mercredi 16 mai 2012

"Le Guide Galactique II: Le Dernier restaurant avant la fin du monde" de Douglas Adams

le-dernier-restaurant-avant-la-fin-du-monde_1951250-ML'histoire: La cuisine anglaise est exécrable. Moins abominable, cependant, que la poésie Vogons, un peuple fier, ombrageux, et éminemment irritable. D'ailleurs, les Vogons ont fait sauter la planète terre, soi-disant par erreur. Pas de panique!

Grâce au fabuleux Guide galactique, le pauvre Arthur Accroc, ex-citoyen britannique désormais apatride et passablement désemparé devant tant d'inconvenance, pourra affronter sans crainte les improbables méandres d'un univers en folie. Rien ne l'empêchera, pas même un ascenseur dépressif, d'arriver à temps pour déguster le Plat du jour au Dernier Restaurant avant le fin du monde.

La critique de Mr K: Un intermède comique aujourd'hui avec le deuxième volume du Guide galactique de Douglas Adam. On retrouve tous les personnages du précédent opus dans de nouvelles aventures absolument déjantées, entrecoupées de passages hilarants du fameux guide. Ainsi, dès la première page ça commence:

"Au commencement, fut créé l'Univers.
La chose a considérablement irrité tout un tas de gens et bon nombre de personnes estiment même que ce fut une erreur.
Bien des races croient y voir l'oeuvre de quelque espèce de dieu, bien que les Jeuhtlavédis de Méth-Técho VII croient pour leur part que tout l'univers fut en réalité violemment éternué de la narine d'un être qu'ils nomment le Gros Patatchoum Vert.
Les Jeuhtlavédis (qui vivent dans la crainte perpétuelle de ce qu'ils appellent l'Avènement du Grand Mouchoir Blanc) sont de petites créatures bleues munies de plus de cinquante bras chacune, ce qui leur vaut ce trait unique d'être les premiers êtres de toute l'histoire à avoir inventé le déodorant corporel avant la roue.

Le ton est donc donné dès l'incipit de ce roman et l'intensité drôlatique ne faiblit jamais tout au long des 214 pages de cet ouvrage! C'est d'ailleurs préférable que ce livre soit court, on évite ainsi l'effet de lassitude qui pourrait s'installer. On retrouve Arthur, le héros terrien qui avait fuit à la dernière seconde sa planète annihilée pour cause de déviation d'autoroute spatiale. Anglais, jusqu'au bout des ongles, il tente désespérément dans ce volume de boire un thé authentique. Zappy Bibicy ex-président de la galaxie est lui aussi de la partie avec ses deux têtes et toute sa verve. Il y a aussi Ford Escort (sic) le meilleur ami extra-terrestre d'Arthur toujours aussi lunatique et débrouillard. Marvin le robot dépressif (paranoïd androïd en anglais, origine sans doute du nom du meilleur album de Radiohead) reste égal à lui même. Ils sont toujours poursuivis par les Vogons, des créatures hideuses et vindicatives à la poésie mortifère!

On navigue en plein délire durant tout ce livre, on y fait des rencontres improbables à souhait, le temps et l'espace sont distordus, les réactions des uns et des autres totalement farfelues, le non-sens à l'anglaise fonctionne à plein pour le plus grand plaisir du lecteur. Les pages se tournent très vite et le rire est au rendez-vous à chaque détour de phrase. C'est suffisamment rare pour être souligné surtout dans le domaine de la science-fiction. C'est donc une lecture-détente très agréable à laquelle je vous convie, tout en sachant que la série est assez longue et qu'il me semble vraiment nécessaire d'espacer la lecture de chacun des tomes pour en retirer le meilleur et éviter l'indigestion.

Posté par Mr K à 16:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,