vendredi 15 mai 2015

"Pyramide" de Gregory Levasseur

affiche

L'histoire: En Égypte, en plein désert, des archéologues découvrent une pyramide unique en son genre. En y pénétrant, ils vont affronter bien plus qu’une malédiction. Ils sont piégés au cœur d’un labyrinthe, et quelque chose les traque…

La critique de Mr K: 4/6. Un bon divertissement que ce premier film du grand ami d'Alexandre Aja qui a collaboré à toutes les œuvres de ce dernier et qui signe avec Pyramide son passage derrière la caméra, Aja l'aidant à la production. C'est plus ou moins un rêve de gamin qu'il réalise en montant ce métrage où il est question d'une mystérieuse pyramide à trois faces qu'un archéologue américain découvre dans le désert en pleine révolution égyptienne. Le contexte est tendu et ils doivent être rapatriés d'urgence. Mais face à une curiosité inextinguible, les scientifiques ne résistent que momentanément et finissent par explorer le tombeau sans se douter qu'ils vont jouer leur destin. En effet, ils ne sont pas seuls contrairement à moi dans la salle obscure qui suis allé le voir sans Nelfe, peu adepte du concept.

Ce film est un mélange de found-footage. A 80% l'action est suivie via la caméra d'une journaliste en immersion dans l'équipe archéologique (sujet de son reportage) mais aussi par le robot d'exploration de la NASA que l'équipe a emprunté (et qui coûte très très cher) et des caméras miniatures portatives. Ici, on est loin des classiques produits de consommation du style, ça rajoute un sacré effet de claustrophobie, de paranoïa et on s'amuse (et / ou frémit) en guettant les zones d'ombre et les éventuelles irruptions stressantes du hors-champ. J'ai trouvé l'ensemble maîtrisé et efficace à défaut d'être original. Le réalisateur utilise aussi la technique plus classique de réalisation pour appuyer son propos et permettre notamment d'y voir plus clair lors de la dernière partie du film qui s'avère explosive et bluffante. Beaucoup n'ont pas aimé les effets spéciaux qui rentrent dans le jeu alors. Ils les ont jugé ratés. Pour ma part, rien de choquant ou de rédhibitoire, j'ai trouvé qu'ils accompagnaient bien le film.

pyramide-une-malediction-egyptienne-2

Il faut dire aussi que je suis un grand amateur d'égyptologie. Petit j'étais fasciné par la malédiction de Toutankhamon (premier programme diffusé sur Arte le jour de son lancement, souvenir souvenir!) et les récits d'explorateurs / archéologues. J'ai retrouvé dans ce film de vieilles impressions, ressentis et appréhensions que j'ai pu éprouver dans ma prime jeunesse lorsque je lisais des livres illustrés sur le sujet. L'exploration de la pyramide est très bien rendue avec des acteurs qui font le job (sans plus non plus) et une ambiance vraiment réaliste et angoissante. Couloirs labyrinthiques, pièges contre les pillards, inscriptions ésotériques, claustrophobie montante, accidents malheureux, surgissement du fantastique… autant d'ingrédients qui m'ont bien scotchés. Le réalisateur aime son sujet et cela se ressent pleinement. Petit clin d’œil sympa, le rôle du vieil archéologue est doublé en français par la voix d'Harrison Ford! Un plus pour moi qui voue littéralement un culte aux trois premiers Indiana Jones.

388186-extrait-exclusif-du-film-pyramide-600x315-2

Au final, c'est un film à voir. Efficace mais dénué d'originalité, on passe un bon moment entre aventure et épouvante. Il perdra sans doute de ses qualités lors de son passage sur petit écran. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire! 

Posté par Mr K à 21:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 7 septembre 2010

"Piranha 3D" d'Alexandre Aja

affiche_piranha_3d_5345369jrulwL'histoire: Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls!

