vendredi 9 décembre 2022

"Rendez-vous au Pôle Nord" de Polly Faber et Richard Jones

RDV au Pole Nord 1(1)

L'histoire : Par une froide nuit d'hiver, une petite renarde s'enfonce dans la neige, à la recherche d'un endroit où se reposer. Qu'est-ce que cette lumière au loin ? Et qui est cet homme au ventre rond et à la barbe blanche ?

La critique Nelfesque : Il fait froid, il fait nuit, il neige et une jeune renarde cherche à se reposer. Elle creuse, se faufile... et se retrouve chez un vieux monsieur au ventre rond et à la barbe blanche. Celui-ci la recueille et le temps passe sans qu'ils ne se quittent. Petit à petit, l'homme devient très occupé : il dessine, coupe, mesure... et ses étagères se remplissent de drôles d'objets. Des lettres arrivent, il remplit un sac, et lorsqu'il lui propose de monter dans son traîneau, la petite renarde comprends enfin : cet homme ne serait-il pas le Père Noël ?

Voici un album jeunesse on ne peut plus de saison ! Original et réconfortant, il fait la part belle à l'amitié et met en avant les liens d'attachement avec subtilité et douceur. Cette petite renarde perdue va sans faire de bruit se faire une place dans le coeur de cet homme inconnu. Par la seule présence de la renarde discrète, l'homme va laisser entrer cet animal esseulé et partager avec lui son quotidien.

RDV au Pole Nord 2(1)

Ici, le Père Noël est un homme ordinaire qui se repose une fois la tâche accomplie, partage des moments de simplicité avec sa nouvelle amie, s'organise et prépare sa prochaine échéance importante sereinement. Nous voyons à travers ses yeux et ceux de la renarde comment l'année se déroule et on se surprend à sourire de tant de naturel. Le Père Noël est presque un homme comme les autres !

Les illustrations sont le fruit d'un travail commençant de manière traditionnelle à la peinture puis passant par la retouche numérique afin d'obtenir des textures particulières. Richard Jones est un habitué du monde du design et de la publicité et ça se sent. Les dessins sont à la fois graphiques et lisibles.

RDV au Pole Nord

"Rendez-vous au Pôle Nord" est un album à découvrir à partir de 3 ans pour vivre des moments de partage avec ce personnage fantasmé depuis si longtemps et vivre l'expérience de la simplicité et de la découverte d'une amitié naissante. Un joli album dans tous les sens du terme qui véhicule douceur et émotion.


mardi 15 novembre 2022

"La Révolte au coeur" de Maïa Brami

couv26253608

L’histoire : Un été incandescent dans la vie de la future Gisèle Halimi.

Juillet 1945. Chaque matin, sous un soleil brûlant, Gisèle piétine devant la Résidence générale de Tunis, déterminée à obtenir le papier qui lui donnera des ailes : un ordre de mission avec Paris pour horizon. Car Gisèle veut étudier à la Sorbonne et devenir avocate. Elle veut lutter contre l'injustice, elle veut se battre pour le droit des femmes - deux combats qui s'enracinent dans son enfance.

Face à la mer, l'été de ses 18 ans, Gisèle navigue dans ses souvenirs, le regard tourné vers l'avenir.

La critique de Mr K : Très belle lecture à nouveau dans la collection Litt’ d’Albin Michel, une collection qui s’adresse à un public plus jeune et dans laquelle j’avais beaucoup aimé Alice, 15 ans, résistante de Sophie Carquain. Dans La Révolte au cœur, Maïa Brami s’attaque à une figure majeure du combat des femmes, Gisèle Halimi ni plus ni moins, une femme disparue récemment (2020 déjà) et que j’admire au plus haut point. Cet ouvrage revient sur un moment clef de sa jeunesse, lorsqu’elle s’apprête à réaliser son rêve, partir pour Paris pour étudier le droit, devenir avocate pour pouvoir combattre les injustices.

