadeau, ne me remerciez pas). Bon week-end !

Posté par Nelfe à 18:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 4 novembre 2015

Noces de coton à Pléneuf Val André - Côtes-d'Armor (22)

Nous avons fêté nos noces de coton mi septembre et je ne me réveille que maintenant pour partager avec vous notre chouette week-end en amoureux (oui je suis un peu longue à la détente ces derniers temps (comment ça, je n'ai toujours pas parlé de l'Auvergne au mois d'août !?)). Et oui, avec notre mariage, nous avons maintenant une nouvelle date à fêter et encore une excellente excuse pour se concocter des petites escapades tous les ans. Bien sûr, nous ne nous sommes pas mariés pour ça mais je dois dire que cette perspective ne nous déplaît pas !

Comme vous le savez, nous sommes morbihannais et avons la chance de vivre dans cette magnifique région qu'est la Bretagne. Cap donc aujourd'hui sur la côte nord et plus particulièrement la Côte de Penthièvre située entre Saint-Brieuc et le Cap Fréhel dans les Côtes-d'Armor. Ceux qui me suivent déjà sur Instagram reconnaîtront les photos, pour les autres, suivez-moi, je vous emmène faire un tour du côté de Pléneuf-Val-André hors saison ! (Les Instagramers, vous pouvez rester aussi, il y a des adresses pas dégueux à choper ;) )

Pléneuf Val André Villa Marguerite
(coucou Mr K !)

Pour fêter dignement notre premier anniversaire de mariage, nous avions réservé dans une très jolie chambre d'hôtes : la Villa Marguerite. J'aime beaucoup les stations balnéaires du début du siècle dernier, l'urbanisme de l'époque avec promenade sur le front de mer et ces maisons 1900 au charme Belle-Epoque. Notre chambre Capucine était un petit cocon joliment décoré et la vue sur la mer nous a subjuguée.

Villa Marguerite chambre

Pléneuf Val André vue

De notre chambre, nous pouvions observer les changements de couleurs dans le ciel et sur la mer. J'ai bien dû faire une centaine de photos de l'arrivée de la pluie, de la luminosité changeante à l'horizon, des scintillements du soleil, des arcs en ciel... Les mots "quiétude" et "plénitude" prennent ici tout leur sens et lire face à ce magnifique tableau est très agréable. Qu'est ce qu'on était bien...

Pléneuf Val André

Avec la plage à 100 mètres, les bords de mer en cette saison n'étaient presque rien qu'à nous. On croise surtout des retraités en septembre / octobre sur nos côtes et c'est une période où tout est beaucoup plus calme. Les boutiques et restaurants conservent encore leurs horaires d'été pour les touristes mais les grands rassemblements estivaux sont loin derrière nous. Pour ceux qui aiment le bruit des vagues et les longues balades tranquilles (un peu plus courtes pour nous, rappelez-vous que Mr K s'était cassé le pied mi-août), venez nous voir hors saison.

Pléneuf Val André Port Dahouet

Le Cap Fréhel est connu pour ses couleurs saisissantes et pour être un excellent spot pour observer les voiliers partant de Saint-Malo lors de la course transatlantique qu'est la Route du Rhum. Sur ce cap se dresse son célèbre phare. Vous ne le savez peut-être pas mais je suis une adoratrice de phares. Depuis toute petite, j'ai une fascination pour ces édifices guidant les bateaux et dès que j'en vois un, je veux gravir son sommet. Ce phare ci n'est pas bien haut et même Mr K a pu monter sa trentaine de mètres (145 marches, ça se fait même avec un pied dans le sac (il est fort ce Mr K !)).

Fort du Cap Frehel

Fort du Cap Frehel 1

De la pointe du cap et du haut du phare, on peut apercevoir le Fort-La-Latte à l'est. Et si on allait le visiter ?

Fort La Latte Frehel
(la maison du gardien du fort, qu'on aimerait bien en maison secondaire)

Nous avons pris une grosse claque avec cet édifice datant du XIVème siècle et classé aux Monuments Historiques. Une situation exceptionnelle à la pointe de la Latte, un paysage grandiose ! Avec sa vue dégagée, on a l'impression ici d'être au milieu de la mer, entourés d'eau et de ses si belles côtes. On peut également apercevoir d'ici le clocher de Saint-Malo (où nous avions passé quelques jours après notre mariage).

Fort La Latte Fréhel

Nous avons ensuite sillonné la côte au gré de nos envies. A Saint-Cast-le-Guildo, Erquy, partout de charmantes villes balnéaires, de grandes plages battues par les vents, de superbes villas d'antan, des petits ports plein de charme...

