vendredi 16 décembre 2016

"Hiroshima n'aura pas lieu" de James Morrow

001

L’histoire : Été 1945 à Hollywood, le cinéma d’horreur vit un âge d’or et la chasse aux sorcières bat son plein alors que la guerre entre États-Unis et Japon menace.

Syms, acteur spécialisé en monstres de toutes sortes, est recruté par l’armée américaine pour participer à une opération top-secrète qui permettrait d’asservir le Japon sans recourir à la bombe atomique... L’arme fatale ? Des iguanes géants cracheurs de feu prêts à dévaster les terres nippones... mais une chose est certaine, Syms va devoir réaliser la plus terrifiante composition de toute sa carrière...

La critique de Mr K : Sacré pitch que celui d'Hiroshima n'aura pas lieu, non ? Il m’a de suite accroché lors d’un passage dans un magasin discount qui avait reçu tout un lot de titres de la très bonne maison d’édition Au Diable Vauvert. L’occasion fait le larron une fois de plus surtout que James Morrow m’avait fait forte impression avec son remarquable En remorquant Jehovah lu et dévoré en avril dernier après plusieurs années d’attente dans ma PAL. Il ne m’aura pas fallu beaucoup de temps pour en sortir celui-ci et m’en régaler.

C’est l’histoire d’un plan B monté par une fraction de l’armée américaine pour éviter d’utiliser la bombe atomique pour soumettre définitivement le Japon. En effet, par fierté, l’empereur Hiro Hito ne souhaite en aucun cas courber l’échine face aux américains, d’où cette idée farfelue de frapper les esprits en montrant à un groupe d’observateurs japonais un spectacle tout dernier cri (pour l’époque -sic-) d’iguanes mutants cracheurs de feu réduisant en cendre une ville portuaire japonaise. Les concepteurs du projet espérant que cela apaisera l’hybris japonaise et surtout épargnera nombre de vies. L’auteur nous invite à suivre le déroulé de l’opération depuis le contact pris auprès notre héros d’acteur jusqu’aux conséquences de la fameuse séance.

L’écrit se présente comme les dernières mémoires d’un homme au bord du suicide. 1984, Syms est au bout du rouleau et il revient sur la fameuse période où il fut contacté par l’armée US pour une drôle de mission. On s’attache immédiatement à ce drôle de zèbre qui, à travers son parcours, nous donne à voir un univers bien particulier, celui de la production de séries B voir Z dans l’Amérique de la Seconde Guerre mondiale. C’est le temps béni des films de monstres peuplés d’êtres hybrides, de savants fous et de jeunes filles à sauver ! Syms est acteur spécialisé dans les monstres et partage sa vie avec Darlène, une scénariste qui le seconde dans ses choix et dans l’écriture de manuscrits. On suit donc les étapes d’élaboration d’un film avec ses querelles d’acteurs, la pression mis par les investisseurs, les desiderata des réalisateurs et l’auteur se plaît à mêler références réelles de films qui ont marqué le genre et des sagas imaginaires où est censé avoir joué Syms. C’est à la fois drôle et érudit, l’amateur de films de genre que je suis, a vraiment apprécié !

En parallèle, il y a le fameux projet secret auquel Syms décide de participer après quelques hésitations. En même temps, il est difficile de refuser quoique ce soit à l’armée surtout quand on s’est fait réformer de manière faussée... On croise de drôles de personnages à l’occasion de rencontres secrètes dans le désert Mojave : un savant fou bien réel, des militaires à cheval sur les principes de sécurité mais complètement zinzins dans leur genre, un célèbre réalisateur (James Whale) littéralement possédé par sa mission et un rêve fou, celui d’éviter la mort atomique pour de nombreux innocents. Car au-delà du délire des iguanes mutants et le côté rocambolesque des aventures de Syms (il lui en arrive de belles durant les 240 pages de l’ouvrage), ce livre est un beau plaidoyer contre Hiroshima et l’utilisation abusive du nucléaire contre un pays déjà à genou et qui a été martyrisé inutilement. Certains passages du livre sont marquants en terme de dénonciation et permettent de contrebalancer le côté complètement délirant du postulat de départ. L’ironie est ici mise au service de la raison et de l’humanisme. Un autre bon point.

Hiroshima n'aura pas lieu se lit quasiment d’une traite si la quatrième de couverture ne vous rebute pas d’emblée. Les références multiples et le côté délirant du personnage sont très bien servis par une écriture à la fois fine et très accessible. Plusieurs degrés de lecture sont possibles ici et chacun y trouvera des vérités et des piques d’humour toujours bien senties. On passe un sacré moment de lecture entre burlesque et parfois failles dramatiques. On en ressort étrangement heureux et mélancolique, le genre d’expérience que seule la lecture d’ouvrage hors-norme propose. Un livre à découvrir absolument si le sujet et la forme vous attirent car le pari est à 100% réussi !


mardi 13 décembre 2016

"L'Enfant des cimetières" de Sire Cédric

001

L’histoire : Lorsque sa collègue Aurore l'appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d'une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort.

Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d'un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l'origine de cette épidémie meurtrière ?

Est-ce un homme ou un démon ? Le journaliste, qui n'a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l'enfant des cimetières, jusqu'aux confins de l'inimaginable...

La critique de Mr K : Comme annoncé lors d’un compte-rendu de craquage, cette lecture est ma première incursion dans l’univers de Sire Cédric que j’avais croisé de loin lors d’un Hellfest encore fréquentable à mes yeux (oui, je sais j’aime râler !). À l’époque je ne connaissais rien de lui et je n’avais pas eu l’occasion de réellement en entendre parler en terme d’écriture pure. Le temps a passé et je tombai inopinément sur cet ouvrage lors d’un chinage. La quatrième de couverture m’intriguant drôlement, je décidai de tenter l’aventure. Grand bien m’en a pris, tant la lecture s’est révélée plaisante et efficace dans le genre thriller gothique.

