samedi 11 janvier 2014

"Les Garçons et Guillaume, à table !" de Guillaume Gallienne

lesgarconsafficheL'histoire: Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

La critique Nelfesque: Oui bon, ok je sais... Je ne suis plus du tout raccord avec l'actu ciné avec ce post... Je l'ai vu fin novembre / début décembre et j'ai laissé filer le temps. Shame on me! Croyez-moi.

Enfin mieux vaut tard que jamais! Et puis vous aurez toujours l'occasion de voir "Les Garçons et Guillaume, à table!" en DVD. Et l'occasion, il faut la trouver car vraiment ce film est plus que bien!

Je suis allée le voir en salle avec une amie. Mr K ayant boudé, je ne sais pas vraiment pourquoi (parfois il a des lubies énigmatiques...), ce film, vous n'aurez ici que mon avis. Mais n'est-ce pas le plus important (oups je vais le vexer... et je m'égare par la même occasion)? Je suis ressortie de la salle avec la banane et avec un sentiment de bien être et de bienveillance.

guillaumeetlesgarcons

Oui, c'est cela. "Les Garçons et Guillaume, à table!" est un film bienveillant, sans être moralisateur une seule seconde. Il dédramatise certaines situations sans être dans la moquerie. Je pense que vous savez déjà tous que ce film, réalisé par Guillaume Gallienne, est hautement autobiographique et a été joué avant l'adaptation cinématographique sur les planches. Bon, moi, je suis passée complètement à côté de ces infos... Guillaume Gallienne, acteur à la Comédie Française, je dois sortir d'un coma mais je ne le connaissais pas du tout! Et avec mon oeil tout neuf, j'ai vraiment été charmée par son jeu et par sa vision à la fois poétique, drôle et touchante de son histoire.

guillaumeetlesgarcons3

Car "Les Garçons et Guillaume, à table!" n'est pas une simple comédie. Même si franchement, on rit beaucoup dans ce film, notamment avec les scènes de l'entrée à l'armée ou à l'école anglaise, on sourit aussi et on a limite la larme à l'oeil parfois. L'histoire est entrecoupée de scènes de théâtre où Guillaume Gallienne est seul sur les planches et où la caméra se veut très proche de lui nous montrant les moindre méandres de sa pensée, ses blessures et ses doutes. Très touchant, très original et mémorable.

guillaumeetlesgarcons1

Mais la chose que j'ai aimé le plus dans ce film et qui me fera le revoir avec beaucoup de plaisir (ben oui, faut bien que Mr K le voit quand même!), c'est Gallienne dans le rôle de sa propre mère. Génial, hilarant, tellement juste! J'ai adoré ce personnage, sa façon d'être, de penser, de parler aux autres et Guillaume Gallienne imite sa mère à la perfection. Devant nos yeux, nous avons bien là une femme! Bluffant!

guillaumeetlesgarcons2

Pour toutes ces raisons, pour la fin étonnante et beaucoup d'autres qui me reviendront au prochain visionnage (promis, j'arrête d'attendre autant de temps pour écrire un billet), je vous conseille de voir "Les Garçons et Guillaume, à table!". Il a eu beaucoup de succès en salle l'an dernier et vraiment, c'est justifié.

L'intégration de la bande annonce étant désactivée pour ce film ce Youtube, je vous invite à la découvrir ici exceptionnellement. Voici donc un extrait, en remplacement:

Posté par Nelfe à 18:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 9 janvier 2014

"Les Furies de Boras" de Anders Fager

furiesdeborascouvrvb-500x500L'histoire: La lande de Skanör voit s'écraser une météorite d'où émerge une créature avide ; cent cinquante et une personnes convergent des environs de Stockholm pour un suicide collectif ; une boutique d'aquariophilie est tenue par une femme étrangement proche de ses poissons...
Dans ces contes horrifiques, Anders Fager s'empare des grands thèmes de la mythologie, du folklore et du fantastique pour créer des territoires sensuels et sombres, où il fait surgir des créatures d'épouvante. Mais le monstre n'est pas toujours celui qu'on imagine. Avec un humour noir confinant à la jubilation, l'auteur construit ses récits à coup de petits détails dissonnants qui font basculer un quotidien banal: dans cet univers de cauchemar, dans ce monde dévasté, violence et folie sont partout.