Résidence de la mer St Cast le Guildo

Erquy

Erquy 1

Avant de partir, j'avais noté l'adresse du Recommandé au Val-André et un passage pluvieux nous a permis de découvrir ce charmant salon de thé en lieu et place de l'ancien bureau de poste de la ville. Déco vintage, vieux comptoir, pâtisseries à tomber, chocolats chaud délicieux... Pour une fois, je n'ai pas râlé sur la pluie (étonnant non !?).

Pléneuf Val André Le Recommandé

Un week-end, c'est court et nous devons déjà reprendre la route. Notre Bretagne est tellement belle et nous emportons avec nous ces images telles des tableaux.

Fréhel Frémur

Pléneuf Val André mer

Nous revenons tout juste de Nantes où nous avons passé deux excellentes journées (notamment aux Utopiales comme chaque année (un article est prévu pour tout bientôt (promis, je ne laisse pas passer 2 mois cette fois ci (hum))), mais je me demande déjà où notre prochain week-end breton va nous mener... L'hiver approche, il faut savoir se mettre du baume au coeur ! Et puis la vie est courte...

 

dimanche 4 octobre 2015

Fête des potirons 2015 à Pont-Scorff (56)

C'est en allant jeudi dernier chercher des pots de confiture maison chez ma voisine (oui je sais, j'ai une vie trépidante !) que j'ai appris que la Fête des potirons aurait bien lieu encore cette année, ce dimanche.

Après la découverte de cette fête l'année dernière, il était bien entendu hors de question de rater cette nouvelle édition ! D'autant plus que la rumeur courrait l'an dernier qu'il n'y en aurait plus à l'avenir (la vie du village s'effondrait ! Qu'allions-nous devenir !?)... Alors hop, ce matin, on ne réfléchit pas 2 heures et on saute dans la voiture direction Pont-Scorff et sa Fête des potirons !

IMG_4344

On prend les mêmes et on recommence. Ce ne sont pas seulement des potirons qui nous attendent dans la salle omnisports de la commune mais des butternuts, des potimarrons, des citrouilles, des pâtissons, des Longues de Nice... Le temple des cucurbitacées ! Le Paradis des amateurs de soupes !

IMG_4347

Comestible ou de décoration, la courge est ici à l'honneur et il y a un choix importants de variétés. Plutôt gâteaux ? On a ce que vous cherchez ! Plutôt potages ? On a aussi ! Votre truc, ce serait plus les pains spéciaux ? Ben bougez pas, y a aussi de quoi faire ! Bref, sur plusieurs dizaines de mètres linéaires, il n'y a que l'embarras du choix !

IMG_4346

IMG_4348

L'année dernière, j'avais partagé avec vous la recette de la "Crème de potiron au basilic" (clique sur le nom de la soupe si tu l'as raté) qui est en ce moment même en train de mijoter dans notre cuisine... Place cette fois ci à une recette qui ravira les gourmands et amateurs de sucré. Je l'ai goûté sur place et c'est très bon, ça change du gâteau au chocolat tout simple et il y a un petit goût vraiment original dans celui-ci :

IMG_4350

Pour vous donner un ordre d'idée sur les tarifs pratiqués si vous hésitez à vous déplacer l'an prochain, il faut compter 1.50€ pour les potimarrons moyens, 2€ les 3 petites courges (type Starlette) ou encore 1.50€ la butternut... Allez faire un tour au supermarché bio et comparez les prix. Ah oui, parce que j'oubliais de le préciser mais tout ici est bio !

Organisée par le Club d'horticulture de la ville, chacun y va de sa spécialité. Certains cultivent, d'autres cuisinent et nous font découvrir de nouvelles recettes et d'autres... hum... décorent ?

IMG_4359
(Il y en a pour tous les goûts je vous dis !)

IMG_4358

En amoureux de courges, nous sommes repartis avec des provisions pour l'hiver ! Potimarron, potiron, Pink Jumbo Banana, Jack Be Little, Patidou, Longue de Nice, Butternuts, Sucrine du Berry, Chirimen, au Capharnaüm éclairé, on vous aime toutes ! Y a qu'à voir notre butin du jour (oui "butin" est bien le terme approprié je pense...) :

IMG_4368

Confitures, cakes, potages, scones, gâteaux... sont au programme des prochaines semaines et des prochains mois ! Miam miam ! Allez, je file vérifier la cuisson de mon potage de ce soir qui sent divinement bon et si vous voulez échanger des recettes, je suis preneuse ! Bon appétit !

Posté par Nelfe à 18:33 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 17 septembre 2015

Festival Photo La Gacilly - Edition 2015

Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de La Gacilly et de son festival photo et pour cause puisque je m'y rends tous les ans depuis maintenant quelques années (5 si je ne dis pas de bêtise...). Comme vous le savez, j'aime beaucoup la photo et cette sortie, avec mon club photo parfois ou en famille, est chaque année un pèlerinage incontournable. Commune du Morbihan célèbre pour être LA ville d'Yves Rocher, La Gacilly n'est pas que ça (et tant mieux). Depuis 2004, c'est le lieu d'une gigantesque exposition photographique à ciel ouvert que je vous conseille vivement de découvrir.

