jeudi 25 septembre 2008

"In pax we trust!"

PAIX,nom féminin (Droit naturel politique & moral): c'est la tranquillité dont une société politique jouit; soit au-dedans, par le bon ordre qui règne entre ses membres;soit au-dehors, par la bonne intelligence dans laquelle elle vit avec les autres peuples.

Hobbes a prétendu que les hommes étaient sans cesse dans un état de guerre de tous contre tous; le sentiment de ce philosophe atrabilaire ne paraît pas mieux fondé que s'il eût dit que l'état de la douleur et de la maladie est naturel à l'homme. Ainsi   que les corps physiques, les corps politiques sont sujets à des révolutions cruelles et   dangereuses; quoique ces infirmités soient des suites nécessaires de la faiblesse   humaine, elles ne peuvent être appelées un état naturel. La guerre est un fruit de la   dépravation des hommes; c'est une maladie convulsive et violente du corps politique; il   n'est en santé, c'est-à-dire dans son état naturel, que lorsqu'il jouit de la paix;   c'est elle qui donne de la vigueur aux empires; elle maintient l'ordre parmi les citoyens;   elle laisse aux lois la force qui leur est nécessaire; elle favorise la population,   l'agriculture et le commerce; en un mot, elle procure au peuple le bonheur qui est le but   de toute société. La guerre, au contraire, dépeuple les États; elle y fait régner le   désordre; les lois sont forcées de se taire à la vue de la licence qu'elle introduit;   elle rend incertaines la liberté et la propriété des citoyens ; elle trouble et fait   négliger le commerce; les terres deviennent incultes et abandonnées. Jamais les   triomphes les plus éclatants ne peuvent dédommager une nation de la perte d'une   multitude de ses membres que la guerre sacrifie. Ses victimes mêmes lui font des plaies   profondes que la paix seule peut guérir.
 

Si la raison gouvernait les hommes, si elle avait sur les chefs des nations   l'empire qui lui est dû, on ne les verrait point se livrer inconsidérément aux fureurs   de la guerre. Ils ne marqueraient point cet acharnement qui caractérise les bêtes   féroces. Attentifs à conserver une tranquillité de qui dépend leur bonheur, ils ne   saisiraient point toutes les occasions de troubler celle des autres. Satisfaits des biens   que la nature a distribués à tous ses enfants, ils ne regarderaient point avec envie   ceux qu'elle a accordés à d'autres peuples; les souverains sentiraient que des   conquêtes payées du sang de leurs sujets ne valent jamais le prix qu'elles ont coûté.   Mais, par une fatalité déplorable, les nations vivent entre elles dans une défiance   réciproque; perpétuellement occupés à repousser les entreprises injustes des autres ou   à en former elles-mêmes, les prétextes les plus frivoles leur mettent les armes à la   main. Et l'on croirait qu'elles ont une volonté permanente de se priver des avantages que   la Providence ou l'industrie leur ont procurés. Les passions aveugles des princes les   portent à étendre les bornes de leurs États; peu occupés du bien de leurs sujets, ils   ne cherchent qu'à grossir le nombre des hommes qu'ils rendent malheureux. Ces passions,   allumées ou entretenues par des ministres ambitieux ou par des guerriers dont la   profession est incompatible avec le repos, ont eu, dans tous les âges, les effets les   plus funestes pour l'humanité. L'histoire ne nous fournit que des exemples de paix   violées, de guerres injustes et cruelles, de champs dévastés, de villes réduites en   cendres. L'épuisement seul semble forcer les princes à la paix; ils   s'aperçoivent toujours trop tard que le sang du citoyen s'est mêlé à celui de   l'ennemi; ce carnage inutile n'a servi qu'à cimenter l'édifice chimérique de la gloire   du conquérant et de ses guerriers turbulents; le bonheur de ses peuples est la première   victime qui est immolée à son caprice ou aux vues intéressées de ses courtisans.
  
