vendredi 16 octobre 2015

"Le Fléau de Dieu" d'Andrea H. Japp

japp

L'histoire: 1347. La Peste noire frappe le port de Marseille. 1348. Paris. Gabrielle d'Aurillay, 20 ans, mariée depuis deux ans à Henri, enceinte, est convaincue d'avoir épousé un prince charmant, en dépit de la modicité de leurs moyens. Jusqu'au jour où, atterrée, elle découvre que son époux n'est pas qui elle croit. Joueur, trousseur de puterelles, escroc, il est aussi en possession d'un diptyque énigmatique. Que recèle ce tableau ? Que signifient les phrases écrites en hébreu qu'il dissimule ? Est-il porteur d'un lourd secret, d'un message occulte ? Geoffroy d'Aurillay, chanoine et cousin d'Henri, connaît cette œuvre et met tout en branle pour s'en emparer. Quand la peste gagne Paris, le destin de tous bascule. Gabrielle doit enfin devenir la femme qu'elle ne rêvait pas d'être : celle qui décide et se prend en main. Au péril de sa vie comme de celle des siens. Y parviendra-t-elle ? Et si seul Dieu – ou le diable – connaissait la réponse ?

La critique de Mr K: Bien qu'historien de formation, je ne pratique pas assidûment le genre du roman historique. J'ai trop peur d'être déçu soit par l'indigence des détails historiques ou au contraire le trop grand foisonnement de détails qui pourrissent le plaisir de lecture, pour parfois tout à fait le faire disparaître. J'ai tout de même le souvenir de grandes œuvres marquantes dans le domaine comme les ouvrages d'Alexandre Dumas ou bien plus récemment le superbe diptyque de Ken Follett composé des Piliers de la Terre et d'Un monde sans fin.

L'occasion s'est présentée que je lise le présent ouvrage qui me tentait bien de part la période abordée et le thème de la peste de 1348. Je suis grand amateur de la période médiévale et d'histoire des religions et ces deux thématiques chères à mon cœur se retrouvaient compilées dans ce roman mettant au prise une jeune femme et sa matrone avec la plus grande épidémie qu'ait connu l'occident. Gabrielle n'est pas au bout de ses peines car elle a fort à faire avec son mari qui se révèle être un vil gredin (pour parler comme à l'époque) et sa condition de femme qui est, vous vous en doutez, un frein énorme à toute forme d'émancipation. Une fois le décor et les personnages plantés, l'action démarre et la tension ne fait que monter durant tout le roman. Une lutte contre la montre se joue entre la jeune femme et son mari, avec en arrière plan de la trame principale l'épidémie qui ne fait que progresser.

Au bout de dix pages, je partais très sceptique avec cette lecture. La faute aux notes de bas de page qui pullulent à chaque feuille (comptez entre 2 à 5 références) et qui polluent l'immersion dans le texte. Pas toujours bienvenues, parfois complètement anecdotiques ou inutiles, elles s'apparentent trop souvent à un bréviaire d'historien ou à un dictionnaire étymologique. Je m'amusais à feuilleter l'ensemble du volume et je me rendis compte que ce serait le cas quasiment sur tout le roman... Au final, je décidai de passer outre et de ne pas les lire sauf en cas de grande nécessité. Je gardais dans un coin de ma tête que l'auteur ne pouvait s'empêcher d'étaler sa science, élément plutôt gênant à mes yeux tant un roman reste avant tout pour moi un plaisir d'évasion et non d'érudition pure. Pour cela, rien ne vaut un essai ou un vrai livre de Duby ou Le Goff, mes deux médiévistes préférés. Surtout qu'avec Follett, vous avez le parfait exemple de récits historiques réussis sans trahir la réalité des temps décrits pour autant et sans lourdeurs intempestives.

Je continuais donc ma lecture malgré un certain agacement. Bien m'en a pris car on se laisse gagner peu à peu par l'ambiance de fin du monde qui règne sur ces pages. La réalité historique est très bien rendue par les descriptions des lieux, des mentalités et des rapports entre les différentes classes. J'ai aussi vraiment apprécié le parti pris de faire s'exprimer les personnages avec le langage de l'époque, une langue très imagée qui passe du très prude chez les nobles au familier de bas étage des plus modestes. On rit donc beaucoup et il se dégage une chaleur humaine, un fourmillement et une humanité vraiment profonde de ce texte. Pas de doute, on est bien au Moyen-âge et croyez-moi vous allez le sentir passer! Entre description des conditions de vie, du traitement des malades de la peste et les superstitions qui règnent en maître, c'est un beau et éprouvant voyage chez nos ancêtres qui nous est ici proposé. Bonne immersion donc!

En terme de trame narrative, on est dans du classique pur jus. Honnêtement, on n'est jamais surpris et l'auteur délaie énormément. Ce n'est qu'un tome 1 et cela se sent. Le mystère est posé autour du mystérieux diptyque qui cache une étrange inscription en hébreu, Gabrielle se voit révéler la vraie nature de son mari et décide de partir de chez elle et quelques chapitres intercalés nous proposent de suivre l'évolution de la progression de la maladie. On n'échappe pas aux clichés et j'ai trouvé très exagéré le parti pris quasi féministe qui fait de la plupart des femmes de ce livre des héroïnes vertueuses mues par de nobles objectifs et la plupart des hommes se révélant être des porcs et des arnaqueurs... C'est gros, très gros même parfois et franchement ça m'a déplu. Je n'ai pas ressenti une réelle empathie pour les personnages ce qui est toujours problématique dans le cadre d'un roman tant on aime s'attacher ou détester les personnages. Rien de tout cela ici, on traverse les pages avec une indifférence envers eux, poursuivant ma lecture mu par ma soif de redécouverte d'une époque appréciée.

Que dire au final? Mon avis est très contrasté. Le Fléau de Dieu se lit très vite et très bien, l'auteur a une écriture plutôt plaisante et même si elle verse dans l'extrémisme en matière d'érudition, elle arrive cependant à accrocher le lecteur. Plutôt creux dans son histoire, l'ouvrage est remarquable au niveau de la reconstitution historique pure et dure. Je vous avouerais que je ne sais pas encore si je lirai la suite des aventures de Gabrielle...