Rien ne va plus à Terre-Blanque où un ancien militaire sans histoire massacre toute sa famille et se suicide ensuite, et où un jeune pris de folie fait un carton à l’hôpital. Sans compter toutes les morts qui s’enchaînent, reliées mystérieusement entre elles par des indices déroutants et des scènes d’horreur pure. Parallèlement, Sire Cédric nous invite à suivre l’enquête de la Police avec le monolithique et solide Commandant Vauvert qui fera fi de sa hiérarchie pour aller au fond de ses investigations et David, journaliste et compagnon d’une des victimes. Chacun va à sa manière s’approcher d’une vérité déstabilisante aux confins du réel...

Ça ne donne pas l’eau à la bouche ça ?! Moi qui voulait lire une histoire sanglante et légèrement flippante, je n’ai pas été déçu. Dès le prologue, le ton est donné. Bienvenue sur les rivages du fantastique teinté de gore avec une scène bien choquante qui initie le lecteur aux arcanes ésotériques en vogue durant le reste du récit. Le roman démarre alors très fort avec des meurtres atroces commis par des personnes sous influence. Sire Cédric s’amuse à nous conter son histoire macabre par le biais de plusieurs personnages, diversifiant les points de vue et multipliant par la même occasion les pistes explicatives. Tantôt Vauvert avec son aspect brut et très cartésien (dont la théorie va bien évoluer durant l’ouvrage), tantôt David dont la compagne se disait détentrice d’un Don qui va basculer irrémédiablement dans un autre monde où magie et conjurations ne sont pas que des mots. On alterne aussi avec des dialogues intérieurs semblant venir d’outre-tombe et accentuant la menace insidieuse qui pèse sur les personnages livrés en pâture à des éléments qui semblent totalement leur échapper.

À la manière d’un Masterton (auteur que j’affectionne beaucoup), Sire Cédric aime le gore et l’amateur que je suis s’est régalé dans le domaine. Rien de gratuit pour autant car ces descriptions parfois très crues donnent de l’épaisseur à la nature du Mal à l’œuvre dans ce récit. Rien de ringard non plus, mais un savant mélange de descriptions cliniques que l’on peut trouver dans des récits policiers classiques et d'envolées plus lyriques faisant la part belle à l’imaginaire infernal. On reconnaît dans sa plume, l’amateur de Metal que s’avère être Sire Cédric (autre point positif à mes yeux), partageant le même goût pour les musiques extrêmes et plus particulièrement les mouvement Black et Thrash. En parallèle, on sent aussi l’amour porté à des auteurs comme Lovecraft avec la présence dans une bibliothèque privée du fameux Necronomicon. Cet ensemble d’éléments confère à l’œuvre un aspect décadent et funeste bien ancré et prenant. Difficile dans ces conditions de lâcher ce livre en cours de lecture.

L’aspect policier est aussi bien réussi même si les surprises n’abondent pas quand on pratique le genre depuis un certain temps. Les ficelles sont pour la plupart connues mais elles n’en sont pas moins efficaces surtout quand le background suscité est aussi réussi. Découvertes de cadavres, passages à la morgue, déductions logiques et hypothèses tirées par les cheveux se succèdent. Et puis, quand tout bascule et que les forces en œuvre se déchaînent, c’est littéralement l’apocalypse qui s’abat sur les héros avec un espoir bien maigre de s’en sortir. C’est littéralement pantelant qu’on referme l’ouvrage avec un dernier acte enlevé et totalement en roue libre où cohabitent révélations et coups de théâtre en série (même si j’en ai deviné la moitié bien avant la fin).

En terme de style, rien de véritablement inoubliable malgré des passages d’une grande force (le prologue est un modèle du genre) mais j’ai envie de vous dire qu’on s’en fiche complètement et que souvent dans le genre, ce que l’on retient avant tout c’est le rythme et la capacité à rendre dépendant le lecteur. C’est carton plein à ce niveau là avec une histoire bien menée, des personnages attachants et des passages complètement borderline qui provoquent tour à tour évasion, angoisse et soulagement. On passe un excellent moment avec L'Enfant des cimetières et les amateurs se doivent de tenter l’expérience. Un auteur que je fréquenterai de nouveau volontiers si l’occasion se représente.

lundi 12 décembre 2016

"Je sais pas" de Barbara Abel

je sais pasL'histoire : Le jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons, la petite Emma disparaît. Son institutrice Mylène finit par la retrouver à la nuit tombante dans une cavité. Piégée à son tour, l'institutrice parvient à hisser la fillette sur ses épaules, laquelle s'échappe et court rejoindre le groupe. Mais Mylène reste introuvable et Emma ne sait pas indiquer où se trouve sa maîtresse.

La critique Nelfesque : Adepte de thriller, j'avais souvent croisé le chemin de Barbara Abel sans jamais m'attarder sur un de ses romans. La quatrième de couverture de "Je sais pas" m'a ici fait passer le pas. Une histoire bien mystérieuse semble se dérouler entre ces pages...

