jeudi 30 juillet 2009

Les percus de Nostang

percussion_du_monde_afficheBon OK... on poste un peu en retard mais c'était juste le week-end avant notre départ pour le sud! Donc, on est allé faire un tour au festival Percussions du monde qui se tient tous les ans sur Nostang dans le 56. Nous n'avons participé qu'à la deuxième journée vu que la première était placée sous le signe du reggae et que le reggae et nous, ben... comment dire... ça passe pas des masses pour rester poli. Par contre, la programmation du samedi était assez alléchante avec notamment Tony Allen et Ba Cissoko.

C'est avec notre Yannoche national (toujours célibataire à propos mesdames) et Kat et Thrash (oui mon compagnon de route -aux cheveux longs et soyeux- sur les éditions du Hellfest 2007 et 2008) que nous nous présentons à l'entrée du festoche vers les 18h. Il n'y a pas foule et l'entrée se fait rapidement. Les mecs de la sécu sont pas de gros nerveux et nous sommes vites dans la place. Soulagement premier, y'a des bars et de quoi manger. Ok la musique c'est important mais faut pouvoir se substanter afin de mieux apprécier les concerts... Des toilettes sèches écolos (c'est la mode dans ce type de rassemblements) et une série de boutiques type commerce équitable et T-shirts pour Djembé man et tous ses amis (voir la chanson des Fatals Picards). L'ambiance est donc décontractée et propice à la relaxation la plus profonde, certaines fumées "odorifiantes" sont d'ailleurs là pour nous le rappeler.

La parade des géants: C'est ce que l'on a pu voir en premier en arrivant sur le site. il s'agit de marionnettes géantes à forme humanoïde dirigées par une ou plusieurs personnes qui se déhanchent au rythme de percus. Très sympa, la troupe faisait figure de "fil rouge" entre les différents concerts se déroulant sur la scène principale en alternance avec le collectif de samba Yolande Do Brasil (sympa une fois mais vite gonflant).

lumaLuma et So Do Samba: nous a emmené dans un voyage vers les racines africaines de la musique Brésilienne de Salvador de Bahia en hommage au premier Bloco-Afro, le légendaire Ilé Aiyé. Musique des descendants d'esclaves festive et exigente, les musiciens se sont révélés excellents, le concert tout sauf redondant (ce que je craignais au premier abord étant peu féru de samba brésilienne). On retrouve sept percussionnistes survoltés sur scène et la voix grave et sensuelle de Luma (originaire de Sao Paulo), une voix unique et pour ne rien gâcher plutôt agréable à regarder... C'est du moins ce que je pense vu le nombre de "mâles" qui semblaient hypnotisés pendant le set, les yeux écarquillés et la bave au coin des lèvres (j'éxagère peut-être un peu là...).

Chérif M'Baw: pas grand chose à retenir sauf qu'il déclarait sa flamme à Nostang à tout bout de champ: "I love you Nostang". Certes le concert est carré, les musiciens pas mauvais mais nous n'avons pas été "transportés" et c'est avec un certain soulagement que nous avons accueilli la fin du concert.

tonyallenTony Allen: Enfin, il est là! Je dois avouer que c'est l'attraction de la soirée pour moi et je l'attendais avec impatience (je vous la présenterai un jour si vous êtes sages). Je n'ai pas été déçu et j'ai effectué par la même occasion un petit voyage dans le temps à l'époque où mes chers parents mettaient du Fela Kuti dans le salon et où je faisais des concours de danse avec ma sister chérie.

Tony Allen fut l'alter ego et l'ami de Fela, l'un des deux éléments constitutifs de cette forme nucléaire baptisée afrobeat, cette formule alchimique propice à toutes les explosions. Sans Tony, pas si sûr que l'histoire prit le même sens, pas si sûr que l'afrobeat tint les mêmes cadences infernales, de celles qui vous montent des pieds à la tête. Selon Fela, Tony sonnait comme un seul homme, "comme quatre batteurs". Question de vibrations, d'énergies, d'intentions. Le concert est tout simplement magique, "100% prog" comme le dit si bien notre ami yannoche!

bassisokoBa Cissoko: Kimitan Cissoko dit Ba, leader du groupe familial Ba Cissoko est à l'origine d'une révolution dans l'art traditionnel africain : l'électrisation de la kora, petit instrument à cordes, représentatif du son de la tradition orale mandingue. Alliant tradition et modernité, cette idée de génie de ce guinéen issu d'une longue lignée de griots, lui a valu le titre honorifique de " JIMI HENDRIX africain " et lui a permis de parcourir les plus grandes scènes de festivals et lieux emblématiques de la world music à travers le monde.

C'est l'un des moments fort de cette journée, le préféré de Nelfe et Kat en tout cas! Forme charmeuse, musique hybride entre son années 70' et musique parfois tribale, le public ne se trompe pas et adhére totalement. Musique entraînante, aucunement caricaturale de l'Afrique, originale...

Horreur, malheur; la pluie s'invite, tout d'abord le crachin bien bretonnant... Même pas mal! Puis un véritable déluge s'abat sur le site! J'ai même cru voir passer une arche remplie d'animaux africains sur la route! Les concerts continuent mais le moral de notre petite troupe est attaqué et nous décidons de rentrer illico presto avant de nous liquéfier totalement et d'attraper un rhume ce qui est toujours dommage en plein été! Reste un festival fort bien organisé, chaleureux, à la programmation éclectique que je vous conseille d'aller découvrir dès l'année prochaine!

