Star wars 9 affiche

L'histoire : La conclusion de la saga Skywalker. De nouvelles légendes vont naître dans cette bataille épique pour la liberté.

La critique Nelfesque : Bon, ben, tu feras avec le synopsis ci dessus fournit par Allociné hein ? Dans tous les cas si t'es fan de la saga, tu payes ta place, tu te poses pas (trop) de questions et tu termines cette trilogie au cinéma. Après, c'est pas dit que tu ailles voir les prochains mais ça c'est une autre histoire.

C'est donc mardi dernier que nous sommes allés voir "L'Ascension de Skywalker" au cinoche. Oui, on a mis le temps... Déjà pour éviter les cohortes d'impatients qui se massent dans les salles au moment de la sortie d'un Star Wars, allant jusqu'à réserver leurs places des semaines à l'avance (ce qui pour moi est une ineptie mais soit), aussi parce qu'on avait prévu de le voir plus coolos avec des copains début janvier et puis finalement qu'on a vu tous les 2 parce qu'avec mon ventre qui pousse j'évite de m'éloigner trop de ma maternité (mais ça aussi c'est une autre histoire).

Star Wars, soit vous aimez la saga et vous avez déjà vu ce film depuis sa sortie, soit vous vous en fichez éperdument. Du coup dans les deux cas, ça m'évite de vous résumer l'histoire et je vais tout de suite me concentrer sur mon avis sans faire la rabat-joie ("gnagnagna c'est plus ce que c'était Star Wars depuis qu'il y a Disney aux manettes") et sans faire la spécialiste ("oui alors là c'est vraiment n'importe quoi cette résurrection hein !") parce qu'il y aurait des choses à dire mais je ne suis pas assez râleuse ou pointue sur le sujet pour disserter là-dessus. Je laisse Mr K le faire sans doute juste après moi. Dans le genre fan de la franchise et râleur il se pose là (hum...) !

Star wars 9 2

Et bien perso j'ai passé un très bon moment. Le film dure 2h22 et c'était déjà la fin que je ne m'en étais même pas rendue compte. Il n'y a pas de temps mort, c'est rythmé, les persos sont sympa avec des petites touches d'humour bienvenues parfois, des courses poursuites bien foutues, ce qu'il faut d'anciens persos qui ressurgissent pour un dernier coucou et, gage de qualité, il y a même des chevauchées de chevalmouth sans déconner (comprenne qui pourra !) !

Scénaristiquement ça casse pas des briques mais on passe un bon moment et la relation Rey / Kylo Ren n'est pas sacrifiée sur l'autel Disney (alors rien que pour ça je dis MERCI !). Ce sont d'ailleurs les scènes mettant en jeu ces deux personnages ensemble qui sont les plus intéressantes. J'irais même jusqu'à dire qu'heureusement qu'ils sont là mais si je fais ça, je vais râler et j'ai dit non (hum) !

Star wars 9 4

J'ai bien ri face au comique de certaines situations. Je suis pas sûre que c'était l'effet escompté mais en le prenant ainsi on se marre bien de certaines postures de personnages qui, disons le tout net, se la pètent puissance 10.000. Je n'ai pas eu de réel moment d'émotion mais je ne vais pas voir Star Wars pour ça hein, j'ai tout de même frémi pour quelques personnages historiques mais non ouf finalement ça va ils sont sauvés, c'est bon les enfants vous pouvez respirer. La seule disparition importante ici ne m'a pas attristée, c'est comme ça et c'est tout à fait logique d'un point de vue logistique... Je l'aurais déjà fait mourir à l'épisode précédent donc bon.

Voilà globalement "L'Ascension de Skylwaker", c'est pas foufou. Les révélations sont un peu tirées par les cheveux mais si on n'est pas trop regardant là dessus côté spectacle on ne boude pas notre plaisir. Finalement ça fait du bien d'aller au ciné parfois uniquement avec cet objectif en tête. Je n'en attendais ni plus ni moins.