Posté par Mr K à 18:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 15 octobre 2015

"Asphalte" de Samuel Benchetrit

asphalte afficheL'histoire : Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages.
Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ?
Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 80 ?
Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ?

La critique Nelfesque : Gros gros coup de coeur pour cet "Asphalte" de Samuel Benchetrit, sorti en salle la semaine passée et en sélection officielle du dernier Festival de Cannes. Laissez en plan tout ce que vous étiez en train de faire maintenant, laissez tomber la lecture de ce billet et courez immédiatement voir ce film en salle !

Parce que ce long métrage est un ovni dans le paysage cinématographique français et international, parce que l'on aime le cinéma pour ça, pour ces bulles magnifiques et fascinantes, parce qu'en allant voir "Asphalte" on vit une expérience hors du temps pendant 1h40, parce que c'est beau, drôle et touchant à la fois...

asphalte2

Focus sur 3 couples de personnages : Sternkowtiz est un vieux garçon qui vient de perdre sa mère et va rencontrer une infirmière de nuit, Charly vit seul et va accueillir une nouvelle voisine de palier, Mme Hamida va voir surgir dans son salon un astronaute tout droit venu de Mars. Quelle est la probabilité pour que ces 6 hommes et femmes se rencontrent ? Aucune, et pourtant chacun va aller à la rencontre de l'autre avec pudeur, poésie et tendresse. "Asphalte" est le télescopage de 6 solitudes et un bijou d'humanité.

Benchetrit nous livre ici un film de grande qualité avec des choix de réalisation parfois déroutants. Pas de générique, un format carré que personnellement je n'avais jamais vu au cinéma (et pourtant je suis une habituée des salles obscures), une économie de mots... En s'attachant aux ressentis de chaque personnage, à leurs personnalités profondes, à leurs doutes, leurs espoirs, leurs blessures, Benchetrit donne à voir aux spectateurs que nous sommes un long métrage émouvant et poétique. Du genre de films qui vous touchent en plein coeur et continuent de vous accompagner une fois la lumière rallumée.

asphalte

"Mais dites donc, il est pas un peu bobo chiant votre film là !?" Oh que non ! De par les situations tragi-comiques, les moments d'incompréhension ou complètement saugrenus, Benchetrit apporte une dimension comique à l'ensemble. Un savant mélange casse gueule qui aurait pu tomber complètement à plat mais qui savamment dosé donne une oeuvre hors du commun, authentique et envoûtante.

"Asphalte" est une expérience cinématographique qui se vit plus qu'elle ne se raconte. Et encore, je n'ai même pas parlé des acteurs tous plus talentueux les uns que les autres et tous habités, impressionnants de justesse, par leurs rôles. Et cette BO qui colle parfaitement à l'ambiance. Ecoutez, prenez votre place et vous verrez tout ça par vous même ! Il faut faire vivre ce film. Vraiment...

asphalte4

La critique de Mr K : 6/6. Quelle claque! Sans doute, mon film préféré de cette année 2015 qui n'est pas encore terminée. Je suis sorti tout ému de cette séance pas comme les autres entre poésie urbaine et solitudes qui s'entrechoquent. On rit, on pleure, on réfléchit, on y repense les jours qui suivent le visionnage… le cinéma c'est ça!

Reprenant deux nouvelles de ses Chroniques de l'Asphalte (que Nelfe a repéré avant moi lors d'un craquage et qu'il va falloir que je lui subtilise), Benchetrit nous offre un petit conte moderne se déroulant dans une cité imaginaire et nous propose de suivre pendant une heure quarante, six habitants d'une barre HLM en décrépitude: une vieille actrice oubliée va rencontrer un adolescent livré à lui-même à cause de sa mère absente, un misanthrope égoïste va tomber sous le charme d'une infirmière de nuit fatiguée de la vie et un astronaute américain tombé du ciel va devoir se réfugier chez une vieille kabyle en attendant que la NASA vienne le chercher. Difficile d'en dire plus sans en révéler trop, sachez simplement que tout ce petit monde est à sa manière livré à la solitude et que ces différentes rencontres / interactions vont changer leur manière de voir et de se voir.

asphalte1

Ce film est magique et assez unique même si on peut parfois le rapprocher du cultissime Delicatessen pour son côté doux-dingue par moment ou encore d'Amélie Poulain dans les intentions et le caractère bienveillant des personnages. L'univers clos est propice au décalage au coin des couloirs et des appartements qui transpirent le vécu, la promiscuité et les histoires personnelles. Bien qu'impersonnels, les espaces publics sont les témoins de nos existences et y jouent un rôle important comme l'ascenseur qui est sujet de litige entre le personnage interprété par Gustave Kervern (Mon doux, mon beau, j'adorais déjà ce mec dans Groland, il m'a ému aux larmes dans ce film) et les autres locataires ou encore la sortie du personnel de l’hôpital où travaille Valeria Bruni-Tedeschi. Le gris domine, les habitants ont des vies peu reluisantes mais dans ces lieux improbables vont naître des relations extraordinaires, des petits moments de pur bonheur qui font remonter la pente, un peu à la manière d'Ensemble, c'est tout de Gavalda.

asphalte5

Les acteurs sont tout bonnement magnifiques et nous font aimer tous les personnages sans exception. Isabelle Huppert est magnétique en actrice sur le déclin qui sombre dans l'alcool et le fils du réalisateur qui joue l'adolescent habitant au même étage lui renvoie les répliques sans rougir, l'alchimie est immédiate et l'évolution de cette relation se conclut avec un moment sensationnel où il lui fait répéter un rôle théâtral. L'émotion est là, pure et sans effet de manche. On y croit, on est bluffé. Même chose, pour Gustave Kervern et Valeria Bruni-Tedeschi, tous les deux magistraux dans la fragilité qu'ils incarnent chacun à leur manière mais qui se complètent idéalement. Là encore, on reste pantelant devant leurs moments de discussion et les fils qui se nouent. Le troisième pan du film construit autour de l'astronaute US et la vieille kabyle promettait plus de légèreté. Ce n'est pas faux, des situations cocasses dérident le spectateur et le font très souvent rire (les incompréhensions, le couscous) mais quelques passages restent d'une force émotionnelle rare comme le récit des croyances grecques sur la vraie nature des étoiles, la fuite d'eau sous l'évier ou encore les souvenirs d'Aziza concernant son fils en prison. Un souffle intimiste et profondément bouleversant règne sur ce film qui captive, intrigue et émeut au possible. Mention spécial aussi aux deux zonards amateurs de marijuana qui sans parler ont une présence incroyable et drolatique à souhait.