Posté par Mr K à 13:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 23 mai 2009

Vincent Delerm, Quéven, 15/05/09

vincent_delerm

Il y a une semaine, je suis allée voir Vincent Delerm aux Arcs, à Quéven. Vincent est l'un de mes chouchous en chanson française (ce qui n'est pas du tout le cas de Mr K... Ce n'est pas bien grave, je survis!) et ce n'est pas la première fois que j'assiste à un de ses concerts. Entre les concerts parisiens, les festivals tels que Les Nuits de Fourvières à Lyon, invitée ou non, les afters, les soirées VIP... j'ai dû le voir une bonne dizaine de fois sur scène (oula, oui, au moins!). Pour le paraphraser, on a une relation comme ça, Vincent Delerm et moi...

Toujours est-il que j'ai quitté Paris il y a 1 an et demi et ça commençait à faire long tout ce temps sans doses delermiennes! Qu'à celà ne tienne, un concert s'annonce aux Arcs de Quéven pour le 15/05/09! J'y serais!
Seul bémol, je n'accroche pas vraiment à son dernier album "Quinze chansons"... Le Vincent Delerm que j'aime plus que tout, c'est celui du premier album, le Vincent Delerm en piano solo avec ses chansons nostalgiques bien cafardeuses.
Tant pis, je suis en manque, j'ai la bave au coin des lèvres, il me faut ma dose, je prends ma place! Plus tard les copines parisiennes aussi atteintes que moi, me certifient que j'ai bien fait, que son spectacle est excellent et qu'il y a une forte probabilité pour que je le trouve à tomber.

Nous sommes le 15 mai et je me dirige vers la salle... Seule... Mr K m'ayant lâchement abandonnée... En même temps, j'en aurais fait de même pour un concert de Slayer... C'est la première fois que je me rends à un concert toute seule, sans rejoindre personne à la salle. Ca fait un peu bizarre mais c'est ainsi, ici, personne n'aime Vincent Delerm! ^^ Et je ne vais pas me priver pour autant!

La première partie prend place pour 3/4 d'heure de set. Il s'agit de Marc Gauvin. Une voix à la Droopy, un verre de pif à disposition, des mélodies pas mal quoiqu'un peu (beaucoup) répétitives et des textes nuls. Inutile que je m'y attarde plus longtemps, je n'ai pas aimé, applaudissais à peine et matais ma montre toutes les 2 minutes en priant pour que ça cesse...

Heureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et après une petite pause commence enfin le concert de Vincent. Je suis bien placée, 5ème rang, j'ai une belle vue sur tout ce qui peut se passer sur scène. En effet, depuis quelques années, il ne fait plus ses concerts seul au piano comme au début mais se déplace pas mal et use de différents "gadgets" un peu partout sur scène.

Pour cette tournée, Vincent est accompagné par Ibrahim Maalouf et Nicolas Mathuriau qui sont tout deux... comment dire... polyvalents! Batterie, piano, xylo, orgue de barbarie... ils font tout. L'homme orchestre, c'est eux. D'abord un peu déçue par le fait qu'il n'y ait plus toute l'ancienne formation sur scène (et donc la disparition du violon/violoncelle/contrebasse), après 2 titres je n'y pensais même plus.

Dès la mise en place du décor, on comprend que le spectacle sera très ancré années 40/50 avec des panneaux grandeurs natures d'actrices de l'époque en noir et blanc, un tourniquet d'ombres chinoises reprenant les silhouettes de "La mélodie du bonheur" ou de "La vie est belle" de Franck Capra... Au fur et à mesure que nous avançons dans le spectacle, la première impression se confirme avec des allusions au film de Jacques Tati "Les vacances de M. Hulot" sous forme de carrousel à cartes postales et des extraits de Truffaut (plus années 60). Le décor est empreint de cet atmosphère avec des panneaux aux papiers peints orange/marron kitch, téléviseurs d'époques, projecteur... Un interlude pubs années 60 avec distribution de Michokos par des ouvreuses de cinéma ne fait que rajouter une couche! Nous ne sommes plus en 2009, nous sommes à un concert de Vincent Delerm, un moment décalé jouissif.

En ce qui concerne les titres interprétés, nous avons eu droit à beaucoup d'anciennes chansons et je suis aux anges. Les copines avaient raison, j'ai bien fait de faire fi de mes impressions sur le dernier album. Il y a bien sûr des chansons de l'album "Quinze chansons" mais il y a aussi beaucoup de titres du premier album, de "Kensington Square"...

