jeudi 24 janvier 2008

Journée de mobilisation pour les Lycées Professionnels

Ce matin, Nelfe et moi-même, nous sommes rendus à Lorient pour participer à la journée de manifestation des agents de la fonction publique. Nous y retrouvons un ensemble hétéroclite allant des infirmières et médecins aux agents du Trésor Public, en passant par les salariés de l'Arsenal de Lorient. Au plus fort du défilé, on dénombrait pas moins de 3000 personnes venues conspuer une politique de rigueur en adéquation avec les intérêts économiques d'une minorité mais en totale contradiction avec les besoins de la population notamment dans les domaines de la santé et de l'éducation. Travaillant moi-même pour l'Éducation Nationale, je m'attacherai ici à parler des revendications des Lycées Professionnels.

manif_lyc_e

Bac pro 3ans: une attaque massive contre les élèves et les enseignants.

En septembre, le Ministre de l'Éducation Nationale, Xavier Darcos, a décidé sans concertation de généraliser les Bac pro 3 ans à partir de septembre 2008. Les élèves s'orientant dans la voie professionnelle après la 3ème ne feront plus 2 ans de BEP suivis de 2 ans de Bac pro, mais intégreront directement le Bac pro 3 ans. Cette décision apparaît comme aberrante parce que:

- les élèves auront 25% de temps en moins pour soit-disant arriver au même niveau...

- les programmes ne sont pas définis (précipation et bricolage chacun dans son coin...)

- le diplôme BEP disparaît alors qu'il était reconnu dans certains métiers...

Face à cette attaque, partout en France, les enseignants des lycées professionnels publics et privés ont exprimé leur colère lors de journées de grèves, avec des taux de grévistes historiques. Les lycéens des établissements concernés se sont mobilisés massivement. Le Ministre a du reculer la généralisation des Bac pro 3 ans à la rentrée de septembre 2009...

Malgré cela, Mr Carpentier, le Recteur de l'académie de Rennes persiste à vouloir imposer les Bac pro 3 ans dès la rentrée 2008 dans la plupart des filières. La mobilisation continue donc, à tel point que certains établissements ont fermé en cours de semaine pour ne rouvrir que la semaine suivante (Duguesclin d'Auray, Guéhenno de Vannes...).

Heures supplémentaires: comment réduire les postes... coûte que coûte!

L'ensemble des collèges, Lycées généraux, techniques et professionnels voient le nombre de postes diminuer considérablement l'année prochaine (plus de 10 postes au Lycée Colbert de Lorient, 13 à Dupuy de Lôme toujours à Lorient, 16 à Lesage de Vannes, 4 au LP de Guéhenno...). Ces suppressions ne correspondent à aucune baisse des effectifs élèves. Au contraire, la logique est au bourrage des classes et à la fin des heures en groupe réduit (baisse des heures dédoublées, suppression d'option...).

Parallèlement, le rectorat veut remplacer des postes par des heures supplémenataires. Le but recherché n'est pas la réussite éducative de la jeunesse, mais bien une réduction des fonctionnaires... notre Ministre devant voir ses effectifs baisser de 11200 postes l'année prochaine, 85000 d'ici 4 ans.

Ne laissons pas faire la casse de l'éducation et de la formation professionnelle! Les diplômes et l'avenir de nos enfants valent plus que leurs économies!

manif_ensemble

Remerciements à Nelfe pour ses photos. La majeure partie de ce post est tirée d'un tract intersyndical regroupant la CGT Éduc'Action, FO des Lycées et Collèges, SUD Éducation et SNUEP-fsu.

Posté par Mr K à 15:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

mercredi 23 janvier 2008

"Hadès Palace" de Francis Berthelot

hadesMaxime Algeiba est un jeune artiste prometteur, à la fois mime et cortosionniste. La consécration arrive lorsqu'il est invité à se produire à l'Hadès Palace. Cette vaste demeure, fondée par le maître des lieux, Bran Hadès, héberge la crème des artistes internationaux, et les grands de ce monde se pressent pour venir les applaudir. Maxime n'hésite pas une seule seconde. Mais une fois logé dans l'antique demeure, il commence à se poser des questions: A quoi peuvent bien servir les vigiles armés qui errent dans les couloirs? D'où vient cette voix qui lui donne des ordres? Quels sombres secrets cèle cette prison dorée?