Dans ces empires, établis autrefois par la force des armes,   ou par un reste de barbarie, la guerre seule mène aux honneurs, à la considération, à   la gloire; des princes ou des ministres pacifiques sont sans cesse exposés aux censures,   au ridicule, à la haine d'un tas d'hommes de sang, que leur état intéresse au   désordre. Probus, guerrier doux et humain, est massacré par ses soldats pour avoir   décelé ses dispositions pacifiques. Dans un gouvernement militaire le repos est pour   trop de gens un état violent et incommode; il faut dans le souverain une fermeté   inaltérable, un amour invincible de l'ordre et du bien public, pour résister aux   clameurs des guerriers qui l'environnent. Leur voix tumultueuse étouffe sans cesse le cri   de la nation, dont le seul intérêt se trouve dans la tranquillité. Les partisans de la   guerre ne manquent point de prétextes pour exciter le désordre et pour faire écouter   leurs vœux intéressés : « c'est par la guerre, disent-ils, que les états   s'affermissent; une nation s'amollit, se dégrade dans la paix; sa gloire l'engage   à prendre part aux querelles des nations voisines, le parti du repos n'est celui que des   faibles ». Les souverains trompés par ces raisons spécieuses, sont forcés d'y céder;   ils sacrifient à des craintes, à des vues chimériques la tranquillité, le sang et les   trésors de leurs sujets. Quoique l'ambition, l'avarice, la jalousie et la mauvaise foi   des peuples voisins ne fournissent que trop de raisons légitimes pour recourir aux armes,   la guerre serait beaucoup moins fréquente, si on n'attendait que des motifs réels ou une   nécessité absolue de la faire; les princes qui aiment leurs peuples, savent que la   guerre la plus nécessaire est toujours funeste, et que jamais elle n'est utile qu'autant   qu'elle assure la paix. On disait au grand Gustave, que par ses glorieux succès il   paraissait que la Providence l'avait fait naître pour le salut des hommes; que son   courage était un don de la Toute-Puissance, et un effet visible de sa bonté. Dites   plutôt de sa colère, répartit le conquérant; si la guerre que je fais est un   remède, il est plus insupportable que vos maux.

Étienne-Noël DAMILAVILLE,   Article Paix, Encyclopédie (1751)

Posté par Mr K à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 septembre 2008

"Les chiennes savantes" de Virginie Despentes

virginieCandidate libre au bac, Virginie  fait tous les métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse dans un salon de massage à Lyon, pigiste pour des journaux rock et porno ou vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris. Fille unique de fonctionnaires, elle brave les interdits familiaux en devenant une véritable égérie 'underground’. Auteur d'ouvrages sulfureux et décriés, elle dépeint un monde malsain et vil qu'elle n'a que trop côtoyé. Ses romans au style littéraire innovant, alliant vulgarité et réalité, font d'elle une madone de la littérature 'trash'. Après une retentissante adaptation cinématographique de son livre "Baise moi", Virginie Despentes, lassée des étiquettes qu'on lui attribue, décide d'aborder des thèmes optimistes avec "Teen Spirit", son quatrième roman qui traite outre de la paternité, de réussite sociale... changement radical ! Enfin, en 2006, elle tombe le masque et raconte dans 'King Kong Théorie' comment elle est devenue ce personnage controversé.

chiennes"Les chiennes savantes" est le troisième opus que je lis de cette écrivaine hors norme. En parcourant le web à la recherche d'avis sur son oeuvre, on ne peut qu'être frappé par ce que l'on peut y trouver. Peu d'avis mesurés, c'est soit on aime soit on déteste.

Pour ma part, je l'ai découverte au cinéma durant les deux ou trois jours où "Baise-moi" était resté à l'affiche avant son interdiction. J'étais sorti impressionné (impossible de dire sur le coup si j'avais aimé ou détesté le film!) et m'étais rué chez mon libraire pour y acheter le livre que j'avais pour le coup adoré. Sens inné de l'écrire, une approche simple et sans concession d'un road movie bien thrash. J'avais enchaîné ensuite sur son recueil de nouvelles "mordre à travers" que j'avais bien aimé même si les textes étaient inégaux.

V'là-t-il pas que ma frangine me prête "les chiennes savantes" à la mi-août. Après un été dédié aux plaisirs vidéos-ludiques, il me fallait quelque chose de frais pour reprendre mon année de lecteur. Un bon Despentes semblait faire l'affaire... Voyez le temps que j'ai mis à le lire...