- Tous les acteurs s'appellent Terence
- Deauville sans Trintignant (ça commence fort, c'est une de mes chansons préférées, j'ai donc bon espoir pour la suite)
- Dans tes bras
- Faut jamais prendre de risques à Paris (inédite tournée)
- Le monologue Shakespearien (avec projection d'inspiration film muet)
- Le coeur des volleyeuses bat plus fort pour les volleyeurs (vous avez là l'exemple frappant de ce que je n'aime pas chez Delerm nouvelle version, des rythmes "fête à Neuneu" avec des titres ridicules... Sur scène, ça passe mieux, n'empêche que le titre est ridicule...)
- Il fait si beau
- L'heure du thé (c'est Noël, encore un titre du premier album!)
- Un temps pour tout
- Lincoln Palace (clin d'oeil à Woodie Allen)
- Allan et Louise
- L'amour en fuite (chanson d'Alain Souchon avec en intro dans le noir la lecture d'une lettre que François Truffaut lui a envoyé à l'époque, par Souchon himself. Là, je déraille, je me dis "Souchon est là!", et puis finalement pas "c'est pas possible, pas en Bretagne"... "Rooo mais si, pourquoi pas!?" Bref, pendant l'intro, dans mon cerveau c'est l'ébullition. Je suis fixée, Souchon n'est pas là... Pfff, c'est nul... En même temps c'est logique... Ouais mais c'est nul quand même! Ce sera donc un duo virtuel...)
- Tes parents (nous avons le choix entre la version album ou la version tournée Kensington Square. Bien entendu, nous voulons les 2! Ok, on passe un deal, le public chante seul la version album et Vincent nous fera l'autre ensuite. On relève le défi! On s'en tire pas trop trop mal et nous avons donc droit aux deux versions de Tes parents.)
- La vipère du Gabon
- Et François de Roubaix dans le dos (alors là, facile de copier hein... Moi je préfère cette allusion à François de Roubaix!)
- Martin Parr (avec le public en choeur et un néon rose qui clignotte)
- Fanny Ardant et moi (ben décidemment, il y a du premier album partout!)
- Na na na (alors là nul, j'ai pas aimé du tout... Autant le duo avec Boogaerts est excellent, autant là, un duo tout seul, c'est nul...)
- Les filles de 1973 (avec comme d'habitude les filles qui chantent seules, celles des années 70, celles des années 60, 50...)
- Quatrième de couverture
- Sous les avalanches
- Un tacle de Patrick Vieira n'est pas une truite en chocolat (encore un exemple de titre pourrave mais une adaptation à l'orgue de barbarie très sympa)
- Chatenay Malabry (qui clot ce set et qui me fait pleurer comme jamais. Cette chanson a un pouvoir larmoyant assez phénoménal chez moi, ce soir là, on a atteint des sommets...)

Il y a des trous dans cette set list, sorry...

Il y a eu 2 rappels. Le public était assez beauf par moment, se croyant plus à un one-man show qu'à un concert intimiste et en se gondolant sur des choses pas drôles... Etrange... Mais sorti de ça, c'est la première fois que j'assiste à un concert de Delerm qui se termine debout en dansant! Tout le monde était content autant sur scène que dans le public et ça fait plaisir à voir!

Nous n'avons pas eu droit à deux chansons "pleurantes" que j'adore et que j'aurais vraiment beaucoup aimé entendre en live. Du coup, je suis chez moi, je les mets là ;) :

C'était une excellente soirée...

Posté par Nelfe à 16:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 12 mai 2009

Les 10 ans de Mad kitchen drum's (8 mai 2009)

flyer_madkitchenJe ne suis né en 77, année de la sortie de Star Wars mais aussi de Nevermind the bollocks, album culte des Sex Pistols. C'est sous les conseils avisés de mon beau-frère (membre actif des amateurs de batteries de cuisine folles) que je vais ce beau soir de mai au Gallion à Lorient, bar-concert situé sur le port de pêche et haut lieu de prestations scéniques en pays Merlu.

Ma frangine et moi commençons bien en arrivant un peu à la bourre ce qui nous permet uniquement d'entendre de l'extérieur la fin du set des Cityscover, jeune groupe du crue jouant du hardcorepunk. Ils balancent pas mal et une certitude apparaît à nos oreilles expérimentées: le son est bon! L'ambiance en tout cas est bonne, l'assistance est 100% underground, la bière circule bien et les chiens mignons tout pleins. Ils attendent sagement leurs maîtres respectifs devant le bar, à part un grand blanc qui veut absolument assister au concert des Mad Thrashers, vannetais proposant un thrashcore grind sans concessions. Mick (mon beauf) m'avait parlé d'eux en me disant qu'en une heure, ils pouvaient jouer aisément une quarantaine de morceaux! En effet, leurs oeuvres dépassant rarement les 30 secondes. Rien que pour le contredire (sic!), le groupe a dépassé allégrement le cap des 50 secondes pour quasiment toutes leurs chansons! Reste un groupe unique à voir absolument sur scène pour les amateurs... Je dois avouer que j'en fais partie: les musiciens sont au point et la voix "glaireuse" à souhait. Quant aux textes... euh... disons que c'est un peu difficile à comprendre! Anglais? Français? Je ne sais toujours pas!

Arrivent ensuite sur scène The Wanted, groupe breton de punk crust qui vient de Concarneau en Bretagne (souvenirs, souvenirs!), chantant en français. Excellent concert là encore, groupe expérimenté (il tourne beaucoup) alliant puissance sonique et chant binaire, le chanteur et sa comparse alternant les couplets. Le public commence à se réveiller, je m'attendais à plus de mouvement mais on est bien loin des pogos monstrueux que j'ai pu connaître au Hellfest ou à divers concerts de heavy-métal. Ceci n'empêche pas la ferveur et le plaisir bien évidemment! Pour finir cette première soirée d'anniversaire, on retrouve les Sickness, groupe venu du sud (le chanteur a un accent du sud qui ferait rougir de jalousie n'importe quel acteur de Plus belle la vie). Là, c'est la révélation! Ils joueront d'ailleurs un peu plus que les autres. Ce groupe méridional nous a présenté un set bien ficelé et d'une intensité rare, du crust'n'roll. Le public ne s'y trompera pas en demarrant le pogo! Quant à moi, je me contente d'acheter leur vinyle au bac où je retrouve mon beauf! Pendant ces deux jours, il est responsable d'un bac à vinyles et des sandwichs (place enviable s'il en est!).

