Requiem pour un joueur

L’histoire : Un peu par hasard, Richard se met à parier sur Internet. Sur des matchs de football, un peu puis beaucoup d'argent. La spirale de l'addiction l'entraîne et le sol se dérobe sous ses pieds. Comme le capitaine Achab dans Moby Dick, il a aperçu sa baleine blanche et ira jusqu'au bout pour la retrouver.

La critique de Mr K : Une très belle lecture que cet ouvrage traitant du jeu et de l’addiction que j’ai décidé de lire toujours dans le cadre de la préparation d’un cours de Terminale BAC pro. Requiem pour un joueur d’Erwan Le Bihan est un livre qui vous happe et vous hante longtemps tant il s’avère addictif et d'un réalisme de tous les instants. Récit d’une véritable descente aux enfers, voila un ouvrage que je ne vais pas oublier de sitôt !

Richard a tout pour être heureux. Cadre dans une banque à la carrière ascendante, propriétaire, il est heureux en ménage et a des enfants. Non vraiment tout va bien pour lui, pas une ombre dans son ciel intime. Mais le démon du jeu va le gagner insidieusement. Tout commence par un banal pari sportif qui rapporte et Richard va se laisser entraîner dans une addiction terrible qui peu à peu va grignoter sa vie, détruire tout ce qu’il possède et lui faire perdre son âme.

D’une lecture très aisée, l’ouvrage colle aux basques du personnage au plus près de ce qu’il vit et ressent. Richard en lui-même n’a rien de vraiment remarquable, il est de ces personnes que l’on pourrait qualifier de passe-partout. Commun, ne faisant pas de vagues, on suit ses débuts sans réelle passion ni atome crochu. Il nous livre ses aspirations qui se limitent à un poste à l’étage au dessus, nous parle de ses copains de fac qu’il fréquente toujours mais qui n’appartiennent pas à son monde. On a aussi le droit à quelques scénettes familiales tout ce qui a de plus classique...

Et puis c’est le début de la déchéance. L’auteur frappe fort car au-delà des mensonges, des tromperies, des comptes bancaires qui fondent, des emprunts contractés en cachette, c’est l’altération psychique de Richard qui marque durablement le lecteur. On s’enfonce littéralement avec lui dans cette spirale infernale, cette addiction terrible qui l’empêche de réfléchir rationnellement et le pousse à faire vraiment n’importe quoi. Les mots, les phrases qui nous sont donnés à lire transpirent l’angoisse, le désir, les joies et déconvenues que Richard enchaînent et rien ne semble pouvoir arrêter cette mécanique infernale.

Tous les secteurs de vie auparavant réglée vont exploser les uns après les autres, phénomène classique de toute personne dont l’addiction l’emporte sur le reste de sa vie. La progression est foudroyante, tétanisante pour le lecteur qui assiste impuissant à l’avilissement du héros qui rechute régulièrement et n’arrive pas à redresser la barre. Dans une langue accessible, un style léger mais non dénué de nuances, Erwan Le Bihan nous offre une véritable expérience de lecture qu'il est impossible d’arrêter avant de l’avoir terminée.

Ce roman, adapté à tout type de lecteur qu’il soit confirmé ou novice (comme mes élèves), plaira par son ancrage dans la réalité, sa finesse de construction et l’évocation terrifiante de l’addiction au jeu. Un pur bonheur de lecture que je vous invite à découvrir à votre tour.