La critique de Mr K: 4/6. Un plaisir coupable certes... mais un sacré plaisir tout de même! Le leitmotiv de l'affiche est tenu: il y a de l'eau, des bikinis bien remplis et du gore à outrance! Nouveau remake d'Aja (né Arcady) après La colline a des yeux (6/6) et Mirrors (2/6), le cahier des charges est bien rempli même si le vieux con que je suis reste un peu sur sa faim et préfère encore l'original datant de 1978 et signé par un certain Joe Dante! I love you Joe...

Nelfe n'étant pas amatrice de films d'horreurs aquatiques, je suis allé dans ma salle préférée avec mon beau frère histoire de renouer avec le film d'horreur humoristique. Je trouve que les producteurs jouent plutôt dans la surrenchère du sadisme ces derniers temps et je regrette parfois le bon vieux temps des Freddy et autres Evil dead... Un vieux con, je vous dis!

piranha_4

Passons sur le scénario qui tiendrait sur un ticket de métro et qui met l'accent sur des étudiants décérébrés à moitié à poil qui vont s'éclater au lac du coin. Franchement, la première partie du film se contente de déballer la bidoche façon film érotique. Peu à peu, le spectateur sadique que je suis, voit poindre puis l'envahir une envie de meurtre massive, la colère monte et on a qu'une hâte: qu'ils se fassent tous becter par des poisson carnivores venus tout droit de la préhistoire! Sans trahir un secret, ça tombe bien, c'est ce qui se passe! Et franchement, on ressort avec la banane! Content de voir tant de tripes répandues et de p'tits branleurs passer l'arme à gauche! La critique de Télérama sur Allociné résume bien ce sentiment: Tous ces corps américains parfaitement lisses, gonflés d'hormones et d'arrogance, déchiquetés avec raffinement par un jeune Français ! L'ironie, pour le coup, ne manque pas de mordant. Un bémol, il faut tout de même attendre 40 minutes de débilités estudiantines US pour en arrivée là. Mais pour le coup, on tombe dans la débauche de scènes gores filmées avec maestria par le jeune Aja.

piranhas

La casting est assez intéressant. On retrouve Elisabeth Sue (Leaving Las Vegas, L'Homme sans ombre)  dans le rôle de femme shérif dépassée par les événements, notamment sa progéniture qui n'en fait qu'à sa tête, Christopher Lloyd (Nom de Zeus!) expert en faune aquatique et à la présence à l'écran toujours aussi impressionnante malgré le poids des âges, Ving Rhames (Marsellus Wallace dans Pulp Fiction) adjoint du shérif qui massacre du piranha avec un moteur de hors bord, scène culte malgré le symbole cucul et lourdingue qu'elle cache... Bref du beau linge, seule erreur de casting à mes yeux Jerry O'Connell apperçut dans Scream 2 que je trouve horripilant et qui tarde à mourir dans le métrage (Merde... j'ai spoilé!). Reste après un lot de dinde assez phénoménal, issu de productions pour adultes dont les atouts sont impressionnants mais inefficaces face à un banc de piranhas affamés!

piranhas_2

Non franchement, c'est un film débile mais c'est une réelle comédie. C'est pas finaud mais ça marche. Plus c'est gore plus c'est drôle à la manière d'un Brain Dead (best of the best, Peter Jackson). On y croit pas deux secondes mais l'intérêt est autre. La 3D est d'ailleurs plutôt sympathique notamment une scène où la caméra zoome sur les fesses d'une naïade assise sur sa bouée dont les miches vont servir de repas à un piranha vicieux ou une poitrine silliconée séparée du reste du corps qui semble atteindre le spectateur en pleine face. Bref, du raffiné! C'est pas le film du siècle, c'est pas le meilleur Aja (Haute tension reste ma référence) mais on s'amuse bien. Un regret: la fin est vraiment facile et laisse le spectateur sur le cul alors qu'on serait bien resté en compagnie de cette poiscaille particulière quelques minutes de plus (le film ne dure qu'1h29!). Avis très favorable pour tout amateur de baignade en eau trouble et de série B à l'ancienne!

Posté par Mr K à 17:06 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,