mercredi 29 juin 2022

"Traversée de l'été" de Jeong You-Jeong

Traversée de l'été

L’histoire : Gwangju, 1980. Le dictateur qui dirige la Corée envoie l'armée écraser un soulèvement estudiantin pacifique. La répression est terrible, des milliers de jeunes sont tués, des milliers d'autres doivent se cacher ou fuir le pays.

C'est le cas de Juhwan, qui doit partir à l'étranger pour sauver sa vie. Mais comment lui faire parvenir de faux papiers et de l'argent alors que la famille est sous surveillance ? C'est son cadet, âgé de quinze ans, qui s'en chargera. Lui n'attirera pas l'attention de la police. Seulement, la veille du départ, il se blesse et ne peut partir.

C'est son meilleur copain, Junho qu'il charge de sa mission. Au moment de partir, dissimulé dans un camion, il verra le rejoindre : un copain, rejeton de richissimes industriels, en rupture familiale, une copine collégienne, surdouée mais maltraitée par son père, un vieux pêcheur évadé d'un hôpital psychiatrique et un chien, Roosevelt.

Ensemble ils vont traverser la Corée, accomplissant ainsi aussi un périple initiatique qui les verra tous se transformer au fil des embûches et des rencontres.

La critique de Mr K : Retour au pays du matin calme avec cet ouvrage estampillé young adult qui m’a fait forte impression. Traversée de l’été de Jeong You-Jeong est un roman particulièrement prenant où l’on suit un groupe de personnages dans une quête éperdue de soi et que nous apprenons à connaître au fil de leurs péripéties. Un démarrage tranquille pour bien caractériser les protagonistes puis s’enchaînent les événements et les révélations pour le plus grand bonheur du lecteur.

Junho, jeune adolescent coréen, se voit confier une mission périlleuse par son meilleur ami récemment accidenté et cloué à l’hôpital. Il va devoir traverser tout le pays pour remettre de l’argent et des papiers à Juhwan (le frère de son ami), un leader de la révolte estudiantine en cavale qui doit fuir le pays. C’est en pleine nuit qu’il se glisse dans un camion de transport de bière locale pour débuter son périple. Bien malgré lui, il se retrouve flanqué de quatre compagnons de voyage. La cohabitation s’avère difficile, parfois très tendue. Le temps passant, traversant les épreuves, se heurtant souvent, ils vont apprendre à mieux se connaître, chacun cachant un secret, un passé parfois douloureux.

La trame en elle-même est plutôt classique. Un objectif difficile à atteindre, de nombreux rebondissements qui freinent la progression voire la remettent en question, des rencontres incongrues qui vont s’avérer porteuses de sens et d’assistance... On navigue sur un récit balisé en terme de progression de l’intrigue. On se laisse bercer par le rythme et l’on se plaît à traverser la Corée en temps de dictature, plus vraie que nature à travers des moments de vie croqués parfaitement et des descriptions évocatrices à souhait. La nature indomptée, les éléments qui se déchaînent (l’orage de départ puis un typhon dévastateur en fin d'ouvrage), les villes de campagnes et leurs activités traditionnelles. Autant de scènes immersives dans une époque tendue et un pays si dépaysant pour nous occidentaux.

L’intérêt majeur du roman réside dans ses protagonistes. Ils sont tous très attachants même si leurs réactions peuvent parfois nous étonner voire nous choquer au départ. On ne sait pas grand-chose d’eux au départ : un vieil éleveur de chiens mal luné, une adolescente en fuite à fort caractère (ma préférée), un ado imposant aux motivations obscures, un chien (au sens propre) fou à l’attitude ambiguë et un héros fidèle à son ami et assez introverti. La mayonnaise est loin de prendre, les débuts sont chaotiques, rythmés d’engueulades et d’empoignades. Puis, peu à peu les armures se fendent. Chacun a ses blessures intimes, ses questionnements intérieurs. Ils ne peuvent pas se comprendre car ils ne se connaissent pas d’où des quiproquos et des réactions épidermiques qui mettent en péril l’équilibre de leur groupe. Mais la suite va les rapprocher, leur enseigner à chacun des choses sur eux et améliorera grandement les choses. Le roman se pare d’un aspect initiatique fin et brillant à la fois, l’auteur excellant pour avancer masquée tout en distillant de-ci de-là des détails qui prennent toute leur importance par la suite. Nos hypothèses de lecture sont mises à mal, notre opinion sur les personnages évolue beaucoup et la fin nous cueille littéralement. Loin d’être un happy end, elle se révèle réaliste et ancrée dans une logique implacable.

Une très belle lecture donc, qui ne prend pas ses lecteurs pour des buses et offre de multiples émotions contradictoires doublées d’un addiction féroce à ces pages qui se tournent toutes seules. Foncez !

Posté par Mr K à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,