Cette première soirée fut un succès selon ses organisateurs. S'en est suivi une deuxième à laquelle je n'ai pu assister mais qui selon ma soeur s'est révélée aussi bonne que la première. Souhaitons leur bonne continuation et donnons leurs rendez-vous à la prochaine décennie!

Posté par Mr K à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 avril 2009

Empty Spaces: Tribute to Pink Floyd

ticket_empty_spacesHello everyone! Vous imaginez bien que pendant ces deux longs mois d’absence, nous avons pas mal traînés nos guenilles. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un concert auquel nous avons assisté le 13 mars dernier, à Locmiquélic à l’Artimon : celui de Empty Spaces, qui est un groupe de la région lorientaise. Il s'est formé au printemps 2006 à l'initiative d'Yvan Guillevic (guitare) qui proposa à John Chaussepied (guitare) et Julien Oukidja (batterie) de l'accompagner pour monter un projet "Tribute to Pink Floyd". Très vite rejoint par Morgan Marlet (chant), Franck Le Masle (claviers) et Bernard Clémence (basse), la formation se consolidera par la suite avec l'arrivée de Ney Kilah (choeurs) et enfin de Jean-Noël Rozé (claviers). Ils ont tous en commun la même passion pour cette icône du rock progressif britannique et souhaitent la faire partager avec leur public.

C’est le cœur joyeux et aventureux que nous partons Nelfe, moi et Yannovitch (voir précédent post dans les archives) pour ce concert qui nous fait saliver d’avance. C’est un collègue de mon bahut officiant au service technique qui m’en avait parlé à l’occasion de leur passage à la fête de l’Huma de Lorient en 2008. Arrivés sur place, l’excitation laisse place à l’abattement le plus profond… La salle est remplie de gosses et de leurs parents… Ca s’annonce mal! C’est dans ces moments là que je me dis que j’ai bien fait de choisir professeur plutôt qu’instit. Nous sommes perdus au milieu d’une nuée de "chiards" dont la rumeur n’est pas sans rappeler une kermesse… En même temps, cela nous indique aussi que quelque chose se trame ce soir là à Locmiquélic...

Prenant notre courage à deux mains (surtout Nelfe qui a déjà sorti sa 22 long riffle !) et attendons le début du show! Et là, miracle, les lumières se tamisent, se font psychés et le silence s’installe… Une solution pour les parents désespérés, passez du Pink Floyd à votre progéniture et vous accéderez au nirvana des parents aux engeances sages! Le concert se déroulera donc dans de bonnes conditions avec de surcroît un son d’excellente qualité, ce qui est la moindre des choses quand on va assister à ce style de concert.

empty_space__groupeQue dire de ce groupe qui certes ne crée rien mais exécute à la perfection les œuvres du célèbre groupe, période post 1973 c’est-à-dire à partir de leur œuvre phare (pour beaucoup) qu’est "Dark side of the moon". Ainsi, le spectateur passe allégrement de cet album, à des reprises de "The Wall", "Wish you were here", "Delicate sound of thunder" et même "Division Bell" pour le titre éponyme de l’album. Maîtrises technique et vocale sont au rendez-vous avec mention spéciale pour la chanteuse qui en plus de se révéler charmante (dixit Yann) nous fait une démonstration quasi similaire à la version album sur nombre des morceaux joués ce soir là. A noter, que pendant que le groupe joue, des images sont projetées derrière lui, présentant des images des flamands roses originaux et des passages du film d’Alan Parker "The wall". Cerise sur le gâteau, nous avons droit à la reprise d’ "Another brick in the wall" avec un chœur d’enfants, en fait les élèves de CM2 de l’école publique de Locmiquélic, le voile se lève enfin sur la marée d’enfants présente au concert ! Saluons au passage le travail épatant de l’instit concerné qui a réussi ce tour de force. Le résultat est bluffant et n’a pas à rougir face à l’original.

C’est après deux heures de concert que nous quittons Locmi heureux, la tête remplie, de sons et d’images venus tout droit du passé (et quel passé !). Seul regret à formuler, l’absence de reprises de la première période du groupe (avant 1973) qui pour moi est la meilleure… Enfin, ne boudons pas notre plaisir, il est si rare de pouvoir assister à ce type de concert dans la région!

Posté par Mr K à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 15 février 2009

Personal responsability

archivebulletsLe mois prochain, sort le nouvel album, "Controlling Crowds", d'un de mes groupes favoris: Archive. Ce nouvel opus s'annonce d'ors et déjà très sombre.

A la base, groupe phare du trip hop, ils définissent leur style actuel comme du rock électronique progressif. En effet, depuis sa formation en 1996, l'effectif de ce groupe a très souvent changé autour des pilliers Darius Keeler et Danny Griffiths. "Controlling Crowds" sera leur 8ème album studio.