C’est que Gisèle a déjà une forte personnalité dès son plus jeune âge. Brillante, persévérante et engagée, elle sait depuis petite qu’elle veut devenir avocate avec un e comme elle le dit souvent. Dans le milieu juif tunisien de l’époque, les filles ne sont pas vouées à faire de longues études et à s’émanciper. Bien au contraire, elles restent dans l’ombre du père, pater familias tout puissant (quoique dans ce domaine, le paternel est ici plus progressiste qu’il n’en a l’air), les filles doivent se marier, but ultime d’une existence où la famille, les enfants, la descendance sont au cœur des projets de la communauté. Gisèle n’en a cure, elle veut exister pour elle-même et ne se retrouve pas dans ce projet de vie tout tracé qu’elle trouve avilissant et passéiste.

En cela, elle s’oppose constamment et assez violemment à sa mère qui s’apparente à la tradition, l’icône que l’on doit renverser pour se révéler à soi (voir chronique sur À l’est d’Eden de Steinbeck). Cela donne des scènes fortes, très émouvantes, remuantes, où la jeune fille à l’esprit vif se heurte frontalement aux attentes de son milieu social qui ne correspond pas à sa quête d’épanouissement personnel, à ses convictions profondes. Dès sa jeunesse et plus particulièrement son adolescence et son existence de jeune adulte, la vie de Gisèle Halimi fut un combat. C’est très bien retranscrit ici avec une finesse et une justesse des mots qui font écho aux romans autobiographiques d’Halimi dont s’est inspirée l’auteure en imaginant les scènes d’interactions familiales qui nous sont ici proposées.

J’ai aimé suivre la lente maturation de la femme en devenir à travers les stratagèmes déployés pour pouvoir lire des livres en cachette, les échanges de haute volée avec sa mère et leurs rapports complexes, la relation unique qu’elle noue avec son père partagé entre deux mondes (la tradition et l’émergence de la femme libérée), les scénettes du quotidien, les petites incartades culturelles et sociales qui permettent de mieux saisir les protagonistes et le contexte particulier de l’époque (la colonisation française, la fin de la guerre et les américains, les rituels sociétaux notamment). C’est bien simple, l’immersion est totale, l’addiction quasi immédiate avec un style accessible et exigeant à la fois.

On s’attache immédiatement à cette jeune Gisèle qui fait bouger les lignes dès son plus jeune âge et qui va faire progresser la lutte féministe bien plus tard. Cette évocation des racines de ses combat est vraiment remarquable sans pour autant tomber dans la démonstration factice ou lénifiante. On est ici dans l’humain, l’intrinsèque, la volonté pure. Cette lecture fut vraiment très plaisante, envoûtante et finalement très enthousiasmante. Une vraie et grande réussite qu’il faut partager, discuter et faire découvrir aux jeunes générations car comme chacun sait, le combat doit continuer tant la cause des femmes mérite qu’on l’entretienne et qu’on la perpétue.

mercredi 14 septembre 2022

"Petit Loup qui sait tout" de Gijs van der Hammen et Hanneke Siemensma

Petit Loup couv

L'histoire : Petit Loup qui sait tout passe son temps à lire de gros livres et à étudier le ciel.
Alors, qu'on ne vienne pas le déranger !
Un jour, il est appelé au chevet du roi malade pour le guérir.
Mais le chemin s'avère long et difficile...
Tout seul, y parviendra-t-il ?

Petit Loup 4

La critique Nelfesque : A la maison, on est très branché "loup" en ce moment. Qu'il fasse peur ou qu'on s'en amuse, il a sa place dans la Bibliothèque de Little K. Dans "Petit Loup qui sait tout", nous avons affaire à un spécimen savant qui passe son temps la truffe dans les livres (tiens, ça me rappelle quelqu'un ça !). Seulement voilà, quand on aime à ce point la lecture et que l'on est avide de connaissances, on peut parfois en perdre la notion du temps, des réalités et se renfermer sur soi-même.

Le jour où Petit-Loup-qui-sait-tout reçoit une lettre du Roi l'enjoignant de le rejoindre à son chevet pour le soigner, il va devoir laisser, non sans traîner la patte au départ, ses gros livres et sa passion pour partir en route vers le palais royal. Commence alors un long voyage où Petit-Loup-qui-sait-tout va s'apercevoir qu'il est loin de tout connaître et que tout ne s'apprend pas dans les livres. Sous forme de conte, Gijs van der Hammen fait vivre à son personnage un voyage initiatique qui lui révélera un des sels de la vie.