Cette année, le festival à pour thème "Nourrir la planète" et le pays invité est l'Italie. Dépêchez-vous de vous y rendre si ce n'est pas déjà fait puisque nous sommes dans les dernières semaines du festival qui se terminera le 30 septembre prochain. Notre visite date du mois d'août mais si vous hésitiez encore à faire le déplacement, j'ai décidé de vous en parler un peu aujourd'hui.

IMG_3546

C'est toujours dans son cadre verdoyant et agréable que les photos d'artistes de renom sont exposées. Grands jardins arborés et fleuris, labyrinthe de verdure sous les arbres, petites ruelles piétonnes du centre ville, on voyage ici autant par les lieux que l'on arpente que par les photos qui nous sont données à voir. Je vous propose donc ici un petit tour non exhaustif autour de quelques clichés.

\bullet Matthieu Paley est un photo-journaliste français. Après des études à New York, il part s'installer en 1999 dans les vallées au nord du Pakistan, entre l'Himalaya, l'Hindou Kouch et Pamir. Ces 15 dernières années, il a parcouru le monde pour les plus grands titres de la presse magazine mondiale et plus particulièrement National Geographic, pour qui il a réalisé ce travail au long-cours sur les "Alimentations Primitives". Pour cette exposition, "Ethnologies alimentaires", il est parti à la rencontre des dernières tribus consommant encore ces "nourritures primitives". Des habitudes alimentaires qui, dans quelques dizaines d'années, auront sans doute disparu... (Galerie des Jardins de la Passerelle)

IMG_3456

IMG_3469

\bullet Robin Hammond nous présente ici "L'Afrique, futur grenier du monde ?". De tous les continents, l'Afrique est celui qui souffre le plus de la faim. Paradoxalement, c'est aussi l'une des rares régions sur Terre disposant encore de millions d'hectares en jachère et d'abondantes réserves d'eau pour l'irrigation. Pas étonnant que le continent tout entier se soit transformé en laboratoire où se testent de nouvelles méthodes de production alimentaires. Les photos de ses voyages nous content le récit d'une Afrique engagée dans une véritable odyssée agricole qui devra également affronter le spectre du réchauffement climatique. (Galerie des Jardins de la Passerelle)

IMG_3468

IMG_3471

\bullet Depuis 1986, George Steinmetz a réalisé plus de 40 reportages pour National Geographic et a reçu plusieurs prix pour ses travaux. Les gigantesques défis environnementaux posés par l'agriculture deviennent plus urgents à mesure que nous tentons de satisfaire les besoins alimentaires croissants de la planète. "Fenêtres sur l'agriculture intensive" est une exposition coup de poing sur la mécanisation, l'irrigation, les engrais et les modifications génétiques qui accroissent les rendements. (Galerie du Chemin des Libellules)

IMG_3451

\bullet Franco Fontana est l'une des figures les plus emblématiques de la photographie italienne grâce à son travail remarquable sur le rapport des couleurs à l'espace, aux formes et à la lumière. Moi qui suis amatrice de photographie géométrique et d'une approche plus plasticienne de cet art, j'en ai pris plein les yeux ici. (Galerie des Jardins de la Passerelle)

IMG_3472

IMG_3484

On retrouve également les photos de Franco Fontana exposées sur les façades de la Place de la Ferronnerie.

IMG_3542*IMG_3550

\bullet Mirella Ricciardi a grandi au Kenya. Dans les années 1950/1970, elle a sillonné tout le continent africain, saisissant des scènes de vie qui, par leur intimité, leur dignité, appartiennent aujourd'hui à l'héritage de l'humanité. De très beaux clichés en noir et blanc plein de poésie et de vie. (Galerie des Jardins de la Passerelle)

IMG_3487

IMG_3490

\bullet Massimo Siragusa nous présente dans cette exposition, "Théâtres à l'italienne", des lieux connus ou non des cités italiennes. Une habile saturation des couleurs inonde les lieux d'une certaine blancheur pour laisser ressortir des détails colorés de pastel. J'ai personnellement été très touchée par ces clichés doux dégageant une certaine nostalgie. J'aime beaucoup ce style de photographie. (Galerie des Jardins de la Passerelle)