asphalte3

La réalisation est aux petits oignons. Au départ les séquences s’enchaînent très rapidement, par petites touches comme les pièces de différentes existences qui ne sont pas amenées à se croiser. Puis, Benchetrit rallonge et développe davantage pour donner de la densité et de la profondeur à ces êtres qui se débattent avec leur profonde solitude. L'effet est très réussi, le rythme s'accélérant et emportant avec lui un spectateur médusé et conquis. On ressort heureux, un peu mélancolique et profondément bouleversé. Un film à voir, à revoir et à revoir encore!

Posté par Nelfe à 19:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 13 octobre 2015

"Du moment que ce n'est pas sexuel" de Gudule

001

L'histoire: Nora aime Charlie, Charlie aime Nora. Ce pourrait être la happy end d'un roman, ça n'en est que le début. Car il y a la vie, le regard des autres, le succès, la peur, la culpabilité… À force de vivre d'amour et d'eau fraîche, ils avaient oublié que le monde existe, et qu'il se compose de mille petites choses qui séparent les couples. Fin de la fusion. Charlie se laisse embarquer dans une belle aventure professionnelle, Nora suit vaille que vaille. Puis elle est distancée et se retire du jeu. Commence alors pour elle une douloureuse errance dans le Paris des parias. Elle réapprend la liberté – antithèse de la passion – et cette liberté, rencontre après rencontre, va la mener tout droit de l'autre côté du miroir.

La critique de Mr K: De Gudule (récemment disparue malheureusement), j'avais adoré Le Club des petites filles mortes qui m'avait enthousiasmé lors de ma lecture et qui reste encore frais dans ma mémoire, preuve s'il en est de ses grandes qualités de narration et d'imagination. C'est au hasard d'une déambulation chez l'abbé que je tombai sur ce roman présenté par sa maison d'édition comme son premier roman de littérature générale (rappelons que l'auteur était plus branchée sur la littérature jeunesse à la base). Il ne m'a fallu qu'un dimanche après-midi pour le dévorer, happé par une histoire poignante et un style toujours aussi virevoltant et viscéral.

Charlie et Nora sont deux tourtereaux qui s'aiment à la folie. Passion, fusion sont des termes qui définissent à merveille leur relation unique qu'ils vivent pleinement dans la campagne d'Auxerre entourés de leurs animaux. Lui travaille dans l'animation auprès des enfants du village (il est clown), elle cultive le jardin et bouquine. Une vie paisible fait de plaisirs simples à l'écart du monde, une existence en vase clos ou presque sans gloriole ni chichis. Mais voila qu'un jour, Charlie se voit proposer une place dans une troupe de quatre comédiens-comiques promis à un brillant avenir. Cela bouscule les bases du couple qui chancellent entre méfiance nouvelle, jalousie mal-placée et Nora qui sombre…

Une fois rentré dans le roman, impossible de se détacher des pages tant on est pris à la gorge par le personnage de Nora. Elle hante ces pages du début à la fin, figure tragique qui s'enfonce dans la dépression et perd tous ses repères. Boiteuse depuis un accident de la circulation, elle ne vit qu'à travers son homme et l'amour qu'elle lui porte. Très vite, on se rend compte que son accident a laissé des traces et que son équilibre psychique est fragile. L'opportunité professionnelle de Charlie va la faire basculer. Elle se fane, commence à se faire des films et va faire des rencontres aux marges de la société. J'ai rarement lu un livre si pointu sur le sujet de la bipolarité et pourtant rien de moralisateur ou de trop technique ici, seulement le portrait émouvant d'une jeune femme qui s'effiloche tant son côté absolu la bouffe de l'intérieur. Le lecteur est profondément dérangé dans ses certitudes et ne peut que s'émouvoir face à ce personnage jusqu'au-boutiste d'une candeur extrême.

Charlie lui est désarçonné et partagé. C'est la chance de sa vie mais il aime encore plus sa petite femme. Il connaît les fêlures de cette dernière et il ne veut surtout pas l'abandonner, mais malgré les perches qu'il lui tend, elle semble s'éloigner irrémédiablement de lui. La fusion ne semble plus opérer et Nora commence à errer dans les rues de la capitale rencontrant au passage toute une galerie de personnages plus déglingués les uns que les autres: un cracheur de feu mélancolique à l'haleine enfuelée, un groupe de femmes détruites par la vie réunies dans un club de révisionnisme de souvenirs (grand moment du livre!), un mac et sa poule… autant de personnages marginaux qui vont chacun lui apporter des réponses ou de nouvelles questions qu'elle ne peut ou ne souhaite pas aborder avec ses proches. Le passage avec sa sœur est assez criant et montre bien l'incapacité de communiquer autour de la maladie dans certaines familles.

L'écriture est ici franche et directe. C'est le langage de la rue, du quotidien qui nous est servi sans fioriture ni arrangement avec la réalité. Pour autant, la finesse est de mise avec au détour des dialogues et des courtes descriptions, une autopsie au scalpel des sentiments contradictoires de l'héroïne et de son évolution psychologique. On nage en eaux troubles avec des passages profondément dramatiques et d'autres plus légers mais l'ensemble reste à l'image de la maladie décrite: insaisissable et imprévisible. La fin vient cueillir le lecteur dans un état proche de l'aphasie tant elle se révèle implacable et lourde de sous-entendus. Une grande et belle œuvre à découvrir de toute urgence!

Posté par Mr K à 18:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 12 octobre 2015

Challenge "Destockage de PAL en duo" V4

Allez, c'est reparti pour ce challenge "Destockage de PAL en duo" avec toujours ma copinaute faurelix ! Ce challenge, on l'aime beaucoup et comme on s'aime beaucoup aussi (et qu'on aime beaucoup nos PAL respectives), on s'est dit qu'on allait faire toutes les sessions ensemble. Cette nouvelle version a pour consigne : "Pioche dans le genre préféré de ta partenaire".

destockage de pal genre préféré

Faciiiile ! Toutes les deux, on est assez friande de thriller / policier alors le thème est tout trouvé et il sera commun !

