samedi 15 juin 2013

Grumpy cat s'invite au Capharnaüm éclairé!

goodbadgrumpy

Hier soir, via son face-de-bouc (bloody hell!), Nelfe m'a fait découvrir un chat peu commun qui a priori fait le buzz sur internet: Grumpy cat. Il a la particularité de tirer la tronche constamment! La seule explication qui nous semble plausible à Nelfe et moi est une déformation quelconque de son faciès! Toujours est-il que nombre de documents le mettant en scène circulent sur la toile, jouant sur son aspect bougon et râleur. Ma préférence va à cette parodie d'un de mes films cultes! Etant moi-même grognon et amateur de chat, je ne pouvais que lui rendre hommage ici même!

Posté par Mr K à 14:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 12 juin 2013

"Deception point" de Dan Brown

deception point

L'histoire: Quand un satellite de la NASA détecte une météorite d'une exceptionnelle rareté enfouie sous les glaces du cercle polaire, cela tombe à pic pour l'agence spatiale, impatiente de faire oublier une série d'opération ratées.

À la veille de l'élection présidentielle, alors que son avenir politique est en jeu, le président des États-Unis envoie dans l'Arctique Rachel Sexton, analyste des services secrets, vérifier l'authenticité de cette découverte. Elle y rejoint une équipe d'experts, dont le charismatique Michael Tolland.

Ce que Rachel va découvrir est presque inconcevable: une mystification audacieuse qui menace de déclencher un scandale mondial.

La critique de Mr K: Un plaisir coupable aujourd'hui avec Dan Brown dégoté à un prix très attractif chez notre abbé chéri. Cet auteur à succès est ma petite faiblesse que je confesse sans honte avec notamment un Symbole perdu sympatoche, un Ange et démon que j'avais trouvé bien ficelé et un Da Vinci code virevoltant à souhait. Reste un auteur que je trouve prévisible, aux personnages bien lisses avec une tendance certaine au manichéisme ricain. Mais vu le peu de temps que j'avais passé à lire ses précédents opus, je n'ai pu résister. Au final, un bon moment de lecture détente, une lecture rapide mais pas inoubliable.

L'histoire une fois de plus se déroule sur un temps très court (à peine 48h) et présente une course contre la montre trépidante. Une découverte va révolutionner notre rapport à l'univers mais n'est-ce pas un leurre cachant un complot déstabilisateur? On suit ici une jeune femme travaillant pour les renseignements américains que le président himself envoie sur les lieux de la découverte pour en affirmer ou en infirmer la validité. Peu à peu, on va se rendre compte qu'un danger plane et qu'une ombre menace Washington et l'Amérique (ouh la la, on flippe grave!).

L'intrigue est rondement menée comme d'habitude avec Dan Brown qui mélange allégrement éléments scientifiques et courses poursuites si caractéristiques de ce romancier. Ce sont les montagnes russes et l'on est pressé de passer au chapitre suivant pour en savoir plus. Pas de réelle surprise sauf l'ultime révélation sur le commanditaire de l'affaire. Je dois avouer que j'ai été cueilli et agréablement surpris. On passe de l'Arctique froid et solide (sic) aux arcanes du pouvoir américain, entre la Maison Blanche, le Pentagone et la NASA. La lutte pour le pouvoir est âpre et sans pitié, l'envers du décor est des plus retors et glaçant. Mention spéciale à l'adversaire politique du président en place qui est un personnage détestable au plus au point. Pas de spoiling pour autant, ce n'est pas lui le grand manitou de toute la machination! Et toc!

Là où le bas blesse, c'est tout d'abord dans la caractérisation des personnages et leur crédibilité. L'héroïne tout d'abord est une spécialiste des renseignement, agissant pour la raison d'état et grande professionnelle de la défense nationale. Et pourtant, ça ne l'empêche pas de se comporter comme une midinette de quatorze ans quand elle rencontre le bel océanographe ténébreux au douloureux passé. Tout cela sonne creux, Dan Brown enfile les clichés type collection Harlequin, certains passages faisant irrémédiablement penser que ce livre a été aussi écrit pour des personnes esseulées transposant leur rêve de rencontres romantiques dans leur lecture. C'est risible et bien dommage vu l'ampleur du complot qui est au centre du récit. Certaines scènes de confrontations face au mystérieux commando chargé de les éliminer ne tiennent pas debout et on n'y croit pas une seconde tant on frise le ridicule (notamment lors de la poursuite sur la banquise en début d'ouvrage). Bref, on retrouve les mêmes scories que dans les opus précédent de Brown.

