1917 affiche

L'histoire : Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.

La critique Nelfesque : Chronique tardive de ce 1917 pour cause d'accouchement. Et pour cause, voici le dernier film que j'ai vu au cinéma. Le mardi j'étais devant le dernier Sam Mendes, le dimanche j'étais à la maternité !

Je ne pourrai pas vous dire de vous ruer en salle pour voir cet excellent film pour deux raisons. La première parce qu'il est sorti le 15 janvier (ah ben "chronique tardive", je vous avais prévenu !) et la seconde parce que, dans cette étrange période, nous sommes tous confinés chez nous et les cinémas sont fermés... Et pourtant c'est vraiment un film à voir sur grand écran ! J'espère que vous avez eu l'occasion de le voir en salle avant le black-out, sinon rattrapez-vous sur petit écran. C'est vivement conseillé !

1917 1

Je ne suis pas particulièrement amatrice de films de guerre, d'autant plus que vu d'un seul prisme, ils peuvent parfois être teintés d'auto-glorification selon la nationalité du réalisateur. Ici on rentre dans le vif du sujet très vite, la caméra s'accroche à un personnage, ne le quitte plus et c'est son destin à lui qui nous intéresse à l'instant T. Va-t-il pouvoir délivrer le fameux message ? Va-t-il seulement survivre ? On connait la boucherie que fut la guerre de 14 et rien n'est moins sûr...

La réalisation est superbe (Sam Mendes en même temps, c'est pas n'importe qui (Les Noces rebelles, American beauty...)) et c'est avant tout ce que je retiendrai du film. C'est son point fort ! Tourné comme un unique plan séquence, le rendu est bluffant et permet vraiment au spectateur d'être immergé comme jamais dans l'histoire. On pourrait penser que ce procédé ralentirait le rythme, perdrait le spectateur, puisqu'on est sur du "temps réel" mais il n'en est rien. Bien au contraire, cela crée une intensité incroyable et fait mouche. Pour ce qui est des acteurs, rien à redire. On est dans la sobriété, ils n'en font pas des caisses et c'est agréable. Ces derniers sont très bien dirigés et je n'ose imaginer le nombre d'heures de répétition avant de pouvoir tourner une scène avec le plan séquence. Un vrai travail d'orfèvre, une chorégraphie milimétrée.

"1917" est un film pour les amateurs d'Histoire, pour les amoureux de cinéma et tout ceux qui veulent vivre la guerre de 14 au plus près avec justesse et sans emphase de quelque nature que ce soit. Un film à voir, revoir et étudier !

1917 2

La critique de Mr K: 6/6. Je peux vous dire que je l’attendais au tournant celui-la. J’adore Sam Mendes depuis mon visionnage d’American beauty qui fut un véritable électrochoc. Et c’est sur IG en décembre que je découvrai son projet, et la bande annonce qui va avec, de s’attaquer à la Première Guerre Mondiale, un thème et une période de l’Histoire qui me tient particulièrement à cœur, que j’enseigne chaque année à mes 3ème Prépa-Métier et que je redécouvre régulièrement à travers des lectures aussi diverses que variées. Autant dire que j’en attendais beaucoup !

L’histoire en elle-même est plutôt basique. Deux jeunes soldats sont chargés par leur hiérarchie de traverser les lignes ennemies pour délivrer un contre-ordre d’attaque qui pourrait bien sauver la vie à 1600 soldats promis à une mort certaine. Quinze minutes après le démarrage du film, les voila partis ! Durant deux heures, nous allons suivre cette mission quasi suicide qui réserve son lot de surprises, d’horreur et d’introspection, le tout filmé comme un seul plan séquence !

1917 4

Techniquement, ce film est une véritable prouesse doublée d’un objet artistique d’une rare beauté. On suit toute l’action à hauteur d’homme, la caméra ne s’arrêtant jamais d’accompagner les deux acteurs principaux. C’est bluffant et immerge totalement le spectateur dans le récit. On sait bien pourtant que ce gigantesque plan séquence est un leurre, qu’il y a des astuces cachées mais on imagine sans peine le travail de direction d’acteur de dingue mis en œuvre. Ces derniers sont de parfaits inconnus pour moi (du moins pour les rôles principaux) et sont littéralement habités par leur personnage. L’émotion est palpable dans le moindre geste ou regard contribuant à une empathie de tous les instants. Les personnages (y compris des seconds rôles croustillants) sont très charismatiques, on partage leurs peines, leurs espoirs mais aussi leurs déchirures profondes. On est emporté par ces destins chamboulés par un conflit qui les dépasse.

1917 5

La reconstitution historique est fabuleuse, les décors sont grandioses avec des visions très réalistes qui font froid dans le dos : l’entrée dans les tranchées, le terrible no man’s land, la campagne désertée, l’attaque de la première vague, les villages détruits... autant de scènes marquantes et stylisées à l’extrême, magnifiées par la technique du plan séquence et une photo impeccable. La vérité historique est totalement respectée aussi dans les scènes du quotidien épouvantable des poilus avec la faim, le froid, les maladies, la boue, la peur qui noue les entrailles... mais aussi la connerie humaine avec son lot de gradés imbéciles, de fanatisme guerrier (la scène avec l’avion) ou encore d’aveuglement patriotique. On s’y croirait vraiment, cela glace le sang, étourdit même et l’on sort quelque peu groggy de la séance. Petit bémol (le seul d’ailleurs), la musique qui parfois en fait des caisses notamment lors des scènes à suspens dont la BO lorgne vers les James Bond et qui interroge le spectateur sur tel ou tel choix mélodique ou sonore. Rien de grave pour autant, le reste frôle la perfection.

1917 3

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise, ce film est vraiment à voir. Je ne suis pas pourtant un amateur de film de guerre mais celui-ci se démarque nettement car en plus d’évoquer remarquablement la Grande guerre, il nous souffle à l’oreille une humanité de tous les instants et provoque des émotions aussi diverses que fortes. Une belle claque que je vous invite à prendre au plus vite !