Le challenge a déjà commencé depuis quelques semaines. J'ai du retard dans la publication de mon billet d'inscription mais je serai dans les temps pour lire le livre choisi par faurelix. Comme à notre habitude, nous choisissons 2 romans dans la PAL de l'autre en respectant la consigne et nous avons ici jusqu'au 30 novembre pour le lire.

Mais alors ses choix quels sont-ils !?

Quatrième mission : du 1er septembre 2015 au 30 novembre 2015 !
ORDRE DE MISSION : PIOCHE LE GENRE PREFERE DE TA PARTENAIRE 

---------------------------------------------

Pour cette mission, faurelix et moi nous voyons attribuer le nom de code "Simon and Garfunkel". Heu... Je cherche pas à comprendre mais ça me va.

Les 2 romans que je propose à faurelix sont les suivants :

- "Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte" de Thierry Jonquet parce que Mr K ne tarit pas d'éloge sur cet auteur et parce que ce roman pourrait être dans ma PAL.

epouvante

- "Séquestrée" de Chevy Stevens parce qu'on est là dans le thriller pur ! Je ne l'ai pas lu mais à la 4ème de couv', je peux deviner que c'est un roman plein de suspens et le genre de bouquin qui se lit d'une traite.

sequestree

---------------------------------------------

De son côté, faurelix a choisi pour moi les deux romans suivants :

- "L'Oeil de la lune" d'Anonyme parce que ça fait des années qu'elle a envie de se faire la série mais l'occasion ne s'est pas présentée. Comme elle craint qu'il fasse partie de ces livres qu'elle n'aura jamais le temps de lire, ce serait une sorte de lecture par procuration.

oeil

- "L'Oiseau de mauvaise augure" de Camilla Läckberg parce que, comme elle le souligne justement, il serait peut-être temps de renouer avec elle...

l'oiseau de mauvais augure

Je crois que faurelix tente de me faire poursuivre les sagas que j'ai mise un peu de côté non pas parce qu'elles perdaient de la vitesse mais parce que je les ai un peu oubliées au profit d'autres romans. OK, j'ai bien compris le message et pour l'heure, je choisis de lire "L'Oiseau de mauvaise augure" de Camilla Läckberg parce qu'il faut bien commencer par un bout... Promis, je lirai prochainement "L'Oeil de la lune" pour la lecture par procuration.

Pour découvrir le choix de faurelix, je vous laisse vous rendre sur son blog. Si ce challenge vous plait, n'hésitez pas à vous y inscrire. Plus on est de fous, plus on rit ! Bonnes lectures !

Posté par Nelfe à 19:24 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 10 octobre 2015

Acquisitions automnales Nelfesques

Il y a 2 semaines, Mr K vous parlait de son craquage d'automne. Vous vous imaginez bien que moi non plus je n'ai pas su résister. J'ai été plus sage que lui mais je rajoute tout de même + 14 à ma PAL... Ben oui, c'est ça quand on tombe sur des romans forts intéressants à tout petit prix et que l'on a très envie de lire. Perso, j'ai du mal à résister ! Voyez plutôt :

IMG_4320

- "Une Place à prendre" de J. K. Rowling qui a fait beaucoup parlé de lui à sa sortie. Après Harry Potter, J. K. Rowling laisse de côté l'univers jeunesse et propose une comédie de moeurs teintée d'humour noir. J'ai eu envie d'essayer ! Espérons que j'accroche à ce roman de presque 700 pages...

- "Frankenstein" de Mary Shelley parce que c'est un classique que je n'ai pas encore lu.

- "Empereurs des ténèbres" de Ignacio Del Valle où il est question de seconde guerre mondiale à la mode thriller sur le front russe.

- "Complètement cramé" de Gilles Legardiner pour une lecture fun après un premier opus, "Demain j'arrête", que j'avais trouvé détente neurones.

- "Urkas !" de Nicolaï Lilin, le coup de poker du jour. Je ne connais ni l'ouvrage, ni l'auteur, mais la quatrième de couverture m'a fait frétiller les antennes ! Une plongée dans l'univers ultra-violent de la mafia sibérienne de Transnistrie, un récit de vie en forme de puzzle, un roman noir.

- "Bonjour chez vous !" de Nadine Monfils parce que "Les Vacances d'un serial killer" avait su me charmer.

- "Pike" de Benjamin Witmer, un roman noir comme je les aime et qui devrait bien me plaire. A suivre...

- "Fantasia chez les ploucs" de Charles Williams, un roman policier qui m'a l'air bien déjanté. Rien que le titre et la couv' posent l'ambiance !

- "Prenez soin du chien" de J. M. Erre qui était depuis longtemps dans ma wishlist. J'ai bien envie de faire rapidement connaissance avec ce microcosme ! "Entre l'érotomane scato du dessus, l'évaporé zoophile d'à côté et l'exhibitionniste d'en face, je commençais à me faire du soucis." Pas moi ! J'ai hâte !

IMG_0040

Petit tour dans le bac à partitions et je repars avec la Sonate n°27 de Beethoven et l'Intermezzi Opus 117 de Brahms. Pour ceux qui l'ignorent, je fais du piano depuis l'âge de 8 ans. J'ai toujours un oeil sur les partitions quand on va chez Emmaüs. Malheureusement, ils n'en ont pas souvent et après mon passage, les pianistes qui me suivent n'ont généralement plus rien à se mettre sous la dent.

Petit bonus du jour : Nous sommes allés faire innocemment un petit tour dans un magasin de seconde main et je suis revenue avec ENCORE des bouquins... Je suis incorrigible, je sais.

IMG_0007

- "Chroniques de l'asphalte" de Samuel Benchetrit, volumes 1, 2 et 3 : J'ai littéralement sauté au plafond en les trouvant ! Nous sommes allés voir hier soir au cinéma "Asphalte" de Benchetrit, librement adapté de deux nouvelles présentes dans ces chroniques. On a A-DO-RE ! On vous en reparle dans les prochains jours. De mon côté, je suis RAVIE de les avoir trouvées à 2.50€ pièce en broché (et Mr K est jaloux de ne pas les avoir trouvées avant moi mais faut pas le dire (la jalousie c'est mal... je ne sais pas si je vais les lui prêter...))

