lundi 28 janvier 2008

Faisons taire les idées reçues!

P1280001Quel beau week end que celui de fin janvier! Grand soleil et températures printanières. Au programme: balades sur le littoral (et oui, c'est ça d'habiter au bord de la mer...) et BARBECUE!

Alors? Qui a dit qu'en Bretagne il ne fait que pleuvoir?

Vous croyez ptet qu'on s'amuse à faire des grillades en col roulé sous le crachin!? ;)

Posté par Nelfe à 17:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

dimanche 27 janvier 2008

Une énième adaptation de Stephen King...

1408_afficheL'histoire: Bien qu'il soit un auteur réputé de romans d'épouvante, Mike Enslin n'a jamais cru aux fantômes et aux esprits. Pour lui, la vie après la mort n'est que pure invention, et il a passé suffisamment de temps dans des maisons hantées et des cimetières pour le vérifier...

En travaillant sur son dernier ouvrage, il découvre l'existence d'une chambre, la 1408 du Dolphin Hotel, où se sont produites de nombreuses morts inexpliquées et souvent violentes. malgré les mises en garde du directeur de l'hôtel, Enslin décide d'y passer une nuit.

Face à ce qu'il va vivre, son scepticisme va voler en éclats. Pour lui, la question n'est plus de savoir si le paranormal existe, mais d'espérer survivre à la nuit de tous les cauchemars...

La critique Nelfesque: "Chambre 1408" est une adaptation de la nouvelle "1408" de Stephen King, dans le recueil "Tout est fatal". Une énième adaptation... On compte parmi elles de vrais bijoux comme "Shining", "La ligne verte", "Les évadés"... et d'autres sur lesquelles je suis plus nuancée. C'est le cas de "Chambre 1408". Classé dans la catégorie des films d'épouvante et d'horreur, il aurait été plus judicieux de le mettre dans celle du suspens. Tout est basé sur la tension du spectateur: mouvements de caméra et montée en puissance du "oulala, je sens qu'il va se passer quelque chose là!!!". Alors oui, on sursaute de temps en temps, mais ce n'est pas suffisant pour faire peur!

chambre

Dès le début du film, on rentre dans le vif du sujet, pas le temps de s'attacher au personnage principal interprété par John Cusack, pas de détails sur sa vie ou sa personnalité, pas de faille à l'horizon. Arf, dommage... Ce film passe par tout les clichés du genre: esprits, voies sans issues ("mais merde, yavait pourtant une issue normalement là!!!"), sang coulant des murs, début de démence pour Jonh Cusack... A la moitié du film, c'est l'escalade, vlà ty pas qu'il y a une tempête dans la chambre maintenant!!!! Et là, on s'ennuie ferme... Quant à la fin?... Décevante...

En somme, "Chambre 1408" est regardable... à la télé, avec une part de pizza et son chat sur les genoux. A la limite, allez le voir au ciné si vous avez une carte UGC et qu'il n'y a rien d'autre à faire/voir.

chambre1408

La critique de Mr K: 2/6, déçu déçu déçu... Je n'ai pas eu peur une seule seconde (sauf quand Nelfe sursautait à côté de moi). Ce film a tout à fait sa place pour une soirée pépère à la maison mais de là à aller le voir dans une salle obscure... Des clichés comme s'il en pleuvait, du coup peu ou pas d'effets de surprise et un ennui qui s'installe au fur et à mesure que l'intrigue progresse.

Le début plante le décor de manière classique mais efficace, le héros désagréable au possible garde son mystère et nous suivons ses pérégrinations avec curiosité. Puis, au fil du déroulement scénaristique, la sensation de "déjà-vu" apparaît pour le plus grand déplaisir du fan de film de genre que je suis. Des comparaisons et des références s'imposent et décrédibilisent tous les efforts du réalisateur et de l'acteur principal. Des plans de caméra intéressants apparaissent de ci de là mais ne peuvent masquer le manque d'originalité du scénario. En même temps, c'est du King et il est mort "littérairement" depuis bien longtemps (préférez sa première période avec les deux recueils cultes que sont "Danse macabre" et "Brume paranoia"). Comble de la ringardise, le film nous impose une morale bien cucul propre à l'acculturation bien baptiste que nous subissons depuis pas mal de temps de la part des productions des grands studios américains. Au milieu de tout ça, l'acteur principal se débat comme il peut avec un rôle caricatural au possible. Dommage, on l'a connu bien plus en forme comme dans le film "Identity".

Passez votre chemin si c'est la recherche de frisson qui vous mène en salle. Préférez un bon DVD: "Shining" de Kubrick (librement adapté du King), "The Ring" d'Hidéo Nakata (l'original, pas le remake américain tout pourri), "La maison du diable" de Robert Wise (chef d'oeuvre antique quasi introuvable)... Espérons que le futur nous offrira des films VRAIMENT effrayants et non de vulgaires produits de consommation: vite vus, vite oubliés!

