lettres à l'adoLe contenu : Dans ces vingt-huit lettres, les auteurs s'écrivent à eux-mêmes, se confient et donnent des conseils à ceux qu'ils ont été. Tour à tour drôles, émouvantes, sérieuses, complices, elles ont toutes le même effet (et le même but) : s'accepter tels que nous sommes, avec nos qualités et nos défauts. Et surtout avec bienveillance.

Lettres de : Dedo - Titiou Lecoq - Rokhaya Diallo - Adrien Ménielle - Florence Porcel - Navie - Sophie Riche - FloBer - Océanerosemarie - MarionSeclin - Anne-Sophie Girard - Boulet - Ovidie - Sophie-Marie Larrouy - Patrick Baud - Bérengere Krief - ioudgine - Julien Ménielle - MirionMalle - Thomas Hercouet - Lauren Bastide - Marine Baousson - Nicolas Berno / Diglee- Gabrielle Deydier - Lucien Maine - Nadia Daam

La critique Nelfesque : "Lettres à l'ado que j'ai été" est une lecture particulière, qui s'adresse en priorité à un lectorat jeune et traversant des problématiques inhérentes à leur âge. Je suis pour ma part maintenant bien loin de l'adolescence mais j'avais très envie de lire cet ouvrage pour y découvrir certaines lettres d'artistes que je suis particulièrement (Boulet et Diglee pour ne pas les nommer). J'étais également curieuse de lire les mots d'Ovidie sur ce sujet. Enfin j'ai découvert certains noms que je ne connaissais pas du tout, mais qui sont peut-être connus des ado...

Je suis ressortie de cette lecture avec un sentiment mitigé. Ce fut sympathique mais plein de bons sentiments. Incontestablement, c'est le sujet qui veut ça. Quasiment tous les adultes s'adresseraient à leur "moi ado" de façon bienveillante et rassurante, comme c'est le cas dans ce recueil. Toutefois, j'ai trouvé que cela manquait de contre poids. Certes, tout le monde affronte des tempêtes dans sa vie (certains plus que d'autres) et on finit par les surmonter (certains plus que d'autres) mais est-ce vraiment aider les jeunes que de ne pas leur ouvrir les yeux de façon objective sur ce qu'est la vie ? Il aurait été bon d'inviter quelques personnes qui auraient un peu mis les pieds dans le plat.

"La vie est belle, tu vas voir, ça vaut le coup", des "Je t'aime" toutes les 2 phrases à leur intention, ça va bien 5 minutes... J'ai été lassée de constater que finalement toutes les lettres allaient dans le même sens. Demandez à certains ce qu'ils pensent de la vie, ils seront moins "positifs" ! Tout cela est un peu trop fadasse à mon goût et je pense qu'un ado est aussi capable d'entendre des propos plus durs sans pour autant s'avouer vaincu d'avance. Je ne sais pas si j'aurais été si bienveillante envers moi-même si j'avais dû me prêter à l'exercice. Je ne sais pas non plus si cela aurait été une bonne chose mais je ne suis pas pas certaine du contraire pour autant. Je ne pense pas que de me dire "je t'aime" à tout bout de champs m'aurait fait me sentir mieux à 16 ans. Peut-être aussi parce que là n'était pas mon principal problème à cet âge. Sûrement même.

Bref, un peu plus de récits tranchés, de bouleversement, de vie, de sueur, de pulsations cardiaques dans ces pages auraient été vraiment plus à mon goût. Je pense du coup que la cible est à moitié atteinte puisque forcément il y a des ados qui ont besoin d'être rassurés mais aussi d'autres qui vont trouver cela trop aseptisé. Avec 20 ans de plus, c'est mon cas, vous l'aurez compris.

Enfin, avec "Lettres à l'ado que j'ai été", on sourit... Et c'est déjà ça...  C'est tendre incontestablement, parfois bien écrit (pas toujours mais je ne suis pas là pour compter les points, je vous laisse vous faire votre propre avis) et ça se lit vite. Ça s'oublie vite aussi... Malheureusement.