La critique de Mr K: Aujourd'hui, c'est une œuvre atypique et fascinante que je vais vous présenter. Cette lecture est le fruit d'un partenariat avec les jeunes et prometteuses éditions Miroboles. Vu la claque que j'ai prise lors de la présente lecture, je pense qu'ils ont un bel avenir devant eux!

Anders Fager n'est pas encore reconnu à sa juste valeur en France et pourtant... Plus qu'un écrivain, cet ancien dyslexique, véritable touche à tout (historien de l'antiquité, punk rockeur, créateur de jeux de rôles) est un artiste à part. Ce suédois qui arpente dans l'ombre les mêmes sentiers qu'Advide Lindqvist (l'auteur remarquable et remarqué de "Laisse moi entrer") s'attaque ici à la nouvelle fantastique mâtinée d'horreur pure et polymorphe. Avec ces sept récits compilés à partir de trois recueils de nouvelles uniquement parus en Suède, Miroboles nous invite à une plongée dans un univers où les déviances et les étrangetés sont légion.

Les différentes nouvelles traitent de sujets bien différents à priori: conception et déroulé d'un rituel érotico-satanique, la résistance acharnée d'une famille face à l'envahisseur, la découverte d'un mystérieux trou par un jeune garçon, une tenancière de boutique d'aquariophilie vieille fille à la vie bien réglée, le compte rendu d'un suicide collectif hors-norme, la passion dévorante d'un couple, le rêve de l'escalier de Buzzati revisité à la mode nordique... Autant d'histoire à priori basiques qui vont s'ouvrir vers un ailleurs, une dimension ou une intimité déviants. Point commun: l'être humain qui se trouve au centre de toutes ces histoires, ce qui permet à Fager à travers ces récits fantastiques de nous livrer un reflet implacable et fidèle des vicissitudes humaines. Le tableau n'est donc pas des plus reluisant et les âmes que l'on croise dans cet ouvrage sont torturées, marquées d'un fatum oppressant. Flirtant bien souvent avec le roman noir tant les personnages semblent entravés par des chaînes invisibles, on souffre beaucoup dans cette lecture, le lecteur-éponge en prend plein les dents et l'estomac. À la fin d'un récit, on repose bien souvent le livre encore tout chamboulé par ce que l'on vient de lire. La surprise est très souvent au rendez-vous ce qui est gage de qualité quand on s'essaie à la nouvelle.

Le plaisir de lecture est immédiat et durable. Les histoires se lisent avec une facilité déconcertante malgré l'aspect glauque et repoussoir des univers et personnages qui nous sont donnés à découvrir. Le mérite revient beaucoup au style de l'auteur qui de prime abord peut paraître simple et dénué de profondeur. Très vite, on se rend compte qu'un peu à la manière des impressionnistes, c'est par petites touches qu'il développe personnages et décors, le rythme lent s'accélère pour bien souvent finir par une révélation saisissante et renversante. L'addiction est immédiate et l'on ne peut lâcher ce livre tant qu'on en arrive pas au mot FIN. Pour garantir une cohérence et maintenir l'intérêt du lecteur, les éditions Miroboles ont intercalé entre les nouvelles principales des textes nommés Fragments qui sont numérotés. On y retrouve des personnages déjà aperçus dans des nouvelles et on y fait des rencontres peu rassurantes comme cet étrange créature venu sur Terre via une météorite! L'ensemble est donc très bien structuré, stimule le cerveau en terme d'hypothèse et le rendu final est remarquable.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture tant elle m'a charmé et marqué. À partir de trames à priori simple, Fager développe tout un univers qui n'appartient qu'à lui et vous dépaysera à coup sûr! Vous lirez ici ou là pas mal de comparaisons avec Stephen King, je les trouve justifiées en terme de thématiques cependant je trouve que le style est beaucoup plus fin chez Fager et qu'il maîtrise mieux ses récits. Ici pas de gros effets de manches ou de fins bâclées, juste des textes accrocheurs et sans concession pour un effet garanti! Courrez-y!

