dimanche 25 mai 2008

Eurovision, rigolons...

Hier soir avait lieu la sacro sainte messe de l'Eurovision. Vous pensez bien qu'on était devant, avec notre stylo pour noter et faire nos méchants! Et comme chaque année, on n'a pas été déçu parce qu'il y avait matière... Entre les travellos ras la moule allemands, la hardeuse à paillette ukrainienne, notre "A table la ptite sirène" polonaise (avec une magnifique robe longue en satin bleu et des seins sur un plateau), E.T complètement refaite avec un front qui commence au milieu du crâne en guise de chanteuse suédoise, le choix fût rude afin de décerner la palme de la ringardise! Beaucoup d'ex-aequo et peu (trèèèèès peu) de bonnes surprises. Enfin, en même temps, on le savait en allumant notre télé...

Une chose est sûre, en guise de bouse musicale, l'Europe est à l'unisson puisque tout le monde a voté pour les mêmes... Bizarre, c'est exactement ceux à qui on avait mis 1/10 voir, dans notre extrême bonté, 2/10. Mais gardons cette magnifique ode musicale pour la clotûre de cette article... Patience petit padawan, jusqu'ici tu as réussi à vivre sans connaître cette révélation russe et sache qu'après l'avoir vu, ta vie va changer...

Mais avant ça, pour revenir dans le "potable" de la soirée, avec Mr K nous avons attribué notre meilleure note (à savoir 8/10 pr lui et 7/10 pour moi) au groupe de heavy métal finlandais. Primo parceque ça fait du bien d'entendre autre chose qu'un clône de Céline Dion et secondo parceque c'était pas mal tout simplement:

 

Encore une fois la France arrive en bas du tableau (mais moins pire que l'an dernier où nous étions carrément avant dernier... COCORICO!) mais finalement on se dit "TANT MIEUX!" quand on voit ce qui gagne (attend, attend, ça arrive...). Sébastien Tellier était pourtant, comme à son habitude, excellent! Avec son look à la Chabal, il nous a gratifié d'un superbe Doowap à l'hélium:

Enfin ne soyons pas rancunier et admirons pour finir les grands gagnants de ce soir ou "comment il faut faire l'amour à la caméra". Nous voilà revenu au temps d'Alliage et G Squad. Attention, je vous aurai prévenu, votre vie va changer...

Posté par Nelfe à 13:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 24 mai 2008

Jésus crie et la caravane passe...

croixJ'ai lu hier un article dans le Monde qui m'a interpellé et m'a donné envie d'en faire un billet sur notre blog.

Vous connaissez tous la "Love Parade", la "Techno Parade" et la "Gay Pride" mais connaissiez-vous la "Christian Pride"!? Non? C'est normal, ça vient de sortir!

Le principe? Le 24 mai (ah ben oui, c'est aujourd'hui...), dans plusieurs villes de France (telle que Paris, Bordeaux et Lilles), des miliers de protestants évangéliques vont défiler dans les rues pour clamer "leur foi, leur joie de vivre et leur attachement aux valeurs chrétiennes" et attester qu'après "40 ans de désert spirituel, l'espérance a de nouveau sa place dans la société". Pour se faire, à Paris par exemple, une quinzaine de chars sonorisés déverseront des chants de "groupes de louange" venus d'une soixantaine d'Eglises évangéliques. Franchement c'est pas l'éclate ça? Ca vous donne pas envie d'aller vous trémousser sur des "Alleluia!" toute l'après-midi? Et attendez, vous n'avez pas le clou du spectacle: des ballons et des T-shirts marqués de versets de la Bible seront en vente lors de cette occasion. Je te vois petit hésitant, avec ce dernier argument, je viens de te convaincre! Tu rêvais depuis toujours d'avoir un T-shirt "Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son fils nous purifie de tout péché. - Jean 1.7" .