Franchement, c'est la première fois que je bloque autant sur un livre (à part les oeuvres imposées de Molière au collège!). Inutile de préciser que j'ai été grandement déçu. L'histoire est peu intéressante et parfois décousue. On peut faire du thrash mais on ne peut sacrifier un bon fil conducteur, et là malheureusement j'ai décroché. L'héroïne est détestable au possible et complètement c.... (excusez-moi); elle sombre c'est sûr, mais de là à se faire manipuler par un mysogine qu'on voit arriver gros comme un camion... Non, vraiment rien à sauver, si ce n'est quelques personnages secondaires bien mis en valeur comme "la reine mère" ou "Saïd". Le reste n'est qu' errances hypnotiques, roulage de joint, re-errance, re-roulage de joint... Finalement, pas si thrash que ça. La machine semble tourner à vide, j'en suis le premier contrit.

Cette mauvaise expérience littéraire ne m'empêchera cependant pas de penser que Virginie Despente reste une des meilleures écrivaines de sa génération. Prochainement, ma sœur me prêtera "King Kong Théory" qu'elle m'a assuré bien meilleur. En attendant, je me replonge dans une valeur sûre que je vous commenterai prochainement.

 

 

Posté par Mr K à 14:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 21 septembre 2008

Journées du patrimoine made in BZH

Oh mais c'est qu'il fait super beau aujourd'hui! Pas un nuage, un ciel bleu magnifique, ça c'est un temps à pique nique et à promenades! Combinez à ça le fait qu'on soit le week-end des Journées du Patrimoine et, ni une ni deux, voici Nelfe et Mr K on the road again again.

En ce qui nous concerne, nous n'attendons pas les Journées du Patrimoine pour être curieux de ce qui nous entoure mais il faut bien avouer que pour les ouvertures exceptionnelles, nous ne raterions ce week-end pour rien au monde.

C'est donc avec un sac rempli de cake aux lardons et tomates cerises que nous avons sauter dans la R25, carte routière et appareil photo en bandouillère.

C'est tout d'abord sur Priziac que notre choix s'est porté. En effet, 2 chapelles ouvraient exceptionnellement leurs portes et il faut dire que la description était plutôt alléchante.

La Chapelle St Nicolas date du XVIème siècle et possède un jubé magnifique de 7m sur 5 dont la décoration est très riche et colorée. Orné de cariatides et atlantes, il narre les miracles de St Nicolas et présente les 12 apôtres du Christ. Je vous invite à cliquer sur le lien si vous voulez entrer dans les détails, cette page web étant un vrai puits de science!

St_Nicolas

La Chapelle St Yves, toujours à Priziac, date quant à elle du XIXème siècle. La particularité de cette chapelle est sa tribune en bois sculptée où les 7 péchés capitaux sont représentés, ainsi que le renégat, les vains serments, le jeu, la boisson et l'hypocrisie. Des animaux "pas très catholiques" sont également présents: serpents, lézards, crapauds, scorpions... Chaque représentation est affublée d'un costume régional et le tout donne une ambiance très "particulière" au lieu.

St_Yves

Après une pause déjeuner bien méritée au bord d'un étang (c'est que la culture religieuse, ça creuse!), nous décidons d'abandonner les églises au profit de châteaux.

Le Château de Trégarantec et son jardin à la française réparti sur 3 niveaux sera donc notre première visite de l'après-midi. Datant du XVIIème siècle, il est toujours habité. Ci dessous une photo de sa chapelle (et oui, encore!).

Tr_garantec

Petite pause dans cet indigeste récit (j'en conviens). J'ai pensé à vous bande de pro-félins... Oh qu'il est trop trounious ce chaminoumignon! Ouh le petit chachat, comme il est bôôôô! Et il est où le chat? Et il est où? Et gnagnagni et gnagnagna... Ben il est là!

Chat

Revenons aux choses sérieuses. Il en faut pas beaucoup pour vous distraire...