Posté par Mr K à 19:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 8 janvier 2014

Acquisitions parisiennes

Comme vous le savez, nous étions jusqu'à samedi dernier en vacances à Paris. Une semaine à cheval sur 2013 et 2014 qui, à l'image de notre séjour londonien d'il y a 2 ans, nous a fait le plus grand bien. Bon, je ne suis pas là aujourd'hui pour développer notre semaine en long en large et en travers, d'autres posts sont à venir pour ça.

Il y a une chose de bien à Paris, une chose formidable, une chose que l'on a du mal à oublier quand on change de région comme nous il y a maintenant 6 et 7 ans: le quartier St Michel! A chaque passage par Paris, que ce soit pour un week-end ou plusieurs jours, nous DEVONS faire notre pèlerinage là bas. Gibert Jeune, Gibert Joseph, Boulinier, Crocodisc... pour faire le plein de mots à mettre sous nos yeux et de sons à mettre dans nos oreilles. Ce sont des lieux incontournables! Rajoutez à cela la nouvelle boutique Métaluna, anciennement Movies 2000 dans le 9ème, qui s'est installée il y a quelques mois rue Dante et vous comprendrez que pour nous il est impossible de faire l'impasse sur St Michel!

Trêve de blabla, voici le carnage (et encore, je trouve qu'on a été soft (enfin... surtout moi...)).

Côté lecture:

IMG_0300'

- Pete Dexter - "Deception point" parce que j'ai adoré "Un amour fraternel"
- Alexandre Dumas - "Vingt ans après" pour renouveler le plaisir de lecture de "La Reine Margot"
- Patrice Garcia - "Allande, Le Secret d'Alcande" pour son prix modique et une expérience inédite
- Sara Gruen - "De l'eau pour les éléphants" parce qu'encensé par beaucoup
- Nick Hornby - "Vous descendez?" parce qu'il n'est plus édité et que je suis une grosse quiche puisque je l'avais déjà dans ma PAL... Donc je veux bien le troquer! ^^
- Imbert et Gaukler - "Suicide commando" pour son prix modique et une expérience inédite (bis repetita)
- Jeff Lindsay - "Ce cher Dexter" parce qu'après avoir vu l'intégralité de la série, il faut bien que je découvre les romans originels (je commence donc par le premier)
- Yogo Ogawa - "La Petite pièce hexagonale" afin de découvrir un nouvel auteur japonais
- Ryü Murakami - "Les Bébés de la consigne automatique" depuis le temps que Mr K le cherchait d'occaz'!
- Ian Rankin - "La Mort dans l'âme" pour un Rebus de plus
- Jean-Jacques Reboux - "Le Poulpe, La Cerise sur le gâteux" parce qu'un Gabriel Lecouvreur ça ne se refuse pas
- Duong Thu Huong - "Au zénith" pour découvrir la face cachée de Ho Chi Minh
- Robert Charles Wilson - "Mysterium" pour retrouver un auteur hautement apprécié

Côté musique et DVD:

IMG_0304'

- Ghost BC - "Infestissumam" groupe découvert au Hellfest sur la scène du Temple
- Seb Martel - "Re-ragalet" pour les souvenirs de fucking concerts parisiens!
- Nightwish - "Imaginaerum" parce qu'il nous fallait la BO de ce film vu aux Utopiales
- Opeth - "Ghost reveries" le meilleur album d'un groupe que Mr K vénère
- Oranssi Pazuzu - "Valonielu" ENFIN le second album en import!
- Satyricon - "Now, diabolical" album cultissime
- Wall of death - "Main obsession" parce qu'après un super concert à Lorient pendant le Festival IndisciplinéEs on voulait pouvoir le réécouter à la maison
- "The Theatre Bizarre" de collectif (Richard Stanley, Buddy Giovinazzo, Douglas Buck, Tom Savini, Karim Hussain, David Gregory, Jeremy Kasten) parce qu'on attendait sa sortie en salle et qu'il n'est pas passé par chez nous...

