samedi 12 décembre 2009

Vaut mieux en rire...

johnny_hopital_REDUIT

Posté par Mr K à 18:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 11 décembre 2009

"La Part de l'autre" de Eric-Emmanuel Schmitt

la_part_de_lautreL'histoire: 8 octobre 1908: Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'Ecole des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...

La critique Nelfesque: Ce que j'ai aimé ce livre! Ce que j'aime cet auteur! Non seulement on apprend des choses (parce qu'on a beau avoir entendu nos profs d'histoire nous relater la seconde guerre mondiale un paquet de fois, il suffisait que le cours tombe avant ou après la pause déjeuner, ça rentrait par une oreille et ça ressortait par l'autre... Ca c'est parce que Mr K était encore sur les bancs de l'école héhé!) mais en plus l'émotion passe remarquablement bien sous la plume d'Eric-Emmanuel Schmitt. Ce livre est déstabilisant. On s'attache à l'Adolf Hitler deuxième version, à l'homme qu'il aurait pu être. On souffre quand il doit quitter sa vie quotidienne pour les tranchées de la première guerre mondiale, on a mal quand il perd un ami, on sourit quand il rencontre sa femme, on pleure quand elle tombe malade... Dans ces moments là, en refermant son livre, il est difficile de dire "Pauvre Adolf" et pourtant c'est bien de l'empathie que l'on a pour lui.

"La part de l'autre" n'est pas seulement le récit de ce qu'aurait pu être la vie d'Hitler si il avait intégré les beaux-arts. Si il s'était contenté de ça, Eric-Emmanuel Schmitt aurait fait dans la facilité (quoi que...). Là où le livre est intéressant c'est qu'il relate en parallèle la vie du vrai Hitler et donc l'Histoire. Un chapitre sur deux, on retrouve une chronologie avec l'avancée du parcours et de la pensée de celui qui va être, est ou a été le Führer. Ainsi, on a l'impression d'être au plus près du personnage historique, dans ses réflexions, dans son cheminement personnel qui va le mener où l'on sait.

Il est difficile de se détacher de cette oeuvre, difficile de revenir à la réalité, difficile d'entamer une autre lecture une fois la dernière page tournée car ce livre marque le lecteur à jamais. Un livre magnifique que je conseille vivement à qui aime l'Histoire, s'intéresse à cette période ou simplement cherche à comprendre.

jeudi 10 décembre 2009

Son braqueur lui envoie une lettre d'excuse...

braquage20main20armeelg3L'histoire se passe à Long Island, près de New York. Un soir de mai dernier, Mohammad Sohail travaille dans son épicerie quand surgit un voleur, une batte de base-ball à la main. L'épicier lui met un pistolet sous le nez et commence à discuter. Mais au lieu d'appeler la police, il lui offre 40 dollars et du pain et lui demande de décamper. Fin de l'histoire? Eh non! Il y a quelques jours, M. Sohail reçoit une lettre d'excuse. Le braqueur le remercie et lui annonce que, depuis cette agression, il mène une vie calme et rangée et su'il s'est converti à l'Islam. Sa lettre était accompagnée de 50 dollars.

Lu et apprécié dans Ouest France du 8/12/2009

Posté par Mr K à 18:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 9 décembre 2009

Tout seul dans l'arène il est le roi des ombres

M___Mister_Myst_re

Le 4ème album de M est sorti en septembre. Inutile de présenter le bonhomme. Tout le monde le connaît affublé de son "costume de plume" aux couleurs flashy avec les cheveux sculptés en forme de M grâce à une tonne de gel. D'un goût douteux, certes, exubérant, sans conteste, mais ce personnage a permis à Matthieu Chedid d'entrer en scène par la grande porte.

Voici 6 ans qu'il n'avait pas sorti d'album. 6 ans depuis "Qui de nous deux" qui avait raflé pas moins de 3 Victoires de la musique en 2003: meilleur interprète masculin de l'année, meilleur album de chansons/variétés et meilleure tournée. Le temps passe et cela fait bientôt 12 ans que M est dans le paysage musical français. On aime ou pas, on a entendu ses chansons jusqu'à la nausée ou on en redemande toujours. Chacun cochera la case qui lui correspond le mieux mais toujours est-il que l'on ne peut pas faire sans M aujourd'hui dans la chanson française. Quand il n'est pas chanteur, il est musicien, producteur, arrangeur... "La touche M" et ses riffs reconnaissables entre 1000 font mouche à chaque essai.

