lundi 28 septembre 2009

Juste une mise au point...

Jakie Quartz! Jacqueline Cruchet! Voilà une artiste française 80's qui a bien sa place aux "lundis au soleil". Si on laisse de côté le texte de son titre phare "Mise au point", qui est quand même soit dit en passant tout bonnement pourrissime et se révèle finalement être les prémices du slam (!), je tiens à attirer votre attention sur la chorégraphie de ce clip. Non seulement Jakie nous sert là un titre intemporel mais elle nous donne une leçon de danse peu orthodoxe.

Vous pensiez mal danser? Vous n'osiez pas vous déhancher sur la piste, on the cube en boîte, de peur d'être ridicule? Et bien maintenant vous saurez qu'il y a toujours pire que vous et qu'ils n'en ont pas honte! Allez, lancez-vous! Je vous invite au Macumba samedi soir pour fêter ça!?

 

Posté par Nelfe à 17:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 25 septembre 2009

Tout est relatif!

net

Dessin de rodho tiré du site Strips Journal

Posté par Mr K à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 24 septembre 2009

Tribunal acte II

Aujourd'hui c'était tribunal! Nous étions convoqué à 14h à la session du tribunal de petite instance de Lorient pour mettre un point final à la guerre ouverte que nous livrons depuis maintenant presque six mois à notre ancien propriétaire véreux. Fallait s'y attendre, il ne s'est pas pointé: 1 point pour nous. Nous ne sommes passés qu'à 16h après de nombreuses autres affaires aussi diverses et variées que les différents légumes d'un bon couscous: coups et blessures à la sortie d'une école entre deux pères de familles de Locmiquélic (vraiment des dingues là-bas!), escroquerie à la construction immobilière, dettes non remboursées... Nous avons "plaidé" environ quinze minutes et les trois juges donneront leur délibéré le 22 octobre prochain. Nous sommes plutôt confiants quant au verdict.

metallica_andjusticeforall

Pour fêter ça, en rentrant (après que Nelfe soit repartie à son club photo), je me suis réécouté une des meilleures galette de heavy métal de tous les temps. Ca fait du bien après un après-midi tout de même stressant. Rendez-vous le 22 du mois prochain!

Posté par Mr K à 23:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 septembre 2009

"District 9" de Neill Blomkamp

district 9

L'histoire: Des extraterrestres venus se réfugier sur la planète Terre, il y a près de 30 ans, vivent depuis malmenés et sous haute surveillance dans le District 9. La tension est à son paroxysme et le mécontentement de la population est devenu incontrôlable.

La critique Nelfesque: Cela fait plusieurs mois que nous attendions la sortie de "District 9". On a attendu ce film comme rarement il nous arrive d'en attendre. Il faut dire aussi qu'ils ont mis le paquet à coup de site officiel bluffant et de campagne de mobilisation pour le respect des non humains. Plus il y a attente, plus il y a fantasme et plus il y a de risque d'être déçu, cela n'a nullement été mon cas. Bien au contraire! Je le dis haut et fort "District 9 est GENIAL!". Il n'est pas seulement réussi de par ses décors époustouflants de réalisme, son approche documentaire qui rend encore plus palpable l'histoire, il est surtout réussi dans son propos.

district9_1

"Des extraterrestres? Ouais bof, on en a vu déjà 50 des films traitants du sujet", certes ce n'est pas le 1er long métrage faisant des petits hommes verts (ici des "crevettes") leurs personnages principaux mais ici le propos est tellement transposable sur un sujet beaucoup plus épineux que le film prend une toute autre dimension. On se met à penser que ces bidons-villes de rétention ne sont pas seulement des sujets de film mais que l'on en a bel et bien sur notre planète. On se met à penser qu'ici, ce ne sont pas des extraterrestres que l'on expulse. Que ce sont des hommes que l'on traite pire que des chiens.