Mais cependant, la magie opère, la curiosité l'emporte sur tous les défauts évoqués plus haut et j'ai terminé cette lecture plutôt content sans avoir eu l'impression de perdre mon temps. Certes j'oublirai bien vite cet ouvrage mais j'ai passé du bon temps et qui a dit qu'on était obligé de toujours lire de très bons livres? Une bonne lecture-plage mais sans soleil ni sable, une petite lecture coupable je l'avoue qui permet de laisser le cerveau à la cave tout en stimulant un plaisir plus immédiat mais tout de même bien réel. À vous de voir!

Posté par Mr K à 19:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 11 juin 2013

Celui qui sait écouter deviendra celui qu'on écoute?

0607Danziger

"Bonsoir, nous sommes du gouvernement. Nous avons remarqué que votre téléphone était éteint et nous nous demandions si vous n'étiez pas en train de préparer un mauvais coup ?"

Sept ans après la révélation que le renseignement américain, sous George W. Bush, conduisait une surveillance des appels téléphoniques aux Etats-Unis, il apparaît à la suite des révélationsdu Guardian que l'administration de Barack Obama aurait secrètement maintenu et élargi le programme. Le quotidien britannique a publié une ordonnance de justice secrète forçant l'opérateur américain Verizon à livrer à l'Agence nationale de sécurité (NSA), à la demande du FBI, la totalité des données téléphoniques de ses abonnés d'avril à juillet.

L'exécutif américain assume l'utilisation du programme secret comme un outil crucial de la lutte contre le terrorisme. "La priorité numéro un du président des Etats-Unis est la sécurité du pays. Nous devons avoir les outils nécessaires pour faire face aux menaces posées par les terroristes", a déclaré le 6 juin un porte-parole de la Maison-Blanche.

Dessin de Danziger tiré du site du Courrier International

lundi 10 juin 2013

"Pierre de Lune" de James Herbert

Pierredelune

L'histoire: D'épouvantables visions hantent Jonathan Childes, des images sanglantes d'effroi et de meurtre. C'est à la suite de telles visions que, sur ses indications, la police a pu retrouver autrefois les corps mutilés des victimes de crimes apparemment rituels. Childes a été innocenté – comment en savait-il si long? - mais une fâcheuse réputation le poursuit.

Et voilà que cela recommence, sur la petite île où il s'est réfugié, comme s'il était en communication télépathique avec quelques monstres assoiffé de sang. D'autres meurtres ont lieu, d'autres événements dramatiques... et Childes en est toujours averti le premier, nargué dirait-on par le criminel. La menace bientôt se précise, se transforme en terreur pure lorsque la monstrueuse créature surgit dans l'île même où Childes croyait trouver la paix...

La critique de Mr K: Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas lu un ouvrage de cet auteur que j'affectionne tout particulièrement (voir critique d'un autre titre ici). Il est surtout reconnu pour ses romans de terreur où les scènes gores sont légions dans un style à la fois simple et virtuose, alignant les chapitres à une vitesse effrénée sans jamais laisser de repos au pauvre lecteur. Ce roman est légèrement différent faisant la part belle à la psychologie et au paranormal. Attention, accrochez votre ceinture, vous embarquez pour un voyage où rêves, visions et réalités se mêlent étroitement!

Pauvre Jonathan Childes! Les premiers chapitres nous présentent un homme apaisé, professeur en informatique, installé dans les îles anglos-normandes, vivant tranquillement sa nouvelle vie. Il fréquente une femme qui l'aime, il est très complice avec sa fille restée à Londres avec son ex femme, son couple n'ayant pas résisté aux épreuves passées (et quelles épreuves!). Mais voilà, un beau jour (ou peut-être une nuit?), le voilà de nouveau assailli par des visions bien sombres: le corps d'un enfant inhumé et mutilé, un vieillard assassiné... Les vieux démons sont de retour, il semble que quelque chose ne soit pas réglé...