Aujourd'hui, Matthieu Chedid se détache de son personnage. Moins exubérant, plus soft, le "nouveau M" est intérieur plus qu'une créature du dehors comme par le passé. Cet album, "Mister Mystère" est une mise à nu. Matthieu Chedid s'y révèle plus sombre, plus solitaire... plus humain. Entouré de personnes qui lui sont chères et de talent, cet album relève presque de l'oeuvre familiale. Son frère, Joseph Chedid, a composé quelques musiques, Anne, sa soeur, est la voix féminine de bon nombre de titres, son autre soeur, Emilie, réalise le DVD qui accompagne l'album et Louis Chedid, qu'on ne présente plus s'occupe quant à lui du mixage de l'ensemble. Dans les collaborateurs, on compte également la présence de Brigitte Fontaine, George Kretek et Hocine Merabet pour les textes. Du beau monde disais-je.

Chaque chanson de "Mister Mystère" s'accompagne de deux films, deux visions qui s'opposent autant qu'elles se font écho, pensés comme des road-trips et filmés par Matthieu Chedid. Un sorte de cadeau Bonux! Pour ce nouveau départ, nouvelle maison de disque (M passe de EMI à Barclay) et nouveau look donc en bichromie noire et blanche. Les thèmes abordés sont sombres: le mythe de M dans "Le roi des ombres", le temps qui passe dans "Semaine" ou "Délivre", la mort dans "Hold-up", reprise de Louis Chedid, le sexe dans "Tanagra", le spleen dans "Phébus" ou "L'élixir"... L'esprit est accoustique, parfois à la limite du dépouillement, à l'opposé de la musique colorée, punchy et pop de naguère. Moins de folie rock et électrique donc, textes moins "délirants" mais plus de ballades à la guitare sèche comme dans "Tout sauf toi" ou "Délivre".

Un excellent album donc, plus calme, plus vrai, plus Matthieu que M. Tomberons nous dans les clichés en disant que c'est celui de la maturité?

Posté par Nelfe à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 décembre 2009

"Symphony of destruction" version Therion

therion11

"The Miskolc experience" est la dernière production en date d'un de mes groupes préférés: Therion. Nous en avions parlé déjà sur ce blog quand Nelfe et moi étions allés les voir à Rennes lors de leur tournée anniversaire, il y a déjà quelques temps. À classer dans le domaine du métal symphonique, cette étiquette est pleinement justifiée ici avec ce live du 22 mai 2007 qui présente la rencontre du groupe avec l'orchestre symphonique de Bucarest lors de l'Internal Opera festival en Hongrie.

Le coffret est séparé en deux parties. La première voit le groupe interpréter des morceaux du répertoire classique. On y trouve Verdi, Mozart, Dvorak , St Saens et Wagner ainsi que Clavicula Nox, une composition de Therion qui fait ici office d’introduction. Dans cette partie,  un réel arrangement est fait sur les morceaux pour intégrer les éléments plus Métal. Le tout dégage une puissance assez imposante qui m'a littéralement scotchée à mon fauteuil: mention spéciale à l'adaptation de Verdi et de Saint Saens.

Ensuite, on passe dans la deuxième partie consacrée à l'adaptation de morceaux de Therion. J'ai été moyennement convaincu, trouvant que l'orchestration disparaît bien vite derrière les guitares saturées et la batterie. C'est même à se demander par moment si il y a un orchestre symphonique derrière! Un comble quand on sait quel était le but poursuivi à l'origine! Reste un live correct mais qui ne diffère pas et surtout, ne dépasse pas le sublime double Live at Midgard.

Voici la Tracklist du DVD + CD:

Part 1 - Classical Adventures: (44 min.)

01. Clavicula Nox
02. Dvorak: Excerpt from Symphony no. 9
03. Verdi: Vedi! le fosche notturne spotigle from Il Trovatore
04. Mozart: "Dies Irae" from Requiem
05. Saint-Saens: Excerpt from Symphony No. 3
06. Wagner: "Notung! Notung! Niedliches Schwert!" from The Ring
07. Wagner: Excerpt from the Overture from Rienzi
08. Wagner: Second part of "Der Tag ist da" from Rienzzi
09. Wagner: First part of "Herbei! Herbei!" from Rienzi

Part 2 - Therion
Songs: (66 min.)

01. Blood Of Kingu
02. Sirius B
03. Lemuria
04. Eternal Return
05. Draconian
Trilogy
06. Schwartsalbenheim
07. Via Nocturna
08. The Rise Of Sodom And Gomorrah
09. Grand Finale

Posté par Mr K à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 6 décembre 2009

"Shutter Island" de Christian De Metter et Dessin Lehane

shutter_islandL'histoire: Nous sommes dans les années cinquante, au large de Boston, l'îlot de Shutter Island abrite un hôpital psychiatrique où sont internés des criminels. Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent: le marshal Teddy Daniels et son coéquipier  Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la "prison-hôpital" car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'intérieur? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant.