Petit Loup 3

Amitié et solidarité sont au cœur de ce récit qui montre aux enfants, avec douceur et sans gros sabots, ce qu'est l'empathie. On a jamais fini d'apprendre dans une vie et il est important de s'ouvrir aux autres pour s'enrichir de leurs expériences et de nos échanges : c'est ce que va découvrir Petit-Loup dans cette sorte de Quête du Graal. Il va douter, il va se laisser porter, il va se questionner puis finalement accepter que la vie est plus belle et plus riche lorsque l'on est entouré.

Petit Loup 1

Les illustrations de Hanneke Siemensma sont d'une douceur quasi évanescente et participent à la magie de l'ouvrage tant la forme et le fond se répondent et s'accompagnent merveilleusement. On est bercé ici par les mots et les dessins qui nous enveloppent dans une ambiance ouatée et délicate. Son travail est un savoureux mélange de peinture, de motifs, de vieilles photos et de gravures et cet ouvrage donne vraiment envie de se pencher sérieusement sur ses autres travaux. Si vous aimez être portés par de douces illustrations, sans couleurs criardes et en harmonie avec la nature, vous êtes au bon endroit.

Petit Loup 2

Conseillé à partir de 3 ans, les plus jeunes apprécieront les illustrations quand des plus grands, autour de 5 ans, comprendront plus aisément la profondeur de la quête de ce Petit-Loup-qui-ne-sait-pas-toujours-tout. Un ouvrage comme une leçon de vie où chaque membre d'une communauté compte.

dimanche 19 juin 2022

Acquisitions printanières contemporain et jeunesse

Chose promise, chose due, voici enfin le post consacré à nos acquisitions printanières dans les catégories littérature générale contemporaine et d'albums jeunesses. Rappelons qu'il s'agit dans leur majorité d'ouvrages de seconde main (on adore ça aussi chez nous) dégotés la plupart du temps par le plus grand des hasards dans des boîtes à livres ou des brocantes. Viennent s'y ajouter quelques livres trouvés dans des magasins de déstockage qui parfois offrent de sacrées découvertes ! Regardez un peu...

Acquisitions printemps 2022 3

Beau butin, non ? Il y en a pour tout le monde en plus. Que ce soit Little K, Nelfe ou moi, on a tous trouvé de quoi s'occuper. Je vais donc vous présenter à la suite les petits nouveaux qui rejoignent nos PAL respectives pour chacun d'entre nous. C'est parti !

Acquisitions printemps 2022 1
(Trouvailles Mr K)

- Blessés de Percival Everett. On commence avec un coup de poker avec un ouvrage de chez Actes sud, une maison d'édition que j'aime beaucoup. On suit la destinée d'un homme qui, ayant perdu prématurément sa femme, s'est écarté des hommes en allant s'installer dans un ranch éloigné de la civilisation moderne. Tout est calme et communion avec la nature jusqu'à ce qu'un meurtre soit commis révélant les fractures existantes dans ce microcosme avec en toile de fond un racisme larvé et récurrent. L'histoire me parle et l'ouvrage a une excellente réputation. Il devrait bien me plaire.

- L'Immeuble Yacoubian d'Alaa El Aswany. Chronique d'un immeuble et de ses habitants à travers le temps, ce livre a lui aussi  bonne presse et propose à priori un regard acéré et sans fard de la société égyptienne gangrenée par la corruption politique, la montée de l'islamisme, les inégalités sociales et l'absence de liberté sexuelle. En feuilletant le livre, j'ai accroché à la forme pure, lisant quelques paragraphes épars et qui m'ont séduit par un style précieux et fin. M'est avis que là aussi je vais passer un bon moment.

- Quand sort la recluse de Fred Vargas. Le hasard fait parfois très très bien les choses, c'est le cas avec ce Vargas que je n'ai toujours pas lu (après celui-ci il m'en restera uniquement un à lire). J'ai hâte de retrouver Adamsberg et toute son équipe pour une nouvelle enquête. Ça fait longtemps que je ne les ai pas pratiqués et ils m'ont manqué. Hâte d'y être !

