jeudi 2 octobre 2014

"Gemma Bovery" de Anne Fontaine

gemma bovery afficheL'histoire : Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d'un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d'imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu'un couple d'Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s'installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s'appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l'occasion est trop belle de pétrir - outre sa farine quotidienne - le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n'a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie...

La critique Nelfesque : J'aime le cinéma français, j'aime la littérature, j'aime Fabrice Luchini : tout est ici rassemblé pour me donner une forte envie de me déplacer en salle. C'est maintenant chose faite, nous sommes allés voir "Gemma Bovery" au cinéma la semaine passée.

Ce long métrage est un film de facture classique. Pas de suspense, ou peu, pas de vagues, pas de catastrophes ni d'effets spéciaux, juste la vie qui s'écoule, paisible et simple, avec son lot de surprises. Une histoire intemporelle et universelle. Nous sommes ici dans le quotidien de Martin, ex parisien quinqua qui a refait sa vie en Normandie, dans un cadre verdoyant et propice à la sobriété et à la lecture. En allant voir "Gemma Bovery", je pensais que le personnage de Martin serait au coeur du film, comme personnage principal. Je n'avais pas tout à fait tort puisque Martin est là pour nous accompagner, comme le narrateur d'un roman.

gemma bovery 3

Pour autant, ce n'est pas lui qui est au coeur de l'histoire. Gemma, sa jeune voisine anglaise est, comme le nom du film l'évoque, au coeur de ce long métrage. Fraiche, douce et curieuse de tout, elle fait tourner la tête aux hommes et on comprend aisément pourquoi. Gemma Artenton est magnifique dans son rôle de jeune fille étrangère, champêtre et mutine avec son physique "à la Laetitia Casta" et ses robes légères et fleuries. Fabrice Luchini quant à lui fait du Luchini en sobriété (comme on a pu le voir dans "Alceste à bicyclette"). Sans lui au générique, je ne pense pas que ce film m'aurait autant plu. Il sait distiller les moments de tendresse et d'espièglerie qui donnent toute sa force à ce long métrage.

gemma bovery 1

La sobriété, la douceur de vivre, la campagne paisible, l'ambiance des marchés de province, l'odeur du pain frais, ces madeleines de Proust qui sommeillent en chacun de nous : voilà ce que je retiendrais de "Gemma Bovery". J'ai passé un excellent moment devant ce film d'un peu plus d'1h30, très souvent le sourire aux lèvres, et quand la lumière s'est rallumée sur une salle remplie de spectateurs dans le même état que moi je n'ai pu m'empêcher de penser que décidément Luchini a toute sa place dans mon panthéon des meilleurs acteurs français de sa génération. J'aurai voulu que ce film continue encore et encore ...

gemma bovery

La critique de Mr K : 4/6. Un bon divertissement que ce film d'Anne Fontaine porté par son acteur principal comme bien des fois il faut l'avouer avec Fabrice Luchini. Dans Gemma Bovery, il campe un parisien exilé en Normandie qui a repris la boulangerie familiale avec sa femme, que l'on pourrait qualifier de pénible pour rester poli. Un jour, ce passionné de littérature classique voit débarquer dans la maison faisant face à la sienne un couple d'anglais au nom évocateur: Les Bovery. Ils vont à jamais changer sa vie (surtout Gemma en fait!) et la réalité va rattraper la fiction à travers une variation fort bien menée et réjouissante autour du classique de Flaubert.

gemma bovery 4

On ne s'ennuie pas du tout durant les 1h45 de ce film. Bien réalisé, images, sons, toute la technique est formidable de justesse et sert remarquablement le film qui est avant tout porté par des acteurs en pleine forme. Au premier rang d'entre eux, on retrouve un Luchini nuancé dans sa prestation, tout en retenu dans un rôle pourtant taillé pour les tirades alambiquées dont il a le secret. Mais voilà, son personnage ne s'expose pas et il garde en lui ses frustrations et ses désirs secrets. Du coup, cela donne de beaux moments, un regard, une émotion perceptible à fleur de peau et quelques explosions toutefois bienvenues. Ne vous attendez pas pour autant à du verbiage à tout va!

gemma bovery 2

Le couple Bovery est très bien interprété avec un Jason Flemyng juste et touchant (je l'avais adoré dans Atomic Circus) qui campe un mari dépassé et cocufié qui met du temps à se rendre compte de la situation et Gemma Artenton est vraiment resplendissante, son jeu reste classique mais efficace vu l'épaisseur de son personnage. Je dois avouer que j'ai préféré largement les personnages masculins et que j'ai trouvé assez horripilants les rôles féminins avec une mention toute spéciale à Elsa Zylberstein qui campe une bourgeoise arriviste des plus agaçantes!

Au final, c'est un bon film traitant de l'ennui et de la désespérance qui peuvent survenir dans une vie de couple, le sujet est ici traité avec finesse et émotion. Reste un film tout de même assez conventionnel qui sans Luchini n'aurait sans doute pas mérité toute mon attention.

Posté par Nelfe à 21:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,