jeudi 13 décembre 2007

Casse programmée de l'enseignement professionnel

cgtDans sa note aux recteurs d'académies datée du 29 octobre, le ministre Darcos ordonne la généralisation du Bac pro 3 ans à l'horizon 2010. Cela signifie qu'au moins 50% des élèves pour le tertiaire, 45% pour la filière bois, 30% pour l'électrotechnique et l'hôtellerie... des effectifs qui auraient dû entrer en formation BEP à la rentrée 2008 intégreraient une 1ère année bac pro 3 ans.

Sur la forme, cette tentative de passage en force, est un scandale, vu l'absence totale de concertation avec les organisations représentatives des personnels, des parents d'élèves ainsi qu'avec les régions qui financent pourtant en grande partie la formation professionnelle.

Sur le fond, cette généralisation témoigne d'une non prise en compte des élèves de LP (Lycée Professionnel) qui, souvent, sont en échec scolaire, et nécessitent plus de temps pour reprendre confiance, se réinsérer dans le système éducatif et construire un projet. Ainsi, la généralisation a été mise en cause dans le rapport de l'inspecteur général de l'Éducation national Prat qui stipule que "...le cycle de 3 ans... ne répond que partiellement et de manière trop rigide... qu'à une faible partie des publics"... La propagande ministérielle de réussite équivalente, voire meilleure, des élèves de bac pro 3 ans comparés aux élèves des bac pro classiques oublie de préciser que ces expérimentations concernent le plus souvent des élèves sélectionnés en fonction de leurs capacités pour effectuer un parcours en 3 ans...

Ce qui nous attend

- La dégradation des niveaux de bac pro du fait de l'amputation considérable du temps de formation (3 ans pour préparer le bac pro au lieu de 4, 402 heures au lieu de 504 en lettres-histoire, 174 au lieu de 242 pour les langues vivantes... et encore moins pour l'enseignement professionnel), d'où la baisse de l'insertion professionnelle (73% pour les jeunes titulaires contre 66% pour les autres bacheliers -étude INSEE 2001), donc la dégradation des bac pro... Sans parler de la volonté de réduire les 69 bacs pro existants... à une vingtaine plus généralistes, et donc obligeant les élèves à passer des certifications payantes en plus!

- La précarisation encore plus forte du lycée technique (la concurrence d'un bac pro 3 ans va encore plus affaiblir ces établissements souvent en difficulté de recrutement... vers une extinction programmée du lycée technique... qui expliquerait le gel de certains référentiels en préparation...)

- La dégradation des BTS du fait de la baisse des horaires d'enseignement en lycée...

- La perte massive de postes de titulaires (au moins 25% des postes dans les sections qui avaient des BEP puis des bac pro; sans parler des modules, aide individualisée etc.. qui seront désormais comptabilisés en heures sup!). Tout ceci dans la droite lignée de remplacer au fur et à mesure les titulaires par des vacataires pris sous contrat pour un nombre déterminé d'heures (ça coûte moins chers et c'est facile de les virer et tant pis pour la continuité des enseignements et l'intérêt des élèves!)

Posté par Mr K à 16:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

6 ans...

Posté par Nelfe à 00:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 12 décembre 2007

Le bordel organisé

einstein«La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !»

Albert Einstein

Posté par Mr K à 19:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 10 décembre 2007

An Pierlé au Sceaux What, Sceaux, 08/12/07

J'ai dans mon entourage amicale quelques personnes complètement raides dingues de cette chanteuse belge, me tanant limite jour et nuit pour que j'aille au moins une fois avec eux la voir sur scène (Stef, si tu nous regardes...). Ce soir c'est l'occasion! Sur Paris pour quelques jours et invitée au concert d'An Pierlé par 2 potes, je me rends avec eux à Sceaux.

Ann_PIERLE_01

Certains la trouvent exceptionnelle, phénoménale, envoûtante, talentueuse, touchant au génie... D'autres sont plus contrastés... C'est mon cas.

Energique sur scène, elle communique avec le public et vit ses chansons. Les musiciens sont très pro, tout est bien carré... Oui, elle chante bien, elle a un charme fou... Mais au bout de 5 chansons, j'ai commencé à bailler. Loin d'être transcendée, j'ai trouvé le concert monotone. La structure des chansons est toujours la même. Au bout de 20 min, ça y est, je m'ennuyais! En fond musical, en prenant l'apéro entre potes, pourquoi pas...