Alors quand on se met à pleurer devant un film où on présente des aliens malmenés par les autorités et la connerie humaine de se croire au dessus de tout et bien on se dit que finalement ce n'est malheureusement pas qu'une simple fiction...

district9_2

La critique de Mr K: 6/6 Attention film événement, absolument génial entre tragédie et "actionner" intelligent. Durant tout le métrage c'est la garantie d'avoir l'estomac noué devant tant de cruauté déployée par l'espèce humaine envers les "crevettes" sobriquet donné aux extraterrestres qui ont "atterri" contraints-forcés sur une planète peuplée de créatures fortement agressives à savoir Nous. Belle parabole sur l'apartheid, le réalisateur (c'est un premier film, ça promet!) ne tombe jamais dans la facilité, la démagogie et autres pièges propres à ce genre de défi cinématographique. D'une crédibilité à couper le souffle, nous n'en ressortons pas grandis bien au contraire. Du simple quidam vivant dans la rue au PDG d'une multinationale de l'armement (le MNU) en passant par les militaires bornés, aucune pitié pour ces êtres venus d'ailleurs qui se retrouvent ici ghettoïsés, avilis et parqués à des fins peu honorables: à savoir protéger les gens "normaux" et par là même occasion percer le secret de fonctionnement de leur armement high-tech.

La réalisation est excellente. La première partie du film est tournée à la manière d'un documentaire (images d'archives, interview de spécialistes et extraits de JT) pour après mieux se concentrer sur l'odyssée (mot à peine exagéré) du personnage principal interprété par Sharlto Copley extraordinaire de justesse, au personnage à la fois complexe et tellement humain (beaucoup de rebondissements dans sa trajectoire personnelle). Les créatures sont d'un réalisme poussé à l'extrême et volent la vedette aux acteurs humains par leur côté touchant et le sort révoltant qui leur est réservé (arrestations arbitraires, exécutions sommaires et des horreurs encore pires). Ces créations numériques jouent bien mieux que certains acteurs en activité...On est pas loin de verser sa petite larme à certains moments. Le final est un mélange subtil d'action (moi qui ne suis pas fan du genre action, j'ai été bluffé) et de choix qui détermineront le sort de la planète, le tout ouvrant sur une fin plutôt surprenante... Espérons qu'ils en restent là et ne tournent pas une suite vu le succès rencontré aux USA par ce film.

Vraiment énorme et à voir d'urgence même si ce n'est pas votre style de film tant son propos est universel et dépasse la notion de genre au cinéma. Un must et pas des moindres.

affiche_max

 

Posté par Nelfe à 19:02 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 22 septembre 2009

Petite joie du soir

Il est des jours bien crevant comme celui-ci. Des gamins agités mais néanmoins dynamiques et motivants pour le pédagogue, des séances de ping pong intensif avec un collègue sadique jouant en club depuis des années (David espèce de salopard!), des conseils d'administration qui semblent ne plus en finir et une Nelfe affamée qui attend son homme malgré ses douleurs stomacales. Heureux homme que je suis! Il est des jours comme ça où une seule et unique chanson s'impose: One of these days des Pink Floyd. Groupe intemporel devant l'éternel qui devrait être remboursé par la sécurité sociale. Je vous laisse avec cet extrait tiré du Live at Pompéï datant de l'époque où le flamand rose était au sommet de son art. Tout bonnement magique et idéal pour se remettre d'une dure journée. Enjoy!

Posté par Mr K à 22:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 20 septembre 2009

Journées du patrimoine sous antibios!

Ce week-end ont lieu comme chaque année les journées du patrimoine. L'occasion de pouvoir gratuitement visiter de hauts lieux de notre Histoire. Vous avez sans doute vu les images des longues files devant les grands lieux parisiens comme l'Élysée, Matignon, le Louvres et tutti quanti... De notre côté, nous nous sommes attachés cette année à découvrir quelques châteaux de la belle région où nous résidons, à savoir le Morbihan sud. Nelfe étant malade (nous sommes un couple qui partageons tout...), nous ne sommes partis qu'en début d'aprem, histoire d'être au top de notre forme pour les trois lieux que nous avions décidé de visiter. Élément désagréable de l'expédition, il fait moche, ciel couvert sans pluie d'où la médiocrité des clichés qui vont suivre, on vous aura prévénu!