IMG_3493

IMG_3496

\bullet Alessandro Grassani a travaillé dans plus d'une trentaine de pays pour couvrir des évènements internationaux comme les funérailles de Yasser Arafat en 2004 ou les conséquences du séisme à Barn, en Iran, en 2003. Ses reportages sont régulièrement publiés dans les grands titres de la presse internationale comme le New York Times, le Sunday Times Magazine, l'Espresso et le Der Spiegel. "Migrants environnementaux : la dernière illusion" est un projet qui se divise en trois chapitres : Oulan Bator en Mongolie, Dacca au Bangladesh et Nairobi au Kenya. Selon les prévisions des Nations Unies et de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), ces "migrants environnementaux" seront 200 millions en 2050. Une superbe série qui a particulièrement touché Mr K. (Galerie de la Prairie)

IMG_3517

\bullet Vincent Munier s'impose, au fil de ses voyages au bout du monde, comme l'un des plus grands photographes animaliers du monde. Ours, hiboux, lynx, boeufs musqués, grues du Grand Nord et du froid sont captés par son objectif. Mais celui qui hante ses rêves depuis l'enfance, celui qu'il n'a de cesse de chercher, repoussant à chacun de ses voyages le bout du monde, c'est le loup blanc arctique. "L'Appel du Loup" trouve ici tout à fait sa place dans une scénographie naturelle et boisée pour un sentiment de plénitude et de calme incomparable. (Galerie du Labyrinthe végétal)

IMG_3541

IMG_3520

IMG_3536

\bullet Paolo Ventura expose "Histoires sans paroles" sur la place la plus connue du festival. C'est sur cette façade que sont accrochés les plus grands clichés en terme de taille (d'ordinaire ils sont encore plus grands qu'ici (voir les éditions précédentes)). Fils d'un illustrateur, l'enfance de Paolo Ventura a été bercée par les croquis et les histoires de son père. Son travail en est imprégné et débute toujours par l'invention d'une histoire. Une imagination débordante pour celui qui pense que le monde réel semble toujours un peu trop gris. Je n'ai pas été particulièrement touchée par son travail mais force est de constater qu'il y a une vraie recherche artistique ici. (Galerie du Bout du Pont).

IMG_3543

\bullet Peter Menzel nous propose de nous retrouver "Dans l'assiette du monde". Avec sa femme, ils se sont invités à dîner chez 30 familles de 24 pays différents. Leur but était d'explorer, documenter et analyser la plus vieille activité sociale humaine : manger. Les portraits de ces familles entourées par une semaine de provision sont fascinants d'un point de vue sociologique. De la famille parisienne, à la famille mexicaine, en passant par la japonaise ou l'allemande (entre autres), les habitudes alimentaires sont passées à la loupe, ainsi que différentes données chiffrées (nombre de calories consommées, budget, salaires...). Très intéressant ! (Galerie de la rue Lafayette)

IMG_3561

IMG_3559

\bullet Piergiorgio Branzi est spécialisé en photo-journalisme. Avec "Humanités", nous découvrons une partie de son travail qu'il considère comme "une sorte de journal personnel" avec "des photos humanistes" faisant ainsi référence au courant de la photographie française incarné par Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau ou Willy Ronis. Ici, il s'agit de son regard posé sur son pays : l'Italie. (Galerie de la rue Saint Vincent)

IMG_3566

IMG_3565

IMG_3570

\bullet Enfin pour terminer, un petit tour à la Galerie du Garage. C'est un endroit que j'aime beaucoup d'ordinaire. Baigné de lumière, dans un ancien garage dont les murs ont été repeint en blanc, d'immenses photographies sont exposées et sublimées par ce contraste saisissant. Cette année, ce ne fut pas le cas puisque les panneaux étaient beaucoup plus petits. Une déception donc mais de beaux clichés tout de même. Stéphane Lavoué présente sa commande du Conseil départemental du Morbihan, "La Production alimentaire en Bretagne". Arpentant tous les secteurs de la production alimentaire bretonne, ce photographe établit un portrait aussi exhaustif que possible de ce territoire et de ceux qui "nourrissent" le Morbihan, la Bretagne, voire la planète...

IMG_3580

IMG_3578

IMG_3577

Je suis loin de vous avoir montré ici toute l'étendue du festival tant il y a de clichés exposés et de photographes représentés. J'ai fait l'impasse ici sur certaines séries que je vous laisserai découvrir sur place si vous en avez l'occasion.

L'édition 2015 et son "Nourrir la planète" donne à réfléchir et c'est le coeur gros que nous ressortons de certains lieux d'exposition. Que restera-t-il de la Terre quand l'humain ne sera plus ? Vidée de toute substance, les plus riches ayant réduit à la famine les populations les plus pauvres en pillant leurs richesses naturelles, pour produire toujours plus, plus vite et plus mal... A une époque où l'écologie est (ou devrait être) au centre du débat politique et à quelques semaines de la COP21, la visite de ce festival est un passage instructif, nécessaire et salutaire pour qui souhaite réfléchir sur notre planète et son avenir.

Posté par Nelfe à 17:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,