Ce soir là, à Sceaux, elle nous a chanté:

- Look at me now

- Good year

- On Sunday 

- Mexico

- How does it feel

- Many roads

- An (solo)

- Build a better life

- Snakesong

- Need you now

- Jupiter

- Tower

- Not the end

- C’est comme ça

- Anytime you leave

- Kiss me

- Tenderness

- Such a shame

En revanche, "C'est comme ça" et "Such a shame", j'ai beaucoup aimé! Si, demain, elle sort un album de reprises, je l'achète direct parcequ'elle assure vraiment!

Et en plus, elle est gentille... De quoi s'en vouloir de ne pas adorer ce qu'elle fait...

Posté par Nelfe à 21:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 9 décembre 2007

Franck Monnet à la Java, Paris, 06/12/07

Jeudi matin, TGV n°8712 en direction de Paris Montparnasse, il est trèèèèès tôt mais ce soir j'assiste au concert de Franck à la Java.

tante_hortense

21h30, début du concert avec Tante Hortense. Que dire de ce jeune chanteur marseillais, auteur de paroles telles que: "Je crois que ma vie me dégoute un peu comme si on m'annonçait que j'allai me réincarner pour la 3ème fois en...... choucroute". "Choucroute" qu'il fait très habilement rimer avec "prout"... Ajoutez à celà une super choré à en faire pâlir Kamel Ouali et une ponceuse électrique comme instrument de musique et faites vous vous même une opinion...  Au total, 9 chansons et une soudaine envie de mourir pour Marie et moi...

 

complainte_franck

Franck_Monnet_6_d_c_07_039Mais tt celà n'était pas sans compter la participation des Acousmates, fanfare bruyante, composée d'amateurs (ça, ce n'est pas un jugement personnel mais un fait). Là dessus, pas de commentaires, mes oreilles en sont encore meurtries...

 

 

 

Ceci étant dit, venons en à la prestation de Franck Monnet. Pour le concert de ce soir, même configuration qu'il ya 2 semaines à Rennes, Franck est encore une fois seul à la guitare.

 

 

 

bandeau_franck_java

A la Java, il nous chante:

-          Quand on arrive à Malidor (c'est toujours aussi magique...)

-          Les bancs (que j'ai pas mal déplacé ce soir ;) )

-          Le livre ouvert

-          Malidor (toujours en Charente)

-          Comme les journées sont longues

-          Douce, douce vanité (dédiée à..... personne!)

-          Sur le pont d'Avignon (chanson écrite pour Claire Diterzi)

-          La langue des chats

-          Ma demeure (chanson sur l'amitié)

-          L'esclandre (chanson sur la danse)

-          La routine

-          Tu parles

-          Cesare Pavese

-          Gros coeur (qui sonne tristement à mes oreilles ces derniers temps, j'ai d'ailleur versé ma ptite larme...)

-          Pourtant (en rappel)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Franck_Monnet_6_d_c_07_063

Encore une fois, un très bon concert, de belles émotions et de beaux sourires... Merci Franck.

Merci à Marie pour les photos!


samedi 8 décembre 2007

Sagesse indienne

indien"Ceux qui sont pauvres, ignorants, mal nés et mal éduqués ne sont

pas le troupeau vulgaire. Le vulgaire est tous ceux qui sont satisfaits

de la mesquinerie et de l'humanité moyenne".

                                                            Shrî Aurobindo

Posté par Mr K à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 décembre 2007

Sagesse africaine à méditer

                  

   Diély Boukary, de Bamako, est un excellent griot1, qui sait avec art pincer les cordes de sa cora2 et en tirer une mélodie dont la mélancolique harmonie évoque l'épopée des aïeux disparus. Il sait aussi, qualité non moins précieuse pour un griot, égayer les veillées de contes et de récits plaisants. Certains y trouvent prétexte à rire, d'autres des sujets de réflexion, d'autres encore des leçons morales ou spirituelles.

Un soir, il débuta la séance par cette exclamation fraternelle: « Ô Maison mère, Ô enfants de cette maison ! » ... Puis il nous conta l’origine de la chauve-souris, au tout début du monde.