111Première halte au manoir de Saint Quijeau sur la commune de Lanvénégen. Il s'agit d'une résidence noble dont les premières traces dans l'Histoire remontent à la 2e moitié XVème siècle et dont l'achèvement de l'édification date de la 1ère moitié XVIIIème siècle. Reste le corps de logis en totalité, dont les ruines de la chapelle en son extrémité est; élévations et toitures des communs est et ouest; les murs de clôture; le portail d' entrée et le puits. Quand nous arrivons, nous remarquons un attroupement de personnes que nous qualifierons "d'âgées". Nous nous mêlons au groupe qui s'avère en majeure partie plus intéressé par les techniques de restauration que par l'histoire même du site; d'où des questions extrêmement intéressantes (sic!) sur l'utilisation ou non de karcher pour nettoyer les façades (ils votent UMP ou quoi?), le taux d'humidité à l'intérieur... Rajoutez à cela un propriétaire certes affable mais dénoué de tout talent oratoire qui se perd en conjectures (entretien du talus jouxtant le verger...). Bref, nous sommes partis assez vite et comme la visite était forcément guidée, nous n'avons pu nous approcher de la cours et encore moins pénétrer à l'intérieur du bâtiment où nous attendait selon le site des journées du patrimoine un escalier de toute beauté... Un peu dégoutés mais pas désabusés, nous remontons dans la R25, remontons la route pour apercevoir l'ancienne métairie qui dépendait du manoir et partons en direction de notre prochaine destination...

222Destination que nous avons eu le plus grand mal à rejoindre. Je vous passe les détails, sachez simplement que nous avons demandé notre chemin à deux personnes âgées et que l'une d'entre elles s'est sauvée en courant (vous n'avez pas idée du caractère effrayant de Nelfe quand elle est malade et parle du nez...). Finalement, nous finissons par arriver au manoir de Kerduel à Lignol. Ce manoir, est habité et a failli être démoli. Il a été construit en trois campagnes et se compose de plusieurs bâtiments. D' une part, l'ancien manoir du 16e siècle, formé de deux ailes articulées autour de l'escalier à vis. D'autre part, accolé à l'ouest de ce manoir, un pavillon du 17e siècle à haute toiture à quatre pans et corniche sur gros modillons. Enfin, à l'arrière de ces constructions, dans l'angle formé par les deux ailes du 16e siècle et au revers du pavillon 17e siècle, un grand appentis construit ultérieurement. Nous sommes reçus ainsi qu'un couple de la quarantaine par le propriétaire bien sympathique auquel nous aurions posé davantage de questions si l'autre couple ne l'accaparait pas et ne nous coupait pas la parole à tout bout de champ (non, non on est pas des râleurs... on est maudit!). Reste un manoir magnifique, des poutres et de la vieille pierre, un escalier en vis d'époque et un travail de restauration parfait restant discret. La demeure de mes rêves depuis que je suis tout petit... Je vais pour sortir mon chèque mais Nelfe m'en empêche m'évitant par la même occasion de me ridiculiser... il paraît que ça coûterait cher... Seul bémol à cette visite, cela nous gène toujours un petit peu de visiter un lieu alors qu'il est habité, un peu comme quand on cherche un logement. Pour moi, c'est le moment fort de la journée...

333...qui s'enchaîne sur le pire, la route pour aller au château suivant. Nous avons cherché, erré pendant au moins une demi heure; la tension montait et j'étais à deux doigts d'abandonner ma chère et tendre au beau milieu de la forêt quand justement entre deux arbres au détour d'un virage nous apparaît le château de la Villeneuve-Jacquelot situé sur la commune de Quistinic. Grande seigneurie datant du XIIIème / XIV ème siècle s'étendant à l'époque sur 27 métairie , édification terminée au XVIIème siècle. Nelfe me fait remarquer qu'on a vraiment pas de bol, le toit est en effet en réfection, toute une partie du château est donc interdite d'accès au public. Reste un édifice très impressionnant, perdu au milieu de nulle part. Le parc est immense, la chapelle d'ailleurs est restée debout et se trouve un peu à l'écart. Quant à l'intérieur bien que dénudé, on ressent l'atmosphère propre à la vie de château d'antan: les pièces immenses, les restes de cheminées, l'escalier monumental, quelques meubles en bois massif typiquement bretons et une vue imprenable sur les environs. À noter que nous n'avons rencontré aucun emmerdeur cette fois ci!

Bilan contrasté donc entre quelques déceptions et la rencontre avec des sites impressionnants. Pour les lecteurs inquiets, je vous rassure de suite: Nelfe est toujours en vie et sa rhino est en voie de rémission... Sa mauvaise humeur par contre...

samedi 19 septembre 2009

200 000 euros dans le baba!