Bon ben y'a plus qu'à! :)

mardi 7 janvier 2014

"Lyrica" de Thomas F. Monteleone

lyrica

L'histoire: "Ma star s'est transformée en monstre! S'écrie l'imprésario de Lyrica, affolé. Elle a choppé la lèpre. Sa peau part en lambeaux!" Mais le lendemain, il a tout oublié.
Lyrica connaît une carrière fulgurante; elle est splendide mais, en Europe comme aux États-Unis, elle sème la mort avec désinvolture. Pour demeurer en vie, poussée par une faim insatiable, elle consomme les hommes qui tous dépérissent mystérieusement.
Qui est-elle donc? Une nymphomane? Un être chimérique? Une lamie? Et pourquoi disparaît-elle à chaque nouvelle lune?
Mathieu Cavendish, un écrivain à l'affût des phénomènes étranges, pressent l'épouvantable secret de Lyrica. Il la traque sans répit. Éliminera-t-il l'ensorceleuse au cours de leur ultime face à face?

La critique de Mr K: Cela faisait un petit peu de temps que je n'avais pas lu un roman dit "d'épouvante". C'est un genre que j'affectionne tout particulièrement et même si bien souvent, je me retrouve face à des écrits ordinaires et pas forcément mémorables, je reconnais volontiers leur côté page-turner et distrayant. Avec Lyrica, on rentre complètement dans cette catégorie de livres!

Tout commence par une étrange profanation de cimetière dans un petit village de montagne italien. Un caveau familial a été forcé et quelque chose semble en être sorti... pas des plus rassurant surtout quand dès le chapitre suivant, nous faisons la connaissance de Lyrica, une femme fatale aux pouvoirs surnaturels, pouvoirs qu'elle exerce exclusivement sur les hommes. Elle les hypnotise pour mieux les séduire et après l'acte de chair, ces derniers se retrouvent vidés de leur substance vitale. Lyrica laisse donc derrière elle des traces bien macabres ce qu'il va attirer l'attention d'un écrivain spécialisé dans l'étrange et le paranormal: Mathieu Cavendish.

Alternativement, nous suivons Lyrica et Mathieu Cavendish. La sublime créature va traverser l'océan pour tenter sa chance en Amérique. Au delà de ses actes immondes, on l'accompagne dans sa recherche de succès: rencontre avec son impresario, ses premières photos, le premier rôle décroché... Monde impitoyable à la clef, Lyrica est dans son élément, un monstre dans un monde de requin ne peut manquer de faire des ravages! De temps à autre, des flashbacks nous renseigne sur sa longue vie passée dans laquelle elle a charmé quelques hommes célèbres comme Mozart ou encore Van Gogh, la belle aimant se trouver des amants hors du commun pour renforcer ses pouvoirs et sa force. En parallèle, on découvre un écrivain anglais pas des plus sympathique: raciste affiché envers les français (cela donne une belle avalanche de clichés qui personnellement m'ont mis mal à l'aise), intransigeant et intéressé. Il va enquêter sur les morts suspectes qui accompagnent le parcours d'une jeune femme intrigante. Personnage repoussoir, je dois avouer que je ne souhaitais qu'une chose: qu'il disparaisse!

Ce livre se lit très vite avec un léger plaisir coupable. Le rythme est assez haletant et bien que l'écriture ne soit pas exceptionnelle, on peut dire qu'elle se révèle efficace en ce qui concerne le suspens. Pourtant, une impression de déjà vu (et en mieux!) s'installe et la fin m'a particulièrement déçue comme si l'auteur l'avait bâclé en une dizaine de pages. Attendue et prévisible, il gâche tous les effets qu'il avait mis en œuvre pour envelopper Lyrica de mystère. Monteleone aurait pu aussi se dispenser facilement d'une cinquantaine de pages qui s'apparentent clairement à du remplissage et les scènes de sexe deviennent vite lassantes et gratuites. Dommage car les premières du genre sont remarquables de sensualité et instaurent un climat bien glauque, mais très vite on a l'impression d'être devant un grand déballage!

Au final, voici une lecture assez dispensable mais qui peut se révéler utile si vous devez prendre le train ou perdre trois / quatre heures sans avoir besoin d'une concentration extrême. Loin d 'être inoubliable, vous ne regretterez pas non plus de passer à côté...

Posté par Mr K à 19:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 5 janvier 2014

Parce que c'est de saison!

IMG_0239

De retour à la maison après notre semaine parisienne, nous prenons le temps de vous souhaiter à vous tous, nos fidèles lecteurs, les nouveaux ainsi que les égarés du web qui tombent chez nous (oui je suis comme ça, du genre généreuse! (j'espère que vous ne vous êtes pas fait trop mal... (ok, je sors))) une bonne et heureuse année 2014!