À partir de là, la vie du héros dérape. Toutes ses certitudes s'évaporent laissant place au doute et à l'angoisse. L'équilibre est devenu instable pour paraphraser Stanislas (Sic! Faut que j'arrête les vannes pourries!) et Jonathan s'enfonce en plein cauchemar. La menace se fait de plus présente mettant en danger ses proches et malgré tout ce qu'il essaie de faire, rien ne semble pouvoir empêcher l'inéluctable. Cela dure jusqu'à un dernier chapitre des plus terrifiant et une ouverture finale des plus intéressante.

Je ne tournerai pas autour du pot, Herbert n'a pas son pareil pour maintenir le suspens et au contraire de nombreux auteurs il assure quand il s'agit de boucler son intrigue. Remarquablement construit avec des chapitres qui se renvoient la balle de manière diabolique, il joue avec nos nerfs avec ce récit fantastique enraciné dans un quotidien banal. Franchement, je n'étais pas rassuré par moment et on est parfois surpris par le chemin emprunté par le héros. Les chapitres décrivant les faneuses visions sont morbides à souhait mais peu à peu on se rend compte que la dimension psychologique est très dense. Les personnages sont très bien rendus sur ce plan là et on se prend au jeu.

Au final, j'ai passé un excellent moment entre frissons et révélations. A découvrir absolument si le genre vous plait et que vous voulez être surpris. Une petite bombe en quelque sorte!

Posté par Mr K à 21:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 9 juin 2013

"Les Débutantes" de J. Courtney Sullivan

les debutantesL'histoire: "Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonne et emménagé à l'étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New-Yorker et de Vogue."

Elles se sont connues et aimées à l'université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d'adulte les ont séparées, jusqu'à la disparition de l'une d'entre elles.
Face aux déceptions de l'existence, rien n'est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s'en rendre compte.

La critique Nelfesque: Je souhaitais lire ce roman depuis sa sortie en broché l'an dernier, c'est donc avec plaisir que je me suis attaquée à ce pavé poche de 550 pages.

La quatrième de couverture de ce roman laisse entrevoir une histoire fraîche d'amitié féminine, presque un roman léger, insouciant où les jeunes années permettent toutes les folies. Ce qu'elle laisse en pointillé, c'est le drame qui se profile à l'horizon et qui va faire grandir ce groupe d'amies. Enfin, ce qu'elle ne dit pas et que j'ai préféré ici, c'est l'ambivalence des rapports amicaux, la période où ces femmes suivent chacune un chemin différent tout en restant fidèles les unes aux autres. De la coïncidence qui en fait des voisines de chambres à l'université, elles vont apprendre à se connaitre, s'apprivoiser, se faire confiance et devenir une famille, au delà des différences. "Les Débutantes" est un très beau roman d'amitié.

Ce n'est pas pour autant un roman chick-lit! Ce n'est ni un roman jeunesse, ni non plus juste un roman léger que l'on lit sur la plage. Bien sûr il y est question d'amitié, de situations cocasses sans conséquences mais aussi de sujets plus profonds, d'estime de soi, de rapport aux autres, de vision de la vie, de choix à faire...

J'affectionne tout particulièrement ce genre de romans qui d'une situation anodine de la vie de tous les jours, une expérience que tout un chacun a pu vivre, entraine le lecteur dans un tourbillon de sentiments jusqu'à le faire complètement intégrer l'histoire. C'est ce que j'ai vécu ici en suivant tour à tour les points de vue de Bree, Celia, April et Sally. Très vite, ces quatre jeunes femmes deviennent nos amis, on se surprend à s'attacher à elles et à presque vivre leurs moments d'intimité. Courtney Sullivan, avec sa plume simple et sans emphase, d'une construction parfaite, nous ramène à nos années universitaires et nous fait revivre ses moments où les ami(e)s comptent le plus au monde.

Bree, Celia, April et Sally ne se connaissent pas et intègrent ensemble l'Université Smith, une université faite par les femmes pour les femmes. Chacune va ici s'épanouir dans un univers féministe où l'homme n'est pas rabaissé ou occulté mais où la femme apprend à se connaître et à penser par elle-même. Ici, les jeunes filles de bonnes familles côtoient les moins gâtées de la vie, elles partagent des valeurs et des préoccupations communes et chacune peut s'émouvoir et s'engager pour une cause qui lui tient à coeur. En début de lecture, ce mode de vie en communauté parait étrange, certaines situations poussées (comme l'accueil des nouvelles arrivées à Smith ou l'omniprésence du lesbianisme assez cliché) mais très vite le lecteur se familiarise avec cette faculté et ne peut pas y rester indifférent.