- La Mort avec précision de Kôtarô Isaka. Direction la littérature nippone avec un ouvrage à la quatrième de couverture diablement séduisante. On suit le Dieu de la Mort et les fonctionnaires qui travaillent pour lui quand ils descendent sur Terre et enquêtent pour savoir si l'heure est venue pour tel ou tel humain de mourir. Je ne sais pas pour vous mais je trouve cela bien attirant et décalé. Il ne restera sans doute pas beaucoup de temps dans ma PAL celui-la.

- Dans l'oeil du démon de Tanizaki Jun'ichiro. Retour au Japon avec cet ouvrage où un écrivain se voit proposer par un riche ami oisif de venir assister à un meurtre. Ils sont tous les deux animé par une passion pour le cinéma et les romans policiers. Plongée dans les bas-fonds de Tokyo avec en ligne de mire une réflexion sur les illusions et les apparence selon le résumé. Ça sent bon la lecture addictive entre nervosité et étrangeté.

Acquisitions printemps 2022 4
(Trouvailles Nelfe)

- Un long silence de Mikal Gilmore. Un livre qui devait croiser la route de Nelfe tôt ou tard tant il semble avoir été écrit pour elle. Un garçon enquête sur sa famille ancrée dans la violence, la haine et la folie et où l'on multiplie les secrets qui empoisonnent une vie. À priori, c'est une plongée sans concession dans une certaine Amérique et une aventure littéraire bien furieuse. Un Sonatine en poche ça ne se refuse pas !

- Âpre cœur de Jenny Zhang. Deux jeunes filles d'origine japonaise s'installent à New York avec leurs parents. Elles nous parlent de leur enfance en marge, du racisme ordinaire, de l'amour inconditionnel de leurs parents qui peut parfois les étouffer, de leur soif de sortir de l'enfance aussi. Ce roman a de très bonnes critiques et fait à priori voler en éclat les codes du roman d'immigration. Nelfe devrait être comblée.

- Sans moi de Marie Desplechin. La narratrice voit débarquer chez elle une jeunes femmes avec toutes ses affaires sous prétexte qu'elle est sans domicile fixe et qu'elle s'entend bien avec les enfants. Cela va bousculer les habitudes, faire bouger les lignes entre faux-semblants, trahisons et petits accommodements. Prometteur, non ?

- Là où chantent les écrevisses de Delia Owens. Abandonnée par sa famille, une fille de dix ans trouve refuge dans les marais, devenu un refuge naturel et une protection contre la société des hommes. Pendant des années, les rumeurs les plus folles courent sur la "fille des marais", tout va peut-être changer avec la rencontre avec Tate, un jeune homme cultivé et doux qui va lui apprendre à lire et à écrire. Salué par les lecteurs, présenté comme un roman à la beauté tragique, cet ouvrage devrait ravir ma chère et tendre. je dois avouer qu'il me tente bien moi aussi...

- Loin du monde de David Bergen. Années 70, l'Ontario sauvage, deux adolescents se rencontrent le temps d'un été. Tout les sépare et pourtant ils éprouvent des sentiments très forts l'un envers l'autre. Roman sur les illusions de l'adolescence et son idéalisme, cet ouvrage est reconnu par son aspect bouleversant et son exploration réaliste et touchante de l'âge ingrat. Nelfe n'en fera sans doute qu'une bouchée !

- Ateliers Montessori de Chiara Piroddi. Un ouvrage pratique pour finir la sélection de Nelfe qui présente tout un tas d'activités pour accompagner et solliciter son enfant tout au long de ses apprentissages. Nouveaux gestes, ouverture aux sens, ressentir le monde qui l'entoure et partage de bons moments sont au programme de cette lecture que nous ferons sans doute tous les deux ensemble avec notre très chère Little K.

Acquisitions printemps 2022 2
(Trouvailles pour Little K)

- Grosse colère de Mireille d'Allancé. Un petite histoire autour de ce sentiment si désarçonnant pour les tout petits, la colère. On suit ici Robert - sic - qui s'y trouve confronté et va devoir apprendre à la surmonter. C'est mignon et bien ficelé, on espère qu'il plaira à notre fille.