Que celle ci vous apporte tout le bonheur souhaité et la santé (ma mémée dit que c'est le plus important et elle n'a pas tort (hey attend, c'est ma mémée, c'est normal!)). Pour rester dans le thème du Capharnaüm éclairé, qu'elle nous apporte encore et toujours plus de découvertes et de coups de coeurs livresques, d'excellents films, de beaux projets personnels...

En 2014, c'est une obligation: on dream in blue!

(photo prise pendant la Nuit Blanche parisienne 2013 à l'église Saint-Paul-Saint-Louis dans le Marais
Installation de Dominique Lacloche - "Un degré plus haut")

Posté par Nelfe à 17:27 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 31 décembre 2013

"Légitime défonce" - Série Le Poulpe - de Paul Milan

legitimedefonce

L'histoire: Genève l'opulente et ses riches banlieues représentent un terrain de rêve pour les jeunes cambrioleurs des banlieues françaises toutes proches. Michel Barne n'en est du reste pas à son coup d'essai. Mais lorsque, par une belle nuit de printemps, il tombe sur un propriétaire de villa qui n'a, pour seule obsession, que la légitime défense, la vie du jeune casseur se mue en une horrible chasse à l'homme. Dont il est la proie et la bonne société genevoise la meute. Gabriel Lecouvreur, lui, se trouve étrangement embrigadé du côté des... traqueur.

La critique de Mr K: Le Poulpe et moi, c'est une grande histoire d'amour littéraire. Héros charismatique, auteurs de talents changeants et des histoires courtes et percutantes. Une fois de plus, au détour d'un étal, je me retrouvai à adopter une de ces aventures! Encore une fois, le bonheur de lecteur était au RDV!

Cap sur la Suisse et une belle brochette de facistes plein aux as! Dans leur collimateur, un jeune cambrioleur qui a eu le malheur de vouloir voler la mauvaise personne. Commence alors une chasse à l'homme impitoyable dans laquelle se trouve embringué notre cher Gabriel Lecouvreur. Vous imaginez bien que notre justicier libertaire n'a pas viré sa cuti. En mode sous-marin, il va essayer de lever le voile sur cette mystérieuse organisation des plus réactionnaires et en même temps, tenter de sauver le jeune voleur. Va y avoir du sport!

Une fois de plus, ce Poulpe est une pure réussite! Nous avons le droit à un éclairage peu flatteur des vicissitudes humaines avec notamment ici un gang de réactionnaires particulièrement belliqueux. Effroyables de méchanceté et d'inhumanité, l'argent donne tous les droits et le racisme est article de foi. Des passages à ce niveau sont assez rudes et la colère monte vite au nez du lecteur. D'ailleurs, le Poulpe se retient plus d'une fois durant son infiltration et la tension est présente tout le long de l'ouvrage qui est placé sous le sceau du suspens et de la course contre la montre. La chasse est très bien rendue, on passe du point de vue des prédateurs à celui de la bête traquée qui se révèle être un jeune con pas très intelligent qui ne comprend pas ce qui lui arrive. La peur est palpable, les pages se tournent et l'on est en plein roman noir. Cependant, rassurez-vous, c'est un poulpe et comme toujours cela se termine bien malgré des bobos et des vexations diverses.

L'écriture de Paul Milan est une merveille de concision et d'efficacité dans la pure tradition de la série littéraire qu'il rejoint avec ce tome. Les phrases fondent sous la langue comme un bon chocolat et malgré le caractère amer de l'histoire et des sous-entendus, on passe un très agréable moment. Simple regret, l'absence totale de Chéryl, la chérie de Gabriel, qui n'est qu'évoquée et dont la grande gueule et le charme extravagant manquent cruellement à l'amoureux transi que je suis. Mais ce n'est qu'un détail face à une histoire maîtrisée qui fait écho à l'ambiance générale dans laquelle baigne notre pays en ce moment.

Une très belle lecture donc, qui plaira autant aux novices qu'aux férus du poulpes! Avis aux amateurs!