- "Spirales" et "Moka" de Tatiana de Rosnay, deux courts romans d'une auteure que j'aime beaucoup et qui a beaucoup de classe (oui je sais ça ça se voit pas dans ses pages mais dieu que c'est une belle femme !)

IMG_0012

Tesfa a l'air de bien apprécier Benchetrit elle aussi (elle a décidément fort bon goût) et donne sa bénédiction à l'entrée de ces petits nouveaux dans ma PAL. Me voilà rassurée !

N'hésitez pas à me donner votre avis sur tel ou tel titre dans les commentaires si vous les avez lu. Pour l'heure, j'ai envie de tous les lire en même temps mais comme ça me parait difficile, cela me permettra de choisir par lequel commencer !


vendredi 9 octobre 2015

France, terre d'accueil...

2184983043

Dessin de Lasserpe tiré de son blog

Posté par Mr K à 17:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 8 octobre 2015

"Les Lumières de Central Park" de Tom Barbash

9782226319357g

L’histoire: Si Raymond Carver avait vécu à Manhattan, il aurait indéniablement pu être l’auteur de ces nouvelles, qui explorent la façon dont les relations entre les êtres naissent et se brisent. Tels cette femme récemment séparée qui s’immisce dans la vie sentimentale de son fils ou ce jeune homme qui s’inquiète de voir son père, veuf depuis peu, devenir la coqueluche de ces dames.

La critique de Mr K: Encore une bonne pioche pour moi avec ce nouveau recueil de nouvelles US paru récemment dans l’excellente collection Terres d’Amérique chez Albin Michel, après les très bons Volt et Le Paradis des animaux. Nouveau venu sur la scène littéraire américaine, Tom Barbash s’attache à travers les 13 courts récits qui composent Les Lumières de Central Park à saisir des situations du quotidien de personnages qui ont tout pour être heureux mais que la vie et les circonstances rattrapent. Cela donne un mélange détonant de douceur, d’amertume, de moments plus drôles et de vraies tragédies. Suivez le guide!

Il est beaucoup question dans ces textes de la notion de rupture et de changement, élément inhérent à toute existence humaine. On croise des couples divorcés qui tentent de rebâtir un foyer parfois même une vie, des enfants déchirés par le passé qui tentent de survivre (magnifique nouvelle Janvier, ma préférée), des êtres qui cherchent ou se cachent selon leur caractère et leur milieu. Cela donne une valse des sentiments et des comportements qui balaie large, chacun pouvant se retrouver dans les réactions observées à la loupe par un auteur au plus proche de ses personnages. Cellule familiale, relations professionnelles, rencontres impromptues sont sources de choix et de déviations dans une existence.

Comme dit plus haut, les personnages ne sont pas à plaindre dans l’absolu en terme matériel. Ils ont chacun un toit, de quoi se nourrir et un travail pour subvenir à leurs besoins. Par contre les bobos de l'âme sont nombreux, les blessures profondes et pour certaines inguérissables. Il flotte comme un parfum de spleen sur ses pages qui malgré quelques saillies plutôt humoristiques ne respirent par forcément le bonheur pour jouer dans l’euphémisme. C’est ce qui rend ce livre si attachant car très humain dans sa manière de montrer nos fêlures intimes et nos destinées parfois brisées. La souffrance c’est très rassurant, ça n’arrive qu’aux vivants disait Renaud. On en a ici un très bel exemple avec une galerie de personnages plus faillibles les uns que les autres mais auxquels on se raccroche comme à une ligne de vie pour poursuivre notre route de lecteur sur des sommets parfois très hauts et quasi initiatiques.

On se prend à se mettre à leur place, à réfléchir sur le tenant et les aboutissements de certaines de nos propres décisions, sur les rapports que l’on entretient dans son travail ou même au sein de nos familles. Étrange sensation vraiment, plutôt rare de part son aspect frontal et naturel. Les liens se font naturellement dans l’esprit conquis du lecteur qui n’a de cesse de poursuivre sa lecture pour voyager encore plus loin dans ces instantanés de vie décortiqués, si éloignés et si proches à la fois. Il y a aussi un côté montagnes russes car on passe vraiment par tout un panel d’émotions contradictoires de la simple gène à la détestation parfois féroce ou de la détente au grand bonheur espéré. On se fait doucement bousculer, puis parfois chavirer par des histoires simples en apparence mais à la symbolique parfois très forte et marquante.

Le lecteur est grandement aidé par l’écriture simple et subtile de Tom Barbash. Très accessible mais cependant très évocatrice (notamment en ce qui concerne la psyché et les réactions des personnages) grâce aux thématiques universelles abordées. On passe un très bon moment à côtoyer ces âmes égarées en recherche de sens et de réponses. Le temps passe à une rapidité folle, les mots, les phrases, les histoires défilent jusqu’à l’irrémédiable dernière page qui nous laisse une satisfaction à la saveur particulière, de celle qui perdurent longtemps après de grandes et belles lectures qui nous construisent et nous enrichissent.

mercredi 7 octobre 2015

"Vers l'autre rive" de Kiyoshi Kurosawa

Vers l'autre rive afficheL'histoire : Au cœur du Japon, Yusuke convie sa compagne Mizuki à un périple à travers les villages et les rizières. A la rencontre de ceux qu'il a croisés sur sa route depuis ces trois dernières années, depuis ce moment où il s'est noyé en mer, depuis ce jour où il est mort. Pourquoi être revenu ?

La critique Nelfesque : Les films asiatiques, c'est clairement LE truc de Mr K. Je l'ai suivi ici par curiosité et parce que "Vers l'autre rive" s'est vu décerner le Prix de la mise en scène Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes. Depuis qu'il lit de la littérature japonaise entre autres, il aime l'ambiance qui se dégage des oeuvres nippones en général. Je le laisserai développer cela dans sa critique qui suit. C'est moins mon truc mais à l'occasion je veux bien me laisser tenter. Ensemble par contre, nous partageons la fascination pour les films de genre, et les productions asiatiques en particulier, pour la nourriture asiatique et les voyages sur ce beau continent.

