jeudi 14 février 2008

La vie en rose...

Image Hosted by ImageShack.us

Posté par Nelfe à 15:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 13 février 2008

Rock et fantasy

guerre_des_f

Le résumé:

La vie de Théo a basculé : un groupe de rock, une petite amie, un bébé en route et soudain, tout s'écroule. Son groupe l'abandonne, sa fiancée le plaque, sa mère disparaît : le cauchemar. Et voilà que surgit une petite créature magique qui l'envoie, allez savoir comment, dans un monde digne d'un conte de fées déjanté peuplé de personnages bizarres. Théo va très vite comprendre qu'il n'est pas dans un dessin animé mais dans un univers bien réel où l'accueil qu'on lui réserve est franchement désagréable. Guidé par quelques compagnons facétieux (un elfe gothique, une fée colérique et des trolls jumeaux gardes du corps), Théo découvrira en Faërie le mystère de sa destinée.

L'auteur:

Fils d'une famille modeste, Tad Williams exerce toutes sortes de métiers après sa scolarité ; de vendeur de chaussures à employé dans une fabrique de tuiles. Puis il devient chanteur et parolier d'un groupe de rock, illustrateur et cartooniste, présentateur de radio et de télé, ou encore employé d'Apple. C'est à l'âge de 25 ans qu'il se découvre une véritable passion pour l'écriture, il commence alors la rédaction de La Ligue du parchemin qui sera son premier succès. Doté de talents multiples, il a fondé une compagnie de télévision interactive et écrit autant des scénarios pour le cinéma et la télévision que des romans et bandes dessinées. Tad Williams est l'auteur de deux des séries les plus importantes de l'imaginaire contemporain : L' Arcane des épées pour la high fantasy, et Autremonde, consacrée aux univers virtuels.

Critique:

Une belle réussite que ce livre. L'auteur nous plonge dans un monde unique en son genre, proche par la terminologie et les descriptions d'un Seigneur des Anneaux ou parfois des Chroniques de Krondor. C'est ainsi que vous croiserez des elfes, des "sprites", des gobelins et autres ogres... L’aventure de Théo est une recette parfaite dans laquelle ne manque aucun ingrédient : de l’humour, de l’esprit, de l’amour, de l’émotion, des farfadets en veux-tu-en-voilà, des nymphes mystérieuses, des charges héroïques, des moments de tendresse, et un anti-héros musicien raté qui - mais bien entendu - découvre son destin au bout du chemin.

La facture de l'ouvrage est donc des plus classique, le changement vient par le ton adopté par l'auteur: la dérision quasi permanente. Autant les descriptions sont d'un sérieux à tout épreuve et très évocatrices (certains diront qu'il y en a trop), autant dès que certains personnages prennent la parole, on se retrouve plongé dans la science du dialogue propre à Audiard (aaahh! Cette chère et truculente sprite!). Nous n'atteignons cependant pas les qualités hors-norme de conteur de Terry Pratchett (la barre est très haute!) mais on s'en approche! Laissez-vous tenter par le voyage... vous ne serez pas déçu!

Posté par Mr K à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 12 février 2008

Éternel Audiard

1Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole.

Faire confiance aux honnêtes gens est le seul vrai risque des professions aventureuses.

Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon.

Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent.

Pendant douze ans on a fait chambre commune mais rêve à part.

Dans la vie il y a deux expédients à n'utiliser qu'en dernière instance : le cyanure ou la loyauté.

Lorsque l'on se défait d'un vice, on s'éprend d'un autre.

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.

Le bonheur on s'y fait, le malheur on ne s'y fait pas, c'est ça la différence.

L'idéal quand on veut être admiré, c'est d'être mort.

Posté par Mr K à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 11 février 2008

Le chien-chien à sa mémère

Le lundi est un jour où on râle beaucoup... C'est la reprise, il fait tout gris et les transports en commun sont encore bondés!!! Oui, je sais, je suis une grosse râleuse, mais je ne suis pas la seule!

C'est pour cette raison, qu'au Capharnaüm éclairé, nous avons décidé de faire de ce jour une fête et ainsi mettre un peu de soleil dans vos lundis!!!! Dorénavant, chaque semaine, nous vous donnons rendez-vous aux "lundis au soleil" (quel magnifique jeu de mot...), le palais de la ringardise! Ca promet...

Alors? On dit merci qui!?