La construction du livre rappelle celle de Dante dans la Divine Comédie puisqu'on y rencontre trois lieux différents qui ressemblent fortement au Paradis, au Purgatoire et à l'Enfer. Les points de comparaison sont nombreux et je vous laisse le plaisir de la découverte.Nous suivons donc la descente en enfer de Maxime. Le héros en lui même est une énigme qui se démèle au fur et à mesure du récit. Il se révèle très atypique des poncifs habituels au genre (la Science Fiction) et vous surprendra plus d'une fois. L'auteur soigne aussi les personnages secondaires et nous livre une série de portraits à la fois déroutante et fascinante. La langue est ciselée, simple et efficace. Berthelot se livre aussi à une fantaisie narrative fort ingénieuse lors de l'avant dernier chapitre. Je recommande "chaudement" la lecture de ce livre qui fait partie d'une série de 5:

-L'ombre d'un soldat (éd. Denoël 1994)

-Le jongleur interrompu (éd. Denoël 1996)

-Mélusath (éd. Denoël 1999)

-Le jeu du cormoran (éd. Denoël 2001)

-Nuit de colère (éd. Flammarion 2003)

 

Bonne lecture!

Posté par Mr K à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 janvier 2008

La Bretagne, c'est aussi ça...

La Bretagne, ça vous gagne, mais son abus peut aussi être dangereux pour la santé! La preuve, en image avec ce 1er single des Enfants du phare:

Y a plus qu'à aller se suicider au chouchen...

Posté par Nelfe à 17:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2008

"La Mécanique du coeur" de Mathias Malzieu

la mecanique du coeur

L'histoire : Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son coeur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le coeur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle: pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le coeur de fortune de notre héros à rude épreuve: prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté.Tel est le synopsis inscrit en quatrième de couverture de ce merveilleux livre.

La critique de Mr K : Force est de constater que le chanteur de Dionysos se révèle être un grand écrivain. Son écriture ne ressemble à aucune autre. Adepte des métaphores filées et autres images littéraires, le lecteur se sent constamment balloté entre réalité et rêve. Le personnage évolue-t-il dans un monde réel / tangible ou bien alors dans un univers chimèrique? On se sent tantôt emporté dans une quête quasi mystique (l'Amour avec un grand A), tantôt enchaîné dans notre condition d'être humain. Ce catharsis bien étrange, nous avions déjà pu  l'expérimenter pendant la lecture de "La Triste Fin du petit Enfant Huître et autres histoires" (The Melancholy Death of Oyster Boy and Other Stories) de Tim Burton. Le parallèle se fait immédiatement dans la tête du lecteur tant au niveau des thèmes abordés (un héros "imparfait" qui doit affronter le monde pour vivre sa vie) que de l'univers qui mélange le classicisme propre au XIXème siècle cher à Burton et des éclairs de fantasy. Bien que court (178 pages), ce recueil est un condensé d'émotions et de réactions humaines. En cela, elles sont perfectibles voir parfois autodestructrices. D'où à la fin du livre, la joie d'avoir pu suivre les pérégrinations de notre Jack et une légère amertume en bouche.

La Mécanique du coeur, Mathias Malzieu, Flammarion, 2007

Posté par Mr K à 20:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 19 janvier 2008

What a wonderful world...

Posté par Nelfe à 18:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 18 janvier 2008

Money, money, money...

pi_ces_d_or

"Le plus riche des hommes, c'est l'économe, le plus pauvre,

c'est l'avare."

Chamfort, Extrait de Maximes et pensées

"L'argent est semblable à un sixième sens sans lequel vous

ne pouvez pas faire un usage complet des cinq autres."

Somerset Maugham, Servitude humaine.

Posté par Mr K à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 janvier 2008

Plus de "Big bisous"...

