mardi 14 juin 2016

"Origine" de Diana Abu-Jaber

OrigineL'histoire : Enfant trouvée dans de mystérieuses circonstances, Lena ignore tout de ses origines. Elle n’a gardé aucun souvenir de son enfance si ce n’est un don étrange, une sensibilité quasi animale… Lena, qui travaille pour la police scientifique de Syracuse, New York, refuse d’exercer ce don sur le terrain. Une série de décès de bébés va l’y contraindre : elle seule peut pressentir l’existence d’un assassin d’enfants.

La critique Nelfesque : "Origine" est un roman que j'avais remarqué lors de sa sortie chez Sonatine en 2010. Il était resté dans un petit coin de ma tête jusqu'à ce que je tombe dessus en version poche lors d'un énième farfouillage chez Emmaüs. Vous le savez, en règle général, je ne taris pas d'éloge sur le catalogue de cette maison d'édition. Il arrive que je sois parfois déçue mais c'est rare. Ici, je n'ai pas été transportée et en-soi c'est une mini déception...

Dans ce roman de Diana Abu-Jaber, le lecteur suit la route de Lena, experte en empreintes digitales pour l'unité scientifique de la police. D'un caractère très secret et discrète, ce travail de labo lui convient parfaitement. Au sein d'une toute petite équipe, elle s'enferme dans une salle et scrute avec attention et moult chimie, armes de crimes et autres éléments présents sur la scène afin d'en faire ressortir des indices indispensables pour la suite des enquêtes. A cette tâche, Lena est dans son élément. Elle a une sorte de 6ème sens qui lui permet de ressentir les choses, d'avoir des intuitions, de ne jamais baisser les bras et se fie très souvent, à l'étonnement général, à son instinct. C'est ainsi qu'elle a permis au bureau de résoudre une enquête récente qui semblait être une impasse.

L'histoire se répète ici lorsque Lena est prise à partie dans les locaux de la police par une femme qui vient de perdre son enfant. Persuadée qu'il ne s'agit pas d'une mort subite de nourrisson comme l'a conclu la police, elle implore Lena de l'aider. Au bord de l'hystérie, elle est reconduite à la sortie par des policiers mais le doute s'est insinué dans l'esprit de Lena. Touchée par la détresse de cette mère, elle va s'intéresser à l'affaire et rester en alerte lorsque de nouveaux cas de morts de jeunes enfants vont être déclarés. Persuadée qu'il n'y a pas de hasard et méticuleuse, elle va tout reprendre depuis le début.

Diana Abu-Jaber insiste grandement sur le caractère instinctif de son personnage principal. Presque primal, il régit la vie de Lena. Fraîchement séparée, elle vit dans un immeuble défraîchi, peuplé de personnages étranges et paranoïaques. Elle ne se sent bien que dans des espaces inhospitaliers. Le froid, l'austérité, la solitude ne lui font pas peur. Au contraire, elle trouve dans ce mode de vie loin de tout confort et distractions une certaine tranquillité d'esprit. De ses origines, elle ne sait rien. Adoptée lorsqu'elle était petite, elle n'a jamais réussi à avoir de réponses de la part du couple qui l'a élevée. Face à ces disparitions d'enfant, elle va peut-être devoir trouver des solutions dans la sphère nébuleuse que constitue son passé...

Sur le papier, l'histoire d'"Origine" est une petite bombe. Suspense, personnages énigmatiques, mystérieuses origines... Oui mais voilà, de mon côté, la sauce n'a pas pris et la révélation finale a fait pschitt. Beaucoup de bruit pour rien tout ça... Beaucoup de longueurs dans ce roman, beaucoup d'interrogations qui ne mènent nulle part et pour finir "Origine" est à mon sens un roman qui se lit très facilement en vacances entre un barbecue et une sortie plage mais qui ne révolutionne nullement le genre. Sans être jamais réellement surpris, le lecteur parcourt les 540 pages que constitue ce roman en se disant que l'auteure aurait pu aller beaucoup plus loin que ça et termine sa lecture mi figue-mi raisin en se disant qu'il aurait peut-être dû opter pour un autre bouquin... Avant de se resservir un apéro !

Posté par Nelfe à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,