Archive et moi c'est une grande histoire d'amour, leur musique est la BO de ma vie, chaque morceau me ramenant un moment heureux ou malheureux de mon existence...
Archive et moi c'est une dizaine de concerts, c'est des rencontres exceptionnelles, des pass VIP, des étoiles dans les yeux...
Archive c'est un vrai bonheur pour les oreilles et en live ça vaut tous les antidépresseurs du monde pour planer à 10 000 pendant plusieurs heures.

J'attends les dates de la nouvelle tournée avec impatience et en attendant je visionne ce clip hypnotique, envoûtant et dérangeant du 1er single: "Bullets"

Posté par Nelfe à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 février 2009

Arthur H aux Arcs, Quéven, 07/02/09

arthur_H_concert

En ces temps de crises de nerfs au milieu de nos cartons, d'envies de meurtre sur notre proprio et de disette pécunière (cf les 2 "excuses" précédentes), rien ne pouvait nous faire plus de bien qu'une petite soirée concert aux Arcs de Quéven. Située à quelques kilomètres de Lorient, les artistes de qualité la préfèrent aux salles de concert de Lorient centre. Plus intimiste, bonne accoustique et spectateurs à leur aise, cette salle à tout pour plaire. Ne vous attendez pas à y voir Madonna (I am dancing with Madonna... HOUHOU...), mais si vous aimez Vincent Delerm, Emily Loizeau, Souad Massi, vous serez ravis de la future programmation (pas la peine d'aimer tout ceux que je viens de siter, cherchez l'intrus...). Bon vous l'aurez compris, les Arcs, j'adore, j'adhère!

yulesLa 1ère partie fut assez éprouvante pour notre dos (dur dur d'avoir derrière nous une nana qui n'a pas du tout de rythme et qui est tellement contente d'être là qu'elle tambourine sur le siège de devant avec autant de puissance qu'un rhinocéros en charge!) et assez insipide pour nos oreilles. Yules, 2 frangins tout droit venus de Besançon, verse en effet dans la pop folk assez commune, il n'y a rien de nouveau dans leur musique, rien de transcendantal dans leur charisme... Avec eux, point de grand tournant et d'illumination musicale, juste une musique gentillette qu'on peut écouter en fond sonore à l'apéro entre potes. Ce n'est pas plus pourri que certains groupes dont on nous rabat les oreilles à la radio (si tant est qu'on la mette en marche... ce n'est pas mon cas) et ils pourraient percer un jour. On prend les paris?

Bref, au bout de 2 titres, avec Mr K, on s'emmerdait ferme (surtout lui en fait, le pauvre...) et il nous tardait qu'Arthur H arrive enfin sur scène et que l'on puisse changer de place parce qu'en ce moment on est tellement vénère ouech gros zy va ta mère qu'on aurait pu décalquer la tronche de la gentille personne placée derrière nous! Non, non, à part ça, on est pas des violents!!!

arthur_HArthur H a été sublimissime sur scène. Héléno (spéciale cacedédi à ma coupine!) m'avait prévenue que sur scène il était suuuuuuper bôôôôôô, magnifique, so sexyyyyyyyyyy (oui j'ai des copines un peu hystéro!), je n'irai pas jusque là mais il a une sacrée présence ça c'est sûr.

Je l'avais déjà vu au Furia festival à Cergy en 2006 et il m'avait laissé un très bon souvenir. Depuis je le suis de loin, je ne suis pas une grosse fan mais j'apprécie vraiment son style et son évolution musicale. Pour Mr K, c'était une première. Je lui avais passé les CD quelques semaines auparavant, il avait plutôt accroché et étant fan de son père il a dit "Banco"! Et il a bien fait car on a passé une excellente soirée.

"J'aime beaucoup voir les gens devant qui communiquent avec leurs corps et entrent dans des danses transcendantales et ceux du fond confortablement installés qui dégustent et méditent". Marrant qu'Arthur H nous ai lancé cette phrase car je m'étais fait (plus ou moins) la même réflexion quelques minutes auparavant. Nous faisions parti des gens du fond et il est vrai que nous méditions! Les premiers rangs formant un seul corps et vibrant à l'unisson sur la musique d'Arthur H était une très belle vision. Le public de cet artiste est très respectueux. Il flottait une atmosphère à la fois puissante et calme. Déroutant.

De nombreux morceaux de son dernier album "L'homme du monde" ont bien sûr été joué, tels que "Si tu m'aimes", "Mon nom est Kévin B", "Dancing with Madonna" (qui est devenu "Dancing with Maboma" subtile fusion entre Madonna et Obama, Arthur H voulant pour l'occasion fluncker Obama), "Luna park", "Cosmonaute père et fils", "Naissance d'un soleil", "Radio city light", "Adieu goodbye", "The hypno-techno-gypsie-queen", mais aussi de plus anciennes chansons telles que "Le chercheur d'or", "The lady of Shangai", "Est ce que tu aimes?" avec le public dans le rôle de M et un interlude reprise de Maryline Monroe "The river of no return" par Bettina Kee (clavier et choeur d'Arthur H), "Le baiser de la lune", "Ma dernière nuit à New-York city", "Marouchka", "Cool jazz", "Candy chérie" et j'en passe.

