mardi 9 avril 2019

"1793" de Niklas Natt och Dag

1793

L'histoire : 1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C'est dans cette atmosphère irrespirable que Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d'un inconnu. L'enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.

La critique de Mr K : Lecture enthousiaste aujourd'hui avec 1793 de Niklas Natt och Dag, nouveauté tout juste parue aux éditions Sonatine. Entre roman historique et thriller, cet ouvrage captive dès les premiers chapitres pour ne jamais relâcher son étreinte entre enquête tortueuse, personnages charismatiques et révélations fracassantes. Vous voilà prévenus !

Se déroulant en Suède (essentiellement dans la capitale Stockholm), tout commence par la découverte d'un cadavre horriblement mutilé. Le pauvre homme n'est plus qu'un tronc rendu aveugle, muet et sourd. Les investigations sont confiées à un homme de loi idéaliste et à un ancien combattant que la vie n'a pas épargné. Très vite, ils découvrent que la pauvre victime a subi des sévices innommables, étalés dans le temps et en fouillant un peu plus, les deux enquêteurs se rendent compte que derrière ces horreurs, pourraient bien se cacher des pratiques inavouables auxquelles seraient mêlés certains membres en vue de l'aristocratie suédoise. La Révolution Française étant à son apogée, les répercussions pourraient bien être importantes. L'enquête promet donc de leur donner du fil à retordre, de déranger bon nombre de personnes et de révéler des secrets bien gardés...

Diviser en quatre parties, correspondant plus ou moins à des saisons mais dans un ordre chronologique inversé (c'est plus que malin pour développer le récit), on suit différents personnages. Il y a bien sur les deux héros Cecil et Jean Michael, des êtres au bout du rouleau qui se voient confier un dossier plus sensible qu'il n'en a l'air. L'un est atteint de phtisie, un mal qui le ronge inexorablement et qui le condamne à moyenne échéance à la mort. Ayant un haut sens de la justice, précurseur d'un Hugo épris d'équité, il lance ses dernières forces dans ses recherches. Affaibli, il peut compter sur son acolyte manchot qui se prend vite d'affection pour son collègue diminué. Les deux se complètent, échangent leurs infos et progressent malgré les embûches. Ils dérangent, la société suédoise est alors très inégalitaire et certains lièvres ne sont pas bons à lever. Entre tracasserie administratives, rencontres déplaisantes (c'est un euphémisme) et affrontements dans les ruelles, l'enquête n'est pas de tout repos.

Les deux autres parties de 1793 mettent en scène des personnages qui interviennent dans l'histoire à différents degrés. L'un est lié aux tortures terribles qu'a subi la victime, un jeune homme monté à la capitale pour faire ses études en chirurgie. L'autre protagoniste n'a à priori rien à voir avec le récit principal. Nous suivons alors une jeune fille à la vie épouvantable, enfermée notamment dans une filature pour un délit qu'elle n'a pas commis. La lecture avançant, des ponts se construisent et l'on commence à comprendre où Niklas Natt och Dag veut nous mener, les détails se complètent les uns les autres et livrent au final une trame très fouillée et diabolique à sa manière. Dites vous en tout cas que c'est très sombre - l'époque étant sans pitié - et personne n'en sort vraiment indemne.

La reconstitution historique est saisissante, l'auteur ne faisant pas dans le demi mesure et nous plongeant dans une époque moderne où le quotidien de tous est difficile, surtout quand on n'est pas né sous la bonne étoile. Pauvreté, maladie, extrémisme religieux et sociétal (mon dieu le sort des femmes à l'époque), incurie des puissants qui ont tous les droits (ça n'a pas beaucoup changé à ce niveau là...) prennent à la gorge, nous hantent tout du long de cette lecture vraiment éprouvante. Pour autant, même si certains passages sont terrifiants, cela reste passionnant. Le parallèle est intéressant avec l'évolution des choses en France et sa révolution qui a bouleversé l'Europe entière. Les conséquences s'en font sentir jusqu'en Suède où règne une tension palpable donnant lieu aux rumeurs les plus folles et distillant un parfum de paranoïa qui fait trembler les plus puissants. Tout cela est magnifiquement rendu à travers ce roman aussi érudit que distrayant.

Pour enfoncer le clou, l'auteur écrit avec un talent fou : très accessible mais exigeant dans la forme tant au niveau des tournures que des termes très précis employés, il nous emporte avec lui sans espoir de retour. Le récit est haletant, mené de main de maître et la conclusion est sans appel. Du grand art au service d'un plaisir de lecture infini.

Posté par Mr K à 19:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,