C'est en effet le prix du déplacement de notre "cher" président dans un hôpital, histoire de faire sa p'tite com'. C'est l'équivalent de dix salaires annuels d'infirmières. Pas vraiment surprenant dans l'Histoire de la présidence française mais ça fait toujours mal au cul!

iraksarko

Tiré du site de Bar

Posté par Mr K à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 17 septembre 2009

"Zombie Strippers" de Jay Lee

zombie_strippersL'histoire (ben ouais, y'en a une!): Quand un virus causant la réanimation des morts s’échappe d’un complexe gouvernemental secret, le premier endroit à être touché est un populaire club de danseuses de Rhino. Alors qu’une des stripteaseuses est infectée par le virus, elle se transforme en zombie assoiffée de sang, faisant d’elle l’attraction la plus populaire de club. Les autres filles résisteront-elles à la tentation de devenir des zombies elles aussi, même si cette opération est irréversible?

La critique de Mr K: Une fois n'est pas coutume, je chronique aujourd'hui un dvd. Il y a deux soirs de cela, encore une fois Nelfe et moi même discutions du film que nous allions regarder pour notre soirée. Ayant eu un écho plus que favorable de ma soeur et de mon beau frère à propos de ce film, je le proposais à ma chère et tendre... La réaction ne se fit pas attendre: "Encore un de tes films de zombie!" Un point pour elle! Il est vrai que je suis grand amateur de "films de genre". Je trouvais l'argument imparable qui allait la convaincre: "mais tu verras ma chérie, cette fois ci ce sera différent. Il paraît qu'il est marrant, un peu dans le style de "Shaun of the dead". Elle se laissa tenter et à priori (elle le confirmera dans les commentaires) a bien apprécié.

En effet, derrière ce titre des plus cheap (les streapteaseuses zombies fallait oser tout de même!) se cache un petit bijou de série B hargneux doublé d'une charge anti-bush et d'un authentique plaidoyer pour le girlpower (en un peu moins fin que la littérature féministe des années 70', un tout petit peu moins fin...). Certes, ne vous attendez pas au scénar du siècle, les acteurs sont parfois (souvent diront les mauvais pensants) en roue libre mais le spectacle est de toute beauté. -1 pour Jenna Jameson qui s'avère être refaite de partout, vraiment pas ma came celle-là. Mais rassurez-vous messieurs, il y a de quoi se rincer l'oeil sans pour autant se faire massacrer par sa moitié: "Mais voyons chérie, c'est un film d'horreur!". +1 pour Robert Englund (acteur historique de la série des Freddy) cabotin au diable mais à la présence toujours intact à l'écran, il joue ici un tenancier de boîte à streaptease pervers et ultra-maniaque quant aux règles d'hygiène, pour le coup il est gâté.
ZombieStrippers2
Un virus sévit donc, à cause une fois de plus des militaires et notamment de l'administration Bush qui cherche le soldat parfait à savoir quasi immortel, réfléchissant peu. Au détour d'une première scène hilarante (un faux JT), on apprend qu'ils ont aussi interdit le streaptease d'où la présence d'une boîte dans des égoûts (je vous le dis, le scénario touche au sublime!). Bref, les danseuses commencent à devenir affamées et quelques peu "gothiques" (voir la photo). Plus besoin de les payer, elles se paient elles-mêmes en emmenant les spectateurs (plus cons et abrutis les uns que les autres) dans les loges afin de se faire des hots dogs et autres michouis maisons. Force est de constater qu'ils l'ont bien cherché vu le comportement de gros porcs qu'ils ont pendant les danses (on s'y croirait!). C'est gore, très gore même mais l'humour est omniprésent et ça fait plaisir de voir les filles prendre leur revanche (c'est pas un métier facile tout de même...). Petite originalité, les zombies-filles parlent! Loin d'être une mauvaise idée quand on voit un crépage de chignon entre deux danseuses concurrentes en état de décomposition, très très drôle. Et c'est là toute la magie de cette production, aucun complexe, beaucoup d'humour et une bande son furieusement rock and roll.