Plus de 2h de concert, 2 rappels. Des arrangements très différents des albums sur certains titres, à la limite du prog, une guitare omniprésente et hypnotique sous les doigts de Nicolas Repac. Et ma petite surprise du jour, ma cerise sur mon gateau de la soirée fut de découvrir que son bassiste n'est autre que Jérôme Goldet (oui je suis novice en Arthur H! j'avais prévenu!) que je ne cessais de croiser sur Paris aux côtés de Franck Monnet, Albin de la Simone, Seb Martel... Ah ça m'a fait plaisir ça!!!

Si Arthur H passe près de chez vous, n'hésitez pas une seule seconde, ce mec sur scène c'est de l'or en barre, une voix à tomber par terre et un côté branque des plus plaisants!

 

Posté par Nelfe à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 20 janvier 2009

Journée banale mais pesante!

Rien de particulier à signaler ce jour, si ce n'est que mes mioches ont été particulièrement pénibles: agités, mauvais esprits et surtout CHIANTS! Des ados quoi... Afin de conjurer le sort et éloigner les mauvaises vibrations, rien de tel qu'un bon ACDC des chaumières. Aaaaaah! Je me sens déjà mieux!!!

Posté par Mr K à 16:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mardi 2 décembre 2008

De l'électro au Youki...

lhuma

Ce week-end, nous étions à la fête de l'Huma Bretagne. Enfin, quand je dis "nous étions", il faut surtout comprendre "nous sommes passés à". Ici, on n'est pas à Paris et la fête de l'Huma n'a pas du tout la même saveur qu'à la capitale.
Les moyens sont plus restreints et ça se sent... La programmation n'a rien à voir, l'organisation non plus. Quant à savoir si les communistes bretons sont différents des autres, alors là je répond un grand OUI! Enfin, peut être sont-ce les communistes provinciaux qui s'assimilent plus à des bouseux désagréables qu'à des camarades ouverts. Enfin là je généralise et je sens que je peux en vexer certains. Désolée mais là franchement, on est tombé sur de sacrés cas. BREF!

Le samedi soir, nous avons décidé d'aller manger sur place avant le concert d'High Tone au coeur d'une soirée électro. Bien mal nous en a pris, on a été malade tous les 2. BREF!

high_toneHigh Tone, j'avais déjà eu l'occasion de les voir aux Furias (festival de Cergy) il y a quelques années mais Mr K ne les avait jamais vu sur scène.

Ce groupe lyonnais passant tout prêt de chez nous, voici la principale (et unique? presque...) raison de prendre un pass pour cette fête de l'Huma Bretagne.

High Tone, c'est quel style? C'est de la dub (j'ai essayé d'expliquer ça à une de mes collègues de boulot... médusée, elle me demande "de la daube?"... véridique...) bien planante. Ils enregistrent leurs CD en direct et sans remix. Ce qui fait que sur scène tu ne peux pas être déçu! Ils maîtrisent, aucuns couacs.

Derrière eux sont projetés des films allant à merveille avec leur musique et le public ne peut que planer et scotcher.

Du très bon concert. De bonnes vibrations. Un bon public. Chouette soirée.

gotainerLe lendemain, on change complètement d'atmosphère pour le concert de Richard Gotainer! Ben quoi? Ouais ben c'est bon hein! On peut aimer l'électro et délirer sur Gotainer! Va pas me faire croire lecteur, que si tu avais l'occaz, tu n'irais pas te dandiner sur le Sampa parce que c'est sympa, hop là!?

Ben nous, on a peur de rien, on a bravé la foule de retraités, assis sur des chaises en plastique pour voir chanter un de nos chouchous de notre enfance. Qui sait peut-être y a-t-il un sens coco caché au Youki?

Du haut de ses 61 ans, qu'il ne fait pas du tout et avec des mimiques à la Coluche, il fait le show comme dirait Nikos (j'ai de la référence hein!?). On s'est poilé pendant presque 2 heures, on a agité le bas, on a gigoté le haut sur le Youki, le Sampa, le Mambo  du décalco, Belle des Champs (rappelez vous la pub des années 80, la petite blonde qui donne du fromage)...

Gotainer c'est quand même l'inventeur du "Buvez, éliminez" de Vittel, "Il est 4h, à la bonne heure, sortez vos goûter des cartables" de BN, "Infinitif" des sous-tifs (qu'il nous a aussi chanté), "Saupiquet à la viande, aux légumes ou au poulet" du couscous, "Y'a du fruit, y'a de l'eau" de Banga, "On se lève tous pour Danette" des yaourts... Alala, toute notre enfance!

Et en plus d'être drôle et de nous faire retomber en enfance, il faut bien reconnaître que ça pulse et que c'est efficace. Rien qu'à voir les fans d'une quarantaine ou cinquantaine d'années se dandiner dans tout les sens, ça ne peut que sauter aux yeux... Ou alors ils étaient tous sous substance!

C'est donc le sourire jusqu'aux oreilles qu'on a quitté la fête de l'huma dimanche, avec 10 ans d'âge mental.

Posté par Nelfe à 19:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
lundi 10 novembre 2008

Tryo aux Indisciplinées, Lorient, 10/11/08

indisciplin_es_afficheLa 3ème édition des Indisciplinées de Lorient touche à sa fin, ce soir, avec la nuit électro.