Alors oui je fais dans le sarcasme et non je ne suis pas une militante anti religieux. Je vais même te surprendre, j'ai le CV de la parfaite catholique: baptême, 1ère communion, communion solennelle, profession de foi et je ne conçois pas ne pas me marier à l'église. Je suis croyante mais de moins en moins praticante et quand on voit ce que certains religieux peuvent nous pondre comme "démonstration de foi", je crois que je fais bien... De plus, ne sommes nous pas dans un état laïque et n'est-il pas ancré dans la tradition chrétienne en Europe une pratique privée de sa religion? Mais François Célier, pasteur, le dit si bien: "Les évangéliques n'ont pas honte de dire qu'ils croient en Dieu. Ce mouvement va s'amplifier et Nicolas Sarkozy y contribue par ses déclarations sur la religion".

Ah ben, si Nico le dit...

Posté par Nelfe à 14:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 23 mai 2008

Méditation nietschéenne

nietzsche"Si jamais joyeusement je fus assis là où d'antiques dieux gisent ensevelis, bénissant le monde, aimant le monde auprès des mémoriaux de ceux qui jadis ont calomnié le monde: car me sont chères même les églises et les tombeaux des dieux dès que le ciel, au travers de leurs toits brisés, regarde d'un oeil pur; comme l'herbe et le rouge pavot, sur des ruines d'églises j'aime m'asseoir. Oh! Comment de l'éternité n'aurais-je concupiscence, et du nuptial anneau des anneaux, de l'anneau du retour ?"

"D'où viennent les plus hautes montagnes ? Un jour l'ai demandé. Et lors j'appris que de la mer elles tirent origine. Ce témoignage est sur leur roche écrit et sur les parois de leurs cîmes. Du plus profond il faut que le plus haut à sa propre hauteur s'élève."

"Plus loin, plus loin, mon oeil! Oh! Que de mers alentours, que d'avenirs humains dont point l'aurore ! Et dessus moi, quelle paix aux doigts de rose ! De tout nuage délivré, quel silence!"

"Monte, abyssale pensée, depuis ma profondeur ! Je suis ton coq et ton aube, ô sommeillant dragon ! Debout ! Debout ! Ma voix doit t'éveiller comme un clairon!"

"Tout part, tout revient; éternellement roule la roue de l'être. Tout meurt, tout refleurit, à tout jamais court l'an de l'être.Tout se brise, tout se remet en place; éternellement se rebâtit la même maison de l'être. Tout se sépare, tout à nouveau se salue; éternellement fidèle reste à lui-même l'anneau de l'être. A chaque instant l'être commence; autour de chaque Ici roule la sphère Là-bas. Le centre est partout. Courbe est la sente de l'éternité."

ainsi parlait Zarathoustra

Posté par Mr K à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 mai 2008

Panique et solution consuméristes

essence1

essence2

Dessins extraits du Canard enchaîné n°4568 du 14 mai 2008

Posté par Mr K à 13:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
lundi 19 mai 2008

La fille du soleil s'invite ce lundi!

Les lundis au soleil reviennent et en force! En effet, le capharnaüm éclairé a l'honneur d'accueillir dans ses rangs le groupe Mikado. Monument du kitsch estampillé années 80', ils avaient le mérite de ne pas se prendre au sérieux contrairement à d'autres (Qui a dit Indochine?!).

Une musique hypnotique, un couple de chanteurs-acteurs au top de l'interprétation, un maillot deux pièces fort seyant et des paroles inoubliables font de ce clip un sommet du genre. A consommer sans modération!

La fille du soleil, les fleurs sauvages
Qu'elle cueille en chemin.
Elle les jette dans les marécages
Dans sa main, il reste rien,
Que l'odeur de leur parfum.

Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…
Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…

Un rien et je m'émerveille
Ignorant tous les vices
À l'oreille, tu me glisses
Sous les feux de ton père
Il n'y a que ça à faire.

Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…
Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…

La fille du soleil, ses baisers
M'enivrent comme du cannabis,
C'est un fruit chaud et sucré
Bien vite hors de mes bras elle glisse
Sa peau couleur pain d'épices

Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…
Yo so la chica del sol.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…

Je suis la fille du soleil .
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…

Mes lèvres sont vermeilles.
Ma peau couleur pain d'épices
À l'oreille, je te glisse
Sous les feux de mon père
Il n'y a que ça à faire.