Ainsi, Bree, Celia, April et Sally, tour à tour fiancées, homosexuelles, féministes "pures et dures" ou simples suiveuses (et parfois même tout cela en même temps (!)), vont faire l'expérience de la vie, de leur sexualité mais aussi découvrir toutes ses faces obscures comme la violence, le mensonge, la jalousie... C'est un concentré de vie qui est ici dépeint.

Nous suivons aussi ces 4 amies "pour la vie" après leurs études. Chacune va faire ensuite sa route, parfois proche, parfois éloignée des 3 autres. Des tensions vont apparaître mais elles seront toujours là les unes pour les autres. Elles ne se suivent plus quotidiennement mais "de loin" en gardant dans leurs coeurs une place particulière pour ces amies de toujours (ça ne vous rappelle rien!?). Un drame va alors les réunir, effacer les tensions et faire place au pardon.

"Les Débutantes" m'a étonnée, fait vibrer, émue parfois et restera longtemps dans ma mémoire. De façon très juste, l'auteure nous narre l'amitié entre femmes mais aussi au sens large. Cette relation particulière, sans attache de sang ou couchée sur papier, qui relie les Hommes jusqu'à leurs derniers souffles. Un roman vrai, beau, à lire!

Posté par Nelfe à 14:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 5 juin 2013

Mon week-end surprise

C'était il y a presque 3 semaines déjà. Je vous avais lancé une sorte d'appel à l'aide le jour du départ et je n'ai même pas pris le temps depuis d'en parler ici.

Mr K avait organisé un week-end particulier dont je ne connaissais pas la destination. Après l'avoir sondé pour savoir tout de même ce que je devais mettre dans mon sac ("Doudoune ou maillot!?... Ah ni l'un ni l'autre!? Tu n'as pas réservé un jet privé pour les Seychelles alors!?") et glané quelques indices notamment sur la durée du trajet, j'ai vite su que l'on resterait en Bretagne.

Je ne me plains pas! La Bretagne, c'est beau, et on a toujours des coins à découvrir...

Nous prenons donc la route et faisons une halte déjeuner à Rochefort-en-Terre. Si vous passez dans le coin, je vous conseille la crêperie "La Petite Bretonne" où les galettes et les crêpes sont vraiment excellentes! Croyez-moi, j'en ai testé des crêperies et celle ci est vraiment top. Déco simple, ambiance familiale, addition douce et crêpier primé. Notez bien le nom :)

Rochefort

Rochefort 2

Pirate

Paniers

Rochefort 3

Après cette petite halte ravitaillement et visite de l'un des plus beaux villages de France, nous nous sommes dirigés vers la chambre d'hôtes que Mr K avait réservé pour l'occasion. Cet endroit ne m'était pas inconnu puisque c'est là bas que j'avais amené Mr K pour nos 5 ans (vous retrouverez de nombreuses photos et une présentation détaillée du lieu dans ce billet). Ambiance années 70 pour ce duplex design aménagé dans un ancien presbytère. Calme et détente étaient au programme.

salon

jardin

jardin 2

Connaissant déjà les lieux, on en a profité à fond. La première fois nous étions comme des gamins, nous voulions tout tester, jacuzzi, flipper... J'ai plus profité cette fois ci, moins excitée par la nouveauté et la peur de ne pas avoir le temps de tout faire à fond. Un peu stressée la Nelfe! Ce week-end arrivait à point nommé avec la fin des gros travaux prévus dans notre maison et donc une baisse de pression.

flipper

jeu

Le dîner fut une fois de plus excellent! J'aime beaucoup le principe de garder le mystère sur ce que l'on va manger tout en sachant qu'un vrai chef est là pour nous gâter et nous servir dans notre salon privatif. Mr K avait prévenu le chef que je préférais le poisson et il nous a préparé un flan de Saint-Jacques aux courgettes, du bar avec des tagliatelles faîches aux algues sur un lit de sauce roquette / gingembre (à se damner!) et une mousse au chocolat.

Repas

Le petit déjeuner n'eut pas à rougir avec une table garnie de bonnes choses: gauffres maison, petits pains, confitures maison, chocolat chaud, thé, jus d'orange pressé...

dej

Et puis il y eut surtout la question de Mr K et ma réponse en 3 lettres qui ne change rien mais qui change tout... Un week-end enchanteur dans un lieu qui nous suit dans les grands moments de notre vie.