Star wars 9 6

La critique de Mr K : 4/6. Ça y est, ça en est fini de cette trilogie qui au final s’avère bien fadasse malgré des moments de brios indéniables. Cet épisode vaut les deux précédents, c’est une belle soupe qui manque de saveur. Heureusement que deux personnages principaux réhaussent le niveau car sinon c’était le naufrage assuré à mes yeux.

Le début du métrage commence très mal avec un artifice scénaristique assez ridicule et le retour d’un méchant que l’on croyait mort depuis bien longtemps. Il faut dire que les bad guys manquent de charisme dans cette trilogie, du coup on ressort l’artillerie lourd. Alors même si c’est vraiment réchauffé, on se félicite d’avoir un vrai antagoniste (non, ce n’est pas Dark Vador, rêvez pas non plus !). On retrouve donc Rey et sa fine équipe en quête de ce sith bien planqué qui prépare sa revanche en utilisant Kylo Ren toujours aussi paumé et perché. Ce dernier pourtant n’est toujours pas fixé et l’on sent des atermoiements chez lui qui pourraient le refaire basculer de l’autre côté. Le reste de l’histoire est une compilation de scènes échevelés, de passages héroïques à décoller la rétine, d'autres sur l’amitié écrits par un enfant de huit ans et de créatures gadgets qui permettront à Mickey de vendre plein de figurines et de s’enrichir encore un peu plus.

Star wars 9 5

Clairement, pour éviter de m’énerver, j’ai pris ce film pour ce qu’il est : une série B bien guimauve, complètement what the fuck, bourrée d’invraisemblances mais qui remplit sa mission de spectacle démesuré. C’est beau, ça pète dans tous les sens et globalement on ne s’ennuie pas. Rien d’original, le scénario coule de source et Disney oblige, ça finit bien. Je rêve d’une victoire écrasante des Sith, métaphore d’une dictature ultralibérale répressive à la mode Macron. Ça aurait eu de la gueule mais les enfants auraient pleuré... et il ne faut jamais faire pleurer les gamins. L’élément qui franchement a douché mon enthousiasme très vite est la narration choisie, l’extrême découpage des séquences à la mode jeu vidéo ou film de mecs en slips (Marvel and co), on prend vraiment les spectateurs pour des abrutis et je trouve qu’on perd en portée. Je vous raconte pas la génération de zappeurs qu’on nous prépare...

Star wars 9 3

Bref, j’étais bien parti pour lui mettre 3/6 voir 2/6 quand cet empaffé d’Abrams trouve le moyen de ressortir des Ewoks (horreur, malheur, je déteste ces bestiaux sauf en BBQ !)... Mais voila, il y a Adam Driver et son perso d’éternel adolescent perdu qui cherche la reconnaissance du père qui l’a délaissé. Que j’aime le perso de Kylo Ren qui m’a ému profondément et offre deux scènes particulièrement touchantes (le duel sur l’épave et la scène finale). J’avoue, j’ai pleuré ! Même pas honte, franchement balaise cet arc narratif et rien que d’y penser j’ai les poils. Quel jeu d'acteur, quelle intensité dans le regard ! I love this guy! Rey n’est pas mal non plus avec ce lien ésotérique qui la relie à lui, le mystère sur ses origines. Tout ici est enfin révélé et je me suis fait avoir. Bon, c’est un peu gros mais ça passe et explique bien ce qui a précédé. La vraie force de cette trilogie réside vraiment dans la relation unique qui relie ces deux personnages. Là dessus, on est vainqueur et ce film mérite bien la note que je lui attribue.

Star wars 9 1

Né l’année de sortie du tout premier Star Wars, je suis tombé dedans tout petit et même si je ne peux que me plaindre de la direction mercantile de la franchise, on passe un bon moment et au cinéma l’effet sur le spectateur est assez bluffant. C’est en tout cas le dernier que j’irai voir au cinéma, les studios ayant décidé de partir vers d’autres horizons et d’autres domaines de l’univers crée par Lucas. Personnellement, je vais me rabattre sur des comics forts séduisants et surtout continuer à regarder les séries animées qui sont loin d‘être ridicules. Que la Force soit avec vous !