9782226328625-j

L’histoire : Martin Toppy est le fils d'un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j'en ai trente-trois. J'étais son professeur particulier.

C'est sur ces mots que s'ouvre le nouveau roman de Donal Ryan. Melody Shee est enceinte de douze semaines lorsqu'elle entreprend l'écriture d'un journal. Hantée par son mariage toxique avec un homme qui l'a quittée en apprenant la vérité sur l'enfant à naître, par le souvenir d'une mère inaccessible et de l'amie d'enfance qu'elle a trahie, Melody doit faire face seule à ses démons. Jusqu'à ce qu'une jeune femme énigmatique entre dans sa vie…

La critique de Mr K : Très belle lecture aujourd’hui avec Tout ce que nous allons savoir de Donal Ryan, un auteur irlandais que je découvre pour la première fois et qui a fait son petit effet dans le monde littéraire contemporain. Avec cet ouvrage, il nous propose de rentrer dans l’intimité d’une femme qui attend un enfant. Sous la forme d’un journal de grossesse avec le long égrainage des semaines qui passent et rapprochent inexorablement le lecteur de la délivrance de Melody, c’est une vie qui s’offre à nous avec toute sa complexité et ses ambiguïtés. Attention, une fois ce livre commencé, il est impossible de s’arrêter tant l'attachement est immédiat !

Melody est enceinte et pas vraiment dans de bonnes conditions... Récemment séparée de son mari pour cause d’adultère, elle se prépare pour le futur événement seule. C’est l’occasion pour elle de coucher sur le papier ses souvenirs de jeune fille, son mariage avec Pat et la longue dérive sentimentale qui en a découlé. Mais c’est aussi la rencontre avec Mary, une jeune femme de la communauté des gens du voyage avec qui elle a beaucoup de points communs et qui va vite devenir à sa manière l’amie qui lui manque, celle qu’elle a trahie étant plus jeune. Le récit avance donc tranquillement au fil des confidences et des réactions que suscitent au village la situation de Melody mais aussi celle de Mary. Rappelons que nous sommes en Irlande, pays encore fortement marqué par le catholicisme et où les opinions conservatrices ont largement pignon sur rue. Vous imaginez donc bien que cette grossesse ne sera pas des plus simples et que Melody aura fort à faire avec sa belle-famille, les préjugés, les on-dit mais aussi avec ses propres regrets et remords.

La réussite de ce roman tient en grande partie à son personnage principal. Et pourtant, quand on entame cette lecture, on a soi-même des impressions fortes. Pauvre Melody ! Orpheline de mère assez jeune, mariée trop tôt sans vraiment savoir ce qu’est l’amour, isolée dans sa maison sous l’opprobre de la communauté car tombée enceinte pour un coup d‘un soir avec un jeune homme à qui elle enseigne la lecture... Les planètes s’alignent bien mal et un fatum terrible semble la suivre depuis le début de son existence. On s’apitoie quelque peu, on angoisse quant à sa situation et au futur qu’elle pourra donner à son enfant. Dans cette noirceur teintée de mélancolie et de regrets, surgit Mary une jeune femme qui va donner à Melody ce dont elle manque cruellement : une raison de vivre, une oreille attentive, une confidente qui la comprend et va pourvoir l’aider à surmonter ses difficultés.

Très vite, des choses les rapprochent notamment la perception qu’ont les autres de ces femmes émancipées à leur manière qui souhaitent vivre une existence hors des sentiers battus. Il est beaucoup question du rapport aux coutumes, à la famille, aux codes religieux que Melody et Mary transgressent par leurs vies brisées : l’une porte un enfant illégitime, l’autre ne peut en avoir et a quitté son mari pour le soulager et qu’il puisse fonder une famille avec quelqu’un d’autre. Or, même encore aujourd’hui, ce genre de comportements ne sont pas admis et provoquent des allusions voire des réactions injustes. Cela donne dans ce roman des passages parfois très rudes, qui prennent à la gorge montrant les travers de notre humanité toujours prête à juger son prochain sans balayer devant sa porte.

Cependant, on ne tombe pas dans le cliché du chemin de croix de la pauvre héroïne qui est bien plus complexe que ce que laisse croire l’auteur de prime abord. Elle cache des secrets peu avouables que l’on commence à deviner très vite et qui révèlent des fêlures intimes importantes qui ont une influence encore aujourd’hui sur sa façon de penser, d’agir. Tous les personnages sont d’ailleurs logés à la même enseigne avec notamment Pat, le mari trousseur de prostituées qui s’avère plus sensible qu’il n’en a l’air et bien nuancé, partagé entre ce qu’il ressent au plus profond de lui pour Melody et les valeurs qui sont les siennes de par son éducation. On n'est donc jamais à l’abri d’un bouleversement, d’une découverte intime qui retourne les schémas établis et renverse les perspectives, ajoutant une dose de plaisir supplémentaire à cet ouvrage d’une finesse sans borne.

Tout ce que nous allons savoir prend une belle ampleur au fil des chapitres qui croisent les personnages, les lieux et les époques à travers les yeux d’une héroïne déboussolée, marquée par la solitude et revenant régulièrement sur son passé. Par petites touches, dans une écriture fraîche et directe, on attend la suite des événements. On espère beaucoup, on prend aussi de sacrées claques dont on a du mal à se remettre comme Melody. Et à la fin, après la lecture du dénouement logique et implacable que nous offre l’auteur, on se dit qu’on vient de lire un livre mémorable et puissant. À découvrir absolument !

Egalement lu et chroniqué du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- Une Année dans la vie de Johnsey Cunliffe