Très très bonne surprise donc qui trouve naturellement sa place au panthéon des films d'horreur à vocation gore et humoristique aux côtés de Shaun of the dead, Brain dead, Severance et autres Bienvenue au cottage. A voir entre potes ou avec sa moitié si comme moi votre partenaire se révèle aussi "open" que la mienne... Et ouais, j'ai de la chance! Je t'aime ma puce!

Posté par Mr K à 18:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 16 septembre 2009

Festival de St Nolff 2009

festival_saint_nolff_2009

Le week-end dernier, comme tous les ans depuis 3 ans, je suis allée au festival de St Nolff, petit festoche bien sympatoche (ah ben ça commence bien...) qui a vu le jour en 97 et a depuis vu passer sur ses scènes nombreux artistes tels que Noir des', Miossec, Portishead, Louise Attaque, Archive, Dominique A, Muse, Marcel et son orchestre et Jean Passe... Un mot pour définir St Nolff: éclectisme. Plutôt 2: éclectisme et bonne humeur (merde ça fait 3).

Comme vous avez pu le lire dans un post précédent, en ce moment Mr K est chiant malade et tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva samedi matin, le matin même du festival! Après avoir bien flippé pour cause de grippe A en le fuyant comme la peste, nous avons très vite diagnostiqué un coup de froid doublé d'une rhino et la sentence a été irrévocable: il faut rester au chaud! Me voilà donc partie on the road avec un couple d'amis, seule et célibataire, en laissant mon compagnon agonisant dans d'atroces souffrances au milieu de ses microbes (j'suis sympa, je lui ai laissé le chat!).

Après une route de 2h30 (au lieu de 30 min... vive les bouchons de festival...), le festival étant à guichet fermé, j'ai trouvé relativement vite une personne à qui refourguer ma place. Une fois cette corvée terminée et l'énervement du temps perdu passé, nous voici donc "dans la place, wech cousin, tas vu!?".

Keziah_JonesKeziah Jones fut le 1er concert auquel j'ai assisté. Avec un léger retard de 15 minutes sur le début du set, je rentre assez vite dans la vibes de Keziah. Il avait déjà tombé la chemise pour le plus grand bonheur de ces dames et nous a fait là un véritable show accrocheur (chose loin d'être évidente quand l'artiste passe l'après-midi, en pleine lumière du jour).

Un ami me dit qu'avant ils étaient 15 sur scène avec moultes cuivres et percus mais restriction oblige (ben ouais même dans le showbiz) ils n'étaient que 3. L'histoire ne nous dira pas ce qu'ils ont fait de leurs potes...

Une reprise de Jimmy Hendrix met le feu au public et le rappel avec changement de tenue version black exploitation nous confirmera que Keziah est un artiste de scène.

 

 

arnoArno est l'un des artistes présents à St Nolff pour lequel j'ai pris ma place. J'avais vraiment envie de le voir sur scène aimant beaucoup son univers. J'avais un peu peur de l'état dans lequel il allait monter sur scène (ben oui il est un peu comme Miossec, capable du meilleur comme du pire). Bien sûr il avait plusieurs verres dans le nez mais juste ce qu'il faut pour assurer son set.

"J'aime bien mais il ne bouge pas beaucoup, ça me gâche tout!" me dit un autre pote (décidément ils sont plein de remarques intéressantes). Certes il reste accroché à son micro mais si il le lâche, il tombe, c'est aussi simple que ça. Alors oui il ne bouge pas beaucoup, son périmètre d'action doit se situer autour des 2m² mais wahou quel charisme! Et "Dans les yeux de ma mère" est tout bonnement à tomber!

pete_dohertyPeter Doherty, Pete pour les intimes fut le concert suivant. Bon ben faut aimer... ce n'est pas mon cas. Je profite de ce moment là pour me rapprovisionner en jetons boisson et faire un tour au merchandising.

Je ne le connaissais que de par sa réputation d'avoir plusieurs piquouses plantées dans chaque bras. Viendra, viendra pas? C'était sûrement la question des fans, puisqu'il n'assure pas toujours ses prestations programmées.

Bon ben là, il était là mais pas moi!

Et puis du Pete Doherty en unplugged, seul à la guitare, c'est encore moins mon truc...

patricePatrice... Bon ben c'est pareil, faut aimer...