Je suis la fille du soleil.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…
Yo soy la chica del sol.
Ah, ah, ah, oh, oh, oh…
(X2)

Elle est pas belle la vie?

Posté par Mr K à 18:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 17 mai 2008

Mémoire courte et démagogie étatique

Sarkozy victime d'un trou de mémoire

L'annonce était martiale et ne manquait pas d'allure. Le président a bombé le torse et l'a déclaré solennellement: désormais on allait enseigner aux petits Français l'histoire de l'esclavage. Plus question de tolérer le vide pédagogique! Éxécution immédiate: dès la rentrée prochaine les instituteurs sont priés d'aider la France à regarder "de façon lucide et apaisée" les réalités de la traite des Noirs. Ainsi parla Sarkozy samedi dernier, le 10 mai, à l'occasion de la Journée nationale de commémoration de l'abolition de l'esclavage.

Hélas! Cette heureuse disposition, prévue par la loi Taubira (radicale de gauche -sic!-) votée le 21 mai 2001, est déjà dans les programmes scolaires, ainsi que l'atteste cet extrait du "Journal officiel":

Loi_esclavage

Il s'agit donc d'un énième couac dans l'équipe présidentielle. A l'Élysée, il ne s'est pas trouvé un conseiller pour faire remarquer au patron que son annonce tonitruante tombait à plat, puisque cet enseignement est obligatoire depuis des années. Et alors? Quand il s'agit de faire un coup politique, Sarkozy n'est l'esclave de personne!

Le canard enchaîné n°4568 du 14 mai 2008

Posté par Mr K à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 mai 2008

"La Consolante" d'Anna Gavalda

la_consolante

Il n'y a pas de quatrième de couverture pour ce livre, le mystère reste donc entier...

A la demande de son éditeur, Anna Gavalda a rédigé une présentation qui n'aide pas à y voir plus clair :

J'ai écrit le livre, j'ai dessiné la couverture et maintenant mon éditeur me demande de rédiger moi-même les prières d'insérer.
Le dilettante ? T'as raison...
Mon éditeur que je viens d'appeler à l'instant pour lui demander si on disait «un» ou «une» prière d'insérer et qui m'avoue qu'il ne sait pas. Que personne n'a jamais su. Bon, je sens que les pointillés du contrat, je vais les remplir toute seule aussi...
Je suis donc allée vérifier dans un dictionnaire et voilà ce que j'ai trouvé :
Faire ses prières. S'emploie, surtout à l'impératif, comme formule de menace pour inciter à se préparer à la mort, à une sévère punition.
C'est vrai ?
C'est ça, le genre de ce mot quand on l'emploie au pluriel ?
Gloups. Qu'est-ce que je fais là ?
Heureusement, la suite :
Equivalent noble de «Numéroter ses abattis».
Voilà qui m'inspire plus. Les miens ou ceux de mes personnages ? À l'heure où j'écris ces mots, ils n'existent pas encore et je ne suis guère plus vaillante... Mais retournons la bidoche et numérotons donc, numérotons ce qui bouge encore...

La critique Nelfesque : Un bijou, ce livre est un bijou... Comme tout livre d'Anna Gavalda, je ne l'ai pas lu mais dévoré ! Une écriture fluide et simple. Elle écrit comme j'aimerai écrire, écrire comme on parle, sans rentrer dans le pompeux et le ronflant. Elle ne se lit pas écrire, comme d'autres s'écoutent parler et c'est très agréable. Il y a de la vie de tous les jours dans ses écrits.

L'histoire est banale. Charles est architecte et a des chantiers un peu partout sur la planète. Il a une femme et une fille, essaye de concilier le tout et finalement passe à côté de pas mal de choses. Un jour il apprend la mort d'une personne qui lui était chère dans sa jeunesse et sa vie va changer... Je n'en dit pas plus pour ne pas en dire trop. Toujours est-il qu'on se retrouve complètement dans ce livre. Même si on n'est pas architecte (quoique ^^), qu'on n'est pas marié et qu'on n'a pas d'enfants, une chose nous est commune, on a tous perdu un être cher... Et on suit l'histoire de Charles comme si on était sur nos propres traces : le travail de deuil, les questionnements, le désespoir et ce qui nous raccroche à la vie...