Ben mince alors! Je viens d'apprendre la mort de Carlos!!! Décédé aujourd'hui même des suites d'un cancer, il avait 64 ans...

carlos

Carlos, c'est les chemises à fleurs, c'est "les grosses têtes" de Bouvard (!!!), c'est "Mais qu'est ce que tu bois doudou dis-donc!?", c'est "Tout nu et tout bronzé", "Papayou", "le Tirelipimpon" (sur le chiwawa!!!), "Séñor météo", "Rosalie" et puis surtout "BIG BISOUS"!!!!! Comment on va faire dans les mariages maintenant!?  La vie est décidément injuste...

Posté par Nelfe à 15:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 15 janvier 2008

Lèche-vitrine...

sex_shopSex-shop

Devant un sex-shop, il y avait un type.
Il était là,
il tambourinait sur la vitre,
il disait :
- C'est un véritable scandale !
Retirez-moi ça tout de suite !
Alors, le vendeur est sorti,
il a dit :
- Retirer quoi ?
Et l'autre a dit :
- Retirer la buée. On ne voit rien !

Raymond Devos

Posté par Mr K à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 14 janvier 2008

"Into the wild" de Sean Penn

into_the_wildL'histoire:

Tout juste diplômé de l'université, Christopher McCandless, 22 ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l'existence confortable et sans surprise qui l'attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui.

Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres.

Au bout de son voyage, Christopher atteindra son but ultime en s'aventurant seul dans les étendues sauvages de l'Alaska pour vivre en totale communion avec la nature.

"Into the wild" adapte à l’écran le roman de Jon Krakauer qui racontait l’odyssée réelle d’un jeune homme qui, à l’âge de 20 ans avait un avenir tout tracé mais qui, repoussant les valeurs de son milieu comme le matérialisme, décida de partir sur la route avec pour objectif d’atteindre l’Alaska pour pouvoir vivre en communion avec la nature. Sur sa route, il fait de nombreuses rencontres, vit quelque temps au milieu d’une communauté hippie, travaille un peu et part finalement pour l’Alaska.

into3

La critique Nelfesque:  Notre année ciné 2008 commence très bien! "Into the wild" est un film sublime aux paysages magnifiques. Le personnage de Christopher McCandless est tour à tour agaçant, attachant, émouvant... et nous emmène avec lui dans sa quête de simplicité et de vérité avec émotion. Les rapports humains sont filmés avec pudeur. Beaucoup plus qu'un simple film sur la nature, il est question d'amour, de psychologie, de philosophie de vie... C'est Beau, simple et apaisant... Les larmes ont coulé samedi soir au cinéma. Rajoutez à celà, une BO d'Eddie Vedder qui accompagne merveilleusement le film et vous passez 2h30 de pur bonheur. "Into the wild" est un film qui donne envie de partir...

into_1

La critique de Mr K: 6/6 pour reprendre le système de notation de Mad Movies. Quel beau film pour commencer l'année 2008! Plus qu'un film, le métrage de Sean Penn est une invitation au voyage et à la réflexion. Le rythme du film est binaire: des phases méditative où notre héros contemple, s'imprègne de magnifiques "tableaux" naturels et des scènes de rencontre et de partage (ou non). Ce film ne propose pas de morale (tant mieux!) à proprement parlé mais plutôt une autre façon de percevoir le monde et la vie. C'est un film sur la psychologie humaine, une évolution personnelle dans une quête effrénée de la vérité et de la liberté. La maîtrise est totale entre une esthétique "édeniste" visuelle  quasi permanente (passage dans une "ville" court et traumatisant) et une bande originale en osmose avec les images. Chapeau bas Mr Penn.

into_2

Posté par Nelfe à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 13 janvier 2008

Le jugement est rendu!

Encore libres ce matin, ces quelques grammes de coques ont été appréhendé à leur domicile du Magouër en début d'après-midi, à marée basse. Après un procès à huit clos, le jugement est sans appel: elles sont condamnées à mort!

L'exécution aura lieu ce soir en présence du bourreau et de son assistant.

Leur seul tort aura été d'être des coques... Paix à leurs âmes!

Coques

Posté par Nelfe à 15:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]