La critique Nelfesque: A la base, je ne suis pas très BD "sérieuses". Je vais plus être attirée par des bandes dessinées comiques et/ou pour enfants que par des histoires "hypothétiquement possibles". Toutefois, celle-ci m'a fait de l'oeil à la bibliothèque. Ayant déjà croisé son chemin sur la toile et me souvenant vaguement qu'elle avait eu de bonnes critiques, sans ouvrir l'ouvrage pour en voir les dessins, ni même lire l'histoire au dos, je décide de l'emprunter. Et bien j'ai bien fait! Lu d'une traite, cet ouvrage est tout d'abord très bien dessiné, dans les couleurs sépia qui apportent une noirceur supplémentaire à l'ensemble. Des couleurs plus vives apparaissent dans les rêves et délires des personnages. Traitement très intéressant. L'histoire, quant à elle, est retord et mène le lecteur par le bout du nez du début à la fin. Je viens juste d'apprendre qu'à la base, Shutter Island est un roman de Dennis Lehane qui n'est autre que l'auteur de l'excellent Mistic river. Du coup, je suis un peu dégoutée d'avoir lu la BD car connaissant maintenant la fin, j'aurai préféré lire le livre en premier! Enfin, toujours est-il que ne serait-ce que pour le trait du dessin je ne suis pas déçue de ma lecture. Le huis clos est superbement retranscrit par Christian de Metter, pesant et noir, avec son traitement à l'aquarelle. Je ne peux que vous conseiller la lecture de cette bande dessinée. Quant à moi, je vais essayer de voir le film de Martin Scorsese parce que, oui, c'est aussi un film!

shutter_island_1

 

Posté par Nelfe à 16:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 5 décembre 2009

Harry sous pression!

L'hmichael_connelly_blonde_beton_L_1istoire:

Une jeune femme blonde vient d'être découverte, coulée dans le béton. Quatre ans après l'enquête sur les meurtres du "Doll-maker", l'inspecteur Harry Bosch est traduit en justice. Une avocate arriviste et teigneuse l'accuse d'avoir tué un innocent, et non le serial killer qu'il croyait pourtant avoir identifié. Bosch commence à douter: inquiet et déterminé, il reprend l'enquête depuis le début.

La critique de Mr K:

Il s'agit de la troisième enquête d'Harry dans l'ordre chronologique de l'oeuvre de Connelly. Le moins que l'on puisse dire c'est que cette aventure est placée sous le signe de la pression, du doute et du suspens. Notre enquêteur préféré est ici confronté à deux adversaires coriaces et charismatiques: une avocate déterminée et maligne et un tueur en série insaisissable.

On retrouve dans ce livre tout le talent de Connelly dans la gestion de ses personnages toujours aussi précise et juste (acteurs sculptés au scalpel) et une description des vices et de la vie de la cité des anges. Au delà du roman, par petits éclats successifs, sont abordés les thèmes de la violence régnant dans les banlieues-ghettos américaines (mort par balle perdue, la spirale pauvreté / violence), le système juridique américain (vers lequel notre gouvernement actuel tend, clientélisme et primauté de l'argent sur le droit) mais aussi les notions de trahison, de vengeance et de remise en question d'un acte passé.

Harry se dévoile un peu plus, le rendant au fur et à mesure des volumes de plus en plus commun, un homme parmi tant d'autre dans un monde qui définitivement ne tourne pas rond. Ame esseulée et solitaire malgré l'amour sincère que lui voue sa compagne du moment (une institutrice confrontée à la mort d'une de ses élèves et au mutisme de son compagnon), on en apprend un peu plus sur son passé et sur le comment du pourquoi de son modus vivendi de loup solitaire.

À ce jour, La blonde en béton est pour moi le meilleur Connelly que j'ai pu lire, passionnant et addictif au possible. Je n'ai d'ailleurs pas pu en sortir avant d'avoir terminé la dernière page, profitant du moindre moment pour m'y plonger avec délice. Un grand pollar dans la pure tradition de James Ellroy: sombre et implacable.

Posté par Mr K à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 3 décembre 2009

Album de Goudi

Goudi

Chanteur belge, de son vrai nom Pierre Goudesone, fort d'une expérience de plusieurs années sur la scène musicale, de plusieurs concerts à son actif et d'une tournée française, italienne et croate au sein d'une autre formation, Goudi est malgré tout une découverte. Cet album éponyme est son premier sous son nouveau pseudo et nom de groupe Goudi. Composé principalement de titres en anglais, il contient également quelques titres en français et en néerlandais à prédominance rock.