Mais revenons-en au film... "Vers l'autre rive" est un film contemplatif avec tout ce que cela comporte comme qualités et comme défauts. De magnifiques plans emplis de poésie (la scène des fleurs découpées sur le mur de la chambre est vraiment superbe) et des silences lourds de sens (la scène de la jeune fille au piano) mais aussi des longueurs, des longueurs, des longueurs et des longueurs... En sortant de la salle, j'ai caustiquement signifié à Mr K qu'à ma prochaine insomnie je me materai un film japonais, ça sera plus efficace que Chasse et Pêche... Désolée pour les amoureux du genre mais j'ai baillé à m'en décrocher la mâchoire. D'un peu plus et je me serai endormie. Plus sopo, tu fais pas !

Cela aurait été dommage toutefois car l'histoire en elle-même est très belle. Mizuki est veuve depuis 3 ans et n'arrive pas à faire son deuil. Un soir, alors qu'elle prépare des mochis (quand je vous disais qu'on adorait la nourriture asiatique...), Yusuke fait son apparition dans la cuisine et lui propose de le suivre pour faire un étrange voyage. Ils vont alors sillonner le Japon et se rendre auprès de personnes que Yusuke a fréquenté durant ces 3 dernières années d'errance. Des vivants, des morts, des personnes en souffrance... J'ai particulièrement aimé l'histoire de ce vieux distributeur de journaux indépendant et la façon dont Kurosawa l'a porté à l'écran. Rien que pour cette partie du film, je suis tout de même contente de m'être déplacée en salle. C'est très beau, c'est touchant, c'est introspectif, c'est poétique, c'est japonais.

vers l'autre rive

Mais les réactions et façons d'appréhender les choses des nippons est tellement loin de nos codes occidentaux que j'ai personnellement beaucoup de mal à m'identifier aux personnages, à être profondément émue et finalement à être touchée. Je contemple alors le film, passivement, j'observe plus que je ne vois... C'est une sensation étrange. Je voudrais me téléporter dans l'écran et secouer les personnages, leur dire de crier, de pleurer, de s'exprimer, de sauter en l'air, de dire "merde" et d'arrêter de regarder le sol timidement quand on leur fait des compliments !

Pour conclure, avant de laisser la place à Mr K qui a été plus enjoué que moi, j'ai passé un moment agréable avec "Vers l'autre rive". Sans plus. Une petite parenthèse dont j'aurais pu me passer mais qui ne m'a pas totalement déplue. Un petit flottement donc... Et une irrépressible envie de manger asiat' en sortant !

vers l'autre rive 1

La critique de Mr K : 4,5/6. Prix de la mise en scène de la sélection Un certain regard de l'édition 2015 du festival de Cannes, j'attendais avec impatience depuis quelques mois la sortie de ce métrage. Je suis de manière général fasciné par cette terre de contraste que se révèle être le Japon. J'aime beaucoup la littérature nippone et le cinéma venant de cet archipel avec une préférence pour les films de genre - je ne me suis toujours pas remis du choc de The Ring, bientôt la critique littéraire d'ailleurs sur ce blog ayant lu l’œuvre originel il y a peu - mais aussi les drames intimistes comme Still the water, mon gros coup de cœur de l'année dernière. J'avais raté en son temps le film Real du même réalisateur qu'il faut d'ailleurs que je regarde dans les semaines à venir. Qu'en est-il de cette histoire étrange de revenant?

vers l'autre rive 2

Une professeur particulier de piano vit seule dans la mégalopole japonaise. Sa vie est bien réglée et monotone depuis la disparition de son mari. Un jour, il n'est jamais revenu d'un séjour en mer et elle doit vivre avec ses souvenirs. Cependant, un soir il est là et bien là! Il lui annonce tout de go qu'il est mort et qu'il vient prendre de ses nouvelles. Très vite, il va l'entraîner dans un voyage quasi initiatique à la rencontre de personnes qu'il a autrefois connu et qui l'ont aidé. Il veut leur rendre la pareille et compte sur sa douce épouse pour réussir cette entreprise. Commence alors un parcours initiatique et hypnotique, métaphore du temps qui passe, des sentiments qui perdurent et de la nécessité de faire son deuil.

Passez votre chemin si la lenteur au cinéma vous rebute. Clairement, le rythme est langoureux de chez langoureux avec une action limitée, des personnages très calmes, à la limite de la neurasthénie dirait Nelfe. On avance lentement, très lentement et il ne se passe pas grand-chose avouons-le. L'intérêt porte surtout sur les personnages et notamment leur part d'ombre. Le personnage du mort est ainsi très complexe et le voile se lève sur une personnalité torturée de son vivant. D'ailleurs sa femme en découvre autant que nous sur son mari qu'elle croyait pourtant bien connaître et qu'elle continue d'aimer par dessus tout. Le couple crève l'écran je trouve grâce au charisme terrible qui se dégage des deux acteurs qui irradient la toile de leur présence. Le non-dit est ici très explicite et mène le récit!

vers l'autre rive 3

Étrange balade vraiment que ce film entre paysages urbains grisonnants, villes moyennes de la banlieue et campagne profonde. De manière générale, les paysages ne sont pas vraiment beaux mais certains plans et passages sont tout bonnement magnifiques. J'ai particulièrement apprécié le passages chez le vieil homme, un distributeur indépendant de journaux qui découpe des fleurs dans les publicités pour en couvrir les murs de sa chambre ou encore le passage au piano dans le restaurant. On a alors le cœur au bord des lèvres, le temps suspend son vol et on touche au sublime, surtout que la réalisation est tout bonnement parfaite.