Posté par Nelfe à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 10 février 2008

Errances de l'inconscient

le_cri_du_peuple_grec

1. Toute la pluie tombe sur moi... et seulement sur moi!

2. Isolé sur cette place bétonnée, je contemple la déliquescence de cet univers en perdition...

3. Le Ciel a disparu, il n'existe plus que des agrégats de verre, de métal et d'acier tendus vers des sommets rendus invisibles par diverses émanations.

4. Perfection des angles et des projections, la matière s'enroule autour de moi pour me prendre et me convertir. Je résiste!

5. Le Culte du béton est proclamé et nulle part pour se réfugier. Mais je suis perdu, abandonné.

6. Je hèle les passants au hasard, la réponse est la même :"vous êtes marqué: indigent et étranger". La liberté par l'aliénation et l'acceptation, telle est leur proposition.

7. Métamorphosé en misanthrope des temps modernes, je m'écarte de ces âmes vides effectuant leur transhumance pendulaire quotidienne.

8. L'angoisse me gagne et j'ai peine à respirer: égaré que je suis, au milieu de ce monde policé, seul face à la masse grouillante et consommante de ces êtres désincarnés et conditionnés.

9. D'Individu, il ne reste que moi. Je suffoque maintenant au centre de la masse, qui ne perçoit déjà plus ma non-existence.

10. Je titube, l'air devient irrespirable; d'ailleurs les gens d'ici respirent-ils? Mangent-ils? Vivent-ils? Pourquoi suis-je le seul à être vivant? Libre...? Je délire.

11. Je suis trempé, la masse est sèche. Quand on y réfléchit bien, il est rare que le groupe se mouille. Mon souffle se fait fort et sifflant...

12. Le silence est assourdissant, les lumières froides: nulle trace animale ou amicale; la folie, l'ordre, le travail, le rang et ... une fille.

13. Vêtue de rouge de la tête au pied, elle me glisse à l'oreille, ces quelques mots: "le dévoreur est là!" un sourire empli de malice au coin des lèvres.

14. Il était bien là, sous la forme d'un garçonnet répétant inlassablement d'une voix mécanique: "2+2=5, 2+2=5, 2+2=5..."

15. Bip bip bip!!! Le réveil sonne, il est 7h30. Temps de se préparer et d'aller au Lycée, il fait froid. Quel étrange cauchemar! Je me lève, mon pied accroche quelque chose, je me baisse... et.... Le coupable est au pied de mon lit: Orwell, "1984". Sacré Georges!

Posté par Mr K à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 février 2008

Ma chérie, si tu as le bac, je t'offre une belle paire de seins!

le_blocIl est traditionnel en Italie que les parents offrent un beau cadeaux aux jeunes gens qui viennent de réussir leur baccalauréat. Ce qui est nettement moins traditionnel, c'est le cadeau que choisissent de plus en plus de filles: une plus belle poitrine grâce à une intervention chirurgicale: "Comme toutes mes copines, je vais me faire opérer la semaine prochaine, raconte Angelica Pesce, une lycéenne Romaine de 18 ans qui vient de réussir son bac. Se faire refaire les seins, c'est tellement plus utile qu'une voiture, qui finit toujours par tomber en panne, ou un séjour touristique, qui est vite passé. Mes nouveaux seins, je les aurai toute ma vie."

Ah, l'innocence de la jeunesse!

Extrait du "Marianne" n°534

Posté par Nelfe à 13:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 8 février 2008

Ode à la paresse

Posté par Nelfe à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 7 février 2008

Piqûre de rappel

Radiohead_paraniodAndroid

On n'est pas encore revenu du pays des mystères
Il y a qu'on est entré là sans avoir vu de la lumière
Il y a l'eau, le feu, le computer, Vivendi et la terre
On doit pouvoir s'épanouir à tout envoyer enfin en l'air

On peut toujours saluer les petits rois de pacotille
On peut toujours espérer entrer un jour dans la famille
Sûr que tu pourras devenir un crack boursier à toi tout seul
On pourrait même envisager que tout nous explose à la gueule

Autour des oliviers palpitent les origines
Infiniment se voir rouler dans la farine

A l'envers, à l'endroit, à l'envers, à l'endroit
A l'endroit, à l'envers, à l'envers, à l'endroit

Y a-t-il un incendie prévu ce soir dans l'hémicycle ?
On dirait qu'il est temps pour nous d'envisager un autre cycle
On peut caresser des idéaux sans s'éloigner d'en bas
On peut toujours rêver de s'en aller mais sans bouger de là

Il paraît que la blanche colombe a trois cents tonnes de plomb dans l'aile
Il paraît qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelle
La belle au bois dormant a rompu les négociations
Unilatéralement le prince entame des protestations
Doit-on se courber encore et toujours pour une ligne droite ?
Prière pour trouver les grands espaces entre les parois d'une boîte
Serait-ce un estuaire ou le bout du chemin au loin qu'on entrevoit ?
Spéciale dédicace à la flaque où on nage, où on se noie

Autour des amandiers fleurissent les mondes en sourdine
No pasaran sous les fourches caudines

A l'envers, à l'endroit, à l'envers, à l'endroit
A l'endroit, à l'envers, à l'envers, à l'endroit.