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier
- Vomi soit qui malle y pense
- La petit fille aux oubliettes
- La bête au bois dormant
- Arrêtez le carrelage

Posté par Mr K à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 27 décembre 2013

Concours 666 - Les résultats!

concours

Nous voici, comme promis, de retour pour vous donner les résultats de notre Concours 666! Non, nous ne sommes pas morts mais en plein préparatif de nos vacances parisiennes à la rencontre d'une crevette (faut pas chercher...). Nous reprendrons une activité plus normale sur le blog dès les fêtes passées. En attendant, on en profite! Sachez tout de même que nous ne vous oublions pas et que quelques articles sont programmés dans la semaine à venir. Et ce, malgré notre absence (c'est beau la technologie et les bornes Wifi!).

Mais revenons en à nos moutons diaboliques!

La réponse à la question "Quel est le nom de l'animal domestique maléfique qui règne en maître dans notre antre?" était bien sûr Tesfa! Nous lui avions dédié un article il y a peu lors de son élection au titre de Miss Cat 2014 où nous avions indiqué en toutes lettres son nom.
Donc, non, même si elle peut s'avérer pénible par moment (et c'est peu de le dire parfois!), notre animal domestique n'est pas un cafard! Ah ah vous m'avez fait bien rire avec certaines de vos réponses :)

Venons en aux gagnants!

le-pistoleroGagnants du 1er tome "Le Pistolero":
tour_sombre_cle_vents

- faurelix
- Cébo
- lemillefeuilles (qui s'est décarcassée pour trouver une partie de la réponse sur notre blog. Je sais que tu voulais le dernier tome, ceci est un lot de consolation ^^)

Gagnants du dernier tome "La Clé des Vents":

- slay
- Marie-Hélène
- Cébo (qui avait du mal à se décider entre les 2 tomes! Ca tombe bien! ^^)

Merci à tous pour vos participations. Je transmets tout de suite et avant de partir vos coordonnées à la maison d'édition qui s'occupera de l'envoi de vos lots début janvier.

On vous souhaite de bonnes lectures et de bons moments en général pour cette fin 2014. A très bientôt!

Posté par Nelfe à 20:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 22 décembre 2013

Oh... mais... mais... c'est aujourd'hui!

Et oui, Noël c'est dans 2 jours mais chaque année, l'événement du mois de décembre, c'est l'anniversaire de Mr K!!!

So, pour rester dans le thème 666 et tout ça: Enjoy your fucking birthday darling!!! On a commencé fort dès hier soir. On continue sur la même lancée! Never give up!

capcom-bday-zombie-1

Posté par Nelfe à 18:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 décembre 2013

"Un Homme" de Philip Roth

un hommeL'histoire: Un homme. Un homme parmi d'autres. Le destin du personnage de Philip Roth est retracé depuis sa première confrontation avec la mort sur les plages de son enfance jusque dans son vieil âge, quand les maux physiques l'accablent. Entre-temps, publicitaire à succès, il aura connu épreuves familiales et satisfactions professionnelles.
D'un premier mariage, il a eu deux fils qui le méprisent et, d'un second, une fille qui l'adore. Il est le frère d'un homme sympathique dont la santé lui inspire de l'amertume et l'ex-mari de trois femmes qu'il a entraînées dans des mariages chaotiques. En fin de compte, c'est un homme qui est devenu ce qu'il ne voulait pas être.

La critique de Mr K: Encore une fois, c'est par une intuition de l'instant que je me portai acquéreur de ce livre, à moins que ce soit lui qui m'ait choisi... J'avais entendu parlé de Philip Roth, la plupart du temps en bien, mais je n'avais jamais pratiqué cet auteur jusqu'à ce que mes yeux parcourent cette quatrième de couverture aussi banale qu'énigmatique... C'est du moins ce que j'en ai pensé en la lisant. Je me lançai donc à la découverte d'Un homme.

Cet homme justement, ce pourrait être finalement n'importe qui. Jamais nous ne saurons son nom de tout l'ouvrage, le narrateur omniscient le prénommant "il". Bien qu'impersonnel, ce personnage réussi à intéresser le lecteur car tout autour de lui, gravite toute une série de personnes plus ou moins liées avec son existence. Comme cette dernière est passée en revue depuis son enfance à sa mort, on en rencontre beaucoup: ses parents immigrés juifs tenant une modeste boutique de joaillerie à New York, son frère véritable astre solaire en terme de caractère et de santé, ses différentes femmes, ses enfants, ses collègues de travail mais aussi des inconnus qui ont marqué son existence comme une météorite laisse une trainée lumineuse dans le ciel après son passage. Finalement, ce livre n'est pas autre chose qu'une étincelle de vie parmi des milliards d'autres existences.