Pour autant, je ne crierai pas au génie pour la simple et bonne raison que je pensais vraiment ressortir lessivé et touché en plein cœur par ce film. Bien que poignant par moment, j'ai trouvé qu'il ratait un peu sa cible, la faute sans doute à des zones d'ombres dans la caractérisation des personnages (notamment l'héroïne) qui empêche l'empathie d'envahir totalement le spectateur. Reste cependant une expérience nippone fort plaisante et qui plaira à tous les amateurs du genre.

mardi 6 octobre 2015

"Moi et le Diable" de Nick Tosches

001

L'histoire: Pour tromper son angoisse du temps qui passe et de la dégénérescence physique, Nick, un écrivain new-yorkais, passe son temps à séduire des femmes qui se laissent facilement impressionner par sa culture et son hédonisme. Une nuit, il fait avec une certaine Mélissa une expérience inédite, à la fois sexuelle et spirituelle. Goûtant pour la première fois au sang humain, il se sent revivre.

La critique de Mr K: Outre-Atlantique, Nick Tosches est considéré comme un "auteur culte" mélangeant habilement souffre et littérature. Biographe de Jerry Lee Lewis notamment, journaliste rock que l'on pourrait rapprocher de Philippe Manœuvre chez nous, poète et romancier, il a plus d'une corde à son arc. Moins connu en Europe (j'avoue que je ne le connaissais pas avant cette lecture) sauf dans les milieux branchés rock et littérature bien barrée, son dernier roman Moi et le Diable vient tout juste de sortir aux éditions Albin Michel. La quatrième de couverture étant diablement (sic) séduisante, je m'empressais d'en entamer la lecture…

Nick est vieillissant et comme pour beaucoup il considère que la vieillesse est un naufrage. Son corps le lâche, ses démons le rattrapent régulièrement en matière d'alcool et sa carrière littéraire est derrière lui, l'auteur ayant perdu le goût d'écrire. Il traîne sa mélancolie et sa hargne dans des rades obscurs auprès de barmen compatissants et de belles inconnues car il fuit l'idée du passé qu'il considère être un sale endroit. Grâce à sa verve et son sens de la répartie, il multiplie les conquêtes d'un soir, relations sans lendemain qui le temps d'une parade de séduction, d'un RDV, d'une coucherie lui font oublier sa condition. À la suite d'une énième aventure, l'écrivain va pousser la passion au maximum, goûter au sang et atteindre des sommets insoupçonnés de l'extase spirituelle et sexuelle. C'est le début d'une longue fuite en avant entre folie et désir.

Impossible de ne pas penser à l'auteur lui-même quand on suit les péripéties de cet écrivain en souffrance. Même prénom, même tranche d'âge et une vie bien rock and roll (et un gros gros indice au 3/4 du livre!). Étrange mélange et alchimie, entre réalité et fantasmes d'un auteur qui semble hanté par la vieillesse. Page après page, le héros semble poursuivre le rêve fou de l'immortalité qu'il pense toucher du doigt (et de la langue!) en buvant le sang de ses victimes consentantes. Cela donne lieu à des scènes pornographiques d'une grande qualité littéraire mais qui risquent de choquer les plus pudibonds d'entre vous. Descriptions anatomiques et sensitives se succèdent sans détour, sortes de sabbats des temps modernes où corps et esprits se plient face à la volonté du vieillard qui ne veut pas mourir et qui existe par le sexe et l'eucharistie païenne que représente la consommation du sang des jeunes filles. Dans un premier temps, cela semble fonctionner, sa vue s'améliore et il retrouve des capacités physiques qu'il croyait avoir définitivement perdues.

Mais comme dans tout pacte faustien, il y a un revers de la médaille. Que cache réellement ce rajeunissement? Quel avenir pour lui et Mélissa, la mystérieuse jeune femme qui l'accompagne sur ce chemin obscur? Vit-il vraiment tel un vampire des temps modernes, son imagination ne mène-t-elle pas notre héros en bateau? Autant de questions qui se bousculent dans l'esprit du lecteur à la fois fasciné et un peu désemparé face à un livre repoussoir par moment (la chair est triste au bout d'un moment devant tant de déballage) et jouissif dans sa manière d'aborder les obsessions d'un homme en fin de vie. Ainsi, j'ai trouvé le thème de l'alcoolisme traité avec brio par l'auteur entre finesse, pulsions de mort et réalisme clinique refroidissant (la scène à l’hôpital restera longtemps gravée dans ma mémoire). Très réussies aussi sont les scènes d’interaction entre Nick et les femmes qu'ils rencontrent, âmes perdues s'entrechoquant, s'attachant ou se libérant l'une de l'autre de manière fracassante. Au delà du sexe, la psychologie est poussée dans ses retranchements au travers de portraits au vitriol de personnes blessées par la vie et qui tentent de survivre malgré tout. C'est le rock and roll baby!

C'est l'occasion aussi pour l'auteur de nous convier à des discussions à bâtons rompus sur le sens de la vie avec un certain Keith (que les amateurs de rock remettrons très vite!), de régler ses comptes avec les grandes enseignes dites culturelles mais aussi avec l'émergence des livres électroniques (ça c'est pour le côté "vieux con" du personnage principal) à mettre en rapport avec le regard que porte l'auteur sur le monde qui évolue autour de lui et surtout sans lui. Il ressort de ce livre un grand désenchantement ainsi qu'une ineffable rage de vivre qui transpire des pages sentant la sueur et le foutre (oups le mot est lâché!).

Je dois avouer que la lecture de Moi et le Diable fut tout d'abord assez difficile. Le livre est brillamment écrit pour qui aime le style bad guy doublé d'un érudit certain. Pour autant, il m'a fallu passer par quelques phases de découragement notamment face aux scènes érotiques que j'ai trouvé finalement assez ennuyeuses et des saillies culturelles parfois lourdingues. Mais en persévérant, on se rend compte que rien n'est gratuit, que tout se complète pour mener à un dernier acte vraiment splendide entre révélation cachée et mise en perspective d'une existence toute entière. On prend une belle claque et on ressort quelque peu changé de cette lecture vraiment différente, dérangeante mais qui ne peut laisser insensible. Le Diable est le prince des tentateurs, vous laisserez-vous tenter par lui à votre tour?

lundi 5 octobre 2015

"Une autre vie" de S. J. Watson

WatsonL'histoire : Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue.
Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait.
Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?