Il y a longtemps, bien longtemps, il n'existait sur notre terre que les herbes des champs, les oiseaux et un petit carnassier : le renard. Ce dernier, aussi agile qu’un épervier et plus vorace que le feu  de l'enfer, faisait un véritable carnage parmi les oiseaux. Il les croquait soir et matin, petits ou gros, jeunes ou vieux, avec tant d’appétit qu’un jour il n’en resta plus qu’un seul sur la terre. Lorsqu’il s'en rendit compte, le renard se dit à lui-même : «Tant pis ! Cet ultime individu subira le sort de ses semblables. La loi du ravitaillement de mon ventre est inexorable.»

Dès lors commença entre les deux animaux une partie acharnée et mouvementée. La chasse allait se terminer tragiquement pour l’oiselet quand celui-ci, au moment même où la griffe de son ennemi allait s’abattre sur lui, s’écria dans une inspiration subite :

« Eh ! Renard ! Je suis l’unique survivant de tous mes congénères. Dernière semence de tous les oiseaux à venir, qu’ils soient du jour ou de la nuit, du lac ou de la forêt, de la grève ou de la dune, je suis leur seul espoir. Je t’en prie, Frère Renard, au nom de la compassion, accorde-moi la vie sauve ! »

Pour une fois, le père de tous les renards oublia son propre intérêt. Il accepta d’avoir faim et de souffrir afin de laisser vivre le dernier représentant de la race qu’il avait lui-même anéantie. Mieux encore, pour se faire pardonner, il offrit à l’oiselet son amitié et lui demanda la sienne.

L'accord fut conclu. Le renard devint frugivore3. Il ne buvait plus de sang chaud, sa nature se tempéra, il devint même galant et prévenant. Chaque jour, en effet, il ne manquait pas de rendre visite à son amie renarde.

Ainsi allèrent les choses tandis que sous la surveillance du Créateur les années s’écoulaient, que la Terre se déroulait comme un tapis et qu’apparaissaient montagnes et végétation.

Enfin le temps, cet outil magique, usa la querelle qui avait opposé le renard à l’oiselet. Avec les saisons, ce dernier était d'ailleurs devenu une charmante oiselle de son espèce. Parée d'un plumage multicolore, elle était si séduisante qu’elle en vint à conquérir le cœur du renard. Et pour lui, ce fut l’amour.

Les deux anciens ennemis en vinrent au dénouement de tout amour heureux et ils accomplirent –j’en demande pardon à vos oreilles - ce que les bergers peuls4 nomment en termes polis «kiri kipp ».

De cette union hybride5 naquit un être entièrement nouveau : la chauve-souris aux ailes membraneuses, l’être volant aux dents pointues mais qui allaite son poussin. Et voilà pourquoi la chauve-souris est mammifère parmi les oiseaux, et oiseau parmi les mammifères...

Ici finit le conte ...

* 

Mais pour qui réfléchit, il apparaîtra résumé tout entier par trois mots : espoir, compassion, amour. À ces trois vertus on doit ici d’abord le salut d’une vie, ensuite la victoire remportée sur une nature sauvage, enfin l’union de deux êtres différents pour en créer un troisième.

Amadou HAMPÂTÉ BÂ, « L’origine de la chauve-souris », extrait du recueil Il n’y a pas de petite querelle, Nouveaux contes de la savane, 2002.

1 griot : en Afrique noire conteur, poète et musicien.

2 cora : instrument de musique traditionnel à cordes. 

3 frugivore : qui se nourrit de fruits.

4 peul : peuple d'Afrique occidentale.

5 hybride : composé de deux éléments de nature différente.

Posté par Mr K à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pensée du jour

images_1_

"Je trouve que la télévision à la maison est très favorable à la culture. Chaque fois que quelqu'un l'allume chez moi, je vais dans la pièce d'à côté et je lis."
Groucho Marx

Posté par Mr K à 09:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 5 décembre 2007

Décorations de Noël

DSC09512Nous avons décoré notre salon! Le chat a bien essayé de nous aider mais finalement il s'est décoré lui-même (les chats c'est vraiment des branleurs! me glisse Nelfe à l'oreille). Gageons que Tesfa n'effrayera pas le père noël le 24 au soir!

Posté par Mr K à 17:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Concours CNFTP*

Vous développerez ces deux approches pour assurer la sécurité des déplacements: séparation et mixité des usages.

Vous avez 2h... Moi, j'en ai eu 3.

* CNFTP: Centre National de la Fonction Publique Territoriale

Posté par Nelfe à 14:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]