Enfin, le Château de Coat-Couraval qui, je vous l'annonce d'office, est notre nouvelle acquisition. Nous vous invitons tous à la crémaillère!
Il s'agit d'une maison forte du XVème siècle, typique de la Bretagne intérieure. Erigée par des seigneurs et riches bourgeois pour y habiter, sans prétention militaire, son jardin à la française est orné de bassins servant autrefois à rouir le lin.

CoatCouraval Alors? Quand est-ce que vous venez manger à la maison!?

CoatCouraval1

 

samedi 20 septembre 2008

Le Grenelle a du plomb dans l'aile

Nicolas Sarkozy a réaffirmé, vendredi 19 septembre, son soutien au principe du bonus-malus pour encourager l'usage de produits propres mais son opposition à toute nouvelle fiscalité sur des biens de grande consommation. Pour rassurer les organisations écologistes, le président de la République assure qu'il entend demeurer fidèle aux engagements issus du processus de consultation dit du "Grenelle de l'environnement".

Il n'empêche. Dans un entretien à Libération, samedi 20 septembre, l'animateur de télévision écologiste Nicolas Hulot pousse un coup de gueule  :  "  Il y a une inertie culturelle crasse. On se gargarise tellement du terme développement durable qu'il finit par me donner la nausée. Quand je vois ceux qui veulent faire un grand prix de F1 aux portes de Paris sous le signe du développement durable, je dis "halte au feu"! Il faut être cohérent, s'insurge-t-il. Je sais bien qu'il y a des résistances au sein même de l'exécutif. On n'a guère entendu Matignon : il y avait du côté du premier ministre des réticences sur la loi OGM. Elles se reproduisent. Et je ne suis pas étonné qu'un certain nombre de députés et sénateurs, qui ont des préjugés gigantesques sur ces sujets-là, soient dans le refus et le déni. Qu'ils refusent, d'accord, mais qu'ils proposent autre chose."

RÉORIENTER LA FISCALITÉ

" Ce qui n'est pas normal, c'est que plus de 70 % de notre fiscalité porte sur le travail, alors que c'est l'énergie, les impacts environnementaux et les ressources naturelles qu'il faut réguler. Il n'y a pas besoin d'être prix Nobel d'économie pour dire qu'il y a un truc qui ne va pas dans le système. Même Jean-Pierre Raffarin, à l'époque Premier ministre, et j'avais eu du mal à le convaincre, a accepté une commission sur les financements innovants, présidée par Jean-Pierre Landeau."

Corinne Lepage, présidente de CAP21 et vice-présidente du MoDem s'inquiète, elle aussi. Elle estimait, vendredi, sur France info  que c'est un mauvais signe. " Tout cela est né d'une fronde de l'UMP ". Pour elle, il y a un sentiment antigrenelle très puissant. " Je me demande ce qui va rester du Grenelle ", reprend-elle. " On est en face d'une majorité de l'UMP qui ne comprend pas que le monde est en train de changer. "

Le Monde.fr du 20/09/2008

terre_entre_nos_mains

Posté par Mr K à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 17 septembre 2008

Rentrée "travestie"

Dans la série, on nous prend vraiment pour des imbéciles, lisez plutôt cette brève parue dans notre "canard" préféré... C'est édifiant! Plus fort que le "Ségo-show" et le "Sarko-show", voici le "Dati-show"!!! Et pourtant, la barre était haute!

.

Dati bidonne à Fleury

Pas question de rater la rentrée des classes, le 2 septembre! Rachida Dati a donc rendu visite aux "jeunes détenus de Fleury-Mérogis qui faisaient leur rentrée scolaire", comme l'annonce fièrement la site du ministère de la justice, vidéo à l'appui. On peut y admirer la garde des sceaux déclarant, dans une salle de classe et devant une nuée de journalistes: "je suis venue rappeler que la rentrée scolaire, c'est pour tous les mineurs, y compris ici!"

Pure mise en scène: en fait, la rentrée scolaire au centre des jeunes détenus de Fleury ne commence qu'à la mi-septembre. La prison a dû organiser à la hâte des cours fictifs pour ce beau reportage.