La critique Nelfesque : J'ai découvert S. J. Watson lors de la sortie en librairie de son précédent roman chez Sonatine, "Avant d'aller dormir". Ce dernier a suscité un réel engouement chez les lecteurs et sa popularité fut telle qu'il a été adapté au cinéma l'an dernier. Pour ma part, je n'avais pas été emballée par ce roman que j'ai eu la chance de lire dès sa sortie et malheureusement, l'histoire se répète ici avec "Une autre vie"...

"Mais pourquoi lire un nouveau roman d'un auteur qui ne t'a pas convaincue ?" me direz-vous. En premier lieu parce qu'on peut ne pas aimer une oeuvre dans la bibliographie d'un auteur et pour autant se laisser séduire par d'autres de ses écrits. Aussi parce que j'ai lu "Avant d'aller dormir" il y a plus de 4 ans et qu'avec le temps on peut changer, autant moi en tant que lectrice que l'auteur par son écriture. Et puis tout simplement parce que je suis adepte de la seconde chance. Après cette lecture ci, je vous le dis tout de suite, il n'y en aura pas d'autre !

L'histoire d'"Une autre vie" est intrigante. Une femme bien sous tout rapport, avec une vie satisfaisante, mariée à un homme parfait et ayant un jeune garçon bien élevé (la vie rêvée de toute femme non !? (euh... non !)) va, à la mort de sa petite soeur, s'inventer une nouvelle vie pour tenter de répondre aux nombreuses questions que sa disparition laisse en suspens. J'avoue avoir été fortement intéressée par la quatrième de couverture, au point de me lancer dans la lecture de ce roman et voir retomber mon enthousiasme comme un soufflé. Exactement le même schéma qu'avec son précédent ouvrage...

Je suis passée par tous les états pendant ma lecture. Intérêt, répulsion, curiosité, dégoût... Accordons tout de même à ce roman une bonne gestion du suspens et de la tension qui va crescendo tout le long de l'histoire. S. J. Watson dose à la perfection cette montée en puissance et sur ce point, les amateurs de thrillers psychologiques seront ravis. C'est d'ailleurs ce qui m'a tenue en haleine au fil des pages. Ça et mon désir ardent de voir crever le personnage principal dans d'atroces souffrances ! J'y reviendrai...

J'en resterai là pour les points positifs car hormis ceux ci, ma lecture a été des plus éprouvantes. C'est d'ailleurs pour cela qu'aujourd'hui j'emploie beaucoup le pronom personnel "je", chose que j'évite de faire d'ordinaire dans mes chroniques, mais ici il m'est impossible de donner un avis objectif pour un roman que j'ai eu envie maintes fois de jeter à travers la pièce tant mon aversion était grande. Et oui, rien que ça ! Je suis ressortie de cette lecture en colère.

Julia est une femme "banale". Elle a des amis, des projets, un passé lourd à porter parfois, des ambitions, des peurs et des doutes. C'est un peu vous et moi, lectrices. Et puis, du jour au lendemain, elle va se retrouver sur des sites de rencontre. En premier lieu pour éclaircir les zones d'ombre concernant le décès de sa soeur puis peu à peu pour son propre plaisir. Et c'est là, à cet instant précis, que j'ai commencé à me demander si je lisais un ouvrage qui me convenait, si on n'entrait pas ici dans du voyeurisme pur, si l'auteur ne surfait pas sur une mode et un type de littérature que je n'aime pas du tout. La littérature dite "féminine" qui émoustille les ménagères de moins de 50 ans et remporte depuis "50 nuances de Grey" un franc succès.

Je ne peux pas m'empêcher de me demander ce qu'aurait donner "Une autre vie" si celui ci avait été écrit par une femme. On sent clairement ici une vision masculine des fantasmes féminins et, comme pour "La Forêt des Mânes" de Grangé dans un autre style, j'ai commencé à ressentir une aversion pour le personnage principal. Ce personnage principal féminin écrit par un homme. Un personnage plein de clichés qui dégoulinent par tous les pores et font de Julia une femme facile, indécise et faible. Le genre de nana qui ne sait pas choisir par elle-même, qui ne vit qu'à travers les yeux d'un homme, qui malgré les feux rouges fluos clignotants sur toutes les pages et les gros sens interdits au néon, va dans une direction qui ne lui convient pas. Le profil parfait de la petite femme battue qui en redemande. La victime que l'on flaire à 12 kilomètres. Gerbant ! Et le choix narratif de l'auteur fonctionne à plein tube puisque peu à peu on ressent du dégoût pour cette femme, on la voit être de plus en plus malheureuse et de façon perverse on souhaite qu'elle s'enfonce encore plus, qu'elle souffre, qu'elle paye pour ses erreurs et qu'elle ne s'en sorte pas. Au point où on en est, autant qu'elle se détruise... Et à la dernière page, à la dernière phrase, on se délecte d'une fin des plus jouissives ! Qui est alors à blâmer, l'auteur ou le lecteur ?

Et en parlant de jouir, que dire des centaines de pages consacrées aux prouesses sexuelles de Julia et à ses fantasmes qui se retourneront contre elle ? Quel est l'intérêt si ce n'est tenter d'exciter son lectorat (et peut être y arriver avec certains lecteurs) ? A mon sens, le parti-pris est ici putassier, vulgaire et racoleur. Perso, je ne suis pas émoustillée à la lecture d'une bite qui durcit le long de la jambe de l'héroïne, d'une Julia qui se fait prendre de force dans les toilettes publiques, de mises en scène de viols collectifs ou de baises à tous les étages. "Holala Nelfe, tu es grossière !" Non, je ne fais que reprendre les mots employés dans ce roman (coucou les pervers que Google feront atterrir sur notre blog avec ces mots clés).

Le premier et le dernier tiers d'"Une autre vie" sont vraiment de bonne qualité. Le premier parce qu'il met en place une histoire trouble et suscite l'intérêt du lecteur, le dernier parce qu'il met un point final à toute une machination diabolique et prend un tournant saisissant. Mais quelle souffrance en ce qui me concerne pour en arriver jusque là ! Chacun décidera si ce roman correspond à ses attentes ou non. Vous l'aurez compris, pour ma part, malgré des points positifs indéniables, l'aversion viscérale que j'ai ressentie lors de cette lecture m'obligera à passer mon tour lors des prochaines sorties en librairie de cet auteur. Contrairement à Julia, je fais des choix et je m'y tiens.