Le jour où je suis enceinte, j'emmène Mr K là-bas!? ;)

mardi 4 juin 2013

Chat alors!

chat chef de gare

Depuis 2007, le chat Tama est devenu l'égérie du village Kinokawa, au Japon. En effet, ce chat est un véritable héros pour les habitants car c'est grâce à ce félin que la ligne de chemin de fer de la ville fonctionne encore.

Tout commence en 2004 lorsque, faute de voyageurs, la société Nankai Electric Railway décide de fermer la station. Cherchant un moyen de relancer l'économie de la gare de Kishi, le chef de la station tombe par hasard sur un chat errant et décide d'en faire la mascotte du lieu. Et c'est ainsi que depuis quelques années, cette gare est devenue une véritable attraction. Ce sont les enfants qui sont les principaux voyageurs de cette gare. En véritable homme d'affaires, ce chat respecte des horaires très précis. Aussi, il a été désigné comme étant le patron de cette gare routière. Pour l'admirer à son poste en plein travail, il faudra vous déplacer à son bureau de 10h à 16h.

Aujourd'hui, un vrai business s'est formé autour de ce chat, explique le site Wamiz. Ainsi un magasin de souvenirs a été créé afin de permettre aux voyageurs de repartir avec un "souvenir" de Tama. Un bar est également à disposition des clients, qui arrivent dans des wagons recouverts d'un dessins représentant le félin. De cette manière, les visiteurs embarquent dès le début de leur voyage dans l'univers de ce chat.

La gare ne manque pas de voyageurs et le statut de ce chat a permis a tout un village d'être raccordé au reste du pays en maintenant cette ligne de chemin de fer. Ce chat sait comment séduire les visiteurs. Cette star attire les visiteurs provenant de tout le pays. De chat errant, l'animal est donc devenu patron d'une gare. Belle montée dans l'échelle sociale pour cet ancien SDF!

Article tiré du site Gentside

Depuis 2007, le chat Tama est devenu l'égérie du village Kinokawa, au Japon. En effet, ce chat est un véritable héros pour les habitants car c'est grâce à ce félin que la ligne de chemin de fer de la ville fonctionne encore. Tama est le patron de la gare Tout commence en 2004 lorsque, faute de voyageurs, la société Nankai Electric Railway décide de fermer la station. Cherchant un moyen de relancer l'économie de la gare de Kishi, le chef de la station tombe par hasard sur un chat errant et décide d'en faire la mascotte du lieu. Et c'est ainsi que depuis quelques années, cette gare est devenue une véritable attraction. Ce sont les enfants qui sont les principaux voyageurs de cette gare. En véritable homme d'affaires, ce chat respecte des horaires très précis. Aussi, il a été désigné comme étant le patron de cette gare routière. Pour l'admirer à son poste en plein travail, il faudra vous déplacer à son bureau de 10h à 16h. Un magasin de souvenirs pour Tama Aujourd'hui, un vrai business s'est formé autour de ce chat, explique le site Wamiz. Ainsi un magasin de souvenirs a été créé afin de permettre aux voyageurs de repartir avec un bout de Tama. Un bar est également à disposition des clients, qui arrivent dans des wagons recouverts d'un dessins représentant le félin. De cette manière, les visiteurs embarquent dès le début de leur voyage dans l'univers de ce chat. La gare ne manque pas de voyageurs et le statut de ce chat a permis a tout un village d'être raccordé au reste du pays en maintenant cette ligne de chemin de fer. Ce chat sait comment séduire les visiteurs. Cette star attire les visiteurs provenant de tout le pays. De chat errant, l'animal est donc devenu patron d'une gare. Une réussite extraordinaire que beaucoup d'humains lui envient.