Raisons de sécurité obligent, les faux élèves mais vrais prisonniers ont été confinés dans les salles pendant les deux heures de la visite, ce qui a fait sauter leur heure de sport. Et, par pudeur sans doute, la vidéo du ministère a soigneusement fait taire les voix s'élevant des cellules et saluant Dati au cri de: "On veut la conditionnelle, comme tes frangins!"

Les détenus préfèrent les vraies sorties aux fausses rentrées...

Le Canard enchaîné, n°4585

.

Si vous avez du temps à perdre et que la démagogie vous fait délirer, je ne peux que vous conseiller d'aller sur Dailymotion et de rechercher la vidéo en tapant Dati + Fleury. Je me refuse à la "poster" sur ce blog par principe. On a beau adorer des oeuvres comme "1984", on ne va pas pour autant servir indirectement "Big Brother"!

Aaaaah Rachida... Le quatrième pouvoir poussé à son paroxysme...

Posté par Mr K à 19:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mardi 16 septembre 2008

Festival de St Nolff 2008

st_nolff_affiche

Celà faisait à peu près 2 mois que nous avions nos places.
Pour cette édition, il y a  Iggy Pop au programme!!!! Non mais putain, Iggy Pop quoi!!!!!!
Hilight Triiiiiiiiiiiiibe!!! Non mais putain, Hilight Tribe quoi!!!!!

Bon, comme vous l'aurez compris, nous sommes allés à St Nolff essentiellement pour Iggy Pop et Hilight Tribe. Une fois un oeil jeté sur le running order, déception: Iggy et Hilight Tribe jouent quasiment en MEME TEMPS! Non mais c'est pas vrai ça!!!! Tant pis il va falloir être moins gourmand que prévu...

Nous arrivons sur le site vers 17h30 et, une fois retrouvés nos amis "kekene-addict", nous nous dirigeons sur le site. Il y a une petite trotte entre le parking et l'entrée du festival et nous entendons de loin la prestation d'Elmer Food Beat. J'aurai beaucoup aimé le voir en live mais des fucking embouteillages nous ont freiné sur la route. Nous nous sommes contentés de le voir sur le portable de Yo (Merci Yo! J'ai adoré ton look Foodbeatien!). Ce sera pour une prochaine fois...

.

tetes_raidesC'est donc devant les Têtes Raides (clic) que commence notre festival. Perso, je suis contente et sautille allègrement. Mr K lui aime beaucoup moins. Mettez lui un accordéon dans un groupe et il frôle la nausée... Pour ma part, je n'ai pas d'album à la maison mais apprécie toujours de les voir en festival. Ce n'est pas la première fois et ce ne sera sûrement pas la dernière vu qu'ils sont adeptes des festivals.

A St Nolff, ils nous ont fait du Têtes Raides avec leur superbe "Ginette". Chansons bien françaises, guiguette inside... Très engagés, je ne peux m'empêcher de souligner qu'ils se sont trompés de route en allant à la fête de l'Huma (qui avait lieu ce même week-end).

Pause kebab (et oui il est 19h, on a faim et on préfère éviter la cohue des affamés des heures tardives! C'est qu'on est prévoyants nous, messieurs, dames!). Pendant ce temps se déroule le set de Femi Kuti (clic), récente signature du label Tôt ou Tard (c'est mes amis, ils sont tous trop beaux, trop doués, et ils sentent tous bons!). De loin, c'était pas mal. Je ne suis pas fan de word music donc je ne m'étendrai pas plus sur le sujet. D'autant plus que nous étions très loin de la scène...

.

BB_BrunesArrivent ensuite la prestation des BB Brunes (clic). Ils sont pas mignonnets ces 3 ptits ados boutonneux?
Pour être franche, à la maison, les BB Brunes, c'est loin d'être notre tasse de thé mais comme nous aimons savoir de quoi on parle quand on l'ouvre, on s'est dévoué et avons assisté à une partie du concert des BB Brunes.