- On m'a volé mes couleurs de René Gouichoux et Muriel Kerba. Kéké, le plus beau des perroquets a perdu toutes ses couleurs. c'est le drame, va-t-on pouvoir les lui retrouver ? C'est ce qui arrive quand on met en rogne une fée. Mignon, bien illustré, cette histoire devrait plaire.

- Marguerite la fleur de Catherine Bénas. Très belle évocation de la vie et de la nature à travers les paroles simples et fraîches d'une petite Marguerite. Épuré et profond, parfait pour notre loupiotte !

- Plouf ! Un abécédaire aquatique de Thomas Baas. Un ouvrage qui se déplie avec une superbe illustration en lien avec la mer pour représenter chaque lettre. À manipuler avec précaution mais très utile pour les premiers apprentissages.

- Quatre points et demi de Yun Seok-Jung et Lee Young-Kyung. Le regard enchanté d'une petite fille sur le monde à travers un poème magnifiquement mis en image. Le temps qui passe, l'observation du monde sont au programme d'un très bel ouvrage qui trouvera sans doute un bel écho auprès de Little K.

- Les Fleurs de la ville de Jon Arno Lawson et Sydney Smith. Une BD sans parole pour terminer avec une jeune fille qui ramasse toutes les fleurs qu'elle croise sur son chemin et qui poussent en ville. Elle semble réenchanter le monde au fil du bouquet qu'elle compose, les couleurs finissent par se bousculer. À noter que l'ouvrage est sans dialogue ce qui lui donne un aspect encore plus poétique. Une vraie merveille !

Un printemps fructueux de notre côté en terme d'acquisitions, de très belles trouvailles comme vous pouvez le constater et que vous retrouverez sur nos comptes Instagram respectifs et dans les chroniques à venir au Capharnaüm éclairé.

lundi 21 février 2022

"Rosemonde : Tout simplement superstar" de Didier Lévy et Ronan Badel

Partons aujourd'hui à la rencontre d'un nouveau personnage à découvrir en librairie avec les 2 premiers tomes qui lui sont dédiés, "Tu parles d'un prénom !" et "Tout simplement superstar". Rosemonde est une fillette prenant vie sous les plumes littéraires et graphiques de Didier Lévy et Ronan Badel qu'il sera intéressant de suivre...

Rosemonde couv

L'histoire : - T'en mets beaucoup du rouge, non ? C'est un maquillage d'Halloween ? De clown ?
- Un maquillage de Rosemonde, juste.
- Et tu vas sortir comme ça ?
- Je pense que oui, mon cher Charlus.

La critique Nelfesque : Rosemonde est une petite fille sûre d'elle. Audacieuse, elle assume qui elle est et se moque du regard des autres. Elle est différente par son prénom qu'on ne voit pas tous les jours mais aussi par ses choix. Comme le sont tout autant les autres petites filles et petits garçons qui peuplent les cours de récréation. Dans ce tome-ci, elle a décidé de sortir promener son poisson en poussette. Mais avant cela, elle se maquille très précautionneusement devant le miroir et choisit ses plus beaux fards et rouge à lèvres.

Rosemonde 1

Rosemonde 2

Accompagné de son chien Charlus qui est bien plus frileux que sa maîtresse face au regard d'autrui et de son poisson rouge Gaston (qui, il faut bien le dire, n'a aucun avis sur la question), elle va nous montrer par l'intermédiaire de son ami à 4 pattes que parfois oser suffit à se libérer de ses craintes. C'est avec beaucoup d'humour et avec des histoires très ancrées dans notre époque que les auteurs nous invitent à prendre du recul sur notre société où la "norme" est imposée à chaque coin de rue.