En savoir plus: http://www.gentside.com/chat/decouvrez-comment-un-chat-errant-nomme-tama-a-reussi-a-sauver-une-gare-au-japon_art51222.html
Copyright © Gentside
Depuis 2007, le chat Tama est devenu l'égérie du village Kinokawa, au Japon. En effet, ce chat est un véritable héros pour les habitants car c'est grâce à ce félin que la ligne de chemin de fer de la ville fonctionne encore. Tama est le patron de la gare Tout commence en 2004 lorsque, faute de voyageurs, la société Nankai Electric Railway décide de fermer la station. Cherchant un moyen de relancer l'économie de la gare de Kishi, le chef de la station tombe par hasard sur un chat errant et décide d'en faire la mascotte du lieu. Et c'est ainsi que depuis quelques années, cette gare est devenue une véritable attraction. Ce sont les enfants qui sont les principaux voyageurs de cette gare. En véritable homme d'affaires, ce chat respecte des horaires très précis. Aussi, il a été désigné comme étant le patron de cette gare routière. Pour l'admirer à son poste en plein travail, il faudra vous déplacer à son bureau de 10h à 16h. Un magasin de souvenirs pour Tama Aujourd'hui, un vrai business s'est formé autour de ce chat, explique le site Wamiz. Ainsi un magasin de souvenirs a été créé afin de permettre aux voyageurs de repartir avec un bout de Tama. Un bar est également à disposition des clients, qui arrivent dans des wagons recouverts d'un dessins représentant le félin. De cette manière, les visiteurs embarquent dès le début de leur voyage dans l'univers de ce chat. La gare ne manque pas de voyageurs et le statut de ce chat a permis a tout un village d'être raccordé au reste du pays en maintenant cette ligne de chemin de fer. Ce chat sait comment séduire les visiteurs. Cette star attire les visiteurs provenant de tout le pays. De chat errant, l'animal est donc devenu patron d'une gare. Une réussite extraordinaire que beaucoup d'humains lui envient.

En savoir plus: http://www.gentside.com/chat/decouvrez-comment-un-chat-errant-nomme-tama-a-reussi-a-sauver-une-gare-au-japon_art51222.html
Copyright © Gentside
Depuis 2007, le chat Tama est devenu l'égérie du village Kinokawa, au Japon. En effet, ce chat est un véritable héros pour les habitants car c'est grâce à ce félin que la ligne de chemin de fer de la ville fonctionne encore. Tama est le patron de la gare Tout commence en 2004 lorsque, faute de voyageurs, la société Nankai Electric Railway décide de fermer la station. Cherchant un moyen de relancer l'économie de la gare de Kishi, le chef de la station tombe par hasard sur un chat errant et décide d'en faire la mascotte du lieu. Et c'est ainsi que depuis quelques années, cette gare est devenue une véritable attraction. Ce sont les enfants qui sont les principaux voyageurs de cette gare. En véritable homme d'affaires, ce chat respecte des horaires très précis. Aussi, il a été désigné comme étant le patron de cette gare routière. Pour l'admirer à son poste en plein travail, il faudra vous déplacer à son bureau de 10h à 16h. Un magasin de souvenirs pour Tama Aujourd'hui, un vrai business s'est formé autour de ce chat, explique le site Wamiz. Ainsi un magasin de souvenirs a été créé afin de permettre aux voyageurs de repartir avec un bout de Tama. Un bar est également à disposition des clients, qui arrivent dans des wagons recouverts d'un dessins représentant le félin. De cette manière, les visiteurs embarquent dès le début de leur voyage dans l'univers de ce chat. La gare ne manque pas de voyageurs et le statut de ce chat a permis a tout un village d'être raccordé au reste du pays en maintenant cette ligne de chemin de fer. Ce chat sait comment séduire les visiteurs. Cette star attire les visiteurs provenant de tout le pays. De chat errant, l'animal est donc devenu patron d'une gare. Une réussite extraordinaire que beaucoup d'humains lui envient.

En savoir plus: http://www.gentside.com/chat/decouvrez-comment-un-chat-errant-nomme-tama-a-reussi-a-sauver-une-gare-au-japon_art51222.html
Copyright © Gentside

Posté par Mr K à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 3 juin 2013

"L'Atlantide" de Pierre Benoît

L'Atlantide2

L'histoire: Au cours d'une exploration dans le Sahara, deux officiers français, André de Saint-Avit et Jean-Marie-François Morhange sont capturés et se retrouvent dans un palais merveilleux, un véritable paradis terrestre. Ils apprennent alors qu'ils sont prisonniers d'une femme, la reine, la sultane, la souveraine absolue du Hoggar, Antinéa, petite-fille de Neptune, la dernière descendante des Atlantes, et que, dès qu'ils l'auront vue, ils renieront tout pour elle, famille, patrie, honneur...