Alors ok le gars se donne bien sur scène mais malheureusement pour lui (pour moi plutôt), il donne dans le reggae et moi le reggae c'est épidermique, c'est très rare que ça me touche. Enfin si en fait ça me touche, ça m'emmerde!

Rajoutez à ça le fait d'être dans la fosse, entourée de fan hystériques proche du pogo (non céline, je ne dis pas ça pour toi ^^) et vous aurez une nelfe énervée avec des envies de meurtre! Où est l'intérêt d'être saucissonné comme ça? Tu tombes, tu meurs piétiné!

En tout cas, je sais maintenant ce que sont devenus les Poetic lovers! Des trémolos à n'en plus finir, c'est sûr c'est eux!

.

.

ghinzuGhinzu va commencer. Alors, là, j'en peux plus, je tue père et mère, abandonne famille et amis (oui même les copines qui veulent faire pipi!) pour me rendre au plus vite sur la scène où va passer ce groupe bruxellois que j'adore.

Ghinzu, c'est énooooooorme. Je les avais vu à un enregistrement de Taratata et ils avaient mis le feu comme jamais. Les voir sur scène fut du même acabit puissance 1000 avec un chanteur claviériste qui monte sur le clavier. Des vrais piles électriques. A voir absolument! Mes pieds décollent tout seuls du sol, c magique!
Et puis après avoir entendu "Dragster wave" en live, je peux mourir.

skapSka P c'est THE méga claque dans la tronche de la soirée! Ska P c'est pas mal de mes années lycée mais depuis plusieurs années j'ai complètement décroché de leur actualité. Les voyant à l'affiche, j'étais super contente de pouvoir les voir sur scène. Une énergie hallucinante, un jeu de scène génial avec CRS, évêques, faucheuse, cage, chaise électrique suivant les besoins. Bref un EXCELLENT groupe de scène!

Pour moi (oui pour moi!) ils ont fait plein d'anciennes chansons, ce qui fait que j'ai pu chanter (et oui messieurs dames en español même si c'est un débit de malade!) et sauter frénétiquement dans tout les sens pendant plus d'une heure.

high_toneHigh Tone est un groupe de dub, surfant entre la jungle et l'électro. J'ai déjà eu l'occasion d'en parler car nous les avons vu jouer plusieurs fois. Ce groupe était la raison de venir à ce festival de Mr K (c'est con hein?!).

Comme à l'accoutumé, ils nous ont fait une prestation impeccable, agrémentée de vidéos sur 3 écrans géants sur lesquels sont projetées des vidéos collant parfaitement à la musique. L'ensemble donne un truc hypnotisant et plannant à vivre au moins une fois dans sa vie.

Rentrée à 5h du mat, ce fut un excellent festival où je retournerai encore une fois avec plaisir l'an prochain. En espérant que Mr K ne soit pas malade...

mardi 15 septembre 2009

La midinette qui est en moi est en deuil

swayzePatrick Swayze est mort... Cette phrase est tombée comme une bombe ce matin: "Patrick Swayze est mort".

Au même instant, je me prends en pleine face toute mon enfance/pré-adolescence. Patrick Swayze, comme pour beaucoup de petites nanas de ma génération, a été mon amoureux de primaire et de collège. Toutes les 2 semaines, en alternance avec "Quand Harry rencontre Sally" qui reste encore à ce jour un de mes films préférés, "Dirty dancing" tournait en boucle dans mon magnéto. A la fin du film, retours rapides effrénés qui ont passablement abimés la bande, afin de revoir "encore une fois" (pour la 5ème fois) la scène finale et s'entraîner avec les copines à la reproduire dans la cours de récréation.
"On laisse pas Bébé dans un coin!" Raaaaa Patrick Swayze le rebelle, Patrick Swayze le beau gosse, Patrick Swayze le dur au coeur tendre, le dernier de la classe, inculte qui ne sait faire que danser... Beaucoup de garçons vous diront que ce film est une daube. Tous des jaloux oui! Aujourd'hui les midinettes du monde entier ont la larme à l'oeil.

Et je ne parle même pas de "La cité de la joie" ou de la série "Nord et Sud"!

C'est peut être complètement débile mais aujourd'hui je suis triste...

Posté par Nelfe à 15:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,