A la base, nous étions bien tentés par la soirée de ce soir, pour Ez3kiel, une rapide écoute sur le myspace des autres groupes présents m'a évité une mort imminente des oreilles à coup de tchac tchac boum boum.
Ensuite pourquoi pas la soirée qui comptait parmi ses invités Thomas Fersen mais, il faut bien le dire, voir un artiste qu'on adore dans un festival laisse un goût d'inachevé... Il vient de sortir un nouvel album, il est breton, pas de panique, sa tournée passera sûrement dans le coin.

Bon ben on était plutôt mal parti...

Et puis vendredi l'illumination! Le concert était pourtant complet depuis des mois. La FNAC a remis quelques billets en vente. Allez c'est parti pour le concert d'un de mes groupes préférés dans mes années ado rebelles, ptit rasta, pétard au bec et dégoutée du système: TRYO!

Bon ok, j'ai grandi depuis... A mon âge, on appelle ça "mûrir" parce que niveau centimètres, ça n'a pas beaucoup évolué. Avec le temps, Tryo, je les ai laissé de côté, considérant que c'était plutôt un groupe sympa pour ado prépubères (vous noterez que j'ai gardé l'adjectif "sympa", c'est pas non plus les Tokyo Hotel et BB Brunes réunis!). Mais bon, là c'est l'occasion, j'embarque Mr K et je vais voir Tryo!

tryo_sigle

flowLa soirée a commencé avec une superbe 1ère partie: Flow. La chanteuse, Flo (tiens, c'est original!), physique à la Patti Smith et voix à la Mano Solo, nous emmène dans un monde pas toujours florissant, souvent dur mais avec une vision juste et sans concession.
Avec sa voix cassée et puissante et des textes d'une justesse saisissante, elle nous met le frisson et parfois les larmes aux yeux. Ca faisait longtemps que je n'avais pas ressenti ça avec une découverte live. Une excellente surprise!

Tantôt drôle, tantôt morose, elle nous balade avec douceur dans son monde qui est le nôtre et met le doigt sur des sujets que l'on écarte trop souvent pour notre petit "confort" de conscience... "Je sais" évoque la vie d'un enfant trop peu aimé, "Louise" celle d'une grand-mère oubliée en maison de retraite, "Zara" est un mariage forcé. Des sujets qui touchent.

Guizmo, du groupe Tryo, produit leur premier album. Ceci explique celà, ils font les 1ères parties de leur tournée actuelle. Cependant, d'autres dates "solo" sont prévues (25 novembre au Glaz'Art à Paris (message subliminal inside)), ne les loupez pas!

Une ambiance énorme pour une 1ère partie. Ils ont frôlé le rappel!

tryoAprès plus d'une demi-heure de battement, l'attente des stars (...), arrivent enfin  Tryo. Et là un constat s'impose d'emblée: l'accueil est énorme, le public est limite en transe. Un peu démesuré non? Pourtant, j'ai beau regardé autour de moi, la moyenne d'âge n'est pas si jeune que ça, ça va de 14 ans à une quarantaine d'année, alors qu'est ce que c'est que ce public à la Bruel? Parce que c'est bien de ça qu'il s'agit. Tout le monde hurle les paroles sans yaourt. Le flots des paroles est par moment très rapide mais c'est pas grave, ils assurent, ils ont tous pris Tryo en 3ème langue!

Si on met de côté cette hystérie (appelons ça de la "sur-motivation") et le fait assez désagréable d'entendre beaucoup plus les voisins que les chanteurs, il faut bien avouer que Tryo se donne sur scène. Mr K n'a pas pu faire abstraction de ce léger "désagrément" et a passé, il faut bien le dire une soirée... de merde! Heureusement que c'est moi qui fait ce post car en ce qui le concerne, il maudit les fans de Tryo sur plusieurs générations... Oui, on est comme ça, tout dans la mesure!

D'ailleurs, tant qu'on y est, notons également que Mali (vous savez celui qui se la pète grave et qui a "tenté" une carrière solo (oula je sens qu'on va me jeter des pierres là)) a une "humour" saisissant! Il a dû nous répété au moins 20 fois le mot "indiscipliné" (il vient de l'apprendre): "On est aux Indisciplinées! Olala vous êtes indisciplinés!!!" "On est bien aux Indisciplinées là? On nous a pas menti, vous êtes indisciplinés!!!" ... ... ... S'ajoute son côté bien démago puant et super naze qui tape gratuitement sur Carla Bruni (bon ok, moi non plus je l'aime pas mais c'est pas pour ça que je radote sur son sujet devant un public acquis à la cause...) Facile et puéril. Ca se sent là que je l'aime pas ce mec? *se calme* *fait le vide* *souris* *reprend calmement*

J'étais bien incapable de chanter les 3/4 des titres, ne les connaissant pas. Oui, je vous l'ai déjà dit (mais vous suivez pas!!!), Tryo, j'ai un peu zappé pendant plusieurs années. Du coup, j'ai attendu bien sagement quelques standards comme "L'hymne de nos campagnes", "La main verte"... et il faut bien avoué que quand j'ai entendu ces quelques titres qui ont bercé mes années d'écolière, j'ai d'un seul coup retrouvé mes 15 ans. C'était bien quand même!