La critique de Mr K: Retour aujourd'hui sur un vieil ouvrage paru en 1919 au lendemain de la Grande Guerre. Ce fut un véritable best-seller en son temps, les gens l'ayant lu essentiellement pour tourner la page de ce conflit atroce qui toucha quasiment toutes les familles de France. Pierre Benoît est alors un écrivain très connu et apprécié du grand public, il est membre de l'académie française et ce livre a permis à de nombreux français d'oublier le passé en se transposant dans un récit d'aventure haut en couleurs.

On suit ici le périple de deux officiers français envoyés en mission dans le Sahara occidental alors sous le joug français. En effet, la France a encore son empire colonial à l'époque. Cette mission d'exploration routinière aux accents géologiques (il s'agit notamment d'étudier certaines roches en cours de route) va basculer dans l'aventure avec un grand A quand ils vont croiser la route d'un mystérieux touareg qu'ils vont sauver de la noyade. Faisant ceci, ils ne se doutent pas qu'ils vont rencontrer la souveraine de l'Atlantide ni plus ni moins!

Depuis tout loupiot, je suis un passionné de ces grands mystères non résolus de l'Histoire de l'humanité: le triangle des Bermudes, les statues de l'île de Pâques, le trésor des Templiers... Le mythe de l'Atlantide tient une place à part tant on le retrouve dans nombre de civilisations différentes tout autour du globe. Pierre Benoît apporte ici sa pierre à l'édifice avec une théorie complètement différente que je n'avais envisagé jusqu'à présent. Il vous faudra bien évidemment lire cet ouvrage pour en savoir davantage! Sachez simplement qu'on ne s'y attend pas et que l'explication est finalement plutôt crédible en terme géographique.

Au delà du mythe, nous avons ici affaire à un roman d'aventure de fort belle facture. Les personnages sont ciselés à merveille et on ne peut qu'être fasciné par Antinéa, reine de l'Atlantide. Mêlant à merveille le charme vénéneux, la sensibilité de la femme et le pouvoir despotique, cette figure tragique restera gravée longtemps dans ma mémoire. Le background et le contexte sont remarquablement rendus sans lourdeur ni propagande coloniale. Nous suivons avant tout ici deux êtres humains dans un parcours quasi initiatique qui les emmènera aux confins du désert et au plus profond d'eux mêmes.

La langue est merveilleuse de souplesse et de finesse rappelant par moment celle d'un autre académicien que j'apprécie au plus haut point: Jean Christophe Rufin. Comme quoi, on peut faire partie des immortels et se révéler vivant, audacieux et accessible en terme de style d'écriture. L'Atlantide se lit très vite et je lui ai fait son affaire en deux soirs! C'est le sourire au lèvre que je le refermai ayant l'impression d'avoir lu un bel ouvrage d'aventure, haletant à souhait et d'une intelligence rare. Avis aux amateurs!

Posté par Mr K à 21:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 30 mai 2013

Y'a-t-il un pilote dans l'avion?

Air-India

Une pause-pipi ? Rien de plus banal - en général. A bord du vol AI 403 Delhi-Bangalore la visite du commandant au petit coin s'est transformée en atterrissage d'urgence. Impossible de regagner le poste de pilotage : la porte était désespérement bloquée. Le copilote a dû se poser à Bophal où les techniciens sont passés par un hublot pour pénétrer dans le cockpit, indique le Times of India. Les incidents se multiplient ces derniers temps sur Air India. En avril, selon le quotidien India Today, le pilote d'un Airbus A-320 est allé piqué un roupillon en classe affaire, où dormait déjà son copilote, laissant deux hôtesses aux commandes de l’appareil après un cours de pilotage express. A en croire le journal, les deux hommes ont repris le contrôle in extremis, le pilotage automatique ayant été désactivé acidentellement.
Un responsable d’Air India reconnaît que le cockpit a été sous contrôle des hôtesses pendant 20 minutes, d’autres sources parlent de 40, mais le directeur général de l’aviation civile Arun Mishra a déclaré que les hôtesses sont restées pendant ”la majeure partie du vol de trois heures” dans la cabine de pilotage” écrit India Today. Le quotidien publie un démenti d’Air India assurant qu’à ”aucun moment le cockpit n’a été déserté par ses responsables”. Le communiqué est assorti d’un commentaire perfide : ”Venant d’une compagnie dont une pilote a boudé et refusé de prendre les commandes d’un vol Bombay-Delhi il y a quatre mois parce qu’on lui avait refusé une escale à Jodhpur où elle voulait prendre livraison de kachoris (beignets), un des délices de la ville, ce n’est pas vraiment surprenant”.