Rosemonde 3

Rosemonde 4

Avec un message très lisible et clair, des dessins très expressifs et des personnages attachants, cette nouvelle série plaira à coup sûr aux plus jeunes lecteurs, à partir de 4 ans. Et puis, il n'est jamais trop tôt pour apprendre le respect de la différence et la confiance en soi. Rosemonde permettra alors d'ouvrir le dialogue et de définir un cadre avec les parents, tout en s'amusant !

dimanche 5 septembre 2021

"Dans une famille de souris" de Giovanna Zoboli et Simona Mulazzani

Alors que les vacances ont pris fin et que la cloche de la rentrée a sonné, voici un album qui remet les enfants dans le rythme de l'école, de la vie de tous les jours et aide à voir les choses sous un angle universel. Une bien belle idée pour tous les petits qui ont du mal à se remettre dans le bain après 2 mois de lâcher-prise.

Dans une famille de souris 1

L'histoire : Dans une famille de souris, il y en a toujours
un qui est en retard,
un qui est distrait,
un qui se sent triste ce jour-là,
un qui papote sans arrêt,
un qui ne finit pas ses phrases,
un qui ne sait pas se décider,
un qui remarque tout...
Chaque famille est différente,
chaque souris aussi !

La critique Nelfesque : Chaque famille est différente, chaque être est différent. La maman n'aime pas la même chose que son bébé, le grand frère est différent de son petit frère... Et pourtant tous ont des points communs, des activités, des points de repère semblables. "Dans une famille de souris" prône la différence tout en incluant l'enfant dans des rituels rassurants et partagés.

Dans une famille de souris 3

Le réveil sonne tous les matins dans chaque famille et on se dit bonjour. Tout le monde n'est pas de la même humeur en ouvrant les yeux (croyez-moi, même chez nous, il y a les lève-tôt et il y a les autres... ^^) et c'est ok. Certains aiment les câlins du matin, d'autres font un bisou ou souhaitent juste une bonne journée. Il n'y a pas d'obligation d'aller contre sa nature mais on est poli. On aide à débarasser la table du petit déjeuner, selon son âge et ses capacités et tout le monde aide.

La journée se poursuit ainsi jusqu'au moment du coucher qui se passe aussi différemment selon les familles et les enfants mais qui aboutit toujours à un bon gros dodo réparateur. Entre temps, on se lave, on s'habille, on prend le chemin de l'école ou du travail, on apprécie les promenades, on profite de la nature, on fait du vélo, on va nager, on étudie, on prend le bus, on fait ses courses, on mange, on lit, on joue... bref on vit !

Dans une famille de souris 2

Les textes de Giovanna Zoboli sont simples, factuels et plein de bienveillance. On n'est pas obligé de ressembler à son voisin, on n'est pas obligé d'aller contre sa nature mais on respecte l'autre quel que soit son caractère et ses différences. Et par là même, on se respecte soi-même. C'est un très beau message à faire passer à nos enfants, un message fondamental pour vivre ensemble en harmonie et dans le respect. Accompagnés des illustrations de Simona Mulazzani que je trouve tout bonnement magnifiques dans leur style à la fois naïf, coloré et graphique, cet ouvrage est un bonheur pour les yeux. L'illustratrice a travaillé un temps dans un atelier spécialisé dans le packaging et l'identité visuelle et ça se ressent vraiment ici dans les détails apportés à chaque page.

"Dans une famille de souris" est un album jeunesse à découvrir pour la beauté de sa forme mais aussi pour son fond qui pose un cadre, sans fermeté ni autorité, en appelant à la bonne volonté et au bon sens de nos enfants. En expliquant, en prenant le temps de faire passer certains messages en douceur, on arrive bien mieux à leur faire comprendre la portée d'une décision. Cet ouvrage est un très bon support pour cela. S'aider, faire sa part, communiquer, profiter ensemble des bons moments et apprendre à se connaître soi-même sont autant de thèmes abordés avec finesse entre ses pages. A lire à partir de 4 ans.

Posté par Nelfe à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 7 mars 2021

"Le plus beau livre des couleurs" de Tom Schamp

Dans les livres jeunesse, il est une catégorie d'indispensables : l'imagier. Il en existe de toutes sortes, du plus simple au plus complet, pour les bébés puis quand nos enfants grandissent... Je vais aujourd'hui vous présenter "Le plus beau livre des couleurs", réservé aux 6 / 7 ans et qui porte très bien son nom !   