Résulat des courses: La voix est tout simplement insupportable! Soit sympa et reviens quand tu auras mué, pas avant, par pitié! Ceci dit, niveau prestation musicale et vu leur jeune âge, force est de constater qu'ils ont un certain talent. Ils se sont fait plus huer qu'applaudir et je ne trouve pas ça du tout justifié. Certains ont sûrement du mal à accepter le fait que des gamins sont là sur scène à prendre leur pied à leur place... De la connerie pure et simple.
Et les "Est-ce que ça va putain de meeeeerde????" du chanteur n'ont pas arrangé les choses...
Slam raté, jet de mottes de terre sur la scène. Ils n'ont pas mérité ça...

.

hilightHilight Tribe (clic), sous le chapiteau, a tout bonnement mit le feu! Putain que c'était bon! Quelle énergie, quelle présence, quelle ambiance! Enorme moment où on a tous dansé comme des fous (avec la place que nous avions dans ce minuscule chapiteau). Seulement 40 minutes pour nous, pour cause de "chevauchement" avec Iggy Pop, mais 40 minutes intense!

J'espère que l'on aura l'occasion d'aller les voir en concert solo, je suis d'ailleurs à l'affût de la moindre date, car c'est carrément jouissif! Ecoutez "Free tibet"... Raaaa...

.

the_stooges

Arrive l'autre moment tant attendu: Iggy Pop et les Stooges (clic).

Comme sorti tout droit du coeur, dès les premières mesures et l'arrivée d'Iggy sur scène, cette phrase de Mr K hurlée dans mon oreille: "Regarde!!!! Regarde comme il est beau!!!!".

Et il a raison!!! Sur scène, c'est un dieu vivant. Une présence scénique hors du commun, complètement déjanté, des aigües et des graves hallucinants.
De nous deux, c'est bien Mr K le plus atteint donc je le laisse vous en dire plus dans les commentaires ou un prochain post. Quel suspense!

C'est sur Dub Inc. que se termine notre St Nolff 2008. Ce n'est pas du tout notre came et on décide de rejoindre la voiture après la méga claque des Stooges. Planons encore un peu...

Posté par Nelfe à 20:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 15 septembre 2008

RIP Richard Wright

Pink

Richard Wright, le claviériste et l'un des membres fondateurs du groupe Pink Floyd, est mort aujourd'hui à l'âge de 65 ans des suites d'un cancer.

Il a notamment composé des musiques et chanté sur plusieurs albums du groupe comme Ummagumma, Dark side of the moon et Wish you were here.

Même s'il se retrouve au paradis des étoiles du rock trop tôt disparues, aux côtés de Jim Morrison, George Harrison, Syd Barret, Janis Joplin (...), au Capharnaüm éclairé, ça nous fout bien les boules...

Posté par Nelfe à 23:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 13 septembre 2008

Petite fable africaine

grenouille

Le scorpion et la grenouille

Au bord d’une large rivière, un scorpion méditait : "Comment traverser la rivière ?"

Le scorpion appela une grenouille qui passait à côté :
- Veux-tu m’aider à traverser la rivière ?
- Tu es fou ! Si tu es sur mon dos, tu me piqueras et je mourrai !
- Ne sois pas stupide, je ne sais pas nager ! Si je te piques, tu couleras et je mourrai aussi !
Après une longue discussion, le scorpion réussit à convaincre la grenouille qui accepta.

Mais, au milieu de la rivière, une douloureuse brûlure dans le dos fit tressaillir la grenouille.
- Sale bête ! Tu m’as piquée ! Je vais mourir bientôt !
- Oui, j'en suis désolé, mais… ce n'est pas possible d'échapper à sa vraie nature.

Et les deux bêtes sombrèrent ensemble dans la rivière boueuse.

scorpion

Posté par Mr K à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 11 septembre 2008

1er Avril avant l'heure...

Non non vous ne rêvez pas... Super Lance Armstrong, accompagné de ses supers pouvoirs, dit bye bye à sa retraite et remonte en selle à bientôt 37 ans! J'espère que vous avez profité de ces 3 ans de Tour de France sans lui parcequ'il revient... Chouette...

armstrong

Posté par Nelfe à 19:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
mercredi 10 septembre 2008

"Edvige's academy" bientôt déprogrammée?

edwige

Strips Journal du 9 septembre 2008

Posté par Mr K à 16:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]