Il y a du bon dans cet album. "Inside me" et "Leder ushje" révèlent une voix proche de celle d'Arno. Une mélodie accrocheuse qui pourrait en faire un tube pour l'une et des paroles en néerlandais intéressantes par la sonorité de la langue pour l'autre. "La Belgiek est chic", proche de Katerine par ses aspects club à la "Louxor, j'adore", titre en français, fait la liste de tout ce qui fait la réputation de la Belgique, de Brel au chocolat en passant par Jean-Claude van Damme. Absurde et fraîche. L'autre chanson en français, "L'été western", est quant à elle plus discutable avec ses paroles sans queue ni tête et son instru agaçante. Vous l'aurez compris, le bon côtoie donc le moins bon... Dommage... Ainsi "Paradise now" duo captivant avec Sabine Kabongo, "I ask myself" rock à la mélodie entrainante donnent la réplique à "When we were young" sorte de hard rock FM des 80's quand les gars sur scène avaient des longs cheveux frisés et des bandanas en bandeau. Parfois même cette dualité est présente au sein même d'un morceau. C'est le cas de "Wallflower" qui, utilisant un phrasé "métal" sur une musique plus légère, se révèle déroutant mais finit par crisper l'auditeur.

C'est donc mitigée que je termine mon écoute. Dans un premier temps emballée par les titres qui se succèdent, la répétition des riffs et automatismes instrumentaux font que peu à peu  l'excitation initiale laisse place à une certaine lassitude. Quelques morceaux choisis suffisent donc pour garder un bon souvenir de Goudi.

Posté par Nelfe à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 2 décembre 2009

Marcel et son orchestre à la fête de l'Huma Bretagne

marcel1

Samedi dernier était l'occaz pour vos deux blogueurs préférés d'aller faire un tour à la fête de l'Huma Bretagne sur Lanester. C'est pas très loin de chez nous, on donne des sous pour la Cause et c'est aussi (surtout! Diront les mauvaises langues!) la possibilité de voir en live l'un des tout meilleurs groupes français sur scène: les Marcel! C'était la passe de trois pour Nelfe et moi depuis que nous sommes ensemble (on les avait déjà vus en concert avant séparément, mais évidemment ça compte pas! Dis chérie, tu pourrais... Aie aie!!!! Pas taper!).

marcel2Avec la photo ci-jointe, tout est dit! On rentre dans une dimension parallèle où le travestissement est de rigueur cotoyant allégrement des sonorités punk / rock / reggae / ska et paroles farfelues voir à l'occasion engagées. On a affaire à 7 showmans totalement déjantés (mentions spéciales au chanteur, au bassiste et au trompettiste) et à un set aux petits oignons sans temps mort (excepté les cours chorégraphiques sur deux chansons, ambiance assurée!). Le premier morceau débute et on perd la notion de temps et c'est en sueur et heureux qu'on se rend compte qu'ils ont joué 1h40! Perso, j'étais de mauvaise humeur ce soir là car j'avais eu le malheur de regarder les infos (voir post précédent) et j'avais le moral plutôt dans les chaussettes. Une piqûre de Marcel et ça repart! Plus efficace qu'un Guronsan, moins douloureux qu'une baffe dans la tronche; c'est la garantie de ressortir avec la banane et d'être de bonne humeur dans les heures, voir les jours qui suivent.

marcel3Samedi, le groupe a joué beaucoup de morceaux tirés de leur dernier album "Bon chic, bon genre" (illustré par Charb) que nous avons d'ailleurs acheté à la fin du concert en sus de deux T-shirt classes... À signaler que malgré leur succès, les prix restent raisonnables. Le dernier opus est bien sympathique avec son lot de morceaux engagés et totalement délirants: "Elle est pas d'humeur" reste mon préféré! Les Marcel ont aussi joué leurs grands succès passés comme "Les neurones à crête", "Femme mûre" (toutes les filles sur la scène avec le band), "Comme un balai (in the wind)", "Les vaches" etc... Le chanteur s'est aussi amusé à traverser la salle de part en part en menant une farandole gigantesque avec la foule et le bassiste venait discuter avec le public tout en continuant de jouer. Vraiment une excellente ambiance, le public était assez hétéroclite et surtout bon esprit. Si l'occasion se présente, n'hésitez surtout pas car hillarants et bons musiciens à la fois, les Marcel en imposent!

Pour terminer, je vous glisse le clip qui ne passera jamais à la télé dixit le chanteur à la fin de leur performance. Le groupe nous encourage à faire passer le message, vu qu'ici on est plutôt d'accord avec le contenu (et c'est peu de le dire!)... voila c'est fait!

 

Posté par Mr K à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 1 décembre 2009

Un vaccin pour la crise?

Promis juré, ce sera notre seule et unique contribution au conditionnement médiatique en vigueur ces temps ci!

vaccin

Posté par Mr K à 22:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,