N'allez pas croire pour autant que ce bouquin pousse au suicide ! Pas du tout ! Car Anna Gavalda a cette finesse d'écriture qui fait passer du rire aux larmes (et réciproquement) en un détail, un personnage, une réplique. Il y a de la finesse dans ce livre, de la beauté, des sentiments, de la vie...

Posté par Nelfe à 19:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 15 mai 2008

Tu es breton et pas français lorsque...

a_l_aise

- Tu as au moins deux de tes amis qui s'appellent Gwen, Yann, Erwan ou Ronan.
- Tu n'as jamais payé une autoroute pour aller d'un bout à l'autre de ta région.

- Tu sais que l'on ne parle pas de la même pluie selon que l'on dise qu'il « crachotte » ou qu'il « pleuviotte »
- Tu sais que le beurre salé se marie très bien avec la confiture ou le nutella sur des tartines
- Aller à la mer, ça n'a rien d'extraordinaire : c'est jamais à plus d'une heure de route, de toute façon...
- Il ne te viendrait pas à l'idée de passer tes vacances en bord de mer ou même d'y aller « en saison », quand c'est infesté de parisiens.
- Tu sais que le village d'Astérix n'est pas dans l'Oise.
- Tu sais que la chanson "la tribu de Dana" de Manau n'est pas une traduction de l'original d'Alan Stivell, mais que seul l'air a été repris (pour les incultes, la chanson originale est 'Tri Martolod')

- Tu sais qu'il faut éviter les voitures avec des volants à droite qui envahissent ta région au mois de juin/juillet, parce que les grands-bretons savent pas conduire du bon côté de la route, mais on leur pardonne parce qu'ils ont un bon levé de coude.
- Tu sais que Belle-Ile en Mer, c'est pas seulement une chanson.
- Pour toi, se faire réveiller par le cri des mouettes, ça n'a rien d'exotique ou ça ne sent pas les vacances : c'est tous les matins.
- Tu sais qu'une goélette ce n'est pas le petit du goéland.
- D'ailleurs tu sais faire la différence entre la mouette et le goéland.
- Tu sais que le vrai cidre, c'est du brut !

- Les gens te demandent toujours si tu parles breton, alors qu'en fait le seul mot qui te vient à l'esprit c'est toujours kenavo.
- Ils s'étonnent que t'aies l'ADSL chez toi et que ta mère portes pas de coiffe... d'ailleurs, as-tu déjà vu une bretonne porter une coiffe ?
- Tu ricanes quand les gens demandent "c'est quoi la différence entre les crêpes 'froment' et 'blé noir' ?"
- Tu sais que partout où tu iras dans le monde tu trouveras des compatriotes.

- Tu es le seul à apprécier le vent, la pluie et surtout les tempêtes avec leurs énormes vagues qui se fracassent sur les rochers ...
- L'été, dès qu'il pleut, tous les touristes (parisiens surtout) mettent des cirés Guy Cotten jaunes avec des bottes, et toi, tu es en short...

- Tu as un autocollant « In kig ha farz we trust »
- Une tempête pour un parisien, c'est une brise pour toi.
- Tu grognes devant la météo et surtout devant le présentateur qui dit « en Bretagne ENCORE de la pluie ».

- Tu sais qu'en cas de vent et pluie à Brest, sortir ton parapluie ne sert à rien, il ne tiendra pas.
- Si tu sais que baragouiner vient de « bara gwin » (du pain et du vin).
- Quand il y a grande marée et qu'il pleut, tu marches pas le long des remparts de la grande plage de Saint-Malo, et même pas sur le trottoir d'en face.
- Tu ne vas pas sur les jetées te promener quand il y a un avis de tempête.
- Tu arrives à te baigner dans une eau à 17 degrés en disant aux autres qu'elle est bonne.
- Dévorer un Kouign amann ne te fais pas peur.
- Quand tu rentres de voyage, tu passes le panneau 'Degemer Mat' à l'entrée en Bretagne : Ca veut dire que t'es bientôt rentré!