" A l'envers, à l'endroit" - Noir Désir
Extrait de l'album "Des visages, des figures" (2001)

Posté par Mr K à 19:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mercredi 6 février 2008

Paradoxes

La question fondamentale : POURQUOI ?

On n'a pas souvent l'occasion,  en ces temps agités, de se poser les vraies questions.

Et  pourtant...

- Pourquoi il y a un stationnement pour handicapés en face des patinoires ?
- Pourquoi les gens commandent un double cheeseburger, des grosses frites et un coca... light?
- Pourquoi pour arrêter Windows on doit  cliquer sur Démarrer ?
- Pourquoi le jus de  citron est fait de saveurs artificielles et le liquide vaisselle est fait de vrais citrons ?
- Pourquoi il n'y a pas de  nourriture pour chat à saveur de souris?
- Si voler est si sécuritaire, pourquoi  l'aéroport s'appelle le terminal ?
- Pourquoi est-ce  qu'on appuie plus fort sur les touches de la télécommande quand les piles sont presque à plat ? 

- Pourquoi est-ce qu'on lave  nos serviettes de bain ; est-ce qu'on n'est pas sensés être propres quand on  s'essuie avec ?
- Pourquoi les pilotes  kamikazes portent-ils un casque?

- Comment les panneaux DÉFENSE DE MARCHER SUR LA PELOUSE arrivent-ils au milieu de celles-ci?
- Quand  l'homme a découvert que la vache donnait du lait, que cherchait-il exactement à faire à ce moment-là ?

- Est-ce que les  ouvriers de chez Lipton ont aussi une pause café ? 
- Pourquoi les moutons ne rétrécissent pas quand il pleut  ?

- Pourquoi les établissements ouverts 24 heures sur 24 ont-ils des  serrures et des verrous ?
- Pourquoi ils stérilisent l'aiguille qui sert à l'euthanasie  ?

Posté par Mr K à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 février 2008

Mon chéri, un ptit Prozac dans ton biberon!?

prozacDu nouveau dans la commercialisation d'antidépresseurs! L'Agence européenne des médicaments (EMEA) s'est déclarée favorable, à l'utilisation du Prozac (et autres médicaments contenant de la fluoxétine) chez les enfants âgés de 8 ans et plus en cas d'épisodes dépressifs majeurs. Cette décision s'appliquera à tous les pays de l'Union et devrait entrer en vigueur en France à la fin de l'année. Franchement c'est pas génial ça!?

Ce qui est encore plus étonnant c'est qu'il y a quelques années, l'EMEA avait rappelé que ces médicaments étaient déconseillés pour les moins de 18 ans car ils favoriseraient le passage à l'acte suicidaire. Comme par magie, en 4 ans, ces médocs sont devenus "pas si mauvais que ça" pour les enfants. De plus, des études menées sur des rats juvéniles montrent que ces médicaments provoquent des troubles de la croissance, de la maturation sexuelle et des organes génitaux (anomalies testiculaires, diminution irréversible du nombre de spermatozoïdes...). GENIAL!!! L'EMEA recommande toutefois aux prescripteurs et aux parents de "surveiller étroitement" les enfants et adolescents traités, afin de "rechercher tout comportement suicidaire", particulièrement au début du traitement, et de consulter des endocrino-pédiatres.

A 8 ans, un gosse qui va mal pourra donc prendre du Prozac... A l'adolescence, en pleine crise, "parceque la vie c'est nul et que personne m'aime", il prendra d'autres médocs... A 20 ans, parcequ'il viendra de se faire larguer par l'amour de sa vie, il en rajoutera encore un sur la liste... A 40 ans, si il est encore en vie, parcequ'il divorcera, il rajoutera une ptite pillule rose tout les soirs...

Finalement mon pépé prends beaucoup moins de "bonbons" pour son hypertension et ses problèmes cardiaques que mes futurs enfants! Et il a toujours ses couilles!!!

Je sais pas vous, mais moi, ça me fait rêver...

Posté par Nelfe à 17:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]