Le roman se focalise sur un week-end. Deux jours où la vie d'une instit', de ses collègues, d'une petite fille et de sa famille vont basculer. On rentre ici très vite dans le vif du sujet lorsqu'en pleine sortie scolaire en forêt, la petite Emma disparaît. Personne ne l'a vu s'éloigner du groupe pendant la construction des cabanes, tout semblait se dérouler sans problème et pourtant à l'heure de reprendre le bus pour rentrer à l'école, un enfant manque à l'appel. Les adultes se mettent alors à la recherche de la petite et l'angoisse pointe.

Nous suivons ici le déploiement de l'équipe enseignante et de la police pour retrouver l'enfant. Chaque minute compte et la jeune Emma au visage d'ange est une proie facile et sans défense. Tout le monde envisage le pire, très vite ses parents pensent à un enlèvement et leur monde bascule.

Parallèlement, le lecteur fait la connaissance de chaque personnage et notamment la mère d'Emma qui a entamé récemment une liaison avec un homme séduisant et énigmatique.

Barbara Abel maîtrise l'art du suspens et propose ici un thriller psychologique qui mettra les nerfs du lecteur à rude épreuve. Les minutes s'égrainent, la tension monte et les pages se tournent à une vitesse folle. Lorsque Emma réapparaît à l'orée du bois, seule et apeurée, c'est un soulagement pour tout le monde. Mais où est passée son institutrice Mylène ? Pourquoi ne répond-elle pas au téléphone ? Et que fait son foulard autour du bras de la gamine ?

Les questions se bousculent dans la tête de chacun. Emma dit ne se souvenir de rien, ne pas savoir où est sa maîtresse et ne l'avoir pas vu pendant son absence. Comment forcer les barrières qu'une enfant de 5 ans érige dans son esprit ? Le fait-elle consciemment ? Autour d'elle va se déployer un vent de paranoïa pendant que Mylène, atteinte de diabète, est perdue dans la nature sans son traitement.

Tout cela est fort enthousiasmant pour un amateur de thriller et on ne s'ennuie pas à la lecture de "Je sais pas". Là où le bât blesse c'est du côté des personnages et de leurs réactions. Tous plus horripilants et caricaturaux les uns que les autres, ils font monter la tension du lecteur. On s'accroche, on veut absolument savoir la fin mais force est de constater que le chemin est balisé et que la qualité d'écriture est assez moyenne. Bien sûr Barbara Abel est douée pour tenir le lecteur en haleine et la curiosité ne nous fait pas lâcher son bouquin avant de voir inscrit le mot "fin" mais que d'agacement en route... L'auteure va là où elle sait que les thrillers fonctionnent. Ni plus, ni moins. Personnellement, ça ne me suffit pas !

Parlons des personnages justement. Qui trouvera le plus grâce à mes yeux entre la gamine tête à claques, la mère adultère hystérique, le père égocentrique, l'instit' inconséquente ou son père à tête de victime ? Et que dire de l'équipe éducative, les collègues de Mylène, qui la prennent de haut et finalement ont tous les deux pieds dans le même sabot ? Et ces flics sûrs de leur fait qui ne voient pas ce qu'ils ont sous les yeux ? Je ne sais pas lequel m'a énervée le plus ! J'en aurai bien pris un pour taper sur l'autre... Caricaturaux au possible, leurs réactions sont poussées à l'extrême, sans aucunes nuances. C'est lourd ! Les ficelles sont tellement grosses, qu'on se met à supposer un retournement de situation de dernière minute qui ne viendra jamais. Non en fait, il faut tout prendre au 1er degré... Soit...

Reste tout de même un roman prenant pour son histoire et qui, côté déroulement de l'intrigue, tient ses promesses. On veut savoir la fin à tout prix (quitte à se taper une ribambelle de débiles au passage et une bonne crise de nerfs en prime). Je ne recommanderai pas spécialement ce roman à un autre amateur de thrillers mais si vous n'avez pas l'habitude de lire des thrillers psychologiques pourquoi pas. "Je sais pas" est un roman de gare (n'y voyez rien de péjoratif). Il n'apporte rien de spécial, n'est pas non plus totalement à jeter. Ça se lit vite, ça s'oublie vite et on passe à autre chose. Parfait pour passer le temps lors d'un voyage en train ou l'été sur la plage.

samedi 10 décembre 2016

"Les Agneaux du seigneur" de Yasmina Khadra

51AHGD+eZ+L

L’histoire : Ghachimat est un village de l’Algérie d’aujourd’hui : on se connaît depuis l’enfance, on se jalouse et on se jauge. On s’affronte en secret pour obtenir la main d’une jeune fille. On déteste ceux qui ont réussi, on méprise ceux qui sont restés dans la misère. On étouffe sous le joug d’une tradition obsolète. On ne s’émeut guère des événements qui embrasent la capitale. Mais il suffit du retour au pays d’un enfant fanatisé, pour que les habitants de Ghachimat basculent dans le crime collectif, portés par le ressentiment et la rancœur. Et c’est ainsi que progressivement, des garçons bien tranquilles deviennent des tueurs en série...

La critique de Mr K : Comme dit sur IG, Yasmina Khadra est effroyable dans son genre. C’est le genre d’auteur incontournable dont on sait que l’œuvre est essentielle et qu’elle ne laisse jamais indifférent. C’est toujours une lecture rapide pour un texte court qui marque durablement les esprits. Les Agneaux du seigneur ne déroge pas à la règle. Lu en deux soirées, il m’a littéralement rendu insomniaque tant ce qui m’a été donné de lire est d’une cruauté sans nom et m’a littéralement retourné l’estomac. Âmes sensibles s’abstenir...