- Lorsque tu passes le panneau Bretagne et que tu dit "on est chez nous !"! Si tu habites dans le Finistère alors tu te dits : "p'tain on est pas encore arrivé".
- Si tu t'es deja baigné sous la pluie en prétendant qu'elle est meilleure comme ca alors que les touristes se promenent avec leurs cirés et bottes jaunes Guy Cotten.
- Si tu as toujours entendu gueuler pour que la RN 164 passe en 4 voies (et oui, on ne dit pas autoroute en Bretagne...).
- Tu passes 3 heures à chercher du beurre salé au supermarché dès que tu dépasses Nantes.
- La premiere chose que tu dis à tes parents quand tu pars en Polynésie c'est 'cool, ici on mange du beurre saléééééééééé !'
- Si lorsque tu es muté en région parisienne, tu reste immatriculé en Bretagne de peur de te faire passer pour un parigo. Et aussi parce que tu pense que tu n'y est que pour quelques années et que ça ne sert a rien de changer.
- Quand ça bouchonne derrière un tracteur tu sais qu'il faut remonter ta fenêtre.
- Tu sais que la capitale mondiale du choux, c'est pas en Belgique mais Saint-Pol-de-Léon
- T'as déjà fait un scandale dans un supermarché à l'étranger (l'étranger c'est quand t'as une autoroute pas loin) parce qu'ils avaient pas de beurre demi-sel !
- D'ailleurs t'as toujours pensé que le beurre sans sel (quand t'as su que ça existait !) c'était seulement fait pour graisser la chaîne de ton vélo.
- Tu es surpris quand les gens ne te comprennent pas quand tu dis qu'un grain arrive et qu'il y aura des moutons en mer.
- Quand tu sais que le Finistère Nord c'est pas le Finistère Nord, c'est le Léon et le Trégor...


- Tu t'es senti visé par à peu près toutes les phrases ci-dessus, et t'as même rigolé tellement c'est vrai...

Posté par Mr K à 12:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mercredi 14 mai 2008

Coucher en fanfare, Hennebont, 10/05/08

Coucher_en_fanfare

"Coucher en fanfare"... Drôle de nom pour une rencontre de fanfares de rue me direz-vous... Moi même, je me suis demandée le pourquoi du comment de ce nom et même après y avoir assisté, je n'ai toujours pas intégré le concept... Enfin peu importe, "coucher en fanfare" c'est quoi?

Sur le flyer était indiqué une battle de fanfares! Wahou trop bien! J'adore les fanfares et j'assume complètement parceque "fanfare" ne veut pas forcément dire "truc ringard qui joue toujours la même chose". De plus, il est indiqué que l'Usine à canards sera présente et ça c'est tout bonnement SUPER!!! On a eu l'occasion de les voir jouer l'an dernier au festival "les pieds dans la vase" à Kervignac et on les a trouvé géniaux. Allez hop, ni une ni deux, direction Hennebont!

l_usine___canards

La présentation est plutôt alléchante: "Dans les rues du centre ville de 15h30 à 18h, déambulation et prestations de fanfares. L'Usine à canards, Henry's Angels, Step'z ainsi que les fanfares de Baud, Lanester, Hennebont et Rennes prendront possession du centre ville. Cuivres et percussions sauront vous surprendre et vous entraîner dans leur sillage, le temps d'un morceau ou de l'après midi."

Arrivés à 15h45 sur Hennebont, pas âme qui vive (du moins pas plus que d'habitude), pas d'affiches, de banderolles, de rues barrées... Mince alors, c'est quoi ce plan!? Direction l'office de tourisme pour en savoir un peu plus. Réponse de la dame, fort aimable: "Ben quoi? Ils sont en retard! Ca arrive d'être en retard non!?" "Hum... Oui je veux bien mais sur le flyer ya écrit prendront possession du centre ville, moi là je vois RIEN!" "Ouais ben ils sont en retard!" "Hum... Bien... Et donc c'est quoi l'organisation, leur trajet, le départ, l'arrivée...?" "Ah ben ça, on sait pas!". Bon ok, c'est bon on a comprit, l'organisation est pourrie et on va aller se saouler dans un bar en attendant. Bar où même le serveur n'est au courant de rien...