Posté par Nelfe à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 janvier 2008

Jeu de rôle intensif

tesfa_jdr

Cette nuit, le chat a participé activement à sa première séance de Warhammer. Couchée à 5 heure du mat, toujours pas réveillée à l'heure qu'il est... C'est sur qu'affronter des gobelins et autres orques n'est pas de tout repos!

Posté par Mr K à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 janvier 2008

Payer pour offrir son corps...

morgueComme tout le monde, Jean-Claude avait entendu parler de la "grande misère" de l'université française, mais il n'en soupçonnait pas l'ampleur. Cet habitant de Rochechouart, en Haute-Vienne, s'adresse, début décembre, au laboratoire d'anatomie de la faculté de médecine de Limoges. La perspective de devenir un sujet d'études pour les carabins locaux ne le gênant pas, il propose de léguer, après sa mort, son corps à la science.

Le 7 décembre, il reçoit une aimable lettre de faculté de médecine le remerciant pour "ce très beau geste de solidarité humaine". En revanche, le formulaire joint le laisse un peu rêveur: "Pour prendre en charge les frais de gestion du corps, qui se montent à 610€", l'université lui conseille de souscrire une assurance-épargne funéraire "qui permet un versement unique et définitif".

"Cette situation est désolante, reconnaît le professeur Denis Valleix, président du laboratoire d'anatomie, mais nos charges ne sont pas couvertes par nos crédits de fonctionnement, et nous avons des frais de transport et de crémation du cadavre, après utilisation, que nous ne pouvons pas assumer autrement".

En clair, l'expression "léguer son corps à la science" est totalement obsolète...

Tiré du "Canard enchaîné" n°4552, daté du 23/01/08

Posté par Nelfe à 20:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 24 janvier 2008

Journée de mobilisation pour les Lycées Professionnels

Ce matin, Nelfe et moi-même, nous sommes rendus à Lorient pour participer à la journée de manifestation des agents de la fonction publique. Nous y retrouvons un ensemble hétéroclite allant des infirmières et médecins aux agents du Trésor Public, en passant par les salariés de l'Arsenal de Lorient. Au plus fort du défilé, on dénombrait pas moins de 3000 personnes venues conspuer une politique de rigueur en adéquation avec les intérêts économiques d'une minorité mais en totale contradiction avec les besoins de la population notamment dans les domaines de la santé et de l'éducation. Travaillant moi-même pour l'Éducation Nationale, je m'attacherai ici à parler des revendications des Lycées Professionnels.

manif_lyc_e

Bac pro 3ans: une attaque massive contre les élèves et les enseignants.

En septembre, le Ministre de l'Éducation Nationale, Xavier Darcos, a décidé sans concertation de généraliser les Bac pro 3 ans à partir de septembre 2008. Les élèves s'orientant dans la voie professionnelle après la 3ème ne feront plus 2 ans de BEP suivis de 2 ans de Bac pro, mais intégreront directement le Bac pro 3 ans. Cette décision apparaît comme aberrante parce que:

- les élèves auront 25% de temps en moins pour soit-disant arriver au même niveau...

- les programmes ne sont pas définis (précipation et bricolage chacun dans son coin...)

- le diplôme BEP disparaît alors qu'il était reconnu dans certains métiers...

Face à cette attaque, partout en France, les enseignants des lycées professionnels publics et privés ont exprimé leur colère lors de journées de grèves, avec des taux de grévistes historiques. Les lycéens des établissements concernés se sont mobilisés massivement. Le Ministre a du reculer la généralisation des Bac pro 3 ans à la rentrée de septembre 2009...

Malgré cela, Mr Carpentier, le Recteur de l'académie de Rennes persiste à vouloir imposer les Bac pro 3 ans dès la rentrée 2008 dans la plupart des filières. La mobilisation continue donc, à tel point que certains établissements ont fermé en cours de semaine pour ne rouvrir que la semaine suivante (Duguesclin d'Auray, Guéhenno de Vannes...).

Heures supplémentaires: comment réduire les postes... coûte que coûte!

L'ensemble des collèges, Lycées généraux, techniques et professionnels voient le nombre de postes diminuer considérablement l'année prochaine (plus de 10 postes au Lycée Colbert de Lorient, 13 à Dupuy de Lôme toujours à Lorient, 16 à Lesage de Vannes, 4 au LP de Guéhenno...). Ces suppressions ne correspondent à aucune baisse des effectifs élèves. Au contraire, la logique est au bourrage des classes et à la fin des heures en groupe réduit (baisse des heures dédoublées, suppression d'option...).

Parallèlement, le rectorat veut remplacer des postes par des heures supplémenataires. Le but recherché n'est pas la réussite éducative de la jeunesse, mais bien une réduction des fonctionnaires... notre Ministre devant voir ses effectifs baisser de 11200 postes l'année prochaine, 85000 d'ici 4 ans.