Dans un petit village rurale, la vie s’écoule comme depuis toujours entre tradition, commérages et distance avec le monde. Chacun vaque à ses occupations entre ceux qui brûlent la chandelle par les deux bouts, les élites en place qui étalent leur pouvoir, les vieux sages qui édictent les règles sacrées et l’imam qui appelle à la prière. Certains jouissent d’une belle vie, d’autre la construisent et enfin, certains la subissent. Et puis vient le vent du changement, un vent mauvais venu de la capitale et qui s’étale à tout le pays : l’islamisme représenté par le FIS et les GIA. Se répandant comme une traînée de poudre, il va changer la vie de tous les protagonistes du roman. Il va engendrer la haine, la violence et la vengeance dans un déluge de peur, de feu et de sang.

Clairement cet ouvrage est un des plus violents et des plus choquants que j’ai jamais lu. Sans doute sa concomitance avec l’état d’urgence, les attentats et la bouffée de nationalisme que nous subissons depuis bien trop longtemps contribuent à rendre ce récit si vif et si heurtant. Il est le digne reflet d’une humanité cruelle qui n’hésite pas à sacrifier la morale et le bon sens de base pour assouvir sa soif de pouvoir et de domination. L’Islam dans sa version radicale est ici synonyme d’intolérance, de destruction, de viol et de meurtres barbares qui feraient presque passer les journalistes décapités par Daech pour des chanceux... C’est tout bonnement horrible et inspiré de faits réels selon l’auteur lui-même, quels malheur et honte que l’occident ait fermé les yeux sur les massacres perpétrés en Algérie (et notamment la douce Kabylie) durant les années 80/90. C’était une sorte de laboratoire de l’horreur qui annonçait déjà ce qui allait suivre.

On trouve tout dans ce livre : l’amour des livres face à l’horreur, la notion de liberté / de choix face aux lois iniques et injustes, l’amitié de vieux amis et la trahison la plus perfide d’un rival amoureux écarté, la duplicité de l’ancien paria devenu riche propriétaire, les petits dictateurs du désert devenus tyrans et monstres d’inhumanité... C’est le choc entre l’humanité et sa négation. On se surprend à hésiter à tourner la page suivante tant l’escalade semble sans fin et de plus en plus viscérale. Rien de gratuit pour autant, simplement une chronique mortifère de la fin d’un monde, d’une humanité et d’une vie paisible. Rien ne sera plus jamais comme avant après cette période de plomb.

Croqués avec talents et de manière concise, il ne faut pas trop s’attacher aux personnages. En effet, soit ils disparaîtront à jamais soit ils se changeront en bête infernale transformant la vie sur terre en enfer. Familles et amitiés déchirées, vendettas gratuites et sordides, l’instauration du fascisme religieux le plus moyen-âgeux, rien ne nous est épargné malgré parfois des petits moments de lumière grâce à la sagesse d’anciens ou les mots plein de bon sens posés par l’écrivain public. Mais mon dieu que cette lecture fut rude et mes nuits agitées après une telle expérience. Doublez cela avec la fin de l’ultime saison de Breaking Bad (terrible série) et vous vous gâtez le sommeil pour de longs jours !

Que dire de plus... Ce roman est à lire assurément quitte à être démoli et complètement rétamé après en avoir terminé avec lui. L’écriture de Yasmina Khadra reste un modèle du genre entre économie de mots et profondeur du propos. C’est beau et c’est horrible à la fois, c’est tout simplement l’humain dans ce qu’il a de pire. Avis aux courageux, cet ouvrage est un incontournable.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
- L'Attentat
- Les Hirondelles de Kaboul

Posté par Mr K à 17:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 décembre 2016

Reprise des festivités à Lyon...

113779543_o

Dessin de Bar tiré de son blog.

Posté par Mr K à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 8 décembre 2016

"Grâce et dénuement" d'Alice Ferney

9782290302750

L’histoire : Dans un décor de banlieue, une libraire est saisie d'un désir presque fou : celui d'initier à la lecture des enfants gitans privés de scolarité. Elle se heurte d'abord à la méfiance, à la raillerie et au mépris qu'inspirent les gadjé. Mais elle finit par amadouer les petits illettrés, en même temps qu'elle entrevoit le destin d'une famille sur laquelle règne une veuve mère de cinq fils.

La critique de Mr K : Très belle lecture que ce troisième roman d’Alice Ferney que Nelfe a choisi lors de ma sélection de trois livres me tentant fortement dans ma PAL dans la catégorie littérature contemporaine. Précédé d’une très bonne réputation, Grâce et dénuement me faisait de l’œil depuis un certain temps et m’avait été vivement conseillé par des collègues et de nombreux internautes. J’ai donc franchi le pas et lu en un temps record ce petit livre bourré de qualités.

On suit les pas d’Esther, une bibliothécaire idéaliste qui va croiser une famille de gitans campant illégalement sur un terrain abandonné. Elle a pour objectif de prendre contact avec eux et surtout de faire découvrir la lecture et les joies qu’elle procure à ceux qui s’y adonnent. Le départ est difficile entre méfiance, tâtonnement et la difficulté de se comprendre quand on vient de cieux si différents. Mais la persévérance, l’échange et l’écoute vont briser bien des barrières et créer des liens très forts entre la gadjé (non gitane) et la tribu d’Angeline, matriarche régnant sur son petit monde.

La qualité principale de ce livre réside dans ses personnages. Il souffle sur cette histoire un vent d’humanité et de simplicité comme il fait bon lire en ces temps troublés. La caractérisation est simple et efficace, les péripéties vont permettre de développer des rapports changeants tout au long des 188 pages qui s’avalent toutes seules. L’héroïne par son approche mesurée, son tempérament entre patience et volontarisme a un charisme fou qui redonne espoir au genre humain et à la nécessaire compréhension entre tous. Lectrice hors pair qui sait choisir ses textes (essentiellement des contes et des fables), elle hypnotise très vite les petits puis les grands. Ce personnage est d’une justesse de tous les mots, de toutes les phrases ; et ceci sans exagération ni pathos, la rendant tout simplement humaine. Une héroïne des temps moderne à l’instar de certains professeurs travaillant en zone difficile et qui font découvrir un monde nouveau à leur élèves.

Face à elle, il y a cette famille gitane enfermée dans sa condition (car elle le veut bien aussi). La figure tutélaire d’Angeline est marquante, elle est la gardienne des traditions et veille jalousement sur le bien-être et la cohésion de sa famille qui se compose de cinq fils, dont quatre mariés et papas. Il y a constamment en toile de fond, cette lutte de l’ancien monde et la nécessaire adaptation au nouveau qui prend ici la forme des enfants non scolarisés qui au contact d’Esther vont s’ouvrir à d’autres horizons. Les petits sauvages s’avèrent très vite être des enfants comme les autres, avides de sensations nouvelles, impatients de revoir chaque mercredi leur lectrice préférée les transporter vers des ailleurs rêvés et fantasmés. Les passages avec eux sont de toute beauté. Et puis, il y a les adultes plus réticents qui se débattent avec leurs conditions, avec notamment de très beaux portraits de femmes dévouées corps et âme au groupe malgré les rigueurs de la vie, et leurs hommes, tous frères qui vivotent mais dont les affres touchent en plein cœur.

J’émettrai cependant une légère objection sur l’aspect un peu trop lisse de cette famille de ces gens du voyage. Il y a certes un des frères qui s’avère aliéné et incontrôlable mais j’ai trouvé le portrait général un peu trop complaisant et à sens unique alors que l’on sait très bien que les êtres humains ont aussi leur part d’ombre. Un peu comme si, Alice Ferney ne voulant pas rentrer dans les clichés, évitait d’aborder des aspects de la vie de cette famille, notamment les quelques trafics auxquels ils se livrent. C’est abordé mais jamais vraiment frontalement pour se consacrer quasi exclusivement aux relations familiales. C'est un peu manichéen sur les bords aussi par moment quand on évoque les expulsions dont ils sont victimes. Mais quid des victimes de leur occupation illégale d'une propriété privée ? Dans le livre cela ne pose aucun problème à la propriétaire mais dans la vraie vie, c’est bien plus compliqué. Cela ne gâche pas le roman qui s’apparente bien des fois à un conte mais j’aurais aimé davantage de noirceur pour transcender encore plus le reste.

Rien d’irrémédiable pour autant pour mon avis général qui reste très positif. Alice Ferney manie une langue douce et brute à la fois, la narration est fluide et les personnages sont confondants de réalisme, pétris d’humanité et l’histoire en elle-même est universelle. Un très beau moment de lecture, une parenthèse enchantée qu'on referme bien trop vite...

Posté par Mr K à 17:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 5 décembre 2016

"La Femme du monstre" de Jacques Expert

9782253125563-001-T

L’histoire : Quand elle a épousé le monstre, elle n'avait que vingt-deux ans. Elle admirait sa force, son charme, n'en revenait pas qu'il ait pu la choisir, elle qui n'était pas belle, que personne n'avait jamais remarquée. Quand la police est venue arrêter le monstre, le pays tout entier s'est soudain intéressé à elle, une femme de trente-huit ans, ordinaire. Mais, entre les deux, il y a seize années de vie de couple, seize années durant lesquelles elle a été une mère dévouée, une épouse loyale, une bonne voisine, une femme sans histoire qui ne pouvait pas se douter. A moins que...

La critique de Mr K : C’est Nelfe qui a choisi cette lecture parmi trois titres que j'avais exhumé de ma PAL. C’est un jeu que nous affectionnons bien lorsque nous piochons dans des ouvrages plus anciens dans nos stocks en attente entre deux lectures de nouveautés. Je n’ai guère été surpris lorsque ma douce femme a choisi le Jacques Expert car elle est assez fan de cet écrivain. L’histoire bien glauque a fini de faire pencher la balance et c’est le cœur rempli d’espoir que je rentrai dans ce roman noir de chez noir, calqué sur la réalité que l’auteur a pu croiser de près ou de loin lors de son travail de journaliste.

Dans La Femme du monstre, on suit l’histoire à travers les yeux d’une jeune femme dont le mari a été arrêté pour viol et meurtre aggravé. Pour bien cerner la situation et le procès, les chapitres alternent entre le déroulement de l’action en justice et le résumé d’une vie de couple ayant tout de même duré 16 ans. C’est l’occasion pour la narratrice de présenter son ressenti, sa vision de son mari et du couple qu’ils formaient tous les deux. Face aux révélations successives, le lecteur passe de Charybde en Scylla, s’enfonçant de plus en plus dans une horreur pénétrante car quotidienne et banale. On ne ressort pas de cette lecture indemne !

D’un côté, il y a ce mari charmeur et sûr de lui qui s’avère très vite dérangé du ciboulot. Régnant en tyran sur le logis, ses appétits sexuels sont nombreux et déviants ce qui ne choque pas dans un premier temps l’oie blanche que se révèle être sa jeune épousée. Souvent absent, quand il est là, il est désagréable au possible et parfois le temps d’un dimanche peut se révéler d’une grande gentillesse. La narratrice, d’un caractère soumis, ne dit rien et agace très vite le lecteur. Comment peut-on se laisser faire à ce point ?

Il faut dire que dans ce roman, on nage en plein délire du type "confession intime" avec la reine télé qui trône au milieu du salon et la grande naïveté qui habite la femme trahie et dominée. La pitié et la commisération se sont mues très vite en dégoût et en ressentiment à son endroit. On en arrive même par moment à penser qu’elle mérite ce qui lui arrive tant elle s’avère d’une grande stupidité voir d’une certaine méchanceté, espèce de rancune entretenue par son impuissance à s’imposer face à Simon son mari déjanté et qu’elle projette sur de tierces personnes. Les barrières morales existantes permettant de séparer le bien du mal semblent s’estomper petit à petit, la naissance des enfants n’y changera rien, ce mariage est voué au naufrage voir au désastre absolu.

On a donc les nerfs durant toute la lecture, la tension ne se relâchant jamais entre personnages exécrables, bassesses à répétition et négation de l’individu. La lecture est franchement éprouvante par l’univers qu’elle dépeint et qui est d’un réalisme de tous les instants. Ce contenu permet au roman de décoller car l’écriture en elle-même est plutôt plate et sans surprise. On sent bien que l’auteur était journaliste dans une première vie et le style s’en ressent. Ça a ses avantages et ses inconvénients, ici cela sert le récit et lui donne une dimension horrifique supplémentaire.

Une très bonne lecture donc même si je n’en ferai pas de ce type tous les jours tant il pourrait me dégoûter encore plus du genre humain. À tenter si vous avez le cœur bien accroché !

Posté par Mr K à 18:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 3 décembre 2016

"Points chauds" de Laurent Genefort

9782253169819-T

L’histoire : Depuis le mois de septembre 2019 et l’ouverture des premières Bouches, ces passages spatio-temporels par lesquels des myriades d’aliens se sont engouffrés sur terre, rien n’est plus pareil.

Effervescence, exultation, panique… À présent nous ne sommes plus seuls.

Face à ces extraterrestres d’origines, de mœurs et d’aptitudes diverses, il faut faire face, s’adapter.

Oui, mais comment ?

La critique de Mr K : Première chronique d'un ouvrage acquis aux Utopiales cette année. C’est à Laurent Genefort et son Points chauds d’entamer cette série avec un ouvrage qui en fait en contient deux. Tout d’abord, il s’agit d’une réédition "augmentée" de la nouvelle Rempart primée à plusieurs reprises (Grand prix de l’imaginaire 2011 et prix Bob Morane 2011). A été rajouté à ce texte, Le Guide de survie en situation de contact alien qui comme son nom l’indique doit permettre au lecteur d’appréhender au mieux le nouvel ordre mondial découlant de ces migrations célestes et des rencontres du troisième type qu’elles peuvent engendrer.

Dans la première partie s’étalant sur une période de 17 ans (2019 à 2036), l’auteur nous convie à observer l’arrivée massive d’extraterrestres via des passages qui apparaissent au gré du hasard selon les humains. Ces bouches venues d’ailleurs viennent toujours par deux, une pour l’entrée une pour la sortie. Les aliens qui en surgissent n’ont pour la plupart comme but que de passer par notre monde pour ensuite poursuivre leur migration vers un monde meilleur. Ces événements ont forcément des conséquences que Laurent Genefort se plaît à nous raconter via différents points de vue de spectateurs ou acteurs du récit, mais aussi des articles de presse ou des retransmissions télévisées.

Tour à tour, on suit les différentes missions qui incombent à un membre de la force Rempart qui est sensée protéger les aliens lors de leur migration entre une bouche d’entrée et une bouche de sortie. C’est l’occasion de scènes d’actions bien réussies et de réflexions diverses sur l’usage de la force et le ressenti des populations humaines face à ce déferlement venu d’autres mondes. On suit aussi une jeune médecin officiant dans l’humanitaire qui voyage à travers le monde pour venir au secours de réfugiés de tout bord (humains comme extraterrestres). Elle va être confrontée à la realpolitik et au chaos régnant dans les zones de guerre. On suit aussi un groupe d’humains qui va escorter de leur propre chef une colonie d’aliens jusqu’à bon port malgré les obstacles naturels et humains qui vont se dresser entre eux et leur objectif. Par petites touches supplémentaires, on croise aussi un entrepreneur en sécurité, une jeune fille d’origine allemande qui va franchir le rubicond des bouches pour explorer l’espace intersidéral et aux travers d’articles et d’émissions télévisées, nous pouvons entr'apercevoir l’évolution des lois et règlements en vigueur sur Terre concernant les visiteurs de l’espace.

Le récit en lui-même est de facture assez classique, on retrouve des archétypes vus et lus ici ou là avec le personnage qui peu à peu évolue au fil de ses rencontres avec les extraterrestre, l’utopiste qui va aller au bout de sa mission au nom de l’entente entre les peuples, le grand patron avide de pouvoir et d’argent que les barrières morales ne freinent pas, la foule haineuse emportée par la peur de la différence, les cortèges de réfugiés livrés à eux même et confrontés aux réticences des sédentaires bien installés et aux tendances nationalistes exacerbées par la situation. Cependant, on suit avec plaisir les bonds dans le temps qui nous sont proposés et même si la surprise est rarement au RDV, on passe un très bon moment. Surtout que plus qu’un livre d’invasion d’êtres venus de l’espace, Points chauds est aussi une remarquable étude de la nature humaine, de l’organisation de nos sociétés et leur tendance à sur-réagir et tomber dans la paranoïa. La tonalité du livre est donc globalement sombre et ne donne une fois de plus pas beaucoup de place à l’optimisme même si par moment, une petit victoire humaniste émaille un background plus rude et parfois éprouvant. Les parallèles sont en effet aisés à faire avec l’actualité récente dont en premier lieu le traitement médiatique et politique de la crise des migrants.

La deuxième partie du livre consacrée à un guide de survie en cas d’invasion extraterrestre est beaucoup plus légère bien que sérieuse dans son traitement. En vrac, l’auteur nous donne des pistes pour lier un premier contact avec les aliens, vivre en bon voisinage avec eux (voir plus !), voyager en dehors des mondes connus avec tout un tas de conseil sur les compétences à posséder et le sac de voyage à préparer avant de sauter dans une bouche. C’est drôle, illustré de façon maligne et on se plaît à suivre cette étude à la fois sociologique, historique et psychologique calquant les guides de voyage bien connus des routards et autres explorateurs des temps modernes. On finit la lecture du volume avec un petit sourire aux lèvres ce qui n’était pas forcément gagné vu la teneur de la nouvelle entamant le livre.

Comme toujours avec Genefort, la forme est délicate et développée à souhait. L’écriture est un bonheur de tous les instants présentant un savant mélange de descriptions courtes mais denses et de scènes d’action immersives au possible. On ne voit pas le temps passer, les pages se tournent toutes seules et c’est tout surpris qu’on se retrouve déjà en fin de lecture. Belle réussite que ce double ouvrage qui offre une vision novatrice d’une présence étrangère sur notre planète, pas forcément la plus positive pour l’homme (qui se retrouve ici plus prédateur que proie des aliens) mais nous éclaire aussi sur le temps présent. Une belle expérience que je vous encourage à entreprendre au plus vite.

Déjà lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
Mémoria
Les Opéras de l'espace
- Une Porte sur l'éther

Posté par Mr K à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 30 novembre 2016

"Virus L.I.V.3 ou la mort des livres" de Christian Grenier

51Wa3HIO0lL

L’histoire : "Délivrez-nous des livres !". Face à la tyrannie des Lettrés qui ont interdit tous les ordinateurs au profit du livre, les Zappeurs ont trouvé un moyen radical de ramener l’image au cœur de la vie. Leur arme ? Un virus diabolique, qui efface les mots des livres à mesure qu’ils sont lus et transporte le lecteur à l’intérieur des pages. Allis, une jeune fille favorable aux technologies modernes, représente la dernière carte des Lettrés : elle seule est capable d’identifier l’inventeur du virus et de trouver un antidote.

La critique de Mr K : Je vous ai dit sur mon IG il y a quelques temps que j’avais eu la bonne surprise en début d’année scolaire de trouver dans mon casier de boulot deux ouvrages de SF tout droit sortis du fond du CDI. Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres de Christian Grenier en faisait partie et le pitch de base m’a interpellé. Il est plutôt rare en effet que les lettrés tiennent la première place dans une autocratie ou une dictature. De plus, ça fait un petit bout de temps que je n’ai pas fait une incartade en littérature-jeunesse, le prochain sera le dernier Harry Potter que je lirai pendant la période de Noël (et que Nelfe a déjà lu).

Ici l’action se déroule en France à la fin du XXIème siècle. C’est une oligarchie de lettrés qui règne en maître sur la société. Tous les citoyens doivent absolument lire à certaines heures, la lecture est devenue un devoir et les écrans de toute sorte ont été bannis. Les adeptes des nouvelles technologies ont été marginalisés et refoulés en dehors de la capitale dans des zones de non-droit où ils survivent comme ils peuvent. Comme souvent, l’utopie de base a cédé la place à la tyrannie et l’injustice.

Allis, notre héroïne est une écrivaine en devenir qui vient tout juste d’être élue à l’académie des lettres qui dirige le pays. Dès son arrivée, ses confrères lui parlent d’un mystérieux virus (L.I.V.3) venu des confins de Paris et qui efface les mots que l’on est en train de lire. À plus ou moins longue échéance, c’est l’objet livre et le plaisir de lecture qui risquent de disparaître. L’ennemi est tout désigné, le mal a été créé chez les zappeurs, ces êtres qui n’ont jamais abandonné leur goût impie pour les écrans et ont créé cette monstruosité pour prendre leur revanche. Allis va se voir charger de la délicate mission de découvrir l’identité du créateur du virus et ses objectifs. Sa quête va mettre à mal ses certitudes et lever le voile sur des vérités cachées qui ne sont pas forcément agréables à entendre...

On est clairement ici dans la SF pour jeunes. Si vous êtes habitués au genre ou que votre enfant en a déjà dévoré pas mal, passez votre chemin car le récit proposé ici, bien qu’efficace et bien mené, est très balisé. Il faut comprendre par là qu’il n’y a pas de réelle surprise pour le connaisseur mais par contre, les aventures d’Allis raviront celles et ceux qui veulent s’essayer à la SF pour la première fois. L’auteur balaie beaucoup de thématiques du genre et propose une œuvre synthétique qui donnera sans doute l’envie de continuer l’exploration de la galaxie SF en littérature. On retrouve pêle-mêle la traditionnelle opposition entre les anciens et les modernes (ici autour de l’objet-livre), le modèle d’une société dictatoriale dépassée par des éléments incontrôlables qui vont frapper au cœur des idéaux prônés par l’autorité, la technologie fantasmée au travers de quelques passages (cybernétique appliquée à l’être humain, les réseaux virtuels...).