Les Couleurs couv'

L'histoire : Même quand le ciel est gris, le monde est coloré !
Pour le prouver, Otto et Léon le caméléon nous entraînent dans un tour du monde haut en couleur, aux quatre coins de la planète.
Taxi jaune, renard roux, rouge à lèvres, baleine bleue, géant vert et jus d'orange... : un imagier fou et sublime, comme une ode à la diversité du monde qui nous entoure !

Les Couleurs 1

La critique Nelfesque : Quel magnifique ouvrage que cet imagier des couleurs de Tom Schamp. Extrêmement complet, il nous fait voyager à travers le monde et ravit les yeux des adultes comme des plus jeunes. Je choisis toujours les ouvrages à mettre dans la bibliothèque de Little K comme si ils étaient pour moi. Certes, elle est encore trop petite pour profiter vraiment de celui-ci mais je ne pouvais pas passer à côté. En attendant qu'elle puisse s'en saisir, je me délecte de ses pages. De là à dire que ma fille me sert d'excuse pour craquer sur des livres jeunesse, il n'y a qu'un pas...

Les Couleurs 7

Un matin, Otto se réveille et se demande pourquoi il fait si gris aujourd'hui. Commence alors un grand voyage à travers les couleurs, les pays, à la découverte d'animaux, d'objets et d'une multitude de petites choses qui font notre quotidien. Otto, personnage entre chat et souris, et Léon le caméléon nous entraînent avec eux près des cerisiers roses, des baleines bleues, sur la Place Rouge, dans le Yellow submarine... Autant de clins d’œil avec lesquels les adultes s'amusent.

Les Couleurs 6

Saviez-vous que dans certains pays, le blanc est la couleur du deuil ? Qu'en Chine, le fleuve Jaune doit son nom à la boue qu'il charrie ? Amusant et pédagogique, voici un ouvrage qui promet des heures de découvertes et de discussions en famille. Avec également des touches d'humour, on mélange ici plusieurs genres et on ne s'ennuie pas une seconde. Tout cela servi avec un talent certain pour l'illustration.

Les Couleurs 3

Chaque double page est dédiée à une couleur mêlant animaux, objets, personnages dans un ensemble graphique et explosif, agrémenté de jeux de mots, détournements et comme nous l'avons vu d'informations variées, toujours liés à la couleur dont il est question bien évidemment.

Les Couleurs 4

On commence par le gris, comme la journée d'Otto. Puis défilent le noir et le blanc, le jaune, le orange, le rouge, le rose, le bleu, le vert, le marron, avec tellement d'informations que souvent ce n'est pas 1 mais 2 doubles pages qui sont consacrées à la couleur en question. C'est incroyable de détails ! Vraiment, je suis bluffée !

Les Couleurs 5

"We fade to gray", le Bauhaus, des corbillards, John Lemon, côtoient Blanche Neige, des canaris, tubes de gouache, cabines téléphoniques londoniennes... On apprend ici les couleurs complémentaires, on fait référence à des films, des chansons, des lieux emblématiques et l'ensemble donne envie d'en savoir toujours plus, de creuser certains sujets. Un excellent support pour un apprentissage plus poussé et une mine de curiosités qui éveilleront j'en suis sûre l'intérêt de nos enfants.

Les Couleurs 2

Vous l'aurez compris, je pourrais parler de ce livre de Tom Schamp pendant des heures et vous en montrer toutes les pages tant il est difficile de choisir de mettre en avant l'une ou l'autre. Le mieux est encore de le découvrir par vous-même et d'en apprécier, comme moi, chaque cm². Toutes les couleurs forment notre monde, toutes les couleurs unies sont belles. Au delà d'être un imagier, c'est aussi une ode à la diversité, à la tolérance et au respect. Décidément "Le plus beau livre des couleurs" est une réussite !

Posté par Nelfe à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 22 janvier 2021

"J'étais au pays d'Ava & Eve" de Anne-Margot Ramstein

Voici aujourd'hui un album auquel je tiens particulièrement. Il est indissociable de ma fille, de sa naissance et de ses premiers jours. Je m'en vais vous expliquer pourquoi mais aussi ce que je pense objectivement de cet ouvrage très singulier.