Philip Roth commence fort en relatant dès le premier chapitre l'enterrement de cet homme ordinaire. Défile sur sa tombe tout un tas de personnes que nous apprendrons à connaître au fil des pages. L'occasion est trop belle pour marquer le lecteur dès le départ avec des tensions bien présentes et des discours funéraires éclairant quelque peu le parcours du héros anonyme. Puis très vite, on remonte le temps pour revenir à son enfance et suivre sa vie à travers les différents pépins de santé qu'il va rencontrer: un kyste très mal placé (comprendre près de la bistouquette!), l'effroi qui l'accompagne (il est très jeune) et le soutien de sa mère qui restera à jamais la femme de sa vie (Œdipe quand tu nous tiens!), une appendicite foudroyante et presque fatale, puis ses différentes opérations du cœur. A chaque fois, loin de se contenter d'un constat médical froid, Roth fait intervenir des flashbacks pour expliquer les réactions et omissions de son héros; cela donne des pages douces-amères où la lucidité reprend le dessus sur le mal. L'anonyme ne s'épargne pas, analyse ses agissements et finalement, regrette quelque peu la vie qu'il a pu mener.

La lecture de ce roman fut un plaisir de chaque instant. La langue est limpide, directe et empathique à souhait. Peu à peu, on ressent une certaine affection envers cet homme certes imparfait mais tellement humain. Surtout vers la fin de sa vie quand il se repasse en mémoire toutes les erreurs qu'il a pu commettre notamment en matière amoureuse. Le galopeur s'est assagi avec l'âge et ses errements le suivent à jamais par des fils qui le méprisent et des ex-femmes qui ne lui parlent plus ou très peu. Triste bilan d'une vie qui s'avère décevante malgré de belles réussites comme sa fille ou sa carrière. Le ton mélancolique se développe de plus en plus au fur et à mesure que les pages se tournent et c'est la larme à l'œil que l'on repose ce livre satisfait mais légèrement sonné.

Un petit bijou de réalisme, un concentré d'humanité dans ce qu'elle a de plus beau et d'incomplet, une lecture rare et véridique... un livre à découvrir!

Posté par Mr K à 18:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 décembre 2013

Concours 666

Il y a quelques semaines, nous avons fêté les 6 ans de notre Capharnaüm éclairé. 6 ans d'échange, de partage, de lecture et de bonne humeur! Les éditions J'ai Lu s'associent à cet évènement interplanétaire et nous permet de lancer notre concours 666! Tremblez mortels!

concours

Nous ne vous proposons pas 1, ni 2, ni 3 gains mais bien 6! A l'occasion de la sortie en librairie de la dernière parution du cycle "La Tour sombre" de Stephen King, nous vous offrons la possibilité de remporter 3 exemplaires du premier tome, "Le Pistolero" et 3 du dernier, "La Clé des vents", qui peut se lire indépendamment des autres tomes de la saga.

Stephen King, c'est toute notre adolescence et nous sommes heureux de mettre en place ce concours au doux nom diabolique de 666: 6 ans de blogging, 6 romans, 6 gagnants!

Pour participer, rien de plus simple. Comme nous souhaitons avant tout remercier nos lecteurs fidèles, les conditions de participation sont les suivantes:

- liker notre page Facebook,
- répondre à la question suivante via formulaire de contact en nous laissant vos coordonnées postales (ça se passe en haut de la colonne de droite du blog):
Quel est le nom de l'animal domestique maléfique qui règne en maître dans notre antre?
- valider votre participation en nous déclamant votre amour dans les commentaires et en précisant quel roman vous désirez gagner.

Ce concours prendra fin le 26/12/13. Ne tardez pas! Les gagnants seront annoncés le 27 pour un départ des plis début janvier.

+1 chance si vous partagez ce concours sur votre page Facebook (dans ce cas, merci de l'indiquer dans votre message).
Le concours 666 est ouvert à la France uniquement.

A vous de jouer!

Posté par Nelfe à 19:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,