Ne laissons pas faire la casse de l'éducation et de la formation professionnelle! Les diplômes et l'avenir de nos enfants valent plus que leurs économies!

manif_ensemble

Remerciements à Nelfe pour ses photos. La majeure partie de ce post est tirée d'un tract intersyndical regroupant la CGT Éduc'Action, FO des Lycées et Collèges, SUD Éducation et SNUEP-fsu.

Posté par Mr K à 15:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

mercredi 23 janvier 2008

"Hadès Palace" de Francis Berthelot

hadesMaxime Algeiba est un jeune artiste prometteur, à la fois mime et cortosionniste. La consécration arrive lorsqu'il est invité à se produire à l'Hadès Palace. Cette vaste demeure, fondée par le maître des lieux, Bran Hadès, héberge la crème des artistes internationaux, et les grands de ce monde se pressent pour venir les applaudir. Maxime n'hésite pas une seule seconde. Mais une fois logé dans l'antique demeure, il commence à se poser des questions: A quoi peuvent bien servir les vigiles armés qui errent dans les couloirs? D'où vient cette voix qui lui donne des ordres? Quels sombres secrets cèle cette prison dorée?

La construction du livre rappelle celle de Dante dans la Divine Comédie puisqu'on y rencontre trois lieux différents qui ressemblent fortement au Paradis, au Purgatoire et à l'Enfer. Les points de comparaison sont nombreux et je vous laisse le plaisir de la découverte.Nous suivons donc la descente en enfer de Maxime. Le héros en lui même est une énigme qui se démèle au fur et à mesure du récit. Il se révèle très atypique des poncifs habituels au genre (la Science Fiction) et vous surprendra plus d'une fois. L'auteur soigne aussi les personnages secondaires et nous livre une série de portraits à la fois déroutante et fascinante. La langue est ciselée, simple et efficace. Berthelot se livre aussi à une fantaisie narrative fort ingénieuse lors de l'avant dernier chapitre. Je recommande "chaudement" la lecture de ce livre qui fait partie d'une série de 5:

-L'ombre d'un soldat (éd. Denoël 1994)

-Le jongleur interrompu (éd. Denoël 1996)

-Mélusath (éd. Denoël 1999)

-Le jeu du cormoran (éd. Denoël 2001)

-Nuit de colère (éd. Flammarion 2003)

 

Bonne lecture!

Posté par Mr K à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 janvier 2008

La Bretagne, c'est aussi ça...

La Bretagne, ça vous gagne, mais son abus peut aussi être dangereux pour la santé! La preuve, en image avec ce 1er single des Enfants du phare:

Y a plus qu'à aller se suicider au chouchen...

Posté par Nelfe à 17:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2008

"La Mécanique du coeur" de Mathias Malzieu

la mecanique du coeur

L'histoire : Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son coeur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le coeur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle: pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le coeur de fortune de notre héros à rude épreuve: prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté.Tel est le synopsis inscrit en quatrième de couverture de ce merveilleux livre.

La critique de Mr K : Force est de constater que le chanteur de Dionysos se révèle être un grand écrivain. Son écriture ne ressemble à aucune autre. Adepte des métaphores filées et autres images littéraires, le lecteur se sent constamment balloté entre réalité et rêve. Le personnage évolue-t-il dans un monde réel / tangible ou bien alors dans un univers chimèrique? On se sent tantôt emporté dans une quête quasi mystique (l'Amour avec un grand A), tantôt enchaîné dans notre condition d'être humain. Ce catharsis bien étrange, nous avions déjà pu  l'expérimenter pendant la lecture de "La Triste Fin du petit Enfant Huître et autres histoires" (The Melancholy Death of Oyster Boy and Other Stories) de Tim Burton. Le parallèle se fait immédiatement dans la tête du lecteur tant au niveau des thèmes abordés (un héros "imparfait" qui doit affronter le monde pour vivre sa vie) que de l'univers qui mélange le classicisme propre au XIXème siècle cher à Burton et des éclairs de fantasy. Bien que court (178 pages), ce recueil est un condensé d'émotions et de réactions humaines. En cela, elles sont perfectibles voir parfois autodestructrices. D'où à la fin du livre, la joie d'avoir pu suivre les pérégrinations de notre Jack et une légère amertume en bouche.

La Mécanique du coeur, Mathias Malzieu, Flammarion, 2007

Posté par Mr K à 20:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 19 janvier 2008

What a wonderful world...

Posté par Nelfe à 18:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 18 janvier 2008

Money, money, money...

pi_ces_d_or

"Le plus riche des hommes, c'est l'économe, le plus pauvre,

c'est l'avare."

Chamfort, Extrait de Maximes et pensées

"L'argent est semblable à un sixième sens sans lequel vous

ne pouvez pas faire un usage complet des cinq autres."

Somerset Maugham, Servitude humaine.

Posté par Mr K à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]