Et puis je m'en fous, j'ai eu mon titre préféré de l'époque d'abord!!!

Posté par Nelfe à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 octobre 2008

Franck Monnet au Satin Doll, Bordeaux, 11/10/08

Ventilo

Ce week end, nous étions on the road again, again, direction Bordeaux pour assister au concert de Franck Monnet, le samedi soir au Satin Doll, concert qui clôturait la 5ème édition du Festival Courant d'Airs, organisé par l'association Bordeaux Chanson, dont Franck était le parrain cette année.

Il est 12h ce samedi 11 Octobre et je cherche déjà sur le plan où est la rue Bourbon... Raaaah je ne trouve pas! Bon, j'appelle Marine (une fidèle électron et présidente de l'association organisatrice). Elle m'explique comment me rendre au concert et par la même occasion me propose de les rejoindre avec Leito et Tita (électrons gersois) pour les balances à 17h. Bon là, je ne sais pas trop... j'hésite... j'ai pas vraiment envie d'y aller... euh... non en fait je dis OUI de suite en abandonnant père et mère! Je viens de me taper 520 bornes, jsuis une folle moi, je dis oui!

17h, je rejoins donc Marine, Leito, Tita, Franck et Adeline Moreau au Satin Doll. Tiens tout a changé ce matin, je n'y comprends rien! C'est la fêteuuuuh, la fêteuuuuh! Nous nous empiffrons de canelés et sirotons du thé, avec les balances de Franck en fond sonore. Oui, je trouve aussi que nous n'avons pas des vies faciles...

Mr K et ma tante nous rejoignent pour un petit dîner au bord de la Garonne et nous voici à 20h15 de retour à la salle. Raaaaa, je le savais il est trop tard, la salle est bondée! Il n'y a plus de place! Je suis dégoutée... Nous nous dirigeons vers 3 pauvres petites chaises tout au fond quand soudain Leito arrive tel le messie en m'annonçant que la magnifique table au 1er rang est pour nous! Wééééééé! Merci Marine!!!

Les lumières se baissent, Adeline Moreau et son violoncelliste entrent en scène.

Adeline      .       Violonceliste_Adeline

Adeline Moreau est une jeune chanteuse qui a du Amélie les Crayons dans la voix. Mais seulement dans la voix, les textes sont nettement moins farfelus. Je n'ai pas trop accroché, trouvant que nous avons encore là une des nombreuses chanteuse derrière son piano qui fait des petites chansons mignonnes... En écoutant son myspace en même temps que je rédige ce post, je me dis que je préfère déjà plus ce que j'entends en ce moment. A suivre... de près ou de loin, selon les goûts de chacun.

A la fin de son set, nous avions prévu de faire une surprise à Franck et de monter sur scène pour chanter tous ensemble "Les bancs". Arrive donc sur scène la "chorale" de Bordeaux Chanson, composée de certains membres de l'association et de quelques électrons (les sifflements viennent des coulisses, je me demande qui c'est...):

Il est environ 21h45, Franck entre en scène (Wééééééééééé!!!!!!! Youhouuuuuuuuuuuuu!!! je suis sympa, je vous retranscris l'ambiance... Wééééééé!!!)

Franck

Les chansons s'enchaînent, les émotions aussi...

- Quand on arrive à Malidor
- L'étranger (une nouvelle chanson! Ne vous emballez pas sur les titres que je donne aux petites nouvelles, ce ne sont pas les bons. J'en ai fait part à Franck qui s'est bien marré... L'étranger vous surprendra par son style blues "sautillant" comme dirait Mr K)
- Les bancs (et oui, on l'a déjà chanté! Mais il faut bien avouer que là, ce n'est pas la même chose... "Les bancs" traitent ce soir de la solitude dans les grandes villes et des places dans les crèches)
- Mandoline (encore une nouvelle dont le titre n'est toujours pas le bon)
- La routine
- Autoportrait ou John (avec Leito, on penche plus pour ce titre là. Une superbe nouvelle chanson autobiographique qui parle d'un certain Jonh (ah bon? Vous aviez devinez? Vous êtes trop forts!))
- Malidor (ma préférée du dernier album que je vous mets en vidéo à la fin de ce post)
- L'esclandre
- La langue des chats
- Comme les journées sont longues
- 18 ans
- T'aimer (Mr K est tout content)
- Trop de lichen
- Cesare Pavese
- J'adore t'écrire

Rappel:
- Souris (spécialement pour le petit bout présent dans la salle qui se fait beaucoup entendre. Il faut le comprendre aussi, des heures et des heures de chansons qu'il connait pas... "je ne sais pas ce que vous lui faites écouter à la maison...")
- Paco aime Claudine
- Fiancés (devant la scène, en acoustique, il est presque sur nos genoux)
- Gros coeur (idem que la précédente, avec la larme au coin de mon oeil en plus)

Trop court (sauf pour ma tante qui n'a pas du tout aimé... Ma sentence sera terrible: c'est décidé, je la renie, elle et son chat de 5 mois qui m'a attaqué pendant 2 jours!)!!! Oui, je sais, il a chanté 19 titres, mais c'est toujours trop court... Et toujours trop long avant de le retrouver pour un autre concert...

En attendant, on se donne tous rendez-vous à Malidor: