jeudi 16 juillet 2015

"American Gods" de Neil Gaiman

001

L'histoire: Dans le vol qui l'emmène à l'enterrement de sa femme tant aimée, Ombre rencontre Voyageur, un intrigant personnage. Dieu antique, comme le suggèrent ses énigmes, fou, ou bien simple arnaqueur? Et en quoi consiste réellement le travail qu'il lui propose? En acceptant finalement d'entrer à son service, Ombre va se retrouver plongé au sein d'un conflit qui le dépasse : celui qui oppose héros mythologiques de l'ancien monde et nouvelles idoles profanes de l'Amérique. Mais comment savoir qui tire réellement les ficelles : ces entités légendaires saxonnes issues de l'aube des temps, ou les puissances du consumérisme et de la technologie? A moins que ce ne soit ce mystérieux M. Monde...

La critique de Mr K: Il s'agit de ma première lecture de Neil Gaiman plutôt reconnu dans la blogosphère et le reste du monde réel. Nelfe a déjà eu l'occasion de le pratiquer à deux reprises avec un Neverwhere qu'elle avait trouvé plutôt moyen et un Coraline qu'elle avait adoré (je me suis contenté du film au cinoche et je l'avais trouvé dément). American Gods est le fruit d'une rencontre impromptu chez Emmaüs (une fois de plus!) et il est auréolé de multiples récompenses comme les prix Hugo et Nebula en 2002. La quatrième de couverture ayant ouvert en moi des gouffres de perplexité, je sautai le pas et m'en portai acquéreur.

Ombre sort de prison après un braquage qui a mal tourné. En trois ans, il a eu le temps de réfléchir, il veut se ranger et retrouver sa femme qu'il aime plus que tout. Tout s'écroule quand on lui annonce la mort de son aimée. Sur le vol qui le ramène chez lui, il croise la route du Voyageur, un être énigmatique qui se révèle être bien plus qu'une simple rencontre de passage. De fil en aiguille, Ombre va voir son destin attaché à ce personnage qui va l'emmener bien plus loin que n'importe quel mortel avant lui. Oui, le Voyageur est un Dieu pluri-millénaire mais que lui veut-il? Et qui sont ces mystérieuses personnes en costume et véhicules noirs qui les suivent?

C'est à un sacré voyage que l'auteur nous convie avec cet ouvrage. Il y a tout d'abord Ombre, un ex taulard en quête de rédemption qui enchaîne les déconvenues en début de roman et qui va devoir trouver un nouveau sens à son existence. Je me suis attaché quasi immédiatement à ce personnage plutôt classique mais qui permet de donner un repère solide au lecteur par rapport au background et à l'évolution du récit. Il est à mes yeux le personnage le plus réussi du roman, complexe et en perpétuelle remise en question, on le retrouve là où parfois on ne l'attend pas, sa traversée de l'Amérique apporte un regard intéressant car différent sur le monde qui l'entoure. Rien ne lui est épargné et pourtant il semble naviguer à vue, sans excès, de manière neutre comme s'il se fichait un peu de la tournure des événements. Ce côté stoïque et détaché m'a beaucoup plu.

Cela détonne par rapport à l'univers développé par Gaiman. On croise une multitude de divinités anciennes ramenées par les émigrés lors de leur traversée de l'Atlantique ou du Pacifique. Mais elles ont tendance à mourir (oui, les Dieux meurent aussi) à cause de l'oubli, ne devant leur existence qu'à la croyance que l'on porte en eux. Ce champs du crépuscule est joué par toute une nouvelle génération de dieux issus de l'évolution technologique du monde, de jeunes ambitieux qui ne rêvent que d'une chose: supplanter leurs glorieux aînés. La bataille approche et tout le monde se range en ordre de bataille. Manipulations, faux-semblants, retournements de situations mais aussi quelques moments de paix attendent notre héros brinquebalé entre volontés divines et son existence en miette. La trame est dense, très dense même, on peut juste reprocher une fin plutôt convenue alors que l'on attendait quelque chose de plus explosif, de plus inventif.

Pour autant, ne boudons pas notre plaisir, au-delà de l'histoire à proprement parler, ce livre est aussi l'occasion pour Gaiman de nous décrire les États-Unis, de parcourir ce grand pays et les différentes réalités qui l'ont construit et le constitue encore aujourd'hui. Les métropoles toutes puissantes, la toute puissance financière, la percée des nouvelles technologies et leur influence sur la conduite de nos vies et du monde, son passé douloureux (le génocide amérindien, le racisme envers les nouveaux arrivants, un magnifique passage sur l'esclavagisme à la fois dur et évocateur comme jamais), ses petites communautés repliées sur elles-même (le passage du héros à Lakeside est parmi mes préférés du roman)… Livre-somme, American Gods flatte l'intellect et l'imagination, présente un melting pot de références et connaissances assez hallucinant qui donne le vertige et impressionne par leur concomitance. C'est surtout à ce niveau là que l'on prend vraiment une claque avec ce roman, ce qui justifie pleinement la moisson de récompenses qu'il a pu recueillir.

Bien que foisonnant dans son contenu, ce livre se lit facilement en grande partie grâce à l'écriture de Gaiman qui est accessible et simple. C'est d'ailleurs ce dernier point qui m'empêche de le classer dans la catégorie des chefs d’œuvre absolus. On retrouve un sens du rythme certain mais la qualité littéraire n'est pas assez poussée. On passe cependant un moment étourdissant et bluffant qui me fait dire que je retournerai sans doute faire un tour dans la bibliographie de cet auteur.

Posté par Mr K à 18:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 14 juillet 2015

"Humour noir" de Serre

111

Contenu : Petit recueil de dessins d'humour noir par le très talentueux Serre.

La critique de Mr K : Après son recueil consacré au bricolage dont je vous avais présenté quelques dessins, voici un petit aperçu de son ouvrage Humour noir qui dépote furieusement et que j'ai dévoré en à peine une demi-heure. C'est le seul défaut de l'ouvrage, il se lit bien trop vite! On retrouve la signature de Serre en terme de trait et d'humour décalé. En voici quelques extraits.

001

Un recueil qui a du mordant!

002

L'important, c'est la santé!

003

Tempus fugit!

004

Silence, on se repose!

005

Olé!

Un petit ouvrage à découvrir, à lire, à relire et parfois à méditer. Alors ça ne vous donne pas envie?

Posté par Mr K à 18:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 13 juillet 2015

"Papillon de nuit" de R. J. Ellory

papillon-de-nuit-elloryL'histoire : Après l’assassinat de John Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes que jamais. L’Amérique a compris qu’il n’y avait plus un chef, un leader du pouvoir exécutif, mais une puissance invisible. Et si celle-ci pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs. C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami.

Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Et que la politique et l’histoire des sixties ne sont pas qu’une simple toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.

La critique Nelfesque : Pour ceux qui nous suivent depuis un moment, inutile de dire une fois de plus que je suis une fan inconditionnelle d'Ellory et que dès qu'un nouveau roman sort en librairie, je me jette dessus. "Papillon de nuit" a une saveur particulière puisque, bien que tout récemment sorti en librairie en France, il ne s'agit pas d'un nouveau roman. Bien au contraire...

Les éditions Sonatine viennent de lancer leur nouvelle collection, Sonatine +, qui fait la part belle aux romans oubliés. Premiers écrits ou romans passés injustement inaperçus en France sont mis en lumière dans un format semi poche et un prix bien moindre qu'un broché classique. Une belle occasion de se faire plaisir à moindre frais ! "Papillon de nuit" rentre complètement dans la ligne éditoriale de cette nouvelle collection puisqu'il s'agit ici du premier roman de R. J. Ellory, sorti en 2003 en Angleterre mais jusqu'ici inédit en France. On ne peut que remercier Sonatine de nous permettre de découvrir le premier écrit de ce grand écrivain contemporain !

J'ai coutume de dire que cet auteur est bluffant, qu'il arrive à plonger ses lecteurs dans une ambiance bien particulière où l'intrigue passe au second plan, avec des personnages à la psychologie fouillée et avec une plume unique. Et bien, je peux maintenant dire que cette finesse d'écriture, ce don qu'il a pour hypnotiser son lectorat, R. J. Ellory l'a depuis son tout premier roman.

Avec "Papillon de nuit", Ellory nous transporte au plus proche de l'âme humaine, dans un roman fort et émouvant. Nous suivons Daniel, pendant plus de 500 pages, dans ses dernières semaines à vivre, ses derniers jours, ses dernières heures, son dernier souffle. Jugé et emprisonné dans le couloir de la mort pour le meurtre de son ami d'enfance, son frère noir, dans une Amérique en plein bouleversement de la guerre du Vietnam et du ségrégationnisme. Longtemps silencieux, il va se confier au père John et lui raconter l'histoire de sa vie, celle de sa rencontre avec Nathan, celle de leur amitié indéfectible et ses fantômes du passé.

Ainsi, le lecteur navigue tour à tour entre le temps présent (1982) et le passé de Daniel. Son histoire est prétexte à nous raconter celle de l'Amérique, son évolution, sa population, ses peurs et ses espérances. Nous suivons Daniel depuis tout petit et, au fil des pages, nous développons une grande affection pour ce personnage. Comment un individu peut-il être conditionné par le pays dans lequel il vit ? Comment peut-il s'en délivrer et aller contre les décisions nationales ? Comment un homme peut-il construire sa vie face à l'innommable ?

Ellory ayant lui même fait de la prison pour vol dans ses jeunes années, ses descriptions du milieu carcéral sont justes et sans détours. Loin de la caricature du taulard tatoué, gros bras et peu finaud, Daniel est un homme comme un autre avec une histoire lourde à porter et une grande solitude qu'il va nous raconter ici. Avec un sentiment d'urgence palpable face à l'issue fatale qui attend Daniel et, encore une fois (et ici pour la première fois), une force indéniable dans l'écriture de son auteur, ce roman se place dès les premières pages dans les meilleurs romans de Ellory. On retrouve tout ce qui fait la patte de l'auteur : une histoire forte, un background fouillé, des psychologies complexes et des personnages emblématiques et pourtant si ordinaires. Les ingrédients d'un grand roman sont tous ici réunis et le cuisinier Ellory les accommode avec brio.

L'histoire dans l'Histoire, le destin d'un homme meurtri, un questionnement profond sur les notions de liberté, d'intégrité et de dignité, c'est tout cela "Papillon de nuit". Et puis, il y a la plume magnifique d'Ellory qui fait de ce roman une oeuvre unique... Un vrai moment d'émotion et un roman précieux.

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- "Seul le silence"
- "Les Anonymes"
- "Vendetta"
- "Les Anges de New-York"
- "Mauvaise étoile"
- "Les Neuf cercles"

Posté par Nelfe à 17:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 10 juillet 2015

"Les Tendres plaintes" de Yoko Ogawa

001

L'histoire: Blessée par l’infidélité de son mari, Ruriko décide de disparaître. Elle quitte Tokyo et se réfugie dans un chalet en pleine forêt où elle tente de retrouver sa sérénité. Ruriko est calligraphe. Non loin, dans un autre chalet, s’est installé Nitta, un ancien pianiste de renom devenu facteur de clavecins, un homme habité par un calme particulier qui semble absorber les sons des instruments qu’il fabrique. Bien qu’assisté chaque jour dans son ouvrage minutieux par une jeune femme prénommée Kaoru, il vit seul avec un vieux chien aveugle et sourd. Invitée en ces lieux par Kaoru, la calligraphe observe et s’interroge sur la relation du facteur et de son aide. Ainsi elle apprend que Nitta ne peut plus jouer en présence d’autrui, que seule persiste en lui la capacité de vivre avec des sons invisibles. Mais, un matin, la calligraphe surprend Nitta installé au clavecin jouant “Les Tendres Plaintes” pour Kaoru.

La critique de Mr K: Il y a un peu plus d'un an, je vous faisais part de mon enthousiasme après la découverte d'une auteure japonaise qui m'avait subjugué avec son très beau roman: La Pièce hexagonale. Une blogueuse-amie m'avait encouragé à poursuivre ma découverte de Yoko Ogawa mais aucune occasion ne s'était présentée à moi lors de nos chinages compulsifs à Nelfe et à moi. C'est une fois de plus par l'intercession de notre cher abbé que j'ai pu dégoter le présent ouvrage dont la quatrième de couverture promettait isolement, introspection et amour à la japonaise… Pas déçu pour un yen, le Mr K! J'ai lu ce roman en un temps record et j'ai apprécié au plus haut point cette nouvelle incursion dans le pays du soleil levant.

L'action débute dans la nuit, en pleine montagne. Ruriko est une femme bafouée. Elle subit depuis trop longtemps le libertinage de son mari qui ne cache même plus sa relation adultère et lui manque régulièrement de respect. La jeune femme a donc décidé de tout quitter précipitamment et de rester un temps indéterminé dans le vieux chalet familial perdu dans les hauteurs. Adieu Tokyo, son stress et ses souvenirs! Le temps est à la reconquête de l'estime de soi, la réorientation de sa vie et les nouvelles rencontres. Elle va nouer des rapports avec ses voisins immédiats, un étrange duo qui fabrique des clavecins et partage une passion dévorante pour la musique. Découverte de l'autre, levée de secrets inavoués, révélations intérieures… voila ce qui attend le lecteur tout au long de sa lecture.

Ce livre ne fait pas exception à la règle qui veut que de nombreux auteurs japonais aiment installer très progressivement leur intrigue, conjuguant lenteur et subtilité avec un talent sensuel et d'une finesse remarquable. Yoko Ogawa prend donc le temps pour poser les valises de son héroïne, petit bout de femme qui pour la première fois de sa vie prend son destin en main et essaie de se révolter contre un mari qui ne l'aime clairement plus. Mélancolique, elle fait écho au paysage qui l'entoure, le moindre arbre, le moindre ruisseaux lui renvoyant ses chagrins intimes, ses fêlures à vifs. L'auteure mêle balades, visites chez les voisins et souvenirs d'enfance avec un étrange rythme hypnotique qui fonctionne à plein sur le lecteur dérouté et fasciné. Rien d'extraordinaire de prime abord: un sentiment exprimé, un dialogue impromptu, une situation, un vieux chien en fin de vie (sic)… autant de détails insignifiants qui font un tout d'une beauté brute et immaculée. Oui, on est bien en pleine littérature japonaise. Le temps a suspendu son vol, en témoignent les deux nuits où mon réveil a du me rappeler à l'ordre!

À la fantasmagorie des lieux, des rêves et des souvenirs s'ajoutent des rapports humains très terre à terre: la relation quasi maternelle de la tenancière de l'auberge avec Ruriko qu'elle ravitaille régulièrement, le lien tissé entre la jeune calligraphe et sa professeur d'université, l'aigreur qui a remplacé l'amour dans les rapports entre Ruriko et son mari et surtout le triangle relationnel établi entre Nitta, Kaoru et Ruriko. Mélange délicat d'amitié, d'amour, d'attirance, de répulsion, les lignes bougent beaucoup durant le roman. Les situations se lient et se délient entre les protagonistes alternant espoir, quasi rédemption et déception amère au croisement de la musique, du rapport homme/femme et de la nature sauvage. C'est prenant et très poétique, un climax unique et très japonais. J'adore.

L'écriture est un ravissement de chaque instant: petit roman, économie des mots, la pureté de la formulation densifie et magnifie une histoire universelle en fin de compte. Ce parcours de femme m'a ému comme rarement et ne fait que renforcer mon attachement à ce type de littérature et à cette auteure tout particulièrement. Un petit bonheur que je vous recommande chaudement!

Posté par Mr K à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 7 juillet 2015

"Corpus Christine" de Max Monnehay

004

L'histoire: Collez-moi le canon d'un magnum sur la tempe je tremblerai moins.

Enfermez-moi dans la chambre froide d'une morgue et laissez-moi vous dire que c'est du gâteau.

Ce que je vis devait peser dans les cent vingt kilos et transpirait à grosses gouttes une eau malodorante.

Ce que je vis était énorme.

C'était ma femme.

La critique de Mr K: Vous venez de lire cette quatrième de couverture. Étrange et intrigante, non? Perso, je n'ai pas pu résister et sans connaître l'auteur ni le contenu réel de Corpus Christine, je l'ai embarqué lors de notre dernière visite chez l'abbé. Bien m'en a pris tant ce premier roman de l'auteur est aussi réussi que surprenant. Pas de spoiler durant la chronique mais certainement plus de renseignements que pour moi lors de ma première vision de l'ouvrage. Bande de chanceux!

Le narrateur (dont on ne saura jamais le nom) ne peut plus se tenir debout suite à une chute et doit rester constamment en position horizontale. Il est séquestré dans son propre appartement par son épouse qui se plaît à lui infliger humiliations et privations. Seuls repères, les sonneries de l'école voisine et un voisin qui engueule à intervalle régulier on ne sait qui… C'est bien mince et la perte de repères s'accompagne souvent de la perte de la raison. Peu à peu, il s'enfonce dans un rapport étrange avec son bourreau familier entre répulsion et attirance, et l'on assiste impuissant à la déchéance d'un homme capable de tout pour pouvoir manger un morceau de poulet ou quelques chips… Pourquoi est-il immobilisé? Pourquoi sa femme se conduit-elle ainsi? Ce n'est qu'une partie du drame qui se joue et qui va vous mener en bateau sur les 227 pages de l'ouvrage.

J'ai trouvé ce roman très novateur de par son déroulé et sa fraîcheur. Pas de chichi ici mais une vision brute du calvaire que cet homme vit. On est placé dans l'esprit du héros qui mêle habilement désespérance, humour sur soi et actes de bravoure. J'ai adoré ses expéditions nocturnes dans la cuisine pour essayer de récupérer quelques victuailles pour éviter de mourir de faim. Il a ainsi développer des dons d'ingéniosité et accentué ses différents sens pour contourner les obstacles et sa chère femme. C'est dans l'adversité que l'on se révèle à soi et c'est exactement ce qui se passe ici. À part sa technique de rampe et quelques souvenirs habilement distillés par l'auteur, une grande place est donnée à l'introspection du héros malheureux dans ce livre. On revient sur son travail et la façon dont il a rencontré sa femme, leur union et le développement de leur vie commune. Tout est embrouillé au départ, les indices sont minces, l'auteur se concentrant sur le quotidien rébarbatif d'un héros impuissant face à la diminution de son état physique. Et puis, les zones d'ombre s'éclairent sans trop en dire pour autant. Le suspens est ménagé comme jamais et bien malin celui qui trouvera la clef avant qu'elle nous soit livrée.

Le process d'introspection du héros est ultra-réaliste et très bien menée. Il est clairement à la merci de sa femme et il se perd dans le temps qui passe. Il essaie de se souvenir, de revenir sur le passé mais s'embrouille souvent. Il interpelle d'ailleurs souvent directement le lecteur pour le prendre à témoin, lui demander conseil, lui faire constater des choses qui lui paraissent évidentes. C'est déstabilisant et très excitant en même temps. On pénètre dans la chambre avec lui, on guette l'ouverture de la porte par sa femme avec lui, on sombre dans ses drôles de rêves et nous en discutons même du contenu avec lui! C'est diablement malin et efficace, brise les repères et a le mérite de faire basculer le simple fait divers sordide dans la littérature avec un grand L. Pas mal du tout pour un premier livre!

L'écriture comme dit plus tôt est vraiment novatrice: assez nerveuse, agressive voir parfois violente tant elle confronte le lecteur à la dure réalité vécue par cet homme diminué (violence physique mais surtout morale qui résulte de ce duel pervers entre lui et sa femme). J'ai retrouvé d'ailleurs un peu de l'ambiance que j'avais apprécié dans le superbe livre Misery de Stephen King. On étouffe face à cette situation refermée sur elle-même dont on ne voit pas l'issue, on est même au bord de l’écœurement mais on continue quand même, fasciné par la monstruosité des rapports décrits. La fin vient cueillir un lecteur hagard et bien content de s'être laissé pris au piège de cette histoire dérangeante au possible.

Un petit bijou d'humour noir et de délire psychotique que tous les amateurs ne doivent pas laisser passer!

Posté par Mr K à 19:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 6 juillet 2015

Eerie & Creepy présentent "Richard Corben vol.2"

1

Présentation: Le présent ouvrage est le deuxième et dernier volume consacré à cette période fondatrice de l'œuvre de Corben au sein des éditions Warren. Il regroupe les dernières histoires qu’il a publiées pour les magazines Creepy et Eerie, ainsi qu’un cahier comprenant les superbes couvertures qu’il a pu réaliser pour ces magazines.

La critique de Mr K: Nouvelle critique d'un ouvrage édité par les éditions Delirium que j'ai déjà fréquenté à plusieurs occasions et qui m'ont à chaque fois ravi par la qualité de leurs rééditions. Retour à Richard Corben, un de mes dessinateurs préférés avec ce deuxième volume d'histoires courtes tirées des magazines Eerie et Creepy aujourd'hui disparus. Il s'agit ici de récits plus tardifs mais toujours aussi incisifs et jouissifs! Vous retrouverez une fois de plus des adaptations de récits dits classiques tirés des œuvres de maîtres tels que Edgar Allan Poe ou encore HP Lovecraft mais aussi des trames originales.

On navigue une fois de plus à la confluence de plusieurs genres entre récits policiers mâtinés de thriller, SF ou encore fantastique/horreur. Tour à tour vous serez confrontés à un flipper hanté par une créature antédiluvienne, à un corbeau plutôt insistant, à l'antéchrist de Noël, à un portrait ovale diablement fascinant, à un meurtrier redresseur de torts d'une nature étonnante (récit en deux parties), à une épidémie de peste en Grèce antique, à un nouveau conte de Noël macabre à souhait, à la course aux armements version ubuesque avec un Einstein complètement déjanté, à des amoureux naufragés en pleine mer, à la résurrection d'une momie amatrice de football américain, à une variation autour de la thématique de la femme géante, à une histoire médiévale mêlant avarice et fantastique, à un triptyque fort réussi autour de l'effet papillon et enfin à une histoire d'animal domestique d'un genre très particulier.

2

On alterne une fois sur deux la couleur et le noir et blanc, passant d'un genre à un autre sans transition. Comme lors de ma lecture du volume 1, je me suis restreint à ne lire qu'un ou deux récits par soir pour éviter de le lire trop rapidement. Difficile de s'y résoudre tant l'addiction est immédiate entre curiosité et admiration devant les histoires racontées et la mise en forme de toute beauté. Une fois de plus les éditions Delirium ont réalisé un travail remarquable avec cette réédition qui en bonus a rajouté quelques couvertures originales et quelques variations dessinées en toute fin d'ouvrage. Les dessins et planches sont superbes et les pages se tournent toutes seules.

3

On retrouve des thématiques courantes dans les genres abordées: les failles de la nature humaine et leur conséquences parfois dramatiques. Seule l'innocence de jeunes enfants sort du lot, les adultes étant souvent trompés par leurs instincts, leurs désirs et leur avarice. Le syndrome de l'arroseur arrosé est donc très souvent présent mêlant des sentiments variés comme la peur et l'angoisse, l’espérance et la chute, l'amour et la détestation (de belles séances de vengeance bien hard boiled par moment) et une certaine mélancolie liée d'existentialisme qui transparaît de ci de là et permet de réfléchir à l'occasion sur nous et notre nature profonde.

4

On passe aussi un bon moment quand on est amateur de créatures diverses et variées y compris de belles nanas bien poumonées sans pour autant tomber dans le voyeurisme ou le misogyne. Tout le monde en prend pour son grade dans ce volume: femmes / hommes, riches / pauvres, jeunes / vieux… n'importe qui peut se révéler faux et/ou fourbe face à des situations sortant de l’ordinaire. J'ai trouvé aussi qu'il y avait un bon équilibre entre les récits originaux qui sont suffisamment travaillés pour ne pas souffrir de la comparaison avec les adaptations effectuées à partir de matériaux prestigieux situés plus haut.

002

On passe donc un excellent moment en compagnie de Corben et tout amateur se doit d'avoir parcouru cet ouvrage à la fois dense et d'une grande beauté. Un must dans le genre!

Posté par Mr K à 18:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 4 juillet 2015

"Le Travail du Furet" de Jean-Pierre Andrevon

743679_2875383

L'histoire: Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes du XXIe siècle. La santé de la population ne cesse de s'améliorer ; toutes les statistiques le prouvent. Le problème, c'est de maintenir les grands équilibres. Pour y parvenir, il faut supprimer 400 000 citoyens par an dans l'Hexagone. Choisis avec art et méthode par le Grand Ordi, qui chaque matin procède à un tirage au sort morbide. Le travail des Furets consiste à liquider, pas forcément en douceur, tous ceux dont la vie doit prendre fin au bénéfice de la communauté. Un boulot comme un autre, en somme. Avec des avantages. Jusqu'au jour où un certain Furet, grand amateur de films noirs du XXe siècle, découvre sur sa liste le nom de Jos. L'amour de sa vie.

La critique de Mr K: Retour vers de la SF française avec ce volume faisant la part belle au roman noir transposé dans un futur pas des plus rassurants. Vous prenez des codes bien établis que vous accompagnez à la sauce futuriste et vous obtenez un ouvrage assez étonnant qui se démarque nettement des productions lambda.

Le héros est un furet, comprendre un tueur à la solde de l'État chargé d'éliminer des personnes tirées au sort par un gigantesque ordinateur. L'objectif? Garantir la survie de l'espèce humaine, équilibrer la balance dans un monde où la maladie et la mort reculent inexorablement grâce à une technologie médicale à la pointe du progrès. Froid et distant, l'anti-héros est tourner sur lui-même et fait son travail sans se poser de questions sur les tenants et les aboutissants de ses missions. Il n'a pour seul compagnon que son poisson rouge (Moby Dick sic!) et accumule les exécutions sans état d'âme. Seule faille dans son personnage de dur à cuire, la mystérieuse Jos, belle comme le jour et belle de nuit de profession qui illumine sa vie dès qu'il passe des moments avec elle. Un jour, la menace pèse sur elle et cela va tout changer. Un grain de sable dans une machinerie complexe peut mettre à mal tout le système, l'équilibre n'existe plus et c'est la fuite en avant…

Dès les premières pages, l'ambiance est plantée. Pas beaucoup d'espoir dans cette ville futuriste où le tueur erre de quartier en quartier pour sa besogne. C'est l'occasion pour l'auteur de nous décrire un monde bien segmenté entre pauvres, riches, intellectuels et société du spectacle. On passe donc de ruelles insalubres et empuanties à de grandes zones de loisir où l'insouciance est de mise entre frivolité et appât du gain. Les classes sociales s'ignorent royalement, cohabitent dans une même cité sans jamais se rencontrer, un grand classique dans la SF prospective. Seule gageure d'égalité, l'ange de la mort incarné par le héros qui ne fait pas dans le détail et la ségrégation sociale. Il reçoit sa liste (entre 5 et 10 noms) et il a la journée pour les exécuter.

Avec lui, on suit ces différentes mises à mort où son sens moral est totalement effacé devant sa mission. Il ne fait que son métier finalement… Froid et clinique, ses descriptions et analyses cinglent le lecteur tel un bon coup de fouet au rythme des formules chocs, mélange savoureux de formules à la Audiard et de néo-argot (beaucoup de néologisme bien typés SF dans ce livre). C'est aussi des passages de repos forcé, d'auto-réflexion qui nous sont livrées. Le personnage principal est seul, il se vide l'esprit en assouvissant sa passion pour le vieux cinéma Hollywoodien (que de références égrenées tout au long des 253 pages de l'ouvrage!), il y dépense beaucoup d'argent et s'en inspire pour ses tenues de bourreau (un coup privé froid, un coup cowboy sur le retour). Il noue une relation spéciale avec la belle Jos qui vient le voir régulièrement pour discuter, boire un coup ou encore aller au zoo. Rien de vraiment sexuel à proprement parler (même si une certaine tension à ce niveau là est perceptible) mais plutôt une attraction réciproque et un sentiment de bien être lors de leurs rencontres. Cela permet à l'écrivain de nous offrir de très belles pages qui contrastent avec le quotidien plutôt rugueux du furet.

Au détour des pérégrination de celui-ci, par petites touches, Andrevon nous immerge dans un futur pas si éloigné où la technologie futuriste est totalement intégrée à la société (mention spéciale aux "pous" qui s'avèrent être des sortes de balises GPS que l'on implantent dans le cou de tous les nouveaux nés et qui permettent de repérer quiconque en moins de deux!), une société devenue liberticide à force de rechercher le bien commun. C'est d'ailleurs dans ces questions quasi métaphysiques que réside le cœur de l'intrigue qui tire son épingle du jeu par son caractère profondément noir. Ne vous attendez donc pas à une fin heureuse…

La lecture est aisée et rapide, Andrevon excelle dans sa description du quotidien du furet et par sa lente prise de conscience de la nature réelle de son travail. On devine quelques ficelles à l'avance (surtout si on est habitué au genre) mais c'est avec un plaisir sadique (qui convient bien au ton cynique du texte) que l'on continue sa lecture qui nous emmène loin dans les realpolitik du futur entre paranoïa et hybris sanitaire. "Le Travail du Furet" est un bon roman de SF comme je les aime que je ne peux que vous conseiller.

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé:
Un horizon de cendres
Tout à la main
Le monde enfin
- La Fée et le géomètre

Posté par Mr K à 19:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 2 juillet 2015

"Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson - ADD-ON de Mr K

le vieuxNelfe a déjà lu et chroniqué ce roman le 29/07/11. Je viens de le terminer et de le chroniquer à mon tour.

Afin que vous puissiez prendre connaissance de mon avis, je vous mets dans ce présent billet le lien vers l'article originel où vous trouverez ma critique toute fraîche à la suite de celle de Nelfe.

Nous procédons ainsi pour les romans déjà chroniqués au Capharnaüm Eclairé mais lu à nouveau par l'un de nous. Pour "Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson, ça se passe par là.

mardi 30 juin 2015

"Toute la lumière que nous ne pouvons voir" de Anthony Doerr

toute la lumière que nous ne pouvons voirL'histoire : Marie-Laure Leblanc vit avec son père près du Muséum d'histoire naturelle de Paris où il travaille. A six ans, la petite fille devient aveugle, et son père crée alors pour elle une maquette reconstituant fidèlement leur quartier pour l'aider à s'orienter et à se déplacer.
Six ans plus tard, l'Occupation nazie les pousse à trouver refuge à Saint-Malo chez l'oncle du père de Marie-Laure, un excentrique profondément marqué par son expérience de la Première Guerre mondiale, qui vit reclus dans sa maison en bord de mer. Pour éviter que les Allemands ne s'en emparent, le Muséum a confié à Leblanc un joyau rare, la copie d'un diamant ayant appartenu à la famille royale de France, sans savoir qu'il s'agit en réalité de l'original.
Loin de là, en Allemagne, Werner grandit dans un pensionnat pour enfants de mineurs décédés. Curieux et intelligent, l'orphelin se passionne pour la science et la mécanique et apprend rapidement à réparer les machines qui lui tombent sous la main. Un talent rare repéré par les Jeunesses hitlériennes où il se trouve enrôlé. Prenant conscience des fins auxquelles est utilisée son intelligence, il est sanctionné, devenant un simple soldat de la Wehrmacht. En 1944, son chemin croise en France celui de Marie-Laure alors que Saint-Malo est incendiée et pilonnée par les bombes.

La critique Nelfesque : "Toute la lumière que nous ne pouvons voir" fait partie du club très fermé des romans qui vous marquent à vie. Prix Pulitzer 2015, Anthony Doerr n'a pas volé sa distinction littéraire.

"Toute la lumière que nous ne pouvons voir", rien que le titre est d'une beauté renversante. Comme avec "De battre mon coeur s'est arrêté", il y a des noms d'oeuvres que je pourrai répéter à l'infini et les trouver toujours aussi beaux, des phrases qui, seules, éveillent en moi des sentiments puissants. C'est indescriptible mais c'est ainsi. Le pouvoir des mots...

L'histoire de ce roman de Doerr est à l'avenant. Anthony Doerr plonge le lecteur dans la France des années 30 et 40 à travers les yeux de Marie-Laure, aveugle à la suite d'une maladie mais pourtant si éveillée au monde qui l'entoure. Curieuse de tout, son quotidien est fait de couleurs mentales, de sensations, de découvertes... Avec un père aimant pour seul parent, elle va franchir le pas de la porte de leur appartement pour découvrir le monde, en commençant par les couloirs et les collections du Musée d'Histoire Naturelle où son père travaille. Elle va alors se prendre de passion pour la recherche, la lecture, la biologie, tout ce qui peut la faire rêver à travers des histoires de découvertes et d'aventures passionnantes.

En parallèle, le lecteur fait la connaissance de Werner et sa petite soeur Jutta, orphelins allemands. Un parallèle fort à propos avec des enfants sensiblement du même âge de part et d'autre d'une frontière de deux pays qui vont bientôt entrer en guerre. On suit alors leurs quotidiens, leurs peurs et leurs rêves. Les mêmes mais appartenant à deux peuples qui ne vont pas tarder à s'affronter.

Quand les allemands rentrent dans Paris, Marie-Laure et son père trouvent refuge à Saint-Malo chez un oncle. Cette ville corsaire bretonne est le décor où évoluent des personnages truculents. Un florilège de personnalités toutes singulières et différentes mais unies dans un même désir : bouter les allemands hors de France et retrouver une quiétude de vie. Nous suivons alors une petite cellule de la Résistance, une Résistance à petite échelle comme il y en a eu tant pendant la Seconde Guerre Mondiale, une goutte d'eau dans l'océan mais une goutte d'eau vitale. Marie-Laure évolue et grandit ici, sans avoir conscience des évènements mais ressentant un changement et une tension palpable.

Deux destins, deux vies que tout oppose, l'une française et résistante, l'autre allemande et enrôlée par la Wehrmacht. Leur ressemblance malgré tout, leurs craintes et leurs questionnements font de ce roman une oeuvre émouvante et poignante. Le lecteur s'attache immédiatement à Marie-Laure mais aussi à Werner, deux enfants qui sont nés ennemis et sont pourtant tellement semblables.

La trame est, vous l'aurez compris, propice aux histoires tragiques. Sur fond de guerre, on ne peut s'attendre à un roman gai. Peu original et sans surprises pourraient même dire certains à la lecture de ces quelques phrases. Et pourtant... C'est sans compter sur le talent d'Anthony Doerr, que j'ai découvert ici et que je vais dorénavant suivre avec beaucoup d'intérêt. Sa plume est sublime, toute en nuance et poésie. Sans pathos, tout en délicatesse, et avec des descriptions magnifiques des lieux parcourus mais aussi des sentiments éprouvés par les personnages de ce roman, les mots entrent dans le corps du lecteur par tous les pores de la peau. Tant de beauté et de pureté, dans un univers si froid et triste qu'est une guerre, ne peut qu'émouvoir. Complètement habitée par l'intrigue, je me suis rendue compte seulement à la fin de ma lecture que mes larmes coulaient toutes seules sur mes joues dans les 50 dernières pages du roman. Une expérience que je n'ai pas vécu souvent...

Plus de 600 pages que l'on ne veut pas voir finir, une histoire qui nous colle à la peau, un roman bouleversant et d'une grande beauté. Le titre, "Toute la lumière que nous ne pouvons voir", prend tout son sens au fil des pages et à la 604ème particulièrement avec une scène qui fend littéralement le coeur.

Si j'étais de celles qui relisent leurs livres, je relirai celui-ci dix fois, vingt fois, cent fois. Lisez-le ne serait-ce qu'une seule fois et appréciez chaque mot, chaque phrase. La beauté est ici, malgré la guerre et ses atrocités, entre les pages de ce roman. Merci Mr Doerr.

samedi 27 juin 2015

"La Mélancolie des sirènes par trente mètres de fond" de Serge Brussolo

couv59344393

L'histoire: Femme scaphandrier, Lize Unke appartient à la brigade de police fluviale chargée d’enquêter sur la catastrophe du métro englouti. Qu’est-il réellement arrivé, ce jour-là, quand le plafond du tunnel a crevé, laissant le fleuve s’engouffrer dans le réseau souterrain pour noyer des kilomètres de galeries, de rames… et des milliers d’usagers?

Bien des années ont passé depuis le drame, mais l’énigme reste entière. On parle de survivants, prisonniers de poches d’air. Des survivants qui connaîtraient la vérité… mais que personne ne semble pressé de ramener à la surface. La solution du mystère est là, quelque part dans le labyrinthe des tunnels inondés. Lize, qui a perdu sa jeune sœur dans la catastrophe, s’est donné pour mission de faire la lumière sur cette étrange histoire. Décision imprudente s’il en est, car quoi de plus vulnérable qu’un scaphandrier perdu sous les eaux !

La critique de Mr K: Un petit Brussolo de plus à mon actif aujourd'hui avec une fois de plus une tentation initiée par un pitch assez incroyable de métropolitain englouti suite à une catastrophe où des personnes survivraient en dehors de toute logique. Avouez que ça intrigue, on n'est pas déçu au fil de la lecture avec des révélations et des retournements de situations comme Brussolo sait le faire quand il est en forme!

L'héroïne est policière dans la brigade des scaphandriers. Évoluant dans un milieu machiste, elle n'est pas séduisante (elle fait "homme" comme se plaisent à lui dire ses collègues) et elle court après un rêve impossible: retrouver sa petite sœur qui aurait disparu dans la fameuse catastrophe. On sent une pointe de culpabilité chez elle envers cette sœur un peu bohème qui avait clairement la préférence de ses parents bourgeois qui ont vu d'un mauvais œil leur fille aînée rentrer dans les forces de l'ordre. Toute la psychologie, et notamment le rapport à son passé, est très bien rendue et renforce l'empathie que l'on peut ressentir pour Lize. Elle va rencontrer Gudrun, une junky avec qui sa sœur a vécu ses derniers mois avant sa disparition. Un lien spécial va se nouer entre eux et cela l'aidera à progresser dans son enquête.

En parallèle, on suit les expéditions successives des scaphandriers dans le métro englouti. Mystérieusement les corps des victimes sont intacts, ne pourrissent pas. La brigade est chargée de récupérer les papiers des morts pour les enregistrer officiellement dans l'état civil, elle fournit aussi de la nourriture à d'hypothétiques survivants qui vivraient encore grâce à des poches d'air disséminées sur des dizaines de kilomètres de réseaux de tunnels. Peu à peu, des questions se pressent dans l'esprit du lecteur. Quelle est l'origine du phénomène qui empêche les corps de se décomposer? Les survivants existent-ils vraiment? Qui ou quoi est à l'origine de la catastrophe? Les choses se complexifient et lors d'un ultime voyage dans les sous-sols, l'héroïne lèvera le voile de la vérité et tentera de la rapporter avec elle.

L'action se déroule dans un pays non précisé où la langue allemande influence les noms propres (voir les noms de stations du métro), l'époque est, elle aussi, floue, le récit pouvant se dérouler aujourd'hui comme dans un passé ou un futur proche. L'impression d'étrangeté dans le domaine ne fait que grandir durant toute la lecture. On n'a pas vraiment de concret à quoi se raccrocher, on navigue à vue et on ressent une certaine claustrophobie lors des plongées en scaphandre. J'ai adoré notamment les passages se déroulant sous l'eau et au-delà qui combinent l'aventure et l'angoisse, l'auteur se démarquant nettement dans sa capacité à décrire les émotions et sensations ressenties par l'héroïne lors de ses découvertes successives. Étrange ambiance vraiment qui règne dans cet ouvrage qui mêle habilement quête personnelle, SF larvée et suspens. Le mélange fonctionne à plein et il est une fois de plus impossible de relâcher l’ouvrage avant le mot fin.

On retrouve, dans La Mélancolie des sirènes par trente mètres de fond, le sens du récit et du dosage cher à Brussolo avec un petit plus ici en la personne de l'héroïne que j'ai trouvé différente, touchante et très humaine. Confrontée à des choses qui la dépasse, victime de son passé et forcée d'aller de l'avant, la fin vient cueillir le lecteur entre le soulagement de savoir le fin mot de l'histoire et un dénouement très sombre versant le roman définitivement dans le roman noir. Une belle expérience de plus à mon actif avec cet auteur qui décidément n'arrête pas de me surprendre.

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé du même auteur:
"Le Syndrome du scaphandrier"
"Bunker"
"Les Emmurés"

"Avis de tempête"
"La Main froide"
"Pélerin des ténèbres"
- "La Fille de la nuit"

Posté par Mr K à 17:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,