Anecdote aussi amusante que flippante tirée du site du Courrier international.

Posté par Mr K à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 29 mai 2013

"Chroniques martiennes" de Ray Bradbury

4-a-1222840920

L'histoire: Les fusées calcinaient les champs rocailleux, changeaient la pierre en lave, le bois en charbon, l'eau en vapeur, le sable et la silice en une matière verte et vitreuse dont les éclats, un peu partout, reflétaient l'invasion comme des miroirs brisés.

Les fusées arrivaient avec des roulements de tambour dans la nuit. Les fusées arrivaient comme des sauterelles, par vagues, soulevant d'énormes fleurs de fumée ardente. Et, des fusées, s'élançaient des hommes armés de marteaux pour façonner cet univers insolite à l'image de leur monde familier, en écraser toute l'étrangeté.

La critique de Mr K: Une relecture aujourd'hui avec ce grand classique de la SF que j'avais lu adolescent. Je l'ai conseillé à un élève non-lecteur le mois dernier et devant son avis enthousiaste (il l'a tout de même lu en une semaine ce qui est un exploit selon ses propres mots) et son plaisir très communicatif, j'ai ressenti l'irrépressible envie de me replonger dans cet ouvrage aussi marquant qu'intriguant. En plus, je l'avais dégoté il y a quelques mois dans une édition assez délectable (collection 1000 soleils chez Gallimard avec une couverture de Bilal s'il vous plaît!) garnie d'un mini dossier scientifique sur la vie extra-terrestre. Que du bonheur je vous dis!

A travers de mini-récits mettant en scène des personnages divers et variés (humains et martiens selon le chapitre), on suit une évolution possible de la vie sur Mars à partir du moment où l'homme y envoie sa première fusée d'exploration. On fait tout d'abord connaissance avec les martiens qui ont semble-t-il un mode de vie hédoniste. Le hasard (ou la destinée?) font que les habitants de la planète rouge que l'on croise se nomment Mr et Mme K. Ca ne s'invente pas! Rassurez-vous, Nelfe et moi sommes biens des terriens, à plus forte raison des bretons... surtout moi en fait! Mais je m'égare... Ces martiens vivent tranquillement, en paix, écoutent de la musique, mangent des fruits d'or et regardent s'écouler les fleuves à vin. Et puis un beau jour, les terriens atterrissent et l'indifférence que cela génère chez les martiens (et la surprise chez les humains d'ailleurs) va se transformer en intérêt. Je n'en dis pas plus mais sachez que dès lors plus rien ne sera pareil et que l'évolution va s'accélérer.

Durant tout le livre, des petites chroniques vont s'accumuler pour nous permettre de suivre l'Histoire de Mars. C'est l'occasion au détour de certains récits pour l'auteur de dénoncer certain travers de son époque et de l'être humain en général. J'ai particulièrement aimé la chronique où les Noirs décident de tous quitter la Terre pour un avenir meilleur dans les étoiles. Pour autant, Bradbury ne tombe pas dans le manichéisme facile, les êtres humains et martiens sont ici traités avec nuance et intelligence, on ne peut parler ni d'invasion ou de conversion, plus simplement d'une rencontre qui va à jamais modifier deux civilisations bien distinctes.

Dans ce livre, le style de l'auteur est impeccable de sobriété et de finesse. Il est très facile de se laisser pénétrer par les différents récits et les non initiés à la SF seront surpris de découvrir que ce genre peut se révéler simple d'accès et très poétique. Au détour d'une phrase, d'une description de la planète Mars (il y a vraiment de très beaux moments), on se prend au jeu et l'on voyage littéralement. Trait rare aussi à la SF, l'humour est très présent notamment lors des différentes rencontres des expéditions avec les autochtones, des passages faisant irrémédiablement penser au meilleur des Monty Python dans la plus pure tradition no-sense.

À l'arrivée, on se rend compte que cet ouvrage est de ceux qui ne prennent pas une ride, où le talent supplante la surenchère stylistique au profit de la beauté primaire et de l'humanisme. Une oeuvre intemporelle et touchante au possible qu'il faut avoir lu. Tenez-le vous pour dit!

Posté par Mr K à 15:58 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,