J'étais au pays d'Ava et Eve 1

L'histoire : Bienvenu dans l’étrange pays des palindromes. Bob y est en visite chez ses deux correspondantes, Ava et Eve, qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Il découvre une île entièrement régie par la symétrie : formes et couleurs se dédoublent, chaque chose a sa paire et chaque personne son double, comme si, à tout instant, un miroir s’appliquait à répliquer la vie. Sur cette l’île réfléchissante résonne un écho inversé et lorsque Bob à vélo crie "à l’étape" l’écho lui répond "épate-la".
Pour raconter ce voyage stupéfiant, Bob écrit à sa maman des cartes postales grâce auxquelles se dévoilent aux lecteurs les bizarreries d’un monde dupliqué où tout se lit de gauche à droite puis de droite à gauche, où les repas commencent et se terminent par le dessert, et les dessins achevés sont aussitôt effacés...

La critique Nelfesque : Je me suis penchée sur cet album car les palindromes y jouent une place très importante. Ma fille est née le 02/02/2020 et sa date de naissance en constitue un. C'était donc un ouvrage tout trouvé pour elle et c'est le premier livre que je lui ai fait regarder lorsque nous sommes rentrées de la maternité et qu'il était possible pour elle comme pour moi de partager ce moment ensemble. Bien qu'il soit conseillé à partir de 6 ans pour bien comprendre ses subtilités et son histoire, mon petit bout de fille, du haut de ses quelques semaines, a tout de suite été fascinée par le côté très graphique des illustrations.

J'étais au pays d'Ava et Eve 3

Nous suivons Bob dans son voyage à la rencontre de ses deux correspondantes, Ava et Eve, jumelles, à travers les courriers qu'il fait parvenir à sa mère. Dans quel pays est-il ? Cela est laissé à notre imagination et il flotte sur ces pages un doux parfum d'irréalité. Les paysages sont en miroir, les visages sont géométriques, les maisons très architecturales. Au premier coup d’œil j'ai aimé ce livre destiné aux enfants, si éloignés de ce que l'on s'imagine lorsque l'on évoque la littérature jeunesse et les albums.

J'étais au pays d'Ava et Eve 4

Les couleurs sont vives et contrastées ce qui a ravi ma fille. Du fait de leur vision, on privilégie les illustrations en noir et blanc pour les tout petits. Bien que nous ayons ici une profusion de couleurs, les contours bien marqués passionnent les plus jeunes. J'ai été subjuguée par la concentration dont elle faisait preuve à chaque page tournée à seulement quelques jours de vie. Installée dans son Cocoonababy, avec maman ou papa qui tenaient l'ouvrage devant ses yeux, je peux vous assurer qu'elle était très intéressée par ce qu'elle y voyait.

J'étais au pays d'Ava et Eve 6
(Preuve à l'appui)

Aujourd'hui, à bientôt 1 an, je reste attachée aux dessins et lui invente une histoire lorsque nous le regardons ensemble. Avec son doigt, elle suit le contour des formes, pointe les ronds comme autant de bizarreries qu'elle ne cesse de découvrir chaque jour. De plus les pages cartonnées sont à l'épreuve des plus petits, sous surveillance tout de même car elles peuvent prendre l'humidité (oui à cet âge, là on met tout à la bouche !).

Bien sûr l'intérêt sera tout autre plus tard et nous avons ici une œuvre bien singulière. On apprend la symétrie des mots, des dessins, des sons, de la musique. Bob visite tour à tour l'île avec Eve et Ava et la découvre avec leurs yeux différents. Elles si semblables et différentes à la fois. Comme pour faire comprendre à nos jeunes lecteurs que les apparences sont parfois trompeuses, que plusieurs visions d'une même chose sont possibles et que la vie suit son cours.

J'étais au pays d'Ava et Eve 5

Entre rêve et réalité, fantasmes et illusions, "J'étais au pays d'Ava & Eve" est un ouvrage jeunesse à part. Une bulle de graphisme et d'onirisme à découvrir pour son étrangeté !