Pour un lecteur confirmé, il ne faut pas plus de deux heures pour en venir à bout. Malgré le balisage énoncé plus haut, on se prend au jeu et on accompagne le sourire aux lèvres cette jeune fille courageuse qui se révèle être la clef consensuelle qui pourrait résoudre tous les maux. Sa particularité physique lui ajoute une aura particulière (son handicap est important mais ne l’empêche pas de vivre) et le personnage est d’une fraîcheur revigorante. L’écriture est très accessible et souple, elle privilégie les dialogues et ne s’appesantit pas sur les descriptions de lieux et de personnes. Je trouve cela légèrement dommage tant mon imagination se serait encore plus nourrie de quelques détails supplémentaires. Pour autant, pas de réelle frustration, n’oublions pas que ce livre se destine avant tout aux plus jeunes.

Au final, un bon moment de lecture qui a le mérite de se lire très vite et accrochera sans aucun doute les marmots et les lecteurs occasionnels : c’est simple, finaud et bien mené sans temps morts. À tenter si le cœur vous en dit !

Posté par Mr K à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 27 novembre 2016

"Opéra macabre" de Thomas Tessier

519WEQDHJNL

L’histoire : Neil, auteur de romans historiques, visite la campagne italienne, lorsqu’une panne de voiture l’oblige à demander de l’aide dans une ferme isolée. Il y est accueilli par Marisa Panic, une jeune femme vers qui il se sent immédiatement attiré. Leur relation intensément érotique, torride, lui fait reléguer au second plan toute sorte de détails étranges, inquiétants : les allures de labyrinthe de la maison et la présence de parents âgés pour le moins bizarres, comme l’oncle de Marisa, le père Panic, prêtre, marionnettiste et ancien nazi...

La critique de Mr K : Opéra macabre m’a séduit par sa quatrième de couverture complètement folle avec certes un postulat de base banal (du genre de ceux que l’on retrouve souvent dans la production pléthorique de série B d’horreur) mais avec des promesses certaines entre érotisme, mystère et un prêtre nazi ! Étant un gros fan de films de genre et de littérature légère dans le domaine horrifique, ce volume m’était tout destiné. Les vacances de la Toussaint et la proximité d’Halloween ont achevé de me convaincre.

Neil a beau être un écrivain plutôt doué (son troisième livre l’a fait percer dans le domaine de l’édition), il n’en reste pas moins un gros abruti. Jugez plutôt ! Le gazier se promène tranquille en Italie et tombe en panne. Là dessus, il trouve refuge dans un vieux domaine perdu au milieu de nulle part. À ce moment là, je me serais déjà dit en mon for intérieur de me méfier. Il est accueilli par une sculpturale jeune femme qui lui fait du gringue et qui très vite va jouer passionnément au Scrabble sous la couette avec lui. Sa voiture doit être réparée en deux jours mais il s’en fiche le Neil, il ne pense plus qu’avec son pénis et en perd son latin, ses priorités et bientôt sa santé mentale. Car la maison n’est pas ce qu’elle semble être et ses habitants encore moins... Je vous l’avais dit que Neil était d’une stupidité sans nom !

Bon, en même temps, il n’y aurait plus de livre et le plaisir sadique qu’on éprouve au fil de l’intrigue ne serait plus aussi réussi. On a beau savoir que le pauvre gars est perdu d’avance, on se plaît à suivre son attirance hypnotique pour cette femme séduisante en diable. Elle m'a fait penser à une succube, dévoreuse d’âme qui l’entraîne exactement là où elle veut l’emmener. Pendant que le personnage principal ne pense qu’à la bagatelle, le lecteur s’interroge sur les détails étranges qui apparaissent ici ou là entre une maison à l’architecture complexe voir changeante, qui semble se refermer sur ses visiteurs, des bruits étranges et néanmoins familiers qui font penser que de drôles d’événements se déroulent dans les parages, un jeune-homme gisant blafard sur un canapé et disparu cinq minutes plus tard, des résidents âgés plutôt inquiétants qui se nourrissent de mets peu appétissants (vous ne mangerez plus de la soupe comme avant si vous lisez ce livre)... Bref, autant d’éléments qui moi m’auraient fait fuir au bout de quelques heures !

Mais non, le Neil en tient une couche et sous le charme de Marisa va laisser passer sa chance. Ce qui, pour le coup, permet à l’auteur, Thomas Tessier, de nous révéler dans le dernier tiers de l’ouvrage une vérité glaçante et extrême. Attendez-vous à du gore et du déviant mâtiné d’une piqûre de rappel historique non dénué d’intérêt. Les ficelles de l’intrigue sont assez grossières mais le résultat est plutôt réussi avec un lecteur pris dans la tourmente des dernières pages d’une rare violence et faisant écho dans une bien moindre mesure à l’évocation des enfers chez Dante ou Milton. On atteint les sommets du macabre et les amateurs apprécieront, les âmes sensibles passeront quant à elle leur chemin...

En terme de teneur littéraire, nous ne sommes pas en présence d’une œuvre impérissable. Clairement, l’auteur fait le boulot sans trop se fouler. Le dernier tiers prend vraiment à la gorge mais pour le reste, l’écriture est plate et sans réelle saveur. Ainsi, la chair est triste dans les passages érotiques alors que c’est l’inverse qui est attendu. J’ai trouvé aussi que Thomas Tessier ne s’appuyait pas assez sur la description pour planter encore plus une ambiance glauque comme il faut.

L’ensemble reste cependant très lisible et il ne faut pas plus de deux heures et demi pour venir à bout des 175 pages de l’ouvrage qui se déguste tel un bon petit plaisir coupable comme on les aime : suffisamment intrigant pour être lu d’une traite ou presque mais parfaitement dispensable et à réserver aux aficionados du genre. La balle est dans votre camp !

Posté par Mr K à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,