Après une demi heure d'attente en terrasse, les premières notes de trompettes se font entendre au loin! Chouette, chouette, chouette! Nous nous approchons et commençons à écouter la fanfare de Baud. 10min, 20min, 30min... Euh, ils sont où les autres? Je vous fais grâce des détails mais toujours est il que sur les 7 fanfares annoncées nous n'en avons vu que 3... Le principal étant que l'Usine à canard était là!

L_usine___canards_1

L'Usine à canards est composée de 22 musiciens, trompettes, sax, trombones, tubas, grosse caisse, caisses claires, percussions et... mégaphone!!!! Tout ce petit monde nous offre des compositions originales, des rythmes à tortiller du derrière et à battre la mesure et la présence du mégaphone rajoute une petite touche fun à l'ensemble. C'est une fanfare jeune qui dépoussière un peu le style (même si j'avoue aimer ça) et dont la joie de vivre est communicative.

Faute d'organisation et de promotion, il y avait peu de monde malheureusement. Lors de la réunion des 3 fanfares pour le final et l'improvisation, il y avait plus de musiciens que de spectateurs... Enfin, nous on y était, c'est le principal!

Pour finir, une petite vidéo qui vaut ce qu'elle vaut. Le but du jeu: buter le gamin en plein milieu!

 

Posté par Nelfe à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 12 mai 2008

Concert pour l'annulation de la dette des pays du sud, Lanester, 09/05/08

commerce__quitable

Dans le cadre de la rencontre du commerce équitable d'ici et d'ailleurs au parc des expositions de Lorient, nous avons assisté vendredi dernier au concert pour l'annulation de la dette des pays du sud. Malheureusement l'opération n'a pas beaucoup de succès, bien que la cause soit louable, et peu de gens sont au rendez-vous. Malgré tout, l'ambiance y est sympathique, le jus de fruit et les sandwich bios, le public babos et/ou engagé.

Bien qu'étant dans un hangar de parc des expos, le son est très bon (donc les ingénieurs du son aussi!) et nous allons très vite nous vautrer par terre et savourer ces airs venus d'ailleurs. Au cours de cette soirée "word music", nous allons voyagé avec nos oreilles de l'Inde à l'Afrique...

olli

Olli and the Bollywood Orchestra nous transporte instantanément en Inde. 7 musiciens sur scène, des intruments typiques (tels que de la flûte bansuri, doudouk arménien, sarod, tablas, dholak, ganjira), des instruments plus connus sous nos lattitudes (harmonium, clavier, basse) et des ordinateurs: un savant mélange entre "tradition et modernité" et une musique très intéressante où on flirte avec la méditation.

muktaMukta est un groupe incontournable pour les amateurs de word jazz. Mélant Inde et jazz avec ses compositions chatoyantes et une instrumentation originale, Mukta parcourt le monde et donne de nombreux concerts parsemés d'improvisation savament dosée. Du "bonheur à tartiner" pour les fans de fusion, un bon moment de zen pour les autres dont je fais parti. Il est indéniable que ce sont de très bons musiciens mais encore faut il aimer le jazz...

julien_jacob

Julien Jacob nous propose une musique africaine composée de litanies à laquelle nous n'adhérons pas des masses. Des fans sont présents et le public se lève pour tortiller des fesses. Au pire Mr K trouve ça chiant, au mieux, je trouve ça sautillant par moment mais sans grand enthousiasme... Encore une histoire de goût!

En tout cas, le guitariste maîtrise très bien ces 3 accords qui tournent en boucle!

2 autres groupes étaient programmés: Monkey B et Nouch'ma mais nous ne sommes pas restés.

En résumé, nous avons passé une très bonne soirée sous les banderoles anti FMI et autres "Destroy Capitalism" savourant ces musiques du monde. Bien que ce ne soit pas mon style de musique préféré, j'ai aimé le côté cool et relax de ces airs et retenterai l'expérience si l'